Version classiqueVersion mobile

Palerme, illégalismes et gouvernement urbain d’exception

 | 
Fabrizio Maccaglia

Un territoire, deux systèmes

Conclusion

Texte intégral

1L’action des autorités palermitaines s’inscrit dans une configuration géographique fortement marquée par l’illégalité. Celle-ci ne peut se réduire à une simple donnée socioculturelle, une marque distinctive de la palermité en quelque sorte. Le territoire palermitain s’impose d’abord comme le cadre d’exercice de deux pouvoirs concurrents : c’est un territoire politique et administratif en tant qu’aire de compétence des autorités municipales et, simultanément, un territoire criminel car Palerme s’est imposée comme le centre de gravité de la criminalité mafieuse sicilienne. Palerme est également le résultat de modes d’appropriation et d’utilisation illégaux de portions d’espace public. L’illégalité représente une contrainte pour l’action publique en étant à l’origine d’un contexte territorial qui crée des difficultés voire de franches limites à la gestion et à l’aménagement de Palerme. Comment implanter des établissements scolaires ou organiser un service de transports en commun si le plan d’urbanisme n’est pas respecté ? Comment satisfaire le souhait de la population de disposer d’un meilleur cadre de vie si l’on n’enraye pas le grignotage par l’habitat illégal des derniers espaces verts et en premier lieu de Ciaculli ? L’enjeu pour les pouvoirs publics palermitains est de reprendre le contrôle d’un territoire fluide qui leur échappe et leur résiste. De ce contrôle dépend leur capacité à mettre en œuvre une politique urbaine et, au-delà, à répondre aux attentes de leurs concitoyens.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search