Version classiqueVersion mobile

Palerme, illégalismes et gouvernement urbain d’exception

 | 
Fabrizio Maccaglia

Un territoire, deux systèmes

5. L’illégalité : un rouage de la mécanique territoriale palermitaine

Texte intégral

1Ce chapitre étudie trois pratiques territoriales illégales : les parcs de stationnement clandestins, le phénomène des décharges sauvages et l’occupation des logements sociaux. Ces pratiques sont communément désignées en italien par le mot abuso. Les gestionnaires de parcs de stationnement clandestins sont ainsi appelés posteggiatori abusivi, les décharges sauvages qualifiées de discariche abusive et les occupants irréguliers des logements sociaux présentés comme des abusivi. Le mot abuso s’emploie à la fois sous la forme d’un adjectif pour qualifier une activité ou une pratique interdite et sous celle d’un nom commun pour parler d’une personne qui par son comportement se place dans une situation irrégulière. Le mot abusivo appartient au champ lexical de l’illégalité, de la transgression et de l’informel. Le traduire par le mot français « abusif » serait une méprise car celui-ci évoque soit un acte marqué par l’excès, soit un usage excessif de pouvoir.

2Ces pratiques collectives sont le plus souvent traitées sur le ton du pittoresque et reléguées dans la rubrique des faits divers. Elles ont l’intérêt de révéler les règles tacites qui peuvent régir le fonctionnement d’une société. Elles dévoilent en particulier ces marges de manœuvre qu’une société tolère en dehors des limites fixées par la règle commune à une partie de ses concitoyens (pour leur permettre de vivre ou de survivre ? pour acheter la paix sociale ? parce qu’elle ne parvient pas à empêcher certains comportements ?). Ces pratiques collectives expriment ensuite un mode d’habiter la ville, ce rapport singulier et intime qu’un groupe entretient avec son espace de vie. La presse, surtout dans ses éditions locales, est une ressource documentaire essentielle pour appréhender ces pratiques collectives. Bien souvent, elle pallie l’absence de sources officielles. Elle laisse des traces et des témoignages à partir desquelles il est possible de reconstituer des situations. Elle offre enfin un précieux récit du quotidien qui vient compléter et préciser les enquêtes de terrain menées par ailleurs. Il ne s’agit pas d’enregistrer des faits bruts, tels qu’ils sont publiés, mais de les mobiliser en les intégrant dans un schéma explicatif plus large que celui dans lequel ils s’insèrent. Cette source que constitue la presse écrite doit bien entendu être soumise à une procédure de vérité, notamment par la confrontation avec d’autres sources et par l’exercice d’une double critique interne et externe.

3Ces pratiques collectives sont abordées selon deux perspectives. Il s’agit tout d’abord de mettre en évidence les processus qui leur ont permis de prendre forme, de s’organiser et de s’institutionnaliser. Un éclairage particulier est porté sur le rôle des pouvoirs publics qui ont contribué, de manière directe et indirecte, consciente et inconsciente, à l’émergence et au progressif enracinement de ces pratiques. Il s’agit ensuite de voir comment celles-ci pèsent sur la gestion et l’aménagement du territoire. L’un des enjeux du gouvernement urbain est de parvenir à reprendre le contrôle du territoire pour en maîtriser les usages et les dynamiques. Dans ce chapitre apparaît en filigrane la volonté de réfléchir sur l’impact de ces comportements illégaux dans un État de droit. Constituent-ils une simple remise en cause du principe de légalité, toute norme comportant son lot de transgressions, ou, au contraire, sont-ils de nature à porter atteinte à l’édifice social en altérant les règles du vivre en commun et en pesant sur les liens qui unissent les gouvernants à leurs administrés ?

Les parcs de stationnement clandestins : un service informel pour pallier une déficience publique

  • 1 Cette carte a été dressée à partir de relevés de terrain réalisés entre 2001 et 2004sous la forme (...)

4La plupart des parcs de stationnement clandestins se concentrent dans le centre-ville ainsi qu’à proximité des lieux particulièrement fréquentés pour les services qui s’y trouvent (hôpitaux, commerces, administrations…) comme on peut le voir sur la carte 111. Si le centre-ville constitue la localisation privilégiée, potentiellement toute rue, place ou arrière-cours peut se transformer du jour au lendemain en parc de stationnement clandestin dès lors que l’activité du quartier évolue et qu’une forte demande en places s’exprime. L’observation de terrain montre que rien ne fait obstacle à l’implantation de ces parkings, hormis une interdiction stricte de stationner qui empêche une présence prolongée et massive d’automobiles. L’existence des parkings clandestins soulève deux problèmes. Le premier est d’ordre urbanistique. Le stationnement en dehors des lieux prévus à cet effet se fait souvent au détriment non seulement des espaces piétonniers (places, trottoirs…) sur lesquels les automobiles empiètent, mais aussi des espaces de circulation. Il contribue également à maintenir un nombre élevé de véhicules dans le centre de Palerme, alors que le plan de déplacement vise, à l’inverse, à limiter leur présence en réduisant la quantité de parkings au fur et à mesure que l’on s’en rapproche. Deux logiques se heurtent donc de front. D’un côté celle des pouvoirs publics qui cherchent à atténuer l’emprise de l’automobile sur certains quartiers particulièrement congestionnés et à améliorer la qualité de vie des Palermitains, de l’autre celle des gestionnaires de parkings clandestins qui sont responsables d’une dilatation presque à l’infini de l’espace dévolu à l’automobile. La gestion parallèle du stationnement pose ensuite un problème politique. Reposant sur une appropriation illégale du sol public, cette activité tend à pérenniser un système de souveraineté concurrent en soumettant l’automobiliste à une autorité illégitime. Elle alimente par ailleurs une culture de l’illégalité en instituant une remise en cause quotidienne des règles qui régissent l’usage du territoire urbain.

  • 2 La presse locale se fait régulièrement l’écho de ces faits divers.
  • 3 Entretien en date du 15 juillet 2004 avec le posteggiatore abusivo situé via Venti Settembre.
  • 4 Entretien en date du 15 juillet 2004 avec le posteggiatore abusivo situé piazza Ungheria.

5La gestion des parcs de stationnement illégaux est fondée sur le principe de l’extorsion (photographie 3) : le posteggiatore sollicite une rétribution pour la place de stationnement que l’automobiliste entend occuper. Le recours de manière explicite à une menace n’est pas utile et peut même se révéler contreproductive car elle constitue une circonstance aggravante sur le plan judiciaire. Le phénomène repose pour l’essentiel sur l’intériorisation de la menace par les automobilistes : la crainte d’actes de vandalisme (égratignures, bris d’équipements voire vols de pièces mécaniques indispensables au bon fonctionnement du véhicule) convainc la plupart d’entre eux de jouer le jeu2. Les parcs de stationnement illégaux peuvent être regroupés en deux catégories selon leur emplacement et le mode de rémunération pratiqué. Certains sont établis dans les zones où le stationnement des automobiles est autorisé, limité dans le temps et payant. Les posteggiatori revendent aux automobilistes un ticket de stationnement prépayé d’une valeur d’1 euro. Ceux-ci sont invités à acquitter un supplément pour le service qui leur est offert car, comme nous l’ont expliqué nos interlocuteurs, les automobilistes n’ont pas à se rendre à l’horodateur qui bien souvent est défectueux (les autorités soupçonnent les posteggiatori de mettre hors service les appareils pour justifier leur indispensable présence) ou au bureau de tabac pour se procurer ce ticket de stationnement3. Ce mode de rémunération possède une faible rentabilité car les gratifications n’excèdent pas quelques centimes d’euro. L’autre catégorie comprend les parkings implantés sur des places, dans des rues ou des cours d’immeuble où le stationnement des automobiles est prohibé. Là encore, l’automobiliste est invité à rémunérer le posteggiatore pour la place de stationnement qu’il lui offre, soit par une libre participation, soit en fonction du tarif qui lui est indiqué. Ce mode de gestion procure des bénéfices supérieurs car l’intégralité de la somme versée par les automobilistes revient au posteggiatore qui n’a pas à investir dans l’achat de tickets de stationnement prépayés4. Sur le terrain, la situation n’est pas aussi tranchée. Certains posteggiatori n’hésitent pas à appliquer leur propre tarification dans les zones de stationnement public, ignorant le ticket prépayé.

Carte 11. Principaux parcs de stationnement clandestins de Palerme (2001-2004)

Ce parc de stationnement illégal se situe sur l’un des deux grands axes qui desservent le centre de Palerme. L’écriteau mentionne le tarif et les modalités d’utilisation : « Parking privé. 1€ de l’heure. Fermeture à 13 h 30. Fermeture le soir à 19 h 30. Prière de ne pas insister. Demander Giovanni. Merci ». Remarquons qu’une illégalité en chasse une autre. Sur le mur du fond, l’inscription, vraisemblablement rédigée par le gestionnaire, rappelle en effet qu’il est « Interdit d’abandonner ses immondices et tout autre déchet ». Il s’agit d’empêcher qu’une décharge illégale se développe sur cette portion d’espace libre. Pour dissuader les potentiels contrevenants, une amende au montant fantasque de 20 000 euros est même mentionnée. Il est intéressant de voir que l’illégalité, pour fonctionner, cherche à se parer des formes et des attributs de la légalité : référence à une réglementation, rappel de l’interdit, dissuasion par la sanction.
Photographie 3. Parc de stationnement illégal situé le long de via Roma (2003)

  • 5 Ces procès-verbaux nous ont été communiqués par Filippo Monacò du groupe d’intervention spéciale d (...)
  • 6 A. Lamberti, « Vivere ai margini dell’illegalità : il posteggio absuvo », 1990.
  • 7 La Repubblica, édition de Palerme, 18 février 2002.

6Nous avons utilisé les procès-verbaux dressés par la police municipale pour estimer le niveau de rémunération de cette activité5. Dans ces documents figure en effet le montant des sommes confisquées aux posteggiatori abusivi pris en flagrant délit. Calculée sur les six premiers mois de l’année 2004, la recette quotidienne moyenne s’élève à 38 euros. De là, il est possible d’extrapoler le revenu mensuel. Sur la base de cinq jours de travail par semaine et à raison de quatre semaines de travail par mois, un posteggiatore abusivo tire de cette activité un revenu mensuel moyen de 760 euros. Cette estimation nous paraît recevable car si nous prenons comme point de comparaison l’enquête menée en 1990 par le sociologue Amato Lamberti à Naples, nous retrouvons un niveau de rétribution comparable6 : ses interlocuteurs déclarent en effet gagner entre 50 000 et 100 000 lires par jour, ce qui, indépendamment de l’inflation, équivaut à 25 et 50 euros d’aujourd’hui (soit une moyenne de 37,50 euros). Il va sans dire que les revenus provenant de cette activité échappent à tout type de prélèvement fiscal. Le préjudice pour la collectivité peut parfois être considérable comme dans le cas de ce parc de stationnement illégal situé piazza San Domenico dans le centre7. Son terrain de 500 m² lui permettait d’accueillir une cinquantaine de véhicules. Pour stationner, il en coûtait 1,50 euro de l’heure et 26 euros pour la journée. L’enquête judiciaire a montré que pendant les dix années d’exploitation, de 1992 à 2002, ses propriétaires n’ont effectué aucune déclaration fiscale, se sont soustraits au paiement de la TVA et n’ont acquitté aucune cotisation sociale. La fraude a été estimée à une centaine de milliers d’euros au total.

  • 8 Istituto nazionale di statistica, Rapporto annuale, 1998.
  • 9 Città di Palermo, Assessorato al territorio (Ripartizione urbanistica), Relazione generale. Palerm (...)
  • 10 Ibid.
  • 11 Entretien avec Valentina Vadalà, responsable de la planification auprès du Service de l’urbanisme (...)

7L’existence des parkings illégaux trouve son explication dans l’inadéquation de l’offre et de la demande en places de stationnement. L’offre est nettement inférieure à la demande : 57,8 % des familles palermitaines interrogées en 1998 par l’Institut national de statistiques déclarent avoir des difficultés pour stationner8. Le posteggiatore abusivo produit un service à partir de cette situation : en créant des places de stationnement dans les endroits disponibles, il réarticule ces deux variables que sont l’offre et la demande. En outre, le service qu’il produit empêche un placement libre des automobilistes, qui déboucherait immanquablement sur un stationnement anarchique, ou du moins plus anarchique qu’il ne l’est aujourd’hui. Force est d’admettre que le posteggiatore abusivo s’impose comme l’un des rouages nécessaires au « bon » fonctionnement du territoire palermitain. Il fluidifie un système qui, sans lui, ne manquerait pas de se gripper. Le tableau 6 dévoile le sous-équipement de Palerme en services et infrastructures de quartier. Sur les 8 millions de m² de services que prévoyait le plan d’urbanisme de 1962, seuls 33 % ont été réalisés9. Pour une population de 700 000 habitants, la législation impose 2 m² de place de stationnement par habitant. Palerme affiche une superficie moyenne de 0,16 m² par habitant ! Autrement dit, le taux théorique de couverture des besoins n’atteint pas 10 %. Le déficit en places de stationnement est à mettre à la fois sur le compte des pouvoirs publics et des promoteurs immobiliers. Pour la municipalité, la résolution de la crise du logement constituait la priorité10. Cette polarisation a occulté toute autre considération en matière d’urbanisme, en particulier l’importance des équipements collectifs comme les infrastructures sportives, les espaces verts et bien sûr les parkings. Or, c’est précisément de ces équipements collectifs que dépendent la qualité de vie et le bien-être des habitants. Le déficit en places de stationnement découle également du non-respect des cahiers des charges par les promoteurs immobiliers qui, pour augmenter le cubage des immeubles d’habitation et réduire les coûts de construction, n’ont pas toujours construit les parkings sous terre et en plein air qui leur étaient imposés11. Simultanément, la croissance du pouvoir d’achat des ménages palermitains a débouché sur une forte augmentation du parc automobile. La voiture s’est imposée comme le principal moyen de déplacement dans une ville où les transports collectifs sont de piètre qualité : service irrégulier, flotte de bus vieillissante au confort spartiate, existence de zones non desservies ont conduit les familles palermitaines à privilégier l’usage de l’automobile. Le sous- équipement en parcs de stationnement (privés et publics) va donc de pair avec un suréquipement automobile (tableau 7). Palerme se situe légèrement sous la moyenne des treize grandes agglomérations avec 1 voiture pour 2 habitants et en quatrième position pour le nombre de voitures au km² derrière Naples, Milan et Turin.

  • 12 L’économie informelle se distingue de l’économie souterraine par son caractère particulièrement pr (...)

8Si les parcs de stationnement illégaux sont une réponse à un problème urbanistique, ils n’ont pu se développer ni s’enraciner dans le territoire palermitain sans la tolérance des autorités municipales. Celle-ci s’explique sans doute par la volonté de ne pas priver la frange la plus fragile de la population palermitaine d’un amortisseur social, mais aussi par la conviction que cette activité finirait bien par disparaître d’elle-même. Ce temps semble aujourd’hui révolu puisque les pouvoirs publics cherchent à mettre fin à cette gestion illégale du sol public. La politique mise en œuvre comporte trois volets. Les actions de répression visent à dissuader la formation de parcs de stationnement illégaux. Le posteggiatore risque une amende de 652 euros et son signalement à l’autorité judiciaire en cas de récidive. Ces sanctions ont une portée bien limitée car les amendes sont rarement payées et les récidives persistantes. La plupart des contrevants étant insolvables, aucune poursuite ne peut être engagée contre eux. La construction de parkings publics doit augmenter l’offre de places disponibles et supplanter progressivement les posteggiatori abusivi. Cette solution donne de bons résultats : le parc de stationnement illégal qui s’était développé piazza Ungheria dans le centre historique a disparu dès lors qu’a été aménagé un parking public avec un portique d’entrée sous la surveillance d’un employé. Le troisième volet de cette politique est encore à l’étude. Il s’agit de donner en location certains emplacements de stationnement publics à des coopératives, ses membres se rémunérant directement auprès des automobilistes en encaissant le montant du stationnement selon un tarif préalablement fixé avec la municipalité. Ce serait en outre un moyen de faire sortir de l’illégalité une partie des posteggiatori abusivi qui seraient employés par ces coopératives et une occasion de faire émerger une part de l’économie informelle12. Au fil du temps, la gestion des parcs de stationnement illégaux est en effet devenue une des activités de l’économie informelle les plus enracinées dans le territoire urbain et la société locale.

Source : Città di Palermo, Assessorato al territorio (Ripartizione urbanistica), Relazione generale. Palermo città di città, 1994 ; Città di Palermo, Assessorato al territorio (Ufficio del Piano), Variante generale al Piano regolatore. Progetto di massima, 1997.
Tableau 6 Le sous-équipement de Palerme

Source : ISTAT, Rapporto annuale, 1998.
Tableau 7. Le parc automobile palermitain (1998)

  • 13 A. Lamberti, « Vivere ai margini dell’illegalità : il posteggio absuvo », 1990.
  • 14 Entretiens avec les posteggiatori abusivi situés via Venti Settembre et piazza Sturzo en date des (...)
  • 15 La Repubblica, édition de Palerme, 18 juillet 2003.

9La gestion des parcs de stationnement illégaux est un métier masculin. Rares sont les femmes qui l’exercent. Celles-ci se contentent en général de remplacer un mari, un fils ou un père temporairement empêché pour cause de maladies ou d’ennuis judiciaires afin d’éviter que d’autres ne s’emparent de l’emplacement13. C’est un métier exercé majoritairement par de jeunes adultes qui ont entre 18 et 35 ans. Il n’est pas rare cependant d’en rencontrer de bien plus âgés. L’initiative individuelle constitue la principale voie d’accès à ce métier : l’aspirant posteggiatore prend possession d’une zone non exploitée ou temporairement restée inexploitée. Les conflits liés à l’occupation d’une portion de rue ou d’une place sont plutôt rares d’après nos interlocuteurs14. Les litiges portent le plus souvent sur la répartition du flot de véhicules entre posteggiatori occupant un même emplacement ainsi que sur le tracé des frontières qui délimitent leurs parcs de stationnement. Certains emplacements sont gérés par les membres d’une même famille. L’instruction conduite par le parquet de Palerme a permis de mettre au jour en 2002 le monopole de quatre familles sur l’économie du stationnement dans le centre-ville, chacune contrôlant un territoire parfaitement délimité15. Il était impossible à toute personne étrangère à ces familles de s’établir librement comme posteggiatore abusivo dans les zones sous leur contrôle. Ces familles ont par ailleurs établi un subtil système de gestion conduisant leurs membres à se relayer régulièrement et à changer périodiquement d’emplacement pour ne pas être remarqués par la police.

  • 16 Entretiens avec les posteggiatori abusivi situés via Venti Settembre et piazza Sturzo en date des (...)
  • 17 La Repubblica, édition de Palerme, 1er juin 2000.

10C’est un métier qui possède ses rythmes et ses usages. Sans porter d’uniforme, les posteggiatori abusivi sont reconnaissables à leur tenue : un sifflet pour héler les automobilistes afin de leur indiquer la présence d’une place disponible, une casquette et une sacoche ventrale pour y glisser la recette. La journée d’un posteggiatore abusivo débute entre 6 et 9 heures pour s’achever entre 17 et 20 heures16. Parfois elle se prolonge tard dans la nuit lorsque l’emplacement du parking se situe à proximité de lieux de vie animés. La gestion des parcs de stationnement illégaux est généralement assurée du lundi au vendredi, parfois jusqu’au samedi si le quartier est particulièrement fréquenté. Certaines équipes de posteggiatori abusivi ont instauré un système de tours, les uns faisant la matinée jusqu’à 13 heures, les autres prenant le relais pour l’après-midi et le début de soirée, tels les deux posteggiatori implantés à proximité de la piazza Ungheria17. Certains vont même jusqu’à donner une apparence de légalité à leur activité en délivrant aux automobilistes un reçu qui, bien que dépourvu de toute valeur, a le mérite d’attester qu’ils ont bien acquitté leur redevance de stationnement. Au fil du temps des liens de confiance et de sympathie peuvent même se tisser entre un posteggiatore et ses clients, ceux-ci n’hésitant pas par exemple à lui laisser les clefs de leur automobile pour qu’il la déplace si elle gêne la circulation, contrevient de manière flagrante aux règles élémentaires du stationnement ou bien n’est pas à l’ombre lorsqu’il fait chaud. Les posteggiatori abusivi sont ainsi devenus des personnages à part entière de la vie de certains quartiers de Palerme.

11L’économie informelle obéit aux mêmes règles que l’économie légale : une activité ne peut se développer si elle ne répond pas à une demande et, d’autre part, si elle n’atteint pas un seuil de rentabilité. La répression ne peut constituer la seule réponse au problème que pose l’existence des parcs de stationnement illégaux. Leur disparition n’aura lieu que si les pouvoirs publics parviennent à les disqualifier. Pour cela, il est indispensable de proposer aux usagers une offre substantielle en places de stationnement avec un système réglementé et, simultanément, d’offrir aux posteggiatori abusivi de nouveaux emplois qui puissent leur assurer une insertion durable dans l’économie légale.

L’occupation des logements publics : enjeux sociaux, politiques et urbanistiques

  • 18 La Sicilia, 13 juin 2002.
  • 19 Il ne prend en compte que le parc immobilier des IACP. Faute de statistiques disponibles pour l’en (...)
  • 20 Fondé en 1936, l’IACP de Palerme gère aujourd’hui près de 11 000 logements répartis entre la capit (...)

12En Sicile, une partie du parc de logement social est occupée de manière illégale. Au fil des décennies, des milliers de familles, pour la plupart appartenant aux franges les plus modestes de la société, se sont approprié sans aucune autorisation un logement dans l’un des lotissements construits par les municipalités et les IACP. Cette pratique perdure encore aujourd’hui au point que la préfecture de Palerme, dans une note datée de juin 2002, s’inquiète des proportions prises par le phénomène dans la capitale régionale et de ses « préoccupantes répercussions sur l’ordre public »18. Le tableau 8 recense le nombre de logements sociaux illégalement occupés pour six villes siciliennes19. Un premier tour d’horizon montre qu’aucune province n’est épargnée. Si Palerme n’est pas une exception, elle se distingue néanmoins des autres villes en concentrant plus du tiers des 5 193 logements recensés comme illégalement occupés. Pour prendre pleinement la mesure de la situation, il faut pondérer les chiffres bruts par la taille du parc immobilier public. Malgré cette opération, l’écart qui sépare Palerme des autres villes se maintient : les 3 500 logements illégalement occupés représentent plus du tiers du parc immobilier public20. Une telle proportion n’est atteinte dans aucune des cinq autres villes : le nombre de logements illégalement occupés s’élève respectivement à 8,5 %, 5 % et 3,8 % du parc immobilier de Messine, Syracuse et Raguse.

Sources : La Sicilia, 13 juin 2002 ; Giornale di Sicilia, 11 mai 2002 ; La Repubblica, édition de Palerme, 11 mai 2002.
Tableau 8. L’occupation illégale des logements sociaux dans quelques grandes villes siciliennes (2002)

  • 21 Ce quartier a fait l’objet de deux enquêtes de terrain, l’une en juillet 2002 et l’autre en septem (...)
  • 22 Le concours pour la construction du quartier ZEN 2 a été lancé en 1969. Le cahier des charges prév (...)
  • 23 La plupart des familles sont originaires du centre historique de Palerme. Elles ont fui des habita (...)
  • 24 D’après les données fournies par Federico Lazzaro, directeur du service technique de l’IACP de Pal (...)

13Le quartier ZEN 2 de Palerme constitue à la fois un cas emblématique et exemplaire (photographie 4)21. Dessiné par le célèbre architecte Vittorio Gregotti, il a été mis en chantier au début des années 1980 pour réorienter l’urbanisation vers le nord. ZEN 2 est en effet le sigle de Zone d’expansion nord no 222. Ce quartier a été le théâtre de la dernière occupation de masse que la ville ait connue23. Le tableau 9 montre qu’aujourd’hui le parc immobilier est squatté à hauteur de 80 %24 : 2 031 logements sur 2 540 sont occupés par des familles dépourvues de bail, ce qui représente une population de quelque 10 000 personnes. Sur les 15 immeubles que compte le quartier, 8 sont intégralement habités par des abusivi (occupants illégaux). Un seul l’est par les assignatari : des locataires détenteurs d’un bail en bonne et due forme. Les autres immeubles affichent un profil mixte. La part d’abusivi varie, atteignant au plus la moitié des occupants. Cette répartition des familles en fonction de leur statut se lit sur l’état du bâti : les immeubles les plus délabrés sont ceux où les locataires en situation irrégulière sont les plus nombreux ou les seuls occupants. Aux dégradations commises par les résidents eux-mêmes s’ajoute un entretien incertain et irrégulier des infrastructures de la part du bailleur qui, ne percevant aucun loyer, n’est guère prompt à assumer ses obligations et moins encore à y investir. Les abusivi n’acquittent en effet ni loyers, ni charges, ni redevances fiscales. Ceux du quartier ZEN 2 vivent dans cette situation depuis une vingtaine d’années désormais. Des contrats de location ont été proposés, non sans quelques difficultés et refus, à partir du moment où la loi d’amnistie a été votée en 2002. Au-delà de la portée financière, cette mesure cherchait à introduire le principe de légalité dans un quartier fondé sur la transgression de la loi.

  • 25 C’est encore à la faveur de l’obscurité que les 70 familles ont, par trois fois entre 2001et 2004, (...)

14L’occupation illégale des logements sociaux se déroule toujours selon le même scénario. Les opérations sont souvent menées de nuit pour tromper la vigilance des pouvoirs publics car l’objectif est de créer une situation de fait accompli, indispensable pour construire un rapport de force favorable25. Ce sont également des opérations collectives. L’occupation illégale des logements sociaux est rarement le résultat d’initiatives dispersées et isolées. Des meneurs sont même parfois choisis pour organiser sur place les opérations et jouer le rôle de porte-parole auprès des autorités.

Photographie 4. Barre du quartier ZEN 2 (2005)

Photographie 5. Petit commerce installé au pied d’un immeuble du quartier ZEN 2 (2005)

Photographie 6. Pigeonnier logé dans l’entresol d’un immeuble du quartier ZEN 2 (2006)

Photographie 7. Enclos construit au pied d’un immeuble du quartier ZEN 2 (2006)

  • 26 Entretien avec Federico Lazzaro, directeur du service technique de l’IACP de Palerme et responsabl (...)
  • 27 C’est le discours qui nous a été tenu par les familles qui occupaient les logements sociaux situés (...)
  • 28 C’est cette crainte qui a motivé Valentina Cioffi, son époux et ses trois enfants à occuper préven (...)

15L’action de groupe offre deux avantages. Elle permet tout d’abord de faire bloc face aux pouvoirs publics pour les dissuader de procéder à une expulsion. La crainte d’une émeute impliquant des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants explique l’absence de réaction contre les abusivi du quartier ZEN 226. Les quelques familles délogées de force des appartements qu’elles occupaient ont incendié l’immeuble en quittant les lieux. Par ailleurs, la légitimité de l’occupation illégale se trouve renforcée par le fait qu’il s’agit d’une action collective : celle-ci prouve aux autorités et à la société que l’illégalité permet de réparer une situation d’injustice sociale, en l’occurrence une offre insuffisante de logements publics. Le recours à l’illégalité apparaît ainsi comme un cas de force majeur27. Les partis politiques et la société civile apportent également plus facilement un soutien franc et actif lorsque l’opération mobilise plusieurs dizaines de familles. Enfin, les occupations se produisent juste avant la livraison du chantier. Les futurs squatters attendent le plus souvent que les travaux de gros œuvre soient achevés (toiture, murs, planchers) et les services élémentaires installés (réseau de distribution et d’évacuation des eaux, réseau électrique) pour prendre d’assaut les logements. Cet empressement s’explique par la crainte de voir les locataires légitimes entrer dans les lieux avant eux28.

Source : IACP de Palerme.
Tableau 9. Ventilation des logements du quartier ZEN 2 selon le mode d’occupation

  • 29 Entretien avec Federico Lazzaro, directeur du service technique de l’IACP de Palerme et responsabl (...)
  • 30 Pour une approche anthropologique de l’exclusion sociale dans le quartier ZEN 2, voir R. Fava, Ban (...)
  • 31 Cet isolement se lit dans la manière dont les habitants s’expriment : ceux-ci disent en effet « al (...)

16L’occupation illégale d’un lotissement porte un coup d’arrêt aux travaux. Cela fut fatal pour le quartier ZEN 229. Vingt ans après, celui-ci souffre toujours d’un grave sous-équipement en infrastructures et services collectifs30. Le réseau d’évacuation des eaux usées n’a jamais été raccordé à la station d’épuration. Les travaux d’embellissement urbain et d’aménagement n’ont pas été réalisés : les immeubles sont encore entourés de terrains vagues, dénués de toute végétation et d’installations aussi élémentaires que des bancs, des jeux pour enfants ou des luminaires. La zone d’activité qui devait constituer le principal pôle d’emplois du quartier n’a jamais vu le jour. L’offre scolaire se limite à deux établissements. Les services administratifs prévus sont absents. Le centre d’action sociale n’a pas non plus été construit. La prise en charge et le suivi des familles s’en trouvent ainsi fortement handicapés. Ce centre devait constituer le pivot du lotissement et assurer la jonction des quartiers ZEN 1 (construit au début des années 1960) et ZEN 2. Seule l’église a été construite à l’initiative de l’évêché. La Zone d’expansion nord no 2 n’est pas devenue ce quartier autonome qu’ambitionnaient les auteurs du projet. Un quartier où non seulement on dort, mais aussi on vit, travaille et consomme. Celui-ci traverse aujourd’hui une crise profonde : 64 % de ses habitants sont sans emploi (contre 35 % pour Palerme) et 5,4 % sont analphabètes (contre 2,2 % pour Palerme). Si l’occupation illégale n’explique pas à elle seule cette situation de crise, il est incontestable qu’elle est un facteur de premier plan. Elle joue un rôle de catalyseur car un grand nombre de problèmes architecturaux, urbanistiques et techniques ont surgi avec l’interruption des travaux. Faute de traitement, ils se sont accumulés, entraînant une profonde dégradation du bâti. L’occupation illégale a par ailleurs laminé le volontarisme de la municipalité sur lequel reposait le projet ZEN 2. Progressivement, le quartier a été abandonné à lui-même31. Celui-ci s’est replié sur lui-même, devenant une poche de misère et un foyer criminogène où la mafia recrute ses hommes de main pour les basses besognes. De petits commerces (quincaillerie, d’alimentation) se sont ouverts au pied des immeubles. Souvent tenus par des femmes, ils représentent un exceptionnel facteur de revitalisation et de remobilisation sociales (photographie 5). D’autres habitants ont développé des activités d’élevage, exploitant l’espace libre d’un entresol pour y mettre un pigeonnier (photographie 6) ou d’un terrain vague pour y construire un enclos (photographie 7).

  • 32 Pour améliorer les conditions de vie des habitants et mettre fin aux situations d’urgence sanitair (...)
  • 33 Aux travaux illégaux viennent s’ajouter les interventions des services publics, apportant leur con (...)
  • 34 Constat effectué lors de la visite du 22 juillet 2002 en compagnie du géomètre Salvatore Galioto d (...)
  • 35 IACP della provincia di Palermo, Lavori di ricostruzione dei rami fognari acquebianche e nere nell (...)
  • 36 Città di Palermo, Ripartizione urbanistica, Quartiere San Filippo Neri (ZEN).Programmi integrati d (...)
  • 37 Il semblerait que le clan Lo Piccolo ait ces dernières années soumis les habitants du quartier à u (...)

17Pour compenser les carences en équipements ou leurs défaillances, les habitants s’organisent. Une gestion parallèle du quartier ZEN 2 s’est ainsi développée au fil des ans en fonction des problèmes à résoudre. Les travaux pour la réalisation des réseaux d’eau et d’électricité ont été gérés au niveau de chaque immeuble : les familles se sont regroupées, ont fait appel à un entrepreneur et ont effectué une collecte de fonds pour financer les opérations32. Réalisés au coup par coup, sans plan d’ensemble, et rectifiés au fil des interventions, ces travaux manquent de rationalité et posent de graves problèmes en matière d’hygiène et de sécurité33. Ils sont par exemple à l’origine d’un réseau anarchique de tubes et de câbles enchevêtrés34. Les familles se sont également organisées pour intervenir sur le réseau d’évacuation des eaux usées. L’occupation des logements s’est produite avant que le réseau extérieur d’évacuation des eaux usées ne soit achevé et relié au collecteur général35. Sous l’effet de la stagnation des liquides et de la mauvaise qualité des matériaux employés, d’importantes incrustations se sont formées dans les tuyaux, au point de réduire leur capacité d’évacuation. Des remontées d’eaux usées se sont alors produites, celles-ci stagnant à l’air libre dans les cours des immeubles et les allées adjacentes. En désirant résoudre par eux-mêmes le problème, les habitants l’ont amplifié. La réfection de ce réseau constitue aujourd’hui un des principaux axes du programme de réhabilitation du quartier. Le coût des travaux était chiffré en 1999 à 3 millliards de lires (1,5 million d’euros)36. Ces initiatives témoignent d’une « culture de la survie » qui se développe dans ce genre de quartier. Ces situations sont également propices au développement de pratiques illicites comme le montre cet exemple : alors que l’approvisionnement en eau des logements est assuré par une centrale de distribution, jusqu’en 2000 les familles se sont vues contraintes de verser entre 5 et 15 euros par mois à un homme du quartier qui s’était arrogé le contrôle de cette centrale37.

  • 38 Entretien avec Calogero Corrao, adjoint au maire de Palerme pour les ressources immobilières, en d (...)
  • 39 Giornale di sicilia, 15 mai 2002.
  • 40 Le dernier appel d’offres avait été organisé en 1976 : 46 000 demandes de logement social avaient (...)
  • 41 Données fournies par Fernanda Ferreri, directrice du service des attributions auprès de Bureau du (...)
  • 42 Entretien avec Calogero Corrao, adjoint au maire de Palerme pour les ressources immobilières, en d (...)

18Le phénomène de l’occupation des logements sociaux est directement lié à la structure du marché palermitain du logement public, qui est marqué par un fort déséquilibre entre l’offre et la demande38. La situation est si grave que des hommes politiques tels que l’assesseur régional aux travaux publics Domenico Micelli parlent de faim de logement comme à l’époque de l’après-guerre39. Un peu plus de 11 000 dossiers pour l’attribution d’un logement social ont été déposés en 2004. La demande réelle est cependant supérieure car de potentiels bénéficiaires n’ont pas fait acte de candidature soit qu’ils ignorent l’existence d’un nouvel appel d’offres40, soit qu’ils aient renoncé à la suite de sollicitations restées longtemps insatisfaites, soit encore par simple indifférence pour la voie légale d’attribution. La demande réelle tourne davantage autour de 12 000 familles41. L’offre est quant à elle bien limitée car la municipalité dispose en tout et pour tout d’un peu moins de 600 logements libres42. Cette offre n’est pas appelée à augmenter de manière considérable dans un futur proche car seuls 2 618 logements sociaux sont programmés, ce qui permet de couvrir seulement un cinquième des besoins actuels. La plupart de ces futurs logements correspondent à des opérations de requalification urbaine menées dans le centre et en périphérie. Très peu de nouvelles constructions sont envisagées en raison du budget déficitaire de l’IACP et des faibles réserves foncières dont dispose la ville. La pression sur le logement social restera forte au cours des prochaines années, le temps que les projets voient le jour. L’occupation illégale demeurera en conséquence une solution pour les familles les plus modestes qui ne parviennent pas à accéder à un logement du parc social.

  • 43 A. Sciascia, Tra le modernità dell’architettura. La questione del quartiere ZEN 2 di Palermo, 2003
  • 44 Un mur sépare désormais les deux quartiers, renforçant un peu plus l’isolement et la marginalisati (...)
  • 45 A. Sciascia, Tra le modernità dell’architettura. La questione del quartiere ZEN 2 di Palermo, 2003
  • 46 Il s’agit de la loi no 11 du 9 août 2002.
  • 47 La Repubblica, édition de Palerme, 23 août 2008. Un phénomène comparable a été observé à Rome. Un (...)

19Cela fait maintenant quatre décennies que le phénomène perdure. Sa pérennité et son développement sur une grande échelle sont directement imputables à la manière dont les pouvoirs publics successifs ont pris en charge cette question. Un premier constat s’impose : la municipalité n’a jamais mis fin à une situation d’illégalité et réaffirmé par des actes le caractère inviolable de la loi. Aucun immeuble squatté n’a été évacué, exception faite de la tentative menée dans le quartier ZEN 2, qui s’est soldée par des actes de vandalisme. Il est incontestable qu’une opération d’expulsion présente des difficultés techniques majeures car il faut gérer l’opposition collective de dizaines voire de centaines de familles. Elle comporte également des risques politiques tout aussi importants (accidents, diffusion d’une image négative dans l’opinion, opportunité exploitée par les partis d’opposition). Cette situation n’a pas manqué d’être interprétée comme un signe de tolérance et exploitée comme tel. L’absence de réaction de la part des autorités fait que l’appropriation d’un logement social n’est pas perçue comme une transgression du principe de propriété privée ni un délit, mais comme un moyen légitime pour satisfaire un besoin que l’on estime ne pas être pris en charge par la collectivité. Les vagues successives d’occupation qu’a connues la ville se sont nourries de cette tolérance publique. Les seuls quartiers nord ont connu trois mouvements d’occupation en l’espace d’une décennie à peine. Le cycle s’est ouvert en 1968 lorsque les 316 logements du lotissement Borgo Pallavicino sont pris d’assaut43. Il s’est poursuivi avec les 1 203 logements du quartier ZEN 1 et enfin les 2 000 logements du quartier ZEN 244. Cette tolérance obéit également à des considérations politiques car c’est un instrument efficace pour se constituer ou élargir une clientèle dans un jeu électoral fortement marqué par l’achat de voix. Accepter le fait accompli permet de gagner les faveurs des électeurs… La tolérance des pouvoirs publics prend également la forme de lois d’amnistie qui ont pour effet de conforter le sentiment d’impunité. C’est au moment où se discutait publiquement l’opportunité d’une telle loi que 73 des 104 logements sociaux situés via Mozambico étaient pour la première fois pris d’assaut en 2001. La Zone d’expansion nord qui comprend les quartiers ZEN 1 et ZEN 2 a connu trois mesures d’amnistie en dix ans45. Lorsque les travaux du quartier ZEN 2 sont lancés, deux lois ont déjà été adoptées. Cela a sans conteste encouragé son occupation. Les familles qui s’y sont installées ont été les bénéficiaires de la troisième procédure d’amnistie votée en août 2002 par le parlement sicilien46. L’instrument législatif ne résout pas complètement la situation. Dans le cas du quartier ZEN 2, seules les familles qui se sont installées illégalement avant le 31 décembre 1990 peuvent bénéficier de la loi d’amnistie. Or, nombre d’entre elles ont quitté et revendu leur appartement à de nouveaux occupants. La pénurie de logement a en effet favorisé la formation d’un marché immobilier parallèle : un appartement dans le quartier ZEN 2 se monnaye, sans titre de propriété bien entendu, jusqu’à 30 000 voire 40 000 euros47. Plutôt que de mettre fin à la situation d’illégalité, la loi d’amnistie la prolonge.

  • 48 La Repubblica, édition de Palerme, 22 juillet 2003.

20Au-delà de l’impact urbanistique, cette pratique nourrit une crise de confiance dans l’État. L’occupation illégale d’un lotissement prive une partie des citoyens du logement qui leur a été attribué à l’instar de cet homme qui déclare « avoir passé la moitié de [sa] vie à courir derrière les occupants illégaux de logement social »48. Le logement qui l’attendait dans le quartier ZEN 2 a été illégalement occupé. Puis celui qui lui était destiné dans le lotissement construit via Mozambico a été à son tour squatté. Cet exemple peut-être extrême, mais qui n’est pas unique, permet de voir comment l’illégalité travaille en profondeur la société palermitaine et mine sa cohésion. On peut aisément comprendre les sentiments de rancœur et de méfiance éprouvés par les citoyens à l’encontre de leurs gouvernants : non seulement ceux-ci ne jouent pas le rôle de garant des droits individuels, mais en plus ils contribuent à l’institutionnalisation de pratiques illégales en ne les réprimant pas. Il n’est guère surprenant de voir dans ces conditions le développement de mécanismes de désinhibition, faisant de l’adage « si les autres l’ont fait, pourquoi pas moi » un principe de vie en société.

21La Cour de cassation, dans un arrêt rendu en septembre 2007, rappelle, si besoin en était, qu’un domicile constitue un bien aussi essentiel que la santé ou la vie. En conséquence, occuper un logement public lorsqu’on se trouve dans une situation d’« indigence réelle » selon les termes de l’arrêt n’est pas un délit. Cette décision fait suite à la condamnation par le tribunal puis la cour d’appel de Rome d’une femme seule avec un enfant à charge à une amende de 600 euros, pour l’occupation illégale d’un logement situé dans un immeuble de propriété de l’IACP de Rome. À charge à présent pour la cour d’appel de Rome de diligenter une enquête sociale afin d’évaluer les conditions de vie de cette personne. Si son état de pauvreté est confirmé, sa condamnation sera définitivement annulée.

Encart 7. Cela n’arrive pas qu’aux autres…
Cet article montre bien que ce sont les faibles et les plus démunis qui, au final, sont les principales victimes d’un système où l’État ne garantit pas les droits de chacun et laisse s’instaurer une concurrence primaire et brutale entre ses administrés pour la satisfaction de leurs besoins les plus élémentaires.
« Mastro Lino, en mémoire de votre mère, nous vous donnerons un appartement. » C’est ce que vinrent lui dirent, honteux, ceux qui avaient enjambé le corps de cette femme morte d’un infarctus, venue défendre le logement social que son fils invalide et sa famille s’étaient vu attribuer. Il leur répondit non, les yeux pleins de larmes : « Dans “ma” maison je veux y entrer par la porte principale. » Deux ans se sont écoulés et il vit toujours dans son abject taudis. « Sa » maison, pour la troisième fois, risque d’être attribuée à d’autres suite à une amnistie. Nous sommes dans le quartier Castello à Pizzo Calabro [région de Naples]. C’est un quartier délabré, aux rues si étroites qu’on ne peut y circuler avec un parapluie ouvert, aux maisons en ruine et aux toits éventrés. Ça sent la misère. Cette odeur douceâtre d’égouts et de gasoil, de moisissure et d’immondices que l’on retrouve dans tous les bassi [terme italien pour désigner les quartiers populaires des centres-villes] de la planète.
Michele Vallone dit « Mastro Lino » vit ici. Il bivouaque au beau milieu d’une pile de vieux cartons, de vieux vêtements, de vieux journaux, de vieux lits de camp et de vieux fauteuils défoncés, avec son épouse Carmela et trois de ses quatre enfants. La quatrième, la bienheureuse, s’est mariée et vit ailleurs. Au rez-de-chaussée, une pièce et un réduit partagés en copropriété avec une colonie de rats noirs. À l’étage, deux chambres encombrées de lits et de choses diverses, auxquelles on accède par un minuscule escalier en colimaçon […]. La hauteur sous plafond, selon une expertise de la municipalité, est entre 2,26 et 2,55 m, soit nettement inférieure aux normes. Les murs « suintent d’humidité ». La maison a été « déclarée insalubre ». Douze ans se sont écoulés depuis cette expertise et la situation a empiré. […] Loyer du taudis : 130 euros par mois. Soit plus de la moitié de ce que « Mastro Lino » perçoit au titre de l’allocation d’invalidité […]. Il touche en outre 700 euros par mois en qualité d’agent technique dans un établissement scolaire.
Il n’a toujours pas obtenu satisfaction depuis le dépôt de sa première demande de logement social en 1977 […]. Et par trois fois, ce logement lui est passé sous le nez. La première fois c’était au milieu des années 1980. Les services administratifs ont omis de lui en attribuer un. Ils lui ont imputé un revenu « non défini » et ont oublié de comptabiliser un de ses enfants. Il protesta : « J’en ai trois et avec trois je devrais être parmi les premiers du classement ! » Ce fut inutile : « Désolé, Mastro Lino, mais pour cette fois c’est trop tard… » La seconde fois c’était en 92, lorsque, après la naissance du quatrième enfant, on reconnut qu’il vivait dans un réduit insalubre aux plafonds trop bas et qu’il était frappé par une mesure d’expulsion. Il fut classé en cinquième position sur la liste des ayants-droit. C’était sans compter l’occupation par un groupe de familles des immeubles à peine construits. Il se mit à espérer l’expulsion des squatters. La municipalité de Pizzo Calabro lui écrivit pour l’inviter à se présenter à 9 heures le 22 juillet 1993 dans la localité de Sant’Antonio car, à cette heure-là, les expulsions auraient été exécutées et il pourrait alors prendre possession de sa maison. La région procéda cependant à une amnistie, reconnaissant ainsi aux squatters le droit de rester même avec un revenu deux fois supérieur à celui fixé pour obtenir un logement social. Résultat : les plus malins furent récompensés et lui resta avec les rats. La farce prit un tour tragique voilà deux ans. Vingt-huit ans après le dépôt de la première demande de logement social, Mastro Lino se retrouva en tête du classement provisoire des futurs locataires d’un petit immeuble […]. Rien d’exceptionnel finalement, une maison digne de ce nom, avec l’eau et l’électricité, trois chambres et un balcon. Sans taches sur les murs. Sans rats. Le traitement du dossier administratif, de bureau en bureau, de timbre fiscal en timbre fiscal, de tampon en tampon, n’avançait pas. De juillet on arriva à Noël, au jour de l’An, à l’Épiphanie. Jusqu’à cette matinée du 17 janvier 2005 où quelqu’un lança l’alarme : « Ils sont en train d’occuper votre immeuble ! » Comment ? Malgré les serrures de sécurité ? Malgré le système d’alarme installé par l’ATERP [Agence territoriale pour le logement social] ? Malgré les carabiniers situés à deux pas et la police municipale à une centaine de mètres ? La première à se rendre sur place, emmenée par un neveu, fut la mère de Mastro Lino […]. Elle s’installa dans le couloir de l’escalier de gauche pour interdire le passage aux squatters qui faisaient des allers-retours, chargés de fauteuils, de malles, de lits et de téléviseurs : « Vous ne pouvez pas le faire ! Mon fils attend depuis près de trente ans ! Vous ne pouvez pas le faire ! » Il se peut qu’elle ait été bousculée, il se peut que quelqu’un l’ait invitée à s’occuper de ses affaires. Son cœur flancha. Elle s’écroula à terre, au milieu du couloir.
« Elle est morte ! » dit quelqu’un. Ils la couvrirent d’une couverture et continuèrent les allers-retours avec leurs meubles, déplaçant le cadavre. Et les carabiniers ? Euh… La police municipale ? Euh… La police qui se précipita sur les lieux ? Euh… Tous étaient présents sur place, tous ont été incapables d’intervenir, tous écartaient les bras face aux insultes et aux larmes de rage de Mastro Lino et de sa famille. […]. Deux jours plus tard, alors que le maire, l’ATERP et les autorités assuraient que les squatters seraient tous immédiatement expulsés […], une petite délégation se présenta au taudis de Mastro Lino : « Il y a encore un appartement de libre, il est beau, nous l’avons mis de côté pour vous. » « Merci, mais depuis quand par ici l’attribution est faite par des abusivi ? Depuis quand ? Je veux rentrer chez moi par la porte avec ma propre clef, sans casser la serrure ! » Deux années ont passé et les arrogants sont toujours là. L’ENEL n’a pas effectué le raccordement au réseau électrique. Miracle, ils ont l’électricité. La municipalité n’a pas effectué le raccordement au réseau d’eau. Miracle, ils ont de l’eau. Au niveau de chaque balcon trône une antenne parabolique pour capter Sky [chaîne payante] et la télé par satellite, autant de marques indécentes et offensantes à l’égard des vrais pauvres qui vivent dans des conditions désespérées. C’est un spectacle humiliant qui pourrait être […] rendu insupportable par une nouvelle mesure d’amnistie régionale. […] À moins que, pour une fois, l’État ne se décide finalement à montrer qu’il existe aussi à Pizzo Calabro et restaure un minimum de légalité, jetant dehors les plus malins et restituant leurs maisons à Mastro Lino et à ceux qui sont dans sa situation.
Gian Antonio Stella, « L’invalido sfrattato tre colte dagli abusivi », Corriere della Sera, 30 mars 2007 (traduction de l’auteur).

Les décharges sauvages

  • 49 Selon les données de l’entreprise AMIA.
  • 50 Il existe également des décharges implantées sur des terrains privatifs, mais elles ne seront pas (...)
  • 51 Les opérations de nettoyage et de remise en état des sites lui coûtent chaque année 3,5 millions d (...)
  • 52 La Repubblica, édition de Palerme, 27 août 2001.
  • 53 La Repubblica, édition de Palerme, 13 février 2001.
  • 54 L’AMIA a décidé de placer les sites les plus utilisés sous surveillance vidéo afin de dissuader le (...)

22Palerme a produit 425 465 tonnes de déchets en 2006, soit un peu moins de 620 kg par habitant49. Une partie de ces déchets alimente les décharges sauvages qui se développent sur la voie publique50. Leur présence sur le sol palermitain n’a pas fait l’objet d’un recensement exhaustif. Il est néanmoins possible d’en dresser un tableau géographique à partir de l’inventaire des principaux sites établi par l’AMIA (entreprise chargée de la gestion des déchets à Palerme)51. Une centaine de décharges sauvages étaient dénombrées en 1998 et un peu moins d’une cinquantaine en 2003 (tableau 11). L’entreprise assure que la baisse constatée est directement liée aux efforts engagés pour combattre ce problème. Celui-ci a incontestablement bénéficié au cours des dernières années d’une attention plus soutenue que par le passé de la part des pouvoirs publics, qui n’ont pas manqué de l’inscrire en tête du cahier des charges de l’entreprise. Leurs motivations tiennent autant à la volonté de répondre aux attentes de la population en matière de qualité de vie que d’offrir aux touristes l’image d’une ville propre et policée. La période considérée est toutefois bien trop courte pour considérer qu’il s’agit là d’une tendance de fond. Le nombre réel de décharges sauvages est supérieur sans qu’il soit pour autant possible d’en fournir une estimation précise car les plus petites ne sont pas comptabilisées en raison de leur taille, de la rapidité (toute relative) avec laquelle elles sont éliminées et de la rareté des poursuites judciaires à leur encontre. Le tableau 11 montre que les décharges illégales sont disséminées sur l’ensemble du territoire palermitain. Leur distribution n’est cependant pas uniforme. En 2003, elles se localisent principalement dans les 4e et 7e circonscriptions. Cette géographie a peu évolué car, déjà en 1998, ces deux circonscriptions rassemblaient les deux tiers des décharges sauvages recensées. Ce sont les 1re, 6e et 8e circonscriptions qui, à l’opposé, en enregistrent le moins. Les décharges sauvages sont de taille variable, de quelques dizaines de mètres cubes pour les plus petites à plusieurs centaines voire plusieurs milliers pour les plus imposantes. Ces dernières se localisent en périphérie où sont installées les zones d’activité qui produisent le plus de déchets. C’est également dans les faubourgs que se rencontrent les terrains laissés en friche ou en attente d’affectation. L’espace ainsi disponible est facilement investi tant par des entrepreneurs que par des particuliers pour le dépôt des déchets. Les berges du fleuve Oreto sont ainsi devenues au fil des années une des principales décharges sauvages de Palerme, où se sont accumulés châssis de voitures et de mobylettes, appareils électroménagers, gravats produits par le secteur du bâtiment et travaux publics, ordures ménagères, pneumatiques, résidus des abattoirs clandestins… Les quartiers du centre et particulièrement du centre historique ne sont pas pour autant épargnés. Leurs rues sont régulièrement encombrées par de petits dépôts de déchets en tout genre qui n’apparaissent pas dans l’inventaire de l’AMIA mais font complètement partie de la géographie locale. Nos observations sur le terrain menées entre 2002 et 2005 ont en effet montré que tout espace disponible peut, potentiellement, devenir un site de stockage. Les décharges sauvages se caractérisent enfin par une forte inertie géographique : elles ont tendance à se reformer systématiquement aux mêmes endroits. L’intervalle qui sépare la reconstitution d’une décharge varie de quelques heures à plusieurs semaines. Une nuit a suffi pour que la zone nettoyée par les techniciens de l’AMIA sur la route reliant Villabate à Palerme redevienne une décharge sauvage en août 200152. Trois mois ont été nécessaires pour que se reconstitue le dépôt d’automobiles abandonnées dans le quartier ZEN 2 en février 200153. Seules des interventions régulières de déblaiement couplées avec une étroite surveillance peuvent briser ces cycles54.

Source : Ministero dell’Ambiente, Rapporto sull’ambiente, 2000.
Tableau 10. Quantité de déchets urbains produite à Palerme (1998)

23Les décharges sauvages ont des effets directs localisés sur l’environnement et la santé publique. Le fibrociment représente le principal risque en matière sanitaire. Mélange de ciment et d’amiante, ce matériau a largement été employé pour la confection de gouttières et de vasques pour le stockage de l’eau dans les habitations. Le remplacement progressif de ces éléments explique leur présence croissante dans les décharges sauvages. Le fibrociment est inoffensif s’il demeure intact. Il devient dangereux pour la santé s’il s’érode car ses poussières sont hautement cancérogènes. Sur le plan environnemental, l’impact le plus fréquent est la pollution des nappes phréatiques par des liquides dangereux comme les huiles, les boues industrielles ou les peintures.

Source : Données fournies l’AMIA et publiées par le quotidien Giornale di Sicilia en date du 29 février 2004.
Tableau 11. Distribution des décharges illégales par circonscriptions en 1998, 2000 et 2003

  • 1 Turin, Milan, Venise, Gênes, Bologne, Florence, Bari, Rome, Naples, Palerme, Catane et Cagliari

Source : Ministero dell’Ambiente, Rapporto sull’ambiente, 2001.
Note 11
Tableau 12. Nombre de conteneurs pour la collecte des déchets urbains (1998)

  • 2 Turin, Milan, Venise, Vérone, Gênes, Bologne, Florence, Rome, Naples, Bari, Palerme, Catane et Cag (...)

Source : ISTAT, I cittadini e l’ambiente nelle grandi città, 2000.
Note 12
Tableau 13. Opinions concernant l’accessibilité des conteneurs pour la collecte des déchets urbains (1998)

  • 55 Relevés de terrain effectués entre 2001 et 2004.

24Les décharges sauvages se développent de manière spontanée, en l’absence de toute volonté organisatrice. Elles sont le résultat d’une multitude d’actions individuelles, indépendantes les unes des autres et qu’aucun acteur ne contrôle, chacun apportant sa pierre à l’édifice. Le seul lien invisible qui unit ces actions est un effet d’imitation, selon le principe qu’une action entraîne une action de même nature par le seul fait qu’elle constitue un exemple. Le suivi de plusieurs décharges sauvages montre qu’il suffit d’un facteur déclencheur comme l’abandon d’une épave de voiture, de quelques sacs poubelles, de débris de maçonnerie par un entrepreneur ou un bricoleur peu scrupuleux pour qu’un processus d’accumulation se mette en place55. En peu de temps, cela se transforme en un monticule d’objets hétéroclites (meubles, appareils électroménagers, literie, immondices…). Pour comprendre ce phénomène, nous avons travaillé sur trois hypothèses.

  • 56 Ministero dell’ambiente, Rapporto sul ambiente, 2001.
  • 57 Istituto nazionale di statistica, Rapporto annuale, 1998.

25La première postule qu’il existe une carence en équipements collectifs : faute de conteneurs en quantité suffisante, certains Palermitains sont contraints d’avoir recours à des décharges sauvages pour se débarrasser de leurs déchets. Si Palerme est effectivement marquée par un léger sous-équipement à côté des autres grandes villes italiennes, celui-ci est limité (tableau 12). La ville dispose de 18,9 conteneurs pour 1 000 habitants (poubelles de rue et bennes de copropriété), soit 12 points de moins que la moyenne56. Avec près de 82 conteneurs au km², elle se situe également sous la moyenne (126,76). Compte tenu des écarts constatés entre les valeurs, il est plus pertinent de prendre la médiane comme point de référence (81,44 conteneurs au km²) : le sous-équipement palermitain s’estompe alors complètement. Les décharges sauvages ne sont pas la conséquence d’un déficit en poubelles de rue et en bennes car le taux d’équipement des Palermitains est comparable à celui des habitants des autres grandes villes de la péninsule et des îles. Examinons à présent le niveau d’accessibilité de ces équipements, étant donné que les usagers peuvent bénéficier d’un taux d’équipement satisfaisant sans pour autant utiliser pleinement les services ou les infrastructures mis à leur disposition. L’enquête menée par l’Institut national de statistiques à la fin des anénes 1990 montre que les trois quarts des familles palermitaines n’éprouvent aucune difficulté pour accéder aux conteneurs (tableau 13)57. Seules 7,4 % des familles interrogées déclarent être confrontées à d’importantes difficultés d’accès. Ce résultat est à peine supérieur à la moyenne établie pour les 13 plus grandes villes. L’accessibilité des conteneurs ne constitue pas non plus un facteur explicatif recevable.

  • 58 A. Moch, S. Rieber, A. Simeone, « Attitudes et représentations vis-à-vis des déchets », 1999.

26La deuxième hypothèse privilégie la piste des représentations en interrogeant les valeurs que les Palermitains associent à l’espace public pour comprendre la manière dont ils se l’approprient et l’utilisent. Les décharges sauvages dévoilent tout d’abord un conflit entre l’intérêt individuel et l’intérêt collectif58. L’usager a deux solutions pour se débarrasser de ses déchets : soit utiliser les équipements mis à sa disposition (bennes, poubelles de rue, décharge municipale), soit les laisser sur la voie publique. Selon qu’il adopte l’une ou l’autre de ces solutions, il n’établit pas la même relation avec la collectivité. L’existence des décharges sauvages témoigne de l’incapacité des Palermitains qui les utilisent à projeter leur propre bien-être dans le bien-être collectif. Les deux états sont perçus comme parallèles et concurrents, et non inclusifs l’un de l’autre et interdépendants. Les décharges sauvages sont également l’expression d’un processus de dévalorisation de l’espace public. Jean Gouhier observe en effet :

  • 59 J. Gouhier, « De la décharge au territoire de qualité : évolution de la place des déchets dans la (...)

… l’état de propreté d’un espace d’usage est en relation avec la considération qu’on lui accorde. Les espaces marqués par les salissures et les résidus sont déconsidérés et déclassés en aires de débarras et de décharge. Ce sont des espaces sans usage reconnu, des espaces sociaux morts.59

  • 60 J. Wilson, G. Killing, « Vitres cassées », 1994.

27Pour les utilisateurs des décharges sauvages, l’espace public n’est donc pas associé à des valeurs positives. Celui-ci n’est pas conçu comme un lieu qui appartient à l’ensemble de la collectivité mais comme un lieu qui n’appartient à personne et qui peut être utilisé pour satisfaire des besoins privés. Il cesse d’être un espace partagé. Remarquons enfin que les décharges sauvages peuvent se développer sur la voie publique parce qu’il existe un faible niveau d’autocontrôle du territoire. Les comportements irréguliers et transgressifs s’en trouvent de la sorte favorisés. L’idée d’autocontrôle est empruntée aux travaux que les sociologues américains James Wilson et George Killing ont consacrés au problème de l’insécurité urbaine60. Elle désigne la capacité d’une collectivité à contrôler les usages de l’espace public par le biais de mécanismes informels comme le degré de tolérance. Plus une pratique territoriale ou sociale irrégulière est rejetée par l’ensemble de la collectivité, plus elle aura des difficultés à s’exprimer ; sa tolérance stimule au contraire son développement.

28La troisième et dernière hypothèse retient les motivations économiques de certains entrepreneurs, notamment dans l’industrie et le BTP, qui ont recours à des décharges sauvages pour augmenter leur compétitivité. Ces deux secteurs ont en effet la particularité de générer d’importantes quantités de déchets (métaux ferreux ou non, amiante, fibrociment, béton armé, gravats, huiles…) qui nécessitent un traitement spécifique sur des sites appropriés. La prise en charge de ces déchets représente un coût qui se répercute dans le prix de vente du service ou du produit. Le seul moyen de faire des économies est alors de contourner la réglementation en vigueur. La concurrence constitue en outre un « processus incitatif » car les entreprises cherchent en permanence à améliorer leur position comme l’observe le colonel Giorgio Toschi de la Brigade financière (Guardia di finanza) de la Sicile :

  • 61 Intervention de Giorgio Toschi, chef du commandement régional de la Guardiadi finanza de la Sicile (...)

Incontestablement, pour les entrepreneurs privés producteurs de déchets de toute nature, l’activité de ramassage, de tri et de mise en décharge représente un facteur de coût qui pèse sur la capacité et la qualité à être présent sur le marché. Pour cette raison, l’entrepreneur est conduit, comme pour les autres facteurs coûts, à réduire au minimum les dépenses à engager et à surveiller chaque paramètre susceptible de peser sur l’équation coût-production-prix, afin de garantir ou améliorer sa présence sur le marché. Dans cette logique purement économique, il est évident que l’entreprise qui se sépare illégalement de ses déchets, en réalisant de substantielles économies de coût, renforce sa position par rapport à une entreprise qui, à l’inverse, respecte la réglementation et assume tous les coûts. La violation de la réglementation en matière de déchets possède des effets environnementaux considérables et souvent irréversibles. Elle alimente également un processus incitatif permanent pour les autres entreprises, qui justifient leur violation de la loi comme une nécessité pour assurer leur compétitivité.61

  • 62 Giornale di Sicilia, 29 janvier 2002.

29Les entrepreneurs peuvent aussi utiliser les services de décharges sauvages privées. Bien qu’elles soient payantes, l’opération reste avantageuse : les coûts d’exploitation du site sont inférieurs à ceux pratiqués dans les décharges légales dans la mesure où la législation sur la gestion des déchets n’est pas respectée. C’est pourquoi elles remportent un certain succès. Une décharge sauvage a été démantelée au nord de la ville au début de l’année 2002. Elle aurait rapporté à ses propriétaires 250 000 euros (le double si les coûts de l’évasion fiscale sont ajoutés aux bénéfices)62. Quoi qu’il en soit, le nombre insuffisant de plates-formes spécialisées pour traiter ces déchets particuliers crée une situation où les entrepreneurs sont tentés d’utiliser des décharges sauvages.

30Le schéma suivant propose une synthèse du processus de privatisation de l’espace public à Palerme qui crée les conditions favorables au développement des décharges illégales.

Schéma 2. Processus de privatisation de l’espace public palermitain

***

31Les trois études de cas successivement abordées dans ce chapitre ont mis en évidence que, pour une partie de la population, l’illégalité constitue un moyen légitime pour satisfaire un besoin (ainsi se justifie le recours aux décharges sauvages et l’occupation illégale des logements sociaux) ou développer une activité économique (quand il s’agit de l’ouverture de parcs de stationnement illégaux). Les pouvoirs publics évoluent dans un contexte territorial fortement marqué par l’illégalité. Par conséquent, une ville comme Palerme ne se gère pas de la même manière qu’une ville comme Bologne ou Turin, Lyon ou Bordeaux. Des contraintes territoriales spécifiques pèsent sur l’aménagement de Palerme et d’une manière plus générale sur l’action de la municipalité. Ce constat établi, il nous faut résoudre deux interrogations. Quelle part de responsabilité les pouvoirs publics palermitains ont-ils dans l’existence de cette situation ? Leur responsabilité s’établit à deux niveaux. Par la manière dont elles ont pensé et réalisé l’aménagement de Palerme, les autorités municipales ont créé les conditions pour que ces usages illégaux du sol public se développent. Ceux-ci compensent dans une certaine mesure les insuffisances et les erreurs de l’action politique. Les pouvoirs publics ont par ailleurs laissé s’installer ces situations d’illégalité, favorisant de la sorte leur institutionnalisation. Les décharges illégales et les parcs de stationnement clandestins font désormais partie intégrante du paysage urbain tant pour les habitants que pour les touristes. Ces pratiques illégales sont également un rouage de la mécanique urbaine. Deux éléments permettent d’expliquer cette tolérance de la part des pouvoirs publics. Sans doute avaient-ils la conviction que ces pratiques pouvaient constituer des réponses sinon légitimes du moins logiques et pragmatiques aux problèmes urbanistiques qui se posaient. Il faut également tenir compte des préoccupations électoralistes. La construction de clientèles électorales a structuré (et pollué) le jeu politique palermitain pendant de longues décennies. Dans ces conditions, la remise en cause de ces usages illégaux du sol public par des interventions énergiques a pu être considérée comme contre-productive.

32Quelles conséquences ces pratiques ont-elles ? En laissant s’installer des situations d’illégalité territoriale, la municipalité perd la confiance de ses administrés car elle n’assume pas sa fonction principale qui est d’incarner et de défendre l’intérêt général. Cela se voit tout particulièrement avec l’occupation illégale des logements sociaux : les bénéficiaires légitimes se retrouvent dans l’incapacité de prendre possession de l’appartement qui leur a pourtant été attribué. La sédimentation de pratiques illégales et leur diffusion dans toute la société posent ensuite le problème de leur démantèlement : il est en effet d’autant plus difficile de disqualifier des comportements qu’ils sont devenus d’un usage courant. Ces situations d’illégalité territoriale ont également des répercussions dans l’aménagement du territoire. L’occupation des lotissements du quartier ZEN 2 est directement responsable de l’abandon en cours de route du projet, et du processus de marginalisation du quartier qui s’est ensuivi. La création de parcs de stationnement publics se heurte à la présence de parcs de stationnement clandestins. Au-delà de l’impact localisé de ces différentes pratiques, c’est l’ensemble de la politique urbaine qui se trouve fragilisé car comment planifier le développement et l’équipement d’une ville soumise à ces formes de privatisation ? Ceux-ci font perdre à l’espace public son statut et sa fonction. Il n’est plus ce lieu qui, parce qu’il appartient à la collectivité, n’appartient à personne. Il cesse également d’être ce lieu qui matérialise la vie en société tant sous la forme d’un lotissement de logements sociaux (expression d’une politique de solidarité et de redistribution de la richesse à destination des plus démunis) que d’une place publique (lieu d’échange et de rencontre, mais aussi articulation mécanique indispensable au bon fonctionnement du territoire).

Notes

1 Cette carte a été dressée à partir de relevés de terrain réalisés entre 2001 et 2004sous la forme d’enquêtes bi-annuelles et des procès-verbaux établis par le groupe d’intervention spécial de la police municipale de Palerme chargé de la lutte contre les gestionnaires de parcs de stationnement clandestins. Ce recensement n’est pas exhaustif. À la difficulté de maîtriser les moindres replis du territoire palermitain s’ajoute le caractère temporaire de certains parcs de stationnement qui se développent à la faveur d’un événement (rencontre sportive, manifestation internationale…) et disparaissent lorsque celui-ci prend fin. Au total, 138 parcs de stationnement clandestins ont été dénombrés. Les deux tiers d’entre eux se situent dans le centre-ville. Celui-ci est envisagé ici dans son extension maximale, depuis la via Nortarbartolo au nord jusqu’à la gare centrale et à l’hôpital au sud, du front de mer à l’est jusqu’au palais de justice à l’ouest. Il comprend, outre le centre historique, les quartiers où se concentrent les administrations, les banques, les commerces et les bureaux.

2 La presse locale se fait régulièrement l’écho de ces faits divers.

3 Entretien en date du 15 juillet 2004 avec le posteggiatore abusivo situé via Venti Settembre.

4 Entretien en date du 15 juillet 2004 avec le posteggiatore abusivo situé piazza Ungheria.

5 Ces procès-verbaux nous ont été communiqués par Filippo Monacò du groupe d’intervention spéciale de la police municipale de Palerme lors de notre entretien du 8 juin 2004.

6 A. Lamberti, « Vivere ai margini dell’illegalità : il posteggio absuvo », 1990.

7 La Repubblica, édition de Palerme, 18 février 2002.

8 Istituto nazionale di statistica, Rapporto annuale, 1998.

9 Città di Palermo, Assessorato al territorio (Ripartizione urbanistica), Relazione generale. Palermo città di città, 1994.

10 Ibid.

11 Entretien avec Valentina Vadalà, responsable de la planification auprès du Service de l’urbanisme de la municipalité de Palerme, en date du 15 juillet 2003.

12 L’économie informelle se distingue de l’économie souterraine par son caractère particulièrement précaire : alors que la seconde s’inscrit dans le monde de l’entreprise (la fraude fiscale et le non-respect du droit du travail en sont les principales expressions), la première est le fait de simples individus qui offrent des prestations dans des domaines aussi divers que l’artisanat, le commerce de rue, les petits services aux particuliers…

13 A. Lamberti, « Vivere ai margini dell’illegalità : il posteggio absuvo », 1990.

14 Entretiens avec les posteggiatori abusivi situés via Venti Settembre et piazza Sturzo en date des 15 et 16 juillet 2004.

15 La Repubblica, édition de Palerme, 18 juillet 2003.

16 Entretiens avec les posteggiatori abusivi situés via Venti Settembre et piazza Sturzo en date des 15 et 16 juillet 2004.

17 La Repubblica, édition de Palerme, 1er juin 2000.

18 La Sicilia, 13 juin 2002.

19 Il ne prend en compte que le parc immobilier des IACP. Faute de statistiques disponibles pour l’ensemble des villes retenues dans l’échantillon, les logements sociaux de propriété municipale n’y sont pas comptabilisés. Dans la mesure où l’essentiel du parc locatif public appartient aux IACP, ce tableau donne à la fois une vision d’ensemble et une évaluation significative du phénomène.

20 Fondé en 1936, l’IACP de Palerme gère aujourd’hui près de 11 000 logements répartis entre la capitale régionale et le territoire provincial.

21 Ce quartier a fait l’objet de deux enquêtes de terrain, l’une en juillet 2002 et l’autre en septembre 2005.

22 Le concours pour la construction du quartier ZEN 2 a été lancé en 1969. Le cahier des charges prévoyait la création d’un quartier de 15 000 à 20 000 habitants à proximité du quartier ZEN 1 qui en comptait alors 7 000. Le projet a été présenté par Vittorio Gregotti et ses associés en mars 1970. Sa réalisation passa sous la responsabilité de l’IACP entre 1975 et 1980. Il subit ainsi une série de transformations conduisant les concepteurs du projet à se retirer. Le chantier s’est de nombreuses fois arrêté par manque de crédits et à cause de blocages bureaucratiques.

23 La plupart des familles sont originaires du centre historique de Palerme. Elles ont fui des habitations insalubres et parfois dangereuses faute d’entretien ou fragilisées par le tremblement de terre de 1968.

24 D’après les données fournies par Federico Lazzaro, directeur du service technique de l’IACP de Palerme et responsable du dossier ZEN 2.

25 C’est encore à la faveur de l’obscurité que les 70 familles ont, par trois fois entre 2001et 2004, pris illégalement possession des logements sociaux situés via Mozambico dans le quartier de Passo di Rigano.

26 Entretien avec Federico Lazzaro, directeur du service technique de l’IACP de Palerme et responsable du dossier ZEN 2, en date du 17 juillet 2002.

27 C’est le discours qui nous a été tenu par les familles qui occupaient les logements sociaux situés via Mozambico et en particulier leur porte-parole Salvatore Candura lors de notre rencontre en juillet 2004.

28 C’est cette crainte qui a motivé Valentina Cioffi, son époux et ses trois enfants à occuper préventivement, avec l’accord de la municipalité, au milieu du mois de juillet 2008 le logement qui lui a été attribué dans un immeuble en cours de réhabilitation dans le quartier ZEN 2. Cette autorisation était valable de 21 heures à 6 heures ; le reste du temps, le logement devait rester libre pour permettre à l’entreprise d’achever les travaux. Cette crainte n’était pas dénuée de fondement puisque début août un groupe de familles a forcé les grilles du chantier et occupé les appartements libres, provoquant la suspension des travaux. Ce coup de force a une fois de plus privé les familles du logement qui leur avait été attribué par la municipalité. La Repubblica, édition de Palerme, 23 août 2008.

29 Entretien avec Federico Lazzaro, directeur du service technique de l’IACP de Palerme et responsable du dossier ZEN 2, en date du 17 juillet 2002.

30 Pour une approche anthropologique de l’exclusion sociale dans le quartier ZEN 2, voir R. Fava, Banlieue de Palerme. Une version sicilienne de l’exclusion urbaine, 2007.

31 Cet isolement se lit dans la manière dont les habitants s’expriment : ceux-ci disent en effet « aller travailler à Palerme » ou « descendre à Palerme » comme s’ils n’habitaient pas Palerme.

32 Pour améliorer les conditions de vie des habitants et mettre fin aux situations d’urgence sanitaire, le maire Leoluca Orlando a imposé en 1999 aux trois opérateurs publics l’installation de compteurs et le raccordement – officiel – aux réseaux d’eau, de gaz et d’électricité ainsi que la mise en place de contrats. Cette initiative n’a pas abouti concernant l’approvisionnement en eau dans les immeubles illégalement occupés : la société qui est chargée de l’approvisionnement en eau (l’AMAP) exige des habitants un contrat de location que l’IACP refuse de délivrer tant que les habitants ne sont pas en mesure de fournir une facture de consommation d’eau pour attester leur domiciliation !

33 Aux travaux illégaux viennent s’ajouter les interventions des services publics, apportant leur contribution au désordre ambiant. Ceux-ci sont régulièrement sollicités pour mettre fin aux situations les plus problématiques ou pour effectuer des opérations de maintenance particulièrement onéreuses car elles portent sur des réseaux qui ne sont pas toujours adaptés aux besoins et qui subissent de multiples dégradations.

34 Constat effectué lors de la visite du 22 juillet 2002 en compagnie du géomètre Salvatore Galioto de l’IACP de Palerme.

35 IACP della provincia di Palermo, Lavori di ricostruzione dei rami fognari acquebianche e nere nelle insule 1D, 1F, 2E del quartiere ZEN 2 ; IACP della provincia di Palermo, Lavori di ricostruzione dei rami fognari acque bianche e nere nelle insule 0A, 0B, 0C del quartiere ZEN 2.

36 Città di Palermo, Ripartizione urbanistica, Quartiere San Filippo Neri (ZEN).Programmi integrati di intervento. Relazione tecnica, 1999.

37 Il semblerait que le clan Lo Piccolo ait ces dernières années soumis les habitants du quartier à une taxe pour l’accès aux services de base : les familles auraient en effet été contraintes d’acquitter entre 10 et 25 euros par mois pour accéder à l’eau, au gaz et à l’électricité (La Repubblica, édition de Palerme, 9 mars 2005).

38 Entretien avec Calogero Corrao, adjoint au maire de Palerme pour les ressources immobilières, en date du 17 juillet 2004.

39 Giornale di sicilia, 15 mai 2002.

40 Le dernier appel d’offres avait été organisé en 1976 : 46 000 demandes de logement social avaient été déposées. Les listes d’attribution n’ont jamais été actualisées jusqu’à ce nouvel appel d’offres lancé en 2004.

41 Données fournies par Fernanda Ferreri, directrice du service des attributions auprès de Bureau du logement (Assessorato alle risorse immobiliari) de la commune de Palerme. Entretien en date du 17 juillet 2004.

42 Entretien avec Calogero Corrao, adjoint au maire de Palerme pour les ressources immobilières, en date du 17 juillet 2004.

43 A. Sciascia, Tra le modernità dell’architettura. La questione del quartiere ZEN 2 di Palermo, 2003.

44 Un mur sépare désormais les deux quartiers, renforçant un peu plus l’isolement et la marginalisation du quartier ZEN 2. Le quartier ZEN 1 est quant à lui entré dans une logique de normalisation à la faveur de la procédure d’amnistie portée par la municipalité.

45 A. Sciascia, Tra le modernità dell’architettura. La questione del quartiere ZEN 2 di Palermo, 2003.

46 Il s’agit de la loi no 11 du 9 août 2002.

47 La Repubblica, édition de Palerme, 23 août 2008. Un phénomène comparable a été observé à Rome. Un marché officieux s’y est développé au cours des dernières années en raison des difficultés rencontrées pour obtenir un logement dans le parc social : en 2005, 150 appartements illégalement « vendus » entre 30 000 et 40 000 euros ont été récupérés par l’administration municipale. Alternatives économiques, no 238, 2005.

48 La Repubblica, édition de Palerme, 22 juillet 2003.

49 Selon les données de l’entreprise AMIA.

50 Il existe également des décharges implantées sur des terrains privatifs, mais elles ne seront pas prises en compte ici. Elles prospèrent à l’abri des regards indiscrets dans le creux d’un vallon, derrière une enceinte murée ou une haie d’arbres, dans les galeries d’une carrière désaffectée ou d’une mine abandonnée. Ces lieux d’entreposage sont créés de manière intentionnelle soit par le propriétaire du terrain soit par le locataire, pour qu’ils reçoivent les déchets produits par ses propres activités ou ceux d’autrui. Dans le premier cas la décharge est à usage personnel, dans le second elle s’inscrit davantage dans une logique commerciale en proposant, en toute illégalité, un service à des entreprises pour se débarrasser des résidus de leurs activités. Dans les deux cas, la décharge sauvage est destinée à contourner la réglementation en vigueur sur la gestion des déchets spéciaux voire dangereux.

51 Les opérations de nettoyage et de remise en état des sites lui coûtent chaque année 3,5 millions d’euros (données fournies par l’entreprise).

52 La Repubblica, édition de Palerme, 27 août 2001.

53 La Repubblica, édition de Palerme, 13 février 2001.

54 L’AMIA a décidé de placer les sites les plus utilisés sous surveillance vidéo afin de dissuader les futurs utilisateurs.

55 Relevés de terrain effectués entre 2001 et 2004.

56 Ministero dell’ambiente, Rapporto sul ambiente, 2001.

57 Istituto nazionale di statistica, Rapporto annuale, 1998.

58 A. Moch, S. Rieber, A. Simeone, « Attitudes et représentations vis-à-vis des déchets », 1999.

59 J. Gouhier, « De la décharge au territoire de qualité : évolution de la place des déchets dans la société », 2003, p. 43.

60 J. Wilson, G. Killing, « Vitres cassées », 1994.

61 Intervention de Giorgio Toschi, chef du commandement régional de la Guardiadi finanza de la Sicile. Camera dei deputati, Senato della Repubblica, Commissione d’inchiesta sul ciclo dei rifiuti, L’istituto dei commissariamenti per l’emergenza rifiuti. Interventi dei partecipanti, Seminario pubblico, Palermo, Palazzo dei Normanni, 19 ottobre 2000.

62 Giornale di Sicilia, 29 janvier 2002.

Notes de fin

1 Turin, Milan, Venise, Gênes, Bologne, Florence, Bari, Rome, Naples, Palerme, Catane et Cagliari

2 Turin, Milan, Venise, Vérone, Gênes, Bologne, Florence, Rome, Naples, Bari, Palerme, Catane et Cagliari.

Table des illustrations

Légende Carte 11. Principaux parcs de stationnement clandestins de Palerme (2001-2004)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1500/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 782k
Légende Ce parc de stationnement illégal se situe sur l’un des deux grands axes qui desservent le centre de Palerme. L’écriteau mentionne le tarif et les modalités d’utilisation : « Parking privé. 1€ de l’heure. Fermeture à 13 h 30. Fermeture le soir à 19 h 30. Prière de ne pas insister. Demander Giovanni. Merci ». Remarquons qu’une illégalité en chasse une autre. Sur le mur du fond, l’inscription, vraisemblablement rédigée par le gestionnaire, rappelle en effet qu’il est « Interdit d’abandonner ses immondices et tout autre déchet ». Il s’agit d’empêcher qu’une décharge illégale se développe sur cette portion d’espace libre. Pour dissuader les potentiels contrevenants, une amende au montant fantasque de 20 000 euros est même mentionnée. Il est intéressant de voir que l’illégalité, pour fonctionner, cherche à se parer des formes et des attributs de la légalité : référence à une réglementation, rappel de l’interdit, dissuasion par la sanction.Photographie 3. Parc de stationnement illégal situé le long de via Roma (2003)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1500/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Légende Source : Città di Palermo, Assessorato al territorio (Ripartizione urbanistica), Relazione generale. Palermo città di città, 1994 ; Città di Palermo, Assessorato al territorio (Ufficio del Piano), Variante generale al Piano regolatore. Progetto di massima, 1997.Tableau 6 Le sous-équipement de Palerme
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1500/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Source : ISTAT, Rapporto annuale, 1998.Tableau 7. Le parc automobile palermitain (1998)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1500/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Sources : La Sicilia, 13 juin 2002 ; Giornale di Sicilia, 11 mai 2002 ; La Repubblica, édition de Palerme, 11 mai 2002.Tableau 8. L’occupation illégale des logements sociaux dans quelques grandes villes siciliennes (2002)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1500/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende Photographie 4. Barre du quartier ZEN 2 (2005)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1500/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 691k
Légende Photographie 5. Petit commerce installé au pied d’un immeuble du quartier ZEN 2 (2005)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1500/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Légende Photographie 6. Pigeonnier logé dans l’entresol d’un immeuble du quartier ZEN 2 (2006)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1500/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 773k
Légende Photographie 7. Enclos construit au pied d’un immeuble du quartier ZEN 2 (2006)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1500/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 893k
Légende Source : IACP de Palerme.Tableau 9. Ventilation des logements du quartier ZEN 2 selon le mode d’occupation
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1500/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Source : Ministero dell’Ambiente, Rapporto sull’ambiente, 2000.Tableau 10. Quantité de déchets urbains produite à Palerme (1998)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1500/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Source : Données fournies l’AMIA et publiées par le quotidien Giornale di Sicilia en date du 29 février 2004.Tableau 11. Distribution des décharges illégales par circonscriptions en 1998, 2000 et 2003
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1500/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Source : Ministero dell’Ambiente, Rapporto sull’ambiente, 2001.Note 11Tableau 12. Nombre de conteneurs pour la collecte des déchets urbains (1998)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1500/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Source : ISTAT, I cittadini e l’ambiente nelle grandi città, 2000.Note 12Tableau 13. Opinions concernant l’accessibilité des conteneurs pour la collecte des déchets urbains (1998)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1500/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Schéma 2. Processus de privatisation de l’espace public palermitain
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1500/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search