Version classiqueVersion mobile

Palerme, illégalismes et gouvernement urbain d’exception

 | 
Fabrizio Maccaglia

Le sac de Palerme

Conclusion

Texte intégral

1Les années d’après-guerre voient se mettre en place à Palerme un processus d’urbanisation fondé sur la spéculation (foncière et immobilière) et la pratique de l’habitat illégal. Ce processus d’urbanisation a débouché sur une ville déséquilibrée et « dysfonctionnelle ». Les pouvoirs publics se sont révélés incapables d’inscrire la construction du territoire palermitain dans la durée, dans une perspective de développement durable pour reprendre l’expression consacrée. C’est là un trait fort du gouvernement urbain qui se retrouve dans la gestion des réseaux techniques comme nous le verrons dans la troisième partie. La ville doit aujourd’hui gérer les héritages de ce processus d’urbanisation. Les uns s’expriment sous la forme de pratiques territoriales : le recours à l’habitat illégal a été toléré parce que, croyait-on, il serait transitoire et s’estomperait de lui-même, or l’usage s’est consolidé. Les autres sont de nature matérielle avec un patrimoine immobilier confronté à une dégradation prématurée et surtout avec un tissu urbain fragmenté. Cela nous conduit enfin à réfléchir sur la responsabilité des pouvoirs publics palermitains qui ont sans doute contribué au développement de l’illégalité par la manière dont ils ont administré le territoire. Les principes qui ont guidé son urbanisation ont fini par institutionnaliser le déni de la règle dont le respect est la valeur centrale pour l’équilibre d’une société. L’illégalité s’est progressivement mais durablement banalisée, devenant une simple modalité d’utilisation de ce territoire.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search