Version classiqueVersion mobile

Palerme, illégalismes et gouvernement urbain d’exception

 | 
Fabrizio Maccaglia

Le sac de Palerme

2. Maîtriser la dynamique urbaine : les effets contradictoires de la lutte contre l’habitat illégal

Texte intégral

  • 1 La loi no 78 de 1976 a institué un domaine littoral protégé en proscrivant toute forme de construc (...)

1Aux côtés de la spéculation immobilière et foncière, l’habitat illégal (abusivismo edilizio) a constitué l’autre moteur de l’urbanisation palermitaine dans la seconde moitié du xxe siècle. La pratique perdure malgré la disparition des causes qui en sont à l’origine. La demande de logements s’est tarie avec le net ralentissement de la croissance démographique provoqué par la fin de l’exode rural et le recul de la fécondité. Le recensement de 1991 a même révélé l’existence d’un important parc immobilier inoccupé. L’insalubrité ne concerne plus qu’une frange bien mince d’habitations, pour la plupart situées dans le centre historique qui est en cours de réhabilitation. Simultanément, de contraignantes normes urbanistiques (loi de protection du littoral1, forte réduction de la densité foncière dans les zones agricoles) ont été adoptées pour encadrer l’expansion urbaine. Quels mécanismes produisent et entretiennent cette pratique territoriale ? Comment s’est-elle consolidée ? Par ailleurs, le phénomène s’est développé selon une logique de mitage urbain : les constructions ne forment pas de vastes périphéries comme dans d’autres villes du Mezzogiorno (Rome, Naples), mais sont disséminées sur tout le territoire et insérées dans le tissu urbain. Elle n’a pas donné naissance à une ville à part et à l’écart de la ville légale. L’urbanisation illégale s’est développée et continue de se développer dans les vides laissés par la croissance urbaine. Dès lors, que faire de ces habitations privées de permis de construire ? La lutte contre la pratique de l’habitat illégal doit nécessairement concilier une approche pragmatique (légaliser pour traiter le territoire) et une position de principe (réaffirmer le caractère intangible de la règle). L’enjeu pour les pouvoirs publics palermitains est de reprendre le contrôle de l’urbanisation car de là dépend leur capacité à élaborer une politique urbaine. Sans quoi, comment doter Palerme en équipements publics, planifier des espaces de loisirs, mettre en place un plan de déplacement ou bien encore améliorer la qualité de vie de ses habitants si le territoire n’est pas maîtrisé ?

Ciaculli, nouveau front pionnier de l’urbanisation illégale

  • 2 La géographie de l’habitat informel a été reconstruite à partir du relevé des infractions fourni p (...)

2Si l’habitat illégal se caractérise par son aspect diffus sur le plan spatial, ce sont cependant les quartiers du nord et du sud de la ville qui sont aujourd’hui les plus fortement touchés par le phénomène2. Ils présentent une croissance démographique positive depuis le début des années 1980 sous l’effet d’une redistribution de la population du centre-ville vers les périphéries. Située au sud-est de Palerme, la borgate de Ciaculli se déploie au cœur d’un impressionnant amphithéâtre : la plaine qui s’élève depuis la mer bute contre les pentes abruptes de Pizzo Sferrovecchio et de Monte Grifone. Au-delà commence l’arrière-pays palermitain. Le territoire de Ciaculli est classé zone agricole, d’où des normes d’urbanisme particulièrement contraignantes : l’indice de densité foncière est fixé à 0,03 m3 par m2, soit 700 fois moins qu’en zone urbaine. Ce seuil est destiné à empêcher la construction d’habitations et à préserver la vocation agrumicole de ce fragile territoire. Pourtant, Ciaculli est devenu au cours de ces dernières années l’un des principaux fronts pionniers de l’urbanisation illégale (photographie 1). Si les premières traces du phénomène sont décelables au début des années 1990, c’est à la fin de cette décennie qu’il a pris de l’importance. Constitué d’habitations individuelles, il se développe en peau de léopard (photographie 2). L’éparpillement des constructions hypothèque toute perspective de requalification des lieux car cela supposerait de définir autant de zones d’intervention qu’il y a de groupements d’habitations illégales. Techniquement, cela est difficilement envisageable. Il est en outre impossible de procéder à leur destruction car cela provoquerait dans le paysage de profondes cicatrices que même un reboisement mettrait du temps à masquer. Le territoire est irrémédiablement marqué.

  • 3 Ce même paysage procure aujourd’hui une parfaite protection aux auteurs d’un abuso edilizio. Les c (...)

3Ciaculli a échappé au sac de Palerme malgré ses incomparables atouts. Située aux portes de la ville, elle constituait en effet un terrain privilégié pour la spéculation immobilière. De plus, par son classement en territoire agricole, le prix du foncier était particulièrement attractif car inférieur à celui des parcelles urbaines. Dominant le golfe de Palerme, elle offrait enfin un cadre de vie exceptionnel. L’explication de ce miracle doit être recherchée dans la géographie criminelle locale : Ciaculli est en effet le territoire de l’une des plus puissantes familles mafieuses, les Greco. Ne pouvant se développer dans la partie méridionale de la ville, la spéculation foncière s’est de ce fait reportée vers le nord. Les deux opérations les plus emblématiques de ce mouvement sont la construction de l’aéroport international à Punta Raisi (un des sites les plus inappropriés pour recevoir un tel équipement) et celle du lotissement de Pizzo Sella (voir infra). Les Greco ont estimé qu’il était dans l’intérêt du clan de tenir leur territoire à l’écart de la spéculation qui gagnait Palerme ; d’une part, pour proscrire des opérations immobilières qui, tôt ou tard, auraient fini par attirer l’attention des autorités judiciaires et compromettre la quiétude des lieux ; d’autre part, afin de préserver un paysage qui offre, de manière naturelle, une incomparable protection3. Seule une longue et étroite route dessert la bourgade de Ciaculli depuis Palerme ; il est impossible d’y pénétrer sans être immédiatement remarqué. Les habitations sont tapies au cœur des champs de mandarines : les arbres, qu’on taille en forme de parasol pour en limiter la croissance et faciliter de la sorte la cueillette, forment un épais rideau d’une hauteur de 2 mètres qui les met à l’abri des regards indiscrets. Il n’est guère aisé de pénétrer et circuler dans ce territoire agricole car les chemins qui desservent les exploitations sont tous barrés par des portails.

  • 4 Unité de mesure agricole utilisée dans la Conque d’or : 1 tumulo équivaut à 1 080 m² (10 tumuli = (...)

4Deux événements sont venus mettre fin à cette situation et ont permis du même coup à l’abusivismo edilizio de prendre pied. Le premier est de nature économique. Le commerce de la mandarine est secoué depuis une vingtaine d’années par une violente crise. La chute des cours a provoqué une forte dépréciation de la valeur du foncier agricole : le prix du tumulo4 a été divisé par deux, passant de 12 500 euros dans la période 1980-1985 à 6 500 euros aujourd’hui. Cette crise a mis sur le marché des terrains agricoles au coût d’achat modique, ouvrant ainsi la porte à la spéculation foncière. Le second est d’origine criminelle. La mafia palermitaine est confrontée depuis le début des années 1980 à un puissant mouvement de recomposition sous l’effet conjugué d’une sanglante guerre mafieuse et des contrecoups de la lutte antimafia. Le clan des Greco a fini par être démantelé. Ses membres ne sont plus capables de contrôler leur territoire et d’en réguler l’utilisation.

  • 5 Entretien avec Giuseppe Trombino, architecte et spécialiste de l’urbanisation contemporaine de Pal (...)

5L’enjeu pour les propriétaires en situation irrégulière est de raccorder leurs habitations aux réseaux techniques urbains. Tout propriétaire qui désire être raccordé aux réseaux d’eau, d’électricité, de gaz et de téléphone doit fournir aux entreprises compétentes un certificat d’habitabilité attestant le caractère légal de l’habitation et délivré par les services de l’urbanisme. Les propriétaires d’habitations illégales de Ciaculli ne peuvent, bien entendu, prétendre à ce certificat. Ils disposent cependant de solutions alternatives pour bénéficier du confort moderne. Jusqu’au milieu des années 1980, il était fort aisé de se faire raccorder, de manière irrégulière, aux réseaux techniques. L’entreprise nationale d’électricité (ENEL) comme l’entreprise municipale d’approvisionnement en eau (AMAP) ne soumettaient leurs abonnés à aucun contrôle. Grâce à la complicité d’agents corrompus, contre lesquels aucune sanction n’était prise, des milliers de logements illégaux ont été desservis en eau et en électricité pendant des décennies. La loi d’amnistie immobilière de 1985 a mis fin à ce procédé en interdisant aux entreprises de réseau, sous peine de poursuites, de raccorder les habitations dépourvues de permis de construire. L’ENEL l’applique rigoureusement aujourd’hui, infligeant de lourdes sanctions aux techniciens contrevenants5. Ce n’est pas le cas de l’AMAP qui se contente d’une déclaration sur l’honneur du caractère conforme du logement. Les habitations illégales de Ciaculli peuvent désormais être raccordées de deux façons au réseau électrique. Avant que les travaux ne débutent, le propriétaire sollicite de manière tout à fait légale le raccordement de sa parcelle au réseau en invoquant l’exercice d’une activité agricole. Sa demande ne peut lui être refusée car la loi garantit que toute activité puisse bénéficier d’une alimentation électrique. L’ENEL lui installe un équipement de type industriel distribuant du courant à 360 volts. Il ne reste plus qu’à effectuer une modification – opération élémentaire pour un électricien – pour obtenir une desserte en 220 volts. Le propriétaire en tire également avantage car la tarification industrielle est inférieure à la tarification civile. Autrement, le propriétaire d’une construction illégale s’entend avec un propriétaire en situation régulière pour établir une dérivation à partir de son implantation électrique : le montant des factures est réparti entre les deux utilisateurs selon les modalités qu’ils ont, au préalable, fixées. Cette solution est particulièrement contraignante car elle place le propriétaire de la construction illégale en situation de dépendance. Aussi est-elle peu utilisée. L’alimentation en eau peut également être obtenue par deux procédés : soit par le branchement au réseau officiel grâce à la bienveillante négligence de l’AMAP, soit par le creusement d’un puits bien que la loi l’interdise. Cette eau est exclusivement destinée au fonctionnement de l’habitation dans la mesure où elle n’est soumise à aucune analyse régulière. Les résidents utilisent l’eau minérale pour leur consommation personnelle. Le raccordement aux réseaux de téléphone et de gaz domestique n’est plus indispensable aujourd’hui. La généralisation de la téléphonie mobile rend superflue la possession d’une ligne fixe. L’impossibilité d’avoir accès au réseau de gaz est contournée par l’utilisation de bonbonnes ou de citernes individuelles ainsi que par l’utilisation d’équipements de cuisine et de chauffage électriques.

Photographie 1. Travaux de construction d’une habitation illégale à Ciaculli (2003)

Photographie 2. Lacération du territoire agricole de Ciaculli par des constructions illégales (2003)

  • 6 Città di Palermo, Guida al parco agricolo urbano di Palermo, 1997.
  • 7 Le coût de l’eau constituait le principal problème des agrumiculteurs de Ciaculli. Le clan Greco c (...)

6L’urbanisation rampante de Ciaculli est directement liée à l’absence de régulation publique dans l’utilisation du sol. La municipalité n’a pas su reprendre la main dans cette partie du territoire palermitain alors même qu’elle disposait d’une conjoncture favorable avec l’affaiblissement du clan Greco et qu’elle en avait la possibilité avec la création d’un parc agricole urbain. La vocation de ce parc de 800 hectares était de préserver la fonction productive de cet espace agricole, tout en le transformant en une aire récréative sous la forme d’un lieu de promenade et de détente pour une ville qui manque cruellement d’espaces verts6. Il s’agissait de faire de cet espace agricole un bien public commun en l’ouvrant à la population, sans remettre en cause la propriété des agriculteurs sur les terrains et la production. Leur contribution se limitait à donner accès aux principaux chemins de desserte. Ce projet n’a pas abouti. Le parc agricole devait voir le jour avec l’entrée en vigueur du nouveau plan d’urbanisme qui avait notamment pour objectif de ressouder l’espace urbain et l’espace rural. Or, huit années ont été nécessaires pour le rédiger, l’adopter et le promulguer (la rédaction a débuté en 1994 et s’est achevée en 2002). Cela a pesé sur la motivation des porteurs du projet (élus, techniciens, acteurs de terrain) qui, progressivement, se sont désinvestis. La coopérative (Il Nespolo) constituée pour préparer la création du parc a fermé ses portes à la fin de l’année 1998 avec le tarissement des subventions municipales7. La région sicilienne a quant à elle refusé de valider le partenariat public/ privé sur lequel reposait le projet (seul dispositif permettant une utilisation publique d’un espace privé), imposant le recours à l’expropriation pour la constitution du parc. Une opération d’une telle envergure nécessite des fonds que la municipalité ne possède pas. Enfin, dès lors que le principal artisan du projet, le maire Leoluca Orlando qui avait fait de la création de ce parc agricole un symbole fort de la politique de requalification urbaine, a quitté la municipalité en cours de mandat (à la fin de l’année 1999) pour briguer la présidence de la région, le projet a cessé de constituer une priorité pour la municipalité.

7Deux temporalités s’entrechoquent ici ; deux temporalités que la municipalité n’est pas parvenue à concilier. L’une est propre au projet de parc agricole : celui-ci nécessite, pour aboutir, des délais d’élaboration et de lancement relativement brefs. Aussi s’inscrit-il dans le court terme par son caractère opérationnel. L’autre caractérise le document d’urbanisme de référence dont la rédaction et l’adoption requièrent du temps du fait de sa complexité intrinsèque et des enjeux (urbanistiques mais aussi politiques et sociaux) dont il est porteur. Un laps de temps de huit années reste une durée somme toute ordinaire qui, néanmoins, n’est pas en adéquation avec les exigences du projet de parc. Au-delà des contingences politiques, des changements de stratégie à la tête de la municipalité et des ambitions électoralistes de tel ou tel, qui constituent immanquablement des facteurs de premier plan, ce jeu de temporalités ne doit en aucune façon être négligé pour rendre compte de l’échec du parc agricole périurbain.

Les ressorts politiques de l’habitat illégal

  • 8 Cette prescription a par la suite été confirmée par la jurisprudence comme le rappelle la circulai (...)

8La lutte contre l’habitat illégal relève de la compétence des maires (loi du 28 février 1985). Le constat d’une infraction conduit à l’adoption d’une ordonnance municipale qui enjoint au propriétaire de détruire, sous quatre-vingt-dix jours, la construction dépourvue d’autorisation. Dans le cas d’une simple modification (ouverture d’une fenêtre, pose d’un auvent) ou d’une intervention volumétrique réduite, l’administration se limite, le plus souvent, à n’infliger qu’une sanction pécuniaire. Si le contrevenant ne se conforme pas aux injonctions de l’ordonnance, la municipalité peut procéder à la saisie du bien au profit du patrimoine public et faire procéder à sa destruction. Ces ordonnances sont cependant très rarement exécutées. Comment expliquer le décalage existant entre la prise de décision et son exécution ? La législation en matière d’urbanisme fait obligation aux maires de prendre une ordonnance de démolition lorsqu’une construction illégale est constatée. L’article 40 de la loi no 142 de 1990 stipule que les maires et leurs adjoints peuvent temporairement être suspendus voire être démis de leurs fonctions « en cas de violations graves et répétées de la loi »8. Si celle-ci les force à intervenir, elle ne les oblige pas pour autant à agir.

  • 9 Il convient de remarquer que même si la démolition n’intervient pas, l’édifice demeure saisi et to (...)
  • 10 Entretien avec Roberto Maranzano, responsable du Service des poursuites du Bureau de contrôle du t (...)

9La mise en œuvre des procédures de lutte contre l’habitat illégal et la difficulté de les faire aboutir se heurtent à plusieurs obstacles. Abattre une construction illégale est un acte coûteux sur le plan électoral car une large part de l’opinion publique n’apporte pas son soutien à ce genre d’initiative. En effet, elle ne perçoit pas les enjeux politiques, urbanistiques et environnementaux du phénomène, et elle se sent concernée, directement ou indirectement, dans la mesure où il s’agit d’une pratique fortement répandue. Une seconde raison tient à l’impossibilité d’expulser les occupants d’une construction édifiée illégalement et de procéder à sa destruction lorsqu’elle constitue leur résidence principale9. À cela s’ajoutent les recours juridiques des propriétaires auprès du tribunal administratif régional pour contester les ordonnances municipales. Le recours possède un effet suspensif : l’exécution des ordonnances est repoussée jusqu’à la proclamation du verdict. Le temps ainsi gagné joue en faveur des propriétaires et non des pouvoirs publics. Une loi d’amnistie peut en effet être votée pendant ce délai et réduire à néant l’action des autorités. Ce délai peut également être mis à profit pour poursuivre les travaux s’ils ne sont pas finis et créer de la sorte une situation encore plus complexe car si l’habitation est achevée et occupée, il est quasi impossible d’expulser ses occupants pour raser l’édifice. Les autorités municipales se heurtent par ailleurs à des difficultés techniques. Pour procéder à la saisie du bien, il est indispensable au préalable d’établir un relevé foncier afin de délimiter la parcelle de terrain sur laquelle il est bâti et de déterminer ses dimensions. La saisie s’applique en effet à la fois sur la construction illégale et sur une portion de terrain qui ne peut excéder dix fois la superficie de la construction. Deux faits entravent la bonne marche de cette opération10. Le cadastre de Palerme n’est pas à jour. En outre, il n’est pas rare que les droits de propriété ne soient pas toujours clairement établis, en particulier à la suite de partages entre héritiers et de successions conclus sans acte notarié. La commune doit donc s’engager dans une longue et complexe recherche cadastrale, pour laquelle elle ne reçoit pas, bien entendu, l’aide du propriétaire. Pour limiter autant que possible la diffusion d’informations qui peuvent lui être préjudiciables, celui-ci se lance dans une stratégie d’obstruction pacifique. Il se refuse ainsi à communiquer les titres de propriété. Il ne mentionne pas les indices susceptibles de faciliter le repérage du lot au cadastre et qui permettent ensuite la délimitation du terrain. Si l’opération de cadastrage est menée à terme, le propriétaire peut alors engager une stratégie d’obstruction active. Lorsque le lot est parfaitement repéré, il est nécessaire de procéder au bornage du terrain. À ce moment-là, le propriétaire peut intervenir en retirant ou en déplaçant les bornes. Il n’est pas rare qu’il soit nécessaire de recommencer plusieurs fois de suite ce travail de bornage. L’intervention achoppe enfin sur la réalité du terrain. Chaque infraction est en soi un cas particulier. Les ordonnances de démolition sont parfois difficilement applicables compte tenu de la complexité de la situation. Une construction ex nihilo ne pose aucune difficulté car l’infraction est aisément définissable et la sanction tout aussi facile à appliquer. D’autres situations sont nettement plus complexes voire inextricables. De quelle manière intervenir dans le cas d’une surélévation ? Faut-il faire détruire l’étage construit illégalement ? Si oui, faut-il laisser le plancher tel quel ou procéder, aux frais de la commune, à la reconstruction du toit ? Quelle position adopter face à une construction édifiée sans concession sur les fondements d’une ancienne habitation parfaitement en règle qui a été détruite ? Là encore, faut-il abattre la nouvelle construction ? Si oui, faut-il autoriser le propriétaire à reconstruire à l’identique l’édifice préexistant ? Les outils administratifs et juridiques pour lutter contre l’abusivismo edilizio existent. Ils ne permettent pas, cependant, de répondre à tous les cas de figure.

  • 11 Entretien avec Roberto Maranzano, en date du 10 juillet 2004.

10L’habitat illégal prospère tout d’abord parce qu’il dispose d’un espace d’expression sur le terrain et dans le débat public. Les propriétaires tirent profit d’un contrôle défaillant du territoire. Malgré les déclarations d’intention et la détermination des prises de position des autorités, la lutte contre l’habitat illégal ne constitue pas une priorité11. Faute de résultats significatifs, aucun signal fort n’est envoyé à la population pour la convaincre de la volonté des pouvoirs publics de combattre l’abusivismo edilizio. Par ailleurs, certains propriétaires en situation irrégulière se sont constitués en associations pour défendre leurs intérêts auprès du personnel politique, comme lors de la campagne pour les élections régionales de l’année 2000 où ils sont parvenus à inscrire la question de l’amnistie immobilière en tête de l’agenda politique. Ils n’ont pas hésité à apporter publiquement leur soutien aux candidats des formations de centre droit (Forza Italia et Unione di centro) favorables à cette mesure.

11L’amnistie immobilière (condono edilizio) constitue le ressort principal de l’habitat illégal. Cette question ne peut s’envisager sans, au préalable, une brève mise en perspective culturelle et politique. La pratique de l’amnistie est devenue un instrument classique de l’action publique en Italie. Les gouvernements, toutes tendances politiques confondues, adoptent régulièrement depuis plusieurs décennies des lois d’amnistie aussi bien au bénéfice des simples particuliers que du monde de l’entreprise. La liste suivante n’est pas exhaustive mais elle permet d’apprécier l’amplitude des infractions ainsi couvertes : habitat illégal, évasion fiscale, cotisations sociales impayées, non-acquittement de la contribution audiovisuelle, défaillances dans le paiement de la TVA et de la taxe foncière… Cette banalisation d’une mesure, qui par principe puise sa raison d’être dans son caractère exceptionnel, transparaît dans les titres affichés par certains quotidiens, tel celui-ci : « Juin, le mois des impôts et des amnisties ». Il figure en tête d’un article du Giornale di Sicilia paru le 14 juin 2004, qui dresse la liste des échéances fiscales arrivant à terme et annonce les différentes mesures d’amnistie dont il est permis de bénéficier. Il n’est donc pas surprenant de constater que la pratique de l’habitat illégal n’ait été traitée qu’au moyen de l’amnistie immobilière. Celle-ci permet une intervention corrective en mettant fin à une situation d’illégalité : le paiement d’une amende rend légaux l’immeuble édifié sans permis de construire et plus généralement tous travaux ne disposant pas d’autorisation ou ne respectant pas le plan d’urbanisme. La Sicile a joué un rôle précurseur avec l’adoption par le Parlement régional en 1980 de la première loi d’amnistie immobilière. Les Siciliens ont par la suite bénéficié de trois autres lois votées par le parlement national en 1985, 1994 et 2003. Pour entrer en vigueur, cette troisième loi d’amnistie devait, dans un second temps, être adoptée par les parlements régionaux qui ont compétence pour en restreindre le champ d’application et en modifier les modalités de mise en œuvre. Adoptée en octobre 2004, la loi n’a subi en Sicile aucune modification (tableau 2). La procédure a même été allégée pour rendre l’amnistie plus attractive. L’acompte pour le paiement anticipé de l’amende a été divisé par deux, passant de 30 % à 15 % du montant total. Un paiement semestriel a également été proposé aux propriétaires : le règlement du solde pourra ainsi s’étaler jusqu’en 2008 alors que la loi nationale prévoit que l’amende soit entièrement acquittée avant la fin de l’année 2004. Au cours des semaines qui ont précédé l’intégration de la loi d’amnistie dans la législation régionale, des rumeurs concernant une diminution des frais de régularisation avaient même circulé. La position de la Sicile tranche avec celle de plusieurs autres régions qui ont, à l’inverse, apporté de substantielles rectifications au texte pour en réduire la portée (tableau 2).

  • 12 C. Vallat, « L’urbanisation illégale dans les grandes villes méditérranéennes : consolidation d’un (...)

12L’expérience montre que les lois d’amnistie immobilière ne sont pas un instrument efficace pour lutter contre l’urbanisation illégale. Les quatre mesures adoptées en l’espace d’une vingtaine d’années, loin d’éradiquer cette pratique territoriale l’ont, bien au contraire, confortée sinon stimulée en lui offrant une solution politique. Le principe de l’amnistie pose problème car c’est une mesure qui conduit à privatiser la relation poli tique en donnant le sentiment aux administrés que l’État n’est pas là pour répondre à des intérêts publics mais privés. Dans ces conditions, la participation au jeu électoral a pour seul objectif d’améliorer ses positions personnelles même si cela se fait au détriment de l’intérêt général. La politique cesse ainsi d’être un instrument de dépassement individuel dans un projet collectif, et devient facteur d’enfermement dans la sphère privée. Chaque loi d’amnistie constitue par ailleurs une remise en cause du plan d’urbanisme. De prescriptif, celui-ci devient à coups d’entorses officielles un document purement indicatif et cesse d’être le gardien de l’intérêt général. Et comme le remarque Colette Vallat, « les lois d’amnistie, au moment même où elles [veulent] renforcer la mainmise sur les territoires, [reconnaissent] de fait la faillite de l’aménagement »12. Cependant, une loi d’amnistie peut parfaitement se concevoir compte tenu de l’importance acquise par l’habitat illégal et les enjeux urbanistiques qu’il pose : elle permet de mettre à plat une situation et d’engager des actions correctives en matière d’aménagement et de planification. En définitive, ce qui est en cause, ce n’est pas l’instrument en soi mais sa mise en œuvre par les pouvoirs publics. Celle-ci soulève quatre commentaires. Il faut tout d’abord souligner que ce sont des motivations électoralistes qui ont poussé les gouvernants italiens à adopter les quatre lois d’amnistie immobilière. Cette logique n’a pas échappé aux électeurs. Par ailleurs, les amnisties immobilières sont élaborées et mises en œuvre dans une perspective de court terme, faute d’être soutenues par un réel projet territorial. Les programmes de requalification des territoires qui les accompagnent manquent d’amplitude : ils débouchent sur des interventions élémentaires et sans conteste essentielles (équipement en services publics, travaux d’urbanisation primaires et secondaires), mais échouent à donner aux lieux l’urbanité qui leur fait défaut. Celle-ci ne peut s’obtenir que par un urbanisme de fond (effacer les dégradations du paysage causées par l’urbanisation illégale, intégrer les quartiers au système de circulation général, construire une nouvelle identité, faire émerger une sociabilité…). Les programmes de requalification se limitent à prendre acte de la situation sans la transformer fondamentalement. Les lois d’amnistie immobilières possèdent également un effet incitatif. Systématiquement, les forces de l’ordre observent une recrudescence des infractions avec l’annonce officielle d’une prochaine amnistie. Des propriétaires saisissent l’opportunité qui leur est offerte pour légaliser une construction irrégulière et passent ainsi à l’acte. L’amnistie ne peut et ne doit pourtant pas se réduire à un simple facteur déclenchant. Derrière cette recrudescence conjoncturelle, transparaît un mouvement de fond dont témoignent les quelque 40 000 dossiers déposés auprès des services municipaux palermitains pour bénéficier de la dernière loi d’amnistie. L’abusivismo edilizio est devenu un phénomène collectif qui transcende toutes les formes d’appartenances aussi bien sociale que politique et religieuse. Enfin, l’utilisation répétée de l’amnistie a fini par faire naître un sentiment diffus d’impunité. Celui-ci se nourrit de deux convictions. La première porte sur la crédibilité de la sanction. Celle-ci ne peut plus jouer son rôle dissuasif à partir du moment où le sentiment de pouvoir bénéficier à brève échéance d’une mesure d’amnistie est acquis. C’est au rythme d’une loi tous les six ans en moyenne que les pouvoirs publics ont entretenu ce sentiment. Dans une démocratie, la conduite des individus n’évolue pas grâce à la sévérité de la loi qui sanctionne une infraction, mais par la certitude que celle-ci sera jugée, qu’une sentence sera prononcée puis exécutée. C’est la certitude de la sanction et non sa dureté qui est dissuasive. Le moteur principal de l’abusivismo edilizio réside dans l’éventuelle possibilité d’échapper à la sanction. La seconde conviction concerne le caractère négociable de la règle de droit. En proposant un dédommagement financier en compensation de l’infraction commise, les lois d’amnistie instaurent en quelque sorte un droit d’achat de l’illégal : elles ancrent l’idée que le contournement de la règle peut se négocier et s’acheter. Dans ces conditions, la loi cesse d’être le moteur de la régulation sociale et voit sa fonction dévalorisée, d’autant que l’amnistie devient un mode ordinaire de gestion du territoire.

Source : La Repubblica, 24 décembre 2004.
Tableau 2. Les régions face à l’amnistie immobilière (2004)

La légalisation des agglomérats résidentiels illégaux

  • 13 Città di Palermo, Assessorato al territorio (Ripartizione urbanistica), Perimetrazione degli ambit (...)
  • 14 Ibid.

13L’abusivismo edilizio a donné naissance à des agglomérats résidentiels illégaux. Il ne s’agit pas de simples constructions illégales, isolées et éparses sur le territoire, mais de véritables petits quartiers dont les habitations sont dépourvues de permis de construire et qui ont, pour nombre d’entre eux, complètement été absorbés par le tissu urbain. L’état des lieux effectué en 2003 par les services de l’urbanisme en recense 3013. Ils possèdent deux origines. Soit ils sont le résultat d’un développement spontané (25 cas sur 30) : les habitations se sont librement agglomérées les unes aux autres, finissant par former une coalescence plus ou moins ordonnée selon la morphologie du terrain ou les noyaux résidentiels préexistants. Soit ils ont vu le jour dans le cadre de programmes de lotissement. Dans ce second cas de figure, les habitations s’ordonnent selon un plan géométrique dicté par le tracé des rues qui les desservent. Ces deux types d’agglomérats résidentiels illégaux ont un point commun : leur localisation14. Tous se situent en effet dans des zones classées agricoles. Au total, ils regroupent 4 830 habitations, ce qui représente une emprise au sol de 540 hectares (3,4 % de la superficie totale de Palerme). Si certains ne comptent que quelques centaines d’habitants, celui de Mollara, par exemple, comprend 23 247 habitants répartis dans 1 312 habitations.

14Ces quartiers se mêlent aux quartiers légaux au point qu’ils finissent par se confondre avec eux car rien ne les distingue dans le paysage. Toute opération d’expulsion des habitants et de destruction des habitations est inenvisageable. C’est pourquoi la municipalité, profitant d’une modification du plan d’urbanisme en 2003, a pris la décision de procéder à la légalisation administrative des 30 agglomérats résidentiels illégaux. Elle ne peut plus feindre d’ignorer leur existence car, avec un peu plus de 80 000 habitants, ils rassemblent plus d’un dixième des administrés. Le recours à l’amnistie s’impose pour trois raisons. La première est la nécessité d’équiper ces quartiers en infrastructures et services (établissements scolaires, transports publics, services de proximité) pour leur donner une autonomie de fonctionnement et permettre à leurs habitants de mener une vie normale. C’est le seul moyen pour introduire de l’urbanité dans des quartiers qui en sont totalement dépourvus. Deuxièmement, il est indispensable de procéder à des aménagements qui relient ces quartiers au reste de la ville pour les désenclaver et empêcher ainsi des phénomènes de désaffiliation sociale. Il s’agit de transformer la non-ville en une ville à part entière. L’enjeu de la politique d’urbanisme est, là encore, de donner au territoire une cohérence en termes d’organisation et de fonctionnement. Enfin, la légalisation permet de bloquer l’expansion de ces quartiers. Les agglomérats résidentiels illégaux bénéficiant de la mesure d’amnistie seront rigoureusement délimités et chacune de leurs habitations recensée. Il sera dès lors aisé, affirme la municipalité, de repérer toute nouvelle construction illégale venue s’agréger à leurs abords. L’amnistie est envisagée comme une étape préalable pour un contrôle plus efficace du territoire. Il s’agit là d’un argument maintes fois brandi pour justifier le recours aux amnisties immobilières. L’expérience montre cependant qu’aucune d’entre elles n’a permis une gestion plus efficace des pratiques territoriales illégales.

  • 15 Ce lotissement est surnommé « la colline du déshonneur ».
  • 16 Corte di appello di Palermo, Prima sezione penale, Sentenza nr. 1658/93 contro CORVO Salvatori ed (...)
  • 17 Ibid.
  • 18 Seule la construction d’habitations individuelles est admise à condition qu’elles soient directeme (...)
  • 19 Ibid.

15Le lotissement illégal de Pizzo Sella15 est installé sur les flancs d’une colline au nord-ouest de la ville face à la mer (encart 3). Ces maisons individuelles de prestige disposent toutes d’un permis de construire, exception faite d’un ou deux cas. En l’espace d’une année, entre juillet 1978 et juillet 1979, les services municipaux ont délivré 314 autorisations au nom d’une seule et même personne, Mme Rosa Greco16 : l’épouse de l’entrepreneur chargé de réaliser le lotissement mais aussi la sœur du chef mafieux Michele Greco de Ciaculli (voir supra). Il ne s’agit pas d’une coïncidence. La justice a en effet établi que la société de cet entrepreneur a recyclé de l’argent sale pour le compte du clan. Celui-ci, pour préserver son territoire de la spéculation immobilière, n’a pas hésité à investir ailleurs dans la ville. L’enquête a par ailleurs montré que les derniers permis de construire ont été délivrés le 13 janvier 1979, soit la veille de l’entrée en vigueur de la nouvelle législation qui réduit de manière notable la densité résidentielle en zone agricole17 ! Cette vaste opération de spéculation a, bien entendu, pu être menée grâce à la complicité active de plusieurs responsables administratifs. La clef du dossier réside dans l’absence d’un projet de lotissement. Ce n’est pas le résultat d’une négligence dans le montage du dossier immobilier mais bien d’une manœuvre délibérée pour contourner le règlement d’urbanisme : les juges ont en effet acquis la conviction que les demandes individuelles de permis de construire ont été déposées pour contourner l’interdiction faite par le plan d’urbanisme de réaliser un lotissement dans cette partie de la ville qui est classée zone agricole18. Ils considèrent qu’il s’agit bien d’un lotissement et non d’un agglomérat résidentiel spontané19. Le premier argument avancé est le nombre des constructions et leur fonction : les 400 édifices qui se répartissent sur une centaine d’hectares sont, tous, sans exception, destinés à un usage résidentiel. Une forte ressemblance peut par ailleurs être notée entre ces constructions, signe qu’un même concepteur en est à l’origine. Ils mettent enfin en avant la nature et l’ampleur des aménagements accomplis. La création de voies d’accès et de desserte témoigne de l’existence d’un plan d’ensemble. Celles-ci n’ont pas été créées une fois les habitations sorties de terre, mais au moment de leur édification, comme le révèle un tracé cohérent et homogène. La construction des habitations a également nécessité d’importants travaux d’excavation et de terrassement à cause de l’escarpement. Elles s’appuient dans leur partie antérieure sur des pilotis ou des murs de soutènement. Les plus audacieuses sont en saillie, reposant quasi intégralement sur un contrefort en béton armé.

Encart 3. Pizzo Sella : un site inaccessible
Le lotissement est desservi par une voie privée. Il est donc impossible d’y pénétrer et circuler librement. Le caractère hermétique des lieux s’est encore renforcé avec l’énoncé des verdicts qui ont placé les résidents sous le feu des projecteurs. Au final, nous disposons de bien peu d’informations directes sur le lotissement et ses habitants. C’est avant tout une connaissance judiciaire que nous en avons : les différents procès ont mis au jour les dessous criminels de l’affaire et démêlé l’écheveau des responsabilités, laissant dans l’ombre divers aspects notamment d’ordre sociologique. Un mode de vie propre à cet espace aujourd’hui marqué par l’opprobre s’est-il développé (Pizzo Sella est surnommée la colline du « déshonneur ») ? Une sociabilité particulière est-elle née de la nécessité de faire front commun devant les tribunaux ? Quelles représentations les habitants se font-ils de leur cadre de vie ? Autant d’interrogations auxquelles les sentences et les minutes des procès ne permettent pas de répondre. Des investigations aussi élémentaires que faire des photographies, établir un relevé topographique du lotissement, construire une typologie des constructions, mener une étude d’impact sur le paysage et la stabilité des sols sont pour l’heure inenvisageables. Tant que le site demeurera inaccessible, aucune enquête de terrain ne pourra être conduite. Aujourd’hui, 65 familles y résident. L’âge moyen se situe entre 50 et 60 ans.

16Le caractère illégal de ces résidences provient donc du fait qu’elles s’inscrivent dans une opération de lotissement pour laquelle aucun agrément n’a été obtenu. Mais elles possèdent un permis de construire… De là découle toute la complexité du dossier. Les propriétaires clament aujourd’hui leur bonne foi, arguant, d’une part, qu’ils ont acquis leur bien en toute légalité comme en témoignent les actes notariés et les certificats d’habitabilité délivrés par les services municipaux, et, d’autre part, qu’ils méconnaissaient le caractère irrégulier du lotissement au moment de la transaction. En décembre 2001, la cour de cassation de Palerme a confirmé les verdicts prononcés par les juridictions de rang inférieur qui ont reconnu le délit de lotissement illégal et prononcé la confiscation des terrains au profit de la municipalité (partie civile dans ce procès). La justice a créé les conditions de l’action publique mais il incombe aux autorités municipales de la construire et de la mettre en œuvre car c’est une réponse politique et non uniquement judiciaire qu’attend et doit recevoir la collectivité. Cette action publique doit nécessairement comporter deux dimensions : l’une symbolique (appliquer une décision de justice, réaffirmer la valeur et l’autorité de la loi, mettre fin au sentiment d’impunité en matière d’urbanisation illégale) et l’autre urbanistique (traiter les lieux).

  • 20 La question reste néanmoins ouverte sur le plan politique car les propriétaires des habitations s’ (...)
  • 21 Née en 1980, Legambiente est une association environnementale qui « œuvre pour la protection et la (...)

17En 2003, la municipalité a écarté le lotissement de Pizzo Sella de la liste des agglomérats résidentiels illégaux pouvant bénéficier de l’amnistie immobilière et lancé la procédure de confiscation des habitations. Celle-ci a été suspendue par la décision du tribunal de Palerme qui, en avril 2004, a condamné la municipalité à indemniser les propriétaires de bonne foi dont les habitations seraient confisquées, estimant qu’elle est responsable ou coresponsable de la situation. La procédure de confiscation peut désormais reprendre grâce à la décision du tribunal administratif qui a confirmé en 2006 dans son arrêt no 284/06 que la municipalité est propriétaire de la totalité des habitations du lotissement de Pizzo Sella. Si la question de la propriété des lieux est juridiquement réglée, reste à définir les modalités de gestion des lieux20. Quel traitement cet espace d’illégalité doit-il recevoir ? Faut-il procéder à une destruction complète des habitations ou bien privilégier une destruction ciblée de la centaine d’habitations demeurées inachevées ? Cette seconde option, compte tenu des enjeux judiciaires, financiers et électoraux, a la préférence des pouvoirs publics car elle représente une solution consensuelle et réalisable : elle rend possible l’exercice d’un acte politique fort (détruire une partie des constructions illégales) tout en mettant à l’abri la municipalité des demandes d’indemnisation de la part des propriétaires de « bonne foi » dont les habitations seraient épargnées. La démolition des villas, quel que soit leur état d’achèvement, se heurte à trois obstacles majeurs. Au premier rang figure le coût de l’opération. Une centaine de millions d’euros seraient nécessaires pour financer les travaux de démolition qui produiraient quelque 6 millions de m3 de décombres (bitume des routes, matériaux en béton armé, ferraille…) et la remise en état du site. L’association Legambiente21 propose qu’elle soit financée par les indemnités judiciaires que devrait percevoir la municipalité au titre des dommages subis, mais encore faut-il les percevoir… La destruction soulève une interrogation supplémentaire concernant l’élimination de cette gigantesque quantité de décombres : qu’en faire ? Deux solutions ont été retenues : les céder à des sociétés de recyclage et les utiliser pour combler les nombreuses carrières qui parsèment le territoire communal. Une troisième solution, consistant à construire à proximité du site une colline de la mémoire avec une partie des décombres comme si le territoire palermitain ne portait pas suffisamment de stigmates de son urbanisation prédatrice, n’a jusque-là guère suscité d’enthousiasme. Les répercussions de l’opération sur l’environnement constituent un troisième frein. L’urbanisation de la colline a détruit l’équilibre hydrogéologique préexistant tout en donnant naissance à un nouvel équilibre. Il est possible que la stabilité du terrain et la circulation des eaux de surface puissent être de nouveau perturbées par la démolition des édifices et du revêtement des routes, favorisant de la sorte les glissements de terrain. Parallèlement, se pose la question de la reconversion du site. La presse locale s’est fait l’écho de divers projets : création d’un parc, reboisement du site, aménagement d’un belvédère, réutilisation des habitations à des fins de logement public ou pour des activités sociales (sièges d’associations…). Cette dernière proposition a peu de chance de voir le jour compte tenu des frais de gestion particulièrement élevés que cette reconversion entraînerait. Quoi qu’il en soit, vingt ans plus tard, le dossier est toujours ouvert malgré les sentences, univoques et cohérentes, rendues par les différentes juridictions palermitaines dont la cour de cassation. Sa complexité est telle que la moindre décision de justice déclenche une avalanche de recours. Ce dossier témoigne de la difficile gestion et de l’impossible aménagement d’un territoire dont l’illégalité a constitué et constitue encore aujourd’hui le principal vecteur d’expansion.

18La municipalité s’oriente vers une stratégie qui vise à reporter sur la collectivité la gestion du dossier et tout particulièrement la décision concernant la destruction des villas. L’absence de consensus, tant au niveau de la classe politique que de la société, a conduit en 2003 l’actuel maire Diego Cammarata (Forza Italia) et son équipe à mettre en avant l’idée d’une conférence citoyenne à laquelle prendrait part toute la ville (citadins, élus, propriétaires des villas, associations, professionnels).

  • 22 La Repubblica, édition de Palerme, 19 novembre 2003.

L’objectif – fait observer l’adjoint au maire aux travaux publics Giovanni Avanti – est d’ouvrir un débat public car l’administration ne peut décider seule. La colline est un bien qui appartient à tous, qui appartient à la ville. Quoi qu’il en soit il sera nécessaire de procéder à la destruction des structures inachevées, celles situées dans les parties les plus hautes et qui se retrouvent dans le périmètre de la réserve de Capo Gallo. Quant à l’avenir des habitations situées en bas – conclut-il – ce seront les conseillers municipaux avec l’ensemble de la ville qui décideront.22

  • 23 À l’occasion du congrès de l’ordre des architectes qui s’est tenu à Palerme en février 2008, un co (...)

19Pour la municipalité, il s’agit avant tout de ne pas engager sa responsabilité sur la gestion de ce territoire en se retranchant derrière les solutions élaborées par l’assemblée citoyenne. Mais encore faut-il parvenir à faire reconnaître la légitimité de cette assemblée comme lieu de règlement du dossier. Par ailleurs, le risque est de voir participer à l’assemblée citoyenne uniquement les représentants de groupes d’intérêts, notamment les propriétaires des villas et les associations environnementales : les solutions qui en sortiraient ne seraient donc pas l’expression de l’intérêt collectif mais davantage celui d’un groupe en particulier. À ce jour, la municipalité n’a arrêté aucune orientation quant au traitement de ce dossier23.

***

  • 24 G. Gucciardo, La legge e l’arbitrio. L’abusivismo edilizio in Italia. Il caso della Valle dei Temp (...)

20La pratique de l’habitat illégal s’est consolidée. Son enracinement social et sa diffusion sur l’ensemble du territoire palermitain sont là pour en témoigner. Cette situation est directement liée au mode de fonctionnement de l’État dans le Sud24 : un État qui utilise le territoire pour construire le consensus politique indispensable pour asseoir et reproduire son pouvoir. L’urbanisation illégale perdure parce qu’elle dispose d’un espace d’expression : l’utilisation répétée de l’amnistie comme fondement de l’action publique, conjuguée à un contrôle défaillant du territoire et à une politique de répression inefficace, crée un contexte favorable à l’emploi de l’illégalité par une frange de la population pour satisfaire ses besoins immobiliers. En outre, l’approche traditionnelle qui voit dans l’habitat illégal une nécessité sociale, une réponse des populations modestes à leur besoin de logement, doit être remise en cause. Si cette vision était valable pour les années 1960 et 1970, elle ne l’est plus guère pour la réalité palermitaine et même italienne. Construire illégalement comporte un coût comparable voire supérieur à un projet de construction mené dans les règles : il faut non seulement avoir les moyens pour financer l’achat du terrain et les travaux, mais aussi pour payer les frais de régularisation d’une éventuelle amnistie. Construire illégalement n’est donc pas donné à tout le monde, et surtout pas aux personnes en grande difficulté qui, dans les situations extrêmes, ont recours à l’occupation des logements sociaux. Il convient enfin d’avoir présent à l’esprit que l’abusivismo edilizio est un rouage d’un système socio-économique plus vaste, celui de l’économie souterraine (fraude fiscale, travail non déclaré…).

Notes

1 La loi no 78 de 1976 a institué un domaine littoral protégé en proscrivant toute forme de construction dans une zone de 150 mètres à partir du niveau de la mer.

2 La géographie de l’habitat informel a été reconstruite à partir du relevé des infractions fourni par l’Ufficio controllo del territorio (Bureau de contrôle du territoire) du Servizio edilizia privata (Service du patrimoine immobilier privé). Conformément aux dispositions de la loi régionale no 17 de 1994, la municipalité transmet aux autorités provinciales et préfectorales, tous les quinze jours, la liste des signalements effectués ainsi que le compte rendu de la procédure administrative engagée à l’encontre des propriétaires. Cette base de données ne dénombre que les infractions constatées et pour lesquelles des poursuites sont en cours. Au mois de juin 2004, elle comportait 1 350 notices. Si elle couvre une large période (les cas les plus anciens datent de 1984), l’essentiel des infractions relevées se situent entre 1999 et 2003. Une fois la base de données expurgée des notices incomplètes et notices en double ou en triple, on dispose de 1 140 notices.

3 Ce même paysage procure aujourd’hui une parfaite protection aux auteurs d’un abuso edilizio. Les chantiers sont cachés par les arbres : bien souvent les nouvelles constructions se remarquent lorsqu’elles sont quasi achevées.

4 Unité de mesure agricole utilisée dans la Conque d’or : 1 tumulo équivaut à 1 080 m² (10 tumuli = 1 hectare environ). Donnée recueillie auprès de Salvino Bonnacorso, agrumiculteur à Ciaculli et ancien président de la coopérative Il Nespolo.

5 Entretien avec Giuseppe Trombino, architecte et spécialiste de l’urbanisation contemporaine de Palerme, en date du 7 juin 2004.

6 Città di Palermo, Guida al parco agricolo urbano di Palermo, 1997.

7 Le coût de l’eau constituait le principal problème des agrumiculteurs de Ciaculli. Le clan Greco contrôlait depuis de longues années la plupart des puits assurant l’irrigation des parcelles, revendant l’eau aux agrumiculteurs à un prix nettement supérieur à celui du marché. Pour mettre fin à cette dépendance, la municipalité de Palerme s’est engagée à prendre en charge les deux tiers de l’eau consommée par les agrumiculteurs auprès d’une petite société qui exploite une source dans les environs. Le retrait de la municipalité du projet a signifié pour la coopérative la perte des financements destinés à soutenir ses activités (remise en état et élagage des sentiers, reconstruction des murets…) et contraint les agrumiculteurs à assumer seuls l’intégralité du coût de l’eau. Si sa distribution n’est plus contrôlée par le clan Greco, son coût n’en constitue pas moins un problème dans une conjoncture marquée par la diminution du prix de vente des récoltes.

8 Cette prescription a par la suite été confirmée par la jurisprudence comme le rappelle la circulaire Abusivismo edilizio. Controllo sugli organi dei comuni (no 3001) du ministère de l’Intérieur en date du 26 avril 1991.

9 Il convient de remarquer que même si la démolition n’intervient pas, l’édifice demeure saisi et tombe de manière définitive dans le patrimoine public. Bien souvent, les propriétaires n’ont pas conscience que la saisie signifie l’extinction du droit de propriété sur le bien qu’ils possèdent. Ils continuent d’y vivre, convaincus de pouvoir le transmettre à leurs ayants-droit ou le mettre en vente. Les propriétaires tirent même un certain bénéfice de cette situation car ils ne doivent s’acquitter ni des taxes ni des impôts municipaux dans la mesure où le bien appartient au patrimoine public.

10 Entretien avec Roberto Maranzano, responsable du Service des poursuites du Bureau de contrôle du territoire et d’amnistie immobilière (Ufficio controllo del territorio e condono edilizio), en date du 10 juillet 2004.

11 Entretien avec Roberto Maranzano, en date du 10 juillet 2004.

12 C. Vallat, « L’urbanisation illégale dans les grandes villes méditérranéennes : consolidation d’une pratique informelle », 2000, p. 122.

13 Città di Palermo, Assessorato al territorio (Ripartizione urbanistica), Perimetrazione degli ambiti in zone E1, E2 e B5 da sottoporre a pianificazione particolareggiata.Relazione tecnica, 2003.

14 Ibid.

15 Ce lotissement est surnommé « la colline du déshonneur ».

16 Corte di appello di Palermo, Prima sezione penale, Sentenza nr. 1658/93 contro CORVO Salvatori ed altri, 23 giugno 1993.

17 Ibid.

18 Seule la construction d’habitations individuelles est admise à condition qu’elles soient directement liées à l’activité agricole.

19 Ibid.

20 La question reste néanmoins ouverte sur le plan politique car les propriétaires des habitations s’opposent à toute expulsion et recherchent un accord de compromis avec la municipalité quant au devenir du lotissement.

21 Née en 1980, Legambiente est une association environnementale qui « œuvre pour la protection et la valorisation de la nature et de l’environnement » (article 1 du Statut national 2008).

22 La Repubblica, édition de Palerme, 19 novembre 2003.

23 À l’occasion du congrès de l’ordre des architectes qui s’est tenu à Palerme en février 2008, un concours d’idées international a été lancé sur le thème de la requalification du site de Pizzo Sella. Cette initiative, qui a réuni 23 projets, a été présentée par ses organisateurs comme un laboratoire d’idées mis à la disposition de la municipalité. La Repubblica, édition de Palerme, 26 janvier 2008 ; La Repubblica, édition de Palerme, 7 février 2008.

24 G. Gucciardo, La legge e l’arbitrio. L’abusivismo edilizio in Italia. Il caso della Valle dei Templi di Agrigento, 2001.

Table des illustrations

Légende Photographie 1. Travaux de construction d’une habitation illégale à Ciaculli (2003)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1494/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende Photographie 2. Lacération du territoire agricole de Ciaculli par des constructions illégales (2003)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1494/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Source : La Repubblica, 24 décembre 2004.Tableau 2. Les régions face à l’amnistie immobilière (2004)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1494/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 405k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search