Version classiqueVersion mobile

Voir et connaître la société

 | 
Claude Gautier

Remerciements

Texte intégral

1Cette étude est en partie le fruit d’un séminaire sur les modernités britanniques organisé entre 2012 et 2017 à l’École normale supérieure de Lyon. Je voudrais remercier celles et ceux qui, dans ce séminaire, ont fait de cette recherche une véritable matière vivante. Loin d’être le fruit d’une pensée retirée et isolée, elle s’est nourrie du contact permanent avec des points de vue et des préoccupations variés.

2Être lu et relu en cours d’écriture est rare et précieux. Une relation de confiance se construit depuis laquelle il devient possible d’exprimer l’accord et le désaccord, la différence et les variations de point de vue ; en un mot, de « converser ». C’est peu dire que ce travail a bénéficié d’un tel privilège. Je tiens à remercier mes chères lectrices, Éléonore Le Jallé, Vanina Mozziconacci et Gabrielle Radica qui, par leurs annotations et leurs suggestions, ont donné une première vie à ce livre.

3Je voudrais dire la dette amicale et intellectuelle qui est la mienne à l’égard de Didier Deleule. Il vient de nous quitter ; il a formé toute une génération de philosophes sans faire école, inquiet qu’il était de nous apprendre à philosopher librement. Je lui dois tant.

4Je remercie ENS Éditions ; en particulier Pierre-François Moreau et Michel Senellart qui accueillent cette étude dans leur collection « La croisée des chemins ».

5Merci à Sylvain T., mon compagnon de tous les jours, mon soutien indéfectible. Son rire et sa joie de vivre sont pour moi un puissant moteur dont je ne sais plus me passer.

© ENS Éditions, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search