Version classiqueVersion mobile

Le sexe et ses doubles

 | 
Patrick Awondo

Conclusion

Raison nationaliste et luttes sexuelles en postcolonie

Texte intégral

  • 1 À l’exemple des « jeunes de banlieue » dans la société française. Perçus comme un groupe qui crist (...)

1À travers ces cinq articulations, nous avons tour à tour vu comment la question homosexuelle a fait irruption sur la scène publique nationale et a permis de faire émerger dans un jeu de contre-offensive une minorité politique, définie à partir de caractéristiques d’une « altérité totale », dans la société camerounaise actuelle, majoritairement perçus comme un groupe qui cristallise les craintes et les rejets1. La production de cette figure de l’altérité totale dans la société camerounaise est d’abord le produit d’une énonciation. D’abord médiatique, qui fit de l’homosexualité, jusque-là relativement taboue dans la société, une question politique de premier plan. On peut objectivement penser que si les médias n’avaient pas lié dans un même procès homosexualité, État postcolonial et « déviances sexuelles », la question n’aurait pas pris une telle envergure. Mais un autre fait est à considérer, c’est la politisation internationale de cet événement qui a beaucoup à voir avec l’implication dans ce débat d’une « société civile internationale » homosexuelle mise en alerte par les défenseurs locaux de l’homosexualité. La dynamique associative qui se crée à ce moment donnera jour à l’émergence d’une « cause homosexuelle » portée par une véritable présence politique matérialisée par des associations opérant dans différents domaines. Parmi ces domaines, les droits de l’homme, la persécution des homosexuels étant considérée comme une atteinte aux droits fondamentaux. Ensuite a émergé le droit à la santé, faisant de l’accès aux soins pour les minorités sexuelles une question politique ; enfin, l’homosexualité commence à glisser dans le champ de la question citoyenne, faisant écho aux luttes sexuelles globalisées ; le slogan ici est simple mais révélateur : « les mêmes droits pour tous les citoyens ».

  • 2 A. Mbembe, Sortir de la grande nuit. Essai sur l’Afrique décolonisée, Paris, La Découverte, 2010, (...)

2Le débat va dès lors se cristalliser sur des enjeux de « citoyenneté » que revendique la minorité aux pratiques homosexuelles. Mais la forte connotation transnationale de cette mobilisation donne des arguments aux acteurs locaux qui posent la question homosexuelle en termes d’impérialisme, c’est-à-dire qui opposent aux sujets de l’homosexualité l’argument de l’« inauthenticité », la reléguant hors de l’Afrique2. L’un des principaux axes du travail a donc été, à partir d’un groupe « ethnique » parmi les plus commentés du Cameroun, de réinterroger cette historicité de l’homosexualité. Il nous est apparu que le rejet actuel de cette sexualité est le résultat de l’intrication des cultures de prohibition de l’homosexualité sur le temps long. À travers des travaux ethnographiques relativement anciens, on retrouve en effet les traces d’une mise en discours de l’homosexualité qui invite à dépasser l’argument qui la réduit à la rencontre coloniale. Fortement régulée sous le mode de l’interdit en période « précoloniale », elle est devenue sous la colonisation, et sous l’influence du christianisme, un « péché » avant que l’État postcolonial n’introduise un cadre légal prohibitif et des sanctions. La société est pourtant déjà telle que nous la saisissons dans la première partie de notre travail, marquée par la tension entre nationalisme culturel (manifesté par les contre-mobilisations de l’homosexualité) et les injonctions transnationales poussant à plus de visibilité de l’homosexualité, notamment les sanctions de l’ONU et les restrictions budgétaires du Fond mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Une lutte locale entre « économies de l’intime » et reconfiguration de l’« espace public »

  • 3 S. Arnfred et E. Oinas, « Introduction : sex and politics in Africa – Case Africa », NORA : Nordic (...)

3Un des horizons d’interprétation des « mobilisations » qui se déploient au Cameroun à la faveur de « l’affaire des listes d’homosexuels » peut se lire par le travail des sujets autour du périmètre du politique et des économies de l’intime et du sexuel3. La scène se joue à trois : la presse – se posant comme société civile – a décidé de faire de l’intimité (sexuelle) des hommes publics une affaire politique à moraliser. Les associations publicisent également l’intime dans une dimension de « droit fondamental » (ADEFHO) et d’enjeu médical (Alternatives, CAMNAFAW) légitimant l’action publique ; enfin, le président de la République en fait un territoire échappant aux pouvoirs publics et le relègue dans la sphère privée. On a donc plusieurs conceptions ; un « dévoilement » des politiques jusqu’ici protégés par leur fonction d’hommes d’État remise en question par la réalité de la « liberté d’expression », le postulat de la presse étant que l’« immoralité sexuelle » privée des hommes publics a des répercussions publiques. Ce dévoilement est récupéré par des associatifs qui s’organisent pour plus de reconnaissance et qui voient dans la publicisation de l’intime une opportunité stratégique pour l’accès à plus de légitimité ; quant aux politiques, ils tendent à préserver l’intime et à garder le cloisonnement entre privé et public.

  • 4 M. Gomez-Perez et N. Leblanc, « Jeunes musulmans et citoyenneté culturelle : retour sur des expéri (...)
  • 5 Pour voir des mobilisations significatives, il faut se tourner vers l’Afrique du Sud qui fait figu (...)

4Ce travail politique aux confins de l’intime laisse entrevoir une palabre dont l’enjeu semble être la reconfiguration de la citoyenneté, c’est-à-dire une modalité nouvelle d’exister et d’être dans l’espace public mettant au centre une dimension qui n’a pas souvent fait l’objet de lutte en Afrique postcoloniale : la sexualité des individus. Si l’on a, en effet, assisté à des épisodes contestataires imposant des jeunes qui se sont mobilisés lors des transitions démocratiques à travers des formes d’activisme culturel4, la revendication des droits liés à sa sexualité ne s’est pas souvent exprimée sur la scène publique5.

  • 6 É. Fassin, « La démocratie sexuelle et le conflit des civilisations », Multitudes, vol. 26, no 3, (...)

5L’action des associations pour les droits des homosexuels exemplifie de ce point de vue un moment « fondateur » dans le complexe des reconfigurations des citoyennetés en Afrique et pose la question de la « démocratisation sexuelle », c’est-à-dire « l’extension du domaine démocratique, avec la politisation croissante des questions de genre et de sexualité »6, devenue un sujet majeur, y compris en Afrique.

Les enseignements d’une cause émergente

  • 7 F. Eboko, B. Bourdier, C. Broqua éd., Les Suds face au sida. Quand la société civile se mobilise, (...)
  • 8 Ibid.
  • 9 D. Fassin, Quand les corps se souviennent : Expériences et politiques du sida en Afrique du Sud, P (...)

6Le travail des nouveaux acteurs associatifs camerounais – comme celui des pairs-éducateurs au sein de la CAMNAFAW –, la défense publique des prévenus homosexuels (ADEFHO), la prise en charge sanitaire et les consultations organisées au sein de petits réseaux informels par des médecins nkoandengué à Douala, qui créeront ensuite Alternatives-Cameroun en s’appuyant sur la mort d’un des leurs. Tous ces éléments permettent de rediscuter les enjeux actuels de la mobilisation dans ce que l’on a nommé les « Suds » et, particulièrement, dans un pays africain7. Ces exemples invitent à repenser le décalage entre la reconnaissance d’une cause à l’international et l’antériorité de ceux qui, en réalité, la portent et l’incarnent au sein d’un espace national au quotidien. Ces mobilisations, qui assurent la dialectique entre actions endogènes « invisibles » et médiation des acteurs internationaux « visibles », posent aussi de façon riche la question de la capacité des initiatives locales à pouvoir impulser des dynamiques de changement. Comme le souligne à juste titre Didier Fassin en postface de l’ouvrage dirigé par Fred Eboko8, « les mobilisations sociales par lesquelles c’est aussi maintenant le changement qui arrive méritent qu’on en salue l’augure »9. Là où les groupes ont longtemps été présentés comme de simples réceptacles de modes d’actions inventés ailleurs puis « dupliqués » localement, les cas présentés dans ce travail éclairent un axe souvent occulté par la recherche. C’est celui du poids des sujets locaux, qui impulsent des démarches en faveur de publics particuliers, et invitent des structures d’appui internationales, telles l’IPPF (au niveau national de la CAMNAFAW) ou Aides (pour le cas d’Africagay), à un véritable « partenariat ». Même si le poids des contraintes locales est indéniable, ces modèles de mobilisation innovants témoignent de la capacité des sujets à saisir l’événement pour le transformer en moment historique.

7Il semble en effet clair que le projet de la CAMNAFAW est d’abord lié à la volonté propre des pairs-éducateurs nkoandengué et mvoë d’« officialiser » des actions « souterraines » qu’ils ou elles menaient depuis au moins une décennie au quotidien, sans visibilité et avec des moyens réduits. L’interpellation adressée à l’IPPF constitue un exemple d’inversion du paradigme plus ancien de l’action des associations locales répondant à des « incitations financières des institutions internationales ». Nous avons d’ailleurs vu au chapitre 4 que si les échanges entre les associations locales, même les plus « extraverties » comme Alternatives-Cameroun, et les acteurs internationaux comme Aides impliquent toujours des dépendances financières, leurs rapports ne sont pas dénués de conflits et de tensions sur fond de quête d’autonomie et de stratégies individuelles.

  • 10 M. Wieviorka et F. Dubet éd., Penser le sujet. Autour d’Alain Touraine, Paris, Fayard, 1995.
  • 11 F. Eboko, B. Bourdier, C. Broqua éd., Les Suds face au sida, ouvr. cité, p. 120.

8Au demeurant, ces mobilisations homosexuelles camerounaises, qui croisent des modèles originaux entre droits de l’homme, enjeux de citoyenneté et lutte contre le sida, participent des formes d’innovations sociales et de renaissance des mobilisations dont il faut approfondir la grammaire des actions et l’épaisseur des implications théoriques sur le continent africain. Deux faits peuvent alors être retenus entre autres enjeux émergents de ces expériences. Tout d’abord, l’une des hypothèses centrales de ce travail est celle du sujet homosexuel en construction. Il faut donc penser une nouvelle analyse de l’homosexualité sur le continent, en remettant au centre le travail du sujet homosexuel qui se donne à voir, et n’est plus obsédé par le « secret ». À rebours des travaux qui, par réflexe, fixent le regard sur les attendus anthropologiques sur le continent africain (en termes d’invisibilité), l’ethnographie de la « communauté » en construction montre qu’en investissant les espaces centraux pour aussi défier l’ordre hétérosexuel, les personnes se préoccupent moins du secret que de la rencontre de leurs semblables et ceci peu importe les lieux. Heidegger nous apprend que la notion de sujet désigne « ce qui est devant soi », ce « qui en tant que fond rassemble tout sur soi » ; cette propension fondamentale à ramener sur soi repose sur la variable de la représentation. Le sujet, disait Michel Wieviorka10, c’est le désir des individus d’être des acteurs de leurs propres vies. Les exemples d’Alternatives-Cameroun, des pairs-éducateurs de la CAMNAFAW, d’ADEFHO et de tous ceux qui bravent l’ordre hétéronormatif permettent d’amender la construction du sujet en ce qu’ils illustrent des individus et des groupes « dans des situations en devenir avec des succès variables »11.

  • 12 J.-F. Bayart, Le Gouvernement du monde : une critique politique de la globalisation, Paris, Fayard (...)
  • 13 A. Mbembe, Sortir de la grande nuit, ouvr. cité.
  • 14 Voir V.-K. Nguyen, The Republic of Therapy : Triage and sovereignty in West Africa’s time of AIDS, (...)
  • 15 F. Eboko et al. éd., Les Suds face au sida, ouvr. cité.

9Pour autant, ils sont au cœur des processus de subjectivation foucaldien, car l’érection du sujet national homosexuel implique l’intégration dans des ordres internationaux et globaux de mobilisation12. Cette intersection entre sujet homosexuel national émergeant et ordre militant globalisé introduit le second moment théorique à retenir de ces analyses. Le sujet qui émerge de ces luttes ne s’érige pas seulement contre la réalité camerounaise, il se crée aussi en sujet international car, en traduisant les termes globaux d’énonciation de la citoyenneté sexuelle, il les interprète, comme on l’a vu avec Lambert, en leur donnant une consistance propre. La marge de manœuvre dont bénéficient enfin les sujets qui se mobilisent au-delà du régime de contrainte camerounais invite à tenir compte de la dialectique entre déterminisme des violences politiques (loi homophobe, harcèlement policier) et politique des sujets pour y échapper – politiques de l’État et politique des sujets13 qui jouent notamment des solidarités internationales (réseau des droits de l’homme, enjeux de citoyenneté et droit à la libre sexualité, prise en charge du sida des MSM)14. Pour autant, le chemin à parcourir pour ces sujets qui restent passibles de condamnation par la loi camerounaise est encore long et démontre aussi les « apories des mobilisations localisées »15. De telles apories sont également matérialisées par les contre-mobilisations qui s’érigent sur leurs chemins.

Vers une critique de la raison nationaliste

  • 16 A. Mbembe, Sortir de la grande nuit, ouvr. cité.
  • 17 J. Tonda, Le Souverain moderne. Le corps du pouvoir en Afrique centrale (Congo, Gabon), Paris, Kar (...)

10Le procès postcolonial qu’illustre l’ethnographie des contre-mobilisations à l’homosexualité est traversé en partie par un argumentaire revendiquant un nationalisme sexuel et culturel. Au nom d’une « exception culturelle africaine », le Cameroun et l’Afrique devraient être sans homosexualité. Les militants pro-homosexuels sont dépeints sous les traits de figures hérétiques. Le temps des hérétiques, c’est celui des « luttes sexuelles ». Nous formulons pourtant l’hypothèse que ces nouvelles luttes pour la reconnaissance permettent de renouveler la quête démocratique sur le continent, dans un moment où ce qui a été décrit comme le processus de démocratisation semble en panne. Les militants pour les droits sexuels renouvellent en effet la question du vivre-ensemble et de l’« en-commun »16 autrement que du point de vue ethnique ou de la lutte multipartite pour l’accès au pouvoir, qui sont jusqu’ici les angles privilégiés par les observateurs de l’Afrique. Ce faisant, ce qui se joue à travers les débats sur l’homosexualité, c’est l’avenir même du projet national et de sa prétention à la démarche démocratique et à l’accès à la justice pour tous. Il s’agit ici de reposer la question de la propriété des droits individuels que le projet de l’État-nation en Afrique a toujours considéré dans sa dominante comme la part maudite de la nation. La nation, quelle que soit son inspiration, a voulu se définir comme une affirmation des droits collectifs en opposition aux droits individuels. En mettant en avant les enjeux de reconnaissance d’une minorité revendiquant des droits individuels, mais perçue comme travaillant à la « déparentélisation »17 ; les luttes sexuelles remettent en question ces prétentions de l’État-nation postcolonial qui, malgré son caractère contesté, a réussi à se maintenir et à disséminer l’idée d’un certain communautarisme postcolonial qui limite les prétentions vues comme individuelles.

Notes

1 À l’exemple des « jeunes de banlieue » dans la société française. Perçus comme un groupe qui cristallise la haine, les peurs et le rejet. Sur ce point, R. Castel, La discrimination négative. Citoyens ou indigènes ?, Paris, Seuil, 2007.

2 A. Mbembe, Sortir de la grande nuit. Essai sur l’Afrique décolonisée, Paris, La Découverte, 2010, p. 213-214.

3 S. Arnfred et E. Oinas, « Introduction : sex and politics in Africa – Case Africa », NORA : Nordic Journal of Feminist and Gender Research, no 17, 2009, p. 149-157.

4 M. Gomez-Perez et N. Leblanc, « Jeunes musulmans et citoyenneté culturelle : retour sur des expériences de recherche en Afrique de l’Ouest », Sociologie et Sociétés, vol. 39, no 2, 2007, p. 39-59.

5 Pour voir des mobilisations significatives, il faut se tourner vers l’Afrique du Sud qui fait figure d’exception en ayant inscrit dans sa constitution de 1996 la protection de l’orientation sexuelle, avant d’accorder le droit d’adoption en 2002, puis le droit d’union aux couples de même sexe en 2005.

6 É. Fassin, « La démocratie sexuelle et le conflit des civilisations », Multitudes, vol. 26, no 3, 2006, p. 123-131.

7 F. Eboko, B. Bourdier, C. Broqua éd., Les Suds face au sida. Quand la société civile se mobilise, Paris, IRD Éditions, 2011.

8 Ibid.

9 D. Fassin, Quand les corps se souviennent : Expériences et politiques du sida en Afrique du Sud, Paris, La Découverte, 2006.

10 M. Wieviorka et F. Dubet éd., Penser le sujet. Autour d’Alain Touraine, Paris, Fayard, 1995.

11 F. Eboko, B. Bourdier, C. Broqua éd., Les Suds face au sida, ouvr. cité, p. 120.

12 J.-F. Bayart, Le Gouvernement du monde : une critique politique de la globalisation, Paris, Fayard, 2004.

13 A. Mbembe, Sortir de la grande nuit, ouvr. cité.

14 Voir V.-K. Nguyen, The Republic of Therapy : Triage and sovereignty in West Africa’s time of AIDS, Durham (NC), Duke University Press, 2010.

15 F. Eboko et al. éd., Les Suds face au sida, ouvr. cité.

16 A. Mbembe, Sortir de la grande nuit, ouvr. cité.

17 J. Tonda, Le Souverain moderne. Le corps du pouvoir en Afrique centrale (Congo, Gabon), Paris, Karthala, 2005.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search