Version classiqueVersion mobile

Cohésion et cohérence

 | 
Anna Jaubert

Un faire-part de décès galant, ou la rupture entre cohésion et cohérence dans une lettre de Vincent Voiture

Sophie Rollin

Texte intégral

Introduction

  • 1  Voir Alain Viala, Naissance de l’écrivain, 1985.
  • 2  Voir notamment Dominique Bouhours, Les entretiens d’Ariste et Eugène, 1962, et Gabriel Guéret, Le (...)

1La carrière et l’œuvre de Vincent Voiture (1597-1648) se signalent par des choix assez exclusifs. Il n’a pratiqué que les genres littéraires « mondains », étroitement liés au modèle de la conversation : la lettre en prose ou en vers, les petits genres poétiques lyriques ; et il incarne le type de l’« écrivain amateur »1 qui ne se fait pas connaître en publiant son œuvre, mais par sa renommée dans les plus prestigieux salons. Ces orientations jointes à un talent aujourd’hui méconnu lui ont valu d’être présenté dans les premiers ouvrages de théorie et de critique littéraires du xviie siècle comme le modèle du « bel esprit »2.

  • 3  Julie d’Angennes (1607-1671), fille aînée du marquis et de la marquise de Rambouillet, et future m (...)

2L’étude stylistique, dont la précision se voit confortée par les garanties apportées par les faits de langue, permet avantageusement d’examiner un style qui allie sujets sérieux et enjouement, langage raffiné et ton cavalier. Dans cette étude, nous analyserons cette hétérogénéité stylistique à travers un problème de linguistique textuelle qui apparaît dans plusieurs lettres de Voiture : le divorce entre une cohésion de proximité dans les énoncés et une apparente incohérence textuelle. C’est peut-être dans la lettre adressée à Julie d’Angennes3 au cours de l’été 1639 que ce décalage entre cohésion et cohérence se manifeste avec le plus de netteté. Nous la citons intégralement :

  • 4  Chanson composée par Voiture, dans Œuvres de Voiture, 1967 [1650], t. II, p. 353-356.
  • 5  Voir Tallemant des Réaux : « Elle fit M. de Chevreuse son héritier. Il envoya son corps par messag (...)
  • 6  Madame la Princesse [de Condé] et sa fille, Anne-Geneviève de Bourbon, future duchesse de Longuevi (...)
  • 7  Voiture, lettre n° 123 à mademoiselle de Rambouillet, de Paris, 1639, Ibid., t. I, p. 336-339.

Mademoiselle, personne n’est encore mort de votre absence, hormis moi, et je ne crains point de vous le dire ainsi crûment, pour ce que je crois que vous ne vous en soucierez guère. Néanmoins, si vous en voulez parler franchement, à cette heure que cela ne tire plus à conséquence, j’étois un assez joli garçon ; et hors que je disputois quelquefois volontiers et que j’étois aussi opiniâtre que vous, je n’avois pas de grands défauts. Vous saurez donc, mademoiselle, que depuis mercredi dernier, qui fut le jour de votre partement, je ne mange plus, je ne parle plus, et je ne vois plus ; et enfin, il n’y manque rien, sinon que je ne suis pas encore enterré. Je ne l’ai pas voulu être sitôt pour ce, premièrement, que j’ai toujours eu aversion à cela ; et puis je suis bien aise que le bruit de ma mort ne courre pas sitôt, et je fais la meilleure mine que je puis afin que l’on ne s’en doute pas. Car si on s’avise que cela m’est arrivé justement sur le point que vous êtes partie, l’on ne s’empêchera jamais de nous mettre ensemble dans les couplets de L’Année est bonne4 qui courent maintenant partout. En vérité, si j’étois encore dans le monde, une des choses qui m’y feroient autant de dépit, seroit le peu de discrétion qu’ont certaines gens à faire courre toutes sortes de choses. Les vivants ne font rien, à mon avis, de plus impertinent que cela, et il n’est pas jusqu’à nous autres morts, à qui cela ne déplaise. Je vous supplie, au reste, mademoiselle, de ne point rire en lisant ceci : car, sans mentir, c’est fort mal fait de se moquer des trépassés, et si vous étiez en ma place, vous ne seriez pas bien aise qu’on en usât de la sorte. Je vous conjure donc de me plaindre, et puisque vous ne pouvez plus faire autre chose pour moi, d’avoir soin de mon âme, car je vous assure qu’elle souffre extrêmement. Lorsqu’elle se sépara de moi, elle s’en alla sur le grand chemin de Chartres, et de là droit à la Mothe : et même à l’heure que vous lisez ceci, je vous donne avis qu’elle est auprès de vous, et elle ira cette nuit en votre chambre faire cinq ou six grands cris, si cela ne vous tourne point à importunité. Je crois que vous y aurez du plaisir : car elle fait un bruit de diable, et se tourmente, et fait une tempête si étrange qu’il vous semblera que le logis sera prêt de renverser. J’avois dessein de vous envoyer le corps par messager, aussi bien que celui de la maréchale de Fervaque5 ; mais il est en un si pitoyable état qu’il eût été en pièces devant que d’être auprès de vous ; et puis j’ai eu peur que par le chaud il ne se gâtât. Vous me ferez un extrême honneur, s’il vous plaît, de dire aux deux belles Princesses6 auprès de qui vous êtes, que je les supplie très-humblement de se souvenir que, tant que j’ai vécu, j’ai eu une affection sans pareille pour leur service très-humble, et que cette passion me dure encore après ma mort. Car, en l’état où je suis, je vous jure que je les respecte et les honore autant que j’ai jamais fait. Je n’oserois dire qu’il n’y a point de mort qui soit autant leur serviteur que moi ; mais j’assurerai bien qu’il n’y a point de vivant qui soit plus à elles que j’y suis, ni qui soit plus que moi, mademoiselle, votre etc.7

La cohésion des énoncés

3La cohésion des énoncés, dans cette lettre, est attestée par une organisation très scrupuleuse des informations. Le discours s’ordonne selon une composition rigoureuse : Voiture en présente le principal objet dans une phrase introductive qui remplit une fonction d’exorde : « Mademoiselle, personne n’est encore mort de votre absence, hormis moi ». Puis, il souscrit aux conventions d’usage en faisant succéder à cette funeste nouvelle une sorte de rapide épitaphe : « Néanmoins, si vous en voulez parler franchement, à cette heure que cela ne tire plus à conséquence, j’étois un assez joli garçon ; et hors que je disputois quelquefois volontiers et que j’étois aussi opiniâtre que vous, je n’avois pas de grands défauts. » Devançant les interrogations que cette nouvelle peut soulever, il relate ensuite les circonstances de sa mort. Il indique la date du décès : « mercredi dernier », le motif qui l’a provoqué : « votre partement », et précise même ce qu’il est advenu du corps ainsi que de l’âme. Il va jusqu’à expliciter la fonction tacite de ce faire-part : « je vous conjure donc de me plaindre […] et d’avoir soin de mon âme » et achève sa lettre par les formules de politesse d’usage à l’adresse de la destinataire et de ses compagnes.

4Cette composition est soigneusement balisée par des marqueurs d’intégration linéaire qui introduisent une hiérarchie dans les informations transmises. En examinant le début du discours, on constate qu’ici, ils agissent à la fois au plan de l’énoncé et au plan de l’énonciation. Après l’exorde et l’épitaphe, Voiture établit une liaison entre cette entrée en matière abrupte et la suite de son discours au moyen de la conjonction donc : « Vous saurez donc, mademoiselle, que depuis mercredi dernier… ». Quoique les conjonctions soient des marqueurs d’enchaînement, donc n’introduit pas ici un rapport de conséquence avec l’énoncé qui précède immédiatement. Il relie sur le plan énonciatif la proposition qu’il précède à la clause de style initiale. Puis, Voiture reprend l’information capitale de sa lettre sous la forme de trois propositions construites sur le même modèle syntaxique : « je ne mange plus, je ne parle plus et je ne vois plus », à la suite desquelles il ramasse les informations délivrées avec l’adverbe enfin qui possède lui aussi une valeur démarcative : « et enfin, il n’y manque rien ». Le marqueur, cette fois, porte sur le contenu de l’énoncé auquel il affecte un terme, dans une formule conclusive. Voiture doit encore préciser que son enterrement n’a pas eu lieu, mais il veille à justifier ce délai inhabituel en présentant deux raisons dont la succession est organisée par la série premièrement / et puis qui resserre les liens de proximité entre les énoncés : « Je ne l’ai pas voulu être sitôt pour ce, premièrement, que j’ai toujours eu aversion à cela ; et puis je suis bien aise que le bruit de ma mort ne courre pas sitôt ». Le reste de la lettre manifeste le même souci de faciliter la lecture du destinataire.

5En dépit de cette organisation méthodique des informations, le lecteur bute sur ce discours en raison de l’initiative qui est à son origine : écrire pour soi-même une sorte de faire-part de décès. Après avoir annoncé sa propre mort dans la première phrase de la lettre, Voiture joue sur un effet de cohérence poussé à son terme en développant les circonstances et les suites de sa mort. Le discours est néanmoins frappé d’incohérence en raison du décalage entre l’emploi de l’adjectif « mort » au sens métaphorique et son emploi au sens propre. Établir des relations logiques entre des propositions qui heurtent notre représentation du monde est perçu comme une transgression du principe de pertinence. Pour observer de quelle façon Voiture préserve la cohésion des énoncés, on peut examiner l’emploi de certaines conjonctions comme mais, ou comme le système tripartite des conjonctions dévolues à l’expression d’une relation de causalité, intégralement représenté dans notre texte : puisque, pour ce que – ayant en français classique le sens de « parce que » –, car.

6On relève dans cette lettre deux occurrences de la conjonction mais qui illustrent les deux valeurs différentes dont elle peut se trouver investie ; valeur de correction et valeur argumentative :

J’avois dessein de vous envoyer le corps par messager, […] mais il est en un si pitoyable état qu’il eût été en pièces devant que d’être auprès de vous…

Je n’oserois dire qu’il n’y a point de mort qui soit autant leur serviteur que moi ; mais j’assurerai bien qu’il n’y a point de vivant qui soit plus à elles que j’y suis…

7C’est dans le deuxième exemple que mais possède sa valeur la plus canonique. Dans la mesure où l’on ne peut adhérer à la proposition située à sa gauche (« il n’y a point de mort qui soit autant leur serviteur que moi »), la conjonction vient corriger l’incohérence de l’énoncé en introduisant une reformulation acceptable : « il n’y a point de vivant qui soit plus à elles que j’y suis ». Dans le premier exemple, son emploi apparaît plus subtil du point de vue syntaxique, comme du point de vue stylistique. La conjonction est précédée d’une proposition irrecevable à double titre, par rapport à une connaissance extradiscursive que possède la destinataire (Voiture n’est pas réellement mort. La preuve : il écrit pour l’annoncer), et par rapport aux bienséances (on n’envoie pas un cadavre à une dame). Au lieu de nier la proposition qui précède, mais inverse simplement la conclusion que cette proposition programmait (« envoyer le corps par messager »). Voiture indique qu’il ne réalisera pas son dessein, en raison de contingences matérielles, mais il n’en remet pas en question l’opportunité. Si bien qu’il revient finalement à un énoncé en conformité avec les bienséances et avec sa propre situation, sans toutefois balayer l’incohérence du propos faute de laquelle celui-ci perdrait sa tonalité plaisante.

8La distribution de puisque, car, et pour ce que s’avère également éclairante.

9Puisque se distingue des deux autres conjonctions en ce qu’elle introduit une proposition faisant l’objet d’une énonciation particulière, et dissocie ainsi deux actes de parole. On n’en relève qu’une seule occurrence dans ce discours :

Je vous conjure de me plaindre, et puisque vous ne pouvez plus faire autre chose pour moi, d’avoir soin de mon âme…

10La proposition introduite par puisque se fonde sur le sens commun : la destinataire « ne [peut] plus faire autre chose [pour un mort (que)] d’avoir soin de (s)on âme ». Mais, pour que le contenu de l’énoncé soit cohérent, il faut accepter l’idée selon laquelle Voiture serait mort au moment de l’énonciation, aussi l’emploi de « puisque » assure-t-il la cohésion des énoncés en établissant une cohérence interne, cohérence qui ne se réfère pas à un mode de représentation commun, mais à celui que pose ce discours.

11La conjonction pour ce que, quant à elle, réunit deux propositions dans un acte d’énonciation unique en introduisant une information nouvelle, qui n’est pas censée, a priori, faire l’objet d’une contestation. On en relève deux occurrences :

Je ne l’ai pas voulu être sitôt [être enterré] pour ce, premièrement, que j’ai toujours eu aversion à cela…

… je ne crains point de vous le dire ainsi crûment, pour ce que je crois que vous ne vous en soucierez guère.

12Dans le premier exemple, l’emploi de pour ce que, comme c’était précédemment le cas, obéit à une cohérence interne au discours. Les propositions qui encadrent la conjonction heurtent le sens commun (s’imposant par nécessité, et non par choix personnel, l’enterrement ne peut ni être différé à loisir, ni faire l’objet d’un jugement appréciatif). A priori, l’emploi de car pouvait paraître s’imposer, pour justifier l’ensemble d’une proposition susceptible d’être remise en cause. Cependant, le fait que les deux propositions comportent un verbe de volonté ou une périphrase verbale de sens équivalent associés à la première personne justifie qu’elles soient associées dans un même acte de langage : elles délivrent une information que seul l’énonciateur peut attester, et que lui seul, par conséquent, peut prendre en charge. L’emploi de pour ce que obéit donc à un respect fort scrupuleux de la cohésion des énoncés. Dans le second exemple, la proposition située à droite de la conjonction implique à la fois un jugement de l’énonciateur (« je crois que »), et une appréciation qu’il prête à la destinataire (« vous ne vous en soucierez guère ») supposant de sa part une désinvolture contre laquelle elle pourrait s’insurger. Par souci de diplomatie, pour ce que pouvait, là encore, avantageusement commuter avec car. Si l’on entend le second énoncé comme un reproche implicite adressé à la destinataire, l’emploi de pour ce que lui donne le caractère d’un fait massivement reconnu en même temps que la valeur d’une saillie. Mais il peut également dénoter la modestie de l’énonciateur, perplexe à l’égard des regrets que sa mort pourrait engendrer, ou encore fonctionner à la manière d’une syllepse, sollicitant simultanément une interprétation littérale et une interprétation au second degré qui prendrait en compte l’irréalité des faits mentionnés et l’ironie du propos. L’emploi de pour ce que éclaire la diversité de ces interprétations.

13On relève enfin cinq occurrences de car :

… je fais la meilleure mine que je puis afin que l’on ne s’en doute pas [que je suis mort]. Car si on s’avise que cela m’est arrivé justement sur le point que vous êtes partie, l’on ne s’empêchera jamais de nous mettre ensemble dans les couplets de L’Année est bonne qui courent maintenant partout.

Je vous supplie, au reste, mademoiselle, de ne point rire en lisant ceci : car, sans mentir, c’est fort mal fait de se moquer des trépassés…

Je vous conjure donc […] d’avoir soin de mon âme car je vous assure qu’elle souffre extrêmement.

Je crois que vous y aurez du plaisir : car elle fait un bruit de diable…

Vous me ferez un extrême honneur, s’il vous plaît, de dire aux deux belles Princesses auprès de qui vous êtes, que je les supplie très-humblement de se souvenir que, tant que j’ai vécu, j’ai eu une affection sans pareille pour leur service très-humble, et que cette passion me dure encore après ma mort. Car, en l’état où je suis, je vous jure que je les respecte et les honore autant que j’ai jamais fait.

14Comme dans l’emploi de pour ce que, les propositions qui encadrent car sont toutes deux prises en charge par l’énonciateur. Mais, à la différence de pour ce que, car dissocie deux actes d’énonciation, introduisant une information qui justifie, non pas le contenu de la première proposition, mais son énonciation, postulant par là même qu’elle puisse être remise en cause. Ce fonctionnement apparaît clairement dans le quatrième exemple où car suit une proposition qui ne pouvait manquer de heurter la destinataire par son incongruité (quel « plaisir » la destinataire pourrait-elle prendre à entendre l’âme du défunt « faire cinq ou six grands cris » dans sa chambre à coucher ?). Par ailleurs, on ne s’étonnera pas de la dominance quantitative de car dans ce discours par rapport aux deux autres conjonctions : car s’impose à la suite d’un énoncé dont le contenu est incohérent. Dans les deux premiers exemples, car apporte, à un énoncé absurde (« je fais la meilleure mine que je puis afin que l’on ne s’en doute pas [que je suis mort] » et « Je vous supplie […] de ne point rire en lisant ceci »), une justification acceptable (si l’on prêtait à Voiture une inclination pour Julie d’Angennes, il est vraisemblable que cela alimenterait des chansons mondaines telles que L’Année est bonne, à cela près que celle-ci est composée par… Voiture lui-même !), voire parfaitement recevable (« c’est fort mal fait de se moquer des trépassés »). Bien sûr, cette conjonction n’a pas vocation à corriger l’énoncé situé à sa gauche, mais elle atténue, en apparence, son incohérence. En réalité, le décalage instauré entre un postulat absurde et une justification cohérente souligne l’ironie du discours. Le troisième et le cinquième exemple possèdent un fonctionnement identique, si ce n’est que le sens de la deuxième proposition se fonde sur une cohérence interne au discours, comme nous l’avons vu précédemment avec l’occurrence de puisque et l’une de celles de pour ce que (si l’on adhère, comme nous y invite ici Voiture, à la survivance de l’âme, on peut accepter l’idée que celle-ci « souffre extrêmement », ou que l’énonciateur ne laisse pas, « dans l’état où il [prétend être] » de « respect(er) » et d’« honor(er) » ses amies).

15Voiture fait donc un emploi raisonné des conjonctions exprimant des relations logiques d’opposition ou de causalité qui lui permet d’assurer la cohésion des énoncés, et de tirer simultanément profit de l’incohérence de leur contenu. Mais, dans un discours dont le contenu s’avère incohérent, le soin qu’il apporte à la cohésion des énoncés devient presque suspect. Voiture semble afficher par là les incongruités d’un discours qui heurte notre représentation du monde.

Les manquements à l’ordre des choses

16Dans cette lettre, Voiture détourne le topos de la mort de son emploi habituel en l’associant à une représentation des choses incohérente qui se dévoile dès la première phrase (« Mademoiselle, personne n’est encore mort de votre absence, hormis moi ») : si l’épistolier est mort, il ne peut pas lui-même annoncer sa mort. Ensuite, les raisonnements jouant sur le changement d’acception de l’adjectif « mort » s’accumulent :

17Voiture part parfois d’un postulat recevable dont la cohérence est détruite in extremis par la dernière proposition énoncée : « Vous saurez donc, mademoiselle, que depuis mercredi dernier, qui fut le jour de votre partement, je ne mange plus, je ne parle plus, et je ne vois plus ; et enfin, il n’y manque rien sinon que je ne suis pas encore enterré ». Quoique le point-virgule exprime, au xviie siècle, une pause moins forte que de nos jours, celui qui précède la dernière proposition lui offre un statut à part. Voiture utilise un procédé proche de l’hyperbate pour souligner un changement d’isotopie figurative. On passe brutalement de la représentation métaphorique de la mort, exprimant la souffrance de l’amant délaissé, à l’expression de la mort réelle ; autrement dit, d’un traitement conventionnel du topos de la mort à son détournement, d’un sérieux feint à une ironie assumée.

18Dans la phrase suivante où Voiture feint de vouloir raisonner en justifiant le fait qu’il n’ait pas encore été enterré, il utilise le même procédé qui marque, cette fois, une surenchère dans l’absurdité : « Je ne l’ai pas voulu être sitôt pour ce, premièrement, que j’ai toujours eu aversion à cela ; et puis je suis bien aise que le bruit de ma mort ne courre pas sitôt, et je fais la meilleure mine que je puis afin que l’on ne s’en doute pas. » Le premier argument apparaît déjà irrecevable puisque la locution « avoir aversion » présente une justification d’ordre subjectif qui balaie les implications de l’enterrement sur le plan logique, comme s’il dépendait des penchants personnels de l’énonciateur, et non du fait d’être mort ou non. La phrase s’achève, comme précédemment, par une dernière proposition qui achève d’escamoter la réalité de la mort, et marque ainsi une gradation dans le domaine de l’absurde.

19Ailleurs, Voiture part d’un postulat parfaitement absurde qu’il justifie par des raisons cohérentes. Il déclare ainsi qu’il « avoi(t) dessein d’envoyer le corps par messager » et, pour s’excuser de ne pouvoir exécuter ce projet loufoque, feint de se montrer réaliste en alléguant deux raisons matérielles : « [le corps] est en un si pitoyable état qu’il eût été en pièces devant que d’être auprès de vous ; et puis j’ai eu peur que par le chaud il ne se gâtât. »

20Le manque de cohérence du propos tient également aux inconséquences des marques énonciatives, comme en témoigne l’emploi des modalisateurs. S’il est d’usage, lorsqu’on parle d’amour, de souligner la sincérité de ses propos, l’absurdité du discours de Voiture devrait le dispenser de suivre la règle commune. Or il s’ingénie précisément à multiplier les modalisateurs chargés de situer les énoncés sur l’axe du vrai. Dès la seconde phrase, son attitude à l’égard de son énonciation est en décalage avec le contenu de ses énoncés puisqu’il se permet d’interpeller la destinataire en disant « si vous en voulez parler franchement ». Ensuite, des locutions telles que « en vérité » ou « sans mentir » sont relayées par des verbes d’opinion comme « je vous assure que… », « j’assurerai bien que… », « je crois que… », « je vous jure que… ». De la même façon, il demande à être pris au sérieux en déclarant : « Je vous supplie, au reste, mademoiselle, de ne point rire en lisant ceci », et renchérit : « car, sans mentir, c’est fort mal fait de se moquer des trépassés ». Mais le sérieux feint s’affiche à travers l’allure sentencieuse de l’énoncé et l’emploi du terme soutenu « trépassés » qui contrastent avec la situation. Voiture piétine le principe de sincérité en feignant d’y adhérer.

21Il joue encore sur la structure énonciative de son discours en faisant alterner implication personnelle et désengagement. Dans la première phrase, la proposition restrictive « hormis moi », qui met en relief le pronom tonique de la première personne, inscrit le propos dans le registre lyrique propre au discours amoureux. Mais un peu plus loin, Voiture glisse vers un discours d’ordre général sur les méfaits des médisances : « En vérité, si j’étois encore dans le monde, une des choses qui m’y feroient autant de dépit, seroit le peu de discrétion qu’ont certaines gens à faire courre toutes sortes de choses. Les vivants ne font rien, à mon avis, de plus impertinent que cela, et il n’est pas jusqu’à nous autres morts, à qui cela ne déplaise. » Déjà inconvenante dans un discours amoureux, cette digression apparaît ici incohérente puisque l’annonce de la mort de Voiture devrait écarter tout autre sujet de discussion. Ce passage argumentatif enfreint le principe d’économie et gauchit l’emphase du discours amoureux.

22Cette lettre est donc constituée de toute une série d’énoncés compromis à différents niveaux. Du point de vue de leur seul contenu, et envisagés isolément, ils apparaissent irrecevables. C’est leur accumulation qui leur rend une cohérence à travers une tonalité plaisante que Voiture met en valeur par une discordance entre la thématique amoureuse de la lettre et le contenu de certains énoncés.

La discordance pragmatique

23Voiture détourne le topos de la mort en feignant de lui assigner un sens littéral, alors que dans un discours amoureux conventionnel, il s’emploie avec un sens figuré, pour représenter les souffrances de l’amant dédaigné ou éconduit. C’est ainsi qu’on entend spontanément l’adjectif « mort » dans la première phrase. Mais ensuite, l’épitaphe et une isotopie de la mort réelle ramènent le lecteur dans le domaine du concret, d’autant que Voiture s’ingénie à relater sa mort par le menu. Date, cause, circonstances, rien n’y fait défaut, et le lexique de la mort est omniprésent : « mort(s) » est employé quatre fois, on trouve aussi « être enterré », « les vivants / nous autres morts », « les trépassés », « mon âme […] se sépara de moi ». Il affine cette représentation de sa propre mort en utilisant dans son épitaphe l’imparfait : « j’étois un assez joli garçon ; et hors que je disputois quelquefois volontiers et que j’étois aussi opiniâtre que vous, je n’avois pas de grands défauts », et en employant des formules telles que « tant que j’ai vécu » où le passé composé fonctionne comme l’indice d’un état révolu. Passant de l’abstrait au concret, il utilise au second degré la métaphore de la mort qui prend la valeur d’une hyperbole burlesque introduisant un dérapage dans le discours amoureux.

24Voiture détourne également le topos de la cruauté de la femme qui devient ici l’instrument, non d’un éloge paradoxal, mais de saillies répétitives. Il justifie la brutalité de son exorde en déclarant : « je ne crains pas de vous le dire aussi crûment, pour ce que je crois que vous ne vous en soucierez guère ». À l’occasion de sa propre épitaphe, il souligne l’« opiniâtreté » de sa destinataire, le rire qu’il lui prête à propos des « trépassés » est un rire moqueur. Enfin, il lui accorde un tempérament légèrement sadique en supposant qu’elle ressentira « du plaisir » au spectacle (burlesque, certes !) de la douleur de son âme. Ces traits ironiquement incisifs entrent en contradiction avec la politesse qu’il manifeste par ailleurs lorsqu’il se préoccupe de la réputation de la destinataire, ou qu’il emploie des formules telles que « je vous conjure de », « si cela ne vous tourne point à importunité », « vous me ferez un extrême honneur ». Si la représentation de la souffrance par l’image de la mort est omniprésente dans le discours amoureux traditionnel, plaisanter à propos de la mort dans un tel discours apparaît fort inconvenant. De plus, c’est à propos de sa propre mort que Voiture plaisante, et il se montrerait caustique si l’incohérence plaisante du discours ne suspendait l’adhésion à son contenu.

25Il verse dans le burlesque avec le thème de la division de l’âme et du corps sur laquelle s’appuie toute la deuxième partie de la lettre. Alors que, dans le contexte amoureux, la métonymie de l’âme exprimant la présence de l’amant auprès de sa dame, au-delà de la mort, ramène le sentiment amoureux au seul plan spirituel, l’âme, ici, apparaît soumise aux contingences communes. Elle est contrainte d’employer « le grand chemin de Chartres », puis celui de « La Mothe » pour rejoindre mademoiselle de Rambouillet. Elle manifeste surtout son transport amoureux de manière bien exubérante en poussant « cinq ou six grands cris » dans la chambre de Mademoiselle de Rambouillet, et promet de faire « un bruit de diable », voire « une tempête si étrange qu’il semblera que le logis sera prêt de renverser. » Par ailleurs, le thème de la division de l’âme et du corps repose sur un soubassement religieux. Cet empressement de l’âme à rejoindre la dame peut donc apparaître discrètement subversif car, quelque sublime qu’ait pu être le sentiment amoureux, l’âme, dans l’inconscient collectif chrétien, est censée revenir par droit de propriété inaliénable à Dieu.

26En tant qu’entité spirituelle, l’âme doit afficher un comportement vraiment grotesque pour servir le burlesque ; en revanche, le corps apparaît en lui-même inconvenant dans une lettre adressée à une dame. Des allusions au corps pourraient, à la rigueur, apparaître dans un discours amoureux si elles connotaient la sensualité. Mais ici, Voiture mentionne le corps mort, le cadavre, et il a l’audace d’avoir envisagé de « l’envoyer par messager » à la dame. En faisant allusion à son « état pitoyable » et à la probabilité « qu’il se gâtât » par le chaud, Voiture suggère la réalité crue de la décomposition. L’humour macabre confine joyeusement à la complaisance morbide. Le burlesque porte ainsi le gauchissement de l’emphase amoureuse à son comble.

Conclusion

27Les énoncés qui composent cette lettre de Voiture affichent une parfaite cohésion, mais le discours apparaît incohérent parce qu’il heurte notre représentation du monde. C’est l’ironie avec laquelle il détourne la thématique amoureuse qui restitue au discours une cohérence se situant à un niveau supérieur.

28On peut se demander si la tonalité burlesque du discours est simplement destinée à amuser la destinataire de la lettre. La plainte amoureuse requiert davantage qu’un témoignage de compassion ; elle est destinée à toucher la dame. Or, en plaisantant à propos de sa propre mort, Voiture suspend sa propre adhésion au discours, ainsi que celle de la destinataire. Facétie ou pudeur ? Il dispense ainsi Julie d’Angennes de la participation affective théoriquement attendue, soit de répondre à son discours. Toutefois, en amusant la dame, Voiture ne retrouve-t-il pas son adhésion par un autre moyen ? Il pourrait s’agir alors d’une stratégie de séduction réalisée elle-même au second degré : feindre de ne pas séduire pour mieux séduire.

29La différence de traitement entre cohésion et cohérence révèle donc la spécificité du discours galant, dans tous les sens du terme. Discours galant parce que le détour permet à Voiture de passer d’un discours amoureux conventionnel à une séduction plus subtile. Poétique galante, art des alliances maîtrisées, car l’audace d’un propos en apparence incohérent est tempérée par la cohésion du discours.

30Enfin, le statut particulier des lettres de Voiture à l’égard de la publication nous permet de mesurer l’impact des relations entre cohésion et cohérence discursives sur le texte littéraire. En tant que lettre adressée à un destinataire précis, cette production constitue un discours, et celui-ci apparaît incohérent. Mais en tant que lettre destinée à être lue en société devant un petit groupe de personnes, elle constitue un texte littéraire destiné à produire un effet. L’ironie est le procédé qui produit cet effet, offrant au texte littéraire une cohérence dont le discours énonciatif était dépourvu. Il apparaît donc que la littérarité d’un texte, conditionnant sa réception, suppose un traitement spécifique de sa cohérence.

Bibliographie

Références bibliographiques

Adam J.-M., 1990, Éléments de linguistique textuelle, Liège, Mardaga.

Bouhours D., 1962, Les entretiens d’Ariste et Eugène, présentation de F. Brunot, Paris, Armand Colin (Bibliothèque de Cluny).

Fromilhague C. et Sancier A., 1996, Introduction à l’analyse stylistique, Paris, Dunod (Lettres sup.).

Génetiot A., 1997, Poétique du loisir mondain de Voiture à La Fontaine, Paris, Honoré Champion (Lumière classique).

Guéret G., 1669, Le Parnasse réformé, 8e édition, Paris, Thomas Jolly.

Hamon P., 1996, L’ironie littéraire. Essai sur les formes de l’écriture oblique, Paris, Hachette (Supérieur).

Kerbrat-Orecchioni C., 1978, « Problèmes de l’ironie », Linguistique et sémiologie, n° 2, p. 10-46.

— 1980, « L’ironie comme trope », Poétique, n° 5447, p. 108-127.

Œuvres de Voiture, 1967 [Paris, 1855], Genève, édition A. Ubicini, Slatkine Reprints, 2 tomes.

Viala A., 1985, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Minuit (Le sens commun).

— 1999, « L’éloquence galante : une problématique de l’adhésion », Images de soi dans le discours, la construction de l’ethos, sous la direction de Ruth Amossy, Paris, Delachaux et Niestlé (Textes de base et sciences du discours).

Notes

1  Voir Alain Viala, Naissance de l’écrivain, 1985.

2  Voir notamment Dominique Bouhours, Les entretiens d’Ariste et Eugène, 1962, et Gabriel Guéret, Le Parnasse réformé, 1669.

3  Julie d’Angennes (1607-1671), fille aînée du marquis et de la marquise de Rambouillet, et future marquise de Montausier.

4  Chanson composée par Voiture, dans Œuvres de Voiture, 1967 [1650], t. II, p. 353-356.

5  Voir Tallemant des Réaux : « Elle fit M. de Chevreuse son héritier. Il envoya son corps par messager pour éviter la dépense », Œuvres de Voiture, t. I, p. 338, note 1.

6  Madame la Princesse [de Condé] et sa fille, Anne-Geneviève de Bourbon, future duchesse de Longueville.

7  Voiture, lettre n° 123 à mademoiselle de Rambouillet, de Paris, 1639, Ibid., t. I, p. 336-339.

Auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search