Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sexe et ses doubles

 | 
Patrick Awondo

Chapitre 4

Mobiliser les men who have sex with men africains : solidarités globales, impasses locales et tensions postcoloniales

Texte intégral

  • 1 Pour un point sur la perspective anthropologique dans l’analyse du Global health, voir V. K. Nguye (...)
  • 2 H. Seckinelgin, « Global civil society as shepherd : Global sexualities and the limits of solidari (...)
  • 3 Nous reprenons ici des catégories de M. Mamdani à propos du collectif Save Darfur, dans son livre (...)
  • 4 Voir H. Seckinelgin, « Global civil society as shepherd », art. cité, p. 537.

1Ce chapitre questionne l’enjeu de l’homosexualité au croisement de l’activisme LGBTI transnational. L’objectif ici est d’interroger le travail des acteurs transnationaux les plus visibles dans cette croisade pour les droits des MSM ; notamment le droit à la santé principal cheval de bataille des acteurs transnationaux. Comment leurs manœuvres travaillent-elles les acteurs locaux, les ignorent ou les associent, comment ces locaux réagissent-ils ? Comment se construit de façon combinée la prévention et la prise en charge du VIH-sida ainsi que le plaidoyer international pour les MSM ici concernés à l’interface du local et du global ? Quel rôle jouent les acteurs transnationaux passeurs de modèle dans cette construction sur le terrain africain ? Quelles réflexions suscite leur déploiement en lien avec la transnationalisation LGBTI ? Il s’agit donc d’assumer les questionnements d’une anthropologie politique du militantisme transnational, dans sa vocation à débusquer les tensions, inégalités et conflits entre, d’une part, la légitimité thérapeutique (qui a le pouvoir de protéger « care » et de prendre en charge) et, d’autre part, la légitimité politique (le pouvoir d’organiser une justice collective) pour affronter les inégalités, et avec quel impact sur les groupes concernés1. Ces questionnements sont particulièrement intéressants pour la réponse à l’épidémie des MSM car ils permettent de saisir les enjeux de pouvoir, sa circulation, en lien avec le plaidoyer international et les glissements stratégiques que son déploiement oblige à opérer. Par exemple, le glissement des phénomènes de santé des problématiques de développement vers celles des droits de l’homme, entraînant par là même une emprise considérable d’une « société civile internationale » sur ces enjeux au détriment parfois des bénéficiaires eux-mêmes. Que nous apprend la rhétorique actuelle de « droit à la santé des MSM » sur l’organisation de cette réponse globale ? Nous apporterons des éléments de réponse à ces questionnements à travers le cas Alternatives-Cameroun, en analysant sa connexion à la cause MSM internationale dans le cadre de deux réseaux associatifs : d’une part Africagay, pensé depuis la France par l’association historique des homosexuels Aides pour appuyer des organisations africaines francophones travaillant avec les MSM. Nous verrons comment le positionnement en amont de la lutte de Aides se confronte avec les réseaux locaux de contre-mobilisation, mais davantage aussi avec la volonté des leaders MSM camerounais et d’autres au sein du réseau Africagay de tenir le leadership de la lutte ; comment, au fond, les acteurs du Nord et ceux du Sud doivent s’affronter pour s’imposer comme représentants légitimes de la « cause des MSM Africains » dans ce que Hakan Seckinelgin nomme « the global register of sexuality politics »2, révélant ainsi la complexité même de la lutte transnationale pour la santé des MSM et les tensions entre saviors et survivors3. D’autre part, nous aborderons le réseau AMSHER (African Men for Sexual Health and Human Right), réseau panafricain basé en Afrique du Sud qui se mettra en place pour tenter de redonner le leadership de la lutte aux Africains homosexuels se sentant dépossédés par le réseau Africagay entre autres, au sein duquel Aides sera accusé de se substituer aux victimes africaines de l’homophobie. L’argument ici est que, dans bien des cas, ces organisations transnationales de type Aides ou Africagay agissent avec empressement ignorant autant les bénéficiaires (survivors) que les gouvernements des pays dans lesquels ils se trouvent (défaut d’accountability). Comme pour d’autres types d’advocacy répondant à d’autres urgences, les interventions transnationales LGBTI utilisent parfois les méthodes de lobbies privés pour porter des questions d’intérêt public, s’appuyant sur la rhétorique humanitaire mais négligeant l’argument de la souveraineté des États et des leaders associatifs locaux et déniant toute l’historicité de l’impérialisme dans des contextes postcoloniaux tout comme l’impact que cela peut avoir sur les groupes en difficulté. Ce défaut de dialogue avec les États et les bénéficiaires de leurs actions conforte souvent paradoxalement le sentiment qu’ont les populations (y compris ici les sujets MSM) dans les pays africains d’une dépossession de leur capacité à décider de leur destinée ; l’action d’Africagay au départ illustre cette impasse et pose la question de savoir comment concilier l’idée d’un engagement international pour la justice sexuelle avec la nécessaire souveraineté des groupes dont l’histoire en lien avec l’Occident fut une histoire d’imposition des idéaux de l’un sur l’autre ; mais aussi comment faire entendre les voix de ceux qui souffrent sans parler à leur place4. Le sentiment général, en observant la façon dont certaines associations transnationales LGBTI agissent, est qu’il y a une confusion entre, d’une part, des arguments et actions de solidarité internationale et, d’autre part, des manœuvres d’ingérence étrangère parce que les instances auprès desquelles les organisations transnationales rendent compte sont quasi inexistantes.

La connexion à la cause internationale du sida des « homos africains » : entre ressources, contraintes et tensions postcoloniales

  • 5 Sur ce point M.-E. Pomerolle, « The Extraversion of protest : conditions, history and use of the “ (...)
  • 6 F. Eboko, « Patterns of mobilization : Political culture in the fight against AIDS », The African (...)
  • 7 Voir aussi H. Seckinelgin, « Global civil society as shepherd », art. cité.
  • 8 F. Bourdier, « Entre gouvernement et agences internationales. La part d’autonomie des ONG brésilie (...)

2Comme il peut apparaître des analyses précédentes (voir chapitre 3), Alternatives-Cameroun s’est constituée en se tournant vers l’international pour y construire sa légitimité et trouver des ressources pour ses actions locales. Cette tendance à s’internationaliser n’est pas nouvelle pour ce qui est des mobilisations africaines. L’analyse de ces mobilisations s’est très souvent faite en termes d’« extraversion », aux fins de saisir la « dépendance comme mode d’action » des associations africaines5. Dans le champ du sida, Fred Eboko6 a analysé la forte « verticalité » qui caractérise les rapports entre bailleurs de fonds internationaux et acteurs locaux engagés dans la lutte contre le sida. Très souvent ces rapports illustrent des « inégalités » entre les associations locales récipiendaires de l’aide humanitaire et des acteurs internationaux pourvoyeurs qui élaborent aussi les outils et discours qui accompagnent l’aide7. Nous essayerons d’investir, à la suite de ces analyses, l’interstice des tensions qui filtrent entre l’international et le local en termes de recherche d’« autonomie » de la part d’acteurs locaux. Comment Alternatives-Cameroun est amenée à « jouer de cette dépendance » ou de sa collaboration à l’égard de certains acteurs, notamment anglo-saxons, pour s’émanciper de l’emprise d’autres acteurs transnationaux, notamment francophones ? L’émergence de cette association est un cas paradigmatique de solidarité internationale allant au delà de la seule question homosexuelle. Pour autant, les tensions n’ont pas manqué entre elle et certains des partenaires globaux. Un épisode nous semble devoir faire l’objet de réflexion ici. Il s’agit des rapports que l’association a entretenus avec Africagay à partir de 2007. Pour comprendre la particularité de cet épisode qui va conduire d’abord à la sortie d’Alternatives du réseau dont elle fut l’une des pierres angulaires en 2009, mais aussi à une quasi-disparition du réseau lui-même (depuis lors mis en berne) à la fin de la même année (et qui renaîtra trois ans après sous une forme différente), il faut s’ouvrir à l’analyse, au moins, de deux éléments. Le premier concerne l’ambition de repositionnement d’Aides à l’international et le contrôle que cela induit sur un réseau Africagay qui est un outil de visibilité sur un champ dominé par les lobbies anglo-saxons. Une variante de ce repositionnement international d’une association française a été documentée par Cécile Chartrain pour ce qui est de l’ONG Solidarité Sida. Le second doit tenir compte de la volonté d’« autonomie »8 d’Alternatives qui, si elle n’a pas les moyens économiques d’enclencher et tenir seule des actions localement, se trouve dans une position « privilégiée » du fait de l’actualité en santé publique internationale des MSM. Elle bénéficie ainsi de la « concurrence sourde » entre des offres internationales multiples (francophone, anglo-saxonne et panafricaine) de plusieurs bailleurs de fonds.

Africagay : « une solution à l’africaine » contre l’homophobie ?

3Revenons sur le premier point qui nous permet aussi d’introduire l’émergence du réseau Africagay. D’après un salarié d’Aides rencontré à Paris en 2010 qui fut parmi les « encadreurs » du réseau africain,

Africagay est née en 2007 parce qu’Aides a été interpellée par plusieurs associations partenaires en Afrique afin de les aider à mener des actions de prévention spécifiques aux gays. C’est dans l’idée de trouver des solutions à l’africaine sur la question de la prévention du VIH-sida chez les gays que s’est créée Africagay. (Entretien, Paris, avril 2010)

4L’initiative de ce mouvement serait donc venue des « Africains » eux-mêmes. De fait, du 1er au 5 novembre 2006, sans doute influencée par l’actualité nouvelle de l’homosexualité sur le continent, Aides organise un « regroupement sur les groupes vulnérables spécifiques » à Ouagadougou. Une quinzaine d’associations travaillant sur les questions des Hommes ayant des rapports sexuels avec des Hommes (HSH) face au sida participent à ce rassemblement aux frais de l’association française. Y sont aussi conviés des partenaires d’Aides souhaitant s’investir dans la lutte contre le sida des HSH. Selon l’un des trois membres d’Alternatives participant à ces travaux,

il s’agissait de faire un état des lieux de la situation des hommes qui ont des rapports sexuels avec les hommes dans les différents pays (contexte épidémiologique du VIH, contexte social, contexte juridique). On devait aussi faire le point sur la mobilisation communautaire et les actions entreprises par les différentes structures (Aides et associations de lutte contre le sida comprises) et enfin partager sur les difficultés, les réussites, les besoins pour éventuellement travailler en réseau. (Entretien, Paris, juin 2008)

5Un comité restreint comprenant cinq personnes de différents pays fut mis sur pied avec entre autres missions de travailler à un site web et rendre visibles les « recommandations arrêtées ». Parmi ces dernières, figuraient trois principaux axes dont la recherche-action, les formations des acteurs de terrain et le plaidoyer (Rapport Alternatives, décembre 2007). C’est donc par cette initiative que le réseau s’est mis sur pied ; en 2008, il comptait 18 associations africaines homosexuelles, toutes de pays francophones dont Alternatives-Cameroun, Arc-en-ciel Côte-d’Ivoire, Arcat-sida du Mali, entre autres.

Encadré 6. Aides et les formations régionales et ateliers de soutien aux MSM

Un grand nombre de formations régionales et d’ateliers sur sites caractérisent l’activité d’Aides/Africagay en direction des MSM africains. Nous reprendrons ici deux exemples collectés lors de nos séjours de recherche au Burkina, puis au Togoa. D’abord un atelier sur site d’appui à REVS+. Groupe d’auto support créé en 1994 pour améliorer les conditions de vie des PVVIH, le groupe s’est transformé en 1998 en association de PVVIH. Depuis REVS+ mène des activités dans les domaines de la prévention, la prise en charge des soins et du soutien psychosocial. La prise en charge médicale se fait à travers son centre de santé avec les consultations d’un infirmier et d’un médecin, des examens biologiques, la dispensation d’ARV, un hôpital de jour, une pharmacie communautaire et une maison d’observance, etc. Convaincues de la nécessité de prendre en charge les HSH, ces femmes ont d’abord trouvé un soutien inattendu de l’un des membres de l’association, qui avait toujours caché son orientation sexuelle.
Une rencontre avec les membres d’Aides et Sidaction en 2009 a débouché sur la tenue d’un atelier sur les « représentations face aux hommes ayant des pratiques homosexuelles » mené par Aides. À la suite de cet atelier, le regard des membres de REVS+ a commencé à changer et la conviction qu’il était nécessaire de prendre en charge les HSH a commencé à gagner du terrain.
Yves, conseiller psychosocial de l’ONG s’est alors senti en situation de parler de son homosexualité, ce qui a fini de convaincre les derniers membres réticents, de mener un programme en faveur des HSH. AIDES a également mené un atelier au Togo en décembre 2010, qui a regroupé 21 animateurs et pairs éducateurs.

a. Dans le cadre d’une collaboration à un projet de recherche bio-comportementale sur trois pays (Cameroun, Burkina Faso et Togo), nous avons travaillé avec la John-Hopkins School of Public Health and Human Right et l’ONG Enda-Santé Dakar (six mois). Chargé de l’appui technique aux équipes de recherche qualitative, nous étions dans une position privilégiée pour recueillir un maximum d’information sur le déploiement du réseau Africagay dont les activités couvrant ces trois pays. En juin 2012, nous avons été impliqué dans une équipe d’experts qui a travaillé sur trois pays (Cameroun, Burkina Faso, Côte-d’Ivoire) pour évaluer le projet mené par le consortium Aides et Sidaction, deux ONG françaises qui travaillent dans la réponse au sida. Sidaction finance des projets allant dans ce sens ; Aides, comme on a pu le voir, s’investit dans le plaidoyer et l’accompagnement communautaire. Voir le rapport, AIDES/Sidaction, P. Lepère, K. Chérabi, P. Awondo, Évaluation du projet AIDES/Sidaction. Renforcement des acteurs de la société civile de la lutte contre le SIDA en Afrique pour une intervention adaptée auprès des HSH, Rapport final, janvier 2013.

6Deux moments de tensions vont perturber l’avancée de ce réseau. Le premier concerne son organisation politique et hiérarchique. Le second sera lié à l’actualité des arrestations de quelques collaborateurs de l’association dans certains pays dont les plus connues surviendront au Sénégal en 2008.

7Sur le premier point, selon différents témoignages de membres (camerounais mais aussi sénégalais et ivoiriens) que nous avons rencontrés lors des conférences internationales sur le sida à Paris (Sidaction 2008, conférence francophone sur le sida à Casablanca en 2010 entre autres, conférence mondiale à Washington en 2012), la position de leadership d’Aides posait problème dans la mesure où elle laissait percevoir de l’extérieur que tout était pensé et initié par elle. Pour l’un de ces informateurs, cela « renforçait surtout l’idée que les gens ont chez nous que ce sont les Blancs qui nous poussent à faire des choses comme ça ». Il suggérait alors que le rôle trop visible de l’association française pourrait à long terme « déranger » l’avancement du réseau. De manière révélatrice, les premières actions menées au nom du réseau furent d’abord portées par les dirigeants d’Aides lors des grandes conférences internationales en termes de plaidoyer à l’ICASA (International Conference on AIDS and STI in Africa) à Dakar en décembre 2008 ou à la conférence internationale du sida à Mexico la même année. On y a, par exemple, vu des dirigeants d’Aides qui arboraient des tee-shirts floqués du logo Africagay. Lorsque nous avons rencontré, en novembre 2009, l’un des responsables d’Aides en charge de ce projet à Paris, il a minimisé la tension et a insisté sur « le droit d’ingérence d’Aides sur une question de santé des gays qui est une question de droit de l’homme ». Pour ce responsable, Aides n’avait pas à « rougir de sa position », parce que c’était son rôle de « promouvoir le droit à la santé pour des minorités menacées et délaissées ».

8En dépit de cette rhétorique de l’humanitaire, la contestation de la position centrale d’Aides n’allait pourtant pas tarder à se faire sentir notamment à cause du projet d’adoption d’une charte du réseau. Les termes de référence de la charte n’ayant pas fait l’unanimité parmi les associations membres, des tensions se renforcèrent entre, d’une part, les figures charismatiques du réseau, dont le président d’Alternatives et les leaders d’une association marocaine, et, d’autre part, certains porteurs du projet du côté d’Aides. Parmi les clauses de la charte en cause ici, figurait entre autres le nom du réseau. Pour un certain nombre d’Africains, cette dénomination jugée « provocatrice » risquait de renforcer la stigmatisation contre la minorité aux pratiques homosexuelles. Certains leaders africains dénonçaient également le « manque de perspective » des associations au sein du réseau. L’un des leaders revenait en 2010 sur ces incidents en ces termes :

  • 9 Nous nous permettons de citer S. Nemande car sa position comme leader public est connue de tous ce (...)

Pour avoir un réseau efficace, il faut qu’il y ait une vision de groupe. Or il n’y avait pas de vision de groupe. On ne peut par exemple pas à chaque fois nous proposer de valider des programmes, par exemple le projet de charte. Nous, on voulait savoir quel allait être le statut des associations du réseau en termes d’autonomisation et de perspectives, parce que pour nous, le réseau devait renforcer les associations locales et pas l’inverse ; les associations ne sont pas censées vivre du réseau ; c’est le contraire… (Entretien avec Steave Nemande, Casablanca, mars 2010)9

9Face à l’impossibilité d’obtenir un consensus, la charte ne fut finalement pas adoptée. Ces tensions allaient conduire à la mise en retrait des associations camerounaise et marocaine, entraînant également l’abstention de quelques autres membres (Arc-en-ciel Côte-d’Ivoire par exemple).

10Une deuxième raison, plus grave, allait ralentir la dynamique du réseau. C’est l’arrestation de neuf associatifs sénégalais travaillant dans le champ du sida des HSH et proches pour certains d’entre eux du réseau Africagay en fin 2008. Pour une partie de la presse sénégalaise réagissant à la mobilisation d’acteurs internationaux multiples dont Aides pour faire sortir de prison les neuf militants, il s’agit « d’atteinte à la souveraineté du Sénégal » (voir le Courrier international du 12 janvier 2009). D’autres y voyaient un amalgame entre sida et homosexualité qui mettait en cause le rôle des partenaires internationaux (voir le journal en ligne du Sénégal Wal Fadjri du 18 décembre 2008). Ce d’autant qu’Aides comme d’autres acteurs humanitaires travaillant dans les contextes africains collaborent très peu avec les autorités locales. Ainsi, dans un pays comme la Côte-d’Ivoire où existe une « plate-forme des acteurs travaillant auprès des HSH », les activités régionales menées par Aides notamment dans le domaine de la formation des pairs-éducateurs furent invalidées par les autorités sanitaires. Les jeunes formés lors des ateliers n’étaient pas autorisés à exercer dans la prévention du VIH-sida car les autorités n’avaient pas été informées de l’implication d’Aides auprès des HSH. Ce qui pose la question de l’accountability et de la collaboration avec les gouvernements locaux quand ces derniers ne se montrent pas homophobes, ce qui est le cas pour la Côte-d’Ivoire.

  • 10 L. Atlani-Duault, « Les ONG à l’heure de la bonne gouvernance », Autrepart, no 35, 2005, p. 5.

11Mais la critique la plus dure vient de certains membres du réseau qui accusent Aides d’avoir mis en danger les militants sénégalais par des « actions trop voyantes ». En plus de la contestation de l’autorité et de la mainmise « paternaliste » dénoncée par certains membres, dont Alternatives-Cameroun, Aides fait face au Sénégal à des procès symboliques sur fond de tensions postcoloniales qui touchent plus globalement des ONG engagées dans les pays du Sud à cause des « injonctions morales » qu’elles portent et qui sont souvent perçues comme une forme d’« ingérence », notamment des anciennes puissances coloniales10. La situation d’ONG française d’Aides a rapidement réactivé ce type de procès postcolonial. L’idée d’une « recolonisation » déjà avancée par les détracteurs de la cause homosexuelle l’initiative Africagay.

12En dépit de la libération des neuf militants en janvier 2009, le réseau a pris des coups dont il a du mal à se relever. Cette situation semble alors donner raison à ceux des membres du réseau qui trouvaient trop provocateur le nom Africagay. En réponse à ces tensions et critiques répétées qui ont aussi contraint certaines associations membres à plus de discrétion, les responsables d’Aides vont « suspendre » le site web du réseau. L’année suivante, lors de la conférence francophone sur le sida de Casablanca (mars 2010), nous apprendrons que le réseau se nomme désormais « Africagay contre le sida » et non plus simplement Africagay. Faut-il en conclure que l’avalanche de critiques à l’encontre du réseau ayant conduit à la mise en berne des activités (notamment les regroupements d’une capitale à l’autre du continent comme en 2006 et 2008) a poussé ses responsables à respecter l’injonction à s’en tenir au sida ? On peut y répondre par l’affirmative. De manière significative, en avril 2010, lors d’une conférence donnée à Sciences Po Paris par l’un des promoteurs du réseau (salarié d’Aides), les difficultés du désormais « Africagay contre le sida » énumérées par le conférencier entre autres points étaient les suivantes :

Les contextes locaux : affaires du Sénégal ; difficile articulation entre assos LGBT et lutte contre le sida ; isolement francophone ; formalisation de la charte. [À cette liste assez explicite sur la situation du mouvement, il lui adjoignait comme « enjeux » :] lutter sans mettre en danger les acteurs ; lutter sans mettre le « feu » dans le pays ; articulation lutte contre le VIH et droits des personnes ; ne pas copier des modèles de mobilisation « occidentaux » ; trouver des solutions à l’africaine. (Contribution de David Monvoisin au séminaire « L’Afrique face au sida », le 22 avril 2010)

  • 11 S. Ropp, T. Risse, K. Sikkink éd., The Power of Human Rights : International Norms and Domestic Ch (...)
  • 12 M. Pandolfi, « “Moral entrepreneurs”, souverainetés mouvantes et barbelés. Le bio-politique dans l (...)

13Ce listing des difficultés et enjeux qui freinent le réseau Africagay suggère qu’Aides a, d’une certaine façon, capitulé face aux « faits qui lui sont reprochés » dans ce procès postcolonial. L’inscription dans les réseaux internationaux où est discutée la « cause du sida des homos africains » est donc à la fois une ressource et une contrainte tant pour les associations locales pour qui l’assistance des ONG occidentales peut se transformer en « stigmate »11, que pour les associations transnationales que guette le procès d’« ingérence »12. De fait, si les ONG transnationales offrent une tribune, des moyens financiers et du savoir-faire, elles restent marquées par des enjeux géopolitiques d’acteurs désireux de capitaliser les bénéfices symboliques de la mise en réseau des acteurs précaires. De ce point de vue, la question homosexuelle en Afrique invite à être attentif aux formes de la tension entre acteurs venus du Nord et acteurs dits du Sud dans un temps où l’assistance n’exclut pas la résistance des sujets locaux, y compris récipiendaires de cette aide. La résistance d’Alternatives-Cameroun à la mainmise d’Aides sur le réseau ayant entraîné une première tension montre que l’offre de soutien et de solidarité s’est largement diversifiée pour les acteurs locaux, au point qu’ils peuvent se rebeller contre un partenaire majeur sans craindre de voir leurs ressources limitées. Ce qui remet du coup en question le point de vue prégnant au Cameroun selon lequel ce sont les acteurs internationaux qui « dictent » la conduite à suivre aux acteurs locaux. Des acteurs tels qu’Alternatives jouent ainsi de la dépendance à certains bailleurs pour mieux négocier des marges de liberté avec d’autres.

Africagay, AMSHER et la guerre des réseaux associatifs

14Deux moments permettent de comprendre les tensions postcoloniales au cœur des réseaux associatifs transnationaux impliquant Alternatives-Cameroun et AMSHER contre Africagay. Tout d’abord la façon dont va se mettre en place le réseau AMSHER. Ensuite un incident qui aura lieu en 2012 à Dakar au moment où AMSHER créera une représentation francophone et installera un bureau dans la capitale sénégalaise.

  • 13 Pour une discussion proche de cette thématique, voir par exemple M. Mamdani, Citizen and Subject. (...)
  • 14 M. Sorgenfrei, Le renforcement des capacités d’une perspective française, Praxis Paper no 1, Paris (...)

15Sur le premier point, on peut d’emblée constater que la situation d’Alternatives-Cameroun s’inscrit dans des enjeux plus larges concernant une opposition de fait (même si elle n’est pas toujours opératoire) entre les ONG anglo-saxonnes et francophones sur le terrain de l’aide aux acteurs locaux africains. Une hypothèse qui structure encore l’appréhension de ces deux modèles de soutien aux initiatives locales de mobilisation est l’idée selon laquelle les acteurs anglo-saxons seraient moins « paternalistes » et « dirigistes » dans la gestion quotidienne des ressources qu’ils octroient aux associations locales. Les ONG françaises seraient quant à elles plus « paternalistes » et s’« immisceraient » y compris dans la structuration interne des associations qu’elles soutiennent. C’est là une variante de la supposée opposition coloniale entre indirect rule (anglais) et direct rule (français), c’est-à-dire la distinction entre deux modalités de gestion des colonies dont l’une est supposée laisser des « marges de liberté » en s’appuyant sur les leaders locaux sans en influencer le choix (indirect rule) ; et l’autre modalité qui influence jusqu’au choix des leaders quand elle ne se substitue pas à eux (direct rule). Des chercheurs africanistes ont depuis longtemps démontré qu’une telle opposition n’était pas forcément valide, les deux modalités de gestion des colonies ayant coexistées dans l’un et l’autre des espaces coloniaux13. Pour autant, certains événements entre acteurs locaux de la mobilisation homosexuelle (Alternatives) et des acteurs transnationaux (Aides et AMSHER sur lequel nous reviendrons) amènent à reposer, à partir du point de vue des acteurs, la question de la trajectoire de l’appui par les deux blocs idéologiques (francophones et anglo-saxons), eu égard aux tensions que peuvent créer leurs interactions avec les organisations locales. Mia Sorgenfrei14, à travers une étude de plusieurs organisations de solidarité internationale française (OSI), a montré que le travail de ces acteurs dans le « renforcement des capacités » des Africains semblait marqué par des cultures politiques différentes de celles anglo-saxonnes mais pas forcément opposées sur le terrain. Tablant sur une comparaison entre les deux cultures d’appui aux acteurs locaux, elle résume les divergences rapportées par les acteurs français dans ces termes :

  • 15 Ibid., p. 7.

L’impression générale parmi les participants était que les notions divergentes de développement (lesquelles ayant un impact sur les finalités poursuivies et sur les méthodes et les approches adoptées) sont étroitement liées à l’histoire, à la culture et aux pratiques sociales. Les ONG d’origines anglo-saxonnes adoptent des approches plus directes et pragmatiques qui focalisent sur l’action et les résultats tandis que les Français dépensent plus d’énergie sur la négociation du processus.15

16Il semble donc qu’il subsiste malgré tout des divergences dans la manière de se déployer sur le continent ; dans des champs tels que la « politique identitaire » des mobilisations homosexuelles, si la différenciation entre idéologie francophone et idéologie anglo-saxonne n’est pas établie, le leadership anglo-saxon ne fait pas l’ombre d’un doute et ce depuis le début des mouvements gays. Ce leadership oblige ainsi les acteurs francophones à mener constamment des actions pour « rattraper » leur retard ou pour essayer de se positionner sur un terrain largement investi par les premiers. Pour Yves Roussel,

  • 16 Y. Roussel, « Le mouvement homosexuel français face aux stratégies identitaires », Les Temps-Moder (...)

le mouvement homosexuel français, qui revendique son appartenance au mouvement gai et lesbien international, demeure un consommateur périphérique de productions idéologiques dont il semble ignorer la complexité. La contribution française à l’invention d’une « politique des identités » est bien faible et paraît devoir le rester.16

17Ce constat du milieu des années 1990 pour la France qui donne le ton sur de tels enjeux dans l’espace francophone se vérifie sur le terrain de l’aide au jeune mouvement homosexuel africain. Outre le fait que des associations défendant les droits des personnes homosexuelles existent globalement dans l’espace africain anglo-saxon (avec des coalitions anglophones bien établies ; par exemple, le GALZ au Zimbabwe depuis les années 1980) depuis bien plus longtemps que dans l’espace francophone, la mise en réseau à l’initiative d’ONG francophones comme Aides s’inspire des initiatives du monde anglo-saxon avec lesquelles elles tentent d’entrer en concurrence. À titre d’illustration, le Global Forum on MSM and HIV (initiative d’origine américaine), qui fédère des associations homosexuelles dont celles d’Afrique anglophone a précédé l’initiative Africagay en 2006. De même, Pan Africa ILGA, pendant africain de l’International Lesbian and Gay Association, s’est constituée avant Africagay. Les possibilités d’expertises plus anciennes et nombreuses ainsi que les listes de potentiels soutiens financiers anglo-saxons expliquent dès lors que des acteurs tels qu’Alternatives-Cameroun jouant de la position du Cameroun comme pays bilingue sont plus aptes à tirer bénéfice de l’entre-deux linguistique. Le repositionnement de l’association du médecin dans le milieu de la mobilisation anglo-saxonne est donc à comprendre entre stratégies personnelles, offres internationales et tensions postcoloniales.

  • 17 À propos du leadership africain, on peut encore lire sur le site d’AMSHER : « AMSHeR believes in t (...)

18De fait, bousculés par la pression d’Aides qui va participer à déstabiliser le leadership des associations dont les leaders sont des pourfendeurs d’Africagay, certains de ces leaders associatifs vont travailler à l’idée d’un nouveau réseau panafricain pour échapper à ce qu’un des fondateurs nommait en 2010 au cours d’une interview « la Françafrique du mouvement gay ». Les trajectoires biographiques de ces leaders bilingues (Joël Nana parfaitement bilingue, tout comme Steave Nemande qui a étudié la médecine en Ukraine) permettent ainsi de se détourner des réseaux francophones et de « tenir tête » ou s’extraire de l’emprise de Aides/Africagay pour accroître leur marge de liberté. Alternatives-Cameroun va donc s’investir en tant que membre fondateur à partir de fin 2008 dans le réseau qui se domicilie en Afrique du Sud. AMSHER trouve ainsi ses racines dans la tension postcoloniale au cœur de laquelle la quête d’autonomie des associations locales par rapport au réseau francophone croise des opportunités anglo-saxonnes longtemps réservées aux seules anciennes colonies britanniques. Le leader d’AMSHER, Joël Nana, l’un des membres fondateurs d’Alternatives-Cameroun, va ainsi jouer du discours sur l’« initiative africaine » et la volonté d’autonomie17 auprès de bailleurs essentiellement anglo-saxons (OXFAM, Hivos, Aids Found, PNUD, FNUAP, Bill and Melinda Fundation) pour mettre sur pied l’organisation. Le texte de présentation du mouvement sur son site signale ces différentes idées de leadership africain et de quête d’autonomie (notre traduction) :

AMSHER est composé de 15 organisations du Burundi, du Cameroun, de la Côte-d’Ivoire, du Ghana, du Kenya, du Malawi, du Mozambique, de la Namibie, du Nigéria, de l’Afrique du Sud, de l’Ouganda, de la Zambie et du Zimbabwe. En tant que coalition d’organisations de MSM basées en Afrique, AMSHER offre une plate-forme pour l’échange et l’apprentissage parmi les organisations de MSM de base, les services de lutte contre le VIH et les organisations de défense des droits, les organisations de défense des droits de l’homme et d’autres organismes travaillant avec et/ou pour les communautés de MSM. En plus de son travail visant à améliorer la visibilité et à s’attaquer aux problèmes de MSM et de VIH, AMSHER préconise des ressources accrues pour le travail des MSM en Afrique. Il travaille à renforcer et à développer les structures communautaires pour aborder des questions telles que la discrimination et la stigmatisation de la société et plaider en faveur de politiques positives et inclusives et d’interventions efficaces. AMSHER s’efforce d’accroître la visibilité des problèmes de MSM à différents niveaux tels que la politique, la législation, les communautés et la prestation de services, et renforcer les capacités des organismes nationaux et des personnes qui travaillent à améliorer la politique, la législation et la programmation liées à la santé sexuelle et reproductive des MSM. (Extrait de www.amsher.net/AboutAMSHER/tabit/56)

  • 18 V.-K. Nguyen, « Anthropology and global health », art. cité.

19Il y a donc, de la part des initiateurs de cette association, une volonté de mettre en avant le leadership africain qui était au cœur de la discorde à Africagay. On remarquera aussi que les associations francophones sont minoritaires dans cette organisation et celles ayant rejoint le réseau font partie des « dissidents » d’Africagay dont Arc-en-ciel Côte-d’Ivoire et Alternatives-Cameroun ; le leader du Burundi les suivra également. Il ne faut cependant pas oublier ici la question de la trajectoire individuelle. Joël Nana ayant été socialisé au militantisme lors de ses études dans le milieu anglo-saxon, la centralité des acteurs francophones dans l’assistance technique est un élément qu’il avait du mal à accepter. L’initiative AMSHER a donc aussi à voir avec la quête de leadership pour des personnes dont la trajectoire socio-sexuelle se décline désormais en carrière socio-sexuelle18.

20Le deuxième épisode impliquant Africagay et AMSHER qui conduira à un affrontement ouvert entre les deux réseaux, après quelques années de « guerre froide » de 2008 à 2011, se produira au tournant de l’année 2012. Au début de cette année, AMSHER a décidé d’établir un bureau pour l’Afrique francophone à Dakar au Sénégal. Informés de cette action, les promoteurs français d’Africagay engagèrent des actions pour s’y opposer, allant par la voix d’un conseiller du réseau, par ailleurs membre très influent de l’association Aides, jusqu’à demander au représentant nouvellement nommé d’AMSHER qui lui avait donné « l’autorisation d’exercer dans la zone d’influence d’Africagay ». Le coordonnateur AMSHER pour l’Afrique francophone de l’époque soulignait alors au cours d’un entretien qu’il nous accordait à Lomé, en marge d’une rencontre régionale sur les groupes clés de l’épidémie du sida, organisée par le Réseau africain des formations sur le sida (RAF/VIH) :

Je n’ai pas très bien compris le sens de la dispute des gens d’Africagay, mais ils s’en prennent à notre office à Dakar sous le prétexte qu’AMSHER est censé travailler en Afrique anglophone et eux en Afrique francophone. Mais qui a établi ce partage des tâches ? « Ce n’est plus l’époque coloniale », nous leur avons répondu. Ils disent que nous devions prendre une autorisation auprès d’Africagay et ils exigent une rencontre pour cela. Parfois je me demande pour qui ils travaillent et qu’est-ce qui les intéresse vraiment. (Entretien, Lomé, septembre 2012)

21L’établissement d’AMSHER a donc ravivé le vieux conflit idéologique entre francophones et anglophones sur le champ africain. Ces propos du coordonnateur des activités d’AMSHER pour l’Afrique francophone soulignent de façon saisissante ce qu’un autre informateur qualifiait de « françafrique de la militance gay » en évoquant notamment les manœuvres du réseau Africagay pour déstabiliser certains leaders associatifs dissidents au sein dudit réseau. L’enjeu de la « zone d’influence francophone » souligné par le représentant régional d’AMSHER ne peut vraiment être démenti dans la mesure où ce fut dès le départ une préoccupation du réseau d’Aides. Si cette préoccupation est légitime de la part d’Aides qui souhaite ainsi que le soulignait David Monvoisin à Science Po Paris « briser l’isolement francophone » pour les militants africains, plus inquiétante est l’ambiance de conflit larvé qui paralyse des activistes locaux dans les pays francophones de l’Afrique de l’Ouest et centrale, sommés de choisir entre AMSHER et Africagay, alors que les deux réseaux leur offrent des opportunités intéressantes.

  • 19 Voir le rapport de janvier 2013 de AIDES/Sidaction, P. Lepère, K. Chérabi, P. Awondo, déjà cité.

22Nous avons pris la mesure d’une telle tension au cours de trois missions d’évaluation du programme mené par le consortium Aides-Sidaction pour le « Renforcement des acteurs de la société civile de la lutte contre le sida en Afrique pour une intervention adaptée auprès des HSH »19. À l’évocation du rôle d’Africagay pendant les trois années de déroulement du projet, autant au Burkina Faso qu’en Côte-d’Ivoire, ce qui apparaissait déjà au Cameroun revenait. Du point de vue des associatifs locaux dans ces pays, la confusion entre le travail d’Africagay et le déploiement du consortium perturbait considérablement le renforcement des capacités des acteurs locaux. De fait, le début du projet correspondait avec la montée en puissance du réseau AMSHER. Sa volonté de se faire connaître par les militants dans les trois pays évoqués se heurtait aux barrières de la peur de perdre l’appui financier d’Aides, souvent confondu avec Africagay dans le projet à l’initiative des membres de l’association française eux-mêmes. Dans la plupart des associations bénéficiaires du projet, nos interlocuteurs soulignaient que s’affilier à AMSHER qui les avaient pourtant contactés revenait à se mettre à dos le réseau Africagay et particulièrement les leaders français dudit réseau.

23Cette inquiétude des associatifs apparaît lorsqu’on observe la cartographie des associations membres des deux réseaux ; l’une des rares associations qu’ils ont en commun est Alternatives-Cameroun dont l’affiliation à AMSHER est liée au fait que le docteur Nemande, cofondateur d’Alternatives, fut aussi l’un des initiateurs d’AMSHER aux côtés de Joël Nana qui fut jusqu’en 2014 executive member de ce réseau. Après le départ d’Alternatives en 2010 de Steave Nemande, cette association est retombée complètement dans le champ d’influence d’Aides et même si Alternatives est membre représentante d’AMSHER en Afrique centrale, les tensions restent grandes avec le réseau panafricain, car les nouveaux leaders d’Alternatives sont obligés de gérer au quotidien les susceptibilités de leurs partenaires français. Cette crise de leadership dans l’espace francophone entre d’un côté AMSHER et de l’autre Africagay fut désamorcée en 2012 lors d’une réunion à Dakar à l’initiative d’Africagay, de l’association Ruban Rouge et de la représentation locale de l’ONUSida qui a contraint le bureau régional d’AMSHER à un partage des tâches formalisé par une convention. Alors même que Joël Nana, l’un des initiateurs d’AMSHER, Camerounais est aussi parfaitement francophone, on peut se demander pourquoi cette polarisation dans les débats de la part d’Aides sur la question de l’isolement francophone pour les associations qu’elle encadre, en sachant que, comme nous l’avons vu avec l’émergence d’Alternatives-Cameroun, les soutiens dès le départ sont aussi anglo-saxons que francophones (la fondation Bill and Melinda Gates par exemple, mais aussi l’Amfar et le Pepfar soutiennent de nombreuses associations dans les pays francophones). Alors est-ce vraiment l’idée de « briser l’isolement francophone » pour les associatifs africains, comme le soulignait David Monvoisin d’Aides, ou l’ambition d’user de ce réseau pour repositionner Aides à l’international et en faire une association d’envergure transnationale qui est le plus en jeu ici ? La seconde hypothèse semble valide surtout si l’on considère qu’au moment où Africagay a essuyé le plus de critiques, la réponse d’Aides ne fut pas de mettre en avant les associations africaines, ou les leaders africains, mais plutôt d’en écarter les plus dissidents au risque de se priver des plus influents acteurs parmi ceux que prétend soutenir le réseau. Ce fut le cas en Côte-d’Ivoire lorsqu’Africagay refusait d’admettre l’association Alternatives Côte-d’Ivoire dans son réseau au motif que son leader fut l’un des dissidents contre la charte en 2009-2010 ; pourtant celle-ci est de loin la structure communautaire MSM la mieux structurée du pays.

Notes

1 Pour un point sur la perspective anthropologique dans l’analyse du Global health, voir V. K. Nguyen, « Anthropology and global health », The Ashgate research companion to the Globalization of health, T. Schrecker éd., Burlington, Ashgate, 2012, p. 79-96. Se référer également au volume de M. Nichter, Global health. Why cultural perceptions, social representations, and biopolitics matter, Tucson, University of Arizona Press, 2008, et plus précisément l’introduction, p. 1-21.

2 H. Seckinelgin, « Global civil society as shepherd : Global sexualities and the limits of solidarity from a distance », Critical Social Policy, vol. 32, no 4, 2012, p. 536-555.

3 Nous reprenons ici des catégories de M. Mamdani à propos du collectif Save Darfur, dans son livre Seviors and Survivors : Darfur, politics and the war on Terror [2009], Dakar, Codesria, 2010.

4 Voir H. Seckinelgin, « Global civil society as shepherd », art. cité, p. 537.

5 Sur ce point M.-E. Pomerolle, « The Extraversion of protest : conditions, history and use of the “International” in Africa », Review of Political Economy in Africa, vol. 37, no 105, 2010, p. 263-279.

6 F. Eboko, « Patterns of mobilization : Political culture in the fight against AIDS », The African State and the AIDS Crisis, A. Patterson éd., Aldershot (UK), Ashgate, 2005, p. 37-58.

7 Voir aussi H. Seckinelgin, « Global civil society as shepherd », art. cité.

8 F. Bourdier, « Entre gouvernement et agences internationales. La part d’autonomie des ONG brésiliennes dans la lutte contre le sida », Les Suds face au sida. Quand la société civile se mobilise, F. Eboko, F. Bourdier et C. Broqua éd., Paris, IRD Éditions, 2011, p. 45-66.

9 Nous nous permettons de citer S. Nemande car sa position comme leader public est connue de tous ceux qui s’intéressent à la militance des MSM en Afrique francophone. Ses divergences d’opinions sont également connues et des échanges polémiques en public ont eu lieu entre S. Nemande et des leaders d’Africagay lors de conférences internationales, notamment à Washington en juillet 2012 lors de la conférence de l’International Aids Society au cours de laquelle le réseau Africagay organisa un symposium.

10 L. Atlani-Duault, « Les ONG à l’heure de la bonne gouvernance », Autrepart, no 35, 2005, p. 5.

11 S. Ropp, T. Risse, K. Sikkink éd., The Power of Human Rights : International Norms and Domestic Change, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 1-38.

12 M. Pandolfi, « “Moral entrepreneurs”, souverainetés mouvantes et barbelés. Le bio-politique dans les Balkans postcommunistes », Anthropologie et Sociétés, M. Pandolfi et M. Abélès éd., numéro spécial : Politiques jeux d’espaces, vol. 26, no 1, 2002, p. 39.

13 Pour une discussion proche de cette thématique, voir par exemple M. Mamdani, Citizen and Subject. Contemporary Africa and the legacy of late colonialism, Princeton, Princeton University Press, 1996.

14 M. Sorgenfrei, Le renforcement des capacités d’une perspective française, Praxis Paper no 1, Paris, INTRAC, 2004. En ligne : [http://www.hiproweb.org/fileadmin/cdroms/Biblio_Renforcement/documents/Chapter-1/Chap1Doc13_2.pdf].

15 Ibid., p. 7.

16 Y. Roussel, « Le mouvement homosexuel français face aux stratégies identitaires », Les Temps-Modernes, mai-juin 1995. En ligne : [http://www.france.qrd.org/texts/roussel-TM582.html].

17 À propos du leadership africain, on peut encore lire sur le site d’AMSHER : « AMSHeR believes in the need to mobilize people in all their diversities to spearhead the health and human rights agenda themselves, promoting self-empowering models and not charity models. We put people at the end of numbers, such that people can speak for themselves about their needs and issues ». En ligne : [www.amsher.net/AboutAMSHER/tabit/56].

18 V.-K. Nguyen, « Anthropology and global health », art. cité.

19 Voir le rapport de janvier 2013 de AIDES/Sidaction, P. Lepère, K. Chérabi, P. Awondo, déjà cité.

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site