Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le sexe et ses doubles

 | 
Patrick Awondo

Chapitre 3

Naissance d’une cause et lutte pour la reconnaissance : entre droits de l’homme et lutte contre le sida

Texto completo

  • 1 N. Dodier, Leçons politiques de l’économie de sida, Paris, Éditions de l’EHESS.

1L’objectif de ce chapitre est de situer la genèse de la « cause homosexuelle » au Cameroun. Par le concept de « cause homosexuelle », nous entendons une organisation de différents réseaux sociaux et politiques en vue d’affronter les problèmes que constituent autant les arrestations des personnes homosexuelles ou ayant des pratiques homosexuelles, que l’épidémie du sida. Nous tentons de saisir le lien entre construction d’une cause et subjectivation politique des personnes qui la portent. Autrement dit, il s’agit d’interroger la manière dont le « sujet moral » homosexuel se constitue en « sujet politique »1, et met en avant des pratiques discursives à même de lui faire une place dans la société camerounaise. L’un des moyens de comprendre cette mutation politique est d’analyser la genèse du travail associatif en réponse à la situation de répression contre l’homosexualité. La mobilisation rend compte ici

  • 2 M. Wieviorka et F. Dubet éd., Penser le sujet. Autour d’Alain Touraine, Paris, Fayard, 1995.

[d’]une action collective de défense et de promotion d’intérêts […], la mobilisation de moyens matériels, humains ou symboliques permettant, notamment à un acteur, de pénétrer au sein d’un système politique, de s’y maintenir ou d’y élargir son influence.2

  • 3 Sur ce point, M. Epprecht, « Sexual minorities, human rights and public health strategies in Afric (...)

2La cause homosexuelle portée au Cameroun par une diversité d’acteurs se fera sentir dans l’espace public après les arrestations qui suivront l’« affaire des listes d’homosexuels » (voir chapitre 1). Il convient donc de revenir un instant sur le contexte de violence spécifique qui caractérise la vie des nkoandengué et des mvoë autour des événements dans la presse. Cette accentuation de la violence sera suivie d’une réaction et d’un regroupement de petits réseaux informels qui progressivement s’organiseront pour « se défendre » face à la vague d’homophobie de la presse. La mobilisation a pu émerger grâce au relais du réseautage communautaire qui préexistait à ce moment de crise et cette actualité ouvrira des brèches inespérées pour d’autres problématiques plus ancrées à l’échelle internationale telle la « lutte contre le sida des MSM », cette dernière bénéficiant d’un fort soutien des associations internationales3.

  • 4 Voir par exemple M. Gevisser et E. Cameron éd., Defiant Desire : Gay and lesbian lives in South Af (...)
  • 5 Quelques exemples d’études déterminantes au tournant des années 2000 : Kenya National AIDS and STI (...)
  • 6 Voir Vinh-Kim Nguyen, « Sida, ONG et la politique du témoignage en Afrique de l’Ouest », Anthropol (...)
  • 7 Voir la réflexion de C. Broqua, « L’émergence des minorités sexuelles dans l’espace public en Afri (...)

3Selon les contextes en effet, trois formes de mobilisations pour les homosexuels se sont manifestées depuis la décennie 1990 sur le continent africain, avec une accélération notable au tournant des années 2000. Il y eut d’abord des associations « communautaires » et identitaires, qui ont émergé en Afrique australe et précisément en Afrique du Sud et au Zimbabwe. C’est le cas de Gay and Lesbian of Zimbabwe (GALZ) dont la création remonte aussi loin qu’en 1987. On sait à propos de l’Afrique du Sud que les homosexuels prirent une part importante dans la lutte contre l’Apartheid, ce qui fut récompensé par la protection inédite de l’orientation sexuelle dans la constitution sud-africaine4. Ces mobilisations se sont ensuite multipliées sur le reste du continent surtout dans les années 2000, par un effet lié aux violences croissantes contre les homosexuels sur le continent, à la visibilité de la lutte contre le VIH-sida auprès des MSM et à l’internationalisation de la lutte LGBTI manifestée pour ce qui est du continent africain par les créations de coalitions telle la branche africaine de l’association LGBTI internationale International Lesbian and Gay Association (ILGA), Pan-Africa ILGA. La visibilité progressive de l’enjeu MSM/VIH, renforcé par les enquêtes sur la vulnérabilité spécifique des MSM du début des années 2000 ainsi que les flux financiers des organisations internationales dont l’ONUSIDA5, vont créer le deuxième modèle de mobilisation pro-MSM sur le continent, avec notamment la prise en charge de cet enjeu par des associations historiques et généralistes de lutte contre le sida sur le continent qui intégreront progressivement la problématique6. Le troisième modèle de mobilisation est celui qui, relayant des petits réseaux informels de lutte contre la stigmatisation, va se développer en bénéficiant de la violence toujours plus forte contre ces minorités7. Une variante de ce modèle spécifique s’ouvre selon les opportunités et contingences des contextes, soit à la question générale des « droits de l’homme », soit à la lutte contre le sida, soit à la protection des activistes locaux. Cette dernière variante est particulièrement visible au Cameroun depuis 2006. Ce pays présente par ailleurs la singularité d’avoir tous ces modèles dans son espace et spécifiquement dans les deux villes de Yaoundé et Douala. Ce chapitre revient dans un premier temps sur l’émergence récente des principales associations camerounaises en identifiant leurs angles de « spécialisation » : le soutien juridique pour l’Association pour la défense des droits des homosexuels (ADEFHO), le droit à la santé pour Alternatives-Cameroun, et un modèle de « sous-traitance » des « droits citoyens sexuels » dans une association historique de lutte contre le sida (CAMNAFAW). Il aborde ensuite les contre-mobilisations qui confrontent les associations homosexuelles ou pro-homosexuelles. On s’appuiera sur le courant des « opposing movements » qui suggère de ne pas analyser les mobilisations de façon isolée mais de considérer les contre-mouvements qui les alimentent et avec lesquels ils entretiennent un rapport de co-production et de quasi-collaboration, dans le sens où les stratégies des uns et des autres s’inspirent mutuellement. Avant d’aborder les trois types d’associations, revenons un instant sur les caractéristiques de la violence subie par les personnes accusées d’homosexualité au Cameroun.

L’homosexualité entre violence ordinaire et violence politique au Cameroun

4L’homosexualité au Cameroun reste un délit passible d’emprisonnement et de forte amende. Si un dispositif juridique permet depuis longtemps d’encadrer les actes à caractère homosexuels, le tournant des années 2000 et précisément les années 2000-2006 vont souffrir de la « crise morale » qui marque le Cameroun. Les individus aux comportements et pratiques homosexuels sont dès lors confrontés à une menace réelle. Le rapport de l’ONG américaine des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW) établit après une enquête conjointe avec les deux associations dont nous traiterons dans ce chapitre (Alternatives-Cameroun et ADEFHO), rapporte un chiffre de deux cents arrestations et persécutions judiciaires entre l’« affaire des listes d’homosexuels » et l’année 2009. Dans la plupart des cas, la répression et les arrestations touchent surtout les personnes socialement défavorisées. Les caractéristiques associées à ces personnes sont : un niveau d’éducation faible, le niveau d’instruction ne dépassant pas souvent le collège ; un défaut de ressources économiques rend aussi certaines personnes persécutées vulnérables face à une administration judiciaire corrompue. Dans ses rapports sur l’état des minorités sexuelles au Cameroun en 2009 et 2012, l’ONG américaine HRW montre que plus de la moitié des personnes interviewées ont été victimes de chantage et de filouterie, notamment de la part de la police ou de proches (voisins du quartier, etc.). Mais ce que les différents travaux ne mentionnent pas, c’est que la moitié des délations et des chantages sont d’abord l’œuvre de nkoandengué et mvoë entre eux ; ce qui montre que la pression sociale a des effets sur la psychologie des personnes concernées, obligées de livrer des semblables pour se préserver de l’opprobre.

5Cette situation est d’ailleurs, pour beaucoup, dans le fait qu’une partie des personnes interrogées lors de nos terrains successifs ne souhaite plus participer à des activités dans les milieux, encore moins être identifiées à ces derniers. Il n’est pas question ici de « blâmer la victime », mais de rendre compte de cette réalité dans sa pluralité. Un autre élément de vulnérabilité est souvent la méconnaissance des droits des personnes, y compris le droit élémentaire d’avoir recours à un avocat en cas d’arrestation. À ce tableau, il faut ajouter que la condamnation juridique de l’homosexualité (art. 347 bis du code pénal) est régulièrement croisée avec un autre article (art. 346 du code pénal) sur l’atteinte à la pudeur. Le rapport des trois associations résume ainsi la situation :

  • 8 HRW, ADEFHO, Alternatives-Cameroun et ADEFHO, rapport mai 2010, p. 5.

L’article 347 bis n’est pas le seul article de loi invoqué pour réprimer l’orientation sexuelle ou le comportement sexuel présumé d’un individu. L’article 346 du code pénal, qui sanctionne pénalement celui qui commet « un outrage à la pudeur en présence d’un mineur de 16 à 21 ans », est parfois invoqué à l’encontre des jeunes personnes ayant des rapports homosexuels consensuels. Dans un rapport daté de 2007, Alternatives- Cameroun avance ainsi qu’au cours des dix dernières années, 78 personnes ont été emprisonnées à Douala sur la base de l’article 347 bis pour « homosexualité » et de l’article 346 pour « outrage à la pudeur en présence d’un mineur ». Cette enquête a également permis d’établir que la police utilise l’article 346 pour arrêter des personnes supposées gays ou lesbiennes sans même considérer l’âge de l’auteur présumé des faits, ni si il ou elle a atteint l’âge du consentement.8

  • 9 S. C. Abega, « La violence endémique en Afrique », Bulletin de l’APAD, no 25, 2003.

6Il y a donc une situation de « violence endémique »9 qui rend le vécu quotidien des informateurs difficile. Pour autant, la distribution de cette violence est inégale entre les hommes et les femmes. Si les mvoë en sont également victimes, elles la subissent en général moins que les nkoandengué ou en tout cas de façon différente. On sait par exemple que plus de 90 % des arrestations et des affaires judiciaires concernent les hommes. Cette violence dépend aussi des conditions dans lesquelles l’homosexualité des personnes est rendue publique et la variable de l’âge vient s’ajouter au genre. Comme nous l’avons vu, contrairement au cas malien, les hommes efféminés subissent moins la réprobation sociale que les personnes apparemment « normales » ou conformes au genre social (pour ce qui est des hommes). Le blâme porte donc moins sur le fait de ne pas se comporter en conformité avec les attentes du genre social, que sur le fait d’y être conforme et de « céder au vice » ou « d’instrumentaliser une pratique sexuelle à des fins » que la société ne s’explique pas. C’est pourquoi, dans les quartiers, les personnes efféminées pourtant connues de la majorité en dehors de violences verbales ne subiront pas de bastonnade ou d’agressions physiques, du moins jusqu’au milieu des années 2000. Mais les personnes « normales » (pour les hommes, une apparence virile, et pour les femmes, une apparence féminine) à qui l’on prête des pratiques homosexuelles s’exposent à des réactions plus violentes.

7Cela se comprend en lien avec la sémiologie populaire de l’homosexualité analysée au premier chapitre. Dans un contexte où le discours sur les cercles ésotériques est intégré dans les formes d’explication de la situation sociale, celui ou celle dont les pratiques homosexuelles sont découvertes à l’âge adulte, alors qu’il ou elle est socialement bien établi, sera soupçonné d’y recourir à des fins d’ascension sociale, ou à tout le moins comme une « perversion » de privilégié. Si en plus, il ou elle a des rapports sexuels avec des personnes moins âgées, il ou elle s’expose au procès de « domination et de manipulation des plus faibles ». Dans une majorité de cas, la découverte de l’homosexualité à l’âge adulte expose d’autant plus à la vindicte sociale, qu’elle est perçue dans les termes d’une conspiration occulte.

8De ces personnes qui encourent le procès social d’homosexualité, on dit qu’« elles sont dans l’affaire-là », ce qui signifie qu’elles participent à ce « rituel » de dévolution du pouvoir au sein de cercles ésotériques ou de milieux où des personnes seraient en contact avec les forces invisibles. En revanche, avoir montré des signes depuis une époque plus reculée entraîne plus de tolérance. De ces personnes « fille-garçon » (pour les femmes) et efféminées (pour les hommes), ayant montré depuis leur petite jeunesse des « signes d’une homosexualité », on dit « c’est son comme ça », c’est « un bilingue » pour signifier que ce serait leur « nature » et qu’ils n’y peuvent finalement rien. Les deux formes de symbolisation peuvent aussi se chevaucher dans quelques cas. Mais une des constantes ici est souvent que les plus jeunes sont perçus comme instrumentalisés par les aînés sociaux. Cette distribution de la violence est donc également liée aux modalités de l’annonce ou de la découverte de l’homosexualité selon les caractéristiques sociologiques des personnes et la possibilité d’y répondre ou d’y échapper dépend des réseaux familiaux et de la position sociale. Certains de ces faits traversent le récit de Paul, un jeune homme rencontré à Yaoundé en 2007, il était alors âgé de 26 ans, et était propriétaire d’un bar en partie financé par son copain qui vivait en Suisse. Il permet de faire la différence entre divers types de violences subies par les personnes concernées : d’une part, la violence au quotidien dans les cadres de vie et, d’autre part, l’incidence des actions publiques dont le cadre juridique et les processus d’invisibilisation de la catégorie homosexuelle. Nous l’avons rencontré pour la première fois en 2007 par l’intermédiaire d’un ami commun : il évoque son enfance ;

J’avais dans les 12 ans quand j’ai commencé à ressentir de l’attirance pour les garçons. Quand je jouais avec des amis, je ressentais de l’excitation et j’avais envie de les toucher. Je suis resté longtemps comme ça, sans pouvoir en parler avec mes amis et puis je suis tombé sur des gens qui ressentaient la même chose que moi et j’étais très content. Depuis ce temps-là, je n’ai plus quitté le milieu.

Vers 19 ans là, je suis allé habiter avec ma sœur aînée ; son mari est colonel ; il me trouvait trop efféminé et les gens disaient tout le temps à ma sœur de faire attention, j’ai donc commencé à chercher des filles et j’ai eu un enfant avec une d’elles. Puis tous les soupçons se sont calmés. Mais je continuais à voir des amis garçons. Puis j’ai quitté la maison quand j’ai commencé à bosser après mon BTS.

9Nous lui avons demandé s’il avait subi des violences physiques et des harcèlements policiers jusqu’à cette période de sa vie :

Nous, on avait des bars dans lesquels on se retrouvait, parfois, il y avait des gestes et des gens nous lançaient des regards, des soupçons, mais rien de trop grave. Même à la maison, les gens parlaient parfois, mais on ne m’a jamais battu ou agressé physiquement parce que je suis nkoandengué. Jusqu’à un jour en juin 2005, on était là dans un bar, avec des amis, il y avait des filles aussi ; des mvoë comme on dit, on est venu nous arrêter tous, au moins trente personnes.

10Nous lui avons posé la question de savoir qui étaient ces personnes qui étaient venues les mettre aux arrêts et pour quelles raisons :

Il y avait des policiers, ils étaient au moins cinq, ils sont arrivés dans le bar, ils nous ont encerclés et nous ont conduits au poste de police. En fait, on a découvert que l’une des mvoë avait des problèmes avec sa petite, elles avaient lutté, elle avait poché l’œil de sa petite ; quand elle est rentrée chez elle, sa famille lui a demandé, ils l’ont menacée et elle nous a dénoncés ; elle a dit où on se retrouvait, qu’on était tous dans le nkoandengué. [Dans la suite de l’entretien, Mario précise qu’il y a eu d’autres arrestations et que celle qu’il rapporte était en fait sa première.]

11Nous lui avons demandé quelles étaient les circonstances de la deuxième arrestation.

[…] la deuxième fois, j’ai été interpellé dans mon Bar. J’ai été amené de force devant mes cinq employés sans que ces derniers soient informés du grief et du lieu où on m’emmenait. Cette détention dans la prison du Lac dura trois jours pendant lesquels les policiers en civil m’intimidaient, et me sommaient de reconnaître que mon bar était un lieu de rencontre des « pédés » de Yaoundé. Ayant contacté ma sœur aînée mariée à un colonel de l’armée de Terre, j’ai été finalement relaxé au bout du troisième jour, sans avoir rien avoué aux policiers […].

12À propos de la question du sida et de ses pratiques sexuelles :

Je vous dis, si j’avais déjà trouvé l’occasion de me faire dépister, je le ferais. Je le ferais sans hésiter parce que cette maladie-là, ça se lit pas sur le visage. Après ma séparation avec mon ex, j’ai tellement appris de choses sur lui, en fait c’était un gros coureur comme on dit, on se protégeait quand même. Il a même demandé une fois qu’on fasse sans préservatif mais je lui ai dit non parce que déjà on ne se connaît pas trop. Il a toujours fait des trucs mais moi j’ai refusé jusqu’à ce qu’on se sépare. Bon, avec mon ami actuel, déjà on l’a fait sans préservatif, oui. Je veux même me faire examiner parce que lui il est allé avec une fille où il a choppé la « chaude pisse » (syphilis). Il n’a même pas constaté et, quelques jours après, lui et moi on a sexé sans préservatif. C’est le deuxième jour maintenant qu’il constate qu’il a des picotements au niveau du pénis. Après, j’ai voulu qu’il parte à l’hôpital et on s’est rendus compte que c’était la syphilis. Moi j’ai attendu pensant ressentir la même chose et rien ; mais, du coup, je sais que je peux être malade à tout moment, mais que voulez-vous que je fasse ?

  • 10 D. Fassin, Quand les corps se souviennent : Expériences et politiques du sida en Afrique du Sud, P (...)

13Le récit de Paul est celui du parcours presque banal de quelques hommes et femmes qui ont des relations sexuelles avec des personnes de même sexe dans les villes camerounaises. Ce récit permet de faire le tour de certains éléments objectifs de « violence endémique », c’est-à-dire récurrente et finalement banale dans la vie des individus qui s’engagent dans les pratiques homosexuelles. Pour saisir ce contexte de violence, il faut identifier les mécanismes de son déploiement et la façon dont il s’incorpore dans la vie des individus. Deux éléments sont alors susceptibles de renseigner sur la « condition de victime » des individus aux pratiques homosexuelles. Tout d’abord, des éléments structurels dont la loi et « les fonctionnaires de la violence » que sont les policiers. On peut aussi y associer les familles et les institutions sociales telles que la religion. Ce premier groupe délimite les contours des « entrepreneurs de la violence ». Ensuite, l’autre groupe est celui des exécutants de cette violence, de ses détaillants au quotidien ; c’est eux qui permettent d’articuler le niveau structurel avec l’expérience ordinaire des sujets. Deux scènes qui dialoguent et communiquent, les politiques de l’État et les expériences des sujets pour reprendre les catégories de Didier Fassin10. Car c’est bien de cela qu’il est question dans le récit de Mario ; nous avons vu qu’au niveau où il se suspend, l’expérience homosexuelle croise la préoccupation du sida ; cette présence fantomatique traduite par la peur d’aller au « test » quand bien même son copain est déclaré « porteur » d’une infection sexuellement transmissible (IST).

  • 11 D. Fassin, ibid.

14Pour comprendre et conceptualiser la situation de nos informateurs, nous irons donc puiser dans le registre de la « violence politique »11. Par ce concept, l’auteur d’Afflictions souligne que la politique, dans son acception large, consiste en la manière de permettre aux citoyens de vivre ensemble. Dès lors que ce rôle n’est plus assuré par cette institution, ou que cette dernière empêche ce « vivre-ensemble » par des dispositifs de contrôle et de hiérarchisation des groupes sociaux comme c’est le cas avec les homosexuels, on peut parler de « violence politique ». Le récit de Mario permet de voir qu’il est illusoire de vouloir restituer des récits de vie sur le rapport des nkoandengué et mvoë au sida sans lier l’environnement social et la réalité politique globale qui entourent leur vécu. La vie ordinaire d’un nkoandengué peut donc constituer une épreuve quotidienne autant qu’un service de résistance à cette violence politique.

  • 12 C. I. Niang, P. Tapsoba, E. Weiss et al., « “It’s raining stones” : stigma, violence and HIV vulne (...)

15Pour ce qui est de la violence ordinaire, comme le montre l’entretien avec Mario, elle peut être de plusieurs ordres. En dehors du milieu familial et de l’entourage immédiat dans lequel la non-conformité au genre social pose problème pour les plus efféminés par exemple, ou les femmes à l’allure masculine, appelées « fille-garçon », les informateurs soulignent des « violences » verbales liées à leur non-conformité à l’ordre religieux. Mais la variable religieuse au Cameroun nous a semblé moins prégnante que dans d’autres contextes comme celui de l’Afrique de l’Ouest12, les informateurs l’évoquant moins souvent que les arguments moraux ou des arguments culturalistes opposés par les membres de la famille ou l’entourage immédiat, tels que les voisins d’un quartier.

  • 13 D. Veena et al. éd., Remaking a world : violence, social suffering, and recovery, Berkeley and Los (...)

16Dans cette variante de la violence ordinaire, les pierres lancées aux goor-gigen sénégalais, par exemple (une pratique inspirée de la charia musulmane pour punir les pêcheurs et autres impurs), sont remplacées ici par les quolibets et insultes. C’est ce qu’illustre la dénomination « fille-garçon » assez récurrente pour stigmatiser les comportements jugés trop masculins chez certaines informatrices. Le soupçon du beau-frère de Mario va dans le même sens. Dans le contexte camerounais où surviennent des arrestations policières récurrentes depuis 2005, les violences physiques directes sont paradoxalement rares dans les récits. Très peu d’informateurs rapportent avoir subi une bastonnade hors du cadre des arrestations. Le cas de Mario est à ce titre représentatif. Il montre qu’il faut tenir la différence entre les violences de type structurel et les violences ordinaires, celles qui ont cours dans l’environnement proche13 ; les premières étant au Cameroun majoritaires, les autres sporadiques. Loin de nous l’idée qu’il faut investiguer l’une plutôt que l’autre, mais simplement que, selon les cas et les contextes, les unes peuvent avoir plus d’importance que d’autres. Comme nous l’avons montré depuis le début de ce travail, il est illusoire de vouloir isoler des épisodes de violence comme emblématiques du « malheur » des nkoandengué et des mvoë. Nous pensons qu’isoler des récits censés dire la souffrance ampute précisément la force de cette caractéristique dans l’expérience quotidienne des informateurs. Les moments de violence déduits d’un récit disent un épisode réducteur dans une vie de souffrance ; et les récits de ce point de vue constituent un moment fugace dont on sait depuis Wittgenstein qu’il nous échappe. Comprendre la situation d’inconfort des informateurs revient donc à décrire la grammaire des politiques locales face au sujet homosexuel qui se mobilise au moins au tournant des années 2000 et après l’« affaire des listes ».

ADEFHO : de l’éveil de mobilisation à la défense publique des « prévenus homosexuels »

17On est au premier trimestre de l’année 2006, un peu plus d’une trentaine d’individus pour la plupart jeunes se trouvent détenus dans les prisons centrales de Yaoundé et de Douala. Le groupe le plus ancien à la prison centrale de Yaoundé (détenu depuis juin 2005) compte onze individus dont un mineur de 16 ans (voir Encadré 2). Depuis quelques mois, une dame d’une soixantaine d’années a entrepris de faire libérer tous ces jeunes « dont personne ne se soucie ». Maître Alice Nkom, avocate au barreau de Douala, prend explicitement la défense des « détenus » pour délit d’homosexualité et fait connaître une association de défense pour les droits des homosexuels (ADEFHO) qu’elle préside. Autour de cette femme qui étonne la presse et intrigue l’opinion par sa pugnacité autant que par son engagement, se cristallise ce qui deviendra rapidement un noyau contestataire pour « le droit à une libre sexualité ». Entre des audiences où elle dénonce l’« illégalité de la loi » condamnant l’homosexualité et les « vices de forme » dans l’arrestation des individus, elle accorde des interviews à des chaînes de radio et télévision locales et internationales. On découvre que l’association existe depuis 2003 et sa domiciliation administrative se trouve à la préfecture du Wouri-Douala.

18ADEFHO est, comme le souligne souvent sa présidente, « une association reconnue par défaut ». Selon les procédures d’obtention de l’autorisation régies par la loi n° 90/053 de décembre 1990 portant sur la liberté d’association au Cameroun, toutes les associations doivent présenter auprès d’une autorité préfectorale des statuts détaillant leurs futures activités et cibles. L’autorisation d’exercer, ou l’attestation de l’administration sont notifiées par l’attribution d’un numéro d’immatriculation signé par le préfet ou son représentant. De façon liée, la notification de refus doit être « motivée » par les représentants administratifs. Si le refus n’est pas « motivé » sur une base légale au bout de six mois, l’association est reconnue par défaut. C’est ce qui est arrivé à ADEFHO en 2003. En dépit de la possibilité de mener publiquement des actions, la légalisation par défaut comporte un risque permanent. Dès que les actions d’une association telle qu’ADEFHO gagnent en visibilité, l’administration peut la déstabiliser en s’attaquant à sa « prétendue légitimité ». C’est ce qui est arrivé en 2006, lorsqu’un groupe de magistrats s’est attaqué à la légitimité du travail de l’avocate dans ce cadre associatif (nous y reviendrons).

  • 14 Entretien, Douala, février 2009.

19Selon l’avocate, il y aurait « plus d’une cinquantaine de membres dans l’association, mais qui refusent de se montrer à cause de la brimade sociale et du risque qu’ils soient poursuivis »14. Il reste difficile de savoir combien de membres actifs compte effectivement l’ADEFHO, ce d’autant que les arrestations pour homosexualité se multiplient dans l’ensemble du pays, obligeant les membres à se cacher. Le fait que l’association existe depuis 2003 invalide ainsi l’idée courante selon laquelle les mobilisations homosexuelles sur le continent n’auraient à voir qu’avec l’émergence de la lutte contre le sida des MSM. En fait, l’association de l’avocate permet de voir que c’est l’articulation entre problématisation politique et (homo)sexualité qui renforce la visibilité de petits réseaux associatifs déjà existants. On peut ainsi imaginer que si l’« affaire de l’homosexualité » n’avait pas directement impliqué l’État à travers certains de ses représentants, les associations seraient restées dans l’anonymat. En revanche, cette politisation qui permet une nouvelle visibilité ouvre le champ à des actions inédites pour de nombreux associatifs, notamment du sida, comme nous le verrons avec l’association Alternatives.

20Très vite, pourtant, la présidente « Mom » (comme l’appellent les quelque trois ou quatre jeunes qui l’accompagnent presque partout) devient pour la presse l’« avocate des homosexuels » et fait à ce titre la une des journaux qui, en dehors de quelques quotidiens, semblent peu se soucier du sort des individus incarcérés. Me Alice Nkom adopte une ligne de défense radicale. Celle de l’invalidité de l’article 347 bis du code pénal camerounais qui fait jurisprudence sur l’homosexualité. Pour elle,

Cette loi issue de l’ordonnancement juridique de la Première République est contredite par l’amendement constitutionnel de 1996 au Cameroun qui stipule que toute loi n’ayant pas fait l’objet d’une adoption par l’Assemblée nationale de la République ne peut être appliquée. (Entretien, Yaoundé, mars 2009)

21Cette ligne radicale lui vaut la sympathie de jeunes aux pratiques homosexuelles à Yaoundé et Douala. À l’ombre de la surmédiatisation du fait, elle rencontre dans l’espace qui abrite ses bureaux d’avocate un noyau de jeunes issus pour la plupart de classes moyennes et occupant des fonctions prioritairement dans le secteur privé mais aussi au sein des institutions administratives. C’est ce noyau d’individus autour du personnage de Me Alice Nkom qui engage la première croisade des droits de l’homme la plus médiatisée au Cameroun depuis l’avènement du multipartisme dans les années 1990.

Encadré 2. Article de presse sur les onze présumés homosexuels incarcérés à Kodengui

Des présumés homosexuels à Kondengui. Par Alex Gustave AZEBAZE
Onze jeunes gens dont un mineur sont actuellement détenus à Yaoundé pour soupçons d’homosexualité. Alors que l’affaire de la liste des homos de la république se transporte devant la justice, l’enquête de celle-là semble bloquée depuis 8 mois devant la même justice.
Ils sont onze si l’on compte le mineur A.C. Âgé seulement de 17 ans, il a été interpellé au premier semestre 2005 par la police en même temps que Mbassi Tsimi Raymond, Ndebe Didier, Ayissi François, Nouraga Stéphane Serge, Lamba Marc Lambert, Alim Mongoche, Yankeu Yankam Blaise, Zanga Emeran Eric, Bala Adamou Youma, Atangana Obama. Ils avaient été dénoncés de manière anonyme à la police pour homosexualité. Comme on le voit avec leurs noms, ils pourraient aisément représenter les dix régions créées par la constitution camerounaise de janvier 1996.
Autant dire, si les faits étaient avérés, qu’il s’agit d’une affaire nationale. Sauf qu’à voir la façon dont la justice, – et précisément le parquet de Yaoundé qui dépend comme tous les parquets d’instance du ministre de la Justice – procède pour établir les faits d’homosexualité qui leur ont été collés par la police lors de l’enquête préliminaire ayant suivi leur interpellation collective dans la capitale au cours du premier semestre 2005, on reste circonspect. Depuis leur placement sous mandat de dépôt, le 1er juin 2005, par le procureur de la république auprès du tribunal de première instance de Yaoundé Centre administratif, l’information judiciaire ouverte qui devrait déterminer s’ils doivent être renvoyés ou non devant un juge pour répondre du délit de « pratiques homosexuelles » tel que prévu et réprimé par le code pénal camerounais en ses articles 74 et 347 bis, est comme bloquée.
Source : Le Messager du 21 février 2006.

Répertoires de la contestation : entre droits de l’homme et politique de la reconnaissance

  • 15 C. Tilly, From mobilization to revolution, Reding, Addison-Wesley, 1978.
  • 16 O. Fillieule, Les théories de l’action collective, Paris, L’Harmattan, 1993.
  • 17 N. Fraser, « Rethinking recognition », New Left Review, 3, 2000, p. 107-120.

22En introduisant le concept de « répertoire », Charles Tilly15 insistait sur la dimension historiquement située de toutes les contestations et sur l’héritage des « savoir-faire » qui consacrent l’expérience cumulée des mobilisations. Il éclairait ainsi le fait que toutes les actions de mobilisation sont le produit d’une reprise des manières de faire préalablement éprouvées et d’« improvisations » contextuelles16. La bataille entamée par l’ADEFHO n’échappe pas à ce constat. Elle puise dans les registres « éthiques transnationaux » déjà appliqués ailleurs, dont les « droits de l’homme ». En évoquant la « dignité humaine », les « traitements dégradants infligés aux homosexuels » dans les médias et en exigeant la « reconnaissance de leur droit à la citoyenneté », l’avocate se situe dans un répertoire des « droits de l’homme ». Le combat que mène l’ADEFHO prend ainsi peu à peu des allures de « lutte pour la reconnaissance » au sens où Nancy Fraser17 parle de reconnaissance citoyenne comme statut (« status »), pour inverser la non-reconnaissance (« misrecognition ») des minorités. En adoptant des arguments de reconnaissance d’une minorité sexuelle, elle fait glisser l’« affaire des onze » d’une simple affaire judiciaire vers un enjeu de « citoyenneté » dans lequel intervient une exigence de justice internationale. Le problème de quelques individus devient, par la médiation de l’avocate et de l’association qu’elle promeut, une « vraie question citoyenne » portée dans un registre juridique et idéologique transnational ; elle contribue de la sorte à la montée en généralité de la « cause homosexuelle », d’un problème national d’arrestations abusives et d’outing médiatique de personnalités publiques, à un enjeu global de respect des droits des minorités sexuelles. Elle rappelle ainsi les constats de Pollack sur les débuts de la mobilisation homosexuelle contre le sida en France :

  • 18 M. Pollak, « Histoire d’une cause », L’homme contaminé. La tourmente du sida, C. Thiaudière éd., P (...)

[Les activistes] Leur premier travail politique consiste à convaincre le plus large public – par médias et personnels politiques interposés – et à se persuader soi-même du bien-fondé des objectifs. Qu’une cause soit perçue et acceptée non seulement comme importante, mais encore comme digne d’engagement, dépend d’un intense travail de transformation « des causes particulières » en « causes générales ».18

23De manière significative, l’argument de l’illégalité de l’article 347 bis du code pénal que prônait l’avocate dès l’« affaire des onze » glissera de plus en plus vers celui du non-respect des conventions internationales des droits de l’homme dont est signataire le gouvernent camerounais. Lors d’un entretien qu’elle nous accorde dans son bureau de Bonanjo à Douala en mars 2009, elle affirme :

L’article 347 bis du code pénal camerounais et pis encore son application contredisent les conventions internationales signées par le Cameroun et qui protègent toutes les minorités quelles qu’elles soient. (Entretien, Douala, mars 2009)

  • 19 D. Fassin, Quand les corps se souviennent, ouvr. cité.
  • 20 S. Ropp, T. Risse, K. Sikkink éd., The Power of Human Rights : International Norms and Domestic Ch (...)

24C’est dans cette logique d’inversion de la non-reconnaissance que les premiers communiqués publics au nom d’un groupe « stigmatisé de manière arbitraire » sortent à l’international et donnent forme aux premières connexions transnationales en faveur des « homosexuels et MSM camerounais » ; par le biais d’ADEFHO, la première campagne de « dénonciation » de la violence contre les homosexuels est ouverte. Une autre modalité du registre transnational sera convoquée : celle que Didier Fassin19 nomme la « politique du témoignage ». À ce stade, on semble donc bien dans la première phase décrite par Stefan Ropp, Thomas Risse et Kathryn Sikkink20 dans la transnationalisation des mouvements de droits de l’homme au cours de laquelle des « acteurs locaux » permettent de mettre la violation des droits sous agenda international. C’est ce qu’ils nomment « moral consciousness-raising ». Les premiers plaidoyers sont relayés vers des sites militants gays et de droits de l’homme surtout en France et en Belgique (à cause de l’affinité linguistique) mais aussi en Afrique du Sud, leader moral africain sur la protection des homosexuels. Bientôt Amnesty-International France, l’International Lesbian and Gay Association (ILGA) dont le siège se trouve en Belgique, l’interLGBTI en France, Behind the Mask en Afrique du Sud, et de nombreuses organisations non gouvernementales (ONG) dans le Nord réagissent par des pétitions, des communiqués et des appels à soutien multiples. Le fil conducteur des pétitions et des appels à soutien est la référence constante à la rhétorique des « droits de l’homme », plus spécifiquement au « droit à une libre sexualité » perçu ici comme droit fondamental et inaliénable de l’être humain.

25Cette rhétorique internationale est désormais activée au Cameroun par le biais de l’association qui juge le Cameroun « démocratique » à l’aune de sa capacité à promouvoir l’égalité des sexes et des pratiques sexuelles. Le Cameroun, signataire de la Convention des droits de l’homme de Genève, est souvent appelé au respect des droits fondamentaux des citoyens. À l’initiative d’ADEFHO, ce maillon fort des « répertoires éthiques transnationaux » est donc mobilisé pour rendre visible la catégorie homosexuelle au Cameroun, à l’encontre d’un discours médiatique local qui en partie « déshumanise » cette pratique. En avril 2006, l’avocate est invitée à Genève à l’initiative d’une ONG internationale des droits des homosexuels. Accompagnée de deux jeunes activistes, un juriste et un étudiant, elle témoigne de l’urgence d’agir pour les « homosexuels camerounais ». Le combat est relayé au niveau global et les associations citées plus haut parviennent à mobiliser des fonds pour les onze individus incarcérés à Yaoundé. Dans le documentaire de la réalisatrice française Céline Metzger Sortir du nkuta (Les films du Balibari, 2009), une des scènes montre l’avocate qui transmet le message de soutien des associatifs du Nord, ainsi qu’une somme d’argent à Lambert, le leader des détenus qu’elle s’apprête à défendre en audience.

  • 21 Ibid., p. 1-38.

26En juin 2006, les onze jeunes sont libérés à l’issue d’un feuilleton judiciaire d’un an. Corrélativement, le groupe de travail de l’ONU sur les détentions arbitraires par l’avis no 22/2006 du 27 septembre condamne le gouvernement camerounais en affirmant que la privation de liberté de ces hommes était arbitraire en ce qu’elle contrevient aux dispositions des articles 17 et 26 du pacte international relatif aux droits civiques et politiques. Cette première « victoire » de la jeune association est donc double. Interne et nationale, puisqu’elle fait prononcer un non-lieu pour faute de preuve et vice de procédure ; internationale, puisque l’ONU a reconnu la légitimité de la défense des homosexuels. Dans le même temps, la presse dénonce les pressions internationales qui auraient permis de relaxer des « pédés » coupables aux yeux d’une certaine opinion. On voit ici que la ressource internationale et le soutien venu du Nord peuvent se muer en stigmate assez rapidement21.

  • 22 Interview donnée par Maître Alice Nkom sur RFI le 21 août 2007, édition du journal Afrique de 5 h  (...)
  • 23 M.-E. Pomerolle, « La démobilisation collective au Cameroun. Entre régime postautoritaire et milit (...)

27De fait, la revendication très ouverte de l’avocate en faveur de la dépénalisation et ses sorties dans les médias internationaux lui attirent les foudres de la presse qui voit en son action un prolongement des débats « occidentaux » qui seraient injustifiés au niveau local. De manière significative, pour une interview accordée à Radio France International (RFI) dans laquelle elle fustige la loi camerounaise contre l’homosexualité et accuse d’homophobie le ministère camerounais22 de la Justice, l’avocate fait face en fin d’année 2007 à l’adversité de l’Amicale des magistrats camerounais (association rapidement montée) qui dépose une plainte en diffamation et pour « apologie du crime ». Alors que la juriste vient défendre ses clients au palais de justice du centre administratif de Yaoundé, elle est placée en détention préventive, puis relaxée en fin de journée. Le soupçon d’homosexualité qui pèse sur les élites est retourné par ces magistrats contre l’avocate comme un élément de discrédit politique et un signe de compromission avec l’Occident qui financerait sa campagne homosexuelle. Ce risque de stigmatisation fait fuir certains jeunes pour qui la discrétion s’impose comme mode de vie. Cette interpellation invite à être attentif à l’espace de contraintes internes qui tend à « démobiliser » par l’intimidation ou la répression tous les mouvements subversifs23. Dans ce cas précis, la tentative de déstabilisation est aussi liée à l’option populiste de quelques élites de l’administration juridique gênées par la célébrité que gagne l’avocate. La campagne des droits des homosexuels inaugurée par l’ADEFHO ne s’est pas arrêtée depuis lors ; l’association s’est peu à peu imposée comme l’interlocuteur juridique principal face à l’administration camerounaise. Dans un rapport d’activité rendu public en 2008, elle affirme avoir suivi trente-sept affaires entre 2006 et 2008 (rapport d’activité semestriel ADEFHO, juillet 2009). La mobilisation rendue visible par ADEFHO a contribué à lever la chape de plomb qui pesait sur les sujets aux pratiques homosexuelles au Cameroun. Elle a également permis l’émergence d’autres initiatives vers des problématiques voisines des droits de l’homme comme le droit à la santé, catégorie consacrée à l’international.

Alternatives-Cameroun et l’émergence de la lutte contre le sida des MSM : entre révolte contre la répression et travail de deuil

28Pour comprendre la pertinence du choix d’Alternatives-Cameroun comme figure paradigmatique du travail associatif et « identitaire » dans la lutte pour le droit à la santé des nkoandengué et mvoë, il faut revenir un instant sur les conditions de son émergence. Deux éléments semblent fonder les motivations des jeunes associatifs ; d’une part, une volonté manifeste de s’émanciper de la répression policière de l’homosexualité au quotidien, d’autre part le travail de deuil amorcé après le décès de l’un des détenus de l’« affaire des onze ». Ce premier encadré rédigé à notre demande par l’ancien président co-fondateur de l’association, Steave Nemande, renseigne sur cette genèse.

Encadré 3. Résumé de la genèse d’Alternatives et présentation de Steave Nemande, premier président de 2006 à 2010

Mon engagement commence en 2006 lorsque Charles Gueboguo me présente à Joël Nana, qui travaillait à l’époque sur l’affaire des neuf arrêtés pour homosexualité à Yaoundé. Je soutiens son action en l’hébergeant et en assurant les frais de transport et de connexion Internet quand mon aide est nécessaire. Nous discutons de l’évolution de l’affaire, des violations dont les présumés coupables sont victimes, des procédures engagées par le procureur, du rôle joué par les organisations internationales pour la libération des « neuf ». C’est ainsi que je m’intéresse à la problématique des violations des droits humains sur la base de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre. Parallèlement, au fur et à mesure que je deviens connu au sein de la communauté, je suis sollicité pour des consultations par des homosexuels de la ville de Douala, ou de passage. Pendant des mois, je leur offre des consultations gratuites, ensuite, avec l’accord de mon patron, ces consultations deviennent une activité proposée par Integration Clinic où je travaille. En décembre 2006, je parviens à obtenir des bandelettes de test rapide de mon beau-frère. La première campagne de dépistage est lancée auprès des gays et lesbiennes de la ville de Douala. Ces activités, menées en partenariat avec Alternatives-Cameroun qui est légalisée au mois d’octobre, figurent dans les rapports de l’association et servent à lever des fonds pour la création d’un centre de prise en charge en juin 2008. Au quotidien, à l’ouverture du Centre Access, mes activités se résument aux consultations médicales et à la supervision des activités du conseiller psychosocial. Des réunions sont alors régulièrement organisées avec ce dernier, comme avec les coordonnateurs de prévention et des droits humains qui apprennent à planifier, implémenter et reporter leurs activités. Au fil des années, l’association est structurée avec l’arrivée de l’infirmier, de l’assistant social, du sexologue, du diététicien et d’autres spécialistes. Les unités médicale et paramédicale sont créées ainsi que l’unité prévention, l’unité droits humains et l’unité genre qui sont dirigées par des coordonnateurs ; l’ensemble de ces unités forment un bureau exécutif placé sous la responsabilité d’un directeur exécutif. Le bureau directeur peut alors se consacrer essentiellement au plaidoyer et à la gestion des questions politiques de l’association. C’est à ce point que je quitte le poste de président, mon mandat étant arrivé à terme.

29Le récit de Steave Nemande fait ressortir deux autres figures pionnières de la mobilisation homosexuelle au Cameroun. L’une, Charles Gueboguo à l’époque, doctorant en sociologie à l’université de Yaoundé 1, a soutenu, un an avant les événements de 2006, son diplôme d’études approfondies (DEA) sur « Sida et homosexualité au Cameroun », après avoir travaillé autour de cette même question (hors sida) pour son mémoire de maîtrise. Ce jeune âgé de 25 ans à l’époque se retrouvera bien malgré lui précipité dans l’espace médiatique comme « spécialiste de l’homosexualité ». Joël Nana âgé en 2006 de 24 ans est détenteur d’un master en droit de l’homme et tient depuis deux ans déjà un blog militant qui dénonce la stigmatisation des « homosexuels africains ». C’est donc cette troïka de jeunes qui mettra sur pied en 2006 l’association Alternatives-Cameroun. L’assemblée constitutive a lieu en juillet à Douala.

30L’association est légalisée le 27 octobre 2006 à la préfecture du 2e arrondissement de Douala. Les statuts du groupe le présentent comme « une association de droits de l’homme, avec pour prédilection la défense des droits des minorités sexuelles et de genre » (statut de l’association, consulté au Centre Access, en février 2009). Le sigle Alternatives-Cameroun signifie Association pour la liberté, la tolérance, l’expression et le respect des personnes de nature indigente, vulnérables ou exclues sociales du Cameroun. Il y a donc au départ un marquage précis sur l’enjeu des droits de l’homme de manière générale qui participe aussi d’une stratégie de légitimation publique. Car, en dépit de l’existence d’ADEFHO qui exerce depuis 2003, l’obtention de l’autorisation administrative pour une ONG et/ou association militant pour les droits sexuels reste semée d’embûches. Me Alice Nkom et son association ont déjà affronté ce genre d’obstacle, notamment en 2007 lorsque le « collectif des magistrats » s’est attaqué à son travail pour la dépénalisation en insistant sur le fait que l’association n’avait pas été institutionnalisée selon les règles et qu’elle ne jouissait donc d’aucune légitimité.

  • 24 Voir M. Epprecht, « Sexual minorities, human rights and public health strategies in Africa », Afri (...)

31Alternatives-Cameroun dont la plupart des membres fondateurs ont collaboré préalablement avec l’avocate a certainement voulu se prémunir contre de tels désagréments. C’est ce qui explique qu’elle ait veillé au respect scrupuleux de la procédure en rusant avec le système par la mise en avant des droits de l’homme plutôt que la question homosexuelle comme l’a fait ADEFHO24. Contrairement à cette dernière, elle est donc reconnue depuis le 27 octobre 2006 par la déclaration no 204/RDDA/C19/BAPP de la préfecture de Douala, mention qu’elle joint à tous ses papiers à en-tête et communiqués. Le jeune sociologue qui occupa les fonctions de chargé des programmes de recherche au sein du bureau exécutif expliquait ce détour par les droits de l’homme en termes de stratégie :

Alternatives-Cameroun devait agir sans entrave. Le seul moyen de le faire c’était de passer par les droits de l’homme. On savait que si on se présentait comme défendant les homos, on aurait eu des problèmes. Or les droits de l’homme sont englobants et difficiles à attaquer. Du moins, c’est un discours qui passe facilement et par lequel tout peut passer. (Entretien, Yaoundé, novembre 2007)

32Il y eut donc une volonté d’user stratégiquement du label droits de l’homme pour pouvoir défendre sereinement les homosexuels et personnes aux pratiques homosexuelles prises à partie par la violence sexiste et hétérosexiste, mais surtout oubliées par les programmes nationaux de réponse à l’épidémie de sida.

Sur le deuil et la mémoire

33L’émergence de l’association s’explique aussi par un élément fédérateur qui est le décès d’Alim Mongache, jeune homme d’une trentaine d’années mort dix jours après la sortie de prison des onze défendus par l’ADEFHO. Selon les militants camerounais, Alim Mongache vivait avec le VIH-sida. Son emprisonnement pendant un an est, pour l’ensemble des membres fondateurs d’Alternatives, la cause principale de son décès puisqu’il n’aurait pas eu accès aux soins et serait mort d’une complication. Lors d’un entretien qu’il nous a accordé en février 2009, l’ancien président Steave Nemande soulignait :

La mort d’Alim fut un grand choc pour tous les gens de la communauté ici à Douala, même à Yaoundé. C’était un garçon charmant qui ne cherchait de problèmes à personne et cela nous a beaucoup révoltés. Nous étions tous d’avis qu’il était temps de prendre la parole même si cela allait nous coûter beaucoup. Ça a vraiment été l’une des frustrations les plus graves qui nous a poussés à créer Alternatives. Cela ne devrait plus arriver. (Entretien Douala, février 2009)

34Le décès d’Alim Mongache a donc contribué à la cristallisation de la colère et a été présenté comme l’événement de trop pour des fondateurs de l’association de défense des droits de l’homme orientés vers les minorités sexuelles et le genre. Aussitôt après ce décès, une rhétorique de l’indignation va se construire autour du personnage Mongache. « C’est une mort honteuse pour un pays qui aspire à la démocratie », « Alim est mort dans les conditions inhumaines », seront quelques propos repris sur ce « mort fédérateur » et éveilleur de conscience collective. C’est aussi ce qui explique que dès les premiers communiqués de l’association, la commémoration du décès d’Alim soit l’un des axes forts. Dès le départ, de nombreux communiqués seront relayés vers les pays du Nord via les sites de nombreuses associations homosexuelles. Les journaux identitaires ou alternatifs, tels Têtu (3 juillet 2006) ou encore Yagg (4 juillet 2006), se feront l’écho de cette indignation. L’un des faits marquants ici est l’organisation d’une cérémonie à la mémoire d’Alim par le comité IDAHO (organisateur de la journée internationale contre l’homophobie et le racisme) en juillet 2006 à Paris. Le même comité, quelques semaines auparavant, avait adressé une « lettre ouverte » au président de la République française pour attirer son attention sur « le non-respect des droits humains dans des pays amis de la France ». Alim, le « détenu 347 bis » (selon la terminologie policière) ordinaire, mort à sa sortie de prison, est donc devenu par l’intermédiaire des associatifs camerounais et français, un martyr de la cause homosexuelle au Cameroun et en Afrique. Son nom et son « agonie » pendant ses derniers jours de vie furent investis d’une signification critique. L’érection en martyr d’Alim participe alors de la construction de la cause au sens où elle replace le deuil au cœur des controverses impliquant plusieurs acteurs sociaux dont les juges et procureurs accusés d’avoir laissé mourir Alim.

  • 25 R. Morgan et al., « Creating memory, and disseminating life stories of LGBTI living with AIDS », F (...)

35Ruth Morgan et alii25 ont décrit ce type d’instrumentalisation de la mémoire en Afrique du Sud pour les militants homosexuels noirs face au sida. Elles évoquaient ce mouvement du « creating memory » (création de la mémoire), et rendaient compte de ce processus par lequel la communauté travaillait, par la récolte et la diffusion des récits d’épisodes d’homosexuels défunts, à la création de la mémoire ainsi qu’à l’émergence d’une cause. C’est notamment le cas avec le « travail d’archivage » des récits des femmes lesbiennes et séropositives ayant subi des « viols correctifs » dans les townships.

36Une telle prise de position et une instrumentalisation de la mémoire dans la cause homosexuelle au Cameroun légitiment alors une exigence de justice pour ceux des semblables d’Alim qui sont encore vivants. On comprend dès lors la conclusion qui ponctue la plupart des communiqués et interviews accordés par les leaders associatifs camerounais. Steave Nemande par exemple soulignait déjà que « ça ne doit pas être une mort pour rien ». L’exigence de justice prend des allures de slogan pour les militants qui se transnationalisent, la question de l’« abandon » d’un détenu va glisser dans le champ sémantique de l’« homophobie d’État ». Alim Mongache, le martyr homosexuel du Cameroun, deviendra ainsi le symbole de l’intolérance des autorités à l’égard de l’homosexualité. Sa « mémoire » est constamment évoquée notamment pour soutenir des demandes d’asile de Camerounais en France. Ce fut le cas d’une lettre d’Act Up-Paris, pour soutenir une lesbienne à l’Office français pour les réfugiés et les apatrides (OFPRA) (soulignement du document original).

[…]. Le 22 mai, lors du deuxième procès, personne ne pouvait être encore aveugle face à l’état de santé d’Alim, incapable de se tenir debout. Le juge lui a alors proposé de s’asseoir pendant son audition. Alim aura fait plus d’un an de préventive. Il sera passé de la prison au coma, hospitalisé aux urgences de l’hôpital de Yaoundé, suivi d’un décès rapide dans la nuit du 23 au 24 juin. Il faut appeler ce drame par son nom, un meurtre homophobe légal. (Extrait de lettre du président d’Act Up, Emmanuel Château, aux juges de l’Ofpra, le 10 janvier 2008)

37On assistera au cours des premiers mois d’Alternatives à cette radicalisation des propos, puis à un glissement sémantique du champ lexical de l’homophobie vers celui de l’urgence de la réparation par des initiatives de santé publique. Même s’il n’a jamais été prouvé qu’Alim fût véritablement atteint de sida, la stratégie de « captation de rente » pour lancer un centre de prise en charge des nkoandengué au Cameroun se construira autour de la « mémoire d’Alim mort de sida » parce que non pris en charge. Lors de la création du centre d’accueil qui abrite encore les locaux d’Alternatives-Cameroun à Douala en début d’année 2007 (nous y reviendrons au chapitre 5), certains membres ont demandé que le lieu « communautaire » des nkoandengué et mvoë porte le nom d’Alim. Mais la famille du défunt, mise au courant de ce projet, s’y est fermement opposée, refusant que la « mémoire de leur fils soit associée à un lieu de rencontre des homosexuels » et menaçant de saisir les autorités judicaires en cas de non- respect de cette volonté familiale. Le centre sera finalement baptisé « Centre Access ».

Encadré 4. Communiqué de presse An nou allé ! (association des homosexuels noirs en France) et comité IDAHO pour la tenue de veillée en hommage à Alim devant l’ambassade du Cameroun, 27 juin 2006.

Communiqué Comité Idaho et An Nou Allé ! – 27 juin 2006
Veillée funèbre le jeudi 29 juin, à 21 h 30 devant l’ambassade du Cameroun à Paris.
Alim qui figurait parmi les neuf jeunes gens incarcérés pour homosexualité s’est éteint dans la nuit du 23 au 24 juin.
Le jeune homme n’a guère eu le temps de profiter de sa liberté retrouvée. Relaxé, comme ses camarades, après 13 mois d’une détention aussi injuste qu’inhumaine, il s’est éteint peu après. Atteint du sida, Alim n’a bénéficié d’aucune prise en charge médicale. Jamais le procureur de la République n’a accepté de le remettre en liberté, fût-ce de manière provisoire. Maigrissant à vue d’œil, incapable de tenir sur ses jambes, Alim a été abandonné à son triste sort par les autorités pénitentiaires.
Son avocate, Maître Alice Nkom, lui avait rendu visite quelques jours avant sa mort. Elle avait pu constater à quel point il avait maigri. « Il était, a-t-elle dit, comme un petit oiseau. » Alim avait souhaité faire quelques photos avec elle : « Je n’ai plus rien, avait-il dit, mais il me reste ce sourire. Je l’envoie à tous mes amis, à tous ceux qui m’ont aidé au Cameroun, en France et ailleurs. » Cet adieu souriant, malgré la douleur qui le rongeait, voilà ce que nous voulons retenir d’Alim.
Mais nous ne pouvons oublier la cruauté et l’homophobie du procureur de la République, qui a gardé en geôle ces jeunes gens, au mépris de toute procédure pénale, au mépris de la constitution camerounaise, au mépris de toute humanité. Nous ne pouvons oublier l’agression homophobe subie par un autre détenu, qui est resté dans le coma plusieurs jours. Nous ne pouvons oublier les jeunes collégiennes expulsées de leur établissement scolaire, en raison de leur homosexualité supposée. Nous ne pouvons oublier le climat de haine homophobe, amplifié par des journalistes odieux et cupides, à travers tout le pays.
S’associant à la douleur des proches du jeune Alim, An Nou Allé ! et le Comité IDAHO invitent celles et ceux qui le souhaitent à une veillée funèbre le 29 juin prochain, à 21 h 30, devant l’ambassade du Cameroun à Paris, 73 rue d’Auteuil, Mo Michel-Ange-Auteuil. Nous vous proposons de vous munir de cierges ou de chandelles pour faire vivre avec nous la flamme du souvenir, de la solidarité et de l’espoir…
An Nou Allé ! (Associations des Noirs LGBT en France) Comité IDAHO (International Day Against Homophobia)
Sources : archives d’Alternatives-Cameroun

38Lorsque le premier rapport d’activité semestriel d’Alternatives est rendu public en juin 2007, l’association s’est déjà fait connaître et jouit d’une crédibilité qui n’est pas étrangère au fait que tous les membres de son bureau sont des jeunes qui disent avoir fait leur coming out. De plus, comme souvent, la personnalité de son président, médecin de formation, a réussi à rassurer les grandes ONG comme Aides ou Sidaction qui, peu à peu, entrevoient la possibilité de réorienter leurs activités au Cameroun vers le groupe MSM qu’ils ne pouvaient toucher autrement. À l’opposé de l’ADEFHO dont la présidente est très présente dans les médias camerounais au point d’en être l’une des figures favorites, Alternatives semble tournée vers l’extérieur et reste peu connue du grand public camerounais.

Alternatives-Cameroun et la « lutte contre le sida » : l’impact du Centre Access sur les trajectoires d’engagement (2008-2009)

39À la fin de l’année 2008, malgré une file active d’une vingtaine de personnes au moins et des centaines de bénéficiaires d’actions de prévention, le silence reste fort autour du sida dans le milieu et le tabou toujours dominant pour celles des personnes dépistées positives. Le président du centre, en accord avec le coordonnateur nouvellement recruté, décide de convaincre quelques personnes suivies de participer aux activités du centre. Deux personnes accepteront de suivre cette initiative et, pour la première fois au sein du Centre Access, des réunions seront consacrées au témoignage des personnes se reconnaissant nkoandengué et vivant avec le sida. Cette initiative coïncide avec notre immersion dans l’association et nous permet donc d’écouter ce témoignage inédit d’une personne séropositive. Le passage suivant reprend la présentation faite par l’une des personnes vivant avec le VIH lors d’une rencontre au centre en février 2009. E. F. était alors âgé de 25 ans et étudiait le graphisme informatique dans un institut universitaire de Douala.

Présentation d’E. F, séropositif au Centre Access
Je suis gay et séropositif. Cette phrase qui me semble banale aujourd’hui a un certain prix et est remplie de significations pour moi ; en plus du fait qu’elle est la signification de mon être tout entier, elle représente aussi pour moi un combat, une mission à accomplir tous les jours car les défis sont grands face à une société et une communauté qui ne comprennent toujours pas que l’on puisse être gay, séropositif et mener une vie normale, avoir une sexualité et vivre tout simplement. La famille moubalienne constitue mon viatique, elle est comme ma raison de vivre, avec elle j’ai compris que ma vie avait un sens et que je devais en faire quelque chose de bon et d’utile. Alors je me suis engagé pour éviter que ce qui m’est arrivé un soir de 2006 arrive à d’autres. Pour cela, il a fallu témoigner, il a fallu parler car l’exemple vaut mieux que la leçon. J’espère pouvoir continuer à le faire, d’ailleurs la route est à peine commencée et les horizons sont encore lointains. Merci de nous aider à continuer à espérer et à croire en la vie.

40E. F. est arrivé à l’association par l’intermédiaire d’amis. C’est au sein de l’association qu’il a été dépisté positif au VIH-sida ; si son statut sérologique est connu à l’intérieur du groupe, il ne l’a pas révélé à l’extérieur où il craint qu’à son nkoandengué déjà connu de la famille et des proches, ne se greffe selon ses termes « une stigmatisation à cause du sida ». L’informateur redoute donc le « double-stigmate » qui pourrait « compliquer » des rapports déjà bien compromis avec la famille du fait de sa sexualité. Il dit choisir de s’engager « pour les gays et nkoandengué, parce qu’il y a déjà suffisamment de personnes qui le font pour les hétéros et pas assez pour sa communauté ».

41Après ce témoignage, E. F. est devenu « coordonnateur des affaires sociales » au sein d’Alternatives. L’impact de ses déclarations et la visibilité d’un séropositif au sein de l’association allaient être patents puisqu’en fin 2009, le nombre de personnes prises en charge par l’association dont le centre s’est de plus en plus médicalisé avait pratiquement doublé. Des groupes de parole au sein desquels des personnes séropositives se retrouvent se multiplient. Le soutien offert par la structure s’est considérablement diversifié allant de l’assistance alimentaire à l’éducation thérapeutique par de vrais professionnels. Les PVVIH nkoandengué qui se désignent « famille moubalienne » constituent aujourd’hui un groupe visible du Centre Access, même si tous ne s’engagent pas, ni ne prennent la parole en public. Ils ont néanmoins des réunions et savent comment entrer en contact les uns avec les autres, et à qui s’adresser lorsqu’ils ont des difficultés.

  • 26 M. Voegtli, « Émergence, constitution et diversification d’une cause. Processus de mobilisation, i (...)

42La trajectoire d’engagement militant d’E. F. épouse ainsi les contours d’une « carrière socio-sexuelle »26 et rejoint l’idée de la « recomposition identitaire », selon laquelle une partie de l’engagement des personnes séropositives dans la cause homosexuelle se justifie par leur « socialisation institutionnelle » dans les entreprises militantes homosexuelles où ils trouvent du soutien et qui refaçonnent leur rapport à ladite cause. Cette idée de « recomposition identitaire » liée à la « socialisation institutionnelle » au sein des associations homosexuelles a été notamment développée dans la thèse de Michael Voegtli sur le mouvement homosexuel en Suisse. Même s’il faut un recul du temps plus important pour en évaluer la pertinence dans le contexte camerounais, la situation d’E. F. suggère fortement que de telles trajectoires d’engagement pour la cause homosexuelle ainsi que des situations de renforcement identitaire pourraient advenir dans ce contexte.

43Outre l’offre de soins et de prévention, un nutritionniste avait été recruté et une cellule psychologique créée : le conseiller psychologique d’Alternatives en activité depuis 2008, grâce au projet pour l’épanouissement des PVVIH du centre dit « Bien-être » financé par la « fondation Marc et des fonds Solidarités pour l’Afrique » sur l’appel d’offres 2008-2009, témoigne de ce changement significatif. Dans le rapport du premier semestre 2009 de l’association, ces changements sont soulignés :

Nous avons commencé l’accompagnement des gays séropositifs dès janvier 2008. Les débuts furent difficiles et même presque décourageants parce que nous n’avions encore aucune idée des changements qui allaient intervenir dans le processus de prise en charge. Puis est arrivé le projet Bien-être et là tout a changé. Même si la charge de travail a augmenté, nous nous réjouissons de continuer l’accompagnement commencé un an plus tôt avec le soutien des Fonds Solidarité Sida Afrique. Le vécu quotidien avec les patients révèle que beaucoup de choses ont changé dans leurs vies depuis ce moment-là, nous avons en face de nous des garçons fiers de ce qu’ils sont, de ce qu’ils représentent pour leurs familles, pour leurs amis. Nous leur apportons certes le soutien psychologique, mais nous le faisons en évitant d’être pour les patients des sauveurs ou des héros, mais simplement des partenaires […]. (Extrait du rapport d’activité d’Alternatives-Cameroun, juin 2009)

44Le tableau suivant complète les propos de ce conseiller en donnant des précisions sur la densité actuelle des activités au Centre. Les principales activités mises en œuvre par l’association sont l’éducation assurée par des pairs issus du groupe HSH, des groupes de soutien (auto-support), l’offre de conseil et dépistage volontaire, une référence aux soins le cas échéant avec prise en charge des IST, soins de proctologie lorsque les conditions le permettent, un accompagnement psycho-social selon les besoins des personnes accueillies, parfois des interventions de soutien juridique et enfin quelques rencontres de convivialité. Ces actions sont synthétisées dans le tableau suivant :

Tableau 1. Synthèse des principales activités mises en œuvre par Alternatives

Dans le domaine de la prévention Séances de sensibilisation auprès des HSH (approche Réseaux amicaux)
Éducation assurée par des pairs issus des groupes HSH, sensibilisation dans les lieux de vie, des espaces de rencontres initiés par les pairs éducateurs, des lieux festifs, etc.
Causeries éducatives dans les quartiers
Groupe de discussion autour d’une thématique
Offre et proposition de conseil et dépistage volontaire, soit dans le cadre des interventions de sensibilisation soit dans le cadre de campagnes promotionnelles
Séances de prévention sur Internet via les sites de rencontres Distribution systématique et démonstrative pour l’utilisation du préservatif
Distribution du gel lubrifiant
Dans le domaine de l’accès aux soins et la prise en charge Prise en charge médicale sur le site associatif ou référence vers les centres de santé ou hospitaliers pour la prise en charge des IST et des soins de proctologie lorsque les conditions le permettent
Orientations des personnes séropositives pour bilan pré-thérapeutique de CD4 et prise en charge ARV
Soutien à l’observance
Prise en charge des soins de proctologie
Médiation entre la population HSH et les services de santé pour faciliter l’accès aux soins
Dans le domaine de l’accompagnement psycho-social Groupes de soutien (auto-support) assurés par des intervenants associatifs
Accompagnement psycho-social selon les besoins des personnes accueillies
Participation à la recherche de perdus de vue
Médiation intrafamiliale et intracommunautaire pour faciliter l’acceptation sociale des HSH, voire gérer des situations de conflit
Soutien juridique Veille sur les discriminations et violation des droits humains, orientation vers des juristesa
Plaidoyer/Lobbying Intervention de la part des responsables associatifsb
Suivi/évaluation Existence d’une collecte de donnéesc
a Cette intervention reste assez peu développée à l’exception des associations identitaires. b Intervention en général assez peu développée et souvent sans stratégie. c Collecte de données mais absence d’indicateurs pour mesurer les résultats. Il y a peu d’analyses des données collectées.

Le défi de la pérennisation des luttes locales : « élitisation », professionnalisation et routinisation (2009-2011)

  • 27 R. Wittorski, Professionnalisation et développement professionnel, Paris, L’Harmattan, 2007.

45Dans la période de 2009-2011, l’association agrandit son champ d’activités en renforçant l’axe de sa professionnalisation. Conscient des débats théoriques auteur de ce concept, nous appréhendons la professionnalisation ici selon trois modalités : la spécialisation d’Alternatives sur l’offre de service sanitaire (prévention et prise en charge du VIH-sida), l’affinement des expertises en charge de ces services (notamment le recrutement d’un médecin), et enfin la transformation des personnes formées au sein de l’association en salariés de la structure. Il y a donc ici deux idées fortes, d’abord l’offre de services et ensuite la « professionnalité »27, c’est-à-dire l’attribution du statut de professionnel [à certains membres de l’association] par la reconnaissance de leur expertise. Pour illustrer cette variable fondamentale de professionnalisation, il faut s’ouvrir à au moins deux parcours biographiques. Il s’agit du Docteur K., médecin généraliste âgée de 30 ans recrutée après un « appel à candidature », publié dans les médias locaux et sites internationaux en 2009 pour remplacer le premier coordonnateur qui n’a pas souhaité renouveler son contrat. L’autre parcours est donné par un membre fondateur qui deviendra salarié de l’association, Yves Yomb. La première, Docteur K., que certains jeunes consultant au Centre Access nomment affectueusement « maman », travaille à temps partiel pour l’association. Elle organise également des actions d’éducation thérapeutique et de conseil de soin. Lors d’une rencontre dans un panel de formation du réseau africain des formations sur le sida où elle représentait l’association à Ouagadougou début 2011, elle soulignait son étonnement face au « niveau de professionnalisme et de constance dans les activités au quotidien, pour une si jeune association ». Hétérosexuelle mariée, elle cache mal cependant son malaise quant aux questions de son entourage sur les services offerts par son employeur. Elle avoue avoir été tentée de démissionner, mais reconnaît que ce « travail est intéressant ». La présence du Docteur K., couplée à celle d’un psychologue et d’un sexologue eux aussi hétérosexuels, illustre « la volonté de ne pas s’isoler de la société », ainsi que nous l’expliquait Steave Nemande lors d’un passage à Paris en novembre 2010.

  • 28 J. Coenen-Huther, Sociologie des élites, Paris, Armand Colin, 2004.

46L’autre parcours est celui d’Yves Yomb, au départ coordonnateur de la cellule de prévention, il a été régulièrement convié aux conférences sur le sida et à d’autres panels de formation en matière de santé par des acteurs transnationaux dont Aides. C’est lui qui initie en 2008 la prévention sur les sites de rencontre sur Internet. Lorsqu’en 2010 l’association ouvre le poste de coordonnateur général des activités, Yves démissionne de l’association comme le prévoient les textes puis se porte candidat et c’est logiquement qu’il devient salarié de la structure. Ces deux parcours illustrent de manière croisée les transformations d’Alternatives en termes de professionnalisation et de routinisation des activités. C’est un aspect déjà souligné par quelques chercheurs pour ce qui est de la dynamique associative dans le champ du sida au Cameroun au tournant des années 2000. Cette professionnalisation est déterminée par la variable de l’« élitisation »28 des membres dont l’essentiel est diplômé de l’enseignement supérieur. Pour le cas d’Alternatives, il fut en effet décisif que le président et l’ensemble des membres du bureau soient des « experts » des différents domaines dont ils héritaient dès le départ en juillet 2006. Une rapide analyse du premier bureau laisse voir une équivalence entre les postes occupés et les formations professionnelles des membres (nous ne mentionnons les noms que de ceux qui l’ont autorisé) :

Tableau 2. Indications des membres du bureau et correspondance avec des formations initiales

Membres Fonctions Formations initiales
Steave Nemande président médecin
Charles Gueboguo directeur des programmes sociologue
(doctorant à l’époque)
Sébastien Mandeng coordonnateur des droits humains étudiant en droit
(université de Douala)
S. T coordonnateur de la communication journaliste
M. chargé des affaires financières diplômé en comptabilité
  • 29 Ibid., p. 110.
  • 30 Ibid.

47Les cinq rubriques permettent de voir une réelle volonté de professionnalisation dès le départ qui sera aussi un gage de crédibilité pour l’association. Il ne fait par exemple pas de doute que face à la bonne maîtrise des enjeux de santé publique dont fait montre le jeune président, des associations telles que Sidaction ou Aides y ont vu un partenaire « fiable » pour la lutte contre le sida. Tout comme la popularité du chargé des programmes de l’époque qui a publié un ouvrage de sociologie sur la question homosexuelle en Afrique (chez un éditeur français) constituait un atout pour la structure ; ce qui se traduira d’ailleurs par le fait que, dès 2006, ce dernier est régulièrement invité à témoigner dans des tribunes internationales. Mais cette « configuration élitaire »29 n’est pas sans conséquence sur la marche quotidienne de l’association dans la mesure où, en créant une petite oligarchie des voyageurs aux conférences internationales (et aux carnets d’adresses fournis), elle exacerbe la rivalité entre leaders par la « concurrence pour parvenir à des positions prééminentes au sein des associations qui peuvent favoriser l’accès à des lieux spécialisés de pouvoir. On assisterait donc aussi dans ce jeune mouvement exposé à la fois à la transnationalisation et à la publicité interne, à la « course aux trophées politiques »30, même si ce n’est pas le but premier de l’action des acteurs. Steave Nemande, prix Alison Deforges de Human Rights Watch en 2010, et également couronné par l’ambassade de France au Cameroun pour son activisme en 2009, en constitue un exemple. Charles Gueboguo a été auréolé du prix Taylor Frazer au Canada pour ses recherches pionnières sur l’homosexualité. Quant à Joël Nana, il a été distingué par un prix en Grande-Bretagne en 2010 pour son engagement militant. Steave deviendra salarié d’African Men for Sexual Health and Right, une association panafricaine sur laquelle nous reviendrons en fin de chapitre ; tandis que Joël Nana partira au PNUD à New York comme senior law and HIV advisor en 2014. Il demeure intéressant de voir la dialectique entre le couronnement international de ces acteurs associatifs et leur stigmatisation locale par la presse privée qui y voit des détaillants de l’impérialisme culturel. Charles Gueboguo a ainsi été désigné comme « idéologue de l’homosexualité » par le journal Le Satellite en février 2007.

48Pour revenir à la question élitaire, de manière révélatrice, c’est entre deux de ces leaders et membres fondateurs que vont survenir les premières crises de leadership dans l’association. En février 2009, nous avons assisté à Yaoundé à l’arbitrage d’un conflit interne par un salarié de Sidaction venue en mission d’évaluation du projet Access. L’« affaire » opposait les deux figures de proue membres du bureau exécutif et régulièrement présentes dans les conférences internationales. Les deux militants semblaient en proie à une « crise de leadership » et un conflit de légitimité dû au fait que l’un venait des sciences biomédicales et l’autre des sciences sociales. Le tournant sida pris par l’association avec la médicalisation du Centre Access mettait en avant les professionnels de la santé membres de l’association au détriment d’une partie des membres s’occupant d’autres axes. Cette omniprésence des préoccupations biomédicales exacerbait l’écart entre les leaders. L’arbitrage n’ayant pas trouvé de solutions, la tension conduisit finalement à la défection du spécialiste des sciences sociales de l’association, entraînant d’autres démissions dans le bureau et laissant au début de l’année 2009 de nombreux postes vacants au sein de la structure.

49Cette première crise politique au bout de trois ans allait redessiner la carte de l’activisme homosexuel local puisque l’un des membres (coordinateur de la cellule juridique) devait à son tour démissionner d’Alternatives pour rejoindre l’ADEFHO. Capitalisant par la suite les réseaux transnationaux d’Alternatives, ainsi que son savoir-faire dans le « réseautage », ce jeune devenu vice-président d’ADEFHO a relancé cette association en perte de vitesse depuis 2007. Par des rapports réguliers mis sur des listes de diffusion transnationales, il va remettre en lice le travail de l’avocate qui viendra par la suite sur invitation de l’IDAHO à Paris en 2009 avec son vice-président, puis à nouveau à Paris, Bruxelles et Amsterdam en 2010. À l’occasion de cette nouvelle offensive internationale d’ADEFHO, le vice-président accorde une série d’interviews à Têtu (15 janvier 2010), Rue89 (15 janvier 2010) et jeuneafrique.com (8 février 2010). Il sera également reçu par les dirigeants de l’Inter-LGBT, d’Amnesty international et de l’ARDHIS en France. Le financement de l’Union européenne obtenu par ADEFHO en janvier 2011 tient en partie de ce repositionnement à l’international opéré par l’ancien coordonnateur des affaires juridiques d’Alternatives. La lutte pour la survie des associations est donc encore soumise à leur capacité non seulement à « capter la rente » externe, mais aussi à acheter du capital symbolique transnational. Elle oscille ainsi constamment entre localisme et militantisme extraverti.

  • 31 F. Eboko et Y.-P. Mandjem, « ONG et associations de lutte contre le sida au Cameroun. De la subord (...)

50De manière liée, cette « élitisation » et valorisation des expertises singulières qui se renforcent au gré des participations aux instances internationales31 contribue à la marginalisation des plus démunis au sein de l’association qui se trouvent ainsi disqualifiés. De façon significative, cette situation fut, au bout de deux ans d’existence, l’un des principaux motifs de tension au sein de l’association entre « membres défavorisés » et « dirigeants voyageurs ». Une partie des membres reprochant notamment au président mais aussi à d’autres coordonnateurs leur « omniprésence dans les conférences internationales » et « l’accaparement des opportunités de circulation ouvertes par la mobilisation d’Alternatives ». En mars 2009, Michel, l’un des coordonnateurs d’activité à Yaoundé, âgé de 27 ans, nous confiait son désarroi face « aux voyages répétés des boss de l’association, même quand il s’agit d’aller témoigner de la prison », il s’indignait de ce que lui « qui avait été deux fois emprisonné n’avait jamais été invité à prendre la parole dans une conférence ». Ce jeune a fini par démissionner de l’association et à abandonner tout activisme. Cette scission entre « grands et petits » (racailles et duchesses selon les catégories émiques) est loin d’être résolue aujourd’hui encore malgré l’alternance à la tête de l’association, où le vice-président (styliste et directeur d’une école de mode à Douala) a succédé au président co-fondateur Steave Nemande. La contestation de la figure du médecin (et une partie de son bureau) a en effet épousé le visage d’un véritable boycottage de la participation aux activités de l’association à la fin de l’année 2010. De nombreux membres se sont organisés pour rappeler les « statuts » de l’association qui prévoient que le « président est élu pour un mandat de deux ans renouvelable une fois ». L’exigence d’alternance inscrite dans le texte fondamental a été respectée en début d’année 2011 par un « passage de témoin » à la tête de la structure. Si le président a regretté « ce presque putsch » (sic) organisé contre lui, il a dans un premier temps accepté « la sortie honorable » qu’on lui avait proposée en occupant des fonctions « rétrogradées » de vice-président, avant de les suspendre quelques semaines plus tard.

51De fait, son retrait presque définitif d’Alternatives correspond à sa nomination au CCM (Country Coordinating Mechanism) du CNLS, instance mise sur pied à la demande du Fonds mondial contre le paludisme, la tuberculose et le sida en 2003, et dans laquelle siègent des représentants de la société civile. Dans ce contexte de tension larvée entre autorités sanitaires et Alternatives, la nomination de Steave Nemande à un tel niveau illustre autant les avancées de la cause homosexuelle et la vigueur du travail d’Alternatives, que l’ambivalence du jeu politique local. Car, au moment de sa nomination, le même gouvernement rejette le financement accordé à l’ADEFHO par l’Union européenne, dont l’un des axes concerne la lutte contre le sida. L’attitude des autorités sanitaires vis-à-vis d’Alternatives oscille donc entre « récupération opportuniste » du travail des expertises privées et « invisibililisation » publique de ce même travail pour ne pas « perdre la face » devant l’opinion publique. Il demeure que devenir membre du CCM est une « victoire partielle » pour les homosexuels et personnes aux pratiques homosexuelles ; à titre personnel, c’est peut-être l’acte de reconnaissance le plus fort pour ce militant qui a pourtant reçu le prix Alison Deforges décerné par l’ONG américaine de droits de l’homme Human Rights Watch. La scène politique qu’a constituée l’alternance à la tête d’Alternatives montre que les associations sont désormais une véritable arène politique. Si l’irruption d’une « nouvelle élite associative » bousculant le rôle de gate keeper international occupé par l’État est une bonne nouvelle pour la société civile, l’accaparement de la ressource internationale (pas simplement financière, mais en termes de circulation) est un fait qui mérite autant notre attention. Mais l’analyse de l’extraversion des mobilisations africaines en termes trop souvent pathologiques voit dans l’émergence de « cette nouvelle élite transnationale » un dérapage de plus. Pourtant, la reconversion illustrée par les figures de Steave Nemande et d’Yves Yomb conduit à nuancer cette position. L’élection au CCM du premier et la prise de fonction du second comme salarié montrent qu’une expertise peut se forger entre l’international et le local, et en même temps être capitalisée comme ressource localement, à la condition qu’on lui fasse un peu de place dans les instances décisionnaires et que le principe de l’alternance soit sauf dans les associations.

Trajectoires croisées des associations, expériences biographiques des leaders

  • 32 Ibid., p. 272.

52Deux pôles de la mobilisation se situant dans des arènes différentes semblent s’être mis en place. S’ils illustrent un vrai dynamisme des jeunes associations, ils ne peuvent cacher une concurrence qui peut aussi être nuisible et qui a à voir avec l’accès aux ressources de l’international. Le pôle juridique semble être monopolisé par l’avocate dont le mobile principal de l’engagement est une implication dans le combat féministe dont elle est une transfuge. Il est en effet important de souligner que Me Alice Nkom fut la première femme inscrite au barreau du Cameroun. La lutte contre le sida des MSM camerounais est devenue la bataille principale du médecin. Après avoir soigné des individus aux pratiques homosexuelles par effet de réseautage communautaire, il aurait décidé de se désolidariser de l’avocate de l’association dont il a été membre au début des événements de 2006. Pour lui, « il était temps que les homosexuels prennent la main dans le combat qui les concerne » (Entretien, Douala, décembre 2007). Au-delà de ces éléments biographiques, il y aurait donc un partage apparent dans la circulation des expertises et la légitimité des actions qui confirme l’axe de professionnalisation des mobilisations au tournant des années 200032. Pour autant, il n’est pas exclu que les activités se rejoignent et cristallisent la rivalité entre les deux associations. Par exemple, fin 2008, Alternatives-Cameroun a décidé de lancer un plaidoyer pour la dépénalisation de l’homosexualité au Cameroun. L’ADEFHO, conviée à se joindre à cette action, s’en éloignera arguant par la voix de son vice-président qu’Alternatives n’avait aucune expertise juridique pour cela. Lors d’un entretien avec ledit vice-président, anciennement membre d’Alternatives, la critique de ce plaidoyer apparaît dans ces termes :

Les gens d’Alternatives oublient que nous, à ADEFHO, avons lancé une action de dépénalisation depuis 2006 auprès du Conseil constitutionnel, seul capable d’un tel acte. Dire comme Alternatives que cela peut se faire auprès de l’Assemblée nationale n’est pas envisageable ; tu vois qu’ils ne connaissent rien au droit et devraient se contenter de soigner les gens. (Entretien téléphonique, décembre 2009)

53Il existe donc cette discorde sur le partage des rôles militants. Ce transfuge d’Alternatives jusqu’alors « chargé des affaires juridiques » a également remis l’association de l’avocate sur les rails de la « transnationalisation », notamment par l’envoi régulier des rapports d’activité trimestriels sur les listes de diffusion de son ancienne association. L’avocate a en effet partiellement disparu des réseaux transnationaux en 2007, progressivement remplacée par le président d’Alternatives devenu une véritable « star » des conférences. Cette situation a renforcé tout au long de l’année 2009 le « rayonnement » d’ADEFHO au sein des réseaux transnationaux qui restaient peu sensibles à son action. Elle a pu ainsi devenir partenaire d’une des grandes ONG françaises initiatrice de la journée mondiale contre l’homophobie (IDAHO). Cela n’a toutefois pas remis en question le « leadership transnational » et la position de « fille préférée » d’Alternatives, auprès des associations-mères du Nord, très sensibles à la question identitaire qu’incarne plus Alternatives qu’ADEFHO. Ces tensions autour de l’accès aux arènes internationales ont conduit à évincer l’ADEFHO de la salle de réunion dont Alternatives est propriétaire à Douala au début de l’année 2009, consacrant la rupture entre les deux groupes.

54Ce désaccord entre les deux associations qui est lié en partie à la concurrence pour l’accès aux ressources de l’« international » a d’autres racines. Alternatives semble en effet s’être constituée en étant résolument tournée vers l’extérieur. Son essor rapide semble lié autant au fait que son président et la majorité de ses membres sont « homosexuels » (dans le déclaratif) masculins, qu’à la posture de professionnel de la santé du président. Ces tensions seront renforcées par le recrutement des membres par Alternatives-Cameroun. Là où l’association de l’avocate laissait ouverte la question identitaire, puisqu’elle est elle-même hétérosexuelle, l’association présidée par le médecin commence à introduire la question dans des termes radicaux. C’est à cette période que se forme dans le discours du leader de cette association la formule qui deviendra la devise du groupe : « On ne peut pas continuer à parler de nous comme des problèmes ; les homosexuels ne sont pas un problème, ils sont une partie de la solution. » (Entretien, Yaoundé, décembre 2007)

  • 33 J.-F. Bayart, « L’Afrique dans le monde : une histoire d’extraversion », Critique internationale, (...)
  • 34 L. Atlani-Duault, « Les ONG à l’heure de la bonne gouvernance », Autrepart, no 35, 2005, p. 3-18.
  • 35 Ici, toutes les associations historiques situées dans les pays du Nord mais aussi en Afrique du Su (...)

55De fait, ce discours de plus en plus centré sur une préoccupation identitaire et de reprise en main du combat fait partie des stratégies « d’extraversion »33 des leaders de l’association. Or, l’extraversion, c’est-à-dire à minima le fait d’être tourné vers l’extérieur ou d’être mû par lui dans les actions quotidiennes, entretient une parenté avec l’« importation des causes »34. On verra que cette modalité politique d’Alternatives-Cameroun conduira principalement à sa non-existence dans l’espace médiatique camerounais qui fait pourtant une large place à ADEFHO et à son leader Alice Nkom. En répondant ainsi aux injonctions identitaires promues par les associations homosexuelles du Nord, mais aussi d’Afrique du Sud, l’association du médecin sera largement confinée aux réseaux extérieurs. Les premiers contacts à Genève l’année précédant son émergence avec les militants homosexuels français (Act Up-Paris, Aides, Inter-LGBT) et sud-africains (Behind the Mask, ILGA-Afrique, etc.) ont permis de nouer des liens forts et d’intégrer des réseaux de luttes transnationaux déjà fort développés. Les jeunes Camerounais ont voulu s’approprier le combat et ne pas le laisser entre les mains d’une hétérosexuelle. Ils ont aussi été incités à le faire par les pairs des associations-mères35 à l’occasion de conférences, séances de travail et autres universités des homosexualités auxquelles n’a pas été conviée l’avocate. Autant d’espaces qui sont aussi des lieux d’apprentissage identitaires, au sens d’initiation à la militance homosexuelle. C’est donc que le recrutement et le genre des membres sont une condition d’inscription dans les réseaux transnationaux au moins dans le cas d’Alternatives.

56Pour ADEFHO, la question se présente autrement. Si la cooptation dans les réseaux internationaux n’a pas été un préalable à la lutte quotidienne contre l’ordre sexuel au niveau local, la survie de l’association sur la durée pourrait en dépendre. Depuis sa création en 2003, l’ADEFHO a en effet reçu très peu de soutien matériel venant d’associations transnationales et vit grâce à l’avocate (il faudra attendre 2011 pour voir un financement conséquent accordé à l’association). Pourtant, c’est l’association la plus connue localement ; pour autant c’est bien Alternatives qui a le soutien inconditionnel à la fois matériel, logistique et humain de nombreuses associations et ONG du Nord pour différentes activités y compris non sanitaires. Par exemple, Alternatives est devenue observateur auprès de la commission des droits de l’homme et des peuples de l’Union africaine là où l’ADEFHO échoue depuis sa création. Mais le retour sur la scène internationale d’ADEFHO portée par le transfuge d’Alternatives- Cameroun et consacré par une tournée de l’avocate en Europe en 2010 va se solder par l’attribution d’un financement de 300 000 euros pour un projet déposé auprès de l’Union européenne (nous y reviendrons en dernière partie).

57Les deux associations étudiées ici exemplifient ainsi deux formes d’économie de la vulnérabilité portées par la circulation de la cause homosexuelle. D’un côté, les urgences de l’agenda international, ici le « péril épidémiologique des MSM » qui est donc la priorité des associations identitaires du Nord et aussi de l’Union européenne, de l’autre la question du soutien juridique très évoquée, mais ne bénéficiant pas toujours d’un soutien matériel. Au-delà de la question du soutien orienté, il y a le traitement inégal dont bénéficient les femmes aux pratiques homosexuelles sur le continent qu’atteste leur invisibilité dans les débats publics ; tout se passe comme si les femmes n’existaient pas alors qu’elles affrontent au quotidien la même animosité vis-à-vis de leur homosexualité que les hommes. Les femmes aux pratiques homosexuelles seraient finalement victimes de leur position de dominées en tant que femmes. De la sorte, les injonctions identitaires des associations homosexuelles masculines transnationales (qui ne se reconnaissent pas toujours à travers l’avocate) conduisent à un clivage des causes entre homosexuels et lesbiennes qui, au quotidien, ne se pose pas encore de la sorte. Cette séparation en vient à négliger au passage le travail d’une association qui n’a pas défini une stratégie « d’extraversion » mais qui n’en est pas moins un acteur central et « crédible » auprès des populations pour faire avancer la « cause homosexuelle ». Il apparaît de même que la lutte contre le sida permet d’obtenir plus de soutien en un temps relativement court (cas d’Alternatives) ; contrairement aux « droits à la libre sexualité » qui semblent moins porteurs de ce point de vue (cas d’ADEFHO). De manière révélatrice, nous fûmes souvent pris à partie par certains activistes lorsque nous présentions l’avocate comme militante. Lors de son passage en France en 2010, nous assistions à un débat organisé en son honneur auquel participaient également des activistes homosexuels français et des Camerounais demandeurs d’asile au motif de leur homosexualité. L’un d’eux nous a repris avant le débat parce que nous soutenions que la présidente d’ADEFHO était une militante des droits des homosexuels. Il estimait qu’il y a « une différence entre défendre les homosexuels ou ceux qui passent pour des homosexuels et militer pour les droits des homosexuels » ; cette distinction, qui n’est pas tout à fait valable dans le cas de l’avocate, invite à penser les affrontements symboliques dans la prise en charge de la « cause homosexuelle » entre homosexuels activistes et hétérosexuels qui s’engagent pour cette cause. Force est de constater que l’association de l’avocate a souffert au départ de cette distinction, ce qui a contribué à éluder son activité pendant quelque temps ; mais peut-être cette mise en berne de son action était-elle nécessaire pour que les jeunes activistes fassent leurs armes dans un environnement hostile aux rebelles à l’ordre sexuel.

La CAMNAFAW : de la « sous-traitance » du militantisme homosexuel contre le sida au sein d’une ONG « généraliste » à la concrétisation d’un « réseau informel »

  • 36 K. Delaunay, « Des groupes à risque à la vulnérabilité des populations africaines, discours sur un (...)
  • 37 Ibid.

58Comme il peut apparaître des analyses qui précèdent, la mobilisation en faveur des sujets aux pratiques homosexuelles s’est d’abord opérée suivant un modèle dualiste combinant les droits de l’homme en réaction aux arrestations (ADEFHO), et la lutte contre le sida comme axe de légitimation des actions d’ONG se spécialisant sur la question sanitaire (cas d’Alternatives). À cela, il faut sans doute ajouter un troisième axe plus classique sur le continent. Il s’agit de la mise « sous-tutelle »36 de la prise en charge et de la prévention adressée à un public aux pratiques homosexuelles, ouverte au sein d’une association historique de lutte contre le sida dont le travail contribuera à réunir puis à insuffler une conscience identitaire propre. En Côte-d’Ivoire et au Burkina Faso, de tels modèles d’actions sont connus37.

Sur la CAMNAFAW

59La Cameroon National Planning Association for Family Welfare (CAMNAFAW) est l’une des plus anciennes organisations non gouvernementales de lutte contre le sida au Cameroun. Créée en 1987, elle a bénéficié de l’appui national et international pour des programmes de vaccination et de planning familial, puis de prévention contre le sida et les infections sexuellement transmissibles (IST). L’association est un acteur nationalement reconnu et établi dans le champ de la santé sexuelle, surtout féminine, depuis deux décennies. Dotée d’un conseil d’administration et fonctionnant comme une véritable entreprise qui a aussi le rare mérite d’être implantée dans sept des dix régions que compte le pays, l’ONG offre des services à de nombreux usagers notamment par le biais de cliniques et de centres de santé. Elle a développé des partenariats privilégiés avec le ministère camerounais de la Santé publique, des organisations locales telle que le Réseau camerounais des associations de personnes vivant avec le VIH (Récap+), et des acteurs internationaux tels que l’organisme allemand d’appui technique au développement GTZ, Care international ou encore le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP). Le tournant majeur est marqué par l’adhésion de l’ONG à la fédération internationale pour le planning familial, en anglais International Planned Parenhood Federation (IPPF), un prestataire mondial de services en matière de santé sexuelle et de reproduction. La charte de l’IPPF compte une dizaine d’articles dont le premier stipule que toute personne a « le droit à l’égalité, à l’égale protection devant la loi et à n’être soumis à aucune discrimination sur la base de son sexe, sa sexualité ou son genre [...] »38. À partir de l’année 2007, la CAMNAFAW reçoit l’appui financier et logistique de l’IPPF. Les axes forts de ce soutien concernent prioritairement l’organisation de formations éducatives en matière de santé sexuelle et de droits sexuels pour les personnes concernées, la prévention contre le sida et les infections sexuellement transmissibles à travers la distribution de préservatifs et de gels, les forums d’éducation à la santé par des actions et discussions au sein de groupes de pairs dirigés par des « pairs éducateurs » préalablement formés à la sensibilisation.

Des « pairs éducateurs » au projet MESDINE

  • 39 V.-K. Nguyen, « Sida, ONG et la politique du témoignage en Afrique de l’Ouest », Anthropologie et (...)

60Le concept de pair éducateur répond aux directives d’autres instances internationales, telles l’organisation mondiale de la santé (OMS) et l’ONUSIDA, dans le sens du renforcement des capacités des principales personnes concernées par ces enjeux. De telles directives proches de l’empowernement sont parmi les axes décidés lors de la conférence mondiale sur le sida en 1994 à Paris dont le projet Greater involment for people leaving with aids (GIPA) inspira des « politiques du témoignage » de la part des principales personnes concernées par le VIH-sida39 Pour le programme de la CAMNAFAW nommé Meeting sexual diversity needs (MESDINE), il s’agit d’apporter un soutien à la santé sexuelle des homosexuels, lesbiennes et transgenres en leur offrant « des services non-discriminants en matière de sexualité et de reproduction et en constituant un lieu de rencontre sûr » (voir dépliant du projet Meeting sexual divertsity needs, CAMNAFAW/IPPF). Afin de rendre audible le discours de la « diversité sexuelle » pour des populations travaillées par des clichés homophobes, la version française des dépliants introduit le concept de « sexualité citoyenne ». Voici ce qu’en dit le texte (soulignement du texte original) :

La sexualité citoyenne est d’abord une question de responsabilité individuelle qui consiste à adopter une stratégie personnelle de réduction des risques sexuels. La sexualité citoyenne est aussi un engagement qui nous oblige à tenir compte dans notre stratégie, de notre environnement c’est-à-dire nos partenaires, nos sœurs et nos frères, nos amis, notamment en adoptant un comportement qui les protège des risques et qui les incite à rechercher les moyens de réduire également leur vulnérabilité. La sexualité citoyenne suppose donc que toutes les parties prenantes sont suffisamment informées sur les risques et les moyens de les prévenir, utilisent les informations et les services disponibles, jouissent pleinement de leurs droits sexuels et respectent ceux des autres. (Dépliant : sexualité citoyenne, CAMNAFAW/IPPF, 2007)

61Pour mener à bien les objectifs fixés de « sexualité citoyenne », les pairs éducateurs sont donc des personnes s’assumant comme « homosexuel.le.s » ou reconnaissant avoir des pratiques homosexuelles, que l’ONG présente comme « représentatifs » de cette diversité sexuelle. En observant le déploiement de Meeting sexual diversity needs, la question de sa genèse nous a préoccupé. Nos discussions avec un des responsables du projet à propos des motivations qui ont présidé à l’élaboration de ce programme montrent qu’au-delà de la rhétorique officielle de la CAMNAFAW, dont l’objectif principal d’accompagnement des jeunes concorde avec l’idéologie de l’IPPF, les pairs éducateurs ont joué un rôle de tout premier plan. À y regarder de près, l’initiative est née de la volonté de deux jeunes engagés depuis une décennie dans l’association en tant que bénévoles, puis comme pairs éducateurs. Il s’agit de Lambert et de Bernard (une femme). Le premier est un homme âgé de 33 ans qui a été à plusieurs reprises emprisonné pour homosexualité. L’épisode le plus connu l’impliquant est l’« affaire des onze », évoquée plus haut, dont il fut l’un des protagonistes. Bernard est une femme de 35 ans, plus anciennement impliquée dans l’ONG et depuis près de dix ans paire-éducatrice, c’est une « bisexuelle » connue comme telle par les nkoandengué dans certains espaces yaoundéens. Les deux personnages connus des milieux nkoandengué ont bénéficié de la politique « libérale » promue par la CAMNAFAW qui compte de jeunes représentants dans son bureau national. En milieu d’année 2005, le groupe des pairs éducateurs de la CAMNAFAW à Yaoundé compte au moins cinq personnes ayant des pratiques homosexuelles. Même si leurs activités vont au-delà de leur sexualité, ils sont préoccupés par le sort de leurs pairs nkoandengué et mvoë auprès de qui ils font de fait un travail de prévention depuis plusieurs années. Bernard souligne :

L’idée de donner une place plus officielle au travail en direction des homosexuels et lesbiennes était dans les esprits depuis longtemps. Mais elle se heurtait à l’animosité de certains membres du conseil d’administration qui ne voyaient pas très bien la nécessité de la chose. (Entretien, Yaoundé, février 2009)

62La jeune femme continue :

Le projet que tu vois aujourd’hui vient d’un long travail de conscientisation à l’intérieur de l’association. Il nous a fallu du temps, on avait des personnes parfois compréhensives, d’autres n’étaient pas favorables. Mais il faut déjà saluer la politique de la CAMNAFOW qui a accepté des pairs éducateurs depuis très longtemps tout en sachant qu’ils étaient nkoandengué. En plus, ils nous laissaient parler et faire le travail, et surtout, on a [la] liberté d’aller exercer nos causeries éducatives là où nous souhaitons, peu importe le public, pourvu que les gens soient sensibilisés et qu’ils viennent après dans les cliniques de l’association. Pour le projet MESDINE, ce qui a fait tourner les choses, c’est qu’un jour, en 2006, il y avait des représentants de l’IPPF à la réunion. Avec quelques pairs éducateurs, on leur a dit à la fin de la réunion qu’on voulait faire quelque chose pour les gays. L’actualité nous a bien aidés aussi. On s’était entendus avec le responsable actuel du projet qui lui n’est pas nkoandengué. Le type de l’IPPF nous a dit que si à la prochaine réunion, on arrive à lui faire rencontrer des nkoandengué en nombre suffisant, il peut en dire un mot à ses supérieurs pour nous appuyer. On est donc rentrés, et le lendemain, il y avait près de quarante nkoandengué qui sont venus l’attendre pour témoigner ; c’est comme ça que le projet a été lancé, aujourd’hui même les sceptiques à l’association sont fiers du projet et s’en vantent partout. (Entretien, Yaoundé, février 2009)

63L’initiation du projet MESDINE est donc bien l’œuvre des pairs éducateurs nkoandengué et mvoë. Ils l’ont imaginé et ont impliqué leurs partenaires de la CAMNAFAW, tout comme les financeurs internationaux de l’IPPF. Ils ont outrepassé leur fonction de simples bénévoles de la sensibilisation pour aller toucher des partenaires qui habituellement ne demandent pas l’avis des bénévoles pour inciter des actions. On verra que dès l’instant où le projet est accepté, puis explicitement pris en charge, notamment avec un axe de communication qui prend en compte les enjeux de diversité sexuelle (flyers et tracts à distribuer sur la diversité sexuelle et la citoyenneté sexuelle), le travail de « traduction » de ces concepts « globaux » incombe au premier chef à ces pairs éducateurs.

64En février 2009, nous avons assisté à Yaoundé à une « causerie éducative » regroupant dans un bar de classe moyenne du centre-ville une vingtaine de jeunes. Le pair éducateur de ce jour-là était Lambert. Dans les milieux homosexuels, Lambert est perçu comme une figure « charismatique », espèce de « martyr » de l’homosexualité. S’il est connu de tous et jouit d’une capacité de mobilisation forte, sa trop grande propension à l’alcoolisme limite sa crédibilité quant à ses responsabilités dans les associations de nkoandengué. Il fut par exemple très impliqué dans la mise sur pied de l’antenne d’Alternatives-Cameroun pour la ville de Yaoundé, même si cette dernière n’a véritablement jamais fonctionné. Il a notamment accepté de témoigner pour le documentaire de la réalisatrice française Céline Metzger tourné entre 2006 et 2008 qui retrace le « calvaire » de quelques-uns de ces détenus « 347 bis » du numéro de l’article du code pénal camerounais qui condamne les pratiques homosexuelles.

Causerie éducative et traduction des concepts globaux de la « citoyenneté sexuelle » au niveau local

  • 40 L. Vidal, Le silence et le sens. Essai d’anthropologie du sida en Afrique, Paris, Antropos-Economi (...)

65En quoi consiste la « causerie éducative » et comment se fait le travail de traduction des concepts élaborés avec l’appui de l’IPPF pour la campagne en faveur des « homosexuels, lesbiennes et transgenres » (d’après les catégories des dépliants du projet) ? A minima, le concept de causerie éducative est employé dans le champ de la lutte contre le sida pour désigner les formes interactives de l’éducation en santé40. En pratique, ce mode d’action de prévention induit l’intersection entre pratiques visuelles de prévention et pratiques orales. C’est en effet la « prise de la parole » et l’interaction entre le volontaire, ou le bénévole, et les participants qui est privilégiée. C’est donc un outil d’intervention en santé publique qui a d’ailleurs été repris par les instances internationales de lutte contre le sida dès le lancement des grandes campagnes de prévention dans les pays africains. Avant la « causerie éducative », Lambert a préalablement contacté par le moyen du réseautage informel (bouche-à-oreille comme il le dit lui-même, mais aussi SMS et Facebook) les personnes qui assistent à la rencontre. Il affirme qu’il vaut mieux leur demander de venir dans un lieu de loisir « neutre » comme ce bar assez discret qui comporte une « arrière-salle ». « Dans ce genre d’endroit, dit-il, on est dans l’anonymat et plus ou moins loin des oreilles indiscrètes pour discuter des choses qui nous concernent. » Une fois le groupe installé, il commande à boire pour tous et rappelle le motif de la rencontre : « je crois que vous savez tous pourquoi on est là. Si je vous ai fait venir, c’est pour que tous nous parlions des choses dont nous ne parlons qu’entre nous. Je vous offre à boire, sachez-le, avec l’argent de la CAMNAFAW », puis suit une longue explication sur ce qu’est l’association, qui la soutient et pourquoi « elle se bat ».

66Lambert introduit alors le document de la déclaration des droits sexuels de l’IPPF et les dépliants du projet qu’il fait ensuite circuler dans la salle tout en précisant que « tout le monde est concerné par cette question ». Après ce bref exposé, il passe la parole aux personnes présentes afin que tous « donnent un avis et disent ce qu’ils en pensent en rapport avec leur expérience personnelle ». Les premières interventions sont timides puis Lambert reprend la parole pour rassurer la salle. « Vous êtes ici en sécurité, je pense connaître tout le monde ici. » Cette intervention faite, la parole se libère progressivement. Au bout d’une demi-heure d’échanges lors desquels certains disent leur colère et d’autres restent très reversés sur le traitement fait à ceux qui ont des pratiques homosexuelles, Lambert qui prenait patiemment des notes répond aux questions. L’un des très jeunes participants âgé d’environ 17 ans précise qu’il est là parce qu’un ami lui a demandé de venir ; il souligne qu’il n’est pas « homo », mais « curieux », puis pose sa question : « c’est quoi la sexualité citoyenne ? ». Un moment embarrassé, Lambert se reprend et répond :

C’est bien, je suis content que tu poses cette question ; nous sommes là aussi pour des gens comme toi ; pour informer, sur le fait que tout le monde a des droits, même les homosexuels, des droits liés à une sexualité libre, autant que toi hétérosexuel. Tu sais comme avec les partis politiques et la démocratie, chacun peut dire ce qu’il pense et faire ce qu’il veut… mais dans tout ça, il faut penser que tu n’es pas seul là où tu vis. C’est notre responsabilité à tous de travailler pour que tout le monde vive bien sa sexualité et sa santé… est-ce que tu comprends ? Si tu as compris ça, tu as tout compris. C’est ça qu’il faut expliquer aux gens. (Notes sur une causerie éducative, Yaoundé, février 2009)

  • 41 V.-K. Nguyen, « Sida, ONG et la politique du témoignage en Afrique de l’Ouest », art. cité, p. 70.
  • 42 F. Eboko, B. Bourdier, C. Broqua éd., Les Suds face au sida. Quand la société civile se mobilise, (...)
  • 43 F. Eboussi, La démocratie de transit au Cameroun, Paris, L’Harmattan, 1997.

67Le travail de Lambert et de ses collègues participe de la traduction au quotidien des concepts de la « modernité sexuelle » à l’interface du transnational et du local ; ce que Vinh-Kim Nguyen41 nomme l’« interzone ». Nous la qualifierons de « zone de traduction », celle qui permet de passer du discours global, parfois « abstrait », aux idiomes de l’actualité sociale locaux et fait gagner en efficacité toutes les actions « hybrides » du point de vue de leur conceptualisation. Lambert devient alors un « sujet de la glocalisation » au sens où l’entend Fred Eboko42, croisant les analyses de Jean-François Bayart sur le « sujet global », celui qui se réapproprie et traduit localement des objets du répertoire global. Pour une majorité de participants de la causerie, « être citoyen sexuel » ne signifie pas grand-chose a priori. Mais associé à la liberté et aux droits, le concept prend du sens ; car la génération à laquelle nous avons affaire ici, si elle n’a pas connu les procès de l’indépendance, a assisté étant adolescente ou préadolescente au « procès de la démocratie » dans les années 199043. Là où ce n’est pas le cas, il en reste des traces dans la société, la presse camerounaise ayant une certaine liberté de ton et réitérant constamment les figures de ce procès contre l’État totalitaire notamment. Les termes de la liberté et du droit (« chacun a le droit de faire ce qu’il veut », comme de « dire ce qu’il pense ») furent les idiomes par lesquels l’« idéal démocratique » s’est incrusté dans les schèmes interprétatifs locaux. Reprendre les mots du procès de la démocratie, c’est traduire ou du moins rendre accessible la « sexualité citoyenne » à un public hétérogène, mais attentif aux enjeux globaux à la fois de démocratie et de « liberté sexuelle ». Après s’être assuré que le message « est passé », notre « agent de traduction », qui par là même produit aussi et réinvente le discours sur les droits sexuels, reprend la parole et oriente les débats sur la question de la santé-sida. « Maintenant nous allons parler d’un autre problème : la question du sida et d’autres MST (maladies sexuellement transmissibles) ; je pense que tout le monde ici est au courant… » Le tour de parole recommence, Lambert insistant sur le fait qu’il faut parler des choses « qui dérangent ». À la fin de cet exercice où tout tourne à la farce, (Lambert nous dira qu’il faut « dédramatiser » sinon « les gens fuiront ») le pair éducateur signale que la CAMNAFAW « ouvre ses cliniques aux nkoandengué et mvoë » ; il reprécise que « tout le monde peut y aller, parce que les médecins sont formés et informés sur les problèmes des nkoandengué… il y a un génico [sic] rien que pour nous, et il y a des préservatifs et des gels gratuits ou à des prix vraiment bas… ». Les adresses étant communiquées, on entre dans les « divers », c’est-à-dire les « faits divers » du milieu nkoandengué ; le congassa (ragots) dès cet instant reprend ses droits. Les rumeurs vont bon train sur les excès sexuels de certains, d’autres s’informent sur l’actualité des arrestations et des « sorties de prison » de quelques autres ; puis de petits groupes repartent jusqu’à ce que la salle se vide complètement.

Des pairs éducateurs à l’association ADEPEV

68Cet exercice est ainsi renouvelé autour des enjeux spécifiques de citoyenneté sexuelle et d’identité sexuelle entre 2007 et 2010, période couvrant les trois ans de financement spécifique accordés par l’IPPF. À notre retour au Cameroun en juillet 2010, nous avons découvert que le réseau des pairs éducateurs nkoandengué et mvoë de la CAMNAFAW avait initié une « association nkoandengué », que les statuts étaient en attente de signature à la préfecture du 1er arrondissement à Yaoundé selon la procédure de légalisation des associations locales. L’association aujourd’hui connue sous le sigle ADEPEV (association pour le développement des personnes vulnérables) a un bureau et tient parfois des réunions dans les locaux de la CAMNAFAW. L’une des dynamiques de rupture intéressantes à observer dans cette association par rapport à l’Alternatives-Cameroun par exemple est la « féminisation » du leadership. Le poste de secrétaire générale est en effet confié dans ce bureau provisoire à l’une des pairs éducatrices les plus actives de la CAMNAFAW. La jeune activité s’était distinguée par une interview à visage découvert dans le rapport d’activité régional de l’IPPF en 2009. Elle y faisait notamment état de son vécu de lesbienne à Yaoundé et de ses activités au sein du projet MESDINE.

Les contre-mobilisations des acteurs moraux : le cas du cardinal Christian Tumi

69Le 11 juillet 2009, un événement public va marquer l’actualité camerounaise. Le cardinal Christian Tumi, leader de l’Église catholique à Douala, retraité depuis un an, commence une marche contre l’« avortement et l’homosexualité ». La marche, selon différentes sources (rfi.fr, Mutations du 13 juillet 2009) mobilisera entre quinze mille et vingt-cinq mille personnes dans les principales artères de la ville et s’achèvera par une messe devant la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul. À la fin de la messe, une délégation conduite par le prélat dépose auprès du gouverneur de la région du littoral (dont Douala est le chef-lieu) une pétition contre la promulgation des « accords de Maputo » ainsi qu’une lettre adressée au chef de l’État. Pour comprendre le sens de la dispute qui va cristalliser une véritable contre-mobilisation de l’homosexualité, il faut revenir un instant sur cet événement inédit. D’abord sur son fondement, c’est-à-dire ici sur le fameux texte de Maputo, ensuite sur le jeu politique local qui l’entoure. Le texte qui fait débat, et autour duquel l’Église catholique par l’intermédiaire du cardinal organisera la contre-offensive aux mobilisations homosexuelles, est issu de la deuxième session ordinaire de la conférence de l’Union africaine à Maputo au Mozambique le 11 juillet 2003. Dans ses traits généraux, il entend combattre les discriminations à l’égard des femmes par l’injonction faite aux gouvernements africains d’éliminer toutes les formes de discrimination et de violence à l’égard des femmes en Afrique. La mise en œuvre d’une politique d’égalité entre hommes et femmes est désormais élevée au rang de principe éthique. Le protocole invite également les gouvernements qui ne l’ont pas déjà fait à introduire dans leurs appareils législatifs ces principes fondamentaux et à veiller à leur effectivité.

70De façon concomitante, il les oblige à intégrer à leurs décisions politiques et à leurs actions officielles la notion de « discrimination fondée sur le sexe » ; ils sont également tenus de veiller au « bien-être général des femmes ». Ce protocole vient en complément de la Charte africaine, et son application est conditionnée par la ratification du texte par une quinzaine d’États. Il sera alors mis en œuvre sous la surveillance de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, l’organisme mis en place pour contrôler le respect des engagements de la Charte africaine, en attendant l’établissement d’une Cour africaine des droits de l’homme et des peuples. Le texte compte trente-deux articles ; celui qui sera au cœur de la controverse dans la plupart des pays est l’article 14 qui énonce le droit à l’avortement et fixe un cadre en matière de droit reproductif ; en voici la substance :

Article 14 / Droit à la santé et au contrôle des fonctions de reproduction

1. Les États assurent le respect et la promotion des droits de la femme à la santé, y compris la santé sexuelle et reproductive. Ces droits comprennent :
a) le droit d’exercer un contrôle sur leur fécondité ;
b) le droit de décider de leur maternité, du nombre d’enfants et de l’espacement des naissances ;
c) le libre choix des méthodes de contraception ;
d) le droit de se protéger et d’être protégées contre les infections sexuellement transmissibles, y compris le VIH/SIDA ;
e) le droit d’être informées de leur état de santé et de l’état de santé de leur partenaire, en particulier en cas d’infections sexuellement transmissibles, y compris le VIH/SIDA, conformément aux normes et aux pratiques internationalement reconnues ;
f) le droit à l’éducation sur la planification familiale.

2. Les États prennent toutes les mesures appropriées pour :
a) assurer l’accès des femmes aux services de santé adéquats, à des coûts abordables et à des distances raisonnables, y compris les programmes d’information, d’éducation et de communication pour les femmes, en particulier celles vivant en milieu rural ;
b) fournir aux femmes des services pré et postnatals et nutritionnels pendant la grossesse et la période d’allaitement et améliorer les services existants ;
c) protéger les droits reproductifs des femmes, particulièrement en autorisant l’avortement médicalisé, en cas d’agression sexuelle, de viol, d’inceste et lorsque la grossesse met en danger la santé mentale et physique de la mère ou la vie de la mère ou du fœtus.

71La contestation contre les réformes annoncées par le protocole de Maputo va se traduire au Cameroun par un rejet de la loi contre l’avortement et l’homosexualité (www.kaïwalaï.org), le cardinal affirmant notamment que « cela est contraire à la loi camerounaise ». La polémique va pourtant enfler et deux camps progressivement vont occuper l’espace médiatique pour s’affronter autour du protocole. D’un côté, le cardinal va multiplier les interviews, notamment au sein de sa chaîne de télévision privée Équinoxe T. V. très populaire dans la capitale économique. Paradoxalement, lors de ces interviews, le prélat ne mentionne que très rarement le lien entre le protocole de Maputo et la question homosexuelle en dehors de son interdiction par la loi. Dans une interview accordée au quotidien Mutations du 13 juillet 2009, il revient sur les motifs de la marche :

72Cette marche est uniquement pour le respect de la vie. Contre un principe immoral. L’État doit faire tout pour rectifier le tir. Cet article contredit même quelques-unes de nos lois qui interdisent l’avortement et l’homosexualité. Nous disons aux fidèles de faire attention, un avortement c’est un assassinat. C’est pourquoi l’avortement entraîne l’excommunication du fidèle. L’absolution peut être donnée uniquement par l’Évêque ou un prêtre qu’il aura délégué. Pour montrer que c’est grave de supprimer une vie innocente. (Extrait d’interview accordée à Monique Ngo Mayag, le 11 juillet 2009, publié dans Mutations du 13 juillet 2009)

73À l’image de cet extrait, il sera rarement fait mention directement d’homosexualité, mais le communiqué relayé par les médias la mentionnera régulièrement. Dans les programmes radiotélévisés du pays, l’information faisant le lien entre la sexualité défendue et le protocole de Maputo fait son chemin. Deux personnalités parmi les militants homosexuels et pro- homosexuels vont cette fois occuper à leur tour l’espace public. Il s’agit de l’avocate Alice Nkom d’ADEFHO qui sera aussi suppléée par le vice-président de son association, Sébastien Mandeng. À ces deux personnalités, il faut ajouter la voix de Steave Nemande, le leader d’Alternatives-Cameroun. Ce dernier s’est surtout illustré par un communiqué public dénonçant « l’amalgame de l’Église catholique de Douala » entre avortement et homosexualité. Par une telle méthode qui correspond au mode opératoire du président d’Alternatives depuis le début de la mobilisation, l’association amorce aussi un « retour vers l’intérieur » qui lui a fait défaut jusqu’ici dans son déploiement. Cet encadré restitue le communiqué du président d’Alternatives qui dans la foulée de cette sortie multipliera les actions médiatiques à l’intérieur du pays à la fin de cette même année.

Encadré 5. Communiqué de presse d’Alternatives sur la marche « anti-avortement et homosexualité »

Alternatives-Cameroun
Association Camerounaise pour la Défense des Droits de l’Homme
Access Centre
2178, Boulevard de la Liberté BP : 12767 Douala, Cameroun
 
COMMUNIQUE DE PRESSE
 
L’Association Camerounaise pour la défense des Droits de l’Homme, Alternatives Cameroun dénonce l’amalgame délibéré opéré par l’archidiocèse de Douala qui a lancé des pétitions et convoqué une marche dans les rues de la capitale économique du Cameroun le 11 juillet 2009. Il s’agirait de manifestations convoquées contre l’avortement et l’homosexualité présentés comme promus par le Protocole de Maputo ratifié par l’État du Cameroun. Ledit texte qui octroie, à raison, différents droits aux femmes africaines dont celui de l’avortement médicalisé ne parle d’aucune manière d’homosexualité. Plutôt que de stigmatiser l’archidiocèse devrait mieux encore se préoccuper de proposer des solutions concrètes aux problèmes que les femmes africaines rencontrent, celui du viol par exemple, utilisé comme arme de guerre dans certaines parties du continent. Observateur auprès de la Commission Africaine des droits de l’Homme et des Peuples (CADHP), Alternatives Cameroun voit une manipulation de l’archidiocèse de Douala visant à braquer l’opinion contre les homosexuels, à en faire des boucs émissaires et à influer sur la politique du gouvernement du Cameroun. Nous rappelons qu’en vertu du préambule de la Constitution du 18 janvier 1996, l’État du Cameroun est un État laïc dans lequel « la neutralité et l’indépendance de l’État vis-à-vis de toutes les religions sont garanties ».
Le Président
Douala, le 6 juin 2009. Observateur auprès de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP), Alternatives-Cameroun est l’Association pour la Liberté, la Tolérance, l’Expression et le Respect des personnes de Nature Indigente ou Victimes d’Exclusion Sociale. À but non lucratif, régie par la loi n° 90/053, elle est reconnue depuis le 27 octobre 2006. Déclaration n° 204/RDDA/C19/BAPP.
2178, boulevard de la Liberté, Douala. Tél. : (+237) 33 11 78 69. Email : alternatives.cameroun@gmail.com

Controverses médiatiques

74De son côté, l’avocate sera sollicitée par les médias pour réagir à cette actualité ; elle restera fidèle à sa ligne de défense et se présentera sur les plateaux des médias avec le texte du protocole de Maputo. Elle inaugure pour ce débat une ligne de défense inédite en faisant le lien entre violence homophobe et violence sexiste. Ce fut le cas lors d’un programme de la chaîne de télévision privée STV2 le 23 juin 2009 (voir photographie page suivante). Le débat du jour était intitulé « Controverse autour du protocole de Maputo : s’agit-il de droits reproductifs de la femme ou de légalisation de l’homosexualité au Cameroun ? ». L’émission réunissait un doctorant en anthropologie de l’université de Douala (membre d’ADEFHO) travaillant sur la problématique homosexuelle au Cameroun, la réalisatrice française du documentaire Sortir du nkuta, un prêtre du diocèse de Douala et l’« avocate des homosexuels ». Au cours de la discussion, les différentes parties campent sur des positions classiques. D’un côté, le prêtre reprend les arguments bibliques et reprécise le grief. Il dira par exemple que « le protocole de Maputo qui prétend parler de la femme est le cheval de Troie des homosexuels ». De l’autre côté, l’avocate brandit les droits de l’homme et le respect de la dignité humaine. Les deux camps sont arbitrés par le journaliste qui accentue la pression sur l’avocate en rappelant que l’homosexualité est interdite par la loi, mais en reconnaissant que, face au texte de Maputo et plus précisément à l’article 14 qu’a relu l’avocate, il n’existe pas de lien avec l’homosexualité. Le jeune anthropologue s’illustrera difficilement dans le débat, mais aura l’occasion de pointer la « manipulation des médias qui font l’amalgame entre homosexualité et avortement » ; la réalisatrice française reviendra pour sa part sur cette manipulation de l’opinion entre autres faits. Elle rejoindra également l’avocate sur l’argument du sexisme et du « machisme » tout en précisant qu’il existe aussi bien en France, dans son pays, qu’au Cameroun. Les deux derniers points de vue qui constitueront l’armature de la défense de l’avocate et des jeunes qui la remplaceront lors des débats permettent de discuter la question de l’intrication des violences homophobes et sexistes jusqu’ici « invisibles » dans le débat sur l’homosexualité.

  • 44 E. Dorlin, La matrice de la race. Généalogie coloniale de la nation française, Paris, La Découvert (...)
  • 45 www.lautrecampagne.org

75Si l’affaire des listes d’homosexuels de 2006 faisait grief à l’infamie et à la corruption, cette contre-offensive des deux entités morales que sont l’Église catholique de Douala et la presse privée inaugure l’axe de la « police du genre »44, en veillant par l’une des plus anciennes institutions à la conservation des normes symboliques. La police du genre, expliquait Elsa Dorlin, c’est le fait de rappeler de manière hétérosexiste, sexiste ou homophobe à une catégorie sociale de rester à sa place réifiée de subalterne. La philosophe précisait, dans une interview accordée au groupe militant « L’autre campagne »45, que cette « police sexuelle » intervient dès qu’il y a résistance de la part des subalternes qui, après avoir intériorisé la domination, finissent nécessairement par se rebeller.

Les participants au débat « cartes sur table » de ST2

Les participants au débat « cartes sur table » de ST2

Au centre l’animateur du programme télévisé, à gauche au milieu l’avocate, entourée de la réalisatrice française et du doctorant anthropologue ; en face d’eux, le prêtre et un autre journaliste.

Source : Archives d’ADEFHO, consultées en juillet 2010.

  • 46 C. I. Niang, « Understanding sex between men in Senegal : Beyond current linguistic and discursive (...)

76Cette situation rappelle les constats faits dans d’autres contextes africains. Pour le cas du Sénégal par exemple, Cheikh Ibrahima Niang46 a montré que la violence faite aux homosexuels notamment efféminés, goor-gigen (homme-femme), est une violence faite au genre féminin. De manière liée, au Mali, la critique du protocole de Maputo s’est articulée autour du rejet de la réforme du « code de la famille » avec pour principal point de discorde l’article 14, le haut conseil islamique estimant que le texte est contraire à la « tradition » et aux « valeurs » maliennes (voir Afrik.com du 24 août 2009). Autrement dit, l’homosexualité a ici servi de porte-voix à la critique de la dévolution à la femme du droit de disposer de sa nature de reproductrice selon ses choix propres. Cela montre que c’est d’abord le statut nouveau que va acquérir la femme grâce à son droit de disposer de son corps qui pose problème. L’homosexualité est ici un catalyseur de la colère pour mobiliser les foules pour le rejet de cette nouvelle « éthique de la liberté » sexuelle qui laisse les individus disposés de leurs corps. Au commentaire quotidien de la marche avant et après celle-ci, les médias adjoindront quasi- systématiquement les réactions de l’avocate. Quand elle ne peut pas répondre aux médias, son vice-président s’en chargera ; il sera ainsi à deux reprises sur des plateaux des radios et télévisions locales. La présence du jeune Sébastien qui, comme le président d’Alternatives, est âgé d’environ 30 ans, marque une rupture avec les événements de 2006. Tout d’abord, les médias locaux reconnaissent d’une certaine façon l’existence des associations. Contrairement aux événements des listes d’homosexuels lors desquels l’avocate était la seule à prendre véritablement la défense des prévenus homosexuels, le visage des défenseurs se diversifie. Autant Steave que Sébastien assument publiquement leur homosexualité. On est donc dans un nouveau paradigme ; ce n’est plus seulement une militante hétérosexuelle qui prend la parole, mais des jeunes « homosexuels » qui entreprennent de se défendre publiquement. Tout en stigmatisant l’homosexualité et en faisant la démonstration de sa « capacité de mobilisation », le cardinal ouvre la possibilité d’un discours et d’un débat publics sur la question de l’homosexualité au Cameroun. Cela nous fait entrevoir l’ambiguïté et l’ambivalence de la gestion médiatique de l’homosexualité qui constitue aussi l’autre élément à discuter en rapport à cet événement.

Rivalités entre leaders religieux

77L’ambivalence de cette marche homophobe est également liée à sa dimension politique. Car si le prélat de Douala a mobilisé autant de personnes, c’est aussi à des fins de démonstration personnelle de puissance face à un gouvernement auquel il s’oppose depuis de longues décennies. Plus qu’au gouvernement, il s’adresse à l’archevêque de Yaoundé, son rival jugé proche du pouvoir, même s’il fut celui qui dénonça le premier l’« invasion homosexuelle ». Le cardinal Tumi reprend donc la main dans ce débat et en restant fidèle à la position de l’Église catholique contre l’avortement, il prend de court son homologue de Yaoundé qui avait gagné en popularité en 2006, faisant oublier pour quelque temps le très populaire cardinal. Ce faisant, il repositionne la ville de Douala dans son rôle historique de « ville contestataire » et à sa « population » sa tradition perdue de démonstration de la colère. De tels constats invitent donc à chaque fois à tenir compte du jeu politique local et de la position des différents acteurs qui dénoncent l’homosexualité sur l’échiquier politique au moment où ils prennent la parole. De manière significative, au moment où le pontife de Douala lance la pétition contre l’homosexualité et l’avortement, l’Assemblée nationale camerounaise vote un projet de loi demandant l’arrêt des financements des projets d’Église sur la fortune publique. Lors de ses sorties médiatiques, le prélat de Douala dira « ne rien savoir là-dessus » (Voir Mutations du 13 juillet 2009). Pourtant une des clefs d’interprétation possible de l’événement se situe là aussi. De façon liée, on ne peut ignorer le communiqué de l’archevêque métropolitain de Yaoundé appelant les fidèles à ne pas suivre cette action du cardinal quelques jours avant :

L’on ne doit pas engager les chrétiens alors qu’aucune décision n’a encore été prise. La conférence épiscopale du Cameroun doit se réunir dans les prochains jours pour se prononcer sur la ratification du traité de Maputo […] les signatures qui sont en train d’être collectées à Douala n’engagent pas l’Église catholique et aucune marche de protestation n’est prévue le 11 juillet. (Extrait du communiqué de Monseigneur Victor Tonyé Mbakot publié par le site www.kaïwalaï le 20 juin 2009)

78Il faut donc tenir compte de la complexité des acteurs locaux sur l’arène des pouvoirs, spirituels et moraux. C’est cette complexité qui poussera le pouvoir exécutif à une neutralité et à un arbitrage mou.

L’État camerounais et la neutralité contrainte face aux homosexuels

  • 47 M. Epprecht, Hungochani : The history of a dissident sexuality in southern Africa, Montréal, McGil (...)
  • 48 F. Eboussi, La démocratie du transit au Cameroun, ouvr. cité.

79Dans la plupart des contextes africains, la réponse des États, et plus particulièrement des dirigeants politiques à la question homosexuelle, est souvent violente. Elle oscille entre insultes, déni et dénégation. Les cas les plus emblématiques sont ceux de Robert Mugabé au Zimbabwe47, et de Yowéri Muséveni de l’Ouganda, ou de Daniel Arab Moï. Après son discours fustigeant la « presse de liste » et précisant que la « vie privée est sacrée », le président du Cameroun, Paul Biya, est donc d’une certaine façon en rupture avec les habitudes politiques du continent. C’est ce qui explique qu’il soit souvent interpellé pour arbitrer le conflit qui semble désormais opposer une partie de la presse et de la « société civile » à de jeunes associations pour les droits des « homosexuels ». Cela permet de voir en quoi la lutte actuelle se démarque des modes d’agrégation collectifs ayant historiquement caractérisé les conflits sociopolitiques au Cameroun ; que ce soient ceux liés au mouvement nationaliste les contestations pour une réforme en vue de la démocratie multipartite initiées par les étudiants48. En effet, depuis le début de la mobilisation, les deux associations contre l’ordre sexuel ne se seront jamais vraiment opposées à l’État au sens où ce dernier pourrait être désigné comme l’« ennemi à abattre ». Tour à tour, les associations vont s’illustrer par l’interpellation de l’État, à la fois comme « figure protectrice » et garant de l’État de droit, mais toujours avec des formulations qui en font un « allié » potentiel vers la dépénalisation des pratiques homosexuelles. Lors de l’interview accordée à Radio France international (RFI), l’avocate revient sur la « confiance placée dans les dirigeants du pays » en citant littéralement un paragraphe du discours du président :

  • 49 Interview donnée par Maître Alice Nkom sur RFI le 21 août 2007, édition du journal Afrique de 5 h  (...)

Le Président de la République a rappelé en 2006 que : « La société de liberté et de progrès que nous nous efforçons de bâtir implique l’attachement commun aux institutions démocratiques […] écrire, communiquer c’est certes une façon d’exprimer sa liberté. Mais cette liberté connaît des limites qu’impose le respect de la vie privée […] » Voyez-vous, le Président de la République n’exclut pas les homosexuels du respect de la vie privée de tout être humain.49

  • 50 M. Bernstein, « Celebration and suppression : The strategic uses of identity by the lesbian and ga (...)

80Dans le même sens, une lettre ouverte au président de la République que publie Alternatives- Cameroun en juin 2007 mentionne le rôle du chef de l’État et cite son discours de février 2006 comme progressiste, tout en l’exhortant à faire respecter cette vie privée pour tous les citoyens. Ce parti pris de « pacte » avec le pouvoir peut se lire sous un angle double : d’une part, l’État représenté par les individus listés (voir chapitre 1) a été mis en accusation par la presse et une partie de la société ; il est donc du côté des victimes de la cabale publique au même titre que les présumés homosexuels défendus par l’ADEFHO et Alternatives-Cameroun. Ce n’est donc pas que la figure tutélaire de l’État qu’interpellent les militants. D’autre part, comme l’a montré Mary Bernstein50, l’interaction entre les militants et les acteurs politiques (state actors) dépend de l’environnement politique, mais aussi de l’opposition (sociale) à laquelle ils font face. Ce complexe des acteurs va aussi déterminer le déploiement des catégories discursives de la part des activistes et militants. On peut donc comprendre pourquoi l’État ici est un presque allié pour les militants de l’homosexualité, même s’il laisse accentuer la répression pour se distancier de la critique de l’opinion publique. Une telle situation mettant en scène un « État-victime », attaqué par d’autres acteurs comme le montre l’affront fait par la presse et les religieux, indique que les sources d’autorité et d’influence sur la société sont plurielles. Cette pluralité de l’opposition à l’homosexualité et la réponse donnée par les sujets associatifs invitent également à rediscuter la conceptualisation des mouvements sociaux africains essentiellement dans leur rapport à l’État. Les situations que nous venons de décrire suggèrent que l’État n’est plus la principale source du pouvoir au sein de la société, pas plus qu’il ne détient la capacité exclusive d’infliger la souffrance à des agents sociaux. La contre-mobilisation de l’Église catholique et la relative inefficacité de l’alliance symbolique entre sujets associatifs et État, matérialisée par le discours du président de la République et la référence à ce dernier par les militants, invitent à tenir compte de ce que, même en Afrique, la politique institutionnelle ne représente plus un espace unique, unifié et homogène ; l’État comme organisateur exclusif des rapports sociaux semble « défunt ».

  • 51 E. A. Armstrong et M. Bernstein, « Culture, power and institutions : A multi-institutional politic (...)
  • 52 E. Sall, « Social Movements in the renegotiation of the bases for citizenship in west Africa », Cu (...)

81C’est donc une « approche multi-institutionnelle du politique » telle que prônée par Armstrong et Mary Bernstein51 qui est pertinente pour comprendre la rhétorique de la réponse des militants. La même approche explique le jeu de chaises musicales qui suivra dans le leadership de la dénonciation de l’homosexualité (entre État et Église catholique par exemple). Elle éclaire la situation d’un État pris dans l’étau de l’accusation d’homosexualité. Du coup, tout affrontement avec lui de la part des militants semble inapproprié. Aussi, la stratégie de l’activisme émergeant puise dans le répertoire des droits de l’homme (pour ADEFHO) et laisse de côté l’« identité homosexuelle » que porte l’activisme européen ou sud-africain par exemple et vers lequel ces acteurs extérieurs tentent de le pousser (nous le verrons dans le chapitre 4 avec les tensions entre Alternatives-Cameroun et Africa-gay, le réseau interassociatif impulsé par Aides). Ici, au contraire, la stratégie consiste à ne pas s’opposer de manière frontale au pouvoir exécutif, mais à déployer une rhétorique qui concilie la pratique homosexuelle avec les idéaux « républicains » de respect de la vie privée des individus et des discours normatifs transnationaux comme celui des droits de l’homme. On est donc aussi en plein dans les « luttes africaines » de l’après « démocratisation », perçues comme combats de renégociation de la citoyenneté ; Ebrima Sall52 parle de « social movement in the renegociation of the bases of citizenship » et affirme que ces dernières luttes posent la question du vivre ensemble et de la citoyenneté (« belonging and citizenship »), c’est-à-dire « how societies [in Africa] try to secure the access of the public spheres, that are themselves in the process of being transformed […] ». Mais l’arbitrage de l’État n’ira pas que dans le sens de l’apaisement, après avoir accusé le coup de l’affaire des listes, il essayera aussi de reprendre son rôle de leader moral face à l’homosexualité.

82L’objectif de ce chapitre était de cerner la naissance de la « cause homosexuelle » au Cameroun. Les analyses qui précèdent suggèrent que les sujets associatifs se sont illustrés selon un triple schéma : tout d’abord, saisissant l’opportunité des arrestations des présumés homosexuels, une association constituée autour d’un axe juridique bien avant ces événements s’est imposée dans l’espace public en ralliant aussi une rhétorique de l’humanitaire transnational bien huilée autour des droits de l’homme. Un second axe dit de droit à la santé, relaie dans un premier temps un réseau informel de soins apportés par des pairs aux pratiques homosexuelles ; il table lui aussi sur l’actualité de la médiatisation de l’homosexualité à l’interface d’une autre catégorie éprouvée à l’international : c’est le péril sanitaire des MSM face au sida que les politiques publiques de lutte contre le sida ne constituent pas vraiment en priorité. Enfin, au sein d’une association qui offre des soins et fait de la prévention contre la pandémie du sida entre autres activités, des acteurs organisés dans un réseau « contraignent » la structure qui les reconnaissait de manière tacite à le faire publiquement et à leur donner plus de moyens. Trois dynamiques particulières de mobilisation, trois modalités de la « visibilisation » et de la lutte pour la reconnaissance des individus aux pratiques homosexuelles, cependant contestée par des acteurs institutionnels que sont l’Église catholique et l’État.

Notas

1 N. Dodier, Leçons politiques de l’économie de sida, Paris, Éditions de l’EHESS.

2 M. Wieviorka et F. Dubet éd., Penser le sujet. Autour d’Alain Touraine, Paris, Fayard, 1995.

3 Sur ce point, M. Epprecht, « Sexual minorities, human rights and public health strategies in Africa », African Affairs, vol. 111, no 443, 2012, p. 223-243.

4 Voir par exemple M. Gevisser et E. Cameron éd., Defiant Desire : Gay and lesbian lives in South Africa, New York, Routledge, 1995, p. 13 ; voir également la contribution de A. Currier, Out in Africa : LGBT Organizing in Namimbia and South-Africa, Minneapolis, University of Minneapolis Press, 2012, p. 13.

5 Quelques exemples d’études déterminantes au tournant des années 2000 : Kenya National AIDS and STI Control Programme (NASCOP), « Most at Risk Populations – MARPs », Kenya, Kenyatta Hospital Grounds, 2011. En ligne : [http://nascop.or.ke/marps/] ; C. I. Niang, M. Diagne, Y. Niang, A. Mody Moreau et al., Meeting the sexual health needs of men who have sex with men in Senegal, New York, Population Council, 2002 ; D. Allman, S. Adebajo, T. Myers, O. Odumuye et S. Ogunsola, « Challenges for the sexual health and social acceptance of men who have sex with men in Nigeria », Culture, Health and Sexuality, vol. 9, no 2, 2007, p. 153-68 ; National AIDS Control Council (NACC) of Kenya and Population Council, « The overlooked epidemic: addressing HIV prevention and treatment among men who have sex with men in sub-Saharan Africa, report of a consultation, Nairobi, Kenya, 14-15 May 2008 », Nairobi, Population Council, 2009. En ligne : [http://www.popcouncil.org/pdfs/HIV_KenyaMSMMeetingReport.pdf].

6 Voir Vinh-Kim Nguyen, « Sida, ONG et la politique du témoignage en Afrique de l’Ouest », Anthropologie et Sociétés, vol. 26, no 1, 2002, p. 69-87.

7 Voir la réflexion de C. Broqua, « L’émergence des minorités sexuelles dans l’espace public en Afrique », Politique africaine, no 126, 2012, p. 5-23.

8 HRW, ADEFHO, Alternatives-Cameroun et ADEFHO, rapport mai 2010, p. 5.

9 S. C. Abega, « La violence endémique en Afrique », Bulletin de l’APAD, no 25, 2003.

10 D. Fassin, Quand les corps se souviennent : Expériences et politiques du sida en Afrique du Sud, Paris, La Découverte, 2006.

11 D. Fassin, ibid.

12 C. I. Niang, P. Tapsoba, E. Weiss et al., « “It’s raining stones” : stigma, violence and HIV vulnerability among men who have sex with men in Dakar, Senegal », Culture, Health & Sexuality, vol. 5, no 6, 2003, p. 49-512.

13 D. Veena et al. éd., Remaking a world : violence, social suffering, and recovery, Berkeley and Los Angeles, University of California Press, 2001.

14 Entretien, Douala, février 2009.

15 C. Tilly, From mobilization to revolution, Reding, Addison-Wesley, 1978.

16 O. Fillieule, Les théories de l’action collective, Paris, L’Harmattan, 1993.

17 N. Fraser, « Rethinking recognition », New Left Review, 3, 2000, p. 107-120.

18 M. Pollak, « Histoire d’une cause », L’homme contaminé. La tourmente du sida, C. Thiaudière éd., Paris, Autrement, 1992, p. 24-39.

19 D. Fassin, Quand les corps se souviennent, ouvr. cité.

20 S. Ropp, T. Risse, K. Sikkink éd., The Power of Human Rights : International Norms and Domestic Change, Cambridge, Cambridge University Press, 1999.

21 Ibid., p. 1-38.

22 Interview donnée par Maître Alice Nkom sur RFI le 21 août 2007, édition du journal Afrique de 5 h 30, 6 h 30, 7 h 30 (propos recueillis par Bernard Najotte).

23 M.-E. Pomerolle, « La démobilisation collective au Cameroun. Entre régime postautoritaire et militantisme extraverti », Critique internationale, no 40, 2008, p. 73-94.

24 Voir M. Epprecht, « Sexual minorities, human rights and public health strategies in Africa », African Affairs, vol. 111, no 443, 2012, p. 223-243.

25 R. Morgan et al., « Creating memory, and disseminating life stories of LGBTI living with AIDS », From Social Silence to Social Science. Same Sex Sexuality, HIV &AIDS and Gender in South-Africa, V. Reddy, T. Sandfort, L. C. Rispel éd., Cape Town, HSRC Press, 2009, p. 117-125.

26 M. Voegtli, « Émergence, constitution et diversification d’une cause. Processus de mobilisation, identités collectives et socialisations militantes dans l’espace associatif homosexuel et de lutte contre le sida en Suisse (1980-2005) », thèse de sociologie, Paris, EHESS et Lausanne, Université de Lausanne, 2009, p. 200.

27 R. Wittorski, Professionnalisation et développement professionnel, Paris, L’Harmattan, 2007.

28 J. Coenen-Huther, Sociologie des élites, Paris, Armand Colin, 2004.

29 Ibid., p. 110.

30 Ibid.

31 F. Eboko et Y.-P. Mandjem, « ONG et associations de lutte contre le sida au Cameroun. De la subordination vers l’émancipation à l’heure de l’accès aux traitement antirétroviral », Accès Décentralisé au Traitement du VIH/Sida : Évaluation de L’expérience Camerounaise, F. Eboko, C. Abé et C. Laurent éd., Paris, ANRS, p. 269-285.

32 Ibid., p. 272.

33 J.-F. Bayart, « L’Afrique dans le monde : une histoire d’extraversion », Critique internationale, vol. 5, no 1, 1999, p. 97-120.

34 L. Atlani-Duault, « Les ONG à l’heure de la bonne gouvernance », Autrepart, no 35, 2005, p. 3-18.

35 Ici, toutes les associations historiques situées dans les pays du Nord mais aussi en Afrique du Sud, qui soutiennent de manière explicite et active (à la fois financièrement, mais aussi symboliquement) les jeunes associations. Les plus actives ici, Aides et l’InterLGBT (France), Behind the Mask et Ilghra (Afrique du Sud), Ilga (Belgique).

36 K. Delaunay, « Des groupes à risque à la vulnérabilité des populations africaines, discours sur une pandémie », Autrepart, no 12, 1999, p. 37-51.

37 Ibid.

38 Déclaration des droits sexuels de l’IPPF, Londres, IPPF, 2008, en ligne : [www.ippf.org/sites/default/files/ippf_sexual_rights_declaration_french.pdf].

39 V.-K. Nguyen, « Sida, ONG et la politique du témoignage en Afrique de l’Ouest », Anthropologie et sociétés, vol. 26, no 1, 2002, p. 69-87.

40 L. Vidal, Le silence et le sens. Essai d’anthropologie du sida en Afrique, Paris, Antropos-Economica, 1996.

41 V.-K. Nguyen, « Sida, ONG et la politique du témoignage en Afrique de l’Ouest », art. cité, p. 70.

42 F. Eboko, B. Bourdier, C. Broqua éd., Les Suds face au sida. Quand la société civile se mobilise, Paris, IRD Editions, 2011.

43 F. Eboussi, La démocratie de transit au Cameroun, Paris, L’Harmattan, 1997.

44 E. Dorlin, La matrice de la race. Généalogie coloniale de la nation française, Paris, La Découverte, 2006.

45 www.lautrecampagne.org

46 C. I. Niang, « Understanding sex between men in Senegal : Beyond current linguistic and discursive categories », The Routledge Handbook of sexuality, Health and Right, P. Aggleton et P. Richard éd., Londres, Routledge, 2010.

47 M. Epprecht, Hungochani : The history of a dissident sexuality in southern Africa, Montréal, McGill/Queen’s University Press, 2004.

48 F. Eboussi, La démocratie du transit au Cameroun, ouvr. cité.

49 Interview donnée par Maître Alice Nkom sur RFI le 21 août 2007, édition du journal Afrique de 5 h 30, 6 h 30, 7 h 30 (propos recueillis par Bernard Najotte).

50 M. Bernstein, « Celebration and suppression : The strategic uses of identity by the lesbian and gay movement », American Journal of Sociology, vol. 103, no 3, 1997, p. 531-565.

51 E. A. Armstrong et M. Bernstein, « Culture, power and institutions : A multi-institutional politics approach to social movements », Sociological Theory, 26, 2008, p. 74-99.

52 E. Sall, « Social Movements in the renegotiation of the bases for citizenship in west Africa », Current Sociology, vol. 52, 2004, p. 595-614.

Índice de ilustraciones

Título Les participants au débat « cartes sur table » de ST2
Leyenda Au centre l’animateur du programme télévisé, à gauche au milieu l’avocate, entourée de la réalisatrice française et du doctorant anthropologue ; en face d’eux, le prêtre et un autre journaliste.
Créditos Source : Archives d’ADEFHO, consultées en juillet 2010.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/14594/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 162k

© ENS Éditions, 2019

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Acceso exclusivo

open access

Brindado por L’éditeur de ce site