Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sexe et ses doubles

 | 
Patrick Awondo

Chapitre 1

Panique homosexuelle et figures du procès postcolonial

Texte intégral

  • 1 On s’inspire ici des remarques de L. Bourquin et P. Hamon éd., La politisation. Conflits et constr (...)
  • 2 Voir le documentaire « Les homosexuels sont parmi nous » de Jean Materne Ndi, CRTV, 1992.
  • 3 Sur ces rumeurs et faits divers, voir par exemple, « Homosexualité : les pédés sont parmi nous », (...)
  • 4 Et dans d’autres pays africains aussi. Sur l’antériorité d’une visibilité des homosexuels et leur (...)
  • 5 Voir pour cette notion, L. Boltanski, L’amour et la justice comme compétences. Trois essais de soc (...)
  • 6 L. Bourquin et P. Hamon, La politisation, ouvr. cité, p. 10.

1L’objectif de ce chapitre est double. Il s’agit, d’une part, de saisir à grands traits les modalités de l’énonciation médiatique de l’homosexualité. D’autre part, il s’agit de s’interroger sur les figures de la politisation et les formes de conflit auxquelles donne naissance une telle énonciation, en sachant que le conflit construit le politique1, il existe un lien étroit entre les conflits et la politisation, dans la mesure où les conflits dans leur diversité révèlent l’étendue de la politisation (en termes de montée en généralité par exemple), tout autant qu’ils l’alimentent. Le politique s’envisage alors comme une dimension que possède ou non un conflit. Car au-delà de sa pénalisation par la loi camerounaise évoquée en introduction, l’homosexualité devient un fait de discussion publique avec la publication des listes de personnalités présumées homosexuelles en janvier 2006 par trois organes de presse privés. Il n’est pas sûr que la déferlante de dénonciation de l’homosexualité au Cameroun soit réductible à cette « affaire des listes » ; on se souvient qu’en 1992, par exemple, un documentaire de la chaîne de télévision nationale (CRTV) a consacré deux heures à cette question2. L’émission qui mettait en scène des interviewés dans différents lieux des villes de Yaoundé et de Douala (dont des bars, boîtes de nuit et hôtels de luxe) ne donna pas lieu en son temps à un scandale public ; pas plus que des articles récurrents dans les rubriques « faits divers » de la « presse libre » depuis les années 1990. De même, les Camerounais, depuis 1985, ont été habitués par la télévision à nombre de personnages « androgynes », notamment un danseur connu sous le nom d’Ayissi Le Duc (qui sera d’ailleurs cité dans l’une des listes de la presse), autour de qui les allusions d’homosexualité ne manquaient pas3. Il convient donc d’abandonner ou du moins de relativiser l’hypothèse selon laquelle c’est la médiatisation ou la publicisation de l’homosexualité per se qui pose problème dans les événements survenus au Cameroun en 20064. En revanche, il faut se tourner vers la politisation de cette sexualité au sens où Bourquin et Hamon analysent ce phénomène dans l’histoire politique de l’Europe. On peut en effet parler de politisation en lien avec les conflits entre la presse privée et l’État d’une part, et entre une partie des Camerounais et la minorité aux pratiques homosexuelles d’autre part. On pourrait y ajouter une troisième dimension entre acteurs moraux nationalistes et anciennes puissances colonisatrices à l’avant-garde de la lutte pour les minorités sexuelles. Tout ce débat homosexuel s’est relié de plus en plus à l’espace public et à la notion du « commun », notamment de la « morale commune », questionnée, comme nous le verrons dans la suite de la réflexion. Il y a donc politisation par le conflit qui s’exprime en des « termes toujours plus généraux ». Cette politisation est exclusive des « listes » dans la presse et renvoie à un double mouvement ; d’une part, une « montée en généralité »5, qui décrit l’expression de l’homosexualité « en termes toujours plus généraux et publics, plus reliés à la notion de bien commun »6. D’autre part, nous faisons nôtre l’hypothèse des deux auteurs sur la « construction de la sphère politique » par le conflit. Il s’agit de montrer que par la mise en procès de l’État et plus généralement de l’« élite sociale », mais aussi des leaders moraux internationaux que sont les puissances libérales et les organisations internationales à travers l’homosexualité, le conflit qui émane de cet affrontement devient politique ; le politique étant ici lié à l’énonciation/dénonciation de l’homosexualité tout autant qu’à la légitimation d’une parole publique sur l’homosexualité.

L’« affaire des listes d’homosexuels » dans la presse privée : un paradigme du procès postcolonial ?

  • 7 Voir La Météo, no 99 du 11 janvier 2006.
  • 8 Le directeur de publication de ce journal sait qu’il va au-devant de procès ; pour s’en prémunir, (...)

2Par un article, titrant à son une du 11 janvier 2006 « Mœurs : homosexualité au sommet de l’État », le journal La Météo7 ouvre le bal des listes d’« homosexuels du Cameroun ». L’article suivi par une liste de onze noms classe sans véritable critère de rangement les personnalités, pour la plupart politiques et/ou médiatiques, qui se livreraient à des pratiques homosexuelles. Parmi ces personnalités, d’anciens ministres des gouvernements des deux dernières décennies, mais aussi des artistes internationalement connus, des sportifs de haut niveau et des membres du clergé local. Le 24 janvier 2006, une deuxième liste est publiée par un autre hebdomadaire, L’Anecdote qui titre en première ligne : « Déviance : la liste complète des homosexuels du Cameroun ». Le commentaire qui insère habilement le concept de « présumés homosexuels8 » énumère une cinquantaine de noms d’individus dans un dossier de quatre pages ; la liste fait office de « Top 50 des homosexuels présumés » et présente un caractère « people » à la suite du dossier de La Météo. On y retrouve quatre rubriques : 1- Gouvernement et entreprises (pour entreprises parapubliques), 2- Société civile, 3- Opérateurs économiques, 4- Culture et sport. Il y a donc ici un ciblage plus précis et une classification qui s’élargit en joignant des photographies des personnalités et des abstracts descriptifs des écarts « homosexuels » de chacune d’elles. Une troisième liste arrive dans la foulée, publiée par le bihebdomadaire Nouvelle Afrique du 26 janvier 2006 avec en titre : « Homosexualité : voici les pédés de chez nous ». L’originalité du document est d’établir une petite fiche accolée au nom de chacune des personnalités citées. Fiche en quelque sorte signalétique des « états de service homosexuels » des individus incriminés en indiquant nom, prénom et fonction, entre autres. Certains noms se retrouvent dans les trois listes, notamment les personnalités politiques historiques telles que le premier président de la République, un ancien secrétaire général de l’OUA (Organisation de l’unité africaine), désormais UA (Union africaine) ; mais aussi des personnalités actuelles (ministres et directeurs généraux) dont le ministre de la Communication au moment de la publication des listes, le ministre de l’Intérieur toujours en poste au moment de notre rédaction, tout comme le ministre Chargé des relations avec les assemblées.

  • 9 Lire l’analyse de F. Soudan, « Lynchage sur tabloïds », Jeune Afrique, 12 mars 2006.
  • 10 Sur les procès ayant suivi l’« affaire des listes », voir S. C. Abega, « La presse et l’État. L’ex (...)
  • 11 Sur la chronologie rapide des réactions aux listes, voir F. Eboussi, « L’homosexualité au Cameroun (...)
  • 12 Haman Mana interroge cette étrange invention qu’est le « journalisme de listes » dans les colonnes (...)
  • 13 Sur cette notion, voir J.-F. Bayart, L’État au Cameroun, Paris, Presses de la Fondation nationale (...)
  • 14 Une affaire proche avait défrayé la chronique dans la presse ivoirienne en 1998 ; mais c'est alors (...)
  • 15 Voir L. Lado, « L’homophobie populaire au Cameroun », Cahiers d’études africaines, no 204, 2011, p (...)
  • 16 Une hypothèse très relayée par la rue qui y a vu une bataille de tranchées entre prétendants aux p (...)

3Comme on peut le voir, les listes concernaient prioritairement des hommes et femmes célèbres pour des faits politiques (ministres et directeurs généraux de sociétés publiques et parapubliques), artistiques et culturels (musiciens et chanteurs internationalement reconnus), religieux (évêques et prêtres principalement catholiques), ou encore sportifs (footballeurs de haut niveau). Cet événement a mis l’homosexualité sur la place publique, non sans renforcer la stigmatisation de ceux qui en étaient soupçonnés. De fait, prises de court par ces accusations, certaines des personnalités listées réagissent par des procès contre les journaux pour tenter de se sortir de ce « lynchage sur tabloïds »9, et obtiennent la condamnation de quelques directeurs de publications10. D’autres personnalités listées restent silencieuses, craignant d’ajouter à la polémique et de se voir davantage éclaboussées par le scandale. En partie attaquées par les trois journaux, les plus hautes sphères de l’État – onze ministres et anciennes personnalités figurent dans les listes – s’indignent par le biais du président de la République lui-même lors de son traditionnel discours du 10 février marquant la célébration de la fête de la jeunesse11. Si le chef de l’État dénonce le non-respect de la déontologie de la part des « journaux de listes »12, et relègue à la « sphère privée » la vie sexuelle, les pouvoirs publics qu’il représente laissent s’accentuer la répression contre des « cadets sociaux »13 accusés d’homosexualité pour tenter de regagner les faveurs de l’opinion médiatique. Ce conflit avec l’État sur l’homosexualité – dans le sens où le Cameroun est quasiment le seul pays d’Afrique où la critique de ce fait s’articule à celle des dirigeants politiques14 – a donné lieu à plusieurs interprétations. Ludovic Lado y voit le signe d’une « homophobie populaire »15. Pour cet auteur, le débat orchestré par la presse privée serait une manifestation des « résistances locales à l’épreuve de la mondialisation », les « États Africains » devant affronter en même temps les injonctions internationales au respect des minorités sexuelles et le rejet local de telles injonctions. Ces listes seraient aussi un symbole du « malaise de la modernité africaine », avec un « fossé entre l’élite et la populace » qui provoquerait une « crise de justice sociale ». Cette « homophobie polaire » saisie par Lado court pourtant le risque de réduire le rejet de l’homosexualité à une question de « classe sociale », comme s’il ne se trouvait pas de figures élitistes pour dénoncer l’homosexualité. D’autres encore y décèlent une dimension d’affrontement au sein de la classe politique, dont certains membres useraient du stigmate d’homosexualité pour délégitimer une partie de leurs adversaires16. Nadine Machikou montre de ce point de vue que

  • 17 Sur ce point, N. Machikou, « La liste des “homosexuels de la République” : chronique d’une dépacif (...)

la fabrique de ce scandale ne peut être comprise en dehors de l’ambiguïté de la situation post-autoritaire : comment passe-t-on de l’ethos de l’un marqué par une relative « non-compétition » à une reconnaissance de l’autre comme partenaire du jeu politique.17

4Pour la politologue, le contexte camerounais serait « marqué par les effets d’une gouvernementalité productrice de violence et de domination » ; se profilerait ainsi à travers l’homosexualité, « un processus de fond […] celui de la dureté d’une situation post-autoritaire qui amplifie le poids de la sexualité en tant qu’occasion permanente de désordre ».

  • 18 Voir C. Gueboguo, La question homosexuelle en Afrique. Le cas du Cameroun, Paris, L’Harmattan.
  • 19 M. King, « Homosexuality in Cameroon’s public sphere : rejecting homosexuality as protest against (...)

5Une telle lecture de la polémique sur l’homosexualité comme cache-sexe d’une situation sociopolitique particulièrement en crise se rapproche du point de vue de Charles Gueboguo18, ou de celui de Micah King19. Pour ces auteurs, le procès de l’homosexualité est en partie instrumentalisé par l’« opinion publique » pour protester contre les abus des dominants ; à la fois les dirigeants politiques, mais aussi l’« impérialisme occidental ». La cabale anti-homosexuelle agirait à la façon d’un

  • 20 Voir P. Awondo, « L’homosexualité dans les représentations sociales camerounaises ». En ligne : [h (...)

[…] bouc émissaire comparable au rituel d’inversion qui permet au groupe de trouver des objets de substitution vers lesquels s’évacuent les conflits et les tensions sociales dans un moment où l’ascenseur social semble bloqué.20

  • 21 Voir P. Akana, « Les arguments contre l’homosexualité », Terroirs, no 1-2, 2007, p. 239-252.
  • 22 F. Eboussi, « L’homosexualité au Cameroun : problème politique ? », art. cité, p. 6.
  • 23 Voir La Météo, no 99 du 11 janvier 2006.
  • 24 L’article 347 bis du code pénal camerounais punit d’une peine d’emprisonnement de six mois à cinq (...)
  • 25 S. C. Abega, « La presse et l’État », art. cité.
  • 26 Il faut néanmoins observer que le fait de figurer sur une liste n’a aucune incidence sur la foncti (...)

6Si d’autres arguments de rejet de cette orientation sexuelle comme celui de l’« inauthenticité […] c’est-à-dire son extériorité à la culture africaine »21 sont évoqués, la plupart des analyses articulent prioritairement l’« affaire des listes » à une vision d’affrontement entre l’élite politique et une partie de la population par presse interposée. Pour Fabien Eboussi, cette pratique de listes fut « une occasion favorable pour poser de graves et décisifs problèmes politiques concernant la légitimité de ceux qui sont au pouvoir par la manifestation au “peuple camerounais” de leur indignité morale »22. Ainsi, en nommant explicitement les auteurs présumés parmi l’élite nationale, d’une « pratique immorale » du point de vue des représentations collectives, ces journalistes désigneraient les « coupables » de la dérive du pays. Accuser ces personnes de s’adonner à une « pratique honteuse »23 reviendrait à reconnaître publiquement la défaillance des hommes de pouvoir dénoncés pour transgresser la loi dans un contexte où l’homosexualité est prohibée24. De la sorte, « c’est aussi poser la question de leur désignation, des mécanismes qui ont présidé à leur sélection et hypothéquer leur longévité au poste qui leur a été confié »25. Si les ministres et autres directeurs généraux listés sont « coupables » de tels délits, cela questionne l’État26.

7Au-delà des commentaires particuliers sur des individus, les articles et réactions qu’ils vont déclencher dégagent quelques traits généraux qui autorisent une réflexion sur l’ensemble du traitement médiatique réservé à l’homosexualité. Les articles qui accompagnent les différentes listes recoupent trois griefs principaux : tout d’abord un lien étroit est établi entre perversion, vice homosexuel et pouvoir politique, ensuite entre prostitution, droit de cuissage, corruption et homosexualité au sein de l’appareil d’État et, enfin, entre homosexualité et « occulte » que subsume l’idée selon laquelle cette sexualité serait un symbole de la « puissance invisible ». D’où son interprétation comme rituel de passage de pouvoir mais aussi signe de ralliement à des cercles ésotériques (Rose-Croix, franc-maçonnerie, Rameau d’or, etc.). Cette dernière catégorie impliquant un lien étroit entre cercle de pouvoir, « occulte » et complot des puissants contre les plus faibles, frappe définitivement d’opprobre l’orientation homosexuelle. Une variante de la thèse « conspirationniste » ici est principalement liée à l’explication de l’origine de l’homosexualité dans l’appareil d’État en la ramenant à la période de la décolonisation ; en l’érigeant en symbole de la compromission servile entre les anciens colons et les héritiers indigènes décolonisés. Il y a donc mise en procès du pouvoir incarné par les hommes d’État listés ; il y a aussi un commentaire de l’« actualité » du pays recoupant les thématiques à la mode dans la vie publique : la visibilité des homosexuels, la corruption, le népotisme, l’impérialisme culturel, la pédophilie dans l’Église catholique, le droit de cuissage sans que celui qui s’exerce sur les femmes soit considéré comme problématique. Il y a enfin la figure des « tensions postcoloniales » portées par l’imputation de l’homosexualité à des personnages de l’époque coloniale ; ce qui constitue aussi une figure de la dénégation de l’homosexualité « classique » sur le continent.

  • 27 Voir S. Cohen, Folk Devils and Moral Panics : The Creation of the Mods and Rockers, Oxford, Martin (...)
  • 28 Lire D. Éribon, Réflexions sur la question gay, Paris, Fayard, 1999 ; F. Tamagne, Histoire de l’ho (...)
  • 29 J. Tonda, Le Souverain moderne. Le corps du pouvoir en Afrique centrale (Congo, Gabon), Paris, Kar (...)
  • 30 Nous renvoyons au second chapitre le lien entre l’« occulte » et l’homosexualité, tellement fort d (...)

8Cette énonciation de l’homosexualité emprunte deux canaux. Tout d’abord, une approche par la « panique morale »27 orchestrée par la presse privée en relayant des rumeurs récurrentes sur l’homosexualité des hommes publics par l’actualisation de la figure de l’« infamie » connue ailleurs et en d’autres temps28 ; ce qui fait donc de cette médiatisation un commentaire social d’un phénomène qui gagne en visibilité. Ensuite, nous nous attardons sur l’énonciation de l’homosexualité en tant que « structure de causalité »29 et « idiome » d’interprétation de l’actualité politique où se réactive la mémoire du présent (entre crise culturelle et dysfonctionnement institutionnel). Cette mémoire est ici exemplifiée par l’intrication entre dénonciation de l’homosexualité comme pratique « occulte30 », et flétrissement d’une classe dirigeante « corrompue ».

Croisade morale et homosexualité

  • 31 K. Barber, « Preliminary notes on audiences in Africa », Africa, vol. 67, no 3, 1997, p. 347-362.
  • 32 B. White, « La quête du lupemba : rumeurs, réussite et malheurs en République démocratique du Cong (...)

9La « croisade » engagée par les acteurs de la presse privée oscille également entre rejet de l’homosexualité et « moralisation des mœurs politiques ». Les récits et commentaires mis en avant par les analystes donnent des « informations » qui permettent au grand public de « juger » le statut privilégié des puissants et des politiques. Ils tendent aussi à désigner les coupables de la dérive du pays. On ne peut donc séparer ce travail de la presse de ses considérations morales. Mais à quoi le concept moral renvoie-t-il ici ? Analysant les rumeurs autour de riches personnalités au Nigéria31, Karin Barber a montré qu’elles portaient d’abord sur l’origine de leurs fortunes. Bob White32 a semblé confirmer ce trait caractéristique des rumeurs à Kinshasa dans un travail sur « la quête de la réussite » ; pour lui, les artistes qui se sont élevés au rang de véritables « stars » doivent faire face à des bruits autour des « causes » de leur succès, vu comme tenant de « sacrifices humains ». L’idée de sacrifice « occulte » pour expliquer la réussite des artistes amène l’auteur à lier cette « conversation publique » à l’hypothèse émise par Paul Farmer du « baromètre moral ». Ainsi s’explique chez Bob White la dialectique entre la rue, les médias, la rumeur et la célébrité de certains personnages publics :

  • 33 B. White, ibid., p. 63.

En passant par la rue, mais aussi par les journaux et la télévision, les rumeurs […] articulent la tension entre réussite individuelle et responsabilité sociale, agissant comme une sorte de courroie entre les élites et les masses.33

10Il y a donc une relation dialogique entre les deux catégories.

  • 34 J.-F. Bayart, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard, 1989.
  • 35 Voir par exemple les réflexions d’Habibou Bangré, « L’Afrique est-elle homophobe ? », Jeuneafrique (...)
  • 36 J.-F. Bayart, « La démocratie à l’épreuve de la tradition en Afrique subsaharienne », Pouvoirs, vo (...)

11L’idée de la morale associée à l’homosexualité semble ainsi porter sur le « comportement » des « élites sociales »34 : à la fois l’« immoralité » de leur démarche d’accès aux privilèges (d’où la critique de la conspiration dans des cercles ésotériques avec une homosexualité « magico-rituelle »), mais aussi l’injustice dans leur gestion quotidienne des biens communs (lien homosexualité-corruption, stigmatisation de la « promotion canapé »). Nous verrons dans la première partie que la rumeur occupe une place centrale dans la matière brute des genres énonciatifs de l’homosexualité. Ces registres critiques ne sont toutefois pas homogènes puisque cette presse est elle-même divisée sur la question de ce que nous qualifions de « devoir de stigmatisation » de l’homosexualité ; ce qui constitue un fait inédit sur le continent africain, du moins dans l’analyse de l’« homophobie africaine » souvent présentée comme uniforme et généralisée35. Cette démarche permet de cerner le jeu des acteurs autour de l’homosexualité ; car ces acteurs ne sont pas homogènes, et la condamnation ou la stigmatisation de l’homosexualité n’est pas non plus unanime, pas plus qu’elle n’adopte les mêmes canaux et répertoires. Ces acteurs n’ont pas la même position sur l’échiquier social ou politique et ne pèsent pas le même poids symbolique dans la société. Par exemple, la stigmatisation de l’orientation homosexuelle portée par l’archevêque métropolitain de Yaoundé n’a pas le même poids ni la même finalité que celle des étudiants réunis en association pour dire « non à l’homosexualité » ; même si elle peut emprunter les mêmes canaux et répertoires moraux, elle n’est pas conduite de la même façon ; le « collectif des magistrats » qui s’attaque à une juriste qui défend des présumés homosexuels n’a pas le même destin téléologique que la dénonciation des « journalistes de listes ». Il s’agit en gros d’historiciser la mise en discours de l’homosexualité, car elle est « politiquement polysémique »36. Nous entendons donc démêler les répertoires du politique auxquels elle donne sens, en analysant les modes de leur énonciation et en identifiant les différents groupes porteurs.

  • 37 Sur les fractures du monde journalistique au Cameroun, Thomas Atenga, « Pius Njawé (1957-2010) : p (...)
  • 38 Ce sont là trois des quotidiens privés les plus lus d’après le classement Médiacam 2005. Leur dime (...)
  • 39 Il faut remarquer par exemple que La Météo n’en était même pas encore à sa centième publication ; (...)
  • 40 Voir V. Nga Ndongo, Les médias au Cameroun. Mythes et délires d’une société en crise, Paris, L’Har (...)
  • 41 Sur ce point, S. Wieringa, « Postcolonial amnesia : sexual moral panics, memory and imperial power (...)
  • 42 Il faut rappeler que les listes d’homosexuels ont été précédées par les propos de l’archevêque de (...)
  • 43 Sur ce point, F. Nyamnjoh, Africa’s media. Democracy and the Politics of Belonging, Londres, ZedBo (...)
  • 44 Saskia Wieringa (« Postcolonial amnesia », art. cité) identifie quelques catégories qui sont instr (...)
  • 45 D’ailleurs, l’État n’est pas la seule cible des listes : des religieux aux sportifs de haut niveau (...)

12Toutefois, en se focalisant autant sur la dimension apparente d’affrontement entre la presse et les détenteurs du pouvoir, l’analyse élude certaines autres dynamiques portant cet événement. L’opposition entre presse privée et milieu politique néglige par exemple les facteurs liés au monde des médias lui-même dont les luttes intestines influencent de façon déterminante certains choix éditoriaux populistes, qui à leur tour affectent la vie publique en faisant courir un risque au projet démocratique. Pour pallier ce vide analytique, notre réflexion insiste aussi sur l’appréhension de l’« affaire des listes » dans une dynamique de compétition entre différents acteurs de la presse privée37. Cette lecture interne au champ médiatique invite à considérer les affrontements entre d’un côté des journaux historiques (Le Messager, La Nouvelle Expression, Mutations, par exemple)38, et de l’autre des titres plus instables et souvent récents dont La Météo, La Nouvelle Afrique et L’Anecdote39. Les premiers usent de stratégies d’alliances avec l’opposition politique, d’attaques de la vie privée et de délégitimation de toutes natures contre les hommes de pouvoirs depuis une période qui précède parfois les années dites de « démocratisation » et de libéralisation de la presse (cas du Messager particulièrement)40. Les seconds – souvent dénoncés par les premiers pour ne pas être suffisamment critiques vis-à-vis du pouvoir et parfois d’en être proches – se réapproprient les « stratégies morales sexuelles »41 ouvertes par l’Église catholique42 – c’est-à-dire des discours sur la morale sexuelle qui visent à asseoir leur légitimité dans l’espace public – dans une double optique : d’une part, pour montrer qu’ils sont capables de dénoncer des hommes de pouvoir et ainsi contester le monopole des acteurs historiques de la presse privée comme détracteurs du politique ; d’autre part, pour faire un coup communicationnel permettant de rallier une partie de l’opinion publique qui se reconnaîtrait dans le relais des rumeurs d’homosexualité des puissants du pays. Une telle lecture implique de considérer deux faits majeurs éclairant ce champ médiatique et, au-delà, le statut de l’homosexualité dans la société camerounaise. Tout d’abord, la pratique journalistique telle qu’elle s’est illustrée – à travers les trois journaux ayant publié des listes – est marquée, par la centralité de la rumeur dont les articles constituent en réalité une médiation scripturale43. Ensuite, l’homosexualité sur laquelle existe socialement un discours moral sert de catalyseur d’attention (des potentiels lecteurs) pas simplement contre l’État comme cela apparaît au premier abord, mais surtout dans le jeu de positionnement des « petits journaux » dans l’espace médiatique privé. Évoquer les « stratégies morales sexuelles » d’une partie de la presse privée permet ainsi de comprendre comment des listes d’homosexuels présumés haut placés s’articulent à quelques catégories souvent instrumentalisées par des acteurs en quête de leadership dans l’espace public en contexte postcolonial. Ces catégories sont à comprendre comme étant situées sur une « ligne de convergence » du discours moral44. Il s’agit donc moins d’attaquer l’État45, que de contester l’hégémonie et le monopole des acteurs historiques de la presse privée à dire ce qui est perçu localement comme « vrai », parce que moralement répréhensible. Cette hypothèse éclaire trois faits marquants de cette polémique. D’une part, l’affrontement ouvert entre les journaux privés autour de l’homosexualité ; d’autre part, l’absence des médias officiels de cette dispute au-delà de l’argument de leur lien avec l’État. Finalement, le relais notamment en France de l’« affaire des listes » permet de voir cet affrontement entre acteurs médiatiques à une échelle internationale. Mais commençons par analyser les registres d’énonciation de l’homosexualité, avant d’aborder l’affrontement entre différents acteurs moraux.

L’homosexualité comme vice/perversion

  • 46 Voir La Météo du 25 janvier 2006.
  • 47 F. Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe, ouvr. cité.
  • 48 N. Huston, Dire et interdire. Éléments de jurologie, Paris, Payot, 1980.

13Ce qui prime dans la communication des trois organes de presse, c’est l’idée de vice et de perversion associés à l’homosexualité. En parlant de « pratiques honteuses46 » pour définir la présumée sexualité des personnes condamnées dans les listes, les trois journaux font ressortir une forte dépréciation de ces dernières par le stéréotype homophobe47. Elles semblent ainsi les accabler des pires infirmités psychologiques, ce qui met en avant leur côté « vicieux ». La convocation de l’insulte par cette presse, l’audace langagière qui accompagne ces publications ont ainsi pour ambition de montrer le côté dégradant et a fortiori à rabaisser au niveau de la « bestialité » des personnes au statut social privilégié. On peut identifier trois fonctions majeures dans les mots en discours ici en suivant les polarités du langage de Nancy Huston : les fonctions référentielle, expressive et conative ou impressive48. Pour Ngalasso, ces procédés cacophémiques

  • 49 M. Ngallasso, « Langage et violence dans la littérature africaine écrite en français », Notre Libr (...)

ont tous pour but, et c’est ce qui les unit, de détoner bruyamment, donc de créer un électrochoc chez la victime – cible mais aussi chez le lecteur – destinataire du message en transgressant, sans façons, les règles de bienséance, en violant, sans vergogne, les tabous sociaux les plus stricts. Leurs armes favorites : la dérision, la raillerie, le sarcasme, le ricanement. Leurs genres de prédilection : la satire, le pamphlet, parfois la réécriture parodique des discours officiels. Leurs maux-clés : le dégoût, la nausée.49

14De tels usages du langage se retrouvent en effet dans la communication de cette première catégorie autour de l’homosexualité. L’article du directeur de publication accompagnant les listes dans L’Anecdote est à ce titre illustratif (nous soulignons) :

  • 50 Lors de la conférence de presse donnée par le collectif des trois journaux à Yaoundé le 26 février (...)

Des hommes se faisant l’amour par des orifices les plus dégoûtants, ou les femmes s’entre-léchant tendrement. Il s’agit bien d’actes crapuleux pour la décence sociale […]. De la base au sommet de l’État, dans la culture comme dans le sport, dans l’administration comme dans les affaires, même au sein du clergé, l’homosexualité trace sa voie au Cameroun.50

15En associant ainsi l’homosexualité à un « acte crapuleux », en soulignant son passage par des « orifices les plus dégoûtants », en appelant à la « décence sociale », comme le fait le directeur de publication de L’Anecdote, il s’agit donc aussi pour ces journaux de provoquer la « nausée » et le rejet des « animaux politiques » (de la base au sommet de l’État) censés pratiquer cette sexualité. Le vocabulaire scatologique (excréments, saleté, etc.) choisi par les « journalistes de listes » a ainsi pour but d’orchestrer la répugnance, l’aversion et la répulsion. Dans la note introductive à la liste dite du « top 50 » de Nouvelle Afrique, l’auteur reprend le thème du dégoût en allant plus loin que ses deux confrères de La Météo et de L’Anecdote ; il relate une histoire entre un ancien militant nationaliste (Mayi Matip) et le premier président (défunt) du pays qui figure dans deux des trois listes. Le premier étant invité au palais présidentiel aurait été informé de l’intention de son hôte de le « sodomiser » ; pour y échapper,

Mayi Matip, […] avait pris la précaution de « laisser son derrière sale », ce qui lui aurait permis de « rentrer chez lui sans être sodomisé », les exhalations malodorantes de son derrière arrachant un cri de dégoût à Ahidjo. (Voir La Météo du 25 janvier 2006)

  • 51 Les Éwondo du groupe Beti disent en effet « a damen mongo », littéralement « détruire l’enfant ».

16On est donc bien dans une recherche consciente de l’aversion, le but premier de cette presse semble être de poser les bases d’un écœurement, par une série d’évocations brutales et avilissantes pour l’homosexualité et ses présumés pratiquants. On est encore dans la violence des mots transgressifs servant à démythifier les figures politiques et à ébranler les lecteurs. L’expression suprême du vice et du dégoût est ici donnée par la reprise d’une formule obscène que chantent des artistes camerounais pour stigmatiser l’homosexualité : « casser le derrière », « briser la boîte à caca », expressions reproduites par la presse de listes. Il y a donc une intention claire de provoquer la révolte à la lecture de ces articles accompagnant les listes. « Casser le derrière », « briser le derrière », révélant en effet le côté rétif que l’imaginaire citadin associe à l’acte de pénétration anale que l’on prête à l’homosexualité ; cela contribue aussi à présenter cet acte sous un mode de violence car « briser », « casser », c’est « détruire », formule que l’on retrouve pour conceptualiser la pédophilie dans certains groupes ethniques du Cameroun tels que les Beti51.

  • 52 Voir Cameroun tribune du 25 novembre 1998.
  • 53 J. Butler, Le pouvoir des mots, ouvr. cité, p. 107.
  • 54 Voir A. Mbembe, « Le potentat sexuel : à propos de la sodomie, de la fellation et autres privautés (...)

17On retrouve aussi ici, le travail de la rumeur. Le viol homosexuel fait en effet partie des répertoires des « légendes urbaines ». Dans l’une de ses variantes, circulant dans les villes du pays depuis la fin de la décennie 1990, on rapporte que, dans certains cabarets à la mode, des groupes de jeunes hommes aux pratiques homosexuelles offrent à boire à des inconnus qu’ils violent plus tard, une fois que ces derniers sont complètement soûls52. En associant l’imaginaire du viol homosexuel aux articles sous une forme remaniée, les journalistes participent à créer l’amalgame. Le même mécanisme explique la présence dans la liste de La Nouvelle Afrique de noms de prêtres et autres évêques catholiques. L’actualité des « prêtres pédophiles » qui agite la presse internationale depuis le début de la décennie 2000 se traduit ici par cet autre amalgame entre pédophilie et homosexualité que nous signalions déjà avec les formules « casser et briser le derrière ». Ainsi, parmi les quatre « hommes d’Église », tous sont de confession catholique et deux d’entre eux dirigent des établissements d’enseignement secondaire prestigieux de la ville de Yaoundé. On peut donc y déceler ce mécanisme d’association et d’arrangement synonymique entre pédophilie implicite et « prêtres catholiques » marqué par l’actualité internationale. Il s’agit donc pour cette presse de heurter la sensibilité des lecteurs en provoquant par la même occasion le rejet des individus incriminés qui mettent en péril l’avenir de la nation ; la jeunesse étant ici la métaphore du devenir du peuple camerounais tout entier. L’on est dans le registre de la performativité qui est d’abord interpellation au sens où l’énonçait Judith Butler53, car dotée de ce « pouvoir des mots » et de cette capacité d’agir sur le monde social. En prétendant donc mettre à nu l’œuvre des « pédés de la République », le discours et les listes qui l’accompagnent ont une fonction référentielle évidente : nommer l’innommable, dire l’indicible, prononcer ce qu’Achille Mbembe dans une analyse parue dans le quotidien Le Messager54 qualifie de « tout autre ». Ainsi « pédé », « lesbienne », « prostitué », « vicieux », « pervers du village » sont du domaine du référentiel. Ils contribuent à montrer le côté débauché de ces « aînés sociaux » au pouvoir au Cameroun. L’acte d’accusation ne s’arrête pourtant pas à l’infamie de l’homosexualité, elle est aussi vue comme une pratique de corruption politique et de corruption des corps.

De la corruption des corps : l’homosexualité comme modalité sublime d’assujettissement

  • 55 La Météo du 11 janvier 2006.
  • 56 Voir A. Mbembe, « Le potentat sexuel », art. cité.
  • 57 J.-F. Bayart, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayart, 1989.

18L’intrication entre dénonciation et stigmatisation de la corruption est l’un des axes forts de la médiatisation de l’homosexualité. Elle apparaît dans cette volonté de dénoncer l’état actuel des choses gangrenées par la corruption sous tous ses angles ; il n’est pas étonnant dès lors que l’homosexualité soit assimilée comme l’a fait le directeur de publication de La Météo à un « facteur de sous-développement »55. Nous retrouvons ici la dramatisation de la confrontation avec l’État à travers les personnalités citées. L’État étant le garant du développement du pays depuis les indépendances. Mais aussi sa mise en procès pour son incapacité à endiguer un mal (la corruption) qu’il semble plutôt perpétuer par cette sexualité vue comme un acte de soumission et de corruption des corps. C’est bien ce qu’Achille Mbembe qui signait alors des chroniques dans le quotidien Le Messager illustre dans l’une de ses parutions56. Il y assimile volontairement corruption et fonction libidinale de l’homosexualité pour faire le lien avec l’économie symbolique de l’État postcolonial qui serait un « État jouisseur ». Sa sexualité qui se décline dans une économie du plaisir serait une entreprise permanente de soumission du peuple à travers le genre indifférencié. Cet État qui manifeste une course effrénée au plaisir se lance dans la corruption qui est autodestruction ; la consommation abusive des biens publics de manière vénale conduit à la dégénérescence politique et économique qui vient rencontrer la corruption des corps. On est donc en face d’un « potentat sexuel » qui conspire contre les plus faibles. L’aménagement terminologique propre au traitement de l’homosexualité par des organes de presse privée tel que Le Messager intègre cette question dans un champ lexical et synonymique ouvert. Plusieurs thématiques s’y recoupent en même temps : « patrimonialisme », « détournement de deniers publics » ou « politique du ventre »57, « gourmandise et luxure », vénalité des dirigeants et même politique de la mort, ce que Mbembe appelle « autodestruction ». Là encore se mêlent réalité sociale de l’État corrompu et symbolique du procès. La crudité langagière qui accompagne certains textes publiés tend ainsi à se rapporter à la laideur supposée des actes posés par les présumés homosexuels de la République qui, par la corruption homosexuelle, entraîneraient le pays tout entier à sa perte. On retrouve un tel procédé dans un article paru dans Le Messager du 17 février 2006. Blaise Kenmogne fait le lien entre corruption et homosexualité en convoquant la métaphore « alimentaire » qui serait la modalité de prédilection des « élites » au pouvoir au Cameroun (nous soulignons) :

  • 58 Voir Le Messager du 17 février 2006.

Pour comprendre ce qui se passe en matière d’homosexualité, il faut savoir qu’elle n’est chez nous ni une homosexualité naturelle (orientation inscrite dans l’être même de la personne) ni une homosexualité culturelle (adoptée par le fait qu’elle fait partie des possibilités qu’offre la société de façon publique), mais une homosexualité rituelle, alimentaire et imposée […] Avec cette politique, on ne réfléchit pas, on mange. Le Cameroun du ventre est devenu un pays d’inégalités, de misère et de désarroi : un pays pauvre très endetté où les populations s’enterrent dans la souffrance pendant que l’élite politique s’enrichit de façon insultante.58

  • 59 Voir par exemple le très beau roman de Soni Labou Tansi, La Vie et demie (1974) ou le recueil de n (...)
  • 60 Sur l’initiative pays pauvres très endettés au Cameroun, voir O. Jokung Nguena, Initiative PPTE. Q (...)

19Une telle audace langagière croisant sexualité et manducation rappelle des formes d’engagement courantes contre le pouvoir dans la littérature africaine où « le bas corporel » associé à la figure du « ventre » est convoqué dans sa démesure pour stigmatiser les excès des dirigeants véreux59. La démesure dans ce domaine du littéraire étant forcément péjorative car ramenée aux « appétits insatiables » des dirigeants qui consomment et consument tout ou presque ; l’on remarque aussi dans ce passage une allusion à l’actualité de l’initiative économique « PPTE » (pays pauvres très endettés), opération de remise de la dette du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale60. L’anxiété liée à la non-éligibilité du Cameroun à ce projet pour lequel est exigé un engagement pour la bonne gouvernance, la lutte contre la pauvreté et la lutte contre la corruption transparaît dans nombre de commentaires. Le Cameroun n’ayant pas l’année précédente apporté les gages suffisants aux bailleurs de fonds, et ayant donc manqué le « point d’achèvement », seuil de conditions minimal pour bénéficier des retombées économiques attendues de l’initiative. En conséquence, le président de la République avait annoncé des mesures de « lutte contre la corruption » qui tardaient à porter des fruits. Cette actualité informe les commentaires qui rappellent sans cesse l’inefficacité des pouvoirs publics dans cette campagne dite de salubrité publique. Dans un éditorial paru dans le quotidien Le Messager du 21 février 2006, Alex Gustave Azébazé émet de telles inquiétudes :

  • 61 Voir l’article d’A. G. Azébazé, Le Messager du 21 février 2006.

Il faut craindre qu’une telle perception [des mœurs des hommes de pouvoir] n’érode la confiance de ces partenaires étrangers en la capacité de nos institutions à promouvoir la bonne gouvernance par la fin de l’impunité au sommet de l’État. Et alors on peut craindre pour l’atteinte du fameux point d’achèvement de l’initiative PPTE.61

  • 62 J.-F. Bayart, « La démocratie à l’épreuve de la tradition en Afrique subsaharienne », art. cité.
  • 63 J. Tonda, Le Souverain moderne, ouvr. cité.

20Comme il ressort de cet extrait, l’actualité politique nationale se greffe à l’homosexualité comme médium des angoisses (économiques) quotidiennes. De façon liée, on peut analyser le procès de l’homosexualité à la croisée de la corruption dans les termes d’une économie morale dans laquelle prime en effet l’enjeu d’une « guerre morale » dans le sens où Jean-François Bayart62 commentait le concept chez John Lonsdale. On est en face d’une guerre morale entre une partie de la presse et le pouvoir incarné par les hommes listés. Dans la mesure où la notion d’État gourmand inspire les métaphores sexuelles puisant dans le registre de la corruption pour décrire « l’ogre étatique », il faut considérer l’immoralité qu’il y a dans cette façon de consommer comme susceptible de mettre en cause la survie de la société car, comme le dit un proverbe Beti, « celui qui mange trop, mange la part des autres ». N’est-ce pas finalement le sens du procès fait au pouvoir prévaricateur dont la consommation/consumation des biens le pousse à prendre le corps des autres de manière « injuste »63, posant partout le « piège homosexuel » ? C’est du moins dans cette direction que va cet extrait d’une analyste :

  • 64 Voir Le Messager du 7 mars 2006.

[…] il [le dirigeant] lui propose alors [au jeune] une trappe [l’homosexualité] pour l’asservir avec le levier du pouvoir lié à son statut, aux frais du contribuable camerounais : cela devient une tout autre chose, notamment un autre aspect important de la corruption donnant lieu à un « paiement en nature » actuellement encore hors de la très louable campagne de lutte contre la corruption en cours.64

21En assimilant sciemment corruption économique, corruption politique et corruption des corps, il s’agit alors de tirer sur la corde raide d’une question sensible, la corruption, pour laquelle l’État est pointé du doigt à l’intérieur comme à l’extérieur du pays et dont la croisade annoncée remet ses effets à plus tard. Séverin Cécile Abega saisit l’intrication de cet enjeu avec l’affaire des listes dans cet extrait :

  • 65 S. C. Abega, « La presse et l’État », art. cité.

La corruption est un sujet extrêmement sensible car d’un côté, elle est présentée comme l’une des causes de la récession économique. C’est parce que les fonctionnaires ont détourné de l’argent qu’il n’y en a plus dans les caisses de l’État et dans les escarcelles. Ils ont donc une responsabilité dans le malaise que vit la population. Les assiettes sont vides parce que leur ventre est bien plein. Cette responsabilité restait diluée dans ce magma que constitue le corps administratif, et personne n’était désigné du doigt. En livrant certains noms, la « presse de liste » permet de désigner certains coupables.65

  • 66 P. Geshiere, « Politique et sorcellerie en Afrique. Retour sur une étrange complicité », Politique (...)
  • 67 F. Eboussi, Les conférences nationales en Afrique noire, Paris, Karthala, 1993.
  • 68 M. M. Ngalasso, « Démocratie : le pouvoir des mots », Politique africaine, no 64, 1996, p. 1-17.
  • 69 Dans la mesure où l’homosexualité est prohibée et condamnée par le code pénal.
  • 70 Sur ces soutiens aux médias de listes pourfendeurs de l’État corrompu, lire Jeune Afrique no 2357 (...)
  • 71 Ce qui somme toute constitue une innovation, car cette vie privée est aussi protégée par la loi et (...)

22En éclairant les liens entre (homo)sexualité des hommes de pouvoir et corruption sous tous ses angles, une partie de la presse participe au commentaire de l’actualité politique. L’homosexualité devient ainsi un « idiome de prédilection »66, un moyen de voir plus clair dans l’opacité du jeu socio-économique. C’est ce besoin de « clarification » qui transparaît aussi quand les journalistes et autres commentateurs de l’actualité interrogent la pertinence des écluses entre le privé et le public. On est là dans la continuité des procès initiés lors des « années chaudes » de la « démocratisation », pendant lesquelles les interminables « conférences nationales » mettaient en scène l’acte d’accusation des dirigeants africains au détour du pluralisme politique67. Ces véritables « procès en sorcellerie » semblent se prolonger dans l’affaire de l’homosexualité au Cameroun. La posture idéologique de la presse privée peut se comprendre dans ce cadre des « bricolages démocratiques »68 dans lesquels les acteurs subversifs investissent à fond les moindres espaces de liberté qui leur sont accordés pour stigmatiser des pouvoirs liberticides et prévaricateurs. Le fait (homo)sexuel mis en avant par L’Anecdote, Nouvelle Afrique et La Météo a ainsi donné une occasion unique à d’autres acteurs de la presse d’opposition historique (principalement Le Messager) de trouver de nouveaux « sites énonciatifs » à partir desquels exercer le droit à la libre parole et à la dérision politique sans risque de suspension. Car le fait de s’exprimer à la suite d’organes de presse ayant ouvert la boîte à pandore, et avec la protection de la loi69, place les différents acteurs dans une excellente posture critique pour une fois « protégée » et à laquelle adhère une large partie de la population comme en témoignent les nombreuses marches de soutien observées dans le pays70. L’objectif de la presse ici est donc politique au sens où elle pense acquérir plus de liberté en interrogeant même la vie privée des hommes d’État71. Ce faisant, elle se positionne comme un acteur moral incontournable du champ social. Ses motivations quant à l’énonciation de l’homosexualité sont aussi d’ordre moral et économique ; car asseoir une notoriété attire forcément plus de clients potentiels.

Figures de l’affrontement entre presse privée historique et « journaux de listes »

23Analyser le dialogue entre différents acteurs de la presse privée mais aussi les silences et non-dits de la presse officielle offre une porte d’entrée pertinente pour comprendre ce qui se joue dans la publication sur l’homosexualité. L’« affaire des listes » jusqu’ici considérée du point de vue de l’affrontement entre acteurs médiatiques et personnalités du champ politique est replacée dans la perspective de la compétition entre acteurs de la presse privée. Cela permet de comprendre deux éléments au moins qui ont eu court pendant la durée de ce scandale. D’un côté, la condamnation de ce procédé par une partie des journaux privés, et de l’autre la quasi-absence des médias publics de ce débat. Cette hypothèse est d’autant plus plausible que cette pratique journalistique a des effets réels tant sur la vie des citoyens stigmatisés que sur la reconfiguration de l’espace public.

24De ce point de vue, les listes d’« homosexuels de la République », selon la formule localement consacrée pour les désigner, ont contribué à rendre célèbres des journaux jusque-là très peu connus. Si l’on considère par exemple le journal L’Anecdote, les listes lui ont finalement servi à s’imposer en acteur majeur du monde médiatique. De périodique à la parution incertaine à l’époque des listes, il est désormais un bihebdomadaire stable ; de modeste locataire d’un appartement d’un quartier résidentiel en 2006, le label « groupe L’Anecdote » trône désormais au sommet d’un luxueux et très récent immeuble dans un quartier du sud de la ville de Yaoundé, abritant aussi une chaîne de télévision (Vision 4) qui fait partie du groupe. Même si le tirage moyen de L’Anecdote reste de 5 000 exemplaires, et qu’il n’a plus réédité l’exploit des fameux 20 000 exemplaires qu’il aurait atteint avec la liste dite « Top 50 des homosexuels de la République », sa régularité pourrait désormais être liée à ces listes. De plus, avec 5 000 exemplaires, L’Anecdote rejoint les tirages des trois ténors que sont Le Messager, La Nouvelle Expression et Mutations, qui depuis le tournant des années 2000 peinent à vendre au-delà de ce chiffre. Pour autant l’influence du bihebdomadaire contrairement à celles des trois derniers reste cantonnée à la ville de Yaoundé.

  • 72 Sur le chantage fait à des personnalités de premier rang, lire l’analyse de F. Soudan, Jeune Afriq (...)

25Vu sous cet angle, on est loin du temps où, lors d’une conférence de presse au cœur de l’« affaire des listes », le directeur de publication de ce journal réfutait toute implication et visée commerciale à son action ; il récusait aussi la thèse qui y voyait une manœuvre pour faire chanter des personnalités publiques et leur extorquer de l’argent sous peine de « lynchage sur tabloïd »72. Face à la rapidité d’expansion de son groupe de presse en à peine quatre ans, rien n’empêche de poser la question de la provenance des fonds qui le soutiennent. Cette ascension soudaine le dédouane également très peu des soupçons de certains de ses confrères quant aux accointances cachées avec une partie des personnalités proches du régime Biya. À ce propos, Edmond Kamguia du quotidien La Nouvelle Expression s’interrogeait ainsi en 2006 :

  • 73 Voir La Nouvelle Expression du 24 février 2006.

Et si les « chiens des ministres », transformés en « chiens de garde », s’étaient tout simplement retournés contre leurs maîtres pour des raisons qu’eux seuls maîtrisent ? Cette presse qui dénude pour l’essentiel les hommes et femmes appartenant aux cercles du pouvoir semble savoir de quoi elle parle. Hier adulée et grassement payée pour services rendus aux pontes du régime, elle se déchaîne aujourd’hui et fait peur. Les patrons de L’Anecdote, de La Météo et de Nouvelle Afrique ne sont plus en odeur de sainteté auprès de ceux-là mêmes qui ont facilité leur insertion dans la profession pour les besoins de la cause […] Ils n’osent pas avouer leurs amours et connivences contre la vraie presse privée qui examine de manière critique cette diffusion des orgies de la République.73

  • 74 Sur ces tendances de « médias au service de », voir M.-S. Frère, « Médias en mutation : de l’émanc (...)
  • 75 T. Atenga, « Pius Njawé (1957-2010) : portrait posthume d’un journaliste de combat », art. cité. L (...)

26Le sens d’une telle attaque semble clair. Elle soulève la question des divergences entre acteurs de la presse privée dans certains contextes africains après la pluralisation des médias. D’un côté, se situeraient des journaux dits « proches du pouvoir », soupçonnés d’être financés par des personnalités du régime en place pour limiter la capacité de nuisance de la presse « libre ». De l’autre, des médias se voulant au service de la liberté et de la vérité mais souvent liés à l’opposition74. Pour autant, la perméabilité de la frontière entre « presse d’opposition » et presse dite proche du pouvoir ne semble pas si évidente que tentent de le démontrer les arguments du journaliste de La Nouvelle Expression. Car si le fondateur de L’Anecdote est reconnu comme membre suppléant de l’organe directeur du parti au pouvoir – justifiant de fait les propos d’Edmond Kamguia –, le constat du tort ou, à tout le moins, l’embarras provoqué par la publication de listes d’homosexuels présumés proches du pouvoir invite à nuancer la thèse du journaliste tout en renforçant l’ambiguïté de telles publications. Au Cameroun, cette situation de tensions entre presse supposée proche du pouvoir et journaux dits d’opposition est rendue plus complexe par le rôle majeur joué par la figure centrale de Pius Njawé, leader du quotidien Le Messager. Devenu directeur de publication après avoir été crieur dans les années 1970, sa notoriété a contribué à façonner l’imaginaire du journalisme, en renforçant les oppositions entre, d’une part, des professionnels sortis de l’école de journalisme et se mettant notamment au service de l’État au sein du quotidien public Cameroon Tribune, et d’autre part, des journalistes « sans diplômes », inspirés par la trajectoire de self-made-man de Njawé. Même si une telle division s’est vue considérablement nuancée avec la création de Mutations en 199675, elle continue d’opérer dans les imaginaires de la profession.

  • 76 Aurore plus est un hebdomadaire, alors que les deux derniers sont des bi-heddomadaires. Le premier (...)

27De fait, trois tendances dans le traitement de l’« affaire des listes » apparaissent au cours de cette polémique. La première est celle des trois journaux contestataires de l’hégémonie des journaux historiques. Il s’agit entre autres de ceux qui ont publié les listes et auxquels on peut associer les « petits titres » semblables ; par exemple Aurore Plus, Le Dément, et Le Constat76.

  • 77 Sur ce point, T. Atenga, ibid., p. 212. Voir aussi M.-S. Frère, « Les médias camerounais entre con (...)
  • 78 Célestin Lingo de l’Union des journalistes du Cameroun a par certains aspects soutenu l’initiative (...)

28Ils ont en commun de souvent s’attaquer à des individualités et de travailler autour des faits divers, en relayant prioritairement des rumeurs. Le deuxième bloc est constitué des journaux dominants dans le champ privé ; ce sont prioritairement ceux que nous avons cités, à savoir Le Messager, La Nouvelle Expression et Mutations. S’ils vont s’illustrer dans ce cas précis par la critique du non-respect de la déontologie journalistique, en retournant donc un grief souvent formulé à leur égard par les journalistes du service public, ils ne constituent pas pour autant un groupe homogène. De fait, la bataille du leadership n’épargne pas ces trois ténors et les oppositions entre eux sont récurrentes ; il suffit de rappeler à cet égard la pluralité des organisations syndicales qui représentent autant de tendances du leadership revendiqué par chacun des différents journaux77. Cette division syndicale s’illustre d’ailleurs lors de l’« affaire des listes », un syndicat demandant des sanctions à l’égard des publications concernées dont ne voulait pas forcément l’autre78. Cependant, la peur de perdre cette position hégémonique qu’ils partagent va les souder autour de cette critique du déficit d’éthique de leurs jeunes rivaux. En stigmatisant à leur tour « la petite presse », ils s’octroient par la même occasion une part de vertu que la presse publique leur a si souvent déniée.

  • 79 Voir La Nouvelle Afrique no 126 du 26 janvier 2006.
  • 80 Sur ce point, H. Mana, « Point com’ : le journalisme de listes », Mutations du 7 mars 2007.
  • 81 Voir A. Tchakounté, « Homosexualité : le débat est ouvert », Cameroun Tribune du 8 février 2006. P (...)

29La troisième posture face aux listes est celle de la presse publique perceptible notamment à travers le quotidien national Cameroun Tribune. La presse publique étant souvent opposée à la presse privée sur la question de la déontologie journalistique, mais délégitimée du fait de sa proximité avec le pouvoir politique, les événements des listes semblent enfin lui donner raison. Aussi, au-delà du fait que la directrice de la société camerounaise de presse (SOPECAM) publiant le quotidien public bilingue figurait dans la liste publiée par La Nouvelle Afrique79 – renforçant l’inconfort de la presse publique face à cette actualité –, les journalistes du journal public avaient tout intérêt à laisser les acteurs privés s’enliser dans ce que certains parmi les journalistes du privé eux-mêmes présentent comme « un débat de médiocres »80. Le quotidien national s’illustre donc par des articles qui mettent surtout en avant les condamnations des directeurs de publications pour diffamation et se positionne en média avant-gardiste ouvrant le débat sur l’homosexualité81. Cette dernière position permettant aussi d’assumer une posture de « rassembleur », face aux « fauteurs de trouble » qu’incarne la presse privée dans ce type de situation. Une affaire plus récente sur l’homosexualité illustre bien le positionnement du quotidien Cameroun Tribune en opposition à la presse privée.

  • 82 Sur ce point, J. Matia, « Homosexualité : le Cameroun désapprouve les financements de l’Union euro (...)

30En janvier 2011, l’Association pour la défense des droits des homosexuels (ADEFHO, basée à Douala), dirigée par l’avocate Alice Nkom, devait recevoir un financement de 300 000 euros pour soutenir la lutte citoyenne pour les droits des minorités sexuelles. Informé de ce don de l’Union européenne et piqué au vif par les critiques de la presse privée qui y a vu un acte d’ingérence et de recolonisation, le ministre des Relations extérieures de l’époque avait officiellement signifié le refus de ce financement au représentant de l’Union européenne au Cameroun pour des associations qui selon lui « violent la loi camerounaise ». Tenu de s’aligner sur les positions du gouvernement, le quotidien national joue un rôle majeur pour médiatiser le combat de ce ministre frondeur contre l’« ingérence » de l’Union européenne. On s’aperçoit ainsi que Cameroun Tribune demeure tributaire de sa vassalisation à l’administration publique82 qui, en relayant l’argument de l’ingérence porté par certains médias privés, tente aussi de se reconstruire en figure morale face à l’opinion médiatique qui n’a pas oublié l’« affaire des listes ».

La critique des listes dans la presse privée : entre défense des libertés sexuelles et lutte pour l’hégémonie médiatique

  • 83 Contrairement à ce qu’affirme L. Lado, « L’homophobie populaire au Cameroun», art. cité, p. 921-94 (...)
  • 84 Voir l’éditorial de Pius Njawé dans Le Messager du 17 février 2006. Le très célèbre journaliste cr (...)

31La critique du procédé des listes a été partagée par la majorité des acteurs de la presse privée comme de la presse publique. Il faut cependant remarquer que les motivations derrière cette critique diffèrent d’un type d’acteur à l’autre83. Le quotidien Le Messager par exemple tente de montrer les insuffisances éthiques de cette publication des listes sans jamais condamner le principe lui-même84. En effet, il reste d’abord fidèle à sa dénonciation radicale du gouvernement en accentuant notamment le débat sur le lien entre corruption et homosexualité. De façon révélatrice, la pratique sexuelle en tant que telle n’est souvent pas interrogée, mais son lien avec les usages politiques du pouvoir de Yaoundé est constamment évoqué.

32Pour légitimer cette démarche critique contre le pouvoir, Le Messager donne la parole à certains de ses détracteurs les plus ardents parmi les intellectuels locaux et de la diaspora. Dans une chronique qui a fait date, l’universitaire Achille Mbembe fustige le cynisme d’un « potentat sexuel », qui se sert des hommes et des femmes comme autant de sujets à dominer, tout en questionnant l’historicité de l’homosexualité dans les sociétés africaines :

  • 85 Sur ce point, A. Mbembe, « Le potentat sexuel », art. cité, p. 5.

De fait, tout discours crédible sur l’homosexualité africaine doit commencer par la critique d’une culture du pouvoir et d’un régime des plaisirs qu’il nous faut appeler, provisoirement, le potentat sexuel. Le potentat sexuel est une structure du pouvoir et un imaginaire de la vie, du corps et des plaisirs qui accorde une place prépondérante à un signifiant unique : le phallus. […] Reste à savoir si l’homosexualité a existé en Afrique avant l’expansion coloniale. Ce que l’on n’a pas suffisamment souligné, c’est le fait que les traditions patriarcales du pouvoir en Afrique sont fondées sur un refoulement originaire : celui de la relation homosexuelle.85

33Parmi ces journaux privés dont les journalistes s’opposent fermement aux listes, il faut donc distinguer ceux que nous nommons les défenseurs de la « liberté sexuelle », de ceux qui tentent de sauvegarder leur hégémonie dans le champ médiatique. Les premiers s’illustrent par des prises de position claires qui allient la critique du déficit déontologique à la revendication du droit au respect de la vie privée. Les seconds tentent prioritairement de délégitimer les journaux de listes en montrant leur proximité avec les personnes listées comme on l’a vu avec Edmond Kamguia de La Nouvelle Expression. Des articles allant dans le sens des défenseurs de la liberté se retrouvent prioritairement dans l’autre quotidien privé majeur, Mutations. Dans sa parution en ligne du 30 janvier 2006 par exemple, un journaliste exprime sa « solidarité » vis-à-vis des homosexuels présumés :

  • 86 Voir Mutations du 30 janvier 2006, débat : « Homosexualité, liberté de presse et pouvoir. »

Hétérosexuel, libre et fier de l’être, j’exprime ma solidarité envers ces homosexuels victimes de la violation de leurs libertés individuelles, au nom du triomphe de la liberté. Ces homosexuels sont nos compatriotes. […] personne n’a le droit d’attenter à la liberté sexuelle de quiconque.86

  • 87 H. Mana, Mutations du 7 mars 2006.
  • 88 Voir Situations no 1 du vendredi 13 février 2006. Dans ce premier numéro de l’hebdomadaire du vend (...)
  • 89 Cet argument a régulièrement été repris par les trois directeurs de publications de La Météo, L’An (...)
  • 90 Voir Mutations du 30 janvier 2006.
  • 91 La Nouvelle Expression du 24 février 2006.

34Cette prise de position explicite traduit en quelque sorte la ligne éditoriale que suit cet organe de presse durant ce qu’on nomme au Cameroun « affaire des présumés homosexuels ». Pour Haman Mana du même journal, le débat orchestré par le « journalisme de listes est un débat […] qui naît et s’épanouit loin de l’information, près du petit peuple qui s’en délecte ». Il regrette de même l’audience accordée à ces « journalistes à gage »87. Le symbole le plus fort de cette ouverture à l’expression des libertés est la publication par le magazine Situations (lié au groupe SMC dont fait partie Mutations) de deux interviews. La première donne la parole à un homosexuel camerounais « exilé », à travers le titre évocateur « Un homosexuel parle ». La seconde interroge l’un des artistes les plus populaires et controversé (Petit-Pays de son nom de scène), qui a composé une chanson en pleine période polémique pour inviter l’opinion publique à plus de « tolérance »88. Les deux publications faites à un an d’intervalle n’ont pas déclenché de réactions particulières dans la presse pour plusieurs raisons. Concernant le cas du journaliste à qui Situations a accordé une interview en 2006, ses propos allaient certes dans le sens de la dénonciation de la société pour son hypocrisie vis-à-vis d’une homosexualité bien présente, mais ils confirmaient aussi d’une certaine façon l’outing de personnalités publiques en critiquant leur refus de se voir associés à l’homosexualité. L’interview du journaliste homosexuel accablait donc à sa façon les personnalités listées en suggérant que certaines seraient certainement homosexuelles et qu’elles avaient une attitude lâche, ce qui confortait la dénonciation des journaux de listes. Bien plus, pendant les années où il a exercé comme journaliste dans plusieurs médias du pays, dont une radio publique, l’auteur de l’interview a souvent affronté des rumeurs autour de son homosexualité ; sa sortie à visage découvert va dans le sens de la revendication des journaux de listes qui affirment « dire haut ce que les gens pensent tout bas »89. L’interview de l’artiste Petit-Pays répond à une lecture analogue. Souvent présenté comme un « original », (il a par exemple posé nu sur la pochette d’un album, ou encore dans un cercueil dans les années 1990), il est au centre de toutes sortes de polémiques dont certaines ne surprennent plus grand monde et ne suscitent plus les réactions souvent indignées d’autrefois. Ces raisons expliquent que les deux interviews, pourtant dans la lignée des événements médiatiques scandaleux, dans le contexte soient passées sous silence, à moins qu’elles ne soient le signe d’une hypothétique ouverture du débat à laquelle la presse privée aurait contribué en levant le tabou sur la question homosexuelle. La conflictualité entre journaux privés est d’autant plus forte qu’au sein d’un même journal plusieurs journalistes pouvaient s’affronter. Ainsi, Alain Batongué éditorialiste de Mutations a-t-il suggéré à contre-courant de certains de ses collègues dont Haman Mana, « […] que pour le mal qu’elle peut engendrer dans notre pays et la déroute qu’elle constitue pour la jeunesse, le combat contre l’homosexualité mérite d’être mené […] »90. C’est peut-être en ce sens que l’un des pourfendeurs les plus réguliers des trois journaux, Edmond Kamguia, s’inquiète de ce soudain « retour de l’inquisiteur » endossé par certains journalistes avant de se préoccuper enfin du sort des accusés : « Comment gérer plus tard la situation des personnes victimes d’accusations ou d’insinuations mensongères ? »91. L’énonciation médiatique de l’homosexualité par une partie de la presse privée a donc permis une ouverture des controverses sur cette orientation sexuelle dans l’espace public camerounais. Si plusieurs tendances de traitement s’y retrouvent, le relais international ne reflète pas toujours cette pluralité de tons.

Sur le relais international de l’« affaire des listes »

  • 92 Nous nous limitons ici aux journaux français et francophones.
  • 93 Sur ce point, J.-P. Marthoz, « Journalisme global ou journalisme de métropole ? Les conflits afric (...)

35Les interactions entre la presse privée camerounaise et les médias internationaux92, à propos des listes, oscillent entre deux registres : d’un côté, la condamnation quasi unanime de la pratique des listes jugées homophobes, de l’autre, une présentation univoque de cette actualité éludant la complexité de l’énonciation médiatique et la diversité de ton que nous venons d’illustrer. Cette médiation internationale de l’« homophobie à la camerounaise » qui étonne d’ailleurs par sa densité – puisque la plupart des grands journaux français par exemple y ont consacré des articles à plusieurs reprises rompant avec une certaine indifférence face à ce type d’actualité – offre l’occasion d’une réflexion sur ce que Jean-Paul Marthoz nomme « le journalisme de métropole »93, c’est-à-dire la représentation biaisée (de l’Afrique) qu’en donnent les « médias occidentaux […] entre la compassion, le cynisme et le désespoir. »

  • 94 Voir H. Bangré, « Cameroun : trois journaux publient des listes de présumés homosexuels », Afrik.c (...)
  • 95 Voir G. Dougueli, jeuneafrique.com, mis en ligne le 9 novembre 2010. Car en relayant ainsi un poin (...)

36De ce point de vue, on peut en effet regretter que les médias français ayant relayé l’« affaire de l’homosexualité » l’aient fait avec une certaine partialité. Pour l’essentiel, les commentaires se situent dans la logique de la critique entamée par une partie de la presse camerounaise (sans jamais faire allusion à celle-ci), notamment sur le « manque de professionnalisme » et l’homophobie des listes. Très rarement, à l’exception de RFI (Radio France internationale) sur son site en ligne le 2 février 2006 (rfi.fr), ces médias internationaux se font l’écho de la critique des listes portées par une partie de la presse camerounaise. Sur le site d’Afrik.com par exemple, alors même que certains journaux ont publiquement condamné la « presse de listes », un article affirme sans nuance : « La presse soutient les trois mousquetaires »94. Les articles des journaux dits identitaires tiennent la même ligne éditoriale. Dans le magazine Têtu, un dossier publié en mars 2006 titre : « Homophobie d’État au Cameroun » et oublie de souligner que l’État est en partie pris pour cible. L’amalgame reproché par les médias français à une partie de la presse camerounaise a été au cœur du traitement d’articles des journaux de la « métropole ». Certaines de ces publications vont contribuer à une essentialisation du débat en généralisant l’homophobie à l’ensemble de la presse, renforçant ainsi une situation de radicalisation de l’affrontement. En présentant une presse camerounaise unanimement « homophobe », les médias français entérinent à la fois un attendu du sens commun – « tous les Africains sont homophobes » – tout en présentant une vision manichéenne entre les « bons et mauvais », entre les « homophobes » et les « libéraux », entre ceux qui résistent localement à l’homosexualité, et ceux « de l’extérieur », perçus comme des détaillants d’un certain impérialisme sexuel donnant ainsi raison aux arguments pourtant erronés de la « presse de listes ». Même la presse francophone « pan-africaine » installée en France va dans le même sens « culturaliste ». À titre d’exemple le site Afrik.com pose régulièrement le « problème » dans des termes généralisant et simplificateurs. Dans un article daté du 11 janvier 2010, une journaliste s’interroge : « L’Afrique est-elle homophobe ? » ; elle est suivie par l’un de ses confrères de jeuneafrique.com en novembre de la même année qui caractérise ainsi le continent noir : « homophobes et fiers de l’être95 ».

37Sans vouloir mettre en procès cette presse internationale, il s’agit de souligner l’angle du traitement qu’elle accorde à l’homosexualité à partir d’une homogénéisation des acteurs de la presse africaine au risque de crisper le débat sur une fausse opposition entre médias africains et médias occidentaux ; mais aussi de simplifier une actualité homosexuelle aux multiples.

L’archevêque catholique de Yaoundé et la fabrique de l’indignation

  • 96 M. Lasseur, « Cameroun : les nouveaux territoires de Dieu », Afrique contemporaine, no 215, 2005, (...)
  • 97 Les commentaires de la presse internationale surtout précisent à chaque fois que c’est cette perso (...)
  • 98 C. Gueboguo, La question homosexuelle en Afrique, ouvr. cité, p. 13.
  • 99 Voir A. G. Azébazé, « Mœurs : des présumés homosexuels à Kodengui », Le Messager du 21 février 200 (...)
  • 100 C’est le cas du cardinal Tumi sur lequel nous reviendrons dans le chapitre sur les mobilisations.

38La controverse autour de l’homosexualité va aussi marquer le retour d’un acteur malmené par la situation de crise multiple au Cameroun96. C’est l’Église catholique avec la figure annonciatrice de l’archevêque métropolitain de Yaoundé. Les commentateurs97 de la question homosexuelle au Cameroun ont beaucoup insisté sur cette figure comme étant à l’origine du scandale98. Nos recherches conduisent à nuancer considérablement cette assertion. Il convient pour cela de tenir compte de deux remarques. Tout d’abord, au moment où est prononcée l’homélie de l’archevêque lors de la fête de Noël 2005, dix-sept jeunes se trouvent détenus à la prison centrale de Yaoundé-Kodengui depuis le mois de juin de cette même année99. Ensuite, des affaires récurrentes d’homosexualité sont rapportées dans la presse depuis plusieurs années comme nous l’avons dit au début de ce chapitre. La plus emblématique est l’interview d’une « lesbienne » à visage couvert dans le journal populaire Aurore plus en novembre 2004. L’archevêque, au même titre que les « journalistes de listes », aurait donc « surfé » sur la vague de rumeurs comme nous allons le voir par la suite. Il faut par conséquent relativiser le rôle de « précurseur » de la cabale anti-homosexuelle que l’on a attribué à l’archevêque catholique de Yaoundé. En revanche, il reste important de rendre compte de son « action » dans ce processus qui lui préexiste et au sein duquel d’autres acteurs religieux vont jouer un rôle semblable100. Mais revenons un instant sur les événements impliquant le prélat de Yaoundé.

39Lors de la « traditionnelle » grand-messe de la célébration de Noël, qui est aussi le lieu d’« affichage » de la foi des personnalités publiques, l’archevêque métropolitain est resté fidèle aux modalités de dénonciation de l’homosexualité par l’Église catholique romaine. Tout en critiquant les manquements et dérives morales de l’administration camerounaise, il dénonce les menaces qui pèsent sur l’équilibre de la nation dont la nervure « familiale » centrale est déstabilisée. Son homélie croise donc des éléments du débat public avec des catégories de la discussion privée dont il se fait l’écho. C’est pourquoi il adopte un ton « inquiet » mêlant dénonciation et interpellation des « autorités publiques » qu’il sait par ailleurs présentes en grand nombre en ce jour de fête. L’homme d’Église intègre également la morale au nom des « jeunes » en perdition ; et ce sur des thématiques croisées : d’une part sur la délinquance et la consommation de drogue et d’autre part sur l’homosexualité. Sur le second point (nous soulignons) :

  • 101 Extrait de l’homélie publiée dans sa totalité par le quotidien La Nouvelle Expression du 4 janvier (...)

Quelle déchéance ! Au nom d’un emploi à octroyer, au nom d’une prétendue promotion, au nom d’une entrée dans une grande école, on veut imposer l’homosexualité aux jeunes gens comme itinéraire de réussite, ou comme condition d’admission à certains examens et concours. Et dans certains établissements scolaires, des cours donnés aux enfants pour qu’ils admettent et tolèrent l’homosexualité !101

40L’archevêque du diocèse de Yaoundé stigmatise donc très précisément cette homosexualité « intergénérationnelle » qui constitue un viol de la jeunesse ; il donne aussi une orientation clairement genrée à son propos, « jeunes gens » faisant référence aux jeunes de sexe masculin. Ce qui laisse encore une fois transparaître cette dimension « dialogique » (rumeur) entre l’archevêque et son public dans la mesure où les commentaires sur l’homosexualité s’appuient d’abord sur le fantasme de la sodomie masculine. Dans un autre extrait, il s’attaque à la consommation de drogue en relayant des rumeurs survenues dans un lycée prestigieux de la capitale,

  • 102 Extrait de l’homélie, ibid.

Nous ne pouvons que frissonner, en pleine Fête de Noël, de la présence de la drogue dans certains collèges de la ville de Yaoundé, fussent-ils à vocation internationale. Cela interroge les parents, les éducateurs et nos autorités. Nos enfants même du premier cycle du secondaire fument du chanvre !102

  • 103 Voir L. Olinga, « Cameroun : sexe, mensonges et politique », Jeune Afrique, 12 mars 2006.

41Ce passage fait écho aux événements survenus dans le campus de l’école américaine à Yaoundé où le trafic des stupéfiants et l’assassinat d’un fils de diplomate ont défrayé la chronique au début de l’année 2005. La rumeur, commentée par la presse, faisait état d’un « meurtre passionnel ». Alors qu’une partie de la presse soulignait que le fils d’une ancienne gloire du football camerounais (assassin présumé) avait une liaison avec le jeune fils d’un diplomate étranger, une minorité de journaux avançait la thèse d’un « harcèlement (homo)sexuel » qu’aurait subi le fils de la star, le poussant à se débarrasser de son camarade103.

42L’enquête ordonnée par les pouvoirs publics n’a pas apporté de « vérité » autre. Quoi qu’il en soit, on peut voir que dans sa reprise par le prélat, la thèse de la victimisation des « jeunes » est adoptée. Les jeunes sont donc constitués en « victimes idéales », ce qui du même coup déresponsabilise cette catégorie et investit les « étrangers » et les « aînés politiques » de la responsabilité de leur « dérive morale ». C’est le sens entre autres du terme « vocation internationale » accolé à « collèges ». Or, ainsi que nous l’avons déjà vu dans le mécanisme de la panique morale, toute victimisation implique une accusation et la désignation d’un bourreau. Les journalistes de listes reprendront cette victimisation-accusation notamment dans l’article de L’Anecdote accompagnant sa liste :

  • 104 Voir L’Anecdote du 6 février 2006.

L’homosexualité trace sa voie au Cameroun avec parfois comme acteurs ceux-là dont la fonction commande plutôt de la combattre. Faut-il s’en complaire en restant silencieux face à la valse d’invasions incestueuses qui polluent la société ? […] L’Anecdote refuse de se rendre complice de la déliquescence civique et morale de la jeunesse.104

  • 105 F. Eboko, ibid., p. 25 ; A. Mbembe, « La palabre de l’Indépendance : les ordres du discours nation (...)

43Là aussi, on voit qu’au commentaire d’une homosexualité qui gagne en visibilité, s’associe la volonté de se poser en « acteur moral » garant de la « jeunesse » ; celle-ci constituant en toute chose un enjeu de premier rang105. Car à y regarder de près, les journalistes, tout comme les religieux, tentent de se servir de ce groupe social diffus pour se positionner sur un champ social travaillé par des antagonismes multiples. Comme nous l’avons montré dans la partie précédente, le « journalisme de listes » aura d’abord servi le journalisme en dépit de la proclamation morale et de la posture de justicier. La convocation constante de la jeunesse participe de ce qu’il faut appeler la fabrique de l’indignation. Car les jeunes sont une catégorie fragile, « victimes faciles » et « passives » dans la représentation collective. S’attaquer à eux participe donc du « viol » des faibles, et c’est cette intrication entre jeunes et viol qui est censée justifier l’indignation et conduire à la révolte collective. Montrer que l’homosexualité des « élites » met en danger les « jeunes », c’est dire que l’avenir est hypothéqué, c’est le futur de la nation qui est par homologie mis en péril. Le Cameroun est pourtant habitué à ces « fables » qui prennent les jeunes pour prétexte ou cible à l’approche du 11 février, fête nationale consacrée à la jeunesse ; soit pour la stigmatiser, soit pour la plaindre. Il semble d’ailleurs significatif que cette affaire sur l’homosexualité s’appuyant sur la jeunesse se passe à la veille de cette célébration. L’« affaire des listes d’homosexuels », s’appuyant en partie sur la protection de la jeunesse à la veille du 11 février, rappelle des événements analogues autour de ce découpage temporel.

  • 106 J. Tonda, Le Souverain moderne, ouvr. cité.

44Depuis plusieurs décennies, le pays connaît une rumeur récurrente impliquant une voiture luxueuse qui allécherait de « jeunes femmes » que l’on retrouve mortes par la suite. Elles se feraient « sucer la substance vitale » par des hommes-serpent ayant pactisé avec des « forces occultes » pour s’enrichir106.

  • 107 Ibid.
  • 108 Voir par exemple, J. Tobi Okalla, « Fête de la jeunesse ou fête des illusions perdues ? », Camerou (...)

45Dans les commentaires que l’on en fait, la morale populaire évoque le « péril d’une jeunesse piégée par l’appât du gain facile ». Dans certaines variantes de cette rumeur, un changement notable est apparu au tournant des années 2000. Les commentaires qui impliquaient des jeunes femmes et des filles substituent cette catégorie à celle de jeunes hommes que l’on dit « piégés » par des hommes nantis plus âgés. Au sein de la cité universitaire de l’université de Yaoundé 1 où nous séjournions de 2003 à 2005, des bruits récurrents autour de jeunes hommes accusés de « vivre au-dessus de leurs moyens et de se faire déposer chaque soir par des vieux » étaient régulièrement entendus. Dans cette version, il s’agit d’un commentaire social de l’homosexualité masculine qui gagne en visibilité dans les espaces urbains notamment à l’université, sur fond de procès des « aînés sociaux ». Ramené à l’« affaire des listes » en janvier-février 2006, on peut reprendre l’hypothèse d’une « épidémiologie de la rumeur » avec des éléments « spatio-temporels » spécifiques et des facteurs « culturels » expliquant (en partie au moins) sa diffusion. Cette hypothèse est appuyée par les enjeux autour desquels semble se focaliser l’« affaire des listes » : tout d’abord, cette dimension de « questionnement de l’avenir » dont la « sauvegarde de la jeunesse » constitue un pendant métaphorique. Ensuite, son association avec la question de la sexualité-virilité qui dessine un « espace d’angoisse » lié au dessaisissement de toute une partie de la société face aux difficultés qui l’« émascule ». Sans verser dans la psychanalyse, il faut noter que la question de la virilité est toujours centrale. Achille Mbembe affirmait déjà que face aux chambardements sociaux, la postcolonie s’est modifiée en une société « de virilité angoissée » ; cette forme d’« angoisse moderne » envahit ainsi tous les espaces sociaux en exerçant une violence sur les corps. Joseph Tonda107 décrit cette violence comme une « violence de l’imaginaire ». Elle serait d’abord imaginaire plutôt que symbolique, parce qu’elle s’exerce dans un contexte de dérégulation socio-économique rapide et de « déparentalisation » (rupture des liens de parenté et de l’autorité patriarcale) propre aux sociétés africaines contemporaines. Séverin Cécile Abega pense d’ailleurs que l’homosexualité pose problème parce qu’elle est perçue sur un mode essentiellement « fantasmatique » dans lequel l’idée du viol côtoie celle de la possession, mais aussi de la dépossession de soi (comme on a pu le voir avec le lien homosexualité-corruption). C’est ainsi que la « fête de la jeunesse » au Cameroun est devenue au fil des années une véritable « ordalie moderne » lors de laquelle les maux de la jeunesse, mais aussi les maux menaçant la jeunesse sont analysés en détail ; la recherche des causes de sa perdition étant au centre des commentaires à chaque veille de célébration ; l’on comprend dès lors la désignation des « élites sociales » comme moteur d’une telle dérive en janvier 2006108.

Les jeunes, la « citoyenneté culturelle » et l’ordre sexuel en postcolonie

46Dans ce jeu d’instrumentalisation des symboles les impliquant, ces « jeunes » (un groupe d’étudiants plus précisément) vont s’illustrer par la signature d’un « Mémorandum contre l’homosexualité ». Dans un document de près de deux pages publié dans Le Messager du 13 février 2006 (mais annoncé le 11 février, jour de la fête de la jeunesse), le mouvement SOS Jeunes libres prend position « contre l’homosexualité » au nom « de l’exception culturelle africaine ». L’offensive médiatique ainsi inaugurée par un groupe de « jeunes pour des jeunes » est dénommée « Opération carton rouge à l’homosexualité ». Voici un extrait du texte :

  • 109 Extrait du mémorandum « carton rouge à l’homosexualité », Le Messager du 13 février 2006.

Nous jeunes Camerounais, […]. Plus que jamais fidèles aux idéaux de moralisation assumés par le Chef de l’État, Son Excellence Paul Biya dès le 6 novembre 1982, […]. Au regard des événements et de l’histoire : Affirmons notre droit à la dénonciation et notre devoir à la mobilisation collective contre le vice et la décadence qui menacent l’âme de notre peuple et corrélativement, notre avenir et le destin de l’Afrique en tant qu’entité et unité culturelle et civilisationnelle à part entière […]. Invoquons par conséquent, l’exception culturelle et la criminalisation explicite de l’homosexualité par le législateur camerounais pour condamner toute tentative de dépénalisation de cette infraction au prétexte de protection des libertés, des droits humains et des valeurs démocratiques […]. Reconnaissons le droit de certaines sociétés d’Occident en fonction de leurs réalités propres, d’admettre ce qui nous semble abominable autant qu’elles jugent intolérables certaines pratiques si naturelles à l’Africain.109

  • 110 Lire É. Fassin, « La démocratie sexuelle et le conflit des civilisations », Multitudes, vol. 26, n(...)

47Une préoccupation majeure traverse le texte de SOS Jeunes libres, c’est l’affirmation de l’« exception culturelle africaine », l’Afrique se déclinant ici comme une « entité civilisationnelle » menacée par le péril de l’homogénéisation culturelle orchestrée par l’Occident. En se positionnant de la sorte, ces jeunes se posent en souverainiste de l’éthique africaine, ce qui déplace la guerre morale de la presse contre l’État vers des instances plus larges. Cette trop forte inclination à une vision manichéenne du monde invite à repenser les tensions postcoloniales « par le bas » et à réactualiser l’hypothèse d’un affrontement symbolique sur fond de « civilisations sexuelles » antagonistes entre l’Occident et l’Afrique110.

  • 111 S. Wieringa, « Postcolonial amnesia », art. cité, p. 206.
  • 112 Voir l’article, « En Ouganda, les homosexuels menacés de peine de mort », Rue89, mis en ligne le 1 (...)
  • 113 Se référer au documentaire « Ouganda, au nom de Dieu », sorti en salle en France en décembre 2010 (...)

48Cependant, comme l’a montré Saskia Wieringa111 à propos des contextes de l’Afrique australe et de l’Indonésie postcoloniales, les stratégies morales sexuelles (moral sexual strategies) sont utilisées par les nouvelles élites politiques pour asseoir leur leadership et leur autorité. Dans cette entreprise, des formes innovantes et originales de relecture du passé combinent répressions sexuelles et identités religieuses. Dans le cas de l’Indonésie post-Suharto par exemple, l’auteure montre comment l’identité musulmane a occupé le vide laissé par la figure dominante de l’ancien leader politique. Cela participe alors de ce remodelage de la société (remodeling society) à l’image de l’islam. Dans d’autres contextes contemporains comme en Ouganda, le tout jeune député David Baharti s’est constitué en figure politique de premier plan en introduisant au parlement un projet de loi (Anti-Homosexuality Bill) qui renforce le dispositif pénal contre l’homosexualité112. Projet dont on sait, désormais, qu’il fut rédigé avec l’aide de quelques leaders pentecôtistes113. Il convient donc d’analyser ce discours des « jeunes » leaders estudiantins en tenant compte de son potentiel politique dans le sens stratégique du terme. Le concept de « citoyenneté culturelle » rend compte d’une telle approche.

  • 114 T. Miller, Technologies of truth : cultural citizenship and the popular media, Minneapolis, Univer (...)
  • 115 M. Gomez-Perez et N. Leblanc, « Jeunes musulmans et citoyenneté culturelle : retour sur des expéri (...)
  • 116 M. Asanté, Afrocentricity, Philadelphie, Africa World Press, 2003.
  • 117 A. Mbembe, « Les écritures africaines de soi », Politique africaine, no 77, 2000, p. 16-43.
  • 118 S. Wieringa, « Postcolonial amnesia », art. cité, p. 205-233.
  • 119 A. Mbembe, « Les écritures africaines de soi », art. cité, p. 17.
  • 120 Ibid., p. 21.
  • 121 F. Eboussi, « L’homosexualité est bonne à penser », Terroirs, no 1-2, 2007, p. 5-10.

49Le concept de « citoyenneté culturelle » a été introduit par Toby Miller114 dans une étude sur les médias de masse pour caractériser les pratiques de spectateurs qui reconfigurent l’espace public et les enjeux de citoyenneté dans les sociétés démocratiques. Ce concept a servi ces dernières années pour saisir l’émergence de jeunes musulmans et d’autres groupes qui s’organisent pour peser sur le débat politique et moral en Afrique de l’Ouest115. Sa convocation dans le cas de SOS Jeunes libres peut éclairer cette résurgence du « nationalisme culturel »116, dont la dénonciation de la (l’homo)sexualité semble être un levier essentiel. Dans ce sens, l’« imagination identitaire » selon la formule d’Achille Mbembe117 et la référence à la « morale » se dessinent selon la logique du soupçon, de l’accusation et de la diatribe contre l’« Autre » (homosexuel), pour mieux attaquer son double fantasmagorique occidental porteur de « danger impérialiste ». À l’injonction des puissances occidentales pour constituer le respect des minorités sexuelles en catégorie éthique transnationale, répondrait donc ici la prise en compte d’éléments « culturels africains » comme la polygamie. D’où cette assertion en forme de contre-injonction : « […] Reconnaissons le droit de certaines sociétés d’Occident en fonction de leurs réalités propres, d’admettre ce qui nous semble abominable autant qu’elles jugent intolérables certaines pratiques si naturelles à l’Africain […] ». Encore une fois, on voit la politisation à l’œuvre dans la mesure où l’énonciation-dénonciation de l’homosexualité crée un positionnement « idéologique ». Cette cristallisation du « débat » chez les étudiants contre l’Occident constitue en soi un phénomène politique « d’amnésie postcoloniale »118. Ces étudiants reprennent en effet une des constantes des « écritures africaines de soi »119. Il s’agit ici d’une variante du recours à la « conspiration coloniale », pour s’auto-positionner face aux enjeux contemporains ; les deux autres formes de ces « écritures » étant l’« esclavage » et la « mondialisation » ; tous trois restant des modalités de la dépossession et du dessaisissement de soi120. Ces modes d’explicitation de l’événement contemporain participent des régimes discursifs des « nationalismes africains » souvent critiqués pour leur caractère de dé-subjectivation. Car en tenant ainsi cette prétendue entité africaine pour réactionnaire constante face aux sollicitations des « autres », en portant autant cette thèse conspirationniste, on défait l’Afrique de sa « capacité d’action », de son agir historique. On l’exclut du coup des totalités humaines dans lesquelles elle fait sens121.

  • 122 M.-E. Pomerolle, « Routine autoritaire et innovations militantes : le cas d’un mouvement étudiant (...)

50Il convient alors de faire quelques remarques qui éclairent des mobiles sous-jacents du mouvement « carton rouge contre l’homosexualité ». Ceux qui parlent au nom des « jeunes camerounais » sont pour l’essentiel d’anciens étudiants leaders d’une association qui a paralysé en 2005 l’ensemble des universités d’État du Cameroun par une grève d’un mois122.

  • 123 Nous l’avons appris par des entretiens menés en 2006 auprès de certains des anciens leaders estudi (...)
  • 124 A. Mbembe, « Les écritures africaines de soi », art. cité.
  • 125 M.-E. Pomerolle, « La démobilisation collective au Cameroun. Entre régime postautoritaire et milit (...)

51Mis sous contrôle judiciaire et faisant l’objet d’une surveillance de la part des autorités administratives, ces potentiels « leaders politiques » ont été exclus des universités d’État et privés du débat public. Leur tentative de se reconstituer en parti politique a échoué à cause du contrôle de l’État hégémonique123. La critique de l’État ouverte par la presse à travers l’homosexualité permet à ce groupe de jeunes, « démobilisés » un an auparavant, de se repositionner sur la scène publique. La question morale en jeu dans le débat sur l’homosexualité offre ainsi un levier de re-légitimation à des individus dont le discours de revendication était déjà fortement marqué par le religieux. L’on se souvient en effet que le principal signataire de ce communiqué de presse (voir Encadré 1) avait (avec ses camarades frondeurs) rebaptisé du nom biblique « Jérusalem » la cour de l’amphithéâtre 300 de l’université de Yaoundé 1, ce lieu étant devenu l’espace de contestation investi par des « grévistes de la faim » (armés de bibles et de corans) en signe de protestation. Ces digressions sont utiles pour comprendre les « jeunes » qui s’expriment ici. Ce n’est pas tant l’homosexualité qui les révolte, ils ne sont pas plus convaincants dans cet exercice que la presse de listes même si les effets d’un tel discours sont palpables. Il faut les resituer dans le champ de l’affrontement politique dans lequel ils font sens et se déploient. Là où se dramatisent les luttes entre différents acteurs pour la parole légitime et la reconquête du leadership moral. Il faut alors tenir compte de la temporalité purement « instrumentale et conjoncturelle » de cette quête d’« identité africaine »124 par-devers l’homosexualité. Il n’est, dès lors, pas étonnant que la préoccupation du chômage campe au cœur de cette envolée rhétorique sur la « culture africaine » face à l’homosexualité. Encore moins étonnante est alors la revendication du droit « à la mobilisation » que demandent les étudiants dans leurs « Mémorandum ». C’est que la politisation de l’homosexualité s’accompagne de la volonté des « étudiants déchus », de « re-légitimer » leur action. Marie-Emmanuelle Pomerolle125 a montré que l’une des stratégies de « démobilisation » des actions contestataires des étudiants consiste à les « délégitimer » en les « dépolitisant ». L’administration universitaire rappelle souvent ces paroles tenues par le président de la République pour faire cesser les grèves des années 1990 : « L’école aux écoliers, la politique aux politiciens ». On comprend mieux aussi pourquoi c’est un noyau d’une dizaine de jeunes qui se présente arborant des tee-shirts floqués du slogan « carton rouge à l’homosexualité » lors des premiers procès contre la presse. Cet activisme s’essoufflera d’ailleurs très vite puisqu’au moment du prononcé de la sentence et face à l’incapacité des « journalistes de listes » à montrer des « preuves », il n’y aura plus que quelques curieux présents dans la salle du palais de justice à Yaoundé.

Encadré 1. Mémorandum des jeunes contre l’homosexualité

Les jeunes du Cameroun disent non à l’homosexualité
Au nom de l’exception culturelle, opération carton rouge à l’homosexualité
Il y a des moments où le silence devient indécence et l’inaction l’équivalent du crime. Alors que le chef de l’État convie les jeunes en cette période qui leur est consacrée, à s’attacher à la rectitude morale pour promouvoir le développement, Alors que l’affaire des présumés homosexuels fait la une de la presse nationale et même internationale, Alors que les Camerounais de tous âges, de tout sexe, de toute confession et de toute sensibilité dans leur écrasante majorité s’émeuvent de ces révélations sur cette pratique honteuse que réprouvent la morale et la religion, Alors que le caractère pernicieux de cette pratique apparaît davantage au regard de son exploitation à des fins de discrimination, d’exclusion, de chantage, de domination et d’influence contraires aux valeurs républicaines et à l’éthique démocratique, Alors que les jeunes en quête d’emplois et préoccupés de leur mobilité sociale ont de légitimes craintes que le mérite, la compétence et l’excellence ne soient définitivement bafoués parce qu’en lieu et place le vice sous toutes ses formes devient un passe-droit, Nous jeunes Camerounais, Plus que jamais fidèles aux idéaux de moralisation assumés par le Chef de l’État, Son Excellence Paul Biya dès le 6 novembre 1982, Au regard des événements et de l’histoire : Affirmons notre droit à la dénonciation et notre devoir à la mobilisation collective contre le vice et la décadence qui menacent l’âme de notre peuple et corrélativement, notre avenir et le destin de l’Afrique en tant qu’entité et unité culturelle et civilisationnelle à part entière ; Affirmons la nécessité pour les jeunes générations africaines d’aller à la rencontre des autres dans la scène de la mondialisation, avec leur identité propre fondée sur des référents culturels, cultuels et éthiques susceptibles d’enrichir les questionnements sur l’homme qu’aucune civilisation n’est en droit de monopoliser ; Affirmons, à la lumière des éclairages de nos traditions africaines, et des textes des religions révélées que l’homosexualité est une infamie que les jeunes Africains doivent, à l’exemple de leurs ancêtres, condamner plus fermement et expurger de la cité africaine ; Invoquons par conséquent, l’exception culturelle et la criminalisation explicite de l’homosexualité par le législateur camerounais pour condamner toute tentative de dépénalisation de cette infraction au prétexte de protection des libertés, des droits humains et des valeurs démocratiques ; Reconnaissons le droit de certaines sociétés d’Occident en fonction de leurs réalités propres, d’admettre ce qui nous semble abominable autant qu’elles jugent intolérables certaines pratiques si naturelles à l’Africain ; À ce titre, Au nom du respect des différences et de la diversité culturelle, Si l’Afrique a intégré les droits de l’homme à sa culture, elle a également le droit d’intégrer sa culture dans les droits de l’homme. Proclamons la sacralité de la famille, de la procréation et du respect des sexes. L’homme devant rester homme et uniquement homme et la femme devant rester femme et uniquement femme. Sans qu’il puisse avoir ni confusion, ni conflit mais complémentarité entre féminité et masculinité suivant les dispositions de la nature. Interpellons les intellectuels africains à l’aune du choc des civilisations, d’éviter la connivence facile avec les idéologies de domination et les dogmes convenus dans un monde plus que jamais engagé dans un combat partisan faisant mentir toute neutralité. Les intellectuels africains ont ainsi le devoir de se ressourcer pour assumer, au nom d’une éthique de la libération, la responsabilité de promouvoir un front de résistance culturelle. Engageons le gouvernement à prendre ses responsabilités pour rassurer et assurer l’assainissement du corps de l’État et contrecarrer l’emprise du vice, de la corruption, de la médiocrité et de la décadence d’où qu’ils proviennent ; Remercions les autorités religieuses et les hommes de médias qui ont eu le mérite et le courage de sensibiliser la nation en général et les jeunes en particulier de la nécessité de se rebeller moralement contre l’emprise du vice et des forces du mal dans notre société. Ils sont encouragés à œuvrer pour une meilleure protection et un meilleur encadrement des jeunes et de l’enfance, pépinière de l’Afrique future. Interpellons les chefs traditionnels et les patriarches à prendre position pour condamner fermement l’homosexualité et toutes les personnes qui s’en rendent coupables. Il leur appartient de prendre dès lors, en tant que gardiens de la tradition authentique, toute initiative visant à faciliter l’accès pour les jeunes Africains aux modalités de connaissance et d’appropriation des fondamentaux de la culture africaine en danger. Engageons les autorités publiques, religieuses et politiques et les leaders d’opinion à se joindre aux jeunes lors des différentes campagnes de conscientisation et de moralisation futures qui seront organisées à l’effet de barrer la route à tous les vices qui entraînent la société camerounaise dans les mailles de la corruption, du favoritisme et du Sida. La jeunesse camerounaise. Proclame à la lumière de tout ce qui précède, que son mot d’ordre c’est : Homosexualité = zéro tolérance, zéro débat. Annonce le lancement officiel le 11 février 2006 de l’Opération carton rouge à l’homosexualité.
Pour le mouvement SOS jeunesse libre
Le président du comité directeur LINJUOM MBOWOU Le 13-02-2006
Source : Le Messager, 13 février 2006 MÉMORANDUM

Sémiologie populaire de l’homosexualité

  • 126 Nous reprenons ici la distinction entre discours public (notamment médiatique) et vocabulaire empl (...)
  • 127 Sans en inférer que l’énonciation quotidienne n’est pas politique ; on sait depuis les travaux de (...)
  • 128 La rue ici renvoie plus globalement à un espace pluriel (rue au sens littéral), mais aussi à un es (...)

52Les énoncés présentés jusqu’ici dans notre travail privilégiaient un discours médiatique. Ce dernier relève d’un mode argumentatif « débouchant sur les configurations idéologiques »126 et politiques relatives à l’homosexualité. Explorons à présent le niveau du vocabulaire employé au quotidien qui nous introduit dans le champ sémantique de l’homosexualité, celui de l’énonciation ordinaire qui fait place aux locutions « privées » en deçà de la question publique127. Il s’agit ici de quelques expressions partagées par l’ensemble de la population urbaine, pour désigner les « transactions homosexuelles » au quotidien comme vécu, et pas seulement comme discours. Ces caractérisations oscillent entre deux modalités du discours normatif de l’homosexualité : la stigmatisation et l’ironie complice qui tentent également de les comprendre et les justifier. Lors de nos séjours de recherche successifs, nous nous sommes intéressés aux genres discursifs évoquant la sexualité entre individus de même sexe dans les conversations et échanges de rue128. Trois grandes expressions se dégagent comme un « révélateur social » de l’économie symbolique entourant l’homosexualité : les locutions « être bilingue », « jouer des deux pieds » et « être dans l’affaire-là ».

« Être bilingue »

53Au quotidien, dans les villes de Yaoundé et Douala, les individus qui discutent de same sex sexuality ne disent que rarement homosexualité ou pédérastie comme ce fut le cas dans la presse. Ils évoquent beaucoup la notion de « bilinguisme ». « Être bilingue », c’est donc souvent pratiquer une double sexualité ; à la fois avec des hommes, mais aussi avec des femmes. En mars 2007, alors que nous enquêtions au sein du campus de l’université de Douala sur la sexualité des étudiants, cette notion que nous connaissions déjà revenait avec une insistance remarquable. Un de nos informateurs de 27 ans tentait ainsi de la définir :

  • 129 Entretien, Yaoundé, mars 2007.

On dit que quelqu’un est bilingue quand il couche avec des mecs en cachette. Tu connais, ce sont les gens qui sont dans l’affaire qu’on dit là… ceux qui font la chose entre eux, tout en ayant des femmes.129

  • 130 Le Cameroun est une ancienne colonie allemande placée sous la tutelle de la SDN après la Première (...)
  • 131 Voir Le Popoli, no 294, mars 2006.
  • 132 J. Larmarange et al., « À propos des partenaires féminines des hommes ayant des pratiques homosexu (...)

54L’explication de notre interlocuteur requiert quelques commentaires : tout d’abord, l’homosexualité est largement représentée comme une « bisexualité », c’est-à-dire qu’elle est perçue comme inséparable de l’hétérosexualité, modèle prégnant et normatif. De fait, la locution « être bilingue » fait écho à la situation linguistique officielle du Cameroun, qui a hérité du français et de l’anglais comme « langues officielles » au lendemain de l’indépendance130. Nous ne nous risquerons pas ici à une herméneutique politique de l’étrange qui fait du bilinguisme linguistique une « greffe ». La greffe des langues étrangères vécues comme choses inaccoutumées pourrait métaphoriquement exprimer ici le caractère de ce fait sexuel. Au demeurant, l’ethnographie conduit à voir que le bilinguisme – objet constant de tension entre les deux langues dont celle française est majoritaire – se prête régulièrement à la dérision et au « braconnage » langagier pour exprimer autre chose que sa réalité première. Passé ce premier niveau examinons à présent l’autre élément dans l’explication de l’informateur. « Être bilingue » serait une forme de sexualité « clandestine » qui se greffe sur la sexualité officielle. Le journal satirique Le Popoli131 parle par exemple de « bilinguisme sexuel illégal », pour caractériser les agissements des hommes d’État listés. On retrouve cette forme de symbolisation de l’homosexualité dans d’autres contextes, notamment au Sénégal132 mais aussi non Africains.

« Jouer des deux pieds »

55Comme la précédente locution, « jouer des deux pieds » exprime l’idée de dualité irréductible. On remarquera au passage l’allusion au football, première pratique sportive du pays et officiellement sport national. Un informateur dans un bar de Yaoundé que nous abordions lors d’un séjour de recherche en 2009 s’offusque de notre préoccupation :

  • 133 Entretien, Douala, février 2009.

Mais pourquoi tu m’interroges sur les choses comme ça ? Tu joues des deux pieds toi aussi ? Parce que c’est comme ça que ça commence et après ce ne sera pas seulement des questions.133

56L’allusion sexuelle dans le propos de l’informateur, au-delà de sa méfiance, se trouve dans le mot « pied ». Dans le français camerounais, c’est le membre viril le « troisième pied ». Mais, le fait que ce membre soit « vital » (au sens de donneur de vie) et qu’il ait une fonction à part entière au même titre que les deux pieds en fait un « équivalent » symbolique. Les deux pieds disons « réels » en valent un et le « troisième pied » devient leur alter ego. Cette représentation fait aussi crédit à une espèce de dichotomie principielle, c’est-à-dire à l’idée d’une séparation primordiale entre les fins premières des deux pieds. Par homologie, entre le fait d’avoir des rapports sexuels avec une femme et l’impossibilité d’appliquer ce membre à des rapports sexuels avec un homme. C’est donc aussi une ontologie fonctionnelle ; le membre viril devant servir la sexualité normative et pas une autre.

« Être de l’affaire » ou « être dans l’affaire »

57Le premier entretien faisait déjà état d’« être de l’affaire ». Cette tournure revient régulièrement dans les conversations et échanges au quotidien. Une femme de 27 ans réagissait ainsi à l’actualité de la presse en février 2006 :

  • 134 Entretien, Yaoundé, mars 2006.

Dans mon quartier on dit même qu’il y a des gens qui font l’affaire-là. Je me demande ce qu’ils gagnent dedans. Il paraît qu’on leur impose ça dans leurs affaires là-bas, leurs histoires mystiques.134

  • 135 Le prochain chapitre analyse ce lien étroit entre homosexualité et « occulte » qui transparaît aus (...)

58À ce niveau, on est en présence d’une « esthétique de la vulgarité », comme si l’homosexualité résistait à toute symbolisation concrète ; un « hors-monde », un irrationnel, et un impensable que seuls l’« occulte »135 et le mystique justifient. On est donc dans un discours qui tente de comprendre et de justifier l’homosexualité. Dans cette volonté, l’idée que l’homosexualité forme une « coterie », une caste, est récurrente. D’où le corollaire de l’imposition, elle-même fille des cercles ésotériques.

  • 136 Voir S. Cohen, Folk Devils and Moral Panics, ouvr. cité.

59Le retour sur la construction de la controverse des listes d’« homosexuels de la République » au sein de la presse camerounaise permet de mieux comprendre deux faits : d’une part l’ambivalence de la médiatisation de l’homosexualité, d’autre part la façon dont cette médiatisation contribue à la politisation de la sexualité, c’est-à-dire d’un côté à son instrumentalisation comme une arme de discrédit de certains acteurs sociaux et a fortiori de l’État. De l’autre à la montée en généralité de l’homosexualité dans la société en la liant à des enjeux situés sur une ligne de convergence du discours moral et politique. Cette analyse a tenté d’éclairer les « stratégies morales sexuelles » d’une partie de la presse privée pour se positionner en acteurs majeurs du champ médiatique. En usant de l’homosexualité comme catalyseur d’une opinion médiatique sensible aux stéréotypes et aux rumeurs, ces acteurs en ont fait un élément de discussion publique et surtout un levier pour le jugement des puissants du pays, vus comme responsables de sa dérive morale. Au demeurant, on est là dans une situation classique de panique morale et sexuelle avec ses avatars de recherche des coupables, et d’émergence de quelques acteurs en justiciers136. Tout au plus peut-on déplorer les effets politiques d’une telle énonciation/dénonciation de l’homosexualité dans le champ social plus large. Les conséquences touchent prioritairement deux types de sujets : d’un côté, les « cadets sociaux » ayant des pratiques homosexuelles désormais exposées à une forte stigmatisation et à des persécutions récurrentes, de l’autre des personnalités publiques critiquées pour leur moralité douteuse. Cette politisation de l’homosexualité se greffe à trois formes de symbolisations d’une sexualité entre individus de même sexe au Cameroun. On remarque que les trois formes ont en commun une caractérisation genrée. Ce qui se rapporte aux préoccupations qui transparaissent dans une partie de la presse.

  • 137 A. Ashforth, « Witchcraft, violence, and democracy in the new South Africa », Cahiers d’études afr (...)

60C’est le fantasme du membre viril qui occupe la surface de l’imaginaire homosexuel. Il convient d’en prendre acte pour la suite de la réflexion car la virilité, la peur de la pénétration anale, la crainte de la soumission indifférenciée au pouvoir du mâle et du mal (représenté ici par l’État) ne sont pas étrangers aux évènements de la presse en 2006 au Cameroun. Cette sémiologie populaire dessine aussi les contours d’une insécurité primordiale. Nous voulons dire que le recours à la morale, ainsi que l’a montré Adam Ashforth suivant en cela Evans-Pritchard, révèle une « insécurité »137. Nous parlerons d’insécurité sexuelle pour caractériser les réactions des individus et des groupes au Cameroun qui, se sentant dépossédés de tout pouvoir sur leurs propres vies, perçoivent l’homosexualité comme une atteinte de plus à leur situation. Cette idée découle des analyses que nous venons de faire de la guerre morale autour de l’homosexualité, dessinant un procès postcolonial. L’idée du procès postcolonial souligne l’impossibilité de réconcilier les populations vivant un sentiment de dépossession de leur vie, avec la morale du maître. Ce dernier étant dans le cas du Cameroun le fruit d’une confusion volontaire entre les dirigeants politiques et l’impérialisme des sociétés libérales. L’irruption des acteurs moraux sur la scène publique à la faveur de l’« affaire des listes d’homosexuels » invite à questionner davantage l’intrusion de cette forme d’insécurité primordiale au croisement de l’intime et du politique. Toutefois, l’hypothèse de l’insécurité questionnée par ces acteurs moraux n’explique pas tout ; elle ne permet pas de cerner toute la violence faite aux homosexuels. Il importe donc au chapitre suivant de creuser encore dans les réseaux de signification locaux le sens de l’homosexualité au-delà des récentes manifestations de l’homophobie.

Notes

1 On s’inspire ici des remarques de L. Bourquin et P. Hamon éd., La politisation. Conflits et construction du politique depuis le Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

2 Voir le documentaire « Les homosexuels sont parmi nous » de Jean Materne Ndi, CRTV, 1992.

3 Sur ces rumeurs et faits divers, voir par exemple, « Homosexualité : les pédés sont parmi nous », Aurore plus, 21 juillet 2004.

4 Et dans d’autres pays africains aussi. Sur l’antériorité d’une visibilité des homosexuels et leur prise en charge médiatique en Afrique de l’Ouest par exemple, lire M. Le Pape et C. Vidal, « Libéralisme et vécus sexuels à Abidjan », Cahiers Internationaux de Sociologie, vol. LXXVI, 1984, p. 111-118.

5 Voir pour cette notion, L. Boltanski, L’amour et la justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l’action, Paris, Métailié, 1990.

6 L. Bourquin et P. Hamon, La politisation, ouvr. cité, p. 10.

7 Voir La Météo, no 99 du 11 janvier 2006.

8 Le directeur de publication de ce journal sait qu’il va au-devant de procès ; pour s’en prémunir, il introduit la présomption d’innocence car il s’agit bien d’accusations, l’homosexualité restant pénalisée. Dire « homosexuel présumé » permet donc de se dédouaner lors d’un éventuel procès. Cette subtilité tient de ce que ce directeur de publication est en réalité un ancien commissaire de police radié des effectifs de la « sûreté nationale ».

9 Lire l’analyse de F. Soudan, « Lynchage sur tabloïds », Jeune Afrique, 12 mars 2006.

10 Sur les procès ayant suivi l’« affaire des listes », voir S. C. Abega, « La presse et l’État. L’exemple des procès sur l’homosexualité », Terroirs, no 1-2, 2007, p. 95-112.

11 Sur la chronologie rapide des réactions aux listes, voir F. Eboussi, « L’homosexualité au Cameroun : problème politique ? », Terroirs, no 1-2, 2007, p. 9.

12 Haman Mana interroge cette étrange invention qu’est le « journalisme de listes » dans les colonnes du quotidien privé Mutations du 7 mars 2006.

13 Sur cette notion, voir J.-F. Bayart, L’État au Cameroun, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1979.

14 Une affaire proche avait défrayé la chronique dans la presse ivoirienne en 1998 ; mais c'est alors la « pédophilie » qui était mise en avant, une personnalité du gouvernement ivoirien de l’époque ayant été accusée avec quelques-uns de ses amis d’avoir « violé » un jeune homme. Sur ce point, voir V.-K. Nguyen, « Uses and pleasures : sexual modernity, HIV/AIDS and confessional technologies in a west African metropolis », ibid., p. 425-468.

15 Voir L. Lado, « L’homophobie populaire au Cameroun », Cahiers d’études africaines, no 204, 2011, p. 921-944.

16 Une hypothèse très relayée par la rue qui y a vu une bataille de tranchées entre prétendants aux postes à la veille d’un remaniement ministériel. Mais avec un remaniement tous les dix-huit mois, il est facile de relier tous les scandales dans ce pays à cet événement politique finalement trop récurrent pour ne plus signifier grand-chose. Quant à l’autre argument qui y a vu une manœuvre possible des homosexuels pour « tester l’opinion publique », il est remis en cause par la violence des articles accompagnant les listes. On imagine mal des commanditaires homosexuels demandant des articles qui en appellent à leur propre « inquisition ».

17 Sur ce point, N. Machikou, « La liste des “homosexuels de la République” : chronique d’une dépacification outrancière de la vie politique au Cameroun », Xe congrès de l’Association Française de Science Politique, Grenoble, 9, 2009, en ligne : [http://www.congresafsp2009.fr/sectionsthematiques/st44/st44machikou.pdf].

18 Voir C. Gueboguo, La question homosexuelle en Afrique. Le cas du Cameroun, Paris, L’Harmattan.

19 M. King, « Homosexuality in Cameroon’s public sphere : rejecting homosexuality as protest against the other », Undergraduate Research Digest, été 2007, vol. 2, no 2, p. 5-14.

20 Voir P. Awondo, « L’homosexualité dans les représentations sociales camerounaises ». En ligne : [http://semgai.free.fr/doc_et_pdf/Awondo.pdf].

21 Voir P. Akana, « Les arguments contre l’homosexualité », Terroirs, no 1-2, 2007, p. 239-252.

22 F. Eboussi, « L’homosexualité au Cameroun : problème politique ? », art. cité, p. 6.

23 Voir La Météo, no 99 du 11 janvier 2006.

24 L’article 347 bis du code pénal camerounais punit d’une peine d’emprisonnement de six mois à cinq ans et d’une amende de 20 000 à 200 000 francs CFA (environ 15 à 300 euros) toute personne qui a des rapports sexuels avec une personne de son sexe ; mais cet article n’est pas le seul évoqué pour les arrestations d’homosexuels présumés depuis 2005. L’« outrage à la pudeur » (article 346) est aussi mis à contribution par les agents de la répression. Sur ce point, Human Rights Watch, Alternatives-Cameroun et ADEFHO, Criminalisation des identités sexuelles, atteintes aux droits humains au Cameroun fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre, New York, Human Rights Watch, mai 2010.

25 S. C. Abega, « La presse et l’État », art. cité.

26 Il faut néanmoins observer que le fait de figurer sur une liste n’a aucune incidence sur la fonction politique, dans la mesure où c’est le chef de l’État qui décide en dernier ressort. Aucune des personnes listées n’a ainsi perdu officiellement son poste pour ce motif.

27 Voir S. Cohen, Folk Devils and Moral Panics : The Creation of the Mods and Rockers, Oxford, Martin Robertson, 2002 ; sur ce thème également, G. Herdt, Moral Panics, Sex Panics : Fear and the Fight over Sexual Rights, New York, NYU Press, 2009, p. 15.

28 Lire D. Éribon, Réflexions sur la question gay, Paris, Fayard, 1999 ; F. Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe, Berlin, Londres, Paris, 1919-1939, Paris, Seuil, 2000.

29 J. Tonda, Le Souverain moderne. Le corps du pouvoir en Afrique centrale (Congo, Gabon), Paris, Karthala, 2005.

30 Nous renvoyons au second chapitre le lien entre l’« occulte » et l’homosexualité, tellement fort dans la presse et dans la sémiologie populaire, qu’il constitue en soi un fait à analyser en profondeur.

31 K. Barber, « Preliminary notes on audiences in Africa », Africa, vol. 67, no 3, 1997, p. 347-362.

32 B. White, « La quête du lupemba : rumeurs, réussite et malheurs en République démocratique du Congo », Sociologie et Société, vol. XXXIX, no 2, 2007, p. 61-78.

33 B. White, ibid., p. 63.

34 J.-F. Bayart, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard, 1989.

35 Voir par exemple les réflexions d’Habibou Bangré, « L’Afrique est-elle homophobe ? », Jeuneafrique.com, mis en ligne le 11 janvier 2010 ; mais plus généralement sous la plume des médias internationaux sur lesquels nous reviendrons (chapitre 1).

36 J.-F. Bayart, « La démocratie à l’épreuve de la tradition en Afrique subsaharienne », Pouvoirs, vol. 2, no 129, 2009, p. 27-44.

37 Sur les fractures du monde journalistique au Cameroun, Thomas Atenga, « Pius Njawé (1957-2010) : portrait posthume d’un journaliste de combat », Politique africaine, no 119, octobre 2010, p. 207-215.

38 Ce sont là trois des quotidiens privés les plus lus d’après le classement Médiacam 2005. Leur dimension historique tient au fait qu’ils ont participé pour certains (surtout Le Messager créé en 1979, mais quotidien depuis 1998, et Mutations, quotidien créé en 1996) à la revendication et à la mise en place du pluralisme politique et à l’ouverture de l’espace public à des degrés divers. Sur ce point, Thomas Atenga, « Contrôle de la parole et conservation du pouvoir. Analyse de la répression de la presse écrite au Cameroun et au Gabon depuis 1990 », thèse de doctorat de science politique, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2004. Sur la question du « champ médiatique » et de ses multiples logiques dont celle de concurrence, Pierre Bourdieu, « L’emprise du journalisme », Actes de la recherche en sciences sociales, no 101-102, mars 1994, p. 3-9.

39 Il faut remarquer par exemple que La Météo n’en était même pas encore à sa centième publication ; c’est le numéro 99 du 11 janvier 2006 qui lança l’« affaire des listes ». L’Anecdote en était au 24 janvier 2006 à son numéro 254, enfin La Nouvelle Afrique ne comptait que 166 publications au 26 février. À titre comparatif, Le Messager du lundi 13 février 2006 en était rendu au numéro 2063, Mutations en était au numéro 1585 au 6 février 2006.

40 Voir V. Nga Ndongo, Les médias au Cameroun. Mythes et délires d’une société en crise, Paris, L’Harmattan, 1993 ; mais aussi, T. Atenga, « La presse privée et le pouvoir au Cameroun : quinze ans de cohabitation houleuse », Politique africaine, no 97, mars 2005, p. 33-48.

41 Sur ce point, S. Wieringa, « Postcolonial amnesia : sexual moral panics, memory and imperial power », Moral Panics, Sex Panics, Fear and the Fight over Sexual Right, G. Herdt éd., New York, New York University Press, 2009, p. 205-233.

42 Il faut rappeler que les listes d’homosexuels ont été précédées par les propos de l’archevêque de Yaoundé, qui avait stigmatisé une homosexualité devenue « un passe-droit » pour l’accès aux emplois dans l’administration camerounaise, lors de son homélie du 25 décembre 2005. Sur cette dimension d’interactions entre différents acteurs moraux dont les religieux, les médias et les jeunes autour de l’homosexualité, voir P. Awondo, « Homosexualités, sida et constructions politiques. Ethnographie des trajectoires entre le Cameroun et la France », thèse de doctorat, Paris, EHESS, 2012.

43 Sur ce point, F. Nyamnjoh, Africa’s media. Democracy and the Politics of Belonging, Londres, ZedBooks, 2005 ; voir aussi T. Eone, Démobilisation, libéralisation et liberté de communication au Cameroun : avancées et reculades, Paris, L’Harmattan, 2001.

44 Saskia Wieringa (« Postcolonial amnesia », art. cité) identifie quelques catégories qui sont instrumentalisées dans les stratégies morales des acteurs en quête de leadership dans certains contextes postcoloniaux dont les classes sociales, la subordination des femmes et l’hétéronormativité ; au Cameroun on pourrait y ajouter la corruption et désormais l’homosexualité. Ces catégories sont à comprendre comme des lignes de convergences (lines of convergence) du discours moral.

45 D’ailleurs, l’État n’est pas la seule cible des listes : des religieux aux sportifs de haut niveau en passant par des artistes internationalement reconnus ou des universitaires, tous les « privilégiés » y figurent.

46 Voir La Météo du 25 janvier 2006.

47 F. Tamagne, Histoire de l’homosexualité en Europe, ouvr. cité.

48 N. Huston, Dire et interdire. Éléments de jurologie, Paris, Payot, 1980.

49 M. Ngallasso, « Langage et violence dans la littérature africaine écrite en français », Notre Librairie, no 148, 2002, p. 73. Voir aussi les développements de Judith Butler dans Le pouvoir des mots. Discours de haine et politique du performatif, Paris, Amsterdam, 2004.

50 Lors de la conférence de presse donnée par le collectif des trois journaux à Yaoundé le 26 février 2006 pour s’expliquer sur cet acte audacieux, le directeur de publication de L’Anecdote désigne ouvertement les présumés homosexuels qu’il dénonce comme des criminels, et leur pratique (l’homosexualité) comme un facteur de sous-développement.

51 Les Éwondo du groupe Beti disent en effet « a damen mongo », littéralement « détruire l’enfant ».

52 Voir Cameroun tribune du 25 novembre 1998.

53 J. Butler, Le pouvoir des mots, ouvr. cité, p. 107.

54 Voir A. Mbembe, « Le potentat sexuel : à propos de la sodomie, de la fellation et autres privautés postcoloniales », Le Messager, 13 février 2006, en ligne (l’article a été relayé par le site Africultures, [http://africultures.com/le-potentat-sexuel-a-propos-de-la-sodomie-de-la-fellation-et-autres-privautes-postcoloniales-4296/]).

55 La Météo du 11 janvier 2006.

56 Voir A. Mbembe, « Le potentat sexuel », art. cité.

57 J.-F. Bayart, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayart, 1989.

58 Voir Le Messager du 17 février 2006.

59 Voir par exemple le très beau roman de Soni Labou Tansi, La Vie et demie (1974) ou le recueil de nouvelles de Séverin Cécile Abega, Les Bimanes (1982).

60 Sur l’initiative pays pauvres très endettés au Cameroun, voir O. Jokung Nguena, Initiative PPTE. Quels enjeux pour l’Afrique ?, Paris, L’Harmattan, 2005 ; consulter également le site en ligne de la Banque mondiale : [www.worldbank.org/economicpolicyanddebt].

61 Voir l’article d’A. G. Azébazé, Le Messager du 21 février 2006.

62 J.-F. Bayart, « La démocratie à l’épreuve de la tradition en Afrique subsaharienne », art. cité.

63 J. Tonda, Le Souverain moderne, ouvr. cité.

64 Voir Le Messager du 7 mars 2006.

65 S. C. Abega, « La presse et l’État », art. cité.

66 P. Geshiere, « Politique et sorcellerie en Afrique. Retour sur une étrange complicité », Politique africaine, no 79, 2000, p. 17-32.

67 F. Eboussi, Les conférences nationales en Afrique noire, Paris, Karthala, 1993.

68 M. M. Ngalasso, « Démocratie : le pouvoir des mots », Politique africaine, no 64, 1996, p. 1-17.

69 Dans la mesure où l’homosexualité est prohibée et condamnée par le code pénal.

70 Sur ces soutiens aux médias de listes pourfendeurs de l’État corrompu, lire Jeune Afrique no 2357 du 12 au 18 mars 2006 ; l’article de François Soudan fait écho aux procès, aux marches et émeutes opposant la police à des marcheurs à Buéa, dans la zone anglophone du pays où le régime est particulièrement impopulaire. Mais aussi à Yaoundé, la capitale, où se tenaient les procès contre les journalistes. On pouvait en effet voir les difficultés que rencontraient les forces de l’ordre à contenir les foules venues nombreuses pour acclamer les journalistes et insulter les avocats de la défense.

71 Ce qui somme toute constitue une innovation, car cette vie privée est aussi protégée par la loi et les journalistes ne sont pas à l’abri d’un arsenal juridique encadrant les « délits de presse » ; pas plus qu’ils n’échapperont, comme nous le verrons aussi, à des procès pour atteinte à la vie privée et diffamation.

72 Sur le chantage fait à des personnalités de premier rang, lire l’analyse de F. Soudan, Jeune Afrique du 18 mars 2006.

73 Voir La Nouvelle Expression du 24 février 2006.

74 Sur ces tendances de « médias au service de », voir M.-S. Frère, « Médias en mutation : de l’émancipation aux nouvelles contraintes », Politique africaine, no 97, mars 2005, p. 5-17.

75 T. Atenga, « Pius Njawé (1957-2010) : portrait posthume d’un journaliste de combat », art. cité. L’auteur souligne que cette distinction a été nuancée par les jeunes journalistes sortis de l’école nationale de journalisme et s’étant investis dans la profession. Elle a particulièrement été présente lors des événements de 2006 qui révèlent la fracture du monde journalistique avec cependant une mutation significative ; c'est désormais la presse privée historique qui revendique le professionnalisme face aux nouveaux venus.

76 Aurore plus est un hebdomadaire, alors que les deux derniers sont des bi-heddomadaires. Le premier s’était déjà illustré par la publication le 14 novembre 2004 d’une interview d’une lesbienne sous le titre « Les homosexuels sont parmi nous ».

77 Sur ce point, T. Atenga, ibid., p. 212. Voir aussi M.-S. Frère, « Les médias camerounais entre contestation et soumission », Afrique centrale – Médias et conflits. Vecteurs de guerre ou acteurs de paix, M.-S. Frère éd., Bruxelles, GRIP-Complexes (Les livres du GRIP), p. 243-259.

78 Célestin Lingo de l’Union des journalistes du Cameroun a par certains aspects soutenu l’initiative des listes, en déclarant notamment lors d’un débat que les homosexuels sont « une race d’humanoïdes à classer en dessous des bêtes » et leur pratique relève du « magico-politique ». Pierre Essama Essomba, le président du Conseil camerounais des médias, sorte de tribunal souhaitant réguler la profession, dénonce de son côté « la violation des principes d’éthique et de déontologie » par les journaux à l’origine de l’affaire. Voir Xinhuanet du 8 février 2006.

79 Voir La Nouvelle Afrique no 126 du 26 janvier 2006.

80 Sur ce point, H. Mana, « Point com’ : le journalisme de listes », Mutations du 7 mars 2007.

81 Voir A. Tchakounté, « Homosexualité : le débat est ouvert », Cameroun Tribune du 8 février 2006. Paradoxalement, ce sont pourtant les journaux privés qui approfondissent le débat en donnant la parole à des intellectuels camerounais aux positionnements variés. Ce fut notamment le cas de Mutations qui parmi les premiers publie une réflexion du politologue Fred Eboko qui voit, dans l’affaire de l’homosexualité, une crise du glissement des « normes symboliques », provoquant la résistance d’une partie de la société soucieuse de l’« ordre sexuel et du genre ». Le chercheur introduit aussi l’hypothèse de l’homosexualité comme procès médiatique de la « corruption des corps », faisant ainsi le lien avec le procès d’une élite dite corrompue. Sur ce point, lire Mutations du 10 février 2006. Voir aussi A. Moundé, Godoung S. A et al., « Révolte : l’homosexualité : cache-sexe d’une vraie misère morale », Mutations no 1585 du 6 février 2006.

82 Sur ce point, J. Matia, « Homosexualité : le Cameroun désapprouve les financements de l’Union européenne », Cameroun Tribune du 13 janvier 2011 ; voir aussi Mutations du 13 janvier 2011 : « L’homosexualité au centre d’une crise diplomatique ».

83 Contrairement à ce qu’affirme L. Lado, « L’homophobie populaire au Cameroun», art. cité, p. 921-944, pour qui les « journalistes camerounais n’étaient pas divisés sur la stigmatisation de l’homosexualité », nombre d’entre eux se sont clairement positionnés en faveur de la « liberté sexuelle ». Haman Mana de Mutations et certains de ses collègues ont ainsi exprimé leur rejet de la chasse aux homosexuels. L’exemple cité plus loin du journaliste se montrant « solidaire des homosexuels au nom de la liberté » va aussi dans ce sens. Enfin, la journaliste et militante des droits de l’homme de La Nouvelle Expression Suzanne Kala Lobé s’est montrée plus que critique de ces publications en prônant le respect de la différence sexuelle notamment lors de débats télévisés qu’elle a animés sur la chaine de télévision privée Canal 2 International.

84 Voir l’éditorial de Pius Njawé dans Le Messager du 17 février 2006. Le très célèbre journaliste critique le « défaut d’enquête approfondi et d’information contradictoire », tout en soutenant la dénonciation de ceux qui s’adonnent à une sexualité « contraire à la culture africaine ».

85 Sur ce point, A. Mbembe, « Le potentat sexuel », art. cité, p. 5.

86 Voir Mutations du 30 janvier 2006, débat : « Homosexualité, liberté de presse et pouvoir. »

87 H. Mana, Mutations du 7 mars 2006.

88 Voir Situations no 1 du vendredi 13 février 2006. Dans ce premier numéro de l’hebdomadaire du vendredi, la parole est donnée à un homosexuel camerounais résidant à l’étranger, mais ayant travaillé comme journaliste dans le service public au Cameroun. Dans le numéro 87 en 2007, Petit-Pays, auteur compositeur, revient sur sa chanson polémique sortie quelques mois plus tôt, et ayant pour titre « Pédés ». Le refrain de la chanson, « les pédés, pédés, l’amour n’a pas de frontières » est assez clairement en faveur de la tolérance de l’homosexualité et l’artiste assure qu’il « peut épouser un homme ».

89 Cet argument a régulièrement été repris par les trois directeurs de publications de La Météo, L’Anecdote et de La Nouvelle Afrique, pour se défendre à la fois des critiques de leurs confrères, en montrant donc que ces derniers avaient failli dans leur mission de « dire toute la vérité au peuple », mais aussi pour se légitimer face à ce supposé peuple auquel ils rendraient ainsi justice.

90 Voir Mutations du 30 janvier 2006.

91 La Nouvelle Expression du 24 février 2006.

92 Nous nous limitons ici aux journaux français et francophones.

93 Sur ce point, J.-P. Marthoz, « Journalisme global ou journalisme de métropole ? Les conflits africains dans les médias du Nord », M.-S. Frère éd., Afrique centrale – Médias et conflits. Vecteurs de guerre ou acteurs de paix, ouvr. cité, p. 299-316.

94 Voir H. Bangré, « Cameroun : trois journaux publient des listes de présumés homosexuels », Afrik.com, mis en ligne le 1er février 2006.

95 Voir G. Dougueli, jeuneafrique.com, mis en ligne le 9 novembre 2010. Car en relayant ainsi un point de vue unique, celui des « homophobes », la presse internationale non seulement a offert une tribune inespérée à des acteurs très peu outillés pour s’exposer à un tel niveau, mais elle a aussi contribué à renforcer la thèse de l’affrontement Nord-Sud que porte une partie de la presse de liste pour se légitimer. Ce relais arbitraire prend alors une part dans la politisation de l’homosexualité en introduisant une hiérarchisation spatiale de l’homophobie entre l’Afrique et l’Europe. L’« affaire des listes » va ainsi connaître un succès au-delà des espérances de ses principaux porteurs.

96 M. Lasseur, « Cameroun : les nouveaux territoires de Dieu », Afrique contemporaine, no 215, 2005, p. 93-116.

97 Les commentaires de la presse internationale surtout précisent à chaque fois que c’est cette personnalité qui a ouvert la cabale publique contre l’homosexualité. Voir par exemple Têtu du 27 novembre 2006, Têtu du 30 juin 2006.

98 C. Gueboguo, La question homosexuelle en Afrique, ouvr. cité, p. 13.

99 Voir A. G. Azébazé, « Mœurs : des présumés homosexuels à Kodengui », Le Messager du 21 février 2006.

100 C’est le cas du cardinal Tumi sur lequel nous reviendrons dans le chapitre sur les mobilisations.

101 Extrait de l’homélie publiée dans sa totalité par le quotidien La Nouvelle Expression du 4 janvier 2006.

102 Extrait de l’homélie, ibid.

103 Voir L. Olinga, « Cameroun : sexe, mensonges et politique », Jeune Afrique, 12 mars 2006.

104 Voir L’Anecdote du 6 février 2006.

105 F. Eboko, ibid., p. 25 ; A. Mbembe, « La palabre de l’Indépendance : les ordres du discours nationaliste au Cameroun, 1948-1958 », Revue française de science politique, no 35, 1985, p. 459-486.

106 J. Tonda, Le Souverain moderne, ouvr. cité.

107 Ibid.

108 Voir par exemple, J. Tobi Okalla, « Fête de la jeunesse ou fête des illusions perdues ? », Cameroun-Info.net, mis en ligne le 5 février 2001.

109 Extrait du mémorandum « carton rouge à l’homosexualité », Le Messager du 13 février 2006.

110 Lire É. Fassin, « La démocratie sexuelle et le conflit des civilisations », Multitudes, vol. 26, no 3, 2006, p. 123-131 ; P. Awondo, « Identifications homosexuelles, construction identitaire et tensions postcoloniales entre le Cameroun-France », Espacepolitique, M. Blidon et S. Roux éd., vol. 13, no 1, 2011. En ligne : [https://journals.openedition.org/espacepolitique/1818], consulté le 4 juillet 2017.

111 S. Wieringa, « Postcolonial amnesia », art. cité, p. 206.

112 Voir l’article, « En Ouganda, les homosexuels menacés de peine de mort », Rue89, mis en ligne le 18 novembre 2009.

113 Se référer au documentaire « Ouganda, au nom de Dieu », sorti en salle en France en décembre 2010 et réalisé par Dominique Mesmin.

114 T. Miller, Technologies of truth : cultural citizenship and the popular media, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1998.

115 M. Gomez-Perez et N. Leblanc, « Jeunes musulmans et citoyenneté culturelle : retour sur des expériences de recherche en Afrique de L’Ouest », Sociologie et Sociétés, vol. 39, no 2, 2007 p. 39-59.

116 M. Asanté, Afrocentricity, Philadelphie, Africa World Press, 2003.

117 A. Mbembe, « Les écritures africaines de soi », Politique africaine, no 77, 2000, p. 16-43.

118 S. Wieringa, « Postcolonial amnesia », art. cité, p. 205-233.

119 A. Mbembe, « Les écritures africaines de soi », art. cité, p. 17.

120 Ibid., p. 21.

121 F. Eboussi, « L’homosexualité est bonne à penser », Terroirs, no 1-2, 2007, p. 5-10.

122 M.-E. Pomerolle, « Routine autoritaire et innovations militantes : le cas d’un mouvement étudiant au Cameroun », Politique africaine, no 108, 2007, p. 155-172.

123 Nous l’avons appris par des entretiens menés en 2006 auprès de certains des anciens leaders estudiantins.

124 A. Mbembe, « Les écritures africaines de soi », art. cité.

125 M.-E. Pomerolle, « La démobilisation collective au Cameroun. Entre régime postautoritaire et militantisme extraverti », Critique internationale, no 40, 2008, p. 73-94.

126 Nous reprenons ici la distinction entre discours public (notamment médiatique) et vocabulaire employé au quotidien.

127 Sans en inférer que l’énonciation quotidienne n’est pas politique ; on sait depuis les travaux de James Scott (Domination and the Art of resistance : Hidden transcripts, Yale University Press, 1990), et l’équipe du « politique par le bas en Afrique » (J.‑F. Bayart, A. Mbembe, C. Toulabor, Le politique par le bas en Afrique noire. Contribution à une problématique de la démocratie, Paris, Karthala, 1992) que ces formes de « dérisions » et autres « discours populaires » sur des thématiques sociales multiples participent des « modes populaires d’action politique » ; encore faut-il les identifier, les inventorier et trouver leur « sens caché », ce « hidden transcript » dont parlait James Scott (1990) comme « armes des faibles », « weapons of the weak ».

128 La rue ici renvoie plus globalement à un espace pluriel (rue au sens littéral), mais aussi à un espace de loisir comme les bars etc., qui sont des « sites énonciatifs » privilégiés du commentaire quotidien.

129 Entretien, Yaoundé, mars 2007.

130 Le Cameroun est une ancienne colonie allemande placée sous la tutelle de la SDN après la Première Guerre mondiale ; cette dernière l’a mise sous mandat franco-britannique selon les accords qui scellaient la défaite de l’Allemagne.

131 Voir Le Popoli, no 294, mars 2006.

132 J. Larmarange et al., « À propos des partenaires féminines des hommes ayant des pratiques homosexuelles au Sénégal », Autrepart, no 49, 2009, p. 103-116.

133 Entretien, Douala, février 2009.

134 Entretien, Yaoundé, mars 2006.

135 Le prochain chapitre analyse ce lien étroit entre homosexualité et « occulte » qui transparaît aussi largement dans les commentaires de la presse.

136 Voir S. Cohen, Folk Devils and Moral Panics, ouvr. cité.

137 A. Ashforth, « Witchcraft, violence, and democracy in the new South Africa », Cahiers d’études africaines, no 150-152, 1998, p. 502-532.

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site