Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sexe et ses doubles

 | 
Patrick Awondo

Remerciements

Texte intégral

1On ne remercie pas dans le domaine des débats sur l’homosexualité sans risquer de stigmatiser des personnes. Je m’y risquerai quand même. Parmi les universitaires et chercheurs, Fred Eboko avait pris dès le départ de cette recherche la posture d’un ouvreur de possibilités dans l’espace de la recherche internationale. Dans son sillage Karine Delauney et Christophe Broqua avaient hébergé le sujet dans le cadre d’un projet de recherche. Marie Elisabeth Handman doit être remerciée pour l’accompagnement de la thèse qui est au départ de ce livre. Dans le prolongement de la thèse, Peter Geshiere et Vinh-Kim Nguyen n’ont cessé d’encourager sa publication, tâche à laquelle se sont joints Jean-François Bayart, Richard Banégas et Béatrice Hibou. À Genève, Shalini Randeria et le département d’anthropologie et de sociologie du Graduate Institute of International and Development Studies auront toute ma reconnaissance ; accueilli comme global south scholar, j’ai pu y discuter avec des collègues notables et approfondir mes réflexions sur la politisation de l’homosexualité en Afrique. Je pense ici à Emy Lind, croisée aux gender seminar series. Je remercie également des amis, Parfait Akana, Charles Gueboguo, Yonid Midy, Cathy Eboko, Élise Marsicano, William Thiunkam, Lucas Tchedgna, Riad Fakhri, Klarisse Fordant, Larissa Kojué, Émilie Adam, Christelle Coco, Thomas Fouquet-Lapar, Steave Nemande, Sébastien Mandeng, Yves Yomb, Claver Touré, Romain Mbiribindi, et j’en oublie certainement. Mon travail a bénéficié pendant quatre ans du soutien matériel de l’ANRS et de Sidaction. L’IRD a offert au départ l’accueil institutionnel pour la partie française de la recherche, dont l’autre institution d’accueil était le laboratoire d’anthropologie sociale de l’EHESS et du Collège de France. J’y ai discuté et tissé de solides amitiés avec entre autres Mélanie Gourarier, Martha Populin, Pierre Charbonnier et d’autres, je ne saurais les citer tous. Parmi les amis et fidèles compagnons, je pense notamment au Cameroun à Joseph-Marie Zambo, Armand Leka, Marcellin Manga et à tous mes amis du département de sociologie de l’université de Yaoundé 1. Je pense au clan Awondo. Ce travail a bénéficié des échanges parfois à distance, mais réels avec des collègues tels que Marc Epprecht ; il s’est aussi nourri de collaborations avec Peter Geshiere et Graeme Reid, Frédéric Le Marcis, Emilia Sanabria, Émilie Henry et Marie Bergström que je remercie vivement pour son insistance à me faire publier un chapitre perdu de mes premières analyses. Sophie Lecluse et Kaly Belem ont aidé au travail de bibliographie et de mise en forme. Enfin aux courageux nkoandengué et mvoë du Cameroun et des diasporas, je dis toute ma gratitude, vous vous êtes ouverts à l’inconnu que j’étais.

2Ce livre reprend en partie des réflexions publiées dans les dossiers numéros 126/2012 de Politique africaine ; 55(3)/2012 d’African Studies Review ; 27/2010 de la Review of African Political Economy.

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site