Version classiqueVersion mobile

Cohésion et cohérence

 | 
Anna Jaubert

L’incise de discours rapporté dans le roman français du xviiie au xxe siècle : contraintes syntaxiques et vocation textuelle

Geneviève Salvan

Texte intégral

Introduction

1La question de l’incise de discours rapporté croise une double tradition : une tradition grammaticale, dans laquelle l’incise reçoit des définitions syntaxiques multiples et parfois contradictoires, et une tradition littéraire, plus spécifiquement narrative, dans laquelle la fonction de l’incise s’est souvent restreinte à celle d’auxiliaire de lecture du dialogue. Dans les deux cas, c’est le statut marginal de l’incise qui constitue une gêne pour son analyse : en effet, l’incise se situe aux marges de la structure phrastique tout autant qu’aux marges du discours narratif. Du point de vue grammatical et linguistique, l’incise pose la question de l’articulation, au sein de la phrase, de la pluralité des énonciations : l’incise est-elle une phrase ou une sous-phrase, est-elle intégrée à la phrase comme élément nécessaire ou est-elle superflue ? Cette question, on le verra, ne reçoit pas la même réponse selon l’état de langue et la conception de la phrase. Du point de vue énonciatif, l’incise est un lieu d’interaction problématique entre discours citant et discours cité ; enfin, du point de vue narratif, l’incise a un rôle textuel, encore peu étudié. L’incise a été plus souvent analysée comme un fait de syntaxe que comme un fait énonciatif et textuel ; or, évincer le point de vue énonciatif de même que restreindre l’analyse de l’incise au seul cadre de la phrase conduit à une analyse tronquée du phénomène. Nous souhaitons dans cet article revenir sur le fonctionnement énonciatif et le rôle textuel de l’incise de discours rapporté.

  • 1  Au siècle précédent, on peut noter que dans sa Bibliothèque française (1667), Charles Sorel ne par (...)
  • 2  Marmontel, Éléments de littérature (article « direct ») : « [le discours direct] a un inconvénient (...)

2L’incise étant une forme massivement présente dans le discours littéraire, son étude – ou pour ainsi dire l’énoncé de ses règles normatives de fonctionnement – a été le fait des théoriciens de la littérature, et ce, dès le xviiie siècle avec Marmontel, à qui avait été confié l’article « direct » de l’Encyclopédie1. À une époque où la typographie se stabilise, où elle tend à devenir plus univoque et régulière, l’incise est condamnée du point de vue esthétique, parce qu’elle apparaît comme une forme figée, monotone, sans signification. Parallèlement, la ponctuation acquérant une fonction linguistique, l’incise « utilitaire » est accusée de pauvreté sémiotique et de lourdeur stylistique2. La proposition, émise par Marmontel, d’un caractère « qui marquerait le changement d’interlocuteur, et qui ne serait jamais employé qu’à cet usage », a laissé penser que l’incise n’avait d’utilité que dans la désignation du locuteur et la gestion des tours de parole. C’était méconnaître son fonctionnement textuel. D’ailleurs, malgré la mise en place d’une typographie dialogale, l’incise n’a pas disparu : elle a changé de fonctionnement. À partir du moment où l’incise, discours d’escorte du discours direct, est devenue un lieu d’investissement sémiotique pour les auteurs, sa fonction cohésive au sein de la phrase a paru trop légère pour justifier de son apparition systématique et d’autres moyens ont été développés pour assurer la lisibilité des échanges rapportés (tirets, alinéa). Nous pensons que le rôle de l’incise est passé globalement d’un principe de cohésion interne (fonction au sein de la phrase), de lisibilité locale (signalement des tours de parole, identification et désignation du locuteur, voire caractérisation de l’acte de langage) à celui de cohérence englobante (passage récit/discours, commentaires métadiscursifs, stratégies narratoriales).

  • 3  Nous revenons un peu plus loin sur la problématique générique (III, 1).
  • 4  On peut d’ailleurs très bien concevoir un roman qui obérerait toute attribution du dit et recourra (...)
  • 5  Voir B. Vian, L’Écume des jours.
  • 6  Voir, selon Berthelot (2001, p. 170-171), la comtesse de Ségur et Diderot dans Jacques le Fatalist (...)
  • 7  Le mot est de Marmontel.
  • 8  Voir Yves Le Hir, 1961, p. 215 : « Le Moyen Âge ignorant ces signes [de ponctuation : les guilleme (...)

3L’examen de la tradition littéraire confirme cette hypothèse. En effet, l’incise y est étudiée en lien avec un phénomène plus global : le discours d’attribution. Dans les travaux de narratologie, l’incise fait l’objet d’une définition assez floue : elle est intégrée à la notion globale de « discours attributif », considéré parfois à tort comme l’équivalent romanesque de la didascalie théâtrale. « À tort », parce que le discours attributif n’est pas indépendant du discours narratif alors que la didascalie est nettement distincte du texte dramatique3. Le discours attributif est défini par Gérald Prince (1978, p. 305) comme l’ensemble des « locutions et phrases qui, dans un récit (je pense au récit écrit), accompagnent le discours direct et l’attribuent à tel personnage ou à tel autre ». Sont mis ainsi sur le même plan les segments introducteurs du discours direct (du type, Il dit : « X », elle cria : « Y ») quel que soit le degré de complexité de ce segment, les incises intercalées dans un énoncé de discours rapporté, les incises intermédiaires (entre deux énoncés de discours rapporté) et les incises finales. Derrière le syntagme discours attributif, se cache en fait un parti pris réducteur : le « problème » que résout le discours attributif ne serait que celui… d’attribuer la parole, d’indiquer l’identité du locuteur et de la manière dont les paroles sont prononcées. L’angle d’approche est donc celui de l’identification et de la caractérisation du locuteur, du contexte de locution, voire de la signification de l’acte de parole. Or, le rôle de l’incise dépasse ce seul enjeu de lisibilité des dialogues4. Néanmoins, il faut sans doute voir dans son aspect formulaire et quasi figé le principal défaut esthétique reproché à l’incise et l’origine de la volonté des auteurs de la subvertir, soit par une utilisation massive et finalement transparente5, soit par un refus total. Francis Berthelot, dans son ouvrage consacré à la parole dans le roman, justifie le combat mené par les auteurs contre la fadeur stylistique de l’incise comme une tentative consistant à éluder le discours attributif, certains écrivains n’hésitant pas à aller jusqu’à mimer le dialogue théâtral pour l’éviter6 ! Nous verrons par la suite que, même dans des œuvres prenant la forme de dialogues narratifs, tel Le Neveu de Rameau de Diderot, et malgré la présentation des personnages par leurs noms, les incises ne sont pas totalement absentes. Le rôle de l’incise ne se borne donc ni à désigner le locuteur ni à caractériser la parole. Son caractère ancillaire de marque du discours direct dans la narration, suppléé par une typographie et une ponctuation envahissantes, ont occulté son rôle signifiant dans la « tissure »7 du discours. La réduction de l’incise à une fonction typographique de jalon du dialogue a détourné également l’analyse vers une problématique philologique8, la rendant superfétatoire à partir du moment où les auteurs se sont dotés de signes de ponctuation tels que le tiret ou les guillemets. Or, comme nous l’avons dit, malgré les jugements des critiques et les nouveaux moyens typographiques qui se développent à la fin du xviiie siècle, l’incise ne disparaît pas (on aimerait dire, au contraire !) et devient un lieu de variation, d’investigation sémiotique de la part des auteurs, tant du point de vue du lexique des verbes déclaratifs employés que du point de vue de sa forme. Sans constituer sans doute un point sensible du texte littéraire, l’incise fait partie des petits mots ou groupes de mots qui renseignent sur certaines évolutions syntaxiques et sur les tendances énonciatives du texte littéraire.

  • 9  Voir Le Goffic, 1993, § 190. Les études sur le discours attributif laissent planer un flou termino (...)
  • 10  La même forme peut renvoyer (graduellement) aussi bien à une incise modale qu’à une incise indiqua (...)
  • 11  Pour des raisons évidentes de place, nous avons également écarté l’histoire de l’incise dans le di (...)

4Il est nécessaire à ce stade de préciser notre objet et de distinguer le discours attributif, qui constitue une catégorie narratologique, et l’incise, qui constitue une catégorie linguistique. Le segment introducteur de discours direct (Paul s’écria : « Je ne viendrai pas ») ne peut être considéré comme une incise (latin incisus « coupé ») même si on ajoute à « incise » la mention contradictoire « placée en tête de phrase » : le rapport entre énonciation rapportée et énonciation rapportante n’est pas du même ordre, cette différence de rapport étant marquée notamment par l’inversion ou l’absence d’inversion du sujet9. À l’inverse, nous excluons de cette étude certaines incises, telles que l’incise modale10 dira-t-on (au sens de « sans doute », « assurément »), les incises renvoyant à « un discours citant d’univers » (Rosier, 1999, p. 253) dit-on, l’incise servant à renforcer une affirmation (du nerf, vous dis-je !). Ces incises, en voie de figement, n’ont pas de valeur textuelle forte : elles fonctionnent plus comme des adverbes portant sur l’énonciation que comme des segments d’attribution du dit11.

La syntaxe de l’incise de discours rapporté

5Il nous paraît nécessaire de revenir sur le statut grammatical de l’incise, tant la littérature est variable à ce sujet. Nous avons choisi trois discours grammaticaux qui proposent des manières différentes de caractériser syntaxiquement l’incise : il s’agit principalement de la Grammaire méthodique du français (Riegel, Pellat et Rioul, 1994), la Grammaire critique du français (Wilmet, 1997) et la Grammaire de la phrase française (Le Goffic, 1993). Les deux aspects qui ont retenu notre attention sont, d’une part, l’inversion du sujet et, d’autre part, la notion syntaxique d’insertion.

L’inversion du sujet

6L’inversion du sujet est ce qui distingue dans la plupart des grammaires l’incise de l’incidente : pour Le Goffic (1993, p. 499), l’incidente étant une phrase autonome et complète, elle en a la syntaxe, avec l’ordre des mots sujet-verbe. Il en est de même pour la Grammaire méthodique qui précise que l’inversion du sujet est rare dans l’incidente (1994, p. 461), mais pas impossible (par exemple, semble-t-il).

7Cette inversion, héritée de l’ancien français, est l’ordre non marqué dans l’incise et concerne aussi bien la postposition simple nominale (dit Arthur) que pronominale (dit-il). Dès l’ancien français, c’est l’inversion qui prévaut, quel que soit le lieu d’apparition du segment attributif :

1. Sire, fet il, de ceste chace

N’avroiz vos ja ne gré ne grace (Érec et Énide, v. 39-42)

Vasax, ce dist li chevaliers,

Car nos traions un po arriers… (Ibid., v. 895-896, cités dans Buridant, 2001, § 576)

  • 12  Sauf, comme le remarque Rosier (1999, p. 251), dans des constructions introduites par comme : comm (...)

8L’inversion peut également se trouver – sans que cela soit une obligation – dans une séquence d’attribution prospective, possibilité perdue en français moderne12 :

2. Respunt Rollant: « Jo i puis aler mult ben. » (La Chanson de Roland, v. 254)

Mais on trouve aussi bien l’ordre sujet-verbe :

3. Guenes respunt : « Pur mei n’iras tu mie ! AOI (Ibid., v. 296)

9L’inversion peut être déclenchée par l’antéposition d’un pronom démonstratif neutre cataphorique :

4. Ço dist Rollant : « Ço ert Guenes, mis parastre. » (Ibid., v. 277)

  • 13  Voire au xviiie siècle. Ainsi on trouve chez Marivaux, comme reproduction d’un parler paysan et ar (...)

10Cette construction est similaire à la construction de l’incise dans laquelle le démonstratif est anaphorique et que l’on trouve encore au xviie siècle13 :

5. « Ah ! Mademoiselle, j’ai ici mon témoin », ce dit-il. (Sorel, Histoire comique de Francion, p. 217)

6. « Hé là, Tocarète ! ce dis-je, où cours-tu si vitement ? » (p. 226)

11L’inversion dans l’incise, dans tous les cas (nominale et pronominale), n’est pas l’indice d’une relation prédicative problématique, comme elle peut l’être dans l’interrogation, et l’incise est toujours de modalité assertive.

12Une explication d’ordre textuel a été avancée (Bastide, 1994, p. 27) mais est infirmée par le corpus littéraire : « Les propositions intercalées ou rejetées après les paroles rapportées sont brèves, alors que celles qui les précèdent peuvent être longues et ne font pas corps avec elle. » Cette justification ne résiste pas aux exemples trouvés en masse :

7. Il [Arnoux] dit un jour à Frédéric :

« Celui-là en sait long, allez ! C’est un homme fort ! » (Flaubert, L’Éducation sentimentale, p. 39)

et inversement,

8. « Précisément, me dit-il tout à coup comme si la cause était jugée et après m’avoir laissé bafouiller en face des yeux immobiles qui ne me quittaient pas un instant, j’ai le fils d’un de mes amis qui, mutatis mutandis, est comme vous. » (Proust, cité par Le Goffic, p. 497)

13L’inversion est justifiée de différentes manières par les grammairiens. Bonnard (2001, p. 204) penche pour la rhématisation du sujet. Selon lui, le sujet y a « une valeur plus rhématique que celle du verbe » et il appuie cette affirmation sur le fait que l’ancien français connaissait l’inversion du sujet même quand la proposition précédait le propos rapporté (voir les exemples ci-dessus). Cette explication est énoncée autrement par Meyer-Lübke (cité par Dardel, 1978, dans Rosier, 1999, p. 250) : « Cet usage tient évidemment à ce que l’action de parler se présente la première à l’esprit, que la personne de celui qui parle est ce qu’il y a de neuf, par conséquent de postérieur et de plus important. » Néanmoins, dans l’incise, le caractère rhématique du sujet peut être fortement mis en doute. En effet, dans le cas d’une postposition pronominale, le locuteur a été fréquemment mentionné dans le contexte immédiatement antérieur, et le pronom fonctionne alors comme anaphorique :

9. Madame de Lursay y consentit avec autant de joie que si elle ne l’eût pas détesté, et il sortit.

Voilà bien, me dit-elle, dès que nous fûmes seuls, le fat le plus dangereux… (Crébillon, Les Égarements du cœur et de l’esprit, p. 138)

14Dans cet exemple, le référent du pronom personnel féminin apparaît explicitement dans la phrase précédente, mais l’analyse serait la même dans le cas d’un référent plus loin en amont et néanmoins saillant. Dans le cas d’une postposition nominale, il peut s’agir d’une sélection d’un locuteur parmi plusieurs locuteurs possibles (dans le cas d’une conversation à plusieurs intervenants) ou d’une catégorisation du locuteur par le narrateur – cette possibilité, à visée encore descriptive au xviiie siècle, devient pour le narrateur au xixe siècle un moyen de caractériser le locuteur, d’ironiser sur lui :

10. Il [Deslauriers] fit annoncer « le docteur Deslauriers ».

Mme Arnoux fut surprise, n’ayant réclamé aucun médecin.

« Ah ! mille excuses ! c’est docteur en droit. Je viens pour les intérêts de M. Moreau. »

Ce nom parut la troubler.

« Tant mieux ! pensa l’ancien clerc ; puisqu’elle a bien voulu de lui, elle voudra de moi ! » s’encourageant par l’idée reçue qu’il est plus facile de supplanter un amant qu’un mari. (Flaubert, L’Éducation sentimentale, p. 246)

15Là encore, le groupe nominal sujet postposé est anaphorique référentiellement : il n’est pas rhématique (ou faiblement), même s’il introduit une caractérisation nouvelle de l’énonciateur.

16Selon Le Goffic (1993, p. 496), plutôt qu’avec une valeur rhématique du sujet, la postposition est à mettre en relation « sans doute avec l’impossibilité d’avoir deux constituants majeurs devant le verbe (*P”, N V). Dans la structure P” V N, la nature de l’objet (P) et celle du sujet (N animé), ainsi que les niveaux intonatifs, écartent toute ambiguïté ».

  • 14  Actuellement, on note une tendance à l’éviction de l’inversion dans l’incise (Rosier, 1999, p. 251 (...)

17Ainsi, l’inversion du sujet dans l’incise se justifie-t-elle moins par la valeur rhématique du sujet que par l’antéposition de l’objet, ce qui explique assez bien pourquoi dans le cas d’une attribution prospective l’ordre sujet-verbe soit respecté14. On pourrait objecter que, dans le discours oral, l’incise connaît le plus souvent l’ordre progressif sujet-verbe (« J’accepte » (qu)’il me dit). Mais l’oral mettant en scène, par le recours à des moyens intonatifs et gestuels, la différence des discours, la syntaxe s’impose moins et les contraintes d’ordre sont moins prioritaires que l’expressivité et l’enchaînement des segments discursifs.

L’insertion et la complémentation

L’insertion d’une phrase dans une autre phrase

18La Grammaire méthodique du français étudie l’incise, en lien avec l’incidente, dans la partie consacrée aux phrases atypiques et les envisage comme des insertions particulières : elles ont la structure canonique de la phrase et s’intercalent dans une autre phrase. L’incise est réservée au discours rapporté : placée à la fin ou à l’intérieur d’une phrase dont, dans ce dernier cas, elle suspend le cours et modifie la courbe intonative, elle indique qu’on rapporte les paroles ou les pensées de quelqu’un. Les incises sont des phrases généralement courtes, qui correspondent au dire que du discours indirect (Je pense, dit-il, qu’il ne viendra pas. Il dit qu’il pense qu’il ne viendra pas), avec inversion du sujet, le plus fréquemment pronominal. L’incidente se distingue de l’incise par le fait qu’elle insère « un commentaire sur un discours à l’intérieur de ce discours » (p. 461) : la distinction entre incise et incidente s’opère sur la base d’un double critère, celui du sens du verbe (déclaratif ou non déclaratif) et sur l’inversion (quasi obligatoire ou rare) du sujet. Les auteurs opposent ainsi : Ah ! ils nous font devenir chèvres, murmurent-elles (Ponge) et : Toutes les femmes, je l’ai remarqué, tournent avec obstination autour de ce qui doit les brûler (Montherlant).

19L’insertion est définie plus loin comme un type de relation entre propositions, autrement dit comme un type de composition de la phrase complexe, au même titre que la subordination, la coordination et la juxtaposition : il y a insertion « lorsqu’une proposition, nettement détachée par des marques prosodiques et graphiques, est placée à l’intérieur ou à la fin d’une autre proposition qui équivaut syntaxiquement et sémantiquement à une complétive c.o.d. de son verbe » (ibid., p. 470).

20Ce qui pose problème est précisément le cadre syntaxique défini pour l’incise, à savoir l’insertion : si l’on peut admettre la définition de l’insertion pour des cas d’incise tels que, quand, demanda-t-elle, arrêteras-tu de gémir ?, que faire en revanche d’exemples tels que, quand, s’emporta-t-elle, arrêteras-tu de gémir ? L’extension possible des verbes déclaratifs (du type dire, demander, murmurer…) à des verbes intransitifs contenant un sème /locutif/ limite le fait que la proposition dans laquelle s’insère l’incise puisse être interprétée syntaxiquement comme une complétive objet (elle demanda quand il arrêterait de gémir, mais *elle s’emporta quand il arrêterait de gémir).

21Il y a en fait contradiction entre deux ordres : l’ordre syntaxique dans lequel le verbe de l’incise régit l’objet constitué par les paroles rapportées et l’ordre énonciatif dans lequel la mention de la source rapportante (dans l’incise) se situe en arrière-plan par rapport aux paroles rapportées.

Un enchâssement par insertion

  • 15  On pourrait objecter que les incises du type lui dis-je, lui ai-je dit attribuent l’énoncé à l’éno (...)

22Marc Wilmet (Grammaire critique du français, p. 693) aborde la question de l’incise dans le cadre de la phrase complexe, et parle d’enchâssement par insertion (par opposition à la subordination, enchâssement par ligature) : on reste dans le cadre de la phrase complexe sans passer dans celui de la phrase multiple (par coordination ou juxtaposition). Selon Wilmet l’incise « insère à P une sous-phrase ∆ en guise de complément circonstanciel de l’énonciation » et l’incidente « insère à la phrase P1 d’accueil une phrase P2 ». Dans cette conception, les incises de discours rapporté, « encarts distribuant les tours de parole », ne sont plus qu’un type d’incise, présentant le plus souvent l’ordre inversé. Ainsi, on trouve rassemblés sous la même bannière des exemples du type : Un soir, t’en souvient-il, nous voguions en silence (Lamartine), « Donne-lui tout de même à boire », dit mon père (Hugo) ou encore Un jour, et, je pense, longtemps après la mort de mon père, ma mère cessa de porter le noir (Proust). Cette définition propose une solution au problème de l’intransitivité de certains verbes pivots d’incises de discours rapporté autres que les déclaratifs transitifs mais ne prend pas en compte l’hétérogénéité de la source énonciative : dans l’exemple de Lamartine, l’incise actualise la relation de l’énonciateur au lecteur, dans celui de Proust, l’incise évalue le degré d’adhésion de l’énonciateur à son énoncé tandis que dans celui de Hugo, l’incise signale que l’énoncé sur lequel elle porte relève d’une source énonciative distincte de celle qui énonce l’incise15.

Une insertion en construction détachée dans une autre phrase

23Pierre Le Goffic (Grammaire de la phrase française, § 338) propose d’analyser l’incise comme une phrase non complète, caractère qui la distingue fortement de l’incidente, phrase complète et comportant « souvent un élément anaphorique du reste de l’énoncé : ce, le, ainsi… » (§ 339). Si l’on considère la structure du point de vue de la rection syntaxique, « le verbe de l’incise est le verbe principal, ayant pour complément les paroles rapportées, comme dans Il dit : “J’accepte” ». En revanche, « du point de vue énonciatif, compte tenu de la place des constituants et de la prosodie, ce sont les paroles rapportées qui constituent le texte de premier plan, l’incise n’étant qu’une interruption accessoire, une glose d’un niveau inférieur relative à la source. C’est ce second point de vue qui tend à l’emporter, et qui fait de l’incise un type de construction particulier ».

24On peut donc conclure de ce rapide bilan que c’est le manque d’autonomie de l’incise – caractérisé diversement par les notions de sous-phrase, phrase non complète, proposition incomplète – dû à sa position de dominée énonciativement plus que son incomplétude sémantique (par « défaut » d’objet exprimé dans le cas d’un verbe transitif), ainsi que son inclusion dans le discours rapporté qui sont des critères pertinents pour rendre compte de son fonctionnement.

25L’incise a la structure d’une phrase minimale avec l’ordre inversé (groupe verbal - groupe nominal sujet), souvent incomplète, elle vient suspendre l’enchaînement propositionnel (soit en l’interrompant, soit en le suivant) dans lequel elle s’insère (elle entre dans les limites phrastiques sans en posséder elle-même), elle prend pour rhème l’énoncé sur lequel elle porte en attribuant le dit à un autre énonciateur.

L’insertion de l’incise de discours rapporté : de la phrase au texte

26Pour terminer ce point consacré à la syntaxe de l’incise, il nous a paru nécessaire d’étudier la syntaxe de l’incise dans une perspective diachronique, parce que le mode d’inclusion de l’incise de discours rapporté dans la phrase a évolué. La frontière se dessine nettement entre le xviiie et le xixe siècle.

Mobilité de l’incise et cohésion syntaxique

27Une première remarque concerne la grande mobilité de l’incise au sein de la phrase : elle peut apparaître en fin de phrase syntaxique tout en coupant le discours direct (Je suis d’accord, dit-elle. Néanmoins, il faut envisager tous les cas) et démarquer des actes de langage :

11. Non, – dit-elle, – nous ne sommes pas mariés, Jules et moi. » (Aragon, Les Voyageurs de l’impériale, p. 539)

ou bien apparaître au sein de la phrase et séparer des éléments, même coalescents. Ainsi, on trouve tous les cas de figure possible, séparation de l’interjection et du reste de l’énoncé, séparation de l’élément détaché, séparation au sein de la locution causale c’est que :

12. – Ah, ah, dit M. Pierre, – alors votre main est libre, sinon votre cœur ? (loc. cit.)

13. – « Moi, ce que je trouve drôle, dit Nonancourt, c’est Ledru-Rollin chassant dans les domaines de la couronne ! » (Flaubert, L’Éducation sentimentale, p. 345)

14. C’est, m’a-t-elle répondu, que ces messieurs sont galants. (Marivaux, Le Spectateur français, p. 194)

28On note, sans que cela soit une règle générale, que plus la réplique est courte, plus l’incise a tendance à être rejetée en position finale, et inversement, plus la réplique est longue, plus l’incise a tendance à apparaître très tôt dans le discours direct, et peut même séparer le sujet de son verbe :

15. L’intrigue, dit-elle, ne m’en paraît pas neuve ; mais j’en aime assez les détails : elle est noblement écrite, et les sentiments y sont bien développés. N’en pensez-vous pas comme moi ? (Crébillon, Les Égarements…, p. 77)

29L’incise, malgré la coupure qu’elle instaure, ne remet donc pas en cause la cohésion syntaxique de l’énoncé dans lequel elle s’insère, elle se situe notablement à un autre niveau, et ne gêne pas la linéarité discursive de l’énoncé rapporté. Le point de vue prosodique corrobore cette remarque, puisque l’incise implique un fléchissement qui la place là encore à un autre niveau intonatif.

Schéma et évolution de la phrase polyphonique

30La pratique typographique constitue un élément d’information plein d’enseignement. En effet, on trouve jusqu’au xviiie siècle la possibilité d’inclure matériellement l’incise dans le fragment de discours direct. Ainsi, elle apparaît juste avant le signe typographique indiquant la modalité de l’énoncé rapporté :

16. Versac, qui s’amusait à contredire Madame de Mongennes, repassa dans cet instant de notre côté. N’est-il rien arrivé d’extraordinaire à Madame de Mongennes, qui ait bouleversé ses idées, demanda-t-il ? (Crébillon, Les Égarements…, p. 197)

31La pratique typographique a changé sur ce point et distingue plus fortement les modalités de chacun des énoncés, à tel point que le discours direct peut comporter une modalité d’énoncé non reprise par le sémantème du verbe déclaratif en incise, et ce dans le cas d’incises en position intermédiaire :

17. « Comme tout cela, dit Martinon, aurait amusé Mlle Cécile ! » (Flaubert, L’Éducation sentimentale, p. 321)

mais aussi dans le cas d’incises concluantes :

18. « Allez-y donc ! » dit Dussardier. (p. 307)

19. « Prenons-nous le vin blanc ? » dit l’épurateur qui s’éveillait. (p. 319)

  • 16  « Je n’ai jamais de ma vie rien écrit de plus difficile que ce que je fais maintenant, du dialogue (...)

32Dans ces derniers exemples, les modalités exclamative et interrogative sont portées par la structure syntaxique des phrases et les signes de ponctuation, et l’incise se cantonne au rôle de désignation du locuteur et d’indication neutre de l’acte de langage – ce qui donnerait un argument pour ceux, écrivains et théoriciens, qui voient dans l’incise un énoncé formulaire et figé à l’effet de monotonie. Néanmoins, sachant le souci et l’opiniâtreté que Flaubert mettait à écrire ses dialogues16, ne cédant jamais à la facilité, on peut avancer une autre explication : le narrateur, laissant à ses personnages la responsabilité de l’acte de parole, se libère de la tâche de caractériser les paroles de ses personnages de quelque manière que ce soit. Il se distancie le plus possible de la caractérisation de l’acte de langage en employant un verbe déclaratif neutre (dire), comme signalement minimal de sa présence, sans pour autant prendre dans son discours la responsabilité énonciative du discours cité. Les niveaux énonciatifs sont nettement séparés, et les deux relations pragmatiques également (celle qui lie locuteur et interlocuteur dans la fiction, celle qui lie narrateur et destinataire). On peut avancer l’hypothèse que dans l’exemple de Crébillon, représentatif de sa pratique scripturale, cette séparation compte moins que la notion d’ensemble syntaxique incluant les diverses propositions, ou encore compte moins que le mouvement discursif, prosodique, de la phrase. Autrement dit, derrière une pratique typographique différente, c’est d’une part le rapport du narrateur à la parole qu’il met en scène qui diverge et d’autre part la position relative des différents segments syntaxiques dans la « phrase polyphonique ». Le signalement des ruptures énonciatives implique une séparation syntaxique et typographique et donc l’emporte sur la structure englobante de la phrase chez Flaubert, tandis que chez Crébillon, la cohésion discursive l’emporte sur la différenciation syntaxique et la rupture énonciative.

33L’évolution de la « place relative » de l’incise dans la phrase corrobore cette analyse. Là encore le tournant semble s’opérer entre le xviiie et le xixe siècle. Jusqu’au xviiie siècle, on trouve des structures qui donnent au verbe en incise le statut syntaxique de verbe principal. Ces structures sont les suivantes :

34– Le sujet du verbe en incise est anticipé par un participe présent prédicatif, renvoyant au sujet de l’incise :

20. J’attendis quelque temps qu’elle me parlât, mais voyant enfin qu’elle ne voulait pas rompre le silence : ce travail vous occupe prodigieusement, Madame, lui dis-je. (Crébillon, Les Égarements…, p. 114)

21. Enfin, n’y pouvant plus tenir : Écoutez-moi, me dit-elle, en me tirant par le bras […] je veux vous voir jouer dans le comique. (Marivaux, L’Indigent Philosophe, p. 300)

35Le verbe en incise est syntaxiquement le verbe principal, le segment de paroles rapportées peut s’analyser comme le complément d’objet du verbe en incise, même si celui-ci n’est pas le prédicat principal. La structure phrastique est saturée : chaque place syntaxique est occupée par un constituant.

36– Un groupe infinitival complément circonstanciel précède le fragment de discours direct, l’agent de l’infinitif est le sujet du verbe en incise (le signe de ponctuation subséquent n’est pas figé, on trouve tout aussi bien les deux points que la virgule) :

22. Elle me regardait avec des yeux sévères ; enfin, après m’avoir longtemps fixé : vous trouverez peut-être singulier, Monsieur, me dit-elle, que je vous demande une explication. (Crébillon, Les Égarements…, p. 97)

23. Après avoir choqué le verre cinq ou six fois, ce vin-là est bon, me dit-il. (Marivaux, L’Indigent Philosophe, p. 300)

24. Elle ne voulut pas cependant achever de me décourager ; et, sans y répondre, je suis, me dit-elle, fâchée quand j’y songe que vous soyez resté ici. (Crébillon, Les Égarements…, p. 122)

  • 17  Nous avons trouvé une occurrence de cette construction dans un roman contemporain, prenant le part (...)

37– Une subordonnée circonstancielle temporelle dépendant du verbe en incise précède le discours direct et joue le rôle de complément circonstanciel de temps du verbe en incise17 :

25. Elle me proposa de jouer, et pendant qu’on arrangeait les cartes : Vous êtes, me dit-elle en souriant, un amant singulier. (Crébillon, Les Égarements…, p. 87)

38– De même avec un groupe prépositionnel circonstanciel :

  • 18  On peut noter que dans les éditions de 1723 et de 1728 du Spectateur français, les incises étaient (...)

26. […] et, dans la conversation : Si je craignais de vous paraître trop curieux, dit-il, je vous prierais de me dire à qui j’ai le plaisir de donner aujourd’hui retraite. (Marivaux, Le Spectateur français, p. 18018)

39Ces procédés préservent tous la complétude de la phrase et la saturation des postes syntaxiques. Les mêmes segments prospectifs ne disparaissent pas complètement au xixe siècle : ce qui change c’est que l’apparition de l’incise – donc du verbe qui assurait la complétude syntaxique de la phrase – prend un caractère aléatoire. Ainsi, chez Flaubert, nous retrouvons ces segments anticipants, participiaux prédicatifs, coordonnés à une première proposition ou non, ou subordonnées circonstancielles, non nécessairement accompagnés d’une incise :

27. Ensuite, apostrophant un chiffonnier, qui remuait des écailles d’huîtres contre la borne d’un marchand de vin :

« En fais-tu partie, toi, de la Jeunesse des écoles ? » (Flaubert, L’Éducation sentimentale, p. 28)

28. Alors, Hussonnet, croyant le moment favorable :

« Vous ne pourriez pas m’avancer, mon cher patron ?… » (p. 35, voir aussi p. 36, 52, 73)

29. Enfin, elle gagna la porte, et, la faisant claquer vigoureusement :

« Bonsoir ! Vous aurez de mes nouvelles ! » (p. 315)

[avec incise, moins commandée par la phrase que par le sens du verbe qui renvoie à une pensée auto-adressée]

30. Quand tout cela fut en sa possession :

« C’est peut-être une idée de coiffeur que j’ai eue ? » songea-t-il. (p. 63)

40D’autres exemples montrent que le segment antéposé, se rattachant au discours direct qui le suit, ne contient plus nécessairement de désignation cataphorique du locuteur et se diversifie formellement :

31. Enfin, après quinze jours d’hésitation :

« Bah ! je ne dois plus les revoir ; qu’ils m’oublient ! Au moins, je n’aurais pas déchu dans son souvenir ! Elle me croira mort, et me regrettera… peut-être. » (p. 92)

32. Puis, d’un air enjoué :

« Mais j’oublie que je parle à un capitaliste, à un Mondor, car tu es un Mondor, maintenant ! » (p. 113)

33. Et, sur l’objection qu’elle était de Chartres :

« Chartres ! jolie ville. » (p. 247)

41Enfin, la mention du nom du locuteur détaché en amont du discours direct bloque de façon quasi générale l’apparition d’une incise :

34. Et Mme Dambreuse :

« À bientôt, n’est-ce pas ? » (p. 241)

35. Mais l’autre, d’un ton tragique :

« Est-ce que le Gouvernement n’aurait pas dû déjà abolir, par un décret, la prostitution et la misère ? » (p. 309)

  • 19  On peut rapprocher également le caractère syntaxique facultatif de l’incise de la fonction sémanti (...)

42L’anaphore thématique entre l’agent du participe présent ou celui de l’infinitif et le sujet postposé de l’incise n’est plus systématiquement explicitée. Autrement dit, l’incise n’est plus considérée comme un élément nécessaire à la phrase : cette tendance se retrouve dans le fait que – on le note surtout dans le roman moderne – le segment introducteur des paroles rapportées peut faire l’économie d’un verbe strictement déclaratif19, du type :

36. Les quelques chasseurs de sanglier […] fanfaronnaient devant grand-mère : « Ne vous inquiétez pas, madame Burgaud, on vous le ramènera, votre mari. » (J. Rouaud, Les Champs d’honneur, p. 55)

43On peut même trouver un segment de ce type non plus en initiale mais en position intermédiaire, entre parenthèses, sorte d’incise « non déclarative », puisque la parenthèse explicite le locuteur :

37. Voilà, elle l’avait bien dit (grand-mère qui passe triomphe) qu’il nous ferait tous griller avec ses cigarettes, et elle reprend sa course… (p. 51)

44La conclusion qui se dégage de ces remarques est double : d’une part, l’incise est passée du rang de constituant primaire de la phrase à celui de constituant périphérique, et d’autre part, l’incise est passée du statut de constituant quasi nécessaire à celui de constituant facultatif. L’apparition de l’incise, qui répondait en partie à une esthétique de complétude syntaxique et certainement rythmique et prosodique, s’oriente à partir du xixe siècle vers une motivation textuelle. L’inclusion systématique de l’incise dans la structure phrastique a laissé place à son apparition éventuelle. Ce que Gougenheim (1938, p. 320) met sur le plan d’un « allègement des procédés de présentation » du discours direct est le signe que le facteur textuel a relayé le facteur syntaxique. Revalorisée comme élément de rupture, elle peut ainsi entrer dans une stratégie textuelle. L’incise de discours rapporté, devenue construction détachée, explicative du dire rapporté, relève dès lors moins d’une étude syntaxique que d’une étude énonciative et textuelle.

Le rôle énonciatif et textuel de l’incise

45C’est de cette conclusion que peut être amorcée la réflexion sur le rôle énonciatif et textuel de l’incise : l’incise fonctionne-t-elle uniquement par rapport au segment de discours direct dans lequel elle s’insère ? Fonctionne-t-elle par rapport au contexte postérieur et/ou antérieur ? quelle sorte de continuité textuelle implique-t-elle ?

Présentation du discours direct et rupture énonciative

La hiérarchisation des énonciations 

46L’incise a pour fonction d’attribuer un discours à autrui (Prince, 1978 ; Rosier, 1999, p. 252), elle se situe donc du côté du discours citant et signale une rupture, à savoir le changement de source énonciative : elle sépare les activités énonciatives de deux instances de niveaux différents, sert à indiquer que le locuteur rapportant (narrateur) donne à un autre sujet (personnage) le statut de locuteur. Elle rattache l’énonciation rapportée à l’emprise discursive de l’énonciateur premier.

47Dans le corpus littéraire classique, il n’est pas rare de trouver des exemples dans lesquels l’incise a tendance à surmarquer l’énonciation, lorsqu’elle relaie un verbe déclaratif en introduction, ou un verbe locutif présent dans l’énoncé narratif précédent :

38. […] il [notre pédant] se met à discourir tout haut de ses moyens avec une impertinence la plus grande du monde. Monsieur, dit-il en s’adressant particulièrement au cousin qui avait mis le nez dans leur communication, afin que vous ne pensiez point… (Sorel, Histoire comique de Francion, p. 215)

  • 20  S. Durrer (1999, p. 111-112) cite cet exemple symptomatique de Bernardin de Saint-Pierre recourant (...)

48Sans être totalement redondante, cette incise est la marque d’une sur-énonciation dans un texte écrit20. L’incise assure donc le passage entre deux activités énonciatives au sein d’un texte relevant en dernière instance d’un seul actant, le narrateur, et organise le disparate énonciatif (ne serait-ce qu’en rappelant la présence du niveau narratorial). Cette hiérarchisation des voix est encore scrupuleusement respectée dans l’esthétique romanesque où le narrateur est fort, l’incise peut alors être le lieu de commentaires (voir l’exemple 8), de la caractérisation de la parole et d’indication du degré d’actualisation énonciative du discours direct.

La caractérisation de l’acte de langage

  • 21  Il y a d’autres moyens de caractériser l’acte de langage, par exemple par un syntagme anaphorique (...)

49Cette caractérisation passe en premier lieu par le moyen lexical du verbe déclaratif (dit-elle, demanda-t-elle), ou du circonstant dépendant de l’incise (dit-elle en pleurnichant)21. Elle peut concerner (Rosier, 1999, p. 249) « la dimension vocale et gestuelle » de la parole, voire la condensation de la parole et du geste (bondit le cogne, explosa Gnassimboué, exemples cités par Rosier). Elle peut désigner également le type d’acte de langage comme demander, questionner, promettre, confirmer…, et par exemple objecter, dans une argumentation :

39. « Ce qui vous séduit est particulièrement ce qui la dégrade comme idée ; je veux dire les seins, les cheveux…

– Cependant, objecta Frédéric, de longs cheveux noirs, avec de grands yeux noirs… » (Flaubert, L’Éducation sentimentale, p. 57)

50Le verbe peut aussi impliquer une distance modale entre l’énonciation enchâssante et l’énonciation enchâssée (estimer, prétendre…). L’étude de la variation lexicale montre que la tendance est à surcaractériser l’acte de langage : à côté des verbes premiers, tels que dire et faire, sont apparus des verbes qui redoublaient l’indication portée implicitement ou non par le fragment de discours direct (voir l’exemple de objecter ci-dessus, le discours direct contenant déjà une indication de l’orientation argumentative avec l’adverbe cependant).

  • 22  Ce type d’incise est rare dans le corpus littéraire, elle l’est beaucoup moins en revanche dans d’ (...)

51La caractérisation de l’acte de langage et de son mode de report (indiquant la distance plus ou moins grande entre l’acte d’origine et sa transcription) est marquée en second lieu par la modalité du verbe en incise : dans ce cas, l’incise peut indiquer le degré d’autonomie énonciative du discours cité : de la simple citation (dit-il) à la reformulation (dit-il en substance), ou au relais par le narrateur des paroles rapportées (c’est à peu près ce qu’il dit22).

Le degré d’actualisation énonciative du discours direct

52Les propos rapportés au moyen de l’incise peuvent rester à l’état virtuel et l’incise mettre en scène un discours direct non actuel. C’est par la temporalité du verbe en incise que le degré d’actualisation est précisé :

53– Une parole, auto-adressée et auto-représentée, verbalise une pensée. Une parole intérieure dans laquelle l’énonciateur se dédouble en deux pôles énonciatifs est représentée (l’énonciateur dialogue avec lui-même) :

40. Hélas ! disais-je en moi-même, l’honnête homme est toujours triste. (Marivaux, Le Spectateur français, p. 115)

54– Un discours virtuel est attribué à autrui : il actualise discursivement une pensée d’autrui inférée d’un comportement. L’acte énonciatif est non réalisé et reste à l’état préverbal :

41. Quand on est fait comme je suis, pensait apparemment chacun d’eux, on laisse agir à l’aise le sentiment qu’on a de ses avantages, en marchant superbement […]. Ce petit discours que je fais tenir à nos jeunes gens, on le regardera comme une plaisanterie de ma part. (p. 125-126)

55Le discours peut être également envisagé et l’incise au futur projette une énonciation supposée. Cette représentation d’un dire d’autrui opposé à celui du narrateur est parfois la marque d’une stratégie argumentative dynamique. Elle permet au narrateur de dialogiser sa propre argumentation, de proposer une mise en scène énonciative de son raisonnement en « faisant parler » les arguments antagonistes et en les annulant au fur et à mesure :

42. Mais, dira-t-on, il faut pourtant des critiques. (p. 145)

43. Un anachorète ! s’écriera-t-on, un homme atténué, mourant… (p. 119)

Facteur d’intégration textuelle

56L’incise appartient à l’ensemble des éléments qui résolvent l’incompatibilité apparente entre les différents niveaux discursifs au sein de la narration et constitue un facteur d’intégration textuelle de l’hétérogène. Elle intègre la parole de l’autre dans une unité phrastique et/ou textuelle :

57En articulant discours indirect et discours direct :

44. Après un long moment d’hésitation, Monsieur B. se déclara prêt à accepter le défi, « mais, ajouta-t-il avec un sourire pensif, dites bien à ces messieurs qu’ils ne doivent pas fonder sur moi de trop grands espoirs ». (S. Zweig, Le Joueur d’échecs, p. 56)

En articulant narration et discours direct :

45. À travers les troènes qui séparent la propriété Cazenave du jardin des Lachassaigne où Mathilde faisait son métier d’institutrice, la belle affaire, songe-t-elle, d’avoir su attiser le désir de ce quinquagénaire timide ! (F. Mauriac, Genitrix, p. 27)

58Dans cette phrase, il y a une double rupture, à la fois syntaxique et énonciative : l’énoncé narratif jusqu’à institutrice s’articule sur le discours direct subséquent grâce à l’incise, qui permet de l’interpréter comme du discours direct. L’incise assure une cohésion syntaxique par l’anaphore pronominale (Mathilde/elle) et une cohérence narrative au sein même de la phrase (passage d’une focalisation interne à l’hétérogénéité énonciative montrée). Ce passage est entouré de discours indirect libre en amont, et en aval : « D’autant que le gros poisson avait donné, de son plein gré, dans la nasse tendue. »

59L’incise est un moyen de l’émergence des voix sans solution de continuité au sein de la narration, elle assure une coupe dans la linéarité textuelle – sans la rompre – pour faire place au discours rapporté. Elle reste néanmoins toujours du côté du discours citant. On voit d’autre part, grâce à l’exemple précédent, qu’elle n’est pas nécessairement liée à la forme canonique du discours direct et joue un rôle dans les formes mixtes (voir plus loin).

60Un autre exemple permet de montrer que l’incise peut récupérer une cohésion malmenée :

46. Je me suis mise à pleurer sur l’album, un herbier de moments fanés, les larmes trempaient le papier de soie qui roulait en bouillie sous mes doigts et gommait un peu plus le glacis des photos, il pleuvait sur mon mariage et j’avais eu froid dans mon petit tailleur blanc, mariage pluvieux mariage heureux m’avait-on dit. (M. Darrieussecq, Naissance des fantômes, p. 50).

61Le segment mariage pluvieux mariage heureux peut être interprété soit comme un proverbe soit comme une amorce de discours direct libre normalisée a posteriori en discours direct, dans tous les cas il intervient en rupture syntaxique (la cohésion est simplement assurée par l’anaphore nominale mon mariage/mariage pluvieux). L’incise en finale permet de récupérer une source énonciative identifiable (mais non autrement identifiée), distincte de la narratrice, et permet par conséquent une réinterprétation de la citation, qui ne convoque pas un proverbe mais un énoncé superstitieux attribué à un collectif anonyme présent le jour du mariage et soucieux de dire quelque chose à la mariée dégoulinante. On voit bien ici que l’incise, en tant que marqueur de discours rapporté, récupère du côté du discours rapporté tout segment hétérogène énonciativement.

62Ce fonctionnement permet ainsi à l’incise d’avoir une portée variable : elle peut porter sur l’énoncé entier mais aussi sur un syntagme qu’elle isole énonciativement du reste de l’énoncé. Il s’agit dans ce cas d’une parole souvent itérative, typique d’un personnage :

47. Il [Pierre] relève au passage les quincailleries, les magasins d’articles de ménage, s’arrête quelquefois dans l’un (prendre des idées, dit-il), se hasarde à donner un avis négatif selon leur degré de propreté. (J. Rouaud, Les Champs d’honneur, p. 176)

63Enfin, l’incise explicite dans l’ordre textuel ce qui peut n’être que montré dans l’ordre discursif. Ainsi l’incise peut correspondre à une pause intonative dans la situation extralinguistique :

48. Je vous crois, dit l’avocat. Mais vous, bon homme, reprit-il en s’adressant au villageois, dites-moi si le père de Monsieur a été à la guerre en son vivant. (Sorel, Histoire comique de Francion, p. 218)

64Dans l’exemple suivant, la ponctuation (points de suspension) et l’inachèvement syntaxique indiquent clairement qu’il y a eu interruption du discours du premier locuteur. On retrouve encore une fois cette tendance de l’incise au surmarquage, qui double dans le discours citant l’indication de la direction de l’interaction contenue dans le discours cité (explicitation contenue dans l’incise) :

49. Un petit mot, Monsieur, lui dit-il, de l’air d’un homme qui ne se paie pas de babil et qui a trop d’esprit pour s’épouvanter de celui d’un autre ; prenez bien garde que ces ministres, que vous louez tant auraient pu dans telle occasion… Monsieur, lui répondit l’autre, en lui coupant la parole, je ne force personne, et vous êtes libre d’en penser ce qu’il vous plaira. (Marivaux, Le Spectateur français, p. 137)

65L’incise, du point de vue textuel, intègre le discours direct dans une séquence textuelle, dans laquelle d’autres discours rapportés peuvent se partager la mise en scène textuelle du dire d’autrui : l’incise est à saisir dans le réseau formé par le jeu des différents discours rapportés. Voici un extrait qui mêle les types de discours rapporté avec une condensation textuelle importante (énonciation de récit + discours direct + discours indirect libre passé/présent)

50. Elle ne répond pas tout de suite, elle rougit. Il la sent contre lui mal à l’aise.

« En Angleterre, – dit-elle, – tu sais bien… »

Il n’en savait rien. Mais il comprend maintenant bien des choses. C’est là-bas, sans doute qu’elle a appris à jouer ainsi. (Aragon, les Voyageurs de l’impériale, p. 160)

66La notion de texte est convoquée aussi bien dans l’étude du code écrit que dans celle du code oral : or, fortement liée à l’un et à l’autre codes, l’incise semble évoluer par rapport à la distinction, fluctuante selon les époques, écrit/oral.

Marque du code écrit versus indice d’oralité

  • 23  La question de l’incise croise la problématique de l’insertion du discours direct dans le texte na (...)
  • 24  Et toutes les variantes avec notamment la prise à partie de l’interlocuteur (tu sais ce qu’il m’a (...)

67L’incise est une marque de discours rapporté à l’écrit et dans les textes littéraires23. Dans le discours oral quotidien, on rencontre plus volontiers un segment introducteur (il m’a dit : « X », il lui a répondu : « Y »…24) qui marque au préalable la rupture énonciative, et permet une mise en scène des différentes voix et un jeu différencié des intonations. On imagine d’ailleurs aisément la surprise d’un interlocuteur entendant d’abord une voix imitée et ensuite l’assignation de cette voix à une personne dont l’énonciateur rapporte les paroles. La différenciation des voix à l’oral demande une élucidation préalable (sans que cela soit pourtant une exigence absolue), également parce que l’énonciateur étant physiquement présent, la polyphonie est plus difficile à organiser et à jouer, et le rôle du rapporteur est au premier plan.

  • 25  Voir Wilmet (1997, p. 564) et les exemples suivants : « Il nous agace avec ses états d’âmes et ses (...)

68C’est la manière d’envisager l’incise par rapport à la distinction écrit/oral qui a changé : l’incise, marque de l’écriture de la parole, de son inscription dans l’écrit littéraire, s’est vu octroyer à l’inverse dans le roman contemporain la fonction d’indiquer l’oralité. En effet, l’incise par son caractère quasi obligatoire (pour exemple, nous n’avons relevé que trois cas d’absence d’incise dans le roman de Crébillon, Les Égarements du cœur et de l’esprit, qui comporte pour moitié des dialogues) était un élément du code d’écriture du discours direct ; à partir du moment où cette fonction s’est restreinte, notamment par son caractère facultatif, l’incise a pu se charger d’une autre valeur, celle d’indiquer le mode de profération des paroles rapportées, dans ses dimensions vocale et gestuelle. On assiste alors à des variations lexicales des verbes possibles apparaissant dans l’incise. La série canonique des verba dicendi du roman classique (dire, reprendre, répondre, répliquer, repartir, s’écrier, ajouter…) s’élargit considérablement, et s’ouvre notamment à des verbes non transitifs contenant un sème /locutif/ (s’égosiller, pleurnicher, ronchonner, postillonner…)25.

  • 26  Ainsi, M. Bastide cite cet échange entre le « cavalier à pied » et le colonel : « Le maréchal des (...)

69Plus encore qu’une explicitation de l’oralité des paroles rapportées, l’incise est devenue l’indice d’une oralisation généralisée du discours romanesque : elle est le signe d’un changement de rapport entre narrateur et personnage et d’une porosité progressive entre l’énonciation narratoriale et l’énonciation des personnages. De nombreuses études consacrées au roman contemporain montrent clairement ce phénomène : ainsi Céline, dans Le Voyage au bout de la nuit, adapte le type d’incise au niveau de langue des paroles rapportées (Bastide, 1994, p. 27), alors que chez Zola, l’incise, restant nettement au niveau d’un « narrateur académique », ne cède pas au caractère populaire ou ordurier de la parole du personnage (ibid.). Chez Céline, le narrateur s’exprimant à la première personne, l’adaptation des niveaux de langage semble plus naturelle, mais on la trouve également avec des locuteurs différents du narrateur26. L’écriture de la parole romanesque s’oralise donc d’une certaine façon : toutefois, cette oralisation ne prétend pas rendre l’écriture romanesque plus « orale ». Il s’agit en fait d’une évolution du code écrit. L’écriture de la parole obéit à la tendance générale de mixité qui amène à mélanger les codes écrit/oral, à introduire de l’hétérogène dans le discours romanesque. Tout se passe comme si le référent oral (le discours « effectivement prononcé » à rapporter) influençait dorénavant beaucoup plus son correspondant écrit (le discours direct). L’incise est alors partie prenante d’une pratique narrative renouvelée, celle qui tend à produire l’illusion de l’oral dans l’écrit.

70Il y a une autre tendance qui semble se dégager : il s’agit de la concurrence entre incise et segment attributif prospectif. Dans le roman classique, on observe qu’il y a très peu de verbes introducteurs de discours direct. Georges Gougenheim le note pour La Princesse de Clèves (1938, p. 309) et nous l’avons également noté au xviiie siècle dans Les Égarements du cœur et de l’esprit de Crébillon (2002, p. 167) où seul le verbe poursuivre peut se trouver à cette place. Un rapide sondage dans une œuvre narrative non romanesque de la même époque, Le Spectateur français de Marivaux, nous montre que le verbe dire est employé moins d’une dizaine de fois à la place introductrice. De plus, de façon quasi systématique, le verbe dire, lorsqu’il introduit les paroles rapportées, est coordonné à un premier verbe au passé simple et constitue une étape dans la successivité narrative :

51. Là-dessus, mon homme mit la main sur un gros livre, dont la reliure était neuve, et lui dit : Est-ce cela ? (Marivaux, Le Spectateur français, p. 138)

71Il précise souvent que le locuteur n’est pas la personne saillante du contexte gauche et désambiguïse très vite l’origine de la prise de parole :

52. [le narrateur vient d’exprimer une pensée] Quelqu’un reprit le discours sur la dame dont le silence de l’autre avait ébauché l’éloge, et dit : On m’assurait, l’autre jour, que son mari était jaloux, et il est vrai qu’on peut l’être à moins. (p. 151)

72Dans les romans du xixe siècle, on note la tendance inverse : chez Flaubert, par exemple, les verba dicendi en position introductrice sont plus fréquents que les incises. Ce procédé se retrouve au xxe siècle, avec les mêmes pratiques (expression du locuteur en rupture avec le sujet du verbe principal précédent), le verbe introducteur accompagnant en général des répliques isolées :

53. Il l’interrogea du regard. Elle dit : « ça n’aurait pas même été un garçon ? » (F. Mauriac, Genitrix, p. 19)

73L’inversion de tendance, brossée ici à grands traits, nous semble caractéristique de l’évolution dans la manière des auteurs d’envisager l’incise : la fonction narrative de l’incise n’allant pas (ou plus ?) de soi, la remontée du verbe déclaratif en amont des paroles prononcées compense la prétendue vacuité sémiotique de l’incise et inscrit le discours direct dans la continuité textuelle.

74L’évolution du rôle énonciatif et textuel de l’incise éclaire l’évolution de la représentation de la parole rapportée dans le discours littéraire. Elle prend place dans le réseau narratif de distribution de la parole : les formes de discours rapporté se sont élargies (Rosier, 1999) à des formes dites mixtes et l’incise, loin de se cacher dans le texte, y reprend ses droits de coupe discursive.

L’incise et la narration de paroles

L’incise comme indice du genre narratif

  • 27  Un même dialogue peut articuler les deux modes, soit que le narrateur s’efface à un moment de la c (...)

75L’incise est liée à l’écriture du dialogue sur le mode diégétique, qui implique la présence, si discrète fût-elle, d’un narrateur rapportant les propos des interlocuteurs, et non au dialogue mimétique dans lequel les interlocuteurs parlent sans qu’il y ait de médiation donnée à leur discussion27. L’exploration de genres dits mixtes nous a semblé propice à la mise en valeur de son fonctionnement.

76Notre réflexion est partie de la constatation inattendue suivante : dans les dialogues traditionnellement étiquetés « narratifs », la mise en évidence des énonciateurs successifs par des majuscules en amont du discours direct ne bloque pas l’apparition – certes sporadique – de l’incise de discours rapporté. Le nom du personnage, qui assure l’identification de l’énonciateur, ne peut donc pas être considéré comme le strict équivalent de l’incise. En fait, plusieurs modalités de présentation des discours coexistent.

77Lorsque l’incise est totalement absente, on peut trouver une structure mixte. Par exemple, on peut lire, dans La Nuit et le moment de Crébillon, la séquence suivante qui allie dispositif narratif et dispositif dramatique, puisque le nom de la locutrice est à la fois en marge de la phrase (typographiquement) et totalement intégrée à celle-ci :

54. Elle ne lui répond rien ; il se tait aussi, en soupirant : enfin voyant qu’il ne lui parle plus,

Cidalise, sans le regarder, et d’un ton fort sec. — Je crois, Monsieur, qu’il serait temps que vous me laissassiez tranquille. (Crébillon, La Nuit, p. 81, nous respectons la typographie)

  • 28  On peut facilement restituer une incise : « Elle ne lui répond rien ; il se tait aussi, en soupira (...)
  • 29  G. Salvan, 2000a.

78On remarque que le procédé d’insertion du discours direct est quasiment le même que celui évoqué ci-dessus (participe présent apposé non pas ici au pronom sujet de l’incise mais au nom de l’énonciatrice28) et la différence typographique entre les italiques du niveau narratorial et les caractères romains du discours du personnage signale le passage au sein de la phrase d’une énonciation à l’autre : la présentation dramatique (de type didascalique) du nom de l’énonciatrice joue apparemment le même rôle, dans le dialogue narratif, que l’incise dans le récit. Cette séquence est révélatrice du statut mixte de ce dialogue oscillant entre les discours représentés affranchis de la tutelle narratoriale (au moins au début) et l’invasion progressive du discours narratorial visant à orienter la lecture29. Cette séquence constitue un mode d’insertion du discours direct conciliant les dimensions phrastique et discursive, mais ne représente pas tous les cas d’articulation du discours des personnages sur le discours narratorial, puisque, c’est ce que nous allons voir maintenant, l’incise peut aussi apparaître dans le dialogue.

79On sait l’importance de la présence narratoriale dans Le Neveu de Rameau, puisque le narrateur est un des énonciateurs du dialogue (représenté par le pronom personnel tonique Moi). Les modalités d’insertion du discours direct à partir d’une séquence narrative sont de plusieurs ordres :

801) des verbes déclaratifs introducteurs, coordonnés à un (ou des) procès narratif(s), ces verbes pouvant être à un mode personnel, ou à un mode impersonnel, ce qui infléchit l’insertion du discours direct dans le sens d’une intégration syntaxique plus forte (comme COD du verba dicendi) :

  • 30  Là encore nous respectons la typographie : les segments n’appartenant pas au dialogue sont tous en (...)

55. Ensuite, il reprend un air tranquille, et me dit : … (p. 44)30

56. Puis se relevant brusquement, il ajouta d’un ton sérieux et réfléchi : … (p. 47)

57. Alors il recommença à se frapper le front, avec un de ses poings, à se mordre la lèvre, et rouler au plafond ses yeux égarés ; ajoutant, mais c’est une affaire faite. J’ai mis quelque chose de côté. Le temps s’est écoulé ; et c’est toujours autant d’amassé. (p. 51)

58. Et puis le voilà qui sanglote et qui pleure, en disant : Non, non, je ne m’en consolerai jamais. Depuis j’ai pris le rabat et la calotte. (p. 130)

812) des verbes intransitifs ou pronominaux contenant un sème /locutif/, exemples d’extension de la classe des verbes déclaratifs transitifs. Ce mode d’insertion illustre le fait que la prise de parole peut être introduite lexicalement de manière assez lâche :

59. Puis buvant un coup qui restait au fond de la bouteille et s’adressant à son voisin : Monsieur, par charité, une petite prise. (p. 124)

60. Il élevait le ton, à mesure qu’il se passionnait davantage ; vinrent ensuite, les gestes, les grimaces du visage et les contorsions du corps ; et je dis, bon ; voilà la tête qui se perd, et quelque scène nouvelle qui se prépare ; en effet, il part d’un éclat de voix, « Je suis un pauvre misérable… » (p. 105-106)

823) des incises, pouvant intervenir aussi bien quand l’énonciateur n’a pas été préalablement mentionné que lorsqu’il l’a été. Dans ce cas, la seule désignation de l’énonciateur ne peut être invoquée pour justifier l’incise :

61. Et aussitôt, il s’accroupit, comme un musicien qui se met au clavecin. Je vous demande grâce, pour vous et pour moi, lui dis-je. (p. 53)

62. Moi. – Mais à votre compte, dis-je à mon homme, il y a bien des gueux dans ce monde-ci. (p. 126)

63. Moi. – Cela est supérieurement exécuté, lui dis-je. (p. 127)

L’incise permet également d’introduire un circonstant portant sur un geste,

64. Lui. – Écoutez, me dit-il, en me frappant un petit coup sur l’épaule, car il est familier ; écoutez et admirez. (p. 76)

83L’incise participe du surmarquage de la dimension narrative du dialogue, elle réapparaît presque systématiquement après un passage narratif et assure le passage du narratif au dialogal, elle permet l’émergence d’une remarque d’escorte sur les conditions du dialogue ou d’un commentaire du narrateur, elle a une fonction dans la cohérence textuelle puisqu’elle assure une suture entre des passages relevant de deux modes sémiotiques différents. Son rôle dans l’organisation de la narration de paroles est illustré enfin par ce passage qui mêle plusieurs modalités de discours rapporté – énoncé narratif, suivi d’un discours narrativisé, puis d’un discours direct dont le verbe déclaratif répondre indique une suite textuelle par rapport au précédent témoigner :

65. J’étais quelquefois surpris de la justesse des observations de ce fou, sur les hommes et sur les caractères ; et je le lui témoignai.

66. C’est, me répondit-il, qu’on tire parti de la mauvaise compagnie, comme du libertinage. (p. 83)

  • 31  L’histoire de l’incise peut d’ailleurs éclairer l’histoire du statut du narrateur : entre préémine (...)

84Dans le prolongement de ce que nous avons dit à propos du rôle énonciatif et textuel de l’incise, l’incise n’exprime donc pas seulement l’origine énonciative du discours direct, elle participe de « l’effet narratif » de la représentation du discours d’autrui. La mixité des genres pointée par ce type de dialogue vient de ce que l’effet de discours est relayé constamment par l’effet de narration organisatrice de la circulation des discours, de leur (con)textualisation31.

La cohérence narrative : contexte gauche / contexte droit

85L’incise n’a donc pas seulement une fonction locale mais inscrit le discours rapporté dans un ensemble plus large. Elle maintient la cohérence narrative en même temps qu’elle signale la séparation des activités énonciatives : elle rompt la continuité énonciative tout en assurant la progression narrative.

86Elle inscrit l’acte de parole, qu’elle tend de plus en plus à caractériser, dans une progression narrative. Elle jalonne le discours et marque les étapes énonciatives :

67. Au milieu des idées flatteuses que je me formais sur ce rendez-vous : Ah ! m’écriai-je, si c’était mon inconnue qui me l’eût donné ; mais non, reprenais-je, elle est trop sage pour en accorder à quelqu’un, à moins cependant que ce ne soit à Germeuil. Mais, où sont-ils tous deux, me demandais-je ; et comment se peut-il que, depuis que je les cherche, l’un et l’autre me soient échappés ? (Crébillon, Les Égarements…, p. 103)

87Par le sémantisme de son verbe, elle implique une continuité textuelle : reprendre, répliquer, répondre, mais aussi continuer, poursuivre. Elle fonctionne dans un premier temps par rapport au contexte gauche (tous ces verbes impliquent une première prise de parole, au discours direct ou non). Elle inscrit le fragment de discours direct dans la continuité du précédent. Ainsi d’autres éléments assurent avec elle la « postérité » narrative du discours direct : pour cela, elle peut être relayée par un verbe introducteur exocitationnel (Il poursuivit ainsi) ou une modalité énonciative endocitationnelle impliquant une suite textuelle (une interrogation par exemple). Ce fonctionnement la rend particulièrement apte à jouer un rôle dans la clôture d’une séquence dialogale, ou d’une séquence narrative incluant du discours rapporté :

68. Maman insista. Il prendrait un verre de vin. Il hésita pour la forme, ne voulait pas déranger davantage, mais après tout ne disait pas non. Et pour son garçon ? Oh, la même chose, il avait l’habitude, ce n’était pas un verre de vin qui lui faisait peur. Et à sa façon d’acquiescer, sa mèche grasse collée sur le front, on voyait que de fait Yvon n’avait pas peur. Maman, effrayée, lui proposa malgré tout le sirop de menthe que buvaient les enfants. Est-ce qu’il n’aimerait pas mieux ? Yvon rougissait, gardait la tête baissée sans répondre. Non, non, pas de complication, comme son père dit le père. (J. Rouaud, Les Champs d’honneur, p. 90-91)

88Dans ce dernier exemple, l’incise est mise en valeur par le tiret, qui la détache matériellement du discours direct précédent : elle attribue, en finale, le segment de discours direct au père, qui acquiesce à l’alcoolisme naissant, et encouragé, de son jeune fils. Elle clôt l’échange d’une part et introduit d’autre part un élément de surprise pour le lecteur, amené à attribuer cet énoncé scandaleux – poliment maladroit, s’il eût été du fils – au père « pousse-à-boire ». On voit que l’incise, relevant du niveau narratorial, sert ici à lever une ambiguïté énonciative maintenue à dessein jusqu’au bout, à infléchir la représentation des discours et leur réception.

89L’incise peut également anticiper sur le discours direct subséquent, en explicitant la valeur illocutoire du discours cité :

69. Pourquoi, si vous le connaissez sur ce ton-là, repris-je, le voyez-vous ? Ah ! pourquoi ? répondit-elle. C’est que si l’on ne voyait que les gens qu’on estime, on ne verrait personne (Crébillon, Les Égarements…, p. 138)

90Le verbe en incise précise la valeur illocutoire de l’énoncé, en contradiction formelle avec le statut illocutoire de celui-ci (c’est une question, certes n’appelant de réponse que dans son propre dire). L’incise permet ainsi d’intégrer la réplique du personnage dans la logique globale du dialogue et non seulement de caractériser une réplique isolée. L’incise fait entrer par anticipation le discours direct dans la progression du dialogue (la réponse effective n’intervient qu’après l’incise). On trouve la même position anticipante dans l’exemple suivant :

70. Eh bien ! me demanda-t-elle en souriant, serez-vous aujourd’hui plus sage que vous n’étiez hier ? (Crébillon, Les Égarements…, p. 138)

91La variation temporelle au sein de l’incise permet d’inscrire le discours direct dans un type de séquence textuelle : narration singulative, narration itérative menant vers la description. Dans la grande majorité des cas, le verbe en incise se présente au passé simple (ou au présent) : il rapporte une parole singulière, située à un instant t en rupture avec le moment de l’énonciation. Le fait de rapporter un discours implique nécessairement une disjonction entre les deux situations d’énonciation, nettement marquée par le passé simple.

92La forme d’incise au passé simple rattache la prise de parole au procès précédent et insère le procès locutif dans la successivité narrative (avec dans l’exemple suivant, une mise en relief sur fond d’imparfait) :

71. Le souper finit.

Meilcour, me dit Madame de Lursay, pendant que tout le monde se levait, vous voyez que nous ne pouvons nous entretenir ce soir… (Crébillon, Les Égarements…, p. 115)

93L’imparfait dans l’incise peut renvoyer à une parole prototypique, propre à un locuteur ou à une communauté de locuteurs (il est employé pour rapporter une fois ce qui a été dit n fois) :

72. Il ne se passoit guère de jour qu’il ne lui fît ses plaintes : « – Est-il possible, lui disoit-il, que je puisse n’être pas heureux en vous épousant… ? » (La Princesse de Clèves, cité par Gougenheim, 1938, p. 305)

94Il peut également instaurer une temporalité particulière des étapes énonciatives au sein d’un même discours et indiquer que les mouvements énonciatifs sont moins successifs que pris de l’intérieur grâce à l’aspect sécant (voir l’exemple 67), ou que le narrateur surprend une conversation dont le début est obéré à dessein :

73. Mazulhim cependant tenait les propos du monde les plus galants sur les beautés qui semblaient le toucher si peu. Il fallait, disait-il, que pour le rendre tel qu’il se trouvait, tous les Magiciens des Indes, eussent travaillé contre lui ; mais, continuait-il, que peuvent leurs charmes contre les vôtres ? (Crébillon, Le Sopha, p. 137)

95Dans ce passage, les incises apparaissent successivement dans un discours indirect (dans lequel la translation énonciative s’opère sans subordination, premier pas vers le discours indirect libre) et dans un discours direct (non marqué typographiquement, selon l’usage du xviiie siècle). Cette capacité de l’incise à articuler et à accompagner des discours rapportés différents montre que la souplesse d’emploi de l’incise la met au cœur des formes mixtes de discours rapporté.

L’incise et les formes mixtes du discours rapporté dans la narration

96Nous avons choisi de nous intéresser presque exclusivement à l’incise qui apparaissait dans du discours direct canonique. Néanmoins, l’incise peut signaler une forme intermédiaire de discours rapporté. Cette possibilité est surtout exploitée dans les textes modernes (ceux qui ont entériné, par leur positionnement historique, l’évolution des formes de discours rapporté en fonction d’une ponctuation spécifique), l’incise apparaît ainsi comme un facteur de mixité et procède comme un agent de rapprochement avec le discours direct.

Entre discours direct et discours direct libre

97En général, l’incise prend son statut plénier de marque de discours direct lorsqu’elle alterne avec le discours direct libre. Dans l’exemple suivant, le discours direct libre (sans incise) précède une prise de parole au discours direct, reconnu comme discours direct parce que coupé par une incise et accompagné d’une ponctuation particulière :

74. Maria se fâche. Jeannot ! On ne parle pas comme ça.

« Oh bien, – dit Jeannot, – tu l’aimes donc tant que ça, ton amoureux ? » (Aragon, Les Voyageurs de l’impériale, p. 560)

98Mais il peut arriver que l’incise « récupère » ce qui peut apparaître dans un premier temps comme du discours direct libre. La citation non signalée par une ponctuation spécifique est suivie ou entrecoupée par une incise :

  • 32  Exemple emprunté à Claire Stolz, La polyphonie dans Belle du Seigneur d’Albert Cohen, 1998, p. 224 (...)

75. Voilà, l’avenir était arrivé, l’avenir c’était maintenant, et c’était elle qui avait appelé Ingrid, cette nuit, qui avait voulu ce qui s’était passé. C’était pour te garder, dit-elle en elle-même, ses lèvres formant en silence les mots, sa tête à demie enfouie dans l’oreiller. (A. Cohen, Belle du Seigneur, p. 98332)

Entre discours direct et discours indirect

99Dans cette forme, il s’agit de rapporter les propos d’un locuteur en utilisant une actualisation mixte. Au maintien de la temporalité du discours direct (ici un futur indexé sur le présent de la narration) s’associe la transposition des indices personnels du discours indirect :

76. Il [Pierre] choisit les auberges sur la modestie de leur façade, déjeune le midi sur le pouce, même s’il s’autorise le soir un menu plus consistant, nous donnant à choisir en même temps que lui entre un pot-au-feu et une volaille rôtie. Lui se régalera du pot-au-feu qui n’atteint quand même pas, rassure-t-il, la saveur de l’incomparable pot-au-feu maison. (J. Rouaud, Les Champs d’honneur, p. 175)

Entre discours indirect libre et discours indirect

100L’incise peut signaler une forme relevant à la fois du discours indirect libre et du discours indirect : du côté du discours indirect libre, nous trouvons la troisième personne et les formes en -ait et du côté du discours indirect, la récupération par l’incise de l’attribution univoque du dit :

77. Alors, il supplia Deslauriers de venir partager sa chambre. Ils s’arrangeraient pour vivre avec ses deux mille francs de pension […]. Deslauriers ne pouvait encore quitter Troyes. Il l’engageait à se distraire, et à fréquenter Sénécal.

78. Sénécal était un répétiteur de mathématiques, homme de forte tête et de convictions républicaines, un futur Saint-Just, disait le clerc. (Flaubert, L’Éducation sentimentale, p. 24 et 25)

  • 33  Sur cette incise de discours indirect (ou de discours indirect libre ? la question est ouverte), f (...)

101L’apparition de l’incise provoque à la lecture un sentiment d’indécidabilité énonciative : il s’agit soit d’une incise isolant un segment au sein de la narration et l’attribuant à Deslauriers (voir plus haut), soit d’une incise, portant sur l’ensemble de la phrase, qui signale un discours indirect libre en rétablissant l’origine de l’énonciation après-coup. Les indices qui font pencher vers une interprétation en discours indirect libre sont le syntagme nominal sujet le clerc, anaphorique recatégorisant du nom propre Deslauriers et la reprise du nom Sénécal en initial de phrase33.

Conclusion

102Le discours romanesque, à la fois linéaire et hiérarchisé, fait entendre des énonciations multiples tout en préservant une cohérence globale et supérieure. L’incise de discours rapporté est un lieu prégnant de la tension problématique entre le niveau local et le niveau global, la phrase et le texte : son évolution a été éclairée par le passage d’une intégration phrastique à une logique textuelle, qui place cette forme inférieure à la phrase et stéréotypée dans une dynamique de cohérence narrative supérieure.

103L’idée selon laquelle la disparition de l’incise serait l’indice d’une textualisation plus forte des fragments de discours direct parce que le recours au contexte serait plus grand pour leur repérage et leur interprétation est valable pour le roman contemporain, mais pas pour le roman classique dans lequel l’incise n’est pas ressentie comme coupée du niveau énonciatif enchâssant. La progressive disjonction de l’incise par rapport au discours citant a été à l’origine de la dépréciation esthétique tout autant que de la condamnation de redondance, puisque le (con)texte à lui seul tend à faire pencher vers le discours cité. L’incise est caractéristique d’un mode de représentation de la parole d’autrui qui fait pencher le texte plutôt du côté du discours citant, qui signale le niveau rapportant et légitimant le discours cité. Dans un discours romanesque à narrateur « fort », l’incise est plus présente sémiotiquement (non par sa fréquence d’emploi qui peut être au contraire un contrepoint parodique du désintérêt pour cette forme) que dans un discours romanesque à narrateur « faible ».

104Autrement dit à la complétude syntaxique garantie par l’incise se sont substituées une cohésion et une cohérence textuelle créant ainsi les conditions contextuelles de son caractère superflu pour certains, facultatif pour d’autres. Les auteurs tirent donc parti de celui-ci de deux façons principales : en refusant l’incise, ce qui les conduit à la faire disparaître totalement ou paradoxalement à la faire apparaître systématiquement ; en l’appelant à jouer d’autres rôles, rôle de structuration textuelle, lissage ou brouillage de la discontinuité entre discours citant et discours cité, dans la mesure où l’incise endosse des modalités ou des connotations de ce dernier. Les apparitions d’incise dans un roman contemporain sont à interpréter en fonction de cette tendance et par rapport aux discours des écrivains sur leur pratique d’écriture. Ainsi l’incise, reléguée au rang d’un discours d’escorte obligatoire et vidé de sens, est devenue une option, et non la seule, parmi les techniques d’insertion du discours rapporté dans le discours littéraire. Partant, elle regagne par sa rareté ce qu’elle a perdu par son abondance : de la valeur au sein du récit. Là où dans les romans classiques elle légitimait la prise de parole et permettait de partager les aires énonciatives de chaque locuteur, elle sert dorénavant à lisser ou brouiller les différents niveaux énonciatifs (avec tous les effets de superposition, d’imbrication ou de débordement possibles), modifiant la donne des modalités de la circulation des discours. L’évolution de l’incise renseigne ainsi sur les pratiques linguistiques et stylistiques de la citation dans le corpus littéraire, qui sans nul doute a évolué en même temps que les formes de discours rapporté.

  • 34  C’est le « double fonctionnement sémiotique » du discours littéraire proposé par G. Molinié dans l (...)
  • 35  Voir Stolz, 1998, 1re partie.
  • 36  Voir ici même la contribution de Sophie Rollin.

105Cette étude, qui ne prétend pas épuiser le sujet et qui constitue une première étape d’un travail plus vaste sur l’incise, nous permet enfin de revisiter le couple cohésion et cohérence : cette distinction, pour heuristique qu’elle soit, nous paraît un peu vaine lorsqu’il s’agit d’étudier le discours littéraire, un discours finalisé qui construit un univers signifiant34. Les incohérences apparentes – que ce soit des incohérences thématiques, énonciatives, des ruptures isotopiques, qu’explorent certaines contributions de ce recueil – relèvent au maximum du niveau narratorial, et se soumettent à un projet esthétique relevant du scripteur. De plus, elles sont surmontées par la démarche interprétative de la lecture qui décèle les moyens cognitifs de résoudre l’incohérence. Dans les textes littéraires, les faits d’« hypocohésion » ou d’« hypercohésion » sont tout aussi suspects les uns que les autres : l’hypocohésion peut produire un effet d’incohérence (que l’on trouve par exemple dans le projet de monologue autonome de Dujardin35), l’hypercohésion peut signaler une cohérence d’un niveau supérieur au texte (esthétique, par exemple36). Dans tous les cas, ils sont les signes du mode de signifiance du texte littéraire qui appelle un décodage autre que le sens qui se donne d’emblée, et implique une réception active du lecteur.

Bibliographie

Textes étudiés

Aragon L., 1948, Les Voyageurs de l’impériale, Paris, Gallimard (Folio).

Crébillon C.-P. J., 1985, Les Égarements du cœur et de l’esprit [1736-1738], Paris, GF-Flammarion.

— 1993, La Nuit et le moment [1755], Paris, GF-Flammarion.

Darrieussecq M., 1998, Naissance des fantômes, Paris, POL.

Diderot D., 1972, Le Neveu de Rameau, Paris, Gallimard (Folio).

Flaubert G., 1984, L’Éducation sentimentale [1869], Paris, Classiques Garnier.

Marivaux P., 1988, Le Spectateur français, L’Indigent Philosophe, dans Journaux et œuvres diverses [1721-1724 et 1727], Paris, Classiques Garnier.

Mauriac F., 1923, Genitrix, Paris, Grasset.

Rouaud J., 1991, Les Champs d’honneur, Paris, Minuit.

Sorel C., 1996, Histoire comique de Francion [1623], Paris, Gallimard (Folio).

Ouvrages et articles critiques

Bastide M., 1994, « Note sur les incises en discours rapporté dans Céline », L’information grammaticale, n° 60, p. 26-29.

Berthelot F., 2001, Parole et dialogue dans le roman, Paris, Nathan Université.

Bonnard H., 2001, Les trois logiques de la grammaire française, Bruxelles, Duculot (Champs linguistiques).

Buridant C., 2001, Grammaire de l’ancien français, Paris, SEDES.

Cerquiglini B., 1981, La parole médiévale : discours, syntaxe, texte, Paris, Minuit.

Dardel R. de, 1978, « À propos de la construction Respunt Rollant + discours direct », Travaux de linguistique et de littérature, XVI, 1, p. 107-115.

Durrer S., 1994, Le dialogue romanesque. Style et structure, Genève, Droz.

— 1999, Le dialogue dans le roman¸ Paris, Nathan Université (128).

Gougenheim G., 1938, « La présentation du discours direct dans La Princesse de Clèves et dans Dominique », Le français moderne, tome VI, p. 305-320.

Le Goffic P., 1993, Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette Supérieur.

Le Hir Y., 1961, « Dialogue et typographie », L’information littéraire, p. 215-216.

Marmontel J.-F., 1892, Éléments de littérature [1787], Paris, Firmin-Didot.

Mellet S. et Vuillaume M. éd., 2000, Le style indirect libre et ses contextes, Cahiers Chronos, n° 5, Amsterdam - Atlanta, Rodopi.

Prince G., 1978, « Le discours attributif et le récit », Poétique, n° 35, p. 305-313.

Riegel M., Pellat J.-C. et Rioul R., 1994, Grammaire méthodique du français, Paris, PUF.

Rosier L., 1993, « L’incise dit-elle, ou l’attribution du dire en discours rapporté (le paradigme dit-il) », Actes du XXe congrès international de linguistique et philologie romanes, Tübingen, Francke Verlag, p. 656-667.

— 1997, « Mise à distance et attribution du dire en moyen français : l’exemple des Quinze Joyes de mariage », Le moyen français. Philologie et linguistique, approches du texte et du discours, Paris, Didier Érudition, p. 339-350.

— 1999, Le discours rapporté. Histoire, théories, pratiques, Paris-Bruxelles, Duculot (Champs linguistiques).

Salvan G., 2000a, « L’articulation du récit et du dialogue chez Crébillon fils », Paris, L’information littéraire, p. 8-18.

— 2000b, « Dialogue et narration : frontières stylistiques et linguistiques. L’hétérogénéité énonciative et ses “solutions” syntaxiques », Scolia, n° 13, p. 155-172.

— 2002, Séduction et dialogue dans l’œuvre de Crébillon, Paris, H. Champion (Bibliothèque de grammaire et de linguistique).

Sorel C., 1970, La bibliothèque française [1667], Genève, Slatkine Reprint.

Stolz C., 1998, La polyphonie dans Belle du Seigneur d’Albert Cohen, Paris, H. Champion (Littérature de notre siècle).

Wilmet M., 1997, Grammaire critique du français, Paris, Hachette Supérieur.

Notes

1  Au siècle précédent, on peut noter que dans sa Bibliothèque française (1667), Charles Sorel ne parle pas de ce problème d’écriture. Dans le chapitre intitulé « Des dialogues, des harangues et des panégyriques », il envisage les différentes sortes de dialogue littéraire et fait mention de ceux qui apparaissent dans un contexte narratif. La problématique de l’attribution du dire est alors envisagée moins comme un problème d’écriture ou de style que comme une manière de structurer la conversation et un fait engageant la responsabilité du narrateur : « Il y en a d’autres [entretiens] où l’Autheur dépeint les personnes, & quelque chose de leurs avantures, & le lieu où elles se rencontrent, ne les faisant jamais parler, qu’il ne rapporte, Que celuy-cy ayant dit cecy, l’autre luy répondit ces paroles, & ainsi du reste », p. 99 (Slatkine Reprint, 1970).

2  Marmontel, Éléments de littérature (article « direct ») : « [le discours direct] a un inconvénient auquel il serait aussi avantageux que facile de remédier : c’est la répétition fatigante de ces façons de parler, lui dis-je, reprit-il, me répondit-elle, interruptions qui ralentissent la vivacité du dialogue, et rendent le style languissant où il devrait être le plus animé », p. 472.

3  Nous revenons un peu plus loin sur la problématique générique (III, 1).

4  On peut d’ailleurs très bien concevoir un roman qui obérerait toute attribution du dit et recourrait à des éléments contextuels pour identifier le locuteur. Voir G.‑O. Châteaureynaud, Les Messagers (1974), cité par Berthelot, 2001, p. 170.

5  Voir B. Vian, L’Écume des jours.

6  Voir, selon Berthelot (2001, p. 170-171), la comtesse de Ségur et Diderot dans Jacques le Fataliste.

7  Le mot est de Marmontel.

8  Voir Yves Le Hir, 1961, p. 215 : « Le Moyen Âge ignorant ces signes [de ponctuation : les guillemets], les écrivains ont recours à des formules qui en tiennent lieu. » Cette remarque, pour juste qu’elle soit, occulte le fait qu’il y a des variations dans la présentation du discours direct au Moyen Âge et que ces variations sont signifiantes.

9  Voir Le Goffic, 1993, § 190. Les études sur le discours attributif laissent planer un flou terminologique : « quand il [le discours attributif] fait son apparition, il peut précéder la réplique qu’il accompagne (c’est l’ordre qu’on dit “logique”), la suivre (on parle alors de proposition incidente ou d’incise terminale), s’y intercaler (c’est la proposition incise au sens strict, qui, comme la terminale, relève plutôt du langage expressif ou affectif), l’encadrer (“Puis, d’un ton paterne : – Comment allez-vous ? dit-il”) et ainsi de suite » (Prince, 1978, p. 308). On ne peut que se demander ce qu’il y a sous le « ainsi de suite »… en revanche la notion d’« encadrement » du discours rapporté est à retenir.

10  La même forme peut renvoyer (graduellement) aussi bien à une incise modale qu’à une incise indiquant un niveau inférieur d’actualisation du discours rapporté (voir plus loin).

11  Pour des raisons évidentes de place, nous avons également écarté l’histoire de l’incise dans le discours critique (voir Rosier, 1999 ; Durrer, 1994 et 1999, Berthelot, 2001) et la problématique substitutionnelle de l’incise par la ponctuation, partant de la constatation que l’émergence de signes de ponctuation pour insérer de façon univoque le discours rapporté dans la narration n’a pas entraîné la disparition de l’incise.

12  Sauf, comme le remarque Rosier (1999, p. 251), dans des constructions introduites par comme : comme dit judicieusement Marine : « Pense un peu, maman, si ç’avait été l’autre moitié ? »

13  Voire au xviiie siècle. Ainsi on trouve chez Marivaux, comme reproduction d’un parler paysan et archaïsant : Ma mie, ce li disait-il, voute père veut donc bailler un autre homme que moi ? – Eh ! Vraiment oui ! ce faisait-elle.– Eh ! que dites-vous de ça ? ce faisait-il. – Et ! qu’en pourrais-je dire ? ce faisait-elle (Le Dénouement imprévu, cité par Bastide, 1994, p. 27).

14  Actuellement, on note une tendance à l’éviction de l’inversion dans l’incise (Rosier, 1999, p. 251). Pour ce qui est de la pratique littéraire, l’incise non inversée est soumise à des contraintes stylistiques (par exemple, d’imitation de l’oral populaire il me fait, il me dit).

15  On pourrait objecter que les incises du type lui dis-je, lui ai-je dit attribuent l’énoncé à l’énonciateur lui-même, mais la différance temporelle implique néanmoins qu’une énonciation 1 soit repérée sous une énonciation 2 : l’énoncé a été produit dans une situation d’énonciation différente de celle dans laquelle se situe l’énonciateur rapportant.

16  « Je n’ai jamais de ma vie rien écrit de plus difficile que ce que je fais maintenant, du dialogue trivial ! cette scène d’auberge va peut-être me demander trois mois […]. Mais je crèverai plutôt dessus que de l’escamoter », Correspondance, II, 133.

17  Nous avons trouvé une occurrence de cette construction dans un roman contemporain, prenant le parti d’une certaine liberté syntaxique (autres temps, autres mœurs syntaxiques) : « Et comme Ferrer poussait ses lèvres en fronçant ses sourcils, écoute, dit Hélène en se retournant vers lui, écoute. » (J. Echenoz, Je m’en vais, Paris, Minuit, p. 221).

18  On peut noter que dans les éditions de 1723 et de 1728 du Spectateur français, les incises étaient en italiques.

19  On peut rapprocher également le caractère syntaxique facultatif de l’incise de la fonction sémantique qui lui a été donnée a posteriori. Rosier (1999, p. 251) note que « sur le plan sémantique, l’insertion est traitée sur le mode parenthétique : elle est suppressible sans que la compréhension de l’ensemble où elle s’intègre en soit affectée ». On comprend pourquoi cette « fonction syntaxique et sémantique devenue secondaire » a pu engendrer une condamnation pour inesthétisme et monotonie.

20  S. Durrer (1999, p. 111-112) cite cet exemple symptomatique de Bernardin de Saint-Pierre recourant deux fois pour la même réplique à un verbe de parole : « “[…] Ne voulez-vous pas bien y aller, ma chère demoiselle ?” Virginie, les yeux baissés, lui répondit en tremblant : “Si c’est l’ordre de Dieu, je ne m’oppose à rien. Que la volonté de Dieu soit faite !” dit-elle en pleurant. » Pour nuancer l’affirmation d’une incise pléonastique, nous voyons en réalité dans cette réplique deux actes de langage et donc l’emploi d’un verbe déclaratif par acte de langage (réponse à la question précédente de l’ecclésiastique et injonction divine). Ceci confirme l’idée que l’incise était nécessaire au marquage énonciatif de chaque fragment cohérent de discours direct, et la présence de deux verbes déclaratifs infléchit la lecture vers la séparation nette des deux actes de langage de Virginie.

21  Il y a d’autres moyens de caractériser l’acte de langage, par exemple par un syntagme anaphorique du type après cette affirmation qui ressemblait fort à une question.

22  Ce type d’incise est rare dans le corpus littéraire, elle l’est beaucoup moins en revanche dans d’autres corpus, par exemple le discours historique, critique. Ainsi cet exemple, tiré d’un ouvrage critique sur La Bruyère : « Quand il produisit son livre, il le mit, pour ainsi dire, à l’ombre du nom de Théophraste ; mais dès l’abord il déclara qu’il ne voulait point imiter la matière de son devancier. Il y aurait inconvenance, disait-il à peu près, à se mesurer avec un ancien, avec un auteur d’une grande réputation », M. Pellisson, 1872.

23  La question de l’incise croise la problématique de l’insertion du discours direct dans le texte narratif. On ne peut expliquer le fonctionnement linguistique du discours direct en recourant à l’explication mimétique du discours direct, qui serait la transposition pure d’une parole perdue. Comme le remarque L. Rosier (1997, p. 343), « ne faudrait-il pas plutôt étudier l’intégration des dialogues dans le forme narrative, c’est-à-dire le discours direct dans sa spécificité scripturale et non dans un rapport difficilement exprimable au réel ? Entre parole et narration, entre attribution du dire et expression du dit, comment gérer l’alternance entre discours plénier, paroles rapportées et continuum narratif pour reprendre des expressions utilisées par Laufer ? » Nous essayons précisément, dans nos travaux (2000a, 2000b, 2002), de baliser le champ de l’inscription scripturale des discours rapportés dans le texte narratif.

24  Et toutes les variantes avec notamment la prise à partie de l’interlocuteur (tu sais ce qu’il m’a répondu ? : « X »), sans que le locuteur attende d’ailleurs de réponse à une telle question, si ce n’est un mouvement de tête ou un faible non qui attestent de l’intérêt de celui qui écoute.

25  Voir Wilmet (1997, p. 564) et les exemples suivants : « Il nous agace avec ses états d’âmes et ses questions, bavasse-t-elle » ; « It’s death, man ! explosa Gnassimboué », (cités par Rosier, 1999, p. 249).

26  Ainsi, M. Bastide cite cet échange entre le « cavalier à pied » et le colonel : « Le maréchal des logis Barousse vient d’être tué, mon colonel, qu’il dit tout trait. […] – Et le pain ? » demanda le colonel.

27  Un même dialogue peut articuler les deux modes, soit que le narrateur s’efface à un moment de la conversation rapportée, soit qu’un interlocuteur d’un dialogue mimétique rapporte une autre conversation dont il a été témoin ou partenaire.

28  On peut facilement restituer une incise : « Elle ne lui répond rien ; il se tait aussi, en soupirant : enfin voyant qu’il ne lui parle plus, Je crois Monsieur, dit Cidalise, sans le regarder, et d’un ton fort sec, qu’il serait temps que vous me laissassiez tranquille. »

29  G. Salvan, 2000a.

30  Là encore nous respectons la typographie : les segments n’appartenant pas au dialogue sont tous en italiques, comme chez Crébillon.

31  L’histoire de l’incise peut d’ailleurs éclairer l’histoire du statut du narrateur : entre prééminence et déconstruction du narrateur, l’incise est un élément d’écriture qui est marqué par les différents partis pris esthétiques (voir N. Sarraute, Le Planétarium et ce qu’elle en dit dans L’Ère du soupçon : « plus gênants encore […] sont les monotones et gauches : dit Jeanne, répondit Paul, qui parsèment habituellement le dialogue », p. 105). Peut-on n’invoquer qu’un critère de modernité (provocatrice), de jeu avec les formes (comme chez Céline, mais aussi Queneau) pour rendre compte de l’évolution de l’incise ? Notre travail essaie de montrer que cette raison, si juste soit-elle, ne répond qu’en (petite) partie à l’évolution de cette forme linguistique.

32  Exemple emprunté à Claire Stolz, La polyphonie dans Belle du Seigneur d’Albert Cohen, 1998, p. 224. C. Stolz conclut qu’« on a donc une véritable instabilité éonciative, qui rend extrêmement mouvante la définition du sentiment de polyphonie que l’on éprouve à réception. Le lecteur ne sait plus délimiter la distance qu’établit le narrateur entre ses personnages et lui […] ». Il reste que sur cette mixité, nous nous interrogeons : dans les textes du xviiie siècle, il n’y a pas de ponctuation spécifique à l’introduction du discours direct, les faits de discours direct libre sont donc plus limités. Ce n’est qu’à partir du moment où le discours direct se voit marqué typographiquement que les conditions de naissance du discours direct libre sont réunies, comme discours direct non marqué et inséré dans un contexte de discours indirect libre ou de narration simple.

33  Sur cette incise de discours indirect (ou de discours indirect libre ? la question est ouverte), faute de place pour l’étudier, nous renvoyons aux pages éclairantes de L. Rosier, 1993 et 1999, p. 257-265.

34  C’est le « double fonctionnement sémiotique » du discours littéraire proposé par G. Molinié dans la théorie de la sémiostylistique. Voir Approches de la réception, Paris, PUF, 1992.

35  Voir Stolz, 1998, 1re partie.

36  Voir ici même la contribution de Sophie Rollin.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search