Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

2e partie

Critique

p. 99-110


Texte intégral

1Alors qu’à l’époque de l’industrialisation, le problème de l’ordre induit par la politique économique devient de plus en plus pressant, la capacité de le voir et de le traiter diminue de plus en plus. Les exigences requises pour gérer le problème sont aux antipodes des capacités à le gérer de manière satisfaisante.

2Bien sûr, plus récemment, il est souvent question d’économie dirigée. On entend par économie dirigée certaines interventions de l’État, mais sans connaître ni la nature, ni l’immensité de la tâche, ni les conséquences des méthodes envisagées pour régler le problème.

3Comment est-on arrivé à ne pas voir ce problème vital (I.) ? Et quelles questions ont été posées à sa place (II.) ?

I.

41. Le monde de l’industriel, de l’agriculteur, du travailleur et de l’employé ne représente qu’une très petite partie de l’ensemble du processus économique moderne. Les tâches de gouvernance économique régies par l’ordre économique, et la manière dont les mesures économiques individuelles influent sur l’ordre global via l’interdépendance des ordres excèdent largement l’horizon de la plupart des gens. En outre, la pensée des masses est influencée par la propagande des partis politiques et économiques. Des groupes de pouvoir et des idéologies de groupes de pouvoir entrent publiquement en conflit, et les slogans de propagande emplissent les esprits. Beaucoup sont réduits à un état de massification ; la masse pense en termes collectifs et sans autonomie personnelle ; elle aime le mythe, mais pas la Raison. Elle est à cent lieues d’une pensée en catégories d’ordres.

5L’ordre économique a connu un développement analogue à celui de la technique. Alors qu’avant l’industrialisation, beaucoup de gens comprenaient la logique technique des outils dont ils avaient besoin, ce n’est aujourd’hui plus le cas. Le moyen de transport auparavant utilisé était techniquement assez facile à comprendre : la locomotive d’aujourd’hui, le métro, la voiture ne le sont plus. La plupart des gens les utilisent sans même connaître leurs secrets de construction et leurs problèmes. De la même manière, dans le passé, l’homme était capable de réguler l’ordre économique et les processus économiques quotidiens en règle générale : l’agriculteur qui produisait lui-même la plupart des biens de consommation ou l’artisan qui fournissait sa petite clientèle. Aujourd’hui, à l’ère de l’industrialisation, le système économique, dans son interaction et son mécanisme d’organisation complexe, échappe à la pensée quotidienne. Par exemple, le fonctionnement de l’appareil bancaire moderne, lequel est une partie essentielle de l’ordre économique et est étroitement lié au destin économique de la plupart des gens. L’ordre économique, si décisif pour leur existence soit-il, reste inconnu aux individus dans ses traits essentiels.

62. Mais on a répondu ici seulement à une partie des questions soulevées. Les problèmes posés par la direction du processus économique et leurs véritables significations demeurent obscurs non seulement pour la plupart des gens, mais également pour l’élite dirigeante. À cet égard, il en va tout autrement du domaine technique, où il y a assez de spécialistes qui connaissent les tenants et les aboutissants d’un problème technique et peuvent éclairer les dirigeants profanes. Comment se fait-il qu’en matière de politique économique, l’élite dirigeante – à part quelques rares personnes – ne perçoive pas, ou alors seulement en partie, la véritable tâche à accomplir ? C’est une question de première importance, car en définitive et dans tous les types de régimes politiques, c’est l’élite dirigeante qui prend les décisions en matière de politique économique.

7Les idées économico-politiques se sont développées de manière telle qu’elles ont masqué le problème de l’ordre ; et les idées – comme l’enseigne l’expérience – déterminent de manière décisive et durable l’action économico-politique.

8Premièrement, dans le monde industrialisé, les idées développées par l’économie classique ont exercé une grande influence. Bien qu’elles aient été conçues avant l’industrialisation, elles ont exercé leur pouvoir, même avec une intensité décroissante, jusqu’au milieu du xxe siècle. Les classiques ont clairement vu que le processus économique fondé sur la division du travail posait un problème de régulation difficile et complexe. Reconnaître ces enjeux était déjà une très belle réussite qui n’a pas été égalée dans la période postérieure. Les classiques ont également vu que seul un ordre économique adéquat pouvait conduire à la résolution des problèmes que nous venons d’évoquer. Ce constat était également une prise de conscience importante qui a été largement oubliée ensuite. Néanmoins, la politique économique, dans la mesure où elle a été influencée par les classiques, n’était pas adaptée au problème de l’Ordre. Car ils voyaient dans l’ordre « naturel », où les prix de marché dirigent automatiquement le processus, une solution au problème de la régulation économique. Les classiques croyaient que cet ordre naturel se réaliserait spontanément, et que le corps social n’avait pas besoin d’un « régime précisément défini » (Smith), c’est-à-dire d’une politique économique de l’ordre définie, pour prospérer. Ce qui a conduit à une politique de laissez-faire et à l’apparition de formes d’ordres au sein desquels la régulation du processus économique a souffert de manques considérables. La confiance dans la réalisation spontanée de l’ordre naturel était trop grande.

9Deuxièmement, quel chemin mène à l’exploitation des travailleurs ? C’est la question posée par Marx, laquelle l’amène à une analyse de la direction économique de la société dite « capitaliste ». Comment l’exploitation peut-elle être surmontée ? Marx parle d’une loi du développement de la société qui s’impose comme une nécessité naturelle. Inévitablement, l’exploitation et la lutte des classes seront éliminées à la faveur d’une « association dans laquelle le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous ». Savoir comment, dans cette association, la propriété commune est régie n’était pas un enjeu pour lui. Le développement inéluctable lui-même allait régler de telles questions. Marx laissa donc cela à l’Histoire, et ne s’en est pas préoccupé. Savoir comment mettre en place une échelle de rareté dans l’ordre économique du futur n’a pas de sens dans son système. Étonnamment, aucun de ses disciples ne perçut la question – jusqu’à ce que la réalité les y oblige.

10Troisièmement, la politique économique concrète de nombreux pays est aujourd’hui dominée par le traitement ponctuel des questions économiques. C’est dans la pensée ponctuelle qu’on trouve peut-être la force qui obscurcit le plus le problème de la politique économique. Une pensée ravivée depuis les années 1870, et qui constitue une rechute dans le mercantilisme. L’interpénétration globale des phénomènes économiques est mal comprise. La politique monétaire, la politique antitrust, la politique commerciale, la politique de l’artisanat, etc., sont considérées comme des domaines spécialisés que l’on devrait traiter singulièrement.

11L’origine de cette posture intellectuelle est profonde. Les idées et les actions ad hoc se développent toujours lorsque la pensée systématique – la pensée en ordre – se désagrège. En outre, ce type de pensée ponctuelle est également celui des fonctionnaires et des groupes de pouvoir économique, qui exercent aujourd’hui une grande influence sur la politique économique dans de nombreux pays.

12Les fonctionnaires qui occupent les positions d’autorité administrent leurs propres départements. Chacun connaît son champ particulier : par exemple le bureau des changes, ou des textiles. Peu d’entre eux connaissent les effets produits par des mesures particulières – comme un règlement sur la gestion des devises étrangères, ou la formation de cartels textiles – sur l’ensemble de l’activité économique. À ce titre, les groupes de pouvoir agissent toujours de façon discrétionnaire. Par exemple, les groupes de pouvoir dans l’industrie réclament une hausse des droits à l’importation ou la mise en place de cartels obligatoires. Les groupes de pouvoir des travailleurs sollicitent des augmentations de salaire. Le secteur agricole demande à l’État de garantir les prix. Quelles sont les conséquences pour le processus économique global et sa gestion ? Cette question dépasse le cadre propre à chacun de ces groupes.

13Qui peut construire une machine en assemblant arbitrairement des pièces moulées, des roues, des tuyaux ? Personne. La machine, dans son ensemble, est un objet construit pour une fin, et dont la réalisation exige que toutes les parties soient assemblées d’une certaine manière. Malgré des différences, il en va de même avec l’ordre économique : si la politique économique est ad hoc, au cas par cas et fragmentairement, l’État se conduit comme l’individu qui assemble arbitrairement des morceaux de métal. La politique économique consiste alors en un assemblage hétéroclite et non coordonné de parties, dépourvu de sens. Par exemple dans certains pays, le droit des sociétés favorise la concentration industrielle, concentration elle-même combattue par la politique antitrust et la politique de l’artisanat.

14Depuis 1945, de nombreux pays considèrent que leur tâche principale est d’équilibrer la balance des paiements. Pour ce faire, ils agissent fréquemment de façon ponctuelle, et donc sans succès. Les importations sont limitées, les exportations sont encouragées par des stimuli spécifiques et des prêts obligataires étrangers sont contractés en vue de compenser le soi-disant déficit. Dans le même temps, la politique financière, la politique de crédit, la politique salariale et la politique des prix sont menées comme si elles n’avaient rien à voir avec la balance des paiements. Comme si une augmentation du pouvoir d’achat de la monnaie résultant d’un déficit budgétaire, ou d’une politique de taux d’intérêt faible, n’augmentait pas le pouvoir d’achat dans un pays, ne favorisait pas les importations et ne freinait pas les exportations, déséquilibrant ainsi le solde de la balance des paiements. Il y a une interdépendance entre la balance des paiements et tous les phénomènes économiques nationaux et internationaux. La balance des paiements ne représente pas un problème singulier, indépendant ; son équilibre ne pourra être satisfait que par une régulation globale suffisante des processus économiques dans chacun des pays.

15C’est tout d’abord la confiance dans la réalisation spontanée de l’ordre naturel, puis dans l’inéluctabilité d’un certain processus de développement, qui a débouché sur l’essor de la pensée ponctuelle. Ce type de pensée a contribué à façonner une posture intellectuelle peu favorable à la mise en place d’un ordre économique adéquat.

II.

16Quelles questions se sont substituées à celles qui étaient posées par la politique de l’ordre économique ?

171. Il est habituel de voir dans la question de la propriété l’interrogation cardinale de la politique économique et sociale. L’antithèse entre propriété privée et propriété collective a façonné la pensée économico-politique de la fin du xviiie au début du xxe siècle. L’influence de Rousseau, comme cela a été si souvent le cas, s’est exercée de manière décisive sur les générations suivantes. Rousseau a vu dans la propriété privée une institution contraire à la nature, introduisant des différences entre les hommes et menaçant leur liberté. Marx et beaucoup d’autres avant et après lui en ont déduit que le problème central de la société humaine devait été résolu en instituant la propriété commune des moyens de production. « L’appropriation capitaliste, conforme au mode de production capitaliste, constitue la première négation de cette propriété privée qui n’est que le corollaire du travail indépendant et individuel. Mais la production capitaliste engendre elle-même sa propre négation avec la fatalité qui préside aux métamorphoses de la nature. C’est la négation de la négation. Elle rétablit non la propriété privée du travailleur, mais sa propriété individuelle, fondée sur les acquêts de l’ère capitaliste, sur la coopération et la possession commune de tous les moyens de production, y compris le sol, qui sont eux-mêmes le produit du travail. […] L’heure de la propriété privée capitaliste a sonné, les expropriateurs sont expropriés ».

18Que la question de la propriété soit centrale du xviiie au début du xxe siècle est compréhensible. À cette époque, la concentration du pouvoir était largement liée à la propriété privée. Le pouvoir privé, fondé sur le droit à la propriété, s’exerçait à l’encontre des travailleurs, des acheteurs et des concurrents. On pouvait donc attendre de l’abolition de la propriété privée l’abolition de l’exploitation et de la concentration du pouvoir, et donc la résolution de la question sociale. Marx, par exemple, conçut ses idées au cours de la première ère de l’industrialisation en Angleterre. Entre-temps, nous avons connu cent ans d’industrialisation, accompagnée d’une transformation de l’État. L’histoire elle-même a montré que le transfert de la propriété privée en propriété collective n’a pas créé une société sans classes, dans laquelle le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous. De telles idées sont obsolètes et sont démenties par les faits. Au contraire, la propriété collective peut conduire à une fusion et à une stabilisation du pouvoir économique et politique. Lorsque cela se produit, la question sociale n’est pas résolue, mais elle change de forme et se pose de façon plus grave encore.

19Ainsi, l’expérience nous force à reposer la question de la propriété. L’étude de la propriété privée et collective montrerait que la propriété privée revêt différentes significations selon l’ordre économique dans lequel elle est en vigueur. Par exemple, un seul propriétaire peut posséder les terrains d’une ville entière. Alors que dans d’autres villes, les terrains sont répartis de façon assez homogène entre des centaines, voire des milliers de propriétaires. La propriété privée renvoie à différentes significations en fonction des cas. Dans le premier cas, la propriété privée est associée à un pouvoir économique considérable ; et tous les habitants de la ville sont dépendants de celui-ci. Dans l’autre cas, la position de pouvoir du propriétaire individuel est plus faible, car les acheteurs potentiels ne dépendent pas d’un seul individu. Si une entreprise privée a le monopole de la demande sur le marché du travail local, alors la propriété privée signifie quelque chose de tout à fait différent que lorsque de nombreuses entreprises privées sont en concurrence pour attirer les travailleurs. Cette différence est intensément ressentie par les travailleurs. La situation est encore différente lorsque les bureaux centraux de l’État contrôlent le marché du travail de façon à ce que la propriété privée des moyens de production soit combinée à la direction des travailleurs et à la fixation des salaires, donc aux méthodes de pilotage centralisé exercé par une administration économique centrale ; un cas qui n’est pas exceptionnel. Il est en somme vain de discuter des fonctions économique et sociale de la propriété privée sans préciser l’ordre économique dans lequel elle s’exerce.

20En conséquence, remarquons que plusieurs méthodes de gouvernance économique sont compatibles avec l’institution de la propriété privée. Produire ou maintenir la propriété privée ne permet donc pas de régler la question de la direction économique. Le même raisonnement s’applique à la propriété collective. Au cours des dernières décennies, on a beaucoup parlé de socialisation ou de nationalisation. Dans de nombreux pays et à grande échelle, les industries ont été transférées à la propriété publique, évidemment sans que le problème crucial de la direction du processus ne soit résolu. Après le passage à la propriété collective, le problème se pose alors avec plus d’acuité encore aux dirigeants de l’organisme public. Si, par exemple, toutes les mines de charbon, l’industrie sidérurgique, l’industrie de l’électricité et les moyens de transport sont de propriété collective, appartiennent à l’État ou à des organismes publics, la question suivante demeure : comment la production et le processus économique doivent-ils être contrôlés ? Et si, outre ces grands organes communs, il existe encore de nombreuses entreprises privées de transformation et de commerce, mais aussi d’artisanat et d’agriculture qui élaborent leurs propres plans. Reste à savoir comment les plans économiques des grandes industries collectivisées et des entreprises privées peuvent s’accorder pour donner toute son efficacité à un système économique essentiellement fondé sur la division du travail. Dans ce cas-ci, le problème de la gouvernance économique persiste et se pose de façon extrêmement complexe.

21De ces expériences résulte que la longue et violente controverse sur la propriété privée et collective doit être dépassée. La question de la propriété n’est pas une question particulière – bien que ce soit une question importante. Elle est étroitement liée à la question de la gouvernance, elle relève du cadre de la politique de l’ordre économique. Si la signification de la propriété privée dépend du type d’ordre économique, la relation inverse est également valable : l’ordre de la propriété a un effet sur l’ordre économique. La généralisation de la propriété publique des moyens de production est-elle compatible avec un ordre concurrentiel ? Cette concentration de la propriété des usines, des transports, etc., est-elle compatible avec une économie décentralisée et concurrentielle ? Quelle probabilité y a-t-il que cette tâche soit confiée à l’administration centrale ?

22La tentative de traiter la question de la propriété en elle-même, c’est-à-dire indépendamment des formes de gouvernance économique, était une erreur.

232. Comment les travailleurs peuvent-ils être intégrés dans les entreprises industrielles et en particulier dans les grandes entreprises ? Depuis plus d’un siècle, cette question de la réglementation de l’emploi a occupé l’opinion publique et la politique. Les travailleurs et les employés peuvent-ils avoir une influence sur le choix des dirigeants d’entreprise ? Les travailleurs et les comités d’employés devraient-ils influencer la gestion de l’entreprise au jour le jour ? La participation aux bénéfices de l’entreprise ou sa gestion sous forme coopérative sont-elles réalisables ? Comment les travailleurs et les employés peuvent-ils être mieux intégrés dans leurs entreprises ? L’usine Zeiss de Iéna peut-elle servir de modèle ?

24Ces questions sont d’une grande importance, mais elles n’en viennent pas à toucher le problème de la gouvernance du processus économique global. Seule une très petite partie du processus économique global se déroule chaque jour dans les usines Zeiss et dans les millions d’entreprises individuelles restantes. En tant que transformateur de matières premières et de produits semi-finis, en tant qu’employeur, emprunteur et fournisseur, les appareils optiques de Zeiss ne représentent qu’une petite partie de la production totale de l’économie. Comment gérer ces nombreux sous-processus chez Zeiss et dans toutes les autres entreprises et ménages de manière à ce que, globalement et de part et d’autre, le processus économique soit axé sur la satisfaction des besoins ? C’est là le problème du pilotage du processus économique.

25Même s’il y a une corrélation entre le mode d’organisation du travail et la gouvernance économique globale, la question des conventions collectives réglant les problèmes de droit du travail au sein de l’entreprise, est une question différente.

26Notons que la question des conditions de travail en entreprise prend des accents différents en fonction du mode de pilotage du processus économique, c’est-à-dire du caractère de l’ordre économique. À cet égard, les lois du travail sont subordonnées à la question de l’ordre économique. D’un côté, on peut avoir un système économique où les bureaux centraux affectent les travailleurs, décident de l’embauche et des licenciements, et où il y a obligation de travailler. De l’autre, les bases de l’emploi sont bien différentes lorsque les travailleurs sont employés à travers le marché du travail, et où c’est la direction de l’entreprise qui embauche et licencie. Et ici encore, il s’agit de savoir s’il y a, ou non, concurrence entre les employeurs ou si, par exemple, les syndicats semi-monopolistiques et les organisations des employeurs s’opposent les uns aux autres.

27Cependant, il ne faut pas confondre deux questions : ce n’est pas en réformant les relations de travail dans l’entreprise qu’on va s’attaquer au problème économique d’ensemble, celui de l’Ordre. La législation du travail en entreprise relève d’un autre domaine.

283. De nos jours, le « plein-emploi » est généralement l’objectif de la politique économique des États. Les gouvernements et même les structures de l’État ont peu de chance de se maintenir en place lorsque le chômage de masse s’installe et se pérennise. The Economist a exprimé l’opinion publique générale en 1942, annonçant que « si la démocratie libérale ne peut assurer le plein-emploi, elle doit disparaître ». De puissantes forces historiques poussent à considérer le plein-emploi comme le problème principal de la politique économique. En effet, il est absurde qu’au milieu de la pénurie économique qui prévaut et qui touche la plupart des gens, de nombreux travailleurs restent inemployés, et avec eux des machines et des fournitures de matières premières et de produits semi-finis. Si des millions de personnes sont au chômage involontairement, c’est un signe clair que le processus économique est mal dirigé et coordonné. Néanmoins, la proposition inverse n’est pas vraie : le plein-emploi n’indique pas qu’une solution satisfaisante à la question de l’ordre ait été trouvée. Et bien souvent, l’histoire nous en a fourni des exemples, comme le cas de l’Allemagne de 1946. Bien que tout le monde ait été employé du matin au soir, il n’a pas été possible de subvenir à leurs besoins de manière adéquate à cause d’une division du travail mal organisée ou insuffisamment développée. Dans leur lutte pour la survie, les ménages et les entreprises ont dû agir de manière irrationnelle au regard du processus économique global. Par exemple, l’un travaillait dans son jardin au lieu d’aller à l’usine afin de se procurer de la nourriture plutôt que de l’argent. L’autre échangeait du tabac contre de la nourriture au lieu d’aller à l’usine. D’autres encore ont fait de longs voyages pour obtenir quelques kilos de pommes de terre. Ils étaient tous occupés. Tous ont également agi correctement en termes microéconomiques, mais leur performance productive est restée extrêmement faible dans le contexte d’un processus global défectueux. Il en va exactement de même pour les entreprises qui n’étaient pas rationnellement coordonnées, ni par les prix, ni par les autorités centrales. Cet exemple montre que le plein-emploi et la détresse économique peuvent coexister, et qu’à ce titre le plein-emploi ne peut en aucun cas être le seul objectif de la politique économique. Les politiques de plein-emploi sont pensées de façon ponctuelle et ad hoc, en se concentrant unilatéralement sur une partie du problème. Ainsi, la politique économique est détournée de son objectif essentiel : l’approvisionnement suffisant en biens de consommation.

29Si la première considération livre déjà les bases d’une critique de la politique unilatérale du plein-emploi, l’analyse qui suit révèle que cette approche de la tâche économique est encore plus dangereuse qu’il n’y paraît.

30Premièrement : nous avons déjà mentionné qu’un processus économique globalement fondé sur une division du travail exige un système économique muni d’un évaluateur des raretés relatives ou d’une échelle de rareté viable ; sans quoi la direction économique est inadéquate. Cependant, la politique de plein-emploi moderne tend à neutraliser cette échelle de rareté. Le plein-emploi peut être atteint de manière relativement sûre et rapide à ce prix. Dès lors que l’échelle de rareté est inactive, il n’est plus interdit d’employer des travailleurs à des postes où ils produisent moins de valeurs qu’ils n’en consomment. Les travailleurs sont par exemple employés sur des chantiers routiers ou ferroviaires sans que l’on ait calculé précisément si l’intégration de leur activité dans le processus économique global était cohérente avec les autres emplois et moyens de production. Mener une telle politique du plein-emploi passe, entre autres, par la fixation des prix et le contrôle des changes par l’État, ainsi que par une politique d’expansion de la monnaie et du crédit bon marché. En conséquence, l’échelle de rareté a été totalement, ou partiellement, éliminée dans de nombreux pays, sans être remplacée par un équivalent. Bien que le plein-emploi ait été réalisé, le pilotage de l’ensemble du processus économique était donc inadéquat. En conséquence, des « goulets d’étranglement », des pannes d’approvisionnement qui auraient pu être évitées, des perturbations du commerce international et des niveaux de vie inférieurs à la normale se sont propagés. Depuis l’industrialisation, le fonctionnement de la gestion des ordres économiques a échoué dans de nombreux pays et à l’international. Les raisons en sont très différentes, tout comme les types d’échecs. Mais plus récemment, c’était la politique du plein-emploi – par exemple en Angleterre – qui a entravé ou éliminé le mécanisme de pilotage de l’économie.

31Deuxièmement, les politiciens du plein-emploi pensent « globalement » via des agrégats macroéconomiques. Dans l’ensemble, ils comparent l’offre globale de biens de consommation à la demande globale au jour le jour ; et cherchent à prévenir tout retard de la demande globale. À cette fin, l’investissement total du pays doit être augmenté, par comparaison avec l’épargne totale. En macroéconomie, dans cette façon de penser en concepts collectifs, une préférence temporelle stricte est exprimée. Mais cette réflexion globale, qui guide aujourd’hui les politiques économiques de la plupart des institutions, ne rend pas justice à la réalité économique effective. Le processus économique concret dépend de la coordination quotidienne de très nombreuses heures de travail, de nature très différente, avec de très nombreux moyens de production, eux aussi de nature très différente, et d’adaptation des moyens de production et de travail existants et d’usages variés. Il est donc essentiel de trouver les bonnes proportions dans l’allocation des quantités économiques. L’équilibre des quantités de toutes sortes de biens, correspondant à leur rareté, est l’objectif. Par exemple, les investissements doivent être orientés de manière à ce que les plus importants plans d’investissement soient sélectionnés, dans de bonnes proportions relatives : dans le domaine de la sidérurgie, du lainage, de la soie artificielle, de l’automobile et du naval et dans mille autres branches de production ; et encore de choisir dans quelles régions spécifiques et dans quelles entreprises spécifiques investir. Les hommes politiques du plein-emploi perçoivent unilatéralement et souvent exclusivement le montant total de l’investissement, avec le seul objectif de son maintien ou de son accroissement. Ces derniers sous-estiment l’extrême difficulté de répartir les investissements dans de bonnes proportions parmi ses usages alternatifs. Ils ne voient pas du tout ce problème, ou ne le voient guère (et de toutes façons ils ne pourraient pas le résoudre avec une échelle de rareté inopérante). Les politiques investissent de manière assez arbitraire dans la construction routière, dans l’industrie charbonnière ou dans d’autres domaines, sur la base d’évaluations grossières. Puis, lorsque soudainement les disproportions sont palpables, que le manque de moyens de production est important, on est surpris de voir le commerce international vaciller et l’offre de biens de consommation diminuer. Aucune « sécurité » n’est atteinte, bien au contraire. Ainsi, la doctrine du plein-emploi et les politiques du plein-emploi empêchent les activités économiques d’être bien ordonnées.

32Un pilotage adéquat de l’ensemble du processus et à travers lui la réalisation du « plein-emploi » – oui. Le plein-emploi seul, en ignorant ou en masquant le problème de la direction du processus économique – non.

33Le développement historique de notre époque pose à l’homme le grand problème de concevoir un ordre compatible avec le processus économique industriel et moderne extrêmement complexe, avec d’importants et nouveaux modes d’investissement. Que nous ayons été confrontés à un problème de notre temps concernant l’individu, l’État, la société ou l’économie, nous nous sommes toujours heurtés au problème de savoir comment doit s’opérer le pilotage du processus économique. Le traitement du problème conduit à un résultat intermédiaire crucial : le nombre de formes d’ordres dans lesquelles l’économie moderne peut être gérée est très faible. La tâche est d’autant plus difficile. Mais les politiques économiques des États ne rendent pas justice à ce problème de la politique de l’ordre. La politique économique des États est ponctuelle et fragmentaire ou alors idéologiquement déterminée. Des mesures économiques et juridiques individuelles et incohérentes sont prises, et les conflits politiques sont lourds de termes romantiques comme capitalisme et socialisme. Ces termes sont tournés et retournés comme les pièces de monnaie, mais la réalité effective n’est pas prise en considération. Les idéologies des groupes de pouvoir et les doctrines fanatiques dominent le terrain. Les lignes de conflit ne sont pas les bonnes. Par exemple, les hommes qui prennent très au sérieux la liberté individuelle cherchent parfois des systèmes économiques qui menacent la liberté. L’interdépendance des ordres n’est reconnue que par quelques-uns. Les partis bataillent, forts de cris de guerre et d’armes archaïques. L’humanité vient de vivre 150 ans d’industrialisation, évoluant différemment en fonction des pays. Elle devrait donc pouvoir s’appuyer sur une grande expérience. Mais il y a comme une brume, un mélange de mots à la mode et d’idéologies dépassées, qui recouvrent la réalité effective. Il faudrait revenir à un type de questionnement plus fondamental et spontané.

34Il est donc maintenant nécessaire de revenir à la question cruciale du pilotage du processus économique qui se pose en termes concrets dans le monde moderne. Et cette question conduit aux formes de gouvernance, ainsi qu’à penser et agir via les catégories d’ordres.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.