Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Conclusion

p. 73-74


Texte intégral

1« Comment donner à l’économie industrialisée moderne un ordre fonctionnel et digne de l’homme ? »1. L’œuvre de Walter Eucken est tout entière tournée vers cet enjeu de société, pour lui d’une actualité constante de la fin des années 1920 à l’orée des années 1950.

2Ce défi auquel Eucken, et à travers lui l’ensemble du projet ordolibéral, tentait de relever dans l’Europe des grands bouleversements, passait selon lui par une réflexion sur nos modes de pensée en général, et sur la formation du savoir scientifique en particulier. À ce titre, Eucken a tenté de préciser les bases d’une nouvelle épistémologie de l’économie politique, tâchant de se déprendre de l’historicisme au sein duquel il avait été formé, mais sans embrasser une approche purement théorique des phénomènes économiques. C’est à travers le concept d’ordre que Eucken espérait résoudre la grande antinomie entre Histoire et Théorie. Et ce, moins en vue de résoudre une vieille querelle méthodologique allemande que de se donner les moyens d’affronter les changements structurels des économies contemporaines.

3Mais l’ordre n’intègre pas seulement des préoccupations de nature technique ; il s’avère incorporer en dernière analyse une dimension éthique. L’ordre mis en place dans une société industrialisée doit être en mesure de s’accorder à la nature de l’homme, comprise par les ordolibéraux comme une quête d’indépendance et de libertés positives : cette « nouvelle » question sociale. Une exigence qui interdisait à Eucken d’embrasser la vieille formule du laissez-faire pour se concentrer sur les missions positives de la puissance publique vis-à-vis de l’économie de marché. Ces missions reposent non seulement sur la mise en place de principes à caractères constitutionnels qui agissent comme conditions de possibilité de l’échange marchand, mais doivent être constamment secondées par des principes à caractère régulateurs, devant pallier les défauts de l’économie de marché. Ces politiques économiques représentent pour Eucken l’ensemble des conditions nécessaires et suffisantes à la mise en place de l’ordre concurrentiel.

4L’ordre économique est à ce titre une problématique de nature éminemment politique, comme Eucken l’indique dans le titre de son article de 1948. En effet, l’État doit négativement reconnaître l’intégrité fondamentale de l’ensemble des innombrables actions qu’incorpore le processus économique journalier d’une économie fondée sur une division du travail poussée. Mais dans le même temps, la puissance publique doit embrasser l’ensemble des exigences positives liées à l’établissement, au maintien et à la correction des règles du jeu de l’économie concurrentielle. C’est sur la reconnaissance simultanée de ces deux ambitions que repose la troisième voie ordolibérale.

Notes de bas de page

1 Voir Eucken (1950c [1940], p. 239 ; 1951, p. 27) et Eucken et Böhm (1948, p. VII).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.