Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Troisième partie. Influence des crises sur l'état économique

Influence des crises sur l’état économique

Texte intégral

[Opinions de MM. Engel, Keleti, Neumann-Spallart, Korosi sur les moyens de reconnaître l’état économique des populations]

1L’historique rapide des crises, dans les trois grands pays du monde où l’activité commerciale est la plus considérable, vient de nous montrer non seulement leur périodicité, mais encore la solidarité qui rattache ces divers marchés, les soumet aux mêmes vicissitudes : la prospérité succédant aux crises les plus violentes, et réciproquement. De là des périodes qui alternent et dont nous avons reconnu la marche, les prodromes et la terminaison.

2Rien de plus variable que l’état des populations à ces différentes époques. Il y a donc des séries d’années pendant lesquelles les affaires se développent presque sans arrêt, quels que soient les événements qui viennent se jeter à la traverse, c’est le mouvement croissant, et d’autres où elles se ralentissent, diminuent, c’est le mouvement décroissant. Ces oscillations différentes dans les deux sens ne sont pas particulières à un pays, elles s’étendent à tout le monde des affaires sur le globe que nous habitons. Comme dans les lois de la gravitation, on est entraîné dans le même sens au même moment, l’intensité seule du mouvement n’est pas la même dans tous les pays.

3Ces marches en avant, ces reculs, ces arrêts marquent les étapes dans le mouvement des affaires et le développement de la richesse des peuples civilisés.

4S’il en est ainsi, nous aurions fait un pas dans la voie ouverte par l’Institut international de statistique lors de sa session tenue à Rome en 1887. Là, les principaux économistes et statisticiens du monde se sont surtout préoccupés de rechercher le signe caractéristique de l’état économique, social et moral des sociétés humaines à une époque déterminée dans les divers pays.

5M. Engel, tout en réservant le côté moral, admettant que le but de la vie c’est la jouissance des biens matériels, rappelle les efforts qui ont été faits pour mesurer la fortune, les revenus et la consommation des peuples, afin d’établir scientifiquement les manifestations du bien-être. Le congrès de La Haye en 1869 avait mis à son ordre du jour la statistique du revenu national ; mais la discussion de ce sujet si intéressant n’a pas été reprise à la réunion de Saint-Pétersbourg. On y rappela seulement les résolutions du congrès de Bruxelles en 1853, conseillant de s’attacher surtout au budget des classes laborieuses en étudiant :
1o Les dépenses de l’ordre physique et matériel ;
2o Les dépenses de l’ordre religieux, moral et intellectuel ;
3o Les dépenses de luxe ou résultant de l’imprévoyance.

6En présence de la difficulté d’arriver à une appréciation exacte du revenu, on se demandait s’il n’était pas plus facile de connaître les dépenses, ce qui conduirait au même résultat. C’est ce qui a engagé M. Engel à rechercher dans les consommations, plutôt que dans les revenus, les manifestations positives du bien-être matériel. Connaissant les dépenses, on connaît les revenus et le but que l’on poursuit est atteint ; on constate la relation étroite qui existe entre les revenus, la consommation et le bien-être.

7M. Ch. Keleti a aussi pris pour base les consommations.

8M. Neumann Spallart, notre regretté vice-président de l’Institut international de statistique, étend le cercle de ses observations et y fait entrer les branches de la production qui ne relèvent pas en première ligne de la nature, mais surtout du travail et du capital ; tout dépendra des débouchés ou des consommateurs. Il en sera ainsi pour le fer et pour la houille. La marche de la production doit être considérée comme un des indices les plus certains de la situation économique. Il prend, dans chaque pays, les industries qui occupent le plus grand nombre d’ouvriers et qui exigent une grande masse de capitaux. Ainsi pour la Grande-Bretagne : la houille, le fer, le coton ; pour la France, la houille, la fonte, la soie, et ainsi pour chaque pays.

9Il observe l’intensité du commerce intérieur et extérieur, la circulation des hommes et des choses sur terre et sur mer, les compensations dans les Clearing-Houses, etc.

10La production et le commerce n’indiquent qu’une manifestation du bien-être matériel ; pour compléter le tableau il faut y joindre la consommation des denrées alimentaires et des boissons, les dépôts des caisses d’épargne, le nombre de Banques, l’émigration, les faillites.

11Reste l’état moral dont la criminalité, les relevés des mariages, des naissances, des suicides peuvent donner une idée.

12M. de Foville, pour fixer les fluctuations de l’activité économique de notre pays, en a consigné les variations sur un tableau enregistreur comme on le fait pour le temps, pour la chaleur, pour l’humidité.

13Le but de M. de Foville n’est pas de mesurer notre état économique, mais bien plutôt les fluctuations de notre activité économique. Il a feuilleté toutes les statistiques, il a interrogé tous les phénomènes sociaux pour établir le tableau qui résume son travail ; sur les trente-deux articles qu’il a pris comme type, nous constatons de suite par les couleurs qui les distinguent, des séries d’années pendant lesquelles ils sont décroissants ou croissants, ce qui confirme tout ce que nous remarquions plus haut.

14Le tableau ne comprend que la période 1877-1887, c’est-à-dire qu’il débute à la fin de la liquidation de la crise de 1873, au moment où les prix sont au plus bas, à la veille de la reprise des affaires ; il embrasse toute la période prospère de 1878 à 1882, la crise qui éclate dans cette dernière année et la liquidation qui la suit.

15Les périodes prospères et de crise sont bien accusées, mais les premières, sauf pour les recettes de l’octroi de Paris, ne dépassent pas quatre années, tandis que pour l’enregistrement et pour les ventes d’immeubles les secondes s’élèvent jusqu’à six. Ce qu’il faut retenir de ce tableau, c’est une nouvelle constatation des périodes, c’est-à-dire d’une succession d’années pendant lesquelles le mouvement commencé dans un sens ou dans un autre se poursuit jusqu’à ce qu’il se retourne en sens contraire. Les mouvements, quel que soit le document statistique que l’on ait dans la main, sautent de suite aux yeux ; il s’agissait de les interpréter et jusqu’ici on y arrivait d’une manière bien incomplète, privé qu’on était d’un fil conducteur.

  • 1 Des crises commerciales et de leurs retours périodiques.

16Tous ces tableaux que les principaux économistes dressent aujourd’hui avec tant de soin pour la dernière période, nous les avions donnés et mis en regard des crises commerciales dans la première édition de notre travail en 18621.

17L’observation ne portait pas seulement sur quelques séries d’années prises dans la dernière période, elle remontait jusqu’au commencement du siècle et, avec des chiffres moindres sans doute, nous voyions se reproduire les mêmes oscillations qu’à l’époque actuelle.

18Autrefois, comme aujourd’hui, ces oscillations correspondaient à celles que nous notions sur les bilans des grandes banques dans le monde entier, dans la Grande-Bretagne, en France, aux États-Unis et en Allemagne. Il y avait là une coïncidence, un rapport que nous faisions remarquer et qui depuis ont été négligés. On y revient aujourd’hui. Les beaux travaux de MM. Engel, Korosi, Keleti, de Foville n’en font pas mention. M. Neumann Spallart y fait une légère allusion en signalant le nombre des joint stock-banks et l’influence des crises commerciales, passant toutefois sous silence celle de 1882 et insistant sur celle de 1884-1885, suite de celle de 1882, qui n’a touché, comme nous l’avons vu, que les États-Unis.

19Puisant aux mêmes sources officielles, nous avions donné dans deux tableaux les relevés des importations et des exportations pour la France et l’Angleterre, les recettes de l’État, contributions directes et indirectes, les découverts du Trésor, la dette flottante, l’émission des bons du Trésor, les cours des fonds publics et enfin les mouvements de la population, mariages, naissances et décès.

20Tous ces documents dans la main, la relation étroite qui les rattache aux mouvements des bilans des banques frappait les regards ; nous tenions le véritable fil conducteur qui devait nous diriger dans le monde des affaires et préciser, à toutes les époques et dans tous les pays, la période et le moment de la période où l’on est placé, afin de pouvoir s’orienter, larguer les voiles ou les carguer.

[Mouvement des consommations. Mouvement des échanges]

21Jusqu’ici on se demandait, et on se demande encore, quelles sont les variations les plus propres à fournir la mesure des mouvements généraux de la prospérité publique. À cette question, M. Korosi n’hésitait pas à répondre qu’on ignorait les signes caractéristiques de l’état économique d’une nation par suite de la difficulté des comparaisons internationales pour les consommations. Sans doute, en prenant pour base les consommations, il y a des difficultés qu’on ne doit pas méconnaître, mais si au lieu des consommations on prend les mouvements des échanges, tout devient facile et comparable. La vie, c’est le mouvement ; les affaires, c’est la circulation des produits ou de ce qui les représente, les effets de commerce, les lettres de change. Où en reconnaître le passage d’une manière plus certaine que dans les bilans des grandes banques ? Ici plus d’erreurs à craindre, pas de doubles emplois, pas de fausses évaluations ; tout est correct, brutal comme un chiffre. Chaque effet de commerce indique qu’un échange a eu lieu et souvent même plusieurs échanges ; or, en dehors des crises et d’une situation embarrassée, on n’échange pas un produit avec perte, chaque échange représente un bénéfice, variable sans doute, mais enfin il y a un bénéfice et ce sont ces bénéfices successifs, qui, quand la circulation est facile et sûre, sont une des principales sources des revenus des nations. Nous ne pouvons pas chiffrer ces revenus, mais nous pouvons avoir une idée de leur importance à un moment donné par l’importance de la somme escomptée et par le total annuel des escomptes et des affaires. L’état de prospérité d’une nation se reconnaît à l’activité des échanges et, au lieu de les observer dans un seul genre de commerce, sur un seul article, nous embrassons ainsi la généralité des transactions commerciales qui, à terme, prennent toutes, à un moment donné, la forme d’un effet de commerce ou d’une lettre de change. Nous opérons sur des grands nombres, sur des produits très variés, et nous diminuons ainsi les chances d’erreurs. Tout concourt donc à nous donner la meilleure idée des progrès et de l’amélioration des conditions économiques des populations, là où, par la continuité et la hausse des salaires, elles ressentent et recueillent les premières les heureux effets de la prospérité qui règne autour d’elles.

22Embrassant et résumant l’ensemble de toutes les transactions, nous voyons les séries d’années prospères, précédant les crises et les séries d’années de liquidation qui les suivent. La régularité et la longueur de ces périodes est [sic] beaucoup plus grande que quand l’observation porte sur un seul article ; ce mouvement des échanges donne le ton à toutes les statistiques ; quel que soit le tableau sur lequel nous jetons les yeux, quoique moins marquées et d’une moindre durée, nous voyons apparaître les mêmes suites ascendantes et descendantes, coïncidant, selon l’article, dans le même sens ou en sens contraire avec celles des bilans des banques, comme si elles obéissaient à l’archet caché d’un chef d’orchestre, donnant la mesure du mouvement, sa rapidité, sa durée et son volume. Cette puissance dissimulée sous mille formes variées, c’est l’épargne, se reformant, augmentant, accumulant sans cesse le capital, c’est le crédit le mettant en mouvement par les banques et les Clearing-Houses, et centuplant ses effets.

23Ces périodes, qui apparaissent et se dessinent d’une manière si nette sur les bilans des banques, ont été laissées dans l’ombre jusqu’ici, parce qu’on ne les avait pas sous la main pour une longue suite d’années ; maintenant qu’on les possède depuis près d’un siècle, leur valeur ne peut plus être discutée, et, quand on voit tout le mouvement social entraîné dans la même orbite, on peut dire que nous tenons ce fil conducteur que l’on recherchait.

24Ces périodes ont été aussi remarquées dans l’antiquité ; on n’a pas oublié la parabole de Joseph, des vaches grasses et des vaches maigres ; elle s’appliquait surtout à l’industrie agricole qui prédominait alors, et qui a continué à prédominer en Europe jusque dans ces dernières années, avant le grand secours apporté par la vapeur ; ce qu’il faut noter, c’est que le fait était déjà constaté. Depuis ces époques éloignées, malgré l’indépendance apparente des faits économiques et des mille causes particulières qui mêlent autour de nous leurs effets contradictoires, nous subissons de plus en plus l’influence de causes générales dont l’action se fait partout plus ou moins sentir.

[Moyens de reconnaître l’approche ou la liquidation des crises en dehors des bilans des banques]

25Si les mouvements des échanges doivent être notre guide et si les bilans des banques en donnent les principaux traits, quels documents statistiques choisir pour compléter le tableau que nous essayons d’esquisser ? Où trouverons-nous des séries coïncidant d’une manière si parfaite avec eux qu’on ne puisse discuter la solidarité de ces mouvements en hausse ou en baisse ?

26Un coin seul du tableau nous avait permis de signaler l’approche des crises et la reprise des affaires ; nous avons donc cherché si, en dehors des banques, nous ne trouverions pas un cortège de phénomènes non moins importants pour confirmer notre première appréciation. Ces phénomènes, ce n’était pas dans un pays seulement que nous les observions ; le monde entier nous servait de théâtre et les mêmes scènes se répétaient partout dans les grands pays d’affaires, en Angleterre, aux États-Unis, en Allemagne. Pour nous reconnaître dans ce dédale de transactions, comme un navigateur, il fallait prendre le point ; tout concourait à nous éclairer : les prix des produits, matières premières et objets fabriqués, le taux des reports, les cours des changes. Pour pousser plus loin l’observation et pour montrer l’importance et la rapidité des échanges, les mouvements des Clearing-Houses nous permettaient de les saisir sur le vif. Les émissions de valeurs sur les principales places de commerce nous faisaient toucher du doigt quelle était l’abondance ou la rareté du capital disponible, sa facilité ou sa répugnance à entrer et à s’immobiliser dans les valeurs nouvelles qui étaient offertes avec ou sans prime.

27Enfin nous pouvions lire les mouvements des échanges sur les relevés des importations et des exportations dont les résultats en valeurs sont singulièrement troublés par suite de la hausse ou de la baisse des prix.

28Tels sont les témoins et les indicateurs de l’activité ou du ralentissement des affaires ; toutes les positions sociales en reçoivent la bienfaisante influence ou le contre-coup. De la fortune privée à la fortune publique, il n’y a qu’un pas ; nous constaterons sa situation aux époques prospères et aux époques de crises d’après les budgets des États et des villes. Les recettes du Trésor en porteront la trace : brillantes et sans cesse en plus-value aux époques prospères, médiocres et sans cesse en moins-value pendant les liquidations des crises.

29Aux budgets en équilibre et avec excédents de recettes sur lesquels on base les dépenses succèdent des budgets en déficit qu’on ne sait comment équilibrer.

30Les recettes de l’octroi, des chemins de fer, des voitures publiques dans les villes n’échappent pas à la loi commune ; nous suivons ainsi les variations des consommations dans ces différents états.

31À ces diminutions de dépenses, indiquant bien une diminution des revenus, correspond une diminution de l’épargne : achats de rentes par les trésoriers-payeurs généraux, dépôts aux caisses d’épargne.

32À toutes ces manifestations de la vie sociale, les mouvements de la population, mariages, naissances, décès, ne sauraient rester étrangers. Aussi chercherons-nous avec intérêt si les relevés officiels portent la trace de tous les accidents qui nous préoccupent en ce moment et quelle est leur action dans la période prospère, dans la période de crise et dans la période de liquidation.

33À côté des bilans, il existe donc tout un ensemble de faits qui concordent avec eux, viennent nous éclairer et nous montrer que nous sommes entraînés dans un mouvement d’ensemble qui domine tout le mécanisme social, les Banques, comme un simple manomètre, indiquant seulement la pression.

34Il s’agit de reconnaître les périodes prospères, les périodes de crise et les périodes de liquidation, car on se trouve toujours dans une de ces trois situations ; de là l’importance pour entreprendre une affaire, l’étendre, la restreindre ou la liquider, de savoir dans quelles conditions on pourra opérer et quelles époques il faudra choisir, si l’on en a le choix.

[Taux de l’escompte]

35Taux de l’escompte. — Le taux de l’escompte tel qu’on le manœuvre à la Banque d’Angleterre paraît être le véritable régulateur du marché des capitaux ; il les appelle ou il les repousse sous la forme métallique et on en constate les variations par les différences du niveau de l’encaisse. Les prix de tous les échanges sont ainsi dans un rapport exact avec la valeur réelle de l’or qui, marchandise comme tout le reste, et par suite plus ou moins demandé, a cependant une valeur moins mobile, plus stable.

36Pendant la liquidation des crises, les échanges étant ralentis, ce métal vient s’accumuler dans les caisses des banques ; c’est alors que l’on note le chiffre maximum, c’est-à-dire le maximum de puissance des banques par l’accumulation du capital disponible qu’elles offrent au public et dont le public n’a que faire, tout occupé qu’il est à se liquider ; c’est ce qu’on a appelé la grève du milliard. Il ne suffit donc pas que le capital soit abondant et offert à bon marché pour engager les affaires.

37En 1881, avant l’explosion de la crise, le taux des reports à la Bourse était supérieur à 5 p. 100, et quand les Banques d’Angleterre, de France et d’Allemagne élevèrent le taux officiel de l’escompte à 5 p. 100, elles ne firent que ratifier le cours qui se pratiquait déjà en dehors d’elles.

38Aussitôt la crise déclarée, dès qu’on ne songea plus qu’à se liquider, de janvier à mars 1882, le taux de l’escompte de 5 p. 100 fut abaissé à 3 p. 100 ; depuis ce moment, si la Banque de France ne s’est pas écartée de ce taux, en Angleterre et en Allemagne on a suivi de plus près les oscillations de prix du marché libre, et le taux après avoir été relevé à 4 p. 100 a été abaissé à 2 p. 100 en 1884-1885 et en 1886 pendant la plus grande partie de l’année, conservant encore un écart de près de 1 p. 100 au-dessus du marché libre.

39Dans ces conditions, le capital étant ainsi offert à vil prix, phénomène déjà observé dans la liquidation des crises précédentes, on s’explique comment, sans vouloir engager d’affaires sérieuses, le capital disponible, avec une partie des fonds de roulement inoccupés, s’est porté vers les valeurs de Bourse et comme conséquence nous avons vu les prix se relever d’abord sur ce marché, pendant que tout languissait et s’affaissait encore au dehors.

40De même que la reprise des affaires se manifeste d’abord à la Bourse, les embarras y seront déjà sensibles avant ceux du dehors, par les variations de prix des reports : cherté avant l’explosion de la crise, bon marché pendant la liquidation.

[Cours des changes]

  • 2 Voir rôle des changes, Première Partie, Chapitre XIII.

41Les cours des changes2, sauf de courtes oscillations en hausse sous l’influence de quelque grosse affaire à régler, ne s’écarteront guère du pair et tomberont même au-dessous du pair, comme nous le notons en France par rapport à l’Angleterre quand le métal afflue dans les caisses de la Banque. Il ne pouvait en être autrement ; les cours du change indiquent avec une sensibilité extrême dans quel sens se dirige le courant des métaux précieux. Ils sont donc défavorables quand le niveau de l’encaisse baisse, c’est-à-dire pendant le flux, et favorables quand il monte, c’est-à-dire pendant le reflux.

42Ces oscillations sont en concordance parfaite avec les mouvements des prix. Quand ces derniers commencent à s’élever, il y a chaque année dans nos rapports avec l’étranger un défaut de balance qu’il faut combler avec du métal, ce qui explique la baisse annuelle et continue du niveau des réserves métalliques.

[Prix]

  • 3 Première Partie, Chapitre VI.

43Prix. — Un des premiers articles qui s’offre à notre observation sera le tableau des prix3. Il suffira de se reporter à ce chapitre, pour constater que, par une succession de hauts cours, les chiffres maxima de l’ensemble des produits s’observent toujours dans l’année qui précède ou dans l’année même de la crise. Nous les voyons apparaître avec une régularité parfaite pendant les crises de 1810, 1825, 1837, 1847 et dans ces derniers temps, en 1857, 1864, 1873 et 1882.

44Ainsi années de crise, années de hauts prix, bientôt suivies d’une réaction en baisse, années de bas prix qui leur succèdent immédiatement ; l’équilibre ainsi rétabli, les prix reprennent leur marche ascensionnelle jusqu’à l’explosion de la prochaine crise, c’est-à-dire pendant sept à huit ans.

45Les mouvements des bilans et les mouvements des prix sont intimement liés et c’est un des points les plus importants de la théorie des crises commerciales et des mouvements des échanges.

46Ces échanges ont lieu au comptant et à terme ; nous ne nous occupons ici que de ceux qui interviennent dans toutes les grandes affaires, dans le commerce en gros et qui se règlent par le crédit, c’est-à-dire à terme.

47Observées sur de longues périodes, ces variations de prix seront un guide aussi sûr que les bilans des banques et viendront confirmer les indications précédentes. Ainsi c’est au moment où l’on a le plus recours au crédit, au moment où le portefeuille est au plus haut de l’échelle qu’on observe simultanément les plus hauts prix, sinon de tous les produits, du moins du plus grand nombre ; car chaque crise a un caractère particulier et la spéculation se porte de préférence sur un groupe de valeurs ou sur certains titres qui sont les favoris du marché ; mais, à des degrés divers, tout est entraîné dans le même sens, ou du moins soulevé, de sorte que l’on peut dire que l’explosion de la crise, c’est la fin de la hausse des prix. Le négociant est ainsi toujours placé dans deux situations bien différentes : l’une dans laquelle tout marche à souhait ; quelle que soit la valeur qu’il possède, non seulement il trouve un échange facile, mais encore avec plus-value, c’est la période prospère, la période de la hausse des prix. Dans l’autre, au contraire, tout se déprécie, tout se fond pour ainsi dire entre ses mains. Chaque jour la matière première en entrepôt, en magasin, en fabrication, la matière fabriquée par suite subit une dépréciation, c’est la période de liquidation qui suit l’explosion de la crise et qui seule peut rétablir l’équilibre normal des prix. Période que nous venons de traverser et d’autant plus pénible qu’elle atteint toutes les classes de la société : le capitaliste, le commerçant, l’industriel, l’ouvrier. Est-ce à dire que nous observons des séries continues de hausse et de baisse ? Non, sans doute ; rien de plus mobile que les prix ; il y aura des réactions sans que la tendance dans un sens ou dans l’autre cesse d’être visible, la période prospère étant toujours beaucoup plus longue que la période de liquidation.

[Clearing-Houses]

48Clearing-Houses.— Pour faciliter cette transmission des produits, on a recours aux effets de commerce, aux lettres de change, dont le nombre et la valeur vont nous indiquer l’importance et la rapidité des échanges, si nous pouvons les saisir au passage, ce que nous permettent de faire les comptes rendus des banques et les relevés des Clearing-Houses dans la Grande-Bretagne, aux États-Unis et à Paris.

49Là nous voyons par les milliards qui s’agitent sans cesse, passant d’une main dans une autre à l’aide d’une simple compensation, le nombre et l’importance des sommes qui représentent les transactions de l’activité sociale et nous en donnent le degré.

50Entre New York, Londres, Manchester et Vienne, les chiffres seuls indiquent l’importance des marchés et les écarts sont en rapport avec le chiffre d’affaires. Là où il est modeste, ils sont à peine sensibles ; à New York et à Londres, où s’agitent des milliards, les écarts sont énormes. Le maximum s’observe l’année même de l’explosion de la crise et le minimum la dernière année de la liquidation. Dans le premier cas le chiffre est enflé par le grand nombre de transactions dans les hauts prix et dans le second amoindri par le petit nombre de transactions dans les bas prix.

51Les mouvements des bilans des banques, des prix, des Clearing marchent parfaitement d’accord, non seulement dans un pays, mais dans tous les grands pays. L’observation des Clearing, là où les relevés officiels nous permettent d’entrer dans les détails des opérations, nous feront mieux sentir le sommeil et le réveil des affaires.

[Tableau des Clearing-Houses]

Tableau des Clearing-Houses

Tableau des Clearing-Houses

52Clearing-Houses à Londres. — Le simple rapprochement des relevés des Clearing-Houses de Londres et de New York suffira pour la démonstration ; elle sera même plus complète pour les États-Unis, puisque là nous pourrons distinguer les opérations qui ont lieu sur les autres marchés de l’Union.

53Comme pour les banques, puisque c’est là où toutes les opérations viennent se liquider, nous rencontrons de grandes oscillations en hausse et en baisse qui représentent bien l’activité des affaires.

54Bornant notre observation aux deux dernières crises de 1873 et de 1882, nous voyons dans les deux pays des mouvements semblables dans les deux sens.

55À Londres, le mouvement débute par 3 milliards £ en 1868, deux ans après le krach de 1866 et s’élève chaque année d’une manière continue jusqu’à 6 milliards £ en 1873, l’année de la crise. Pendant la liquidation, avec le ralentissement des transactions, la somme des compensations s’abaisse à 4 900 millions £ en 1876. Ce dernier terme touché, le mouvement ascensionnel reprend et s’élève à 6 300 millions £ en 1881, la crise éclate en janvier en 1882.

56Comme après 1873, tout se trouve encore arrêté dans la période décroissante ; les compensations annuelles s’abaissent jusqu’à 5 500 millions en 1885, la dernière année de la liquidation ; dès 1886 la reprise se manifeste, comme nous l’indiquions dans l’Économiste français, alors qu’on ne voulait pas y croire, et en 1887 nous retrouvons déjà le chiffre de 1873, 6 milliards et enfin, dépassant tous les maxima antérieurs, le chiffre de 6 900 millions en 1888 ! Nous sommes en pleine période de prospérité.

57Telle est la marche de l’ensemble des opérations ; voulons-nous pénétrer dans le détail, soit le jour de la liquidation du stock-exchange, soit le jour des échéances du commerce, le 4 du mois, nous observons les mêmes mouvements.

58Clearing-Houses aux États-Unis. — Nous y verrons la répétition de ce qui se passe à Londres, à Manchester, à Paris et à Vienne.

59Le total des opérations des Clearing-Houses s’élève de 27 à 35 milliards de dollars de 1870 à 1873, s’abaisse à 21 milliards en 1876, atteint 63 milliards en 1881 au moment où la crise va éclater et s’abaisse à 41 milliards en 1885. Comme à Londres, les chiffres maxima et minima correspondent bien aux années de crise et de liquidation.

60À New York, les différences seront encore plus tranchées ; ainsi pendant que les compensations de 1878 à 1881 s’élèvent de 35 milliards de dollars pour l’ensemble de l’Union, la ville de New York seule y prend part pour 29 milliards, soit 82 p. 100.

61Pendant la liquidation de 1881 à 1885, alors qu’elles baissent de 22 milliards sur le total des opérations, la ville de New York y entre pour 21 milliards, soit 95 p. 100. On voit combien, si la prospérité est plus grande dans les centres de population, les crises aussi y sont plus graves, ralentissant, suspendant même les échanges.

62Pour l’ensemble des États, laissant New York de côté, de 1878 à 1881 l’accroissement des compensations, quoique plus faible, s’élève encore à 6 milliards ; mais les transactions sont beaucoup moins ralenties pendant la liquidation et les relevés du Clearing ne fléchissent que de 1 000 millions de dollars.

63À défaut d’un relevé des opérations d’un Clearing-House pour la France, nous suivrons à la Banque, sur les comptes-courants, les variations de la Caisse des agents de change et nous noterons, comme à Londres, comme aux États-Unis, le maximum des opérations dans l’année qui a précédé l’explosion de la crise (12 800 millions de francs en 1881). Depuis ce moment jusqu’en 1884, la somme des opérations a diminué chaque année jusqu’à être réduite à 6 200 millions de francs, chiffre minimum (1884).

64En 1885, la même stagnation d’affaires règne à la Bourse ; il y a cependant un temps d’arrêt, puisqu’au lieu des 6 200 millions on note 6 300 millions. En 1886, tout change d’aspect, la somme totale des virements s’élève à 8 400 millions de francs ; la reprise est bien sensible, comme la situation le faisait prévoir au début de l’année, comme on pouvait même l’annoncer, quoique à ce moment, pour le public et même pour les personnes avisées, tout parût conspirer à maintenir la stagnation des affaires.

[Émissions des valeurs]

65Émissions. — Les émissions de valeurs qui ont lieu chaque année nous montrent la puissance de l’épargne et l’entrain avec lequel, selon le moment, elle se précipite, sans même les connaître, dans les affaires qu’on lui offre dès qu’on leur a attaché une prime qui paraît en garantir la valeur. On suit la foule, et les souscriptions sont d’autant plus brillantes qu’elle craint de voir ses demandes réduites.

66Ces émissions commencent avec la reprise des affaires ; la hausse des prix, en montrant des plus-values sur les premières émissions, excite encore les demandes du public, et plus on approche de la crise, plus leur nombre s’accroît, plus le public met d’empressement à souscrire, afin d’atteindre un reste des plus-values qui lui ont échappé. Sur le tableau donné par the Economist nous suivons la progression qui cependant n’a pas la même régularité que sur les bilans des banques ; ce qui se rencontre toujours, c’est la présence du chiffre maximum à la veille de l’explosion de la crise et du chiffre minimum à la fin de la liquidation. Nous pouvons même suivre ce mouvement non seulement dans la Grande-Bretagne, mais encore à l’étranger ; dans les deux cas les chiffres extrêmes se rencontrent aux mêmes moments.

  • 4 Voir le tableau.

67Nous notons les maxima en 1872 et en 1881, à la veille des deux crises de 1873 et de 1882 ; la concordance avec les bilans des banques est parfaite, nouvelle preuve en faveur de la solidarité des marchés. Nous sommes à la fin de la période de hausse, la liquidation va s’ouvrir, et en baisse il n’y a plus d’émission possible, nous allons en voir le chiffre baisser chaque année jusqu’à la fin de la liquidation en 1878 pour la crise de 1873, jusqu’en 1885 pour la crise de 18824.

FRANCE. — Tableau de la population, du commerce, des recettes des chemins de fer, du Trésor, des Caisses d’épargne

FRANCE. — Tableau de la population, du commerce, des recettes des chemins de fer, du Trésor, des Caisses d’épargne

[Commerce. Importations. Exportations]

  • 5 De plus il n’y a aucune concordance entre les relevés officiels de la France et ceux de l’étranger. (...)

68Commerce. Importations, exportations. — La situation du commerce, telle qu’elle nous est donnée par les relevés des douanes, ne nous fournit pas des signes aussi caractéristiques que ceux qui précèdent. On nous indique bien le poids, le volume et la valeur, mais les poids, les volumes ne sont pas comparables, on ne peut pas en former un tout. La valeur est encore plus discutable ; si l’on s’en rapportait à la balance du commerce, il y a longtemps que la Grande-Bretagne et la France devraient être ruinées par l’excédent de leurs importations sur leurs exportations ; ce fait seul indique la confiance qu’il faut accorder à ces tableaux5. Ces réserves faites, puisque les prix officiels, valeur actuelle, ne nous représentent pas la valeur réelle des marchandises, nous ne pouvons espérer qu’une approximation, sans être surpris si les chiffres maxima et minima ne cadrent pas aussi régulièrement avec les crises.

69Importations. — Nous n’en possédons un relevé officiel que depuis 1815. De cette époque à nos jours, elles ont suivi un développement assez régulier, non sans réactions sensibles.

70De 1815 à 1818, les importations s’élèvent de 199 millions à 335 ; elles baissent à 294 en 1819, se relèvent à 436 millions en 1826, fléchissent à 414 en 1827, mais remontent de suite jusqu’à 489 millions en 1830 ; elles s’affaissent de plus de 100 millions en 1831, à 374 ; puis, sauf deux années un peu plus faibles (1833-39), atteignent d’un mouvement presque continu 955 millions en 1847.

71La crise et la révolution de 1848, comme celle de 1830, les fait descendre à 474 millions, valeur actuelle, mais elles se relèvent de suite jusqu’à 1,196 en 1853, à 1,291 en 1855, et enfin 1,980 millions en 1856. En 1857, le mouvement est arrêté, elles s’abaissent à 1,872 et enfin à 1,562 millions en 1858.

72Aussitôt la reprise se manifeste : 1,640 millions en 1859, avant les traités de commerce, 1,897 en 1860, enfin 2,442 en 1861 au moment de la rupture de l’Union américaine. Les troubles qu’elle apporte dans les échanges font fléchir les importations à 2,198 millions en 1862 ; puis de nouveaux marchés s’ouvrent pour le coton et, d’un mouvement continu, les importations se relèvent à 3 303 millions de 1862 à 1868, non sans une importation de 243 millions de céréales dans cette dernière année. Dès 1869 le mouvement est arrêté ; la guerre de 1870 le réduit à 2,867 millions de francs ; mais pendant le payement de l’indemnité à l’Allemagne un effet contraire à ce que l’on pouvait croire se produit : les importations se développent et s’élèvent rapidement, comme les exportations, de près d’un milliard, à 3,988 millions de francs en 1876, en pleine liquidation de la crise. Après une baisse insignifiante de 200 millions de francs en 1877, le mouvement croissant des importations reprend son cours et s’élève de 2,867 à 4,595 millions de francs (1870-1879), malgré la baisse des prix, et même à 5 033 millions en 1880 sous l’influence d’énormes importations de céréales, de 687 à 600 millions de francs en 1879 et en 1880 et de 385 à 372 millions en 1881 et en 1882, sans que l’activité des affaires en soit diminuée, ce qui est à noter.

73À la veille de la crise, en 1881, le mouvement croissant est enfin arrêté, elles baissent à 4,863 millions ; nous entrons dans la période de liquidation et chaque année elles vont fléchir jusqu’à se réduire à 4,025 millions de francs en 1887 ; l’année suivante, on distingue déjà le mouvement en avant.

74Pour les importations, la valeur joue un plus grand rôle que pour les exportations. L’administration estime toujours les marchandises d’après les cours cotés en France, ce qui ne représente pas les cours cotés à l’étranger, et comme au moment des crises on cote les plus hauts cours, les maxima des importations s’observent l’année même de la crise ou l’année d’avant, sauf en 1864, guerre de la sécession, et en 1873, la France à peine remise de la guerre franco-allemande.

75Exportations. — Les exportations présentent, comme les importations, une marche toujours croissante, mais elles sont beaucoup moins sensibles aux perturbations commerciales, et cela se comprend ; le malaise intérieur suspend les affaires, avilit la valeur des marchandises, qui vont s’offrir à vil prix sur les marchés étrangers, pour faire disparaître le trop-plein qui s’est formé à l’aide des facilités de crédit sous toutes les formes.

76Elles ont été beaucoup moins ébranlées par la crise de 1847 et la révolution de 1848 que les importations, dont la diminution indique beaucoup mieux les souffrances intérieures.

77De 506 millions en 1827, elles s’abaissent à 452 en 1830, puis se relèvent et, comme les importations, suivent une progression continue jusqu’en 1847, où leur valeur atteint le chiffre de 891 millions (719 millions valeur actuelle). Il n’y a que deux points d’arrêt : en 1836, au moment de la crise américaine, de 628 millions elles retombent à 514 en 1837, remontent jusqu’à 760 en 1841, s’affaissent encore un peu en 1842 et en 1843, pendant que les importations augmentent toujours, et ne reprennent leur marche ascendante qu’en 1844 jusqu’en 1847. La crise de 1848 leur imprime à peine une légère dépression de 719 à 690 millions, elles baissent seulement de 29 millions, tandis que les importations ont diminué de 481 millions !

78Depuis 1848, elles se sont beaucoup plus développées que les importations ; portées à 1,541 en 1853, au moment de la guerre d’Orient, elles baissent de 100 millions l’année suivante, pour atteindre 1,557 millions en 1855 et 1,893 en 1856.

79La crise de 1857 les abaissant à peine à 1,865 millions de francs, elles atteignent bientôt, en 1860, 2,277 millions, quand la guerre des États-Unis suspend le mouvement, le ramène en arrière à 1,926 en 1861, pour repartir de suite avec plus d’ampleur jusqu’à 3,180 millions en 1866. Le krach de Londres impose encore un temps d’arrêt et un recul de 391 millions. On s’élançait en 1869, quand la guerre franco-allemande les déprima à 2,802 millions.

  • 6 Pour solder une partie de l’indemnité de guerre.

80La paix rétablie, elles s’élèvent rapidement à 3,872 millions en 18756, le plus haut chiffre atteint jusqu’ici et qui n’a pas été dépassé, quoique, après avoir fléchi à 3,179 en 1878, elles se soient relevées à 3,574, l’année de la crise, en 1882 ; puis elles descendent à 3,088 millions en 1885, à la fin de la liquidation, et reprennent de suite leur course ascendante.

81Pour les exportations, le chiffre maximum exprimé en valeur correspond donc aussi à la hausse des prix et doit se rencontrer au moment de la crise ; c’est en effet dans l’année même ou dans l’année qui la précède que nous l’observons : l’année qui la précède en 1836, 1846, 1856, pour les crises de 1837, 1847, 1857 ; l’année même de la crise pour la crise de 1882 ; pour celle de 1864, le mouvement est tellement vif qu’il ne s’arrête qu’en 1866 avec le krach anglais.

82Tous ces maxima atteints, à la suite d’une série d’années dont l’importance s’accroît toujours comme le portefeuille des banques, tout à coup, dès que la crise a éclaté, la progression s’arrête et la décroissance commence avec la baisse des prix et le ralentissement des affaires, pendant les liquidations des crises ; mais la durée de cette baisse est beaucoup moindre, elle ne dépasse pas une ou deux années jusqu’en 1864 ; ce n’est qu’après la crise de 1882 qu’elle se prolonge une année de plus.

83Notons cependant deux chiffres maxima des exportations qui se présentent en dehors des crises. Le premier en 1869, 3 milliards de francs, se montrait au début de la reprise des affaires après le krach de 1866, il se trouve arrêté par la guerre de 1870. Le second, 3,872 millions de fr., s’observe en 1875, deux ans après la crise de 1873 à laquelle la France n’a pas pris part, ayant liquidé sa situation en 1870. Pour les autres nations le mouvement avait été arrêté en 1873, tandis qu’en France, ses immenses emprunts lui ayant créé de nouvelles relations dans le monde, le mouvement s’est continué jusqu’en 1875 ; mais alors, quoiqu’elle n’ait pas pris part aux excès de la spéculation, elle a dû reprendre son rang dans la liquidation qui s’opérait sur les places étrangères et de 3,872 millions de francs les exportations fléchissaient à 3,179 millions de francs en 1878.

84Les mouvements des exportations et des importations exprimés en valeurs actuelles ne peignent pas l’état réel des affaires ; par suite des variations de prix, la quantité des produits notés à l’entrée ou à la sortie peut être égale, supérieure même si les prix d’estimation ont baissé, et de même elle peut être moindre si les prix ont haussé. Les relevés des douanes ne nous donnent donc pas une idée aussi exacte de la situation économique que les bilans des banques, quoique les séries se présentent dans le même sens.

[Importations et exportations des principaux produits]

85Importations et exportations des principaux produits. Matières premières, matières fabriquées. — Prenons parmi les principaux articles, les céréales, le coton, la laine, la soie, les quantités importées qui, bien plus que les valeurs, représentent un fait matériel.

[Céréales]

86Importations et exportations des céréales. — En examinant les variations des prix, on remarque que de nos jours on retrouve encore les bas cours de 1809, 14 fr. 86 c. ; 14 fr. 15, 1849 ; 14 fr. 32, 1850 ; 16 fr. 74, 1859 ; 16 fr. 41, 1865 ; 16 fr. 80, 1885 ; mais les prix de disette sont beaucoup plus modérés : de 36 fr. 16 c. en 1817, ils descendent à 30 fr. 75 c. en 1856, 21 fr. 92 c. en 1879.

87Depuis ce moment, en 1861, en 1867, en 1871, en 1876, avec des années mauvaises, car nous ne pouvons plus dire des années de disette, leurs prix ne s’élèvent pas au-dessus de 24 fr. 25 c., 26 fr. 18, 26 fr. 65, 20 fr. 59, avec des importations de 9 à 5 millions de quintaux métriques, tandis qu’en 1847 une importation de 8 millions d’hectolitres avait porté le prix à 29 fr. 01 c.

Prix moyen de l’hectolitre de blé

Prix moyen de l’hectolitre de blé
  • 7 Par suite de l’abondance des récoltes à l’étranger et de la baisse du fret des États-Unis et de l’I (...)

88Les années de disette n’ont donc plus sur les crises commerciales l’importance qu’on leur attribuait il n’y a pas encore longtemps. Bien plus, même quand elles se rencontrent dans les périodes prospères qui précèdent ces crises, loin de les troubler, elles passent inaperçues malgré d’énormes importations de blé étranger. Ces arrivages, qui n’étaient encore qu’au début, de 1877 à 1878, portent déjà de 3 à 13 millions de quintaux métriques la quantité importée et néanmoins le prix moyen de 23 fr. 42 c. baisse à 23 francs7. En 1879, avec une importation de 22 millions de quintaux métriques, plus du double de ce que l’on avait vu jusqu’ici, le prix baisse à 21 fr. 92 et l’importation en valeur s’élève à 687 millions de francs, à plus du triple des plus mauvaises années ; à 78 millions près, on observe le même chiffre en 1880.

89En 1881 et 1882, les importations dépassent encore en valeur 370 millions de francs, et cependant rien n’arrête la période prospère jusqu’à l’explosion de la crise.

  • 8 La situation des entrepôts confirme tous ces mouvements des marchandises.

90Alors, et seulement alors, les prix baissent de 23 francs en 1878 à 16 fr. 80 en 1885, à la fin de la liquidation de la crise, sans apporter aucun soulagement aux affaires, tout en ruinant l’agriculture. Nous assistons ici à l’entrée en ligne des blés étrangers. Les mauvaises années 1878 et 1879 les ont fait rechercher et leur ont indiqué la route ; aussitôt ce débouché ouvert, ils s’y sont précipités et, de 22 millions de quintaux métriques en 1879, s’ils fléchissent à 12 millions en 1881, ils ne baissent cependant pas au-dessous de 10 millions jusqu’en 18848.

[Coton]

91Coton. — Depuis 1837 les chiffres maxima se rencontrent en 1846, 1856, 1866, 1869, 1881, c’est-à-dire l’année qui précède la crise. Les deux maxima de 1866 et de 1869 tiennent à des causes particulières : 1866 à la fin de la guerre de sécession, 1869 à la reprise des affaires, bientôt arrêtée par la guerre de 1870.

92Les chiffres minima s’observent pendant les liquidations en 1848, 1884, l’année même de la crise en 1857, 1873.

[Laine]

93Laine. — Il en est de même pour elle jusqu’à la liquidation de la crise de 1857 ; à partir de ce moment le mouvement croissant de 36 millions de kilog. s’élève à 110 millions en 1868. La guerre de 1870 le réduit à 88 millions ; il reprend bientôt et nous notons 120 millions de kilog. en 1873. Ce chiffre maximum touché s’abaisse pendant la liquidation à 117 millions pour se relever de suite à 151 millions de kilog. en 1880, à la veille de la crise de 1882 ; la réaction a même lieu de suite, avant l’explosion, en 1881, et le mouvement croissant reprend sans interruption jusqu’à 193 millions en 1886. On voit combien l’usage de la laine se répand et se vulgarise par suite de l’aisance de la population.

[Soies grèges. Tissus. Métaux précieux]

94Soies grèges. — Plus soumise à l’influence des récoltes et des maladies, l’importation de la soie nous offre des oscillations plus brusques ; sans doute on note aussi le chiffre maxima à la veille des crises et les minima pendant les liquidations, mais il y a des exceptions comme en 1841, en 1852, en 1876, nous rencontrons, sous l’influence des bonnes récoltes, des chiffres maxima qui ne sont pas dépassés au moment des crises. Ainsi dans la période 1840-1847 nous voyons l’importation s’élever de 393 à 768,000 kilog. (1842-1846), descendre à 269,000 en 1848, puis se relever vivement à 1,583,000 en 1852, fléchir à 1,189,000 en 1854, avant de reprendre sa marche croissante jusqu’à 1,900,000 en 1858, 3,300,000 en 1863, 2,900,000 en 1872 et enfin 4,400,000 kilog. en 1881. Après chacun de ces mouvements, on sent bien la fin de la période prospère, en effet, le chiffre minimum ne tarde pas à se présenter pendant la liquidation, 1 600 000 en 1859, 2 200 000 en 1866, 2 400 000 en 1873, 3 400 000 kilog. en 1885.

95Tissus. — Il en sera de même pour nos principaux produits, les tissus. Que nous prenions les toiles de coton, les percales, calicots imprimés, les draps, les étoffes de soie unies, les foulards, nous retrouvons les chiffres maxima et minima des exportations dans la même position par rapport aux crises et à leurs liquidations. Le chiffre maximum pourra se présenter une année avant, une année après, on sent qu’il gravite autour d’elles et qu’il y est peu à peu amené par le développement naturel de l’industrie sous l’influence de la hausse des prix.

96Métaux précieux, or et argent. — Les importations d’or en lingots et en monnaie ne prennent quelqu’importance qu’à partir de la découverte des mines d’or de la Californie. Pour les lingots la progression est sensible de 1851 à 1854, de 20 à 368 millions de francs, c’est la première vague, venue de l’autre côté de l’Atlantique, qui va inonder l’Europe ; l’approche de la crise de 1857 diminue la puissance du courant, qui persiste cependant, mais ne reprend toute sa force qu’en 1859 (358 millions). Depuis, leur importation n’a pas dépassé 224 millions en 1867, 211 millions en 1875, au moment du retour des lingots qui avaient servi au payement de l’indemnité de guerre à l’Allemagne ; puis elle a été très réduite, ne s’écartant pas de 22 à 30 millions de 1878 à 1883, pendant le flux des espèces de la période prospère, mais en 1886 nous la voyons se relever à 307 millions, pendant le reflux.

97Ainsi en 1859, en 1875, en 1886, nous observons les maxima des importations des lingots d’or pendant la liquidation des crises, au moment de la reconstitution de l’encaisse de la Banque de France.

98Sous forme de monnaie, l’importation de l’or a d’abord suivi le mouvement des arrivages des lingots, elle présente même un plus haut chiffre que ces derniers en 1859 (368 millions contre 358) ; elle atteint son chiffre maximum 643 millions en 1866, après la crise du coton, pendant la liquidation de la crise de 1864. Réduite à 123 millions en 1872, c’est l’exportation qui prédomine de 1871 à 1873 pour le payement de l’indemnité de guerre ; aussitôt payée, les mêmes espèces qu’on avait envoyées en Allemagne reviennent en France et la somme annuelle des importations varie de 4 à 500 millions de francs de 1874 à 1878, sans que ces énormes sommes aient pu relever les cours des marchandises. L’abondance de cette monnaie que l’on réclame toujours à grands cris, et dont l’absence est, dit-on, la cause première de la baisse des prix n’a pu empêcher cette baisse de s’accentuer jusqu’en 1878 pendant la liquidation de la crise de 1873.

99Nous reconnaissons que le courant des importations d’or, monnaie et lingots, est surtout sensible après les crises, au moment de la reconstitution de l’encaisse des banques, pendant les liquidations. En 1859, l’importation totale s’élève à 726 millions, en 1866 à 812 millions, à près de 600 millions pendant chaque année de 1874 à 1877, enfin à 250 millions en 1885 et en 1886 ; sur une moindre échelle nous constatons le même mouvement qu’aux époques antérieures et dans les mêmes conditions.

100Pour les exportations d’or, c’est surtout sous forme de monnaie qu’elles ont eu lieu ; en lingots nous ne notons que trois fortes exportations de 84, 99 et 44 millions de francs en 1863, 1870 et 1880. Au même moment, à une année près les exportations sous forme de monnaie atteignent aussi leurs chiffres maxima, en 1857, en 1864, en 1871, en 1880, variant de 306 à 363 millions. Ces exportations n’ont pas toujours lieu pour balancer et compenser des opérations commerciales, citons celle de 1871 à la suite de la guerre, celles de 1878 à 1881 par suite de l’arrivage et pour le payement des blés étrangers. Si le chiffre maximum ne s’observe pas toujours au moment des crises, ce qui se rencontre cependant en 1857 et en 1864, du moins la somme totale exportée en lingots et monnaie baisse toujours sensiblement pendant les liquidations.

101Il en sera de même pour l’argent, surtout quand il faisait prime comme en 1864 ; quand il est en perte, comme à l’époque actuelle, s’il y a, comme en 1880, 600 millions à payer à l’étranger pour l’importation des céréales, en métal on paye en or 407 millions et 62 millions en argent. La différence des deux sommes indique bien la difficulté de faire accepter l’argent au-dehors, cependant on en place encore une partie, probablement dans l’Union latine.

[Recettes des chemins de fer français]

102Recettes des chemins de fer. — Poursuivant notre étude des mouvements des échanges et de la circulation, les recettes des chemins de fer vont nous en donner un état plus vrai. Ici nous n’aurons plus seulement le déplacement des produits, mais encore celui des personnes. Nous suivrons depuis 1847 l’accroissement annuel du nombre des voyageurs, des tonnes de marchandises transportées, des recettes générales, des recettes de l’exploitation, des revenus bruts et des revenus nets, et ces relevés embrassant la France entière, sans distinction des grandes villes, de Paris en particulier et des communes, nous reconnaîtrons de suite combien les crises commerciales, si graves pour les grands centres d’affaires, n’ont qu’une action bien faible sur le développement des échanges et de l’aisance dans l’ensemble de la nation. Sans doute ce développement suit le développement du réseau ferré, mais il ne se répartit pas chaque année de la même quantité. Ainsi pour les voyageurs, leur nombre s’accroît sans arrêt de 12 millions à 111 millions de 1847 à 1869. La guerre le réduit à 98 millions, il se relève à 152 millions en 1878, où un léger ralentissement l’abaisse à 150 millions à la fin de la liquidation de la crise de 1873, à la veille de la reprise des affaires, qui le ramène à 194 millions en 1882.

103L’année de la crise n’arrête pas le mouvement ascensionnel ; il continue même pendant la liquidation et, tous les nombres précédents dépassés, il atteint 214 millions en 1885, alors que pour le tonnage et pour les recettes la diminution s’accuse d’une manière bien sensible pendant la liquidation de la crise.

104L’accroissement annuel des voyageurs est donc continu, quoique variable, de 4 à 5 millions, dans les premières années jusqu’à la crise de 1864. Il s’élève à 6 millions après cette crise et, la liquidation devenue générale, après le krach anglais de 1866, tout à coup avec la reprise des affaires cet accroissement prend des proportions beaucoup plus fortes et varie de 15 à 9 millions jusqu’en 1870. La guerre même ne peut abaisser le nombre des voyageurs que de 13 millions.

105Dès 1872 leur accroissement annuel se relevant à 13 millions, sans persister toutefois, comble cette perte ; de 1873 à 1878, pendant toute la liquidation de la crise de 1873, il varie de 1 à 3 millions ; mais avec la reprise des affaires il se relève à 15 millions de 1879 à 1882. Un mouvement plus lent se produit alors et, quoiqu’il y ait toujours augmentation, cependant de 15 millions l’accroissement annuel tombe à 3 millions en 1885 ; nous jugeons de l’intensité du mouvement par le chiffre de l’accroissement annuel.

[Recettes des chemins de fer anglais. Messageries, tonnage en France]

106Recettes des chemins de fer anglais. — Depuis 1883, chaque année elles sont en baisse sur l’année précédente. Le premier semestre de 1886 porte encore la trace de cette diminution des recettes (410,900 £). Mais dès le second semestre elle s’arrête et fait place à une augmentation. La période de liquidation est terminée et nous entrons dans la période prospère, dont la plus-value pour le premier semestre de 1887 s’élève déjà à 235,300 £, preuve indéniable de l’accroissement des échanges et d’une circulation plus facile des produits.

107Malgré cette amélioration des recettes du deuxième semestre, il y a encore une diminution du dividende de l’année par suite de la baisse du premier semestre. L’augmentation du second semestre n’a pu compenser la faiblesse du premier. Pris sur les quinze plus grandes Compagnies, voici le tableau des variations des dividendes depuis 1881.

108De 5 1/2 0/0 les dividendes ont fléchi à 4 1/3 0/0 ; ils vont se relever, disions-nous en 1886 ; ils se relèvent aujourd’hui.

109Messagerie, tonnage en France. — La progression du tonnage de 3 500 000 à 44 millions (1847-1869) a lieu sans interruption comme pour les voyageurs ; la guerre de 1870 impose un temps d’arrêt et le réduit à 37 millions, puis le mouvement croissant reprend jusqu’à 89 millions en 1883, une année après la crise !

110De 1847 à 1859 les plus-values annuelles ne dépassent pas 2 millions, en 1860 elles s’élèvent à 4 millions, puis jusqu’en 1870 elles oscillent de 1 à 3 millions de tonnes. C’est après la guerre que le mouvement s’accuse ; de 16 millions en 1872, la crise de 1873 les fait tomber à 2 millions jusqu’à la fin de la liquidation de la crise en 1878 ; à ce moment, avec la reprise des affaires, le tonnage s’accroît de 5 millions en 1879, 12 millions en 1880, 4 millions en 1881 et en 1882 ; l’année qui suit la crise l’accroissement n’est plus que de un million, et enfin en 1885, la diminution du tonnage, ce que nous n’avions jamais vu, apparaît et s’élève à 9 et à 5 millions de tonnes. Cette diminution est beaucoup plus sensible pour les marchandises que pour les voyageurs, dont l’accroissement seul est réduit à 4 et 3 millions.

111Les recettes de l’exploitation ont suivi les mêmes mouvements ; sans insister, nous remarquerons que, tandis que le revenu brut s’élève de 32 à 48 millions de francs (1851-1872), soit de 16 millions, le revenu net ne s’accroît que de 17 à 24,300,000 francs, soit de 7 300 000 francs. Ces maxima touchés, les recettes brutes s’abaissent, malgré une légère reprise en 1880, de 48 à 34 millions de francs et les recettes nettes de 29,500,000 à 15,900,000 francs, soit de 14 millions pour les premières et de 13,600,000 francs pour les secondes. Ces diminutions ne persisteront pas et les crises de 1873 et 1882, sans parler des conventions, en ont bien été le point de départ.

[Circulation des voyageurs dans les omnibus]

112Circulation des voyageurs dans les omnibus. — Si, au lieu d’embrasser la circulation des voyageurs dans l’ensemble de la France, nous bornons notre observation à une seule ville, à Paris, et si nous prenons les recettes des omnibus, nous reconnaissons la dépression qui s’est produite à la suite de la crise de 1873, la recette exceptionnelle qui a eu lieu pendant l’Exposition de 1878, la progression des recettes qui a accompagné la reprise des affaires jusqu’à la crise de 1882, qui reportait les recettes de 29,400,000 francs à 37,400,000 francs en 1883 et enfin l’affaissement de ces mêmes recettes à 34,200,000 fr. en 1887 pendant la liquidation de la crise. Il en a été de même pour les voitures publiques de 22,500,000 en 1881, la recette a fléchi à 18,800,000 francs en 1886.

[Consommations]

113Consommations. — Quelques consommations industrielles et humaines viendront illustrer notre tableau : la houille, le fer, le gaz pour les premières ; le tabac, les boissons pour les secondes. Enfin les recettes de l’octroi nous feront pénétrer dans les détails de la consommation des villes, de Paris en particulier ; là encore, nous constaterons combien l’activité ou le ralentissement sont plus sensibles que dans l’ensemble du pays, l’intensité de la vie beaucoup plus marquée ; alors que les différences sont faibles sur la somme totale, ici elles frappent l’observateur.

[Houille. Fer]

114Houille. — La houille est le pain de l’industrie ; sa production et sa consommation pourront donc, comme un enregistreur mécanique, nous montrer l’état d’activité ou de calme des usines, en dehors de la consommation ménagère.

115En 1877, à la fin de la liquidation de la crise de 1873, la production était réduite à 16 millions de tonnes et la consommation ne dépassait pas 24 millions. Avec la reprise des affaires, la production et la consommation se relèvent, une nouvelle série d’années prospères s’ouvre et la progression poursuit son cours de 1877 à 1883 millions de tonnes pendant la liquidation de la crise.

116Fer. — La production du fer suit les mêmes mouvements que celle de la houille, comme l’indique l’état ci-joint :

117De 892 millions en 1873, chiffre maximum de la période, atteint l’année de la crise, la production s’abaisse à 837 en 1876, pendant la liquidation, et la valeur de 299 à 182 millions de francs. Une reprise brillante de la production a lieu de 1878 à 1882, l’année de la dernière crise, de 837 millions de tonnes à un milliard soixante-treize millions, mais la valeur ne se relève que de 182 à 247 millions de francs.

118À la fin de la liquidation de la crise, la production était réduite à 766 millions de tonnes, soit de 307 millions, et la valeur de 247 à 118 millions de francs, soit de 129 millions de francs, chiffre énorme qui représente presque la valeur totale de la production en 1858.

[Gaz]

119Gaz. — La consommation du gaz à Paris, comme le nombre des voyageurs sur les chemins de fer, a suivi de 1855 à 1869 une marche toujours croissante que rien n’a pu arrêter. Quand un produit est d’une grande utilité et apporte, outre la simplicité dans la distribution, une notable économie, il n’y a pas de pause dans le développement de cette industrie. Ce développement seul varie en quantité, selon les années prospères ou de crise. La guerre de 1870 a cependant fait descendre la consommation du gaz de 145 millions de mètres cubes à 87, 1869-1871. Dès 1872, la consommation dépassait le chiffre de 1869, en 1873 nous notons 154 millions, et alors la progression continue jusqu’à 256 millions de mètres cubes, l’année même de la crise, en 1882.

120La répartition de cet accroissement par année nous montre bien sous quelles influences il se produit ; en 1873 et en 1874 la plus-value annuelle n’est que de 7 à 6 millions, on sent l’ébranlement dont on sort à peine ; puis, aussitôt la libération du territoire, cette plus-value s’élève à 15 et 14 millions en 1875 et en 1876. Pendant les trois années où la liquidation de la crise de 1873 se fait surtout sentir, avec la baisse des prix qui s’accuse chaque jour, de 1877 à 1879, la plus-value annuelle est réduite à 2 et 4 millions. La liquidation terminée, avec la reprise des affaires les plus-values s’élèvent à 8, 19, 16 millions pendant les années 1879, 1880 et 1881, 1882. La crise de cette dernière année non seulement les arrête, mais les fait disparaître, et pour la première fois nous nous trouvons en présence de moins-values pendant sa liquidation ; on dirait les chiffres disposés à la main pour soutenir notre thèse.

121Après ces consommations industrielles que nous avons prises comme type, étudions quelques consommations dans lesquelles la population intervient directement : le tabac, les boissons, vins et eaux-de-vie ; nous pourrions y joindre les sucres, si les variations des droits et des tarifs ne compliquaient pas trop le sujet.

122Nous suivons les variations de la consommation des boissons et du tabac par la place importante qu’elles occupent dans les impôts indirects.

123De ces deux objets de consommation c’est celle du tabac qui offre le moins d’interruption dans son développement ; avant la crise de 1882, il n’y a de diminution que pendant deux années en 1870 et en 1871, au moment de la guerre. Jusque-là, les relevés annuels des droits perçus étaient toujours en plus-value, ce qu’on n’observe pas d’une manière aussi régulière pour les boissons ; pour ce dernier article les diminutions de la consommation tiennent à l’inégalité des récoltes, influence à peine sensible pour le tabac, puisque l’État achète sur le marché du monde où les variations de prix sont moins sensibles, de plus l’écart entre le prix de vente et le prix d’achat est tel que les prix au détail sont pour ainsi dire invariables.

[Tabac]

124Tabac. — De 1854 à 1884, comme nous venons de le noter, il n’y a donc qu’une seule interruption dans le développement de la consommation, en 1870 et 1871 ; la progression se divise en deux grandes périodes de 1854 à 1869 et de 1872 à 1884. Jusqu’en 1857 la plus forte plus-value annuelle ne dépasse pas 11 millions en 1856, à la veille de la crise ; pendant la liquidation, en 1858, elle s’abaisse à 4 millions, à 1 en 1859, dès que la reprise des affaires se fait sentir, avec une nouvelle taxe en 1860 et en 1861, elle remonte à 16 et 22 millions de francs. La guerre de la sécession, arrêtant le travail du coton en Europe, l’abaisse à 5 millions au début des hostilités ; elle se relève à 7 millions malgré la crise de 1864, puis, pendant la liquidation, elle fléchit à 3 millions ; la reprise des affaires lui donne un nouvel élan de 5, 6 et 7 millions dans les années qui précèdent 1870, jusqu’à ce que la guerre amène une dépression qui pour les deux années 1870 et 1871 s’élève à 37 millions de francs.

125La seconde période s’ouvre en 1872, la paix signée, les emprunts souscrits et se continue sans une lacune jusqu’en 1884. La reprise de la consommation est d’abord très vive, de 51 millions en 1872, de 22 millions en 1873 et de 24 millions en 1875, les usines se rouvrent, le travail amène les salaires, et la consommation ne tarde pas à suivre, nous en avons ici la preuve.

  • 9 Sous l’influence des grands travaux publics, chemins de fer, ports, canaux, etc. (plan Freycinet).

126La crise de 1873 passe pour nous inaperçue pendant la période aiguë, mais pendant la liquidation de 1878 à 1879, la plus-value annuelle de la consommation du tabac s’abaisse à 300 000 fr. La reprise des affaires la relève à 9 millions chaque année de 1880 à 1883, elle persiste même une année après l’explosion de la crise9; mais dès 1884 elle fléchit à 5 millions, et enfin en 1885, la plus-value arrêtée, fait place à une moins-value de 2 millions de francs. Malgré leur continuité, l’importance des accroissements annuels nous fait bien sentir l’état économique du pays.

[Boissons]

127Boissons. — La progression des recettes présentera plus d’arrêts et de dépressions que celle du tabac, il n’y aura pas la même suite ininterrompue de plus-values, quoiqu’elles se divisent aussi en deux grandes périodes : de 1854 à 1870 et de 1870 à 1880.

128Dans la première période en 1856, avant la crise de 1857, à la fin de la période prospère, nous notons une plus-value de 27 millions de francs qui descend à 2 millions pendant la liquidation en 1860.

129De 1860 à 1865 la progression annuelle varie de 7 à 9 millions, sauf deux années exceptionnelles en 1861 et en 1866, où elle s’élève à 20 et 19 millions de francs. En 1861 on allait repartir quand la disette du coton, par suite de la guerre des États-Unis, est venue, sinon tout arrêter, du moins tout ralentir. La plus-value de 1866, 19 millions, succède à la belle récolte de 1865 ; cette influence des récoltes n’a même pas l’action que l’on pourrait croire, ainsi, en 1867, après la belle récolte de 1866, il y a une diminution de 10 millions ; avec une production pour ainsi dire semblable, 68 et 63 millions d’hectolitres, il y a eu plus-value dans le premier cas et moins-value dans le second.

130La guerre de 1870, comme pour le tabac, amène une diminution de recettes de 26 millions pendant cette seule année ; elle ne persiste pas en 1871 comme pour le tabac ; déjà la consommation s’est relevée de 22 millions à 44 en 1872, pendant que celle du tabac atteint 51 millions de francs, elle se maintient en plus-value en 1873 et en 1875 à 38 et 37 millions.

131Comme pour le tabac, la liquidation de la crise de 1873 se fait sentir en 1877 ; la plus-value est réduite à 1 million, mais avec la reprise des affaires, pendant la période prospère qui précède la crise de 1882, nous revoyons des plus-values annuelles de 13, 10 et 18 millions de 1878 à 1880.

132Les mauvaises récoltes de 1879 et 1880, 25 et 29 millions d’hectolitres font disparaître les plus-values une année avant la crise de 1882, et la moins-value s’accuse par 25 millions en 1881, à laquelle s’ajoutent 8 millions en 1882.

133Néanmoins, malgré la crise, après cette baisse, les recettes reprennent encore en 1883 et en 1884 comme pour le tabac, tant est grande la puissance de l’habitude et tant l’aisance s’est répandue dans toutes les classes de la société ; le ralentissement des travaux et la diminution des salaires, les chômages qui commencent ne font sentir leur action qu’en 1885 ; alors les recettes des boissons diminuent de 10 millions, quand elles ne fléchissent que de 2 millions pour le tabac.

[Café]

134Café. — Comme boisson, la consommation du café suit la même marche. Dans la dernière période elle s’élève d’un mouvement continu, de 47 à 69 millions de kilogrammes pendant la période prospère do 1877 à 1882. Le chiffre maximum, il est vrai, se rencontre en 1883, une année après la crise, mais, quand l’impulsion est donnée, elle persiste jusqu’à ce que les conséquences funestes se fassent sentir plus tard. Dès 1884, la consommation s’abaisse, et, malgré une reprise en 1885, elle fléchit jusqu’à 63 800 000 kilogrammes en 1886, soit une baisse de plus de 4 millions de kilogrammes.

135Les impôts indirects, en ne prenant même que les principaux sur le tabac, l’alcool et les vins, nous ont montré le ralentissement de la consommation. En 1882, 1883 et 1884, pendant les trois premières années qui suivirent la crise, l’impulsion était donnée, il y avait de puissantes épargnes, et on ne voulait pas croire à la gravité du mal que l’on regardait comme local et passager ; c’est en 1885 et 1886 que l’arrêt est bien sensible.

[Octrois]

136Octrois. — Observer les relevés des recettes de l’ensemble des communes qui y sont soumises, nous donnerait un total qui, par suite de la différence des matières et des droits perçus, ne nous permettrait pas de suivre les écarts que nous étudions. En prenant Paris pour type nous restreignons le tableau, mais l’échelle est assez importante pour nous rendre compte de l’état économique de la grande cité. Sans remonter au-delà de la crise de 1847, le maximum des recettes de l’octroi s’observe en 1846, 37,600,000 fr., il fléchit dès 1847 et s’abaisse à 28 millions de francs en 1848, au moment de la révolution. Le mouvement ascensionnel reparaît l’année suivante et persiste sans interruption jusqu’en 1853, quand la guerre de Crimée lui impose un léger arrêt ; puis il reprend sa course, sans tenir compte de la crise de 1857, et sans réaction s’élève de 42 à 91 millions de francs (1854-1864). Nous notons pour mémoire une simple dépression de un million en 1865, et le même mouvement porte à 107 millions de francs les recettes de l’octroi en 1869. La guerre de 1870 les réduit à 68 millions ; mais le chiffre de 107 millions aussitôt repris, nous suivons une nouvelle période de plus-values de 107 à 149 millions de francs de 1873 à 1882.

137Ici, pour la première fois, la crise arrête et déprime les recettes pendant plusieurs années : 143 millions en 1883, 140 en 1884, 135 en 1885 et en 1886. En 1887, comme sur les bilans des Banques, la reprise se manifestait, 137 millions, elle s’accentuait jusqu’à 141 millions de francs en 1888 ; nous rentrons dans la période prospère, dans la période des plus-values.

138Pénétrons-nous dans les détails des trois principales catégories de recettes, les boissons, les comestibles et les matériaux de construction vont nous offrir les mêmes séries de plus-values et les mêmes dépressions.

139Pour les boissons et les comestibles, la première dépression a lieu en 1847 et en 1848 ; une seconde au moment de la guerre de Crimée en 1854 et en 1855, puis pour les boissons la plus-value des recettes continue jusqu’en 1869 sans être touchée par la crise de 1864.

140Les comestibles au contraire n’y sont pas insensibles, la progression ininterrompue jusqu’ici s’arrête ; les recettes de 18 s’abaissent à 15 millions de francs.

141Puis ces deux articles reprenant leur marche, subissent un second arrêt en 1870 ; la guerre déprime de 11 millions de francs les recettes des boissons et de 6 millions celles des comestibles. La paix rétablie, dès la première année, les recettes des boissons reprennent leurs chiffres antérieurs et les comestibles de même à un million près, alors nous nous élançons dans une période de plus-values bien supérieures à tout ce que nous avions vu jusqu’ici, qui, pour les boissons, porte les recettes de 43 à 65 millions de francs (1872-1881) et pour les comestibles de 10 à 31 millions de francs.

Recettes de l’octroi de Paris par périodes décennales

Recettes de l’octroi de Paris par périodes décennales

142Pour les comestibles et pour les boissons dans chaque période décennale, l’accroissement des recettes et par suite de la consommation est marqué, quoique dans des proportions différentes. Ainsi pour les comestibles, l’accroissement de 3 millions de francs double dans la seconde période de 1857 à 1867 ; malgré la guerre de 1870 il triple dans la troisième (1867-1877) ; dans la quatrième seule, il est réduit à 6 millions de francs ; c’est donc dans les moments les plus critiques que l’accroissement de la consommation des comestibles a été le plus rapide, il y a là un témoignage sensible du développement de l’aisance au milieu des troubles les plus profonds.

143Pour les boissons, l’accroissement décennal n’est pas le même, de 1,700,000 il s’élève à 26 millions de francs dans la seconde période (1857-1867), est réduit à 11 et à 6 millions de francs dans les deux dernières, la progression s’est même arrêtée en 1881 à une recette de 65 millions de francs, pour s’abaisser à 57 millions en 1887 au début de la reprise des affaires qui ne la relève qu’à 58 millions en 1888.

144Dans la dernière période l’accroissement de l’aisance est plus marqué par la moindre réduction de la taxe perçue sur les comestibles, que sur celles des boissons, de 9 à 6 millions dans le premier cas, et de 11 à 6 dans le second, quoique dans les deux cas il y ait eu une plus-value.

145Pour les matériaux, ce qui représente l’activité des constructions à Paris, la plus forte plus-value décennale de la taxe s’observe de 1857 à 1867, 6,200,000 francs. De 1867 à 1877, les recettes fléchissent de moitié de 14 à 7 millions (1869-1874), mais en 1877 elles se sont déjà relevées à 12,200,000 francs, ce qui ne donne qu’une diminution de 500,000 francs sur 1867.

146Avec la reprise des affaires en 1878, la spéculation se réveille pour la construction et en 1880 les taxes sur les matériaux donnent une recette de 20,900,000 francs dépassant de plus de 6 millions la plus belle observée jusqu’ici, celle de 1869. La crise de 1882 ne tarde pas à la réduire à 9,900,000 francs en 1885, mais avec la reprise des affaires nous voyons successivement apparaître les chiffres de 10 et de 11 millions en 1887 et en 1888. Ici encore pour l’ensemble et pour les détails la concordance est parfaite.

147Nous bornant toujours à la grande agglomération parisienne, les recettes de l’octroi vont nous montrer les troubles profonds apportés par la dernière crise dans toutes les habitudes d’une population relativement aisée.

148Sur une diminution des recettes de 14 millions de francs de 1882 à 1886, diminution qui se répartit ainsi : 6 millions en 1883, 3,600,000 en 1884, 4,600,000 en 1885, les boissons entrent pour 1,800,000 fr., 582,000 fr. et enfin 2,400,000 fr. ; c’est la plus forte diminution. Les comestibles en général, la viande non comprise, loin d’être aussi touchés présentent des plus-values qui, il est vrai, vont en diminuant de 900,000 fr. en 1883 à 100,000 fr. en 1885.

[Consommation de la viande]

149Voilà ce que nous donne un simple coup d’œil sur les droits perçus ; si nous y joignons les quantités consommées, les écarts seront plus sensibles. Ainsi la consommation de la viande, qui indique le plus ou le moins de bien-être de la population des villes, permet de juger le degré des périodes heureuses ou malheureuses que nous traversons ; les chiffres augmentent ou diminuent selon l’activité ou le ralentissement des affaires.

150De 101 millions de kilogrammes en 1873, cette consommation va croissant chaque année avec la prospérité générale. On sent de temps en temps un à-coup dans certaines années privilégiées en 1874, en 1875, après la libération du territoire, en 1878 avec la liquidation de la crise de 1873 et la reprise des affaires. Enfin, à la veille de l’explosion de la dernière crise, alors que l’activité est fébrile, en 1880 et en 1881, on note des accroissements annuels de 9 millions de kilogrammes. La consommation de la viande s’était ainsi élevée de 101 millions à 156 millions de kilogrammes en 1882, l’année critique. À partir de ce moment la diminution commence et elle est rapide : dès la première année elle s’élève à 6 millions de kilogrammes, baisse en rapport avec le ralentissement et la suspension des travaux, la liquidation de la crise commence, et pendant toute sa durée elle ne se relève pas. À côté de la viande de boucherie la consommation de la viande de porc nous permet de faire un curieux rapprochement : depuis 1873 elle s’est constamment élevée de 19 à 21 millions de kilogrammes en 1879 ; là le mouvement s’arrête et rétrograde même à 19 millions en 1881, puis, l’année même de la crise, en 1882, on abandonne déjà la viande de boucherie pour se rejeter sur la viande de porc, dont la consommation se relève jusqu’à 22,800,000 kilogrammes, chiffre qu’elle a conservé depuis.

151Les chiffres se suivent et se moulent pour ainsi dire non sur les besoins, mais sur les ressources de la population parisienne dont une partie, il est vrai, a émigré.

[Caisses d’épargne]

152Caisses d’épargne. — Leurs comptes rendus annuels nous font pénétrer dans tous les secrets de la petite épargne ; nous suivons les variations des sommes qu’elle dépose et des sommes qu’elle retire, du nombre de ses livrets et de leur importance.

153Ce qui surprend, c’est que depuis la consolidation en rentes des fonds des caisses d’épargne en 1848, aucun accident, sauf la guerre de 1870, n’a pu arrêter les dépôts ; ils n’ont pas été toujours aussi abondants, mais ils n’ont pas cessé et chaque année le solde créditeur à l’actif des déposants a été croissant.

154La consolidation des fonds des caisses d’épargne s’est faite sur un capital de 400 millions de francs. Se reconstituant déjà, ce capital s’élevait à 74 millions en 1849, 285 en 1853 et enfin 711 millions en 1869. Pendant les trois années de la guerre on l’entame et il se trouve réduit à 632 millions en 1870, 537 en 1871 et enfin 515 en 1872, diminutions bien minimes quand on se rappelle les immenses besoins auxquels il fallait pourvoir au milieu d’un bouleversement social inouï, la guerre civile et l’occupation du territoire par les armées ennemies. Pour répondre à de pareils besoins les retraits des caisses d’épargne n’ont pas dépassé 79 millions en 1870, 95 en 1871 et enfin 22 en 1872.

155La paix rétablie, le vide était bientôt comblé ; dès 1876 le solde créditeur de 1869, 711 millions, était dépassé. Les accroissements annuels, qui s’étaient peu à peu élevés de 20 à 87 millions, atteignent 109 millions en 1876, 154 en 1878, à la fin de la liquidation de la crise de 1873 et se maintenaient encore à 128 millions quand, en 1881, on a porté à 2000 fr. le maximum des dépôts. Aussitôt, pour profiter d’un intérêt supérieur à celui accordé par les sociétés de crédit, une nouvelle clientèle dépose ses fonds pour ainsi dire en comptes courants aux caisses d’épargne et, dès la première année, en 1882, l’année de la crise, les versements s’élèvent à 346 millions ; en ce moment critique on garde ainsi ses capitaux. En 1883, les versements sont réduits à 62 millions, mais ils reparaissent bientôt, s’élèvent encore à 205 et 191 millions en 1884 et en 1885 et ne s’abaissent à 101 millions qu’en 1886. Chaque année l’épargne augmente, elle se manifeste seulement dans des proportions différentes, tantôt sous l’influence de la loi qui élève la limite des dépôts, tantôt sous l’influence de la liquidation de la crise de 1882. Le trésor perd ainsi, au moment où les excédents ont disparu, une ressource en dehors des crédits budgétaires, sur laquelle il comptait pour équilibrer son budget, par suite du défaut d’équilibre de tous les modestes budgets des classes moyennes et des classes ouvrières.

156Une pareille continuité de versements devait provenir d’un accroissement de la clientèle ; le nombre des livrets nous montre en effet que, de 561,000 en 1848, ils se sont élevés à 5 millions en 1886, en même temps que la moyenne de chacun d’eux s’élevait de 131 fr. à 425 francs.

157Quelles que soient les vicissitudes par lesquelles notre pays a passé, les disettes, les épidémies, les crises, les guerres, les révolutions ont à peine fait subir un temps d’arrêt au développement de sa richesse.

[Caisse d’épargne de Paris]

158Si, au lieu d’embrasser l’ensemble des caisses d’épargne de la France, nous bornons notre observation à celle de Paris, nous suivrons mieux les mouvements qui se manifestent au moment des crises.

159Le solde créditeur des déposants de 53 millions de francs en 1830 s’était élevé à 112 millions de francs en 1848, au moment de la consolidation en rentes.

160Déjà relevé à 10 millions de francs à la fin de 1848 le solde créditeur atteignait 54 millions en 1853, au même moment pour la France entière le solde s’était élevé de 73 à 285 millions de francs. La guerre de Crimée le réduit à 271 millions en 1854, puis le mouvement reprend sans interruption jusqu’à 711 millions en 1869, la guerre seule l’arrête.

161À Paris, au contraire, le solde créditeur des déposants est beaucoup plus impressionnable : de 54 millions de francs en 1854, il s’abaisse à 44 millions en 1857 au moment de la crise, se relève pendant la liquidation en 1860 à 50 millions, sans dépasser encore le chiffre de 1853, et la crise de 1864 le déprime à 45 millions en 1865, à un million près au même chiffre qu’en 1857.

162La période prospère, qui s’ouvre alors et qui a été interrompue par la guerre de 1870, le ramène enfin à 54 millions, au chiffre de 1853, pendant que pour la France en dehors de Paris on note un accroissement de plus de 400 millions de francs.

163Cette terrible année 1870 et celles qui suivent réduisent les dépôts à 35 millions de francs ; que de misères soulagées avec cette faible somme ! Puis avec la nouvelle période prospère, les versements se multiplient avec une rapidité et une ampleur inconnues jusqu’ici, s’élevant déjà à 72 millions en 1881, nous voyons passer sous nos yeux surpris les chiffres de 87, 94, 102, 111, 117 millions ; de 1882 à 1886, rien ne peut les modérer ; la loi de 1881, portant le maximum des dépôts à 2000 francs, n’y aura pas été étrangère. La caisse d’épargne a une nouvelle clientèle de déposants en comptes courants et la crise de 1882 ne se fait pas sentir, mais nous voyons pourquoi.

[Contributions directes]

164Contributions directes. — Dans notre première étude, en 1862, nous avions fait entrer en ligne les contributions directes. Elles présentent aussi de grandes augmentations, mais, une fois les taxes établies, les réactions sont à peine sensibles, l’initiative privée n’y peut rien ; quelles que soient les conditions du marché le fisc réclame sa part. Ainsi, en 1870, les contributions directes donnent 10 millions de plus qu’en 1869, en 1871 seulement, elles sont réduites de 5 millions de francs, pour se relever de suite de 18 millions de francs au-dessus du maximum atteint en 1870 (586 millions de fr.).

[Contributions indirectes]

165Contributions indirectes. — Nous terminerons cette revue, déjà bien longue, par un court examen de la richesse publique d’après les variations des revenus indirects.

166Le magnifique développement de ces recettes du Trésor dans les années prospères, et même pour une d’entre elles (le tabac) pendant les crises et les perturbations les plus graves, montre bien, si c’était encore à prouver, combien les impôts indirects bien assis, qui frappent la masse des citoyens, sont productifs pour l’État.

167Après l’enregistrement et les douanes, les principales sources du revenu sont les sucres, les boissons et les tabacs. Les sels qui, avant la réduction du droit, formaient un des principaux articles, n’ont pas donné ce que quelques personnes espéraient par l’augmentation de la consommation.

168De 1814 à 1818, les contributions indirectes s’élèvent de 206 millions à 547 ; elles baissent à 526 en 1819 (liquidation de la crise).

169De 526 millions elles se relèvent à 640 en 1826, dernière année des hauts prix, et retombent à 623 millions en 1827.

170Elles n’atteignent que 633 millions en 1830 ; mais la crise et la révolution les précipitent à 524 millions en 1831, deux millions au-dessous de 1819, et ce n’est qu’en 1837 que le maximum de cette période approche, à 8 millions près, de celui de 1826 (640 millions) ; depuis onze années on oscille dans le même cercle. À partir de ce moment, leur développement se poursuit d’une manière irrésistible jusqu’à 827 millions en 1847 augmentant ainsi en neuf années de près de 200 millions ; la crise seule arrête leur progression.

171Pour les trois dernières périodes, nous constatons dans la première, 1840-1847, une élévation des revenus indirects, de 687 millions à 827 en 1846. L’année 1847 les voit déjà réduits à 824 millions, et, au milieu des troubles de 1848, ils tombent à 683 millions ! C’est la source du revenu qui a le plus souffert et dont la différence a dû être comblée par l’impôt des 45 centimes.

172Le calme un peu rétabli, ils remontent à 708 millions en 1849, et la progression continue jusqu’à 852 millions en 1853.

173Les craintes de l’extension de la guerre d’Orient paralysent l’essor du commerce.

174Dès que la guerre paraît se restreindre, se limiter, tout reprend son cours. L’augmentation annuelle, qui avait été de 40 à 50 millions dans les années précédentes, s’élève à 106 millions en 1855 ; l’année suivante à 75, puis à 26, ce qui donne 1 milliard 59 millions en 1857. Les affaires sont tellement engagées partout que, si elles diminuent dans les grandes villes qui sont les premières frappées, la progression générale se fait toujours sentir et porte les chiffres à 1 milliard 101 millions en 1859. L’augmentation pendant la période antérieure de 1837 à 1846 avait été de 200 millions en neuf années. De 1846 à 1859, en treize années, elle s’élève à 274 millions ; malgré l’immense développement industriel de nos jours, le mouvement n’a pas été beaucoup plus rapide. En 1860, cette marche en avant subit un léger recul, la perception se trouve réduite à 1 milliard 74 millions ; mais il était prévu. On s’y attendait par suite des remaniements de tarif, de la réduction du droit sur les sucres et à l’entrée des matières premières d’après les nouveaux traités de commerce ; cependant la perception n’est que de 27 millions inférieure au maximum de 1859 ; avec les anciens droits, sans parler des nouveaux (32 millions sur les alcools, 32 millions sur les tabacs), elle aurait été égale, sinon supérieure, aux plus belles années. Rien ne prouve mieux combien la liquidation a été facile en 1858.

175Cette dépression presque insensible à peine notée, les plus values reparaissent et relèvent les recettes à 1,251 millions de fr. en 1863, à la veille de la crise de 1864. Nouvel arrêt bien passager, car dès 1866 tous les maxima précédents sont dépassés et l’accroissement croissant des recettes continue jusqu’en 1869 (1,323 millions de fr.), la guerre de 1870 seule les abaisse à 1,115 millions de fr. puis nous entrons dans une période de hausse favorisée par les nouveaux impôts (700 millions de fr.) et que rien ne peut arrêter jusqu’en 1883. C’est ainsi que les recettes indirectes atteignent, d’un mouvement continu, 1,632 millions de fr. en 1872, 1,861 millions de fr. en 1874 et enfin 2,109 millions de fr. en 1876. Voilà la progression donnée par les nouveaux impôts dans les premières années de leur application. En 1877, la fin de la liquidation de la crise de 1873 se fait sentir, il y a une pause, mais avec la reprise des affaires et la hausse des prix la progression reparaît jusqu’à 2,327 millions de fr. en 1883.

176La crise a éclaté en 1882, toutes les affaires lancées en avant ne pouvaient s’arrêter instantanément, le ralentissement s’accuse en 1884 avec la baisse des prix, persiste pendant la liquidation et tout rentre dans le mouvement croissant avec la reprise qui se manifeste.

177Voulons-nous pénétrer dans les détails et suivre les variations des recettes indirectes sur les principaux articles, sur l’enregistrement, sur les ventes d’immeubles, sur les douanes, nous trouvons les mêmes oscillations : progression continue pendant les périodes prospères ; arrêt au moment des crises, l’année précédente ou l’année suivante ; recul pendant les liquidations ; en un mot, analogie complète avec les mouvements que nous a donnés l’observation des bilans des banques.

[Budget de l’État]

178Budget de l’État, recettes, excédents, déficits. — À côté des recettes et des dépenses privées, nous placerons les recettes et les dépenses publiques de l’État.

179Un coup d’œil sur le budget de l’État nous montre combien l’équilibre est facile aux heures prospères et difficile pendant la liquidation des crises. D’abord ce sont des excédents de recettes dont on ne peut prévoir la fin et qui poussent à tout entreprendre ; puis ce sont des déficits non moins persistants qui rendent tout impossible. Mettre en présence la période d’excédent avec la période prospère et la période de déficit avec la période de liquidation, c’est montrer leur solidarité.

180Rien n’est plus significatif que la succession des excédents et des déficits des budgets depuis 1878.

[Tableau des excédents et des déficits]

Tableau des excédents et des déficits des budgets

Tableau des excédents et des déficits des budgets

181Les différences sont tellement marquées dans la dernière période, avant et après la crise de 1882, pendant la période prospère et pendant la période de liquidation, qu’il suffira d’y jeter les yeux pour voir comment tout s’enchaîne dans le mécanisme social. Aussitôt les payements de l’indemnité de guerre effectués, malgré la lourde charge de 700 millions de francs des nouveaux impôts, la reprise des affaires s’est faite avec tant d’entrain et d’un pas si rapide que nous n’avons pas même paru en sentir le poids, tant la fortune publique trouvait de nouvelles ressources en dehors de celles qui étaient en souffrance. La facile circulation des produits à l’aide de la vapeur sur mer et sur terre a changé tout à coup les conditions de la production et de la répartition de la richesse. Non seulement les budgets s’alignent avec des chiffres toujours croissants de dépenses, de 2,722 millions de fr. en 1872 à 3,715 millions de fr. en 1883, mais il y a encore des excédents qui, comme on le voit sur le tableau ci-dessus, de 79 millions de francs s’élèvent à 169 (1878-1881). Tout paraissait facile alors ; on ne voyait plus de limite à l’élasticité des recettes des budgets, on cherchait à les absorber par des dépenses nouvelles (Plan Freycinet, écoles, laïcisations).

182La crise éclate en 1882, et aussitôt les déficits paraissent, toujours croissants dans la période de baisse comme les excédents dans la période de hausse, de 42 à 146 millions de francs (1882-1885).

183Jusqu’à la veille de l’explosion de la crise (janvier 1882), tout marche à souhait. Malgré de folles dépenses qui engagent l’avenir, on fait face à tout à l’aide des plus-values des impôts indirects, dépassant chaque année les prévisions budgétaires et des versements des caisses d’épargne. La crise éclate, on n’en tient pas compte ; non seulement on continue les dépenses, mais on les exagère. Ne pouvant y faire face directement, on cherche par des moyens indirects les ressources qui manquent. Les budgets ordinaires et extraordinaires même n’y suffisent pas, on y ajoute quatre autres budgets hors cadre, moins en vue ; ce sont des caisses alimentées par des emprunts qui ne se font pas au nom de l’État, mais par les grandes Compagnies de chemins de fer pour le réseau Freycinet, par le Crédit Foncier pour les maisons d’écoles, par les Chambres de commerce pour l’amélioration des ports maritimes et par les émissions des obligations sexennaires que le Trésor est bien forcé d’adjuger lui-même pour la garantie des intérêts aux chemins de fer ; mais il est convenu que cet emprunt, étant à court terme, ce n’est pas un emprunt, telle est du moins l’explication de la Commission du budget.

184Malgré ces ressources et une épargne qui dépassent tout ce qu’on pouvait rêver, les déficits persistent, s’accroissent chaque année, et nous amènent à l’impossibilité d’établir le budget de 1887 sans avoir recours aux emprunts, tout en ayant la prétention de s’en passer, en les dissimulant sous le titre de moyens de Trésorerie.

185Avant même l’explosion de la crise, en 1881, pour ne pas prévoir les embarras futurs, il fallait compter sur une période de prospérité indéfinie dont aucun régime n’avait joui jusqu’ici. Le Trésor public a donc vu ses recettes troublées comme celles des plus modestes commerçants, et la liquidation de la crise ne pouvait se faire, comme nous l’indiquions en 1886, sans qu’il liquidât aussi lui-même ; c’est ce dont il s’occupe aujourd’hui.

186De 3,715 millions de fr., chiffre maximum atteint en 1883, le budget des dépenses ordinaires et extraordinaires a été peu à peu réduit à 3,260 millions de fr. en 1887, soit de 455 millions, avec une baisse des recettes de 483 millions, l’écart entre les deux sommes étant renvoyé à la dette flottante.

187Le budget dit des dépenses sur ressources spéciales n’est pas compris dans les sommes que nous venons d’énumérer. Ce budget augmente la confusion de notre comptabilité, mêle les budgets locaux avec le budget de l’État. Pour aligner ce dernier, on qualifie du nom de dépenses extraordinaires des dépenses permanentes, et par conséquent ordinaires, on obtient ainsi une balance qui en impose au public ; on pourvoit aux autres dépenses par des emprunts dissimulés. Personne ne peut savoir ce que l’État emprunte chaque année. Il n’y a d’excédent réel qu’en totalisant toutes les dépenses qui figurent aux divers budgets, comptes, caisses, et en les comparant au total des recettes, les emprunts non compris, et ce n’est pas ce que l’on trouve dans les documents officiels.

[Découverts du Trésor]

188Découverts du Trésor. — Les découverts du Trésor, de 160 millions (1831), s’élèvent à 337 en 1837, s’abaissent de 256 en 1841, remontent à 580 en 1848, sont réduits à 227 en 1849, pour atteindre 965 millions en 1856 et en 1857. Après chaque consolidation, ils se relèvent plus haut, jusqu’à ce qu’une crise éclate.

Tableau des découverts du Trésor

Tableau des découverts du Trésor

189Dans les dernières périodes, sauf au moment de la guerre et de sa liquidation, de 1870 à 1872, nous suivons les mêmes oscillations.

190Pendant la période des plus-values du budget de 1877 à 1882, durant sept années, les découverts se sont maintenus à 809 millions de fr., ce n’est qu’en 1886 qu’ils se relèvent à 917.

[Émissions des bons du Trésor]

191Émissions des bons du Trésor. — Les maxima de l’émission annuelle ont lieu pour des besoins particuliers qui ne répondent pas à ceux des affaires.

192Cette émission, qui n’avait jamais dépassé 178 millions aux moments les plus critiques de la monarchie de Juillet, s’élève à 284 millions en 1848. Depuis 1853, la somme atteint rapidement 348 millions, et enfin 361 millions en 1858. Les emprunts faits à ces diverses époques ne peuvent pas la ramener au-dessous de 240 millions.

193De 1858 à 1888, l’émission varie de 677 à 400 millions et, sauf le chiffre le plus élevé, qui se rencontre en 1864, les autres s’observent de 1871 à 1875 pour la liquidation de la guerre et pendant la liquidation de la crise de 1882 (422 millions). Ces chiffres ne sont pas amenés par une succession d’émissions ou de retraits, ils disparaissent de même ; on sent des besoins de trésorerie et, dès l’année suivante, on retombe au chiffre minimum par suite d’un emprunt, d’une opération de trésorerie ou d’une réduction de dépenses, ce qui est bien rare, car elles sont plutôt détachées du budget pour y rentrer jusqu’à la consolidation sous forme d’une simple annuité.

194Une nation qui possède de pareilles ressources peut beaucoup entreprendre et, on pourrait le croire, sans grever l’avenir ni s’endetter. Malheureusement, si les recettes ont été extraordinaires, les dépenses ont su les absorber, les devancer d’un pas beaucoup plus rapide. Comme les particuliers qui ont recours aux prêts sur hypothèque, l’État s’est reposé sur l’avenir du soin de régler sa dette ; son échéance indéterminée permet, par des moyens de crédit et de trésorerie, d’y faire face en attendant ; puisse le moment être favorable quand on voudra apurer les comptes et ne pas laisser la seule ressource des expédients, plus ou moins honnêtes ou onéreux, comme par le passé !

[Dette flottante]

195Dette flottante. — La dette flottante, de 252 millions en 1830, s’est élevée à 604 millions en 1845 ; un emprunt la réduit à 428 millions. Les découverts, de 160 millions, atteignent 498 millions aux mêmes époques et, malgré la consolidation d’une partie, la dette se trouve portée à 630 millions, par suite de la liquidation désastreuse de 1848. Il faut encore consolider au cours du jour, et à quel taux ! On réduit la dette flottante et le découvert à 318 et 227 millions. On pensait, instruit par le passé, ne pas recommencer une aussi dure expérience ; mais, dès 1853, le maximum de 1848 était dépassé. La dette flottante et le découvert s’élèvent ainsi jusqu’à 895 et 965 millions en 1857, malgré les emprunts de la guerre d’Orient, tout est englouti. Les embarras du Trésor coïncident avec ceux du commerce, tant il est vrai que tout est solidaire ici-bas. En 1858 et 1859, il y a un repos, une diminution des découverts du Trésor jusqu’à 739 millions en 1860 ; mais la dette flottante, après être un moment descendue à 847 millions (1859), grossit à 921 millions en 1860 ; nous voici, comme pour tout le reste, arrivés aussi au maximum ; peut-on aller au-delà sans d’abord reculer ?

196On recule en effet, comme nous le disions en 1862 dans notre première édition, à 810 millions, mais le mouvement croissant reprend de suite jusqu’à 1,037 millions de fr. en 1864.

197La réaction a lieu et abaisse la dette flottante à 787 millions en 1866. À la veille de la guerre, nous voyons reparaître les chiffres de 921 millions bientôt dépassés en 1872 et en 1873 (1,326 millions de fr.). Puis, la liquidation faite à l’aide des emprunts des cinq milliards et des 700 millions des nouveaux impôts, elle se trouve réduite à 1,021 millions de fr. en 1875. De 1876 à 1878, nous avons encore un chiffre maximum, 1,355 millions et un chiffre minimum, 1,101, point de départ d’une nouvelle série d’accroissements annuels qui la portent à 2,332 millions en 1883, pour la laisser de là s’abaisser à 906 millions en 1886. La dette flottante a été ainsi déchargée, les engagements du Trésor, prenant d’autres formes insaisissables pour le public, ne paraissent plus au budget.

[Cours des fonds publics]

198Cours des fonds publics. — Les variations du cours des rentes 5 p. 100 et 3 p. 100 vont de suite nous montrer, comme nous l’avons déjà constaté pour les marchandises, par la place qu’occupent les hauts cours et les bas cours, les périodes prospères et les années de crise.

199En 1818, le cours du 5 p. 100 de 69 fr. s’abaisse à 64 fr. 75 (1817-1818) ;
En 1825, de 106 fr. 25 à 93 fr.

200À partir de ce moment, pour suivre la comparaison jusqu’à nos jours, prenons le 3 p. 100 créé en 1825, la dépression est semblable de 76 fr. 35 à 63 fr. (1825-1826).
En 1830, de 86 fr. 10 à 46 fr. (1829-1831).
En 1836, de 82 fr. 35 à 76 fr. 85 (1835-1836).
En 1839, de 82 fr. 25 à 77 fr. 80 (1838-1839).
En 1847, de 86 fr. 40 à 74 fr. 65 (1845-1847).
En 1857, de 75 fr. 45 à 65 fr. 85 (1856-1857).
En 1864, de 72 fr. 90 à 64 fr. 45 (1862-1864).
En 1873, de 58 fr. 45 à 52 fr. (1871-1872).
En 1882, de 87 fr. 35 à 74 fr. 15 (1881-1883).

201La relation que nous signalions plus haut ne saurait être méconnue ; la continuité du mouvement ascendant pendant quelques années, son arrêt subit au moment des crises, sa dépression se prolongeant même quelques années après, nous montrent que nous ne sommes pas en présence d’un cas fortuit qu’on ne pouvait prévoir et que ces oscillations obéissent aux lois qui président à l’activité ou au ralentissement des échanges.

202Dans chacune des périodes prospères qui se liquident par une crise, le mouvement de hausse sur les fonds publics a duré de quatre à cinq ans ; dans les périodes de 1857 et de 1882 il persiste pendant huit et dix ans, il est vrai que chacune de ces deux dernières avait été précédée d’une liquidation terrible : la crise de 1847, la révolution de 1848 et l’impôt des 45 centimes pour la première ; la guerre franco-allemande et la Commune pour la seconde.

203Depuis la consolidation du 5 p. 100 le cours de 100 fr. avait été atteint pour la première fois en 1824 ; en 1826, il ne dépassait pas 106 fr. 25, quoique le nouveau 3 p. 100 émis sur le cours de 75 fr. atteignît de suite 76 fr. 35, c’est de ce haut cours qu’il fut précipité à 63 fr., d’où il ne tardait pas à se relever pour toucher 86 fr. 10 pendant la période prospère de 1829. Le trouble apporté par la Révolution de 1830 ne permet pas au 3 p. 100 de dépasser, de 1829 à 1845, 82 fr. 35, c’est alors seulement que nous voyons reparaître le cours de 86 fr. 40 à la veille de la crise de 1847.

204La révolution de février 1848 n’a pas causé un trouble aussi profond ; déjà les éléments de production étaient assez puissants pour relever de suite le crédit et, dès 1852, après le 2 décembre, on cotait 86 fr. Les guerres de l’Empire, même les guerres heureuses, ne permirent pas de revoir ce cours. Après nos désastres, ce ne fut qu’en 1885, à la veille de la crise, qu’il reparut et, le dépassant même, le 3 p. 100 s’éleva à 87 fr. 35.

205Quant aux bas cours, si nous n’avons pas revu ceux de 1830 (46 fr.), nous ne nous en sommes pas éloignés en 1871 (50 fr. 35).

206En 1883 pendant le liquidation, on a fléchi au-dessous du cours coté en 1847 jusqu’à 74 fr. 15. Si nous revoyons les mêmes bas cours à l’époque actuelle, nous dépassons les hauts cours déjà cotés, sans que la baisse du taux de l’intérêt ait été aussi rapide qu’on l’espérait.

207En dehors des crises, nous noterons la baisse des fonds publics en 1823 (guerre d’Espagne) ; elle ne dure pas, de 95 fr. en 1822 le 5 p. 100 s’abaisse à 75 fr. 50 en janvier 1823 pour se relever de suite à 93 fr. 65 l’année même, et le mouvement de hausse interrompu un instant reprend pendant la période prospère jusqu’à 104 fr. 80 en 1824 ; la crise va éclater.

208En juillet 1840, la question d’Orient précipite le 3 p. 100 de 86 fr. 65 à 65 fr. 90 ; mais dès le mois de novembre, la panique passée, la crainte de la guerre disparue, il remonte à 80 fr. 60.

209En 1854, la guerre de Crimée le fait encore descendre de 86 fr. 75 à 61 fr. 35 (avril 1854) ; puis, la guerre engagée, malgré les craintes de l’avenir et un emprunt de 250 millions à 65 fr. 25, il se relève de suite jusqu’à 75 fr. (juin 1854). Au début de 1856, un dernier emprunt le fait descendre à 61 fr. 50, et quoiqu’il se soit relevé à 74 fr. 75 en juin, il recommence à baisser à la fin de l’année, la paix conclue et rétablie, alors que la crise se fait sentir, à 66 fr. (septembre), enfin à 65 fr. 85 en décembre 1857.

210Pendant la liquidation il se relève à 75 fr. 15. La guerre d’Italie le précipite à 60 fr. 50 (1859), le plus bas cours coté depuis 1848. La paix de Villafranca le ramène vers 71 fr. 50 ; mais dès l’année suivante la menace de la rupture de l’Union américaine entraîne des demandes qui relèvent le taux de l’escompte et abaissent le 3 p. 100 à 66 fr. 80 en janvier 1861, au début de la guerre et de la hausse du prix du coton. La conclusion de la paix, en amenant la baisse, produit le krach de 1866 à Londres et le contre-coup à Paris fait descendre le 3 p. 100 à 62 fr. 45 (juin).

211La guerre franco-allemande de 1870 est le dernier accident qui, en dehors des crises, déprime le 3 p. 100 à 50 fr. 35. On n’a pas oublié dans quelles circonstances (mars 1871 au moment de la Commune). La reprise ne tarda pas ; malgré la situation critique, malgré les emprunts, on cote déjà 58 fr. 45 en novembre ; après une courte réaction en 1873, le cours de 64 fr. 80 est acquis en 1874 ; alors, d’un mouvement non interrompu, le 3 p. 100 s’élève à 87 fr. 35 en juin 1881, à la veille de la crise et le dernier bas cours constaté, 74 fr. 14, paraît en décembre 1883 au milieu de sa liquidation, comme nous l’avons noté.

Mouvements de la population

212Les variations des mouvements, des mariages, des naissances et des décès, moins grandes que celles des bilans de la Banque, sont cependant assez sensibles pour que l’on reconnaisse de suite l’influence des années heureuses et malheureuses. Dans les premières, augmentation rapide des mariages et des naissances, diminution de la mortalité ; dans les secondes, augmentation du nombre des décès, abaissement du chiffre des mariages et des naissances. Nous ne prétendons pas que le chiffre maximum ou minimum se rencontre avec celui des escomptes, mais, par l’époque où il se présente, par la série en hausse ou en baisse dont il fait partie, la corrélation est suffisamment établie. Quant aux variations, elles sont souvent énormes, puisqu’elles peuvent s’élever à plus de 200,000 en plus ou en moins.

213Les mariages, et par suite les naissances, ne suivent pas seulement le développement de la prospérité du pays ; on remarque à quelques époques une marche tout à fait contraire à celle que l’on pouvait préjuger.

214Dans les temps de révolution, de bouleversements sociaux, alors que l’on peut craindre une guerre générale et un réappel d’hommes sous les drapeaux, les mariages augmentent dans d’énormes proportions ; c’est ce que l’on observe :

215En dehors de ces influences, le nombre des mariages variait de 198,000 à 209,000 (1800-1820) et de 255,000 à 249,000 (1820-1842).

216Recherchons dans chaque période les rapports des chiffres maxima et minima des mariages avec les crises.

Tableau des rapports des chiffres maxima et minima des mariages avec les crises

Tableau des rapports des chiffres maxima et minima des mariages avec les crises

217Ce qui ressort du tableau ci-dessus, c’est que les chiffres maxima des mariages pour l’ensemble de la population française, sauf le trouble apporté par les épidémies et les guerres, se rencontrent pendant les périodes prospères en 1843, en 1869 ou au début ou à la fin de ces périodes en 1850, en 1881. Le maximum de 1850 succède à l’épidémie de choléra de 1849, de même que celui de 1872 succède à la guerre de 1870.

218Les minima s’observent ou l’année même de la crise, comme en 1847 et en 1882, ou à la fin de la liquidation, comme en 1860 et en 1877, ou au moment d’une grande guerre imprévue, qui suspend toutes les relations sociales, comme en 1870.

219En résumé, malgré le développement de la richesse, si marqué depuis 1870, les chiffres maxima des mariages, bien loin de suivre la progression de 285,000 à 307,000 (1843-1858), ne dépassent plus 278,000 en 1887.

220Naissances légitimes. — Les maxima des naissances, quand l’élévation artificielle des mariages n’en rend pas compte, s’observent dans les années prospères, avant l’explosion des crises ; en 1835, en 1842, en 1859, en 1860, en 1863 et en 1881 ; il n’y a que deux exceptions : en 1849, l’année du choléra, et en 1876, après le rétablissement de la paix.

221Quant aux chiffres minima des naissances, on les observe

222l’année même des crises, en 1837, en 1847, ou pendant leur liquidation, en 1860 et en 1887.

223Décès. — Les maxima s’observent l’année même de la crise, en 1837, en 1847, ou pendant la liquidation, en 1859, en 1865 et en 1884.

224Les minima pendant les périodes prospères, en 1836, en 1845, en 1860, en 1869, en 1881.

225Il y aura, comme pour les naissances, certains chiffres maxima et minima qui n’ont aucun rapport avec les crises, comme ceux que l’on note après les épidémies de choléra et les grandes guerres, en 1849, en 1854, en 1870 et en 1871.

226Voici ce que nous donne l’observation sur l’ensemble de la population ; si nous la dirigeons là où la vie est plus intense, sur les grandes villes, sur Paris en particulier, les écarts, comme sur les bilans des banques, seront encore plus sensibles.

227Mouvements de la population à Paris. — Ainsi que dans tous les relevés de la statistique, les séries croissantes ou décroissantes vont se succéder comme sur les bilans des banques, ce qui nous montre bien la liaison qui les entraîne dans un sens ou dans un autre. C’est donc bien la même cause qui agit : l’activité ou le ralentissement des affaires dont les bilans nous donnent le meilleur reflet. Tout le mouvement social paraît être sous la dépendance de leurs oscillations.

228Prenons-nous les mariages, les naissances et les décès, que voyons-nous ?

229Pendant la dernière période prospère de 1877 à 1882 (bornant notre observation à Paris), nous voyons le nombre des mariages s’élever chaque année d’une manière continue de 18,000 à 21,400 (1877-1882), quoique d’une quantité inégale, l’accroissement annuel variant de 200 à 1,500 (1878-1881). La crise éclate en janvier 1882, de 1,500 l’accroissement annuel est de suite réduit à 500 et, dès l’année suivante, le mouvement décroissant commence : de 300 en 1883, de 600 en 1884, de 300 en 1885 ; de 21,400 le nombre annuel des mariages s’abaisse à 20,200 ! Les chiffres parlent, tout commentaire est inutile.

230Dès 1886, avec la reprise des affaires, le nombre annuel des mariages se relève de 200, de 100 en 1887 et de 600 en 1888.

231Les naissances, bien qu’ici le problème soit plus complexe puisque nous embrassons l’ensemble des gens mariés, vont suivre de même une marche ascendante de 55,000 à 64,500 (1877-1883), soit un accroissement total de 9,500, tandis que l’accroissement des mariages n’a pas dépassé 3,400. L’aisance a donc ; pénétré dans toutes les classes de la population, l’accroissement des naissances en donne le témoignage. Dès que les conséquences de la crise se font sentir, c’est-à-dire dès que sa liquidation s’opère, les naissances diminuent de 700 en 1884, de 2,400 en 1885 et enfin de 800 en 1886, soit, depuis 1883, de 3,900 ; mais en 1887 la diminution des naissances reste stationnaire, le total annuel se maintient à 60,600, il fléchit encore à 60,500 en 1888. Jusqu’ici nous avons pris l’ensemble des naissances ; si nous distinguons les naissances légitimes et illégitimes, nous observons des différences beaucoup plus sensibles et caractéristiques. La diminution que nous signalons ne porte plus sur les deux groupes proportionnellement à leur nombre, les naissances légitimes sont surtout atteintes et donnent presque toute la diminution : ainsi, en 1884, alors que les naissances légitimes diminuent de 1,000, les naissances illégitimes s’accroissent de 400, elles continuent donc leur mouvement ascendant, de 16,500 à 17,600 (1882-1884) et ce n’est qu’en 1882 qu’elles aussi sont réduites à 17,000.

232Sans insister sur l’émigration d’une partie de la population parisienne, sur la présence des filles-mères qui viennent cacher leur grossesse et accoucher à Paris, on reconnaît de suite que les unions illégitimes n’ont pas été touchées par la crise comme les unions légitimes. La partie de la population qui vit dans cet état irrégulier n’a pas les mêmes soucis de l’avenir, se reposant sur l’État pour les soins d’éducation de ses enfants ou les laissant à la charge de leur mère qui, d’après notre Code, n’a aucun recours contre le père.

233Jusqu’ici nous n’avons noté que des diminutions : diminution des mariages, 1,200 ; diminution des naissances légitimes, 3,700 ; il ne nous reste plus qu’à parler d’une augmentation, de celle des décès qui, de 1877 à 1882, pendant la période prospère avec l’accroissement énorme de la population, s’était élevée de 11,200 (de 47,500 à 58,700). La crise éclate et nous voyons cette mortalité diminuer de suite à cette époque critique, de 58,700 à 54,600 (1882-1885), soit de 4,100, non pas par suite de l’accroissement du bien-être de la population, mais par suite de son émigration ; sans travail, elle retourne au village. Jusqu’à la fin de 1885, la population sédentaire avait bien résisté au ralentissement des travaux et au chômage qui en était la conséquence ; grâce au départ de la population flottante, le nombre des décès avait diminué, quand tout à coup il se relève à 57.000, ce qui semble indiquer que, une partie des épargnes épuisée, la santé de la population résiste moins bien aux épreuves qu’elle subit.

234Avec la reprise des affaires, la situation s’améliore : de 57,000 en 1886, les décès diminuent successivement à 54,800 et à 53,300 en 1887 et en 1888.

Conclusion

235Nous venons de passer rapidement en revue tous les relevés statistiques qui peuvent nous éclairer sur la situation matérielle des populations dans les trois grands pays qui marchent à la tête de la civilisation. Nous avons suivi pour ainsi dire pas à pas le déclin et la reprise des affaires, après l’explosion de la dernière crise de 1882 ; il en a toujours été ainsi après toutes les crises qui l’ont précédée, les sommes sur lesquelles ont porté les variations ont pu être plus ou moins considérables, mais les mouvements se sont produits dans le même sens avec des amplitudes variables sans doute, en rapport avec le chiffre des affaires, mais présentant la même marche, sinon la même durée.

236Par l’examen auquel nous venons de nous livrer, on a pu constater que, quel que fût le relevé statistique, il présentait des séries croissantes et décroissantes ; le sens n’était pas le même pour tous les articles, mais le mouvement avait lieu, il s’agissait de relever ces oscillations et de rechercher sous quelle influence elles se produisaient. Ce que l’on a noté, c’est leur retour avant ou après des accidents qui éclatent tout à coup et constituent ce que l’on doit appeler l’explosion de la crise : période très courte, précédée d’une longue série d’années prospères et suivie d’années de malaise, de ralentissement d’affaires, en un mot d’une période de liquidation que nous venons de traverser et qui va ouvrir un nouveau cycle d’années heureuses. Voilà bien le sens général des mouvements que nous étudions, et l’observation des faits est tellement précise que, s’appuyant sur eux, on a pu signaler l’approche de l’explosion de la crise et de la reprise des affaires, alors que dans le premier cas, comme dans le second, on ne voulait pas y croire.

237Peut-on aller plus loin ? signaler la gravité de la crise et ne pas se borner à constater les ruines pendant la liquidation, puis, cette dernière terminée, faire entrevoir à quel degré de prospérité on va s’élever ? C’est ce qui nous paraît plus délicat. Sans doute il y a un certain équilibre entre l’action et la réaction, mais faut-il encore que le milieu soit le même. Or, de la comparaison que nous avons faite, dans les trois grands pays d’affaires, l’Angleterre, la France, les États-Unis, il ressort que dans chacun d’eux la crise, les périodes prospères et les périodes de liquidation n’ont pas eu le même caractère comme activité et comme durée. Il en sera de même pour la reprise des affaires ; pour qu’elle s’accomplisse dans de bonnes conditions, une fois l’équilibre rétabli dans les échanges à l’intérieur et à l’extérieur, il faut un gouvernement et un ministère avec une majorité qui lui assure quelque durée, un budget en équilibre sans artifice, toutes choses qui nous manquent en ce moment et sans lesquelles les différentes branches de l’activité sociale ne peuvent prendre aucun essor. On repartira néanmoins, parce que le matériel industriel, sous peine de ruine, ne peut rester en repos ; nous serons entraînés par les nations voisines qui, marchant à pas de géant, nous devanceront dans la carrière.

238Arrivés au terme de cette étude, qu’ajouter à la répétition simultanée des mêmes accidents à toutes les époques en France, en Angleterre, aux États-Unis, pour signaler la succession des périodes heureuses et malheureuses, traversées par la population française depuis le commencement de ce siècle, tantôt s’élevant à un degré de prospérité inouï pour être précipitée dans les abîmes des révolutions, tantôt sortant de ces abîmes pour atteindre un développement industriel et un accroissement de richesse inespérés.

239Les moyens si simples employés par la Providence pour produire de si grands résultats confondent l’imagination, quand on compare la grandeur des effets à la petitesse des causes.

240Dans la première moitié du siècle, une insuffisance de la récolte, augmentant les embarras du commerce et de l’industrie à la suite de l’exagération et de l’impulsion qui leur avaient été données par le crédit, détermine une crise souvent suivie d’une révolution et terminée par une guerre générale ou une grande épidémie.

241Dans la seconde moitié, avec les guerres et les épidémies, les récoltes peuvent manquer, entraîner d’énormes importations de blé, s’élevant pendant deux années à plus de 600 millions de fr. (1879-1880) sans apporter aucun trouble dans le développement de la période prospère. Elle continuera sa marche en avant jusqu’à ce que les échanges soient ralentis, suspendus même par la hausse des prix ; alors la crise éclate. Tout s’arrête pour un temps, le corps social paraît paralysé, mais ce n’est qu’une torpeur passagère, prélude de plus belles destinées. En un mot, c’est une liquidation générale. Il ne faut donc jamais désespérer ni trop espérer de son pays, se rappelant sans cesse qu’à la plus grande prospérité succèdent toujours des misères passagères, funestes pour ceux qui en sont victimes, mais dont la progression de la prospérité publique porte à peine la trace.

242C’est ce que nous voulions montrer par ce travail, heureux si nous avons pu suggérer : — à ceux qui se confieraient trop dans l’avenir de la période prospère, la prudence en vue de la crise inévitable avec les moyens d’en calculer l’approche ; — à ceux qui se laisseraient trop abattre par les souffrances de la crise, l’espoir de la reprise future et non moins certaine ; — à ceux qui emploient ou distribuent cette puissance formidable mais fragile du crédit, la modération qui la rend plus stable et l’énergie qui la soutient ; — à tous ceux qu’intéresse l’histoire des peuples, un moyen qui permette d’expliquer bien des faits dans le passé et puisse dans l’avenir, nous le souhaitons, si non supprimer, du moins adoucir ces accidents terribles qu’on appelle : « les crises commerciales. »

243FIN.

Notes

1 Des crises commerciales et de leurs retours périodiques.

2 Voir rôle des changes, Première Partie, Chapitre XIII.

3 Première Partie, Chapitre VI.

4 Voir le tableau.

5 De plus il n’y a aucune concordance entre les relevés officiels de la France et ceux de l’étranger. La balance du commerce est toujours favorable aux États-Unis et toujours défavorable en Angleterre.

6 Pour solder une partie de l’indemnité de guerre.

7 Par suite de l’abondance des récoltes à l’étranger et de la baisse du fret des États-Unis et de l’Inde pour l’Europe.

8 La situation des entrepôts confirme tous ces mouvements des marchandises.

9 Sous l’influence des grands travaux publics, chemins de fer, ports, canaux, etc. (plan Freycinet).

Table des illustrations

Titre Tableau des Clearing-Houses
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1433/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre FRANCE. — Tableau de la population, du commerce, des recettes des chemins de fer, du Trésor, des Caisses d’épargne
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1433/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Exportations
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1433/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Prix moyen de l’hectolitre de blé
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1433/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1433/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1433/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Recettes de l’octroi de Paris par périodes décennales
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1433/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau des excédents et des déficits des budgets
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1433/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau des découverts du Trésor
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1433/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1433/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau des rapports des chiffres maxima et minima des mariages avec les crises
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1433/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter