Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Deuxième partie. Historique des crises

IV — Hambourg, Prusse, Autriche

Texte intégral

Crise de 1857 à Hambourg

1Nous ne possédons pas de renseignements sur les crises antérieures.

2En 1857, la crise des États-Unis ne fut pas la cause des embarras du commerce à Hambourg ; une seule maison engagée dans le commerce transatlantique succomba, mais il y eut une baisse de 30 p. 100 sur toutes les marchandises, à la suite de l’exagération des importations et du trop-plein des entrepôts (21 novembre 1857). Pour remédier à cette crise, les principales maisons, les banques formèrent un fonds de garantie de 10 millions marks banco (800,000 fr.).

3Afin de prendre l’endossement de cette association, on souscrit pour 13 millions, somme plus considérable que celle proposée. Cette association, dirigée par douze commerçants, ne put arrêter les sinistres ; convaincue de son impuissance, elle devint plus circonspecte, plus réservée et ne donna pas toutes les ressources que l’on en attendait.

4Alors le Sénat convoqua la bourgeoisie pour émettre des bons du gouvernement, prêtés comme dépôt en garantie de marchandises, fonds et actions, de 50 à 66 p. 100, sur le cours des valeurs. Le maximum de l’émission ne devait pas dépasser 15 millions de marks, ce qui fut accepté. Le 1er décembre, toujours au milieu des mêmes embarras, l’association de garantie ne veut plus rien garantir. Le 3 décembre, les meilleures signatures suspendent ; l’argent ne manque pas cependant, la réserve du moins, car elle est plus considérable qu’avant la crise ; mais il y a manque de confiance. À bout d’expédients, le Sénat propose à la bourgeoisie de soumettre à une cour de commerce les signatures qui suspendent, pour décider si elles peuvent continuer leurs affaires, ou recevoir pour les diriger des administrateurs provisoires. On lui demande d’émettre 30 millions marks banco, avec cours forcé ; il s’y oppose en vue de protéger le numéraire qui, sinon, serait exporté. Un fonds de 15 millions de marks est accordé pour l’escompte des lettres de change : 5 millions en gages du gouvernement, 10 millions en argent emprunté à l’extérieur (7 décembre 1857).

5En novembre et décembre, cent quatre-vingts maisons suspendent, cent trente-cinq profitèrent de la situation pour demander des administrateurs. On avait eu la mauvaise habitude d’ouvrir des crédits en blanc à tous les correspondants en Suède, Norvège, Danemark ce système s’était encore développé pendant la guerre de Russie. Les exportations transatlantiques de produits allemands et anglais s’étaient faites sur une grande échelle ; les manufactures accordant des crédits de six mois, tout le capital des banques servit à escompter ce papier. Le Crédit mobilier et les Joint-Stock ajoutèrent encore à l’impulsion, ce qui amena, en 1856, une hausse rapide des prix, que les marchands de détail n’acceptèrent pas ; ils refusèrent de prendre au-delà de leurs besoins. Les produits restèrent entre les mains des spéculateurs, qui durent renouveler les billets, avec un taux de l’escompte en hausse de 6 à 8 p. 100, pour le papier de première classe.

6À Hambourg, les compagnies d’assurances et deux Joint-Stock-Banks établies en 1856 sont les deux seules institutions d’escompte. Le plus grand nombre des billets escomptés est pris par les marchands et des particuliers qui ont de l’argent disponible. Les courtiers offrent le papier, mais à condition de joindre le mauvais au bon.

Progression de l’escompte à Hambourg, de 1853 à 1857

Progression de l’escompte à Hambourg, de 1853 à 1857

7Nous retrouvons toujours la même progression jusqu’à ce que la crise éclate.

8Quand la seule maison en rapport d’affaires avec l’Amérique suspendit, on était ici plein de confiance. On avait salué la suspension de l’Acte de 1844 comme devant préserver du contrecoup des embarras de Londres.

9En dehors de la Banque, en 1856, la balance du commerce était défavorable.

10On abusait surtout des crédits ouverts par la Grande-Bretagne. Le début de la crise suivit la suspension de la maison Hoare Buxton de Londres. Le retour des effets non payés fit naître des embarras, qui se propagèrent avec la rapidité de l’éclair. La panique était telle que pour aucun gage on ne voulait se séparer de son argent.

11Le gouvernement prussien ayant refusé d’avancer les 10 millions de marks banco qu’on lui demandait, ce fut l’Autriche qui envoya les fonds de Vienne. Le Sénat demande qu’on applique une partie de cet emprunt à soutenir les grandes maisons qui avaient suspendu, quoique leur nom fût tenu secret. Un comité devait, avec cette ressource, venir à leur secours pour ne pas entraîner d’autres ruines. La bourgeoisie accepta, et dès que l’on fut assuré de l’aide de l’État, le 12 décembre, la panique cessa, le numéraire devint abondant, les bons de l’État, que l’on ne pouvait escompter à 15 p. 100, furent facilement pris à 2 et 3 p. 100, fin décembre, les billets des bonnes maisons au même cours.

Taux de l’intérêt à Hambourg

Taux de l’intérêt à Hambourg

12Les chiffres qui précèdent permettent de juger du mouvement des importations.

Crise de 1857 en Prusse

13Nous avons encore été moins heureux dans la recherche des documents prussiens ; nous signalerons seulement la coïncidence de la crise pour en dire quelques mots.

14Les embarras se firent sentir au même moment, moins graves cependant. Plusieurs maisons de Stettin et de Dantzick succombèrent. Un décret abolit le taux légal de l’intérêt pour les sommes avancées sur effets de commerce, pour une période de trois mois.

15Les maisons juives souffrirent surtout ; les banques résistèrent. Un arrêt récent avait prohibé la circulation des banknotes étrangères ; les gens à courte vue lui attribuaient la crise. Les juifs affirmaient que le papier prussien était insuffisant et demandaient la suppression du monopole de la Banque de Prusse, pour la remplacer par des « provincial joint-stock-banks ». C’est ainsi, disaient-ils, que le Hanovre, le Brunswick, Leipzick ont été sauvés.

16Pour soulager la crise, le gouvernement prit deux mesures bien secondaires :
1o Il suspendit les lois d’usure pour trois mois ;
2o Il permit aux institutions de l’État d’escompter les effets de commerce, garantis par des produits bruts ou manufacturés. Malgré tout on se plaint encore, et on accuse Hambourg d’être la cause de tous les embarras par ses spéculations exagérées en produits coloniaux. Au 20 novembre, voici la situation de la Banque de Berlin :

17Situation bien supérieure à toutes les autres banques, puisque la circulation égale à peine le chiffre des escomptes, 65 millions contre 62 millions, avec une réserve métallique de 33 millions de thalers.

Crise de 1873 en Autriche

18Après la guerre de 1870, pendant les mois qui suivirent le versement des premiers termes de l’indemnité de guerre, l’Allemagne se lança à fond dans la spéculation. Dans toutes les places financières on vit naître une multitude de sociétés de crédit, de commerce, d’industrie et des syndicats de toutes sortes. Dans la seule année 1871, on avait créé à Berlin 43 banques et 87 sociétés par actions. À la fin de 1872, les émissions avaient dépassé un total de 2 milliards. Le gouvernement allemand, inquiet de l’extension de ces entreprises, résolut d’y mettre fin.

19À cet effet il mit à l’index un grand nombre de maisons de spéculation et fit refuser leur signature par la Banque de Prusse. L’effet fut immédiat et la plupart de ces établissements terminèrent par la faillite et par des condamnations judiciaires leur courte, mais nuisible existence.

20À la suite de cette crise, le prince de Bismarck transforma la Banque de Prusse en Banque de l’empire d’Allemagne et modifia le régime des autres banques d’émission.

21Si l’Allemagne se tirait sans trop de dommages de ses entreprises hasardeuses, il n’en fut pas de même de l’Autriche. Ce pays n’avait pas échappé à la contagion de la spéculation. Les agioteurs chassés de Berlin trouvèrent bon accueil à Vienne et continuèrent sur cette place leurs déplorables agissements. Le goût du jeu avait envahi toutes les classes de la société, à tel point que dans le premier trimestre de 1873, on avait pu émettre pour près de 700 millions de titres divers, presque tous sans valeur.

22Le gouvernement s’en montra inquiet, mais il ne prit pas les mesures énergiques qui avaient préservé l’Allemagne ; il engagea même la Banque à venir au secours des maisons gênées par des prêts sur titres, titres encore admis en garantie d’avances. C’était, comme le prouva l’événement, un expédient très dangereux.

23Depuis quelque temps la Bourse avait faibli, et comme la liquidation s’effectue à Vienne, non au bout d’une quinzaine comme à Paris, mais tous les soirs, un certain nombre de petits spéculateurs avaient été exécutés ; les grandes maisons résistaient, mais elles avaient été touchées. Le 26 mai, le jour même de l’ouverture de l’exposition, on annonça une faillite de peu d’importance ; le lendemain les faillites s’élevèrent à 70 et le surlendemain à 110, portant sur plusieurs établissements de premier ordre.

24Il y eut un moment de panique, la baisse prit des proportions effrayantes ; pour la dissimuler on se décida à fermer la Bourse et on demanda secours au gouvernement.

25Les mesures adoptées par le ministre des finances peuvent se résumer ainsi : suppression de la limite des émissions imposée à la Banque, prêts faits par le Trésor, création d’un syndicat de banquiers prêtant sur titres au-delà du cours du jour.

26L’effet en fut assez prompt ; le premier moment de panique passé, on constata que le commerce et l’industrie continuaient à faire bonne contenance et que les forces vitales du pays n’étaient pas épuisées, la crise ayant surtout sévi sur tout ce qui touchait à la Banque.

27Dès le 27 mai on annonçait officiellement la fin de la crise, mais la secousse, le krach, pour nous servir de l’expression consacrée, avait causé un tel ébranlement qu’il fallut attendre jusqu’en 1875 pour le retour de la confiance et la reprise des affaires.

Table des illustrations

Titre Progression de l’escompte à Hambourg, de 1853 à 1857
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1431/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1431/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Taux de l’intérêt à Hambourg
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1431/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Importations
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1431/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1431/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter