Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Deuxième partie. Historique des crises

III — Banque des États-Unis

Texte intégral

Historique des crises

  • 1 Voir le tableau des crises.

1Les colonies anglaises, peu après leur fondation, émirent du papier-monnaie. La première, le Massachussets, en 1690, avant même l’indépendance, en émit pour faire le siège de Québec ; l’exemple fut si contagieux qu’il en résulta un agio sensible en faveur de l’argent, il variait selon la quantité de notes mises en circulation. En 1745, après une heureuse campagne sur Louisbourg et la prise de cette forteresse, on émit 2 millions de livres en papier, ce qui déprécia le change ; à la liquidation on n’eut pas 10 p. 100 de la valeur nominale.1

  • 2 De 1776 à 1780, l’émission de cette monnaie de papier s’était élevée à 359 millions de dollars.

2La guerre de l’indépendance obligea le congrès à émettre pour 3 millions de dollars en papier ; cette somme s’éleva à 160 millions, jusqu’à ce que le congrès déclarât, en 1779, qu’on n’en émettrait pas plus de 200 millions. Malgré cette garantie, malgré le cours forcé et légal que lui donnait ce vote, malgré l’entrain de la guerre, il se déprécia ; et, en 1779, on dut décréter que, sans tenir compte de la valeur nominale, on le prendrait au cours. En 1780, il cessa d’être reçu en payement des impôts, en 1781, il n’avait plus cours, il n’était pas même reçu à 1 p. 100 de sa valeur2.

3Nord America Bank. — En 1781, M. Morris, directeur des finances, détermine le congrès à constituer une banque (Nord America bank), au capital de 10 millions de dollars, dont on devait verser 40 000 pour soulager les finances de l’État. Pour atteindre ce but, le capital était trop faible, le cours de la politique trop défavorable ; néanmoins l’exemple encouragea les autres États à reprendre le papier-monnaie. Après la constitution des États-Unis, l’émission du papier cessa et l’or et l’argent furent les seuls moyens de circulation. De là de gros embarras pour la Nord America bank qui, compromise par ses prêts au gouvernement, augmenta la circulation de ses notes dans une proportion énorme. Le reflux du papier dans tous les canaux devait enfin inspirer des craintes au public ; on refusa les notes. Tout le monde se pressa pour obtenir de l’argent ; comme conséquence, impossibilité des emprunts et banqueroute. La perturbation fut telle, que les habitants de Philadelphie se réunirent pour demander à l’assemblée des représentants le retrait du privilège, ce qu’ils obtinrent ; mais la Banque, s’appuyant sur le congrès, continua jusqu’au 17 mars 1787, fit même prolonger son privilège de quatorze ans, et plus tard obtint une seconde prolongation, bornée, il est vrai, à la Pensylvanie.

4Les difficultés éprouvées dans la fabrication de la monnaie engagèrent M. Hamilton, le secrétaire d’État des finances, à proposer au congrès, en 1790, la fondation d’une Banque nationale. Après quelques doutes sur le droit qu’avait le congrès, on l’autorise. Elle commence ses opérations en 1794, sous le titre de Banque des États-Unis, au capital de 10 millions : 8 millions souscrits par les particuliers, 2 millions par le gouvernement. De la première somme, 2 millions devaient être payés en argent et 6 millions en 6 p. 100, fonds des États ; la concession était valable jusqu’au 4 mars 1811. Elle parut utile au public et aux actionnaires, car pendant vingt et un ans elle donna en moyenne 8 p. 100 de dividende. En 1819, on s’occupe du renouvellement de son privilège, dans la situation suivante :

5Les bénéfices de la Banque, l’état prospère du pays, l’augmentation des produits donnent à penser que cela tient à l’émission du papier par les banques ; par suite de ce que cette théorie a de séduisant, on fonde dans le Lancaster, en 1810, la banque des fermiers (farmers bank), au capital de 300 000 dollars. D’autres suivirent ; cette manie fut telle, que la législation de Pensylvanie dut défendre à toute corporation d’émettre des notes. Malgré cette mesure prévoyante, l’entraînement était poussé à ce point que des sociétés formées pour construire des ports et des canaux en mettaient aussi en circulation ; on éludait ainsi la loi.

6De 1782 à 1812, le capital des banques s’élève à 77 258 000 dollars ; au 1er janvier 1811, il y avait déjà quatre-vingt-huit banques. Jusqu’à la déclaration de guerre (juin 1812), l’émission des notes était toujours faite avec la pensée de satisfaire au remboursement, mais bientôt l’excès de l’émission (over issue) devint générale, la dépréciation suivit. Les demandes périodiques de dollars pour le commerce de l’Inde et de la Chine étaient un avertissement de l’excès de la spéculation des corporations, dont les membres n’ont pas de responsabilité personnelle. Les commerçants qui, par leurs billets ou leurs dépôts, avaient droit au crédit des banques, n’hésitèrent pas à demander 100 000 dollars, quand la veille ils auraient hésité à en demander 1 000. La guerre empêchait l’exportation des métaux précieux, ce qui, dans le cours ordinaire des choses, limite l’émission et la circulation du papier. La méprise de cette cause fit redoubler l’émission des notes, chacun crut n’avoir d’autre tâche que d’en faire circuler la plus grande quantité. Des prêts et des sommes énormes furent distribués à des individus et à des États au-delà de toute mesure ; l’accroissement des dividendes et la facilité de les obtenir étendirent l’esprit de spéculation dans certains pays, chez tous ceux qui possédaient de la terre. Les remarquables résultats fournis par la banque de Lancastre (farmers bank), qui, par une émission extraordinaire de notes, avait donné jusqu’à 12 p. 100 et remboursé en capital le double des actions, ne fit plus considérer une banque comme destinée à soulager l’industrie avec le capital disponible, mais comme un balancier destiné à battre monnaie pour tous ceux qui ne possédaient rien. Sous l’empire de cette erreur, le laboureur, le marchand, le fabricant, le négociant, s’empressent de quitter une vie active pour un songe doré. La crainte seule de la ruine retient quelques actionnaires liés à des sociétés non autorisées et les engage à rechercher la consécration légale.

7En Pensylvanie, pendant la session de 1812, une loi autorise vingt-cinq banques, au capital de 9 millions de dollars. Le gouvernement cependant refusa de la ratifier et la renvoya avec des observations fort justes. Dans une seconde délibération, la première résolution fut repoussée par quarante voix contre trente-huit. — Dans la session suivante, la proposition fut renouvelée avec plus d’entrain et quarante et une banques, au capital de 17 millions de dollars, furent autorisées à une grande majorité ; les représentations du gouvernement furent inutiles : aussitôt elles entrèrent en fonctions avec un capital insuffisant. Escompter leurs propres actions fut une méthode bientôt découverte ; on augmenta ainsi la masse de papier de crédit qui se dépréciait en présence de la monnaie d’argent, et on fit mûrir le doute de l’échange dans les esprits. En l’absence d’une demande d’argent de l’extérieur, la demande vint de l’intérieur.

8Les lois de la Nouvelle-Angleterre, très sévères pour les banques, avaient mis une amende de 12 p. 100 sur les intérêts annuels de celles qui ne payeraient pas leurs notes. Le résultat naturel fut une différence de prix entre la Nouvelle-Angleterre et la Pensylvanie, qui marquait la dépréciation produite par le papier dans ce dernier pays. Comme les remises sur la Nouvelle-Angleterre ne pouvaient se faire qu’en argent, l’équilibre des banques fut dérangé : elles ne purent répondre aux demandes de remboursement ; la cessation des payements des banques des États-Unis, sauf celles la Nouvelle-Angleterre, eut lieu en août et septembre 1814.

Crise de 1814

9À Philadelphie, une convention intervint entre la Banque et les principales maisons liées avec elle pour reprendre les payements après la fin de la guerre. Malheureusement le public ne demanda pas au temps fixé l’accomplissement de cette promesse, et les banques, entraînées par la soif du gain, émirent une quantité de notes jusque-là sans exemple. L’approbation générale en augmenta encore le nombre, les billets de la Banque de Philadelphie baissèrent à 80 p. 100, les autres à 75 et 50 p. 100, et le métal disparut à ce point que le papier dut remplacer le billon. La dépréciation de la monnaie de compte éleva le prix de toutes choses ; cette apparence fut considérée comme une augmentation réelle et entraîna toutes les conséquences qu’un gain général sur les prix peut produire. Cette méprise au sujet d’une richesse artificielle fit désirer par le propriétaire foncier des produits étrangers. Le villageois, trompé par une demande qui dépassait ses bénéfices ordinaires, étendit son crédit et remplit ses magasins de marchandises aux prix les plus exagérés ; l’importation, sans aucune autre mesure avec les véritables besoins que la bonne disposition des détaillants, encombra bientôt le marché. Chacun voulait spéculer, et chacun se réjouissait de faire des dettes. L’abondance du papier était telle que les banques craignaient de ne pas trouver toujours le placement de leur fabrication. Il arriva ainsi que l’on proposait de prêter de l’argent sur gage, pendant que l’on faisait les plus grandes instances pour en obtenir le remboursement. Cet état dura jusqu’à la fin de 1815 ; à ce moment on s’aperçut que la circulation du papier n’avait pas enrichi, mais que le métal avait haussé de prix. La partie intelligente de la nation comprit que, quand même le prix principal de la propriété eût été plus élevé, le véritable bien-être de la société était diminué. Trop tard on apprit les funestes effets de la circulation du papier, la plupart des provinces et des villes n’avaient aucun équivalent. Parut alors une nouvelle classe d’agioteurs propageant les tromperies des banques ; les faussaires de papier-monnaie devinrent plus actifs. Au milieu de ce désordre, on parla d’une Banque nationale pour donner une base solide au papier. Sous l’impression de ces difficultés et dans l’espérance d’y remédier, le secrétaire d’État propose au congrès en septembre 1814, quelques jours après la suspension, de fonder une Banque nationale pour rétablir la circulation métallique, but que l’on ne pouvait atteindre par les banques des États.

10Ce projet, qui donnait au capital de la Banque la garantie de la nation, fut repoussé par plusieurs membres qui s’en exagérèrent les conséquences, pendant qu’eux prenaient de plus ou moins grosses sommes en billets ou empruntaient aux Banques, avec la garantie de l’État, pour rétablir le crédit public et obtenir les moyens de continuer la guerre.

11Causes de la crise de 1814. — Les directeurs des banques accusent le blocus des ports qui, en entravant, en empêchant même l’exportation des produits occasionna le drainage des métaux.

12Les emprunts de l’État pour la guerre n’y furent pas non plus étrangers ; depuis le début des hostilités jusqu’en 1814, ils s’élèvent à 42 millions de dollars, ainsi répartis :

  • 3 La cause de la crise, selon le comité du Sénat, ce fut l’abus du banking system, du grand nombre de (...)

13Presque tout fut avancé par les villes de New York, Philadelphie et Baltimore. Les banques firent des avances au-delà de leurs ressources, en augmentant leur circulation3.

14La dissolution de la Banque des États-Unis priva le pays d’un capital étranger de 6 millions de dollars. La création des banques des États fut la conséquence de cette suppression ; l’attente de grands profits en fit naître plus qu’il ne fallait. Du 1er janvier 1811 au 1er janvier 1815, cent vingt nouvelles banques furent enregistrées, ce qui porta leur capital à plus de 80 millions ; cette augmentation prit place durant une guerre qui annihila le commerce extérieur. Les dépenses de la guerre déclarée à la Grande-Bretagne en juin 1812 furent payées par les billets des banques des divers États. On obtint d’elles 6 millions de dollars en 1812, l’année suivante, 1813, 20 millions, puis 15 millions en échange de 12 millions de fédéral stock, émis au prix de 125 dollars pour 100 payés. Jusqu’au 1er janvier 1814, pour ne pas avoir recours à l’impôt, on émit des bons du trésor en dehors des Banques.

15Jusqu’à cette époque il n’y avait pas eu de compte rendu de leur gestion, à ce point que M. Bland, représentant du Maryland, pouvait dire qu’un voile rendait tout à fait invisible au public leurs opérations. Malheureusement nous n’avons pu trouver le relevé des escomptes.

16La suspension des payements différait de l’Angleterre en ce qu’elle n’était pas générale, et puis chaque État étant indépendant, la dépréciation variait. La circulation du papier devenue très difficile, le gouvernement dut encore émettre des bons du Trésor qui portaient intérêt à 6 p. 100. — En février 1815, la paix proclamée, on espérait que les banques reprendraient les payements : il n’en fut rien ; son rétablissement fit seulement paraître moins pressantes quelques-unes des dispositions des projets de loi sur les banques.

17Au milieu de mai 1815 arrive le premier vaisseau anglais ; les affaires reprennent une grande activité. En mai, juin, juillet, on peut dire que c’est l’âge d’or du commerce. L’escompte du papier est facile, il n’est pas rare de voir présenter des billets de 60 000 dollars ! Les banques s’autorisèrent de la suspension des payements pour forcer l’émission des billets et entraîner le commerce, quoique M. Carey prétende qu’il n’y eut jamais d’overtrade. Il les blâme d’avoir restreint leurs avances en octobre et novembre, ce qui produisit la baisse des prix ; cette obligation de limiter le crédit provenait, selon lui, de leurs spéculations en fonds fédéraux. Six banques de Philadelphie, au capital de 10 millions, avaient 3 millions en government stock.

18Le 15 février 1815, après la confusion dont on sortait à peine, on s’occupa pour la seconde fois de rétablir une Banque des États-Unis. Le 10 avril 1816 elle est autorisée, l’Acte approuve l’incorporation d’une société au capital de 35 millions de dollars, partagé en 350 000 actions de 100 dollars ; le gouvernement prit 70 000 actions, le public 280 000. Ces dernières pouvaient être payées en versant 7 millions de dollars en or ou en argent des États-Unis du nord, et 21 millions de dollars en pareille monnaie ou en dette fondée des États-Unis : la dette consolidée à 6 p. 100 au pair, le 3 p. 100 à 65, le 7 p. 100 à 106 1/2 ; en souscrivant on payait 30 dollars, dont au moins 5 en or ou en argent ; six mois après, 35 dollars dont 10 en métal ; douze mois après, même somme à payer de la même manière. La direction était autorisée à vendre des actions chaque année jusqu’à concurrence de 2 millions de dollars, après les avoir offertes au cours pendant quatorze jours au secrétaire des finances. Le gouvernement se réservait le droit de rembourser la dette au prix de la souscription. La concession, personnifiée dans la personne du président, fut accordée jusqu’au 3 mars 1836. Il y avait vingt-cinq directeurs, dont cinq nommés par le président des États-Unis avec approbation du Sénat, et pas plus de trois par État ; les actionnaires choisissaient les autres.

19La société ne peut accepter aucun bien immobilier, aucun bail à ferme si ce n’est pour son usage immédiat, ou pour gage d’une dette, ou pour effacer une créance.

20Elle ne doit contracter aucune dette au-delà de 35 millions de dollars montant des dépôts, à moins d’une autorisation spéciale ; les directeurs sont responsables de toute violation et peuvent être poursuivis par chaque créancier ; ils ne peuvent trafiquer que sur le change de l’or et de l’argent, et non avec les autres biens ruraux qui ne sont pas d’une réalisation immédiate. La Banque ne peut acheter aucune dette publique et ne doit pas dépasser 6 p. 100 pour son escompte et ses avances. Elle ne peut prêter plus de 500 000 dollars aux États-Unis, 50 000 à chaque État, et rien aux étrangers.

21Elle ne peut donner aucune lettre de change au-dessous de 5 000 dollars ; les notes jusqu’à 100 dollars doivent être payées sur demande ; de plus grosses sommes ne doivent pas courir au-delà de soixante jours.

22Deux liquidations ont lieu chaque année.

23Des succursales doivent, sur la demande du corps législatif, être établies là où il y a deux mille actions souscrites.

24Pas de notes au-dessous de 5 dollars ; toute lettre de change ou note payable à vue est reçue dans les caisses de l’État.

25Le devoir de la Banque est de payer partout et de recevoir l’argent du public, sans provision et perte de change.

26Elle doit servir d’intermédiaire à chaque État qui contracte un emprunt. On dépose le numéraire des États-Unis à la Banque quand le secrétaire des finances n’en dispose pas autrement, et alors il en donne avis au Congrès.

27Ni le gouvernement ni le Congrès ne peuvent suspendre le payement des billets, de l’escompte et des dépôts. Le refus de payement donne droit à un intérêt de 12 p. 100.

28Pour ce privilège, la Banque doit donner 1 million de dollars en trois parts au gouvernement.

29Le privilège est exclusif pendant sa durée, sauf pour le district de Colombie, où des banques peuvent être autorisées sans que le capital dépasse 6 millions de dollars.

30La Banque ne commença pas de suite ses opérations ; elle envoya un agent en Europe pour chercher des lingots. De juillet 1817 à décembre 1818, elle se procura ainsi 7 311 750 dollars, au prix de 525 000 dollars. Le 20 février 1817, on décide que, sauf l’or et l’argent, les notes du Trésor et les notes payables en argent aux banques, aucun autre billet ne serait plus reçu par les caisses du gouvernement. Malgré cette exclusion, les banques décidèrent de ne pas reprendre les payements avant le 1er juillet 1817.

31Dans l’intervalle, un immense agiotage eut lieu sur les actions, compromettant pour la Banque et pour le crédit de son administration, parce que plusieurs administrateurs nommés par le gouvernement y prirent part. Par exemple il devint de mode d’avancer une plus grande somme d’argent sur les propres actions de la Banque, 125 dollars par chaque action de 100. On prêtait ainsi plus que leur prix d’achat ; en fournissant par le crédit les moyens de les payer, on éveilla la spéculation et, au 1er septembre 1817, le cours s’éleva à 156 dollars 1/2, taux auquel il se maintint jusqu’en décembre 1818, où il tomba à 110 dollars.

32À la fin, le public avait vu que la circulation des notes se trouvait dépréciée par l’excès d’émission, et qu’une plus grande diminution était imminente.

33On établit même un bureau en Europe pour le payement des dividendes de la Banque, afin d’augmenter, par cette facilité, le prix des actions et la spéculation, plutôt que pour le bénéfice permanent de l’institution. Notons ici la courte vue des directeurs qui s’imaginaient retenir la dépréciation des moyens de payement, en engageant toutes les banques à déclarer les notes valables au pair, ce qui n’était pas.

34Le 21 février, toujours dans le même but, on annonça la reprise des payements. Les banques des États se persuadaient que peu d’individus oseraient réclamer de grosses sommes, se rappelant les embarras du public qui, pendant deux ans, avait payé le change à 6 p. 100. On espérait arriver à un arrangement et lui faire accepter le prétendu payement pour un jour déterminé. Nous disons prétendu, parce que cette proposition n’était pas sérieuse, car pendant longtemps encore la monnaie étrangère et celle des États-Unis eurent un cours supérieur.

35La dépréciation des notes peut aussi bien résulter de la crainte du public à faire valoir ses droits que du refus de l’accomplissement des engagements des banques. Cette convention n’était pas, à proprement parler, une reprise des payements en métal, mais une espèce de tromperie.

36En janvier, les banques de New York, Philadelphie, Baltimore, Richmond, Norfolk, décidèrent de reprendre leurs payements en argent le 20 février, pourvu que la balance qui résulterait entre elles ne fût pas exigée par la Banque des États-Unis, avant que l’escompte se fût élevé à 2 millions à New York, d’autant à Philadelphie, à 1 500 000 à Baltimore ; ces conditions furent acceptées.

37L’escompte de la Banque des États-Unis augmente ainsi beaucoup : de 3 millions au 27 février, il monte à 20 le 30 avril, à 25 le 29 juillet, à 33 le 31 octobre. La Banque importe beaucoup d’espèces métalliques, paye ses notes et celles des succursales sans distinction ; on retournait de suite les notes des succursales de l’ouest et du sud aussitôt que celles du nord avaient payé, et on les émettait de nouveau, de sorte que, dix-huit mois après cette pratique, les caisses du nord étaient drainées de leur capital. On réduit les échéances de l’escompte, on le porte à 5 p. 100 pour soixante jours. Le 1er avril 1819, il ne restait que 126 000 dollars en caisse, le 12, 71 000 ; on devait aux banques de la cité 196 000 dollars.

38À peine les directeurs de la Banque nationale eurent-ils réussi à remplacer le papier émis, non remboursé, avec leur circulation de billets, sachant bien, par leur expérience, que la circulation n’en pouvait admettre qu’une somme limitée, ils en inondèrent cependant le marché et, en peu de mois, toutes les diminutions disparurent. Bientôt, de cette manière, le cours des notes fut remis dans son premier état et tous les embarras reparurent. Cette imprudente conduite dut précipiter une partie du public dans des dettes dont il s’était préservé, l’autre dans le tourbillon qu’il avait évité. Le moment critique fut un peu éloigné, mais le jour du châtiment approchait.

Crise de 1818

39La Banque découvrit enfin qu’elle avait dépassé, par ses émissions, les bornes de la sûreté et qu’elle était à la merci de ses créanciers. Elle vit d’abord, au 21 octobre 1818, le payement d’une partie de la dette étrangère de la Louisiane occasionner le retrait de grosses sommes, puis les produits chinois, indiens et autres monter à un prix exagéré par la dépréciation des moyens de circulation. Toutes ces causes devaient exiger des payements en argent auxquels la Banque comme banque publique était obligée de faire face, sous peine de 12 p. 100 d’amende, sans pouvoir se prévaloir des mêmes considérations que les banques des États.

40Dès ce moment elle songea à sa sûreté et à diminuer ses notes ; cette diminution obligea les autres banques à l’imiter, et une nouvelle crise ébranla le commerce à partir d’octobre 1818. Une année durant, la Banque nationale fournit de ses caisses plus de 7 millions de dollars et les autres banques plus de 3 millions.

41Les banques des États suivirent naturellement dans leurs relations la même marche, et leur circulation se trouva réduite de la manière suivante :

42Ce qui donne encore une faible idée des excès de l’émission, car le seul obstacle était l’impossibilité du visa de la part du président et du caissier, deux signatures obligatoires d’après les règlements. On demande donc l’autorisation au Congrès d’accorder cette faveur aux présidents et caissiers des succursales : il refuse cette facilité, mais on accorde un vice-président et un vice-caissier pour signer. Avec ces émissions et un simple capital de 2 millions, en une année la Banque peut escompter pour 43 millions, outre 11 à 12 millions avancés sur les fonds publics.

43Pour soutenir ses opérations, elle échange une partie de sa dette fondée contre de l’argent en Europe et achète de la monnaie dans les Indes occidentales. De juillet 1817 à juillet 1818, elle importe 6 millions de dollars espèces, au prix de 500 000 dollars, mais l’excès de l’émission drainait le numéraire plus vite que la Banque ne pouvait l’importer. Devant cette lutte impossible, en juillet 1818, elle change tout à coup de conduite et réduit les escomptes ; on payait alors 10 p. 100 de prime sur le numéraire, la réduction de l’escompte de près de 5 millions de dollars en trois mois eut un désastreux effet. En même temps, on ne veut plus recevoir au remboursement que les billets émis par chaque succursale : de là embarras général ; la Banque des États-Unis pompant le numéraire des banques locales, le Congrès voulut défendre l’exportation de l’argent. Le comité chargé, le 30 novembre 1818, d’étudier les affaires de la Banque, conclut qu’elle avait violé la charte :
1o En achetant 2 millions de la dette publique ;
2o En n’exigeant pas des porteurs d’actions le payement du second et du troisième versement en numéraire et en dette des États-Unis ;
3o En payant des dividendes aux porteurs d’actions qui n’avaient pas tout versé ;
4o En laissant voter par procuration plus que la Charte n’accordait.

44Au reçu du Rapport, le gouverneur s’enfuit, les actions tombent à 93 dollars. En 1818, l’excès de la spéculation était tel que l’on ne voulait pas faire faillite pour moins de 100 000 dollars. On citait comme prodigalité un salon ayant coûté 40 000 dollars et la cave d’un failli estimée 7 000 !

45Le comité d’enquête du Sénat fit remarquer que la crise imposait de ruineux sacrifices à la propriété foncière, qui avait baissé du quart, de la moitié même de sa valeur. Comme conséquence : des ventes forcées, des banqueroutes, la rareté de l’argent, la suspension du travail. Les rentes des maisons tombent de 1200 dollars

46à 450, le federal stock, seul, se maintient à 103 et 104 dollars.

47Le 13 décembre 1819, un comité de la Chambre des représentants constatait que la crise s’était étendue du plus grand au plus petit capitaliste. Il conclut en réclamant l’intervention du pouvoir législatif pour mettre un frein à la corporation qui, multipliant ses succursales dans l’Union, l’avait inondée de près de 100 millions d’un nouveau moyen de circulation. Les malheureux débiteurs perdirent le fruit de longs travaux, et d’habiles travailleurs durent échanger l’abri du toit domestique pour les forêts inhospitalières de l’ouest. Des ventes forcées de provisions, de marchandises, d’outils, furent faites bien au-dessous de leur prix d’achat ; beaucoup de familles durent restreindre leurs plus indispensables besoins. L’argent, le crédit étaient tellement rares, qu’il devenait impossible d’obtenir un prêt sur les meilleures garanties foncières ; le travail cessa avec sa récompense, le plus habile fut réduit à la misère ; le commerce se restreignit aux plus stricts besoins de la vie. Les machines et les fabriques gisaient immobiles ; les prisons pour dettes se remplirent ; les tribunaux ne pouvaient répondre aux plaintes ; les plus riches familles pouvaient à peine obtenir l’argent pour les besoins du jour.

48Le comité du Sénat de Pensylvanie déclara, le 29 janvier 1820, que pour prévenir la mauvaise administration des banques, il fallait :
1o Leur défendre d’émettre plus de la moitié du capital en billets ;
2o Partager avec l’État les dividendes au-dessus de 6 p. 100 ;
3o Sauf le président, ne renommer aucun directeur qu’après un délai de trois années ;
4o Soumettre à l’inspection de l’État les affaires et les livres de la Banque.

49À partir de ce moment, les excès de profits et de pertes des banques américaines cessèrent. Un changement d’administration de la Banque nationale, que le triste enseignement de 1818 avait provoqué, fut le prélude d’une époque heureuse. Comme toujours, la liquidation terminée, les affaires reprirent leur cours. Parmi les causes diverses auxquelles on attribue la crise, il faut signaler l’augmentation des droits à l’importation et le rachat de la dette publique, réduite, de 1817 à 1818, de plus de 80 millions. Il y avait impossibilité de convertir en temps convenable aucune portion des dépôts publics en fonds ou en valeurs que les créanciers pussent demander, sans ébranler ou abattre aucune institution respectable ; mais ce ne sont à nos yeux que des causes secondaires.

Crise de 1825-1826

50En 1824, en Pensylvanie, nouvelle fureur pour les banques ; en 1825, on était revenu aux beaux jours de 1815. Les Banking-Bubbles of America sont toujours et en tout semblables aux South Sea Bubbles anglais et à la banque de Law en France. En juillet, après une hausse qui datait de 1819, il y a baisse, crise et liquidation. Ici on ne peut invoquer aucune des causes que nous signalions plus haut, le développement du commerce et l’exagération des escomptes expliquent suffisamment les embarras de la situation.

51En Pensylvanie, en 1824, on vote un bill qui rétablit les chartes de toutes les banques qui avaient failli en 1814. À New York on ne rêve que banques ; il se forme des sociétés au capital de 52 millions de dollars. Jamais le numéraire n’avait été plus abondant, si l’on en juge par les souscriptions et les grandes spéculations en stock ; pour le New-Jersey protection company 3 millions furent souscrits en un jour. Mais en juillet, dès que l’on apprend la baisse sur le marché de Londres, les besoins d’argent se font sentir ; le change anglais, de 5 p. 100, s’élève à 10 p. 100 ; l’escompte des New Orléans notes, de 3 p. 100, s’élève à 50 p. 100, le 4 décembre il était revenu à 4 p. 100. Quelles oscillations ! quelles ruines !

52M. Biddle, le président de l’United stock bank, dit que la crise de décembre 1825 fut la plus grave que l’Angleterre ait jamais éprouvée, entraînée qu’elle fut par la sauvage spéculation américaine sur les cotons et sur les mines. Le coton tissé de 18c par yard tomba à 13c ; de 4 000 tisserands employés à Philadelphie en 1825, il n’y en avait plus que 1 000. La réaction de la liquidation se fit sentir en 1826 ; dès 1827 l’argent était abondant.

53Embarras des banques locales, 1828-1829. — Faut-il parler de ces embarras ? La gêne de 1828 n’eut lieu que pour les banques locales et non pour celle des États-Unis. La principale cause fut l’augmentation de la circulation de la banque des États-Unis d’août 1822 à août 1828. De 5 400 000 dollars elle s’était élevée à 13 millions, sans rien ajouter à la circulation, seulement en déplaçant un égal montant de notes des banques locales par les branch drafts qu’elle faisait circuler. Ces Branch drafts étaient des billets signés par les principaux employés des succursales, soit l’une sur l’autre, soit sur la Banque centrale. Une grande émission de papier en résulta ; sans ce moyen détourné, on n’aurait pas pu forcer l’émission des notes, par l’impossibilité physique où se trouvaient le président et le caissier d’en signer un plus grand nombre. Le Congrès avait toujours refusé de déléguer ce pouvoir à d’autres personnes ; il y eut donc, ce qui était inévitable, ce que l’on devait prévoir, un conflit de notes en 1828, entre la Banque des États-Unis et les banques locales. Ces drafts circulaient partout, les succursales les recevaient en dépôt, mais ne les remboursaient pas ; ainsi on devait, en cas de panique, préserver la caisse. Par ce procédé on augmenta beaucoup les émissions de la Banque des États-Unis et des banques locales, qui escomptaient le papier de la Banque centrale aussi bien que sur argent comptant. Les banques locales dont le papier ne circulait pas partout échangeaient donc leurs billets contre des drafts, ce qui diminuait la circulation des premières, augmentait celle de la Banque centrale, ainsi que l’émission totale des billets ; les banques locales ne cessaient pas d’échanger leur papier à circulation étroite et bornée contre les drafts de cette dernière, qui circulaient partout.

54Il y eut donc, en 1828 et 1829, une rareté accidentelle et assez courte de numéraire dont nous venons d’indiquer la cause ; mais, dès la seconde moitié de l’année, les troubles de la circulation métallique avaient disparu.

Crise de 1831

55Le mouvement commercial, ayant à peine subi un temps d’arrêt, continue jusqu’en 1831 ; alors seulement les embarras paraissent (8 octobre 1831). Jusque-là les opérations commerciales étaient très actives et l’argent facile ; la révolution en Europe rend le capital disponible en Amérique, tandis que le choléra et la révolution restreignent l’importation des produits étrangers. L’escompte s’élève à la Banque centrale de 24 millions de dollars en 1826 à 44 millions en 1831, la circulation de 9 à 22 millions. La même augmentation s’observe pour les banques des divers États.

56En mars 1830, la Banque des États-Unis avait dans ses caves 8 millions de dollars, plus qu’elle n’en avait jamais eu jusque-là. En 1829, la Banque de New York avait tant d’argent qu’elle ne savait qu’en faire, disait-elle. En 1829, 1830 et 1831, on étend les opérations des banques, la hausse accompagne les facilités de crédit ; mais en novembre 1831, des demandes fort vives d’argent se font sentir, les branch drafts échangés aux banques locales leur permettaient d’augmenter leur circulation et par suite leurs escomptes. Les écrivains américains vantent beaucoup les secours que la Banque des États-Unis apporta au commerce et à l’État. Cependant, en 1829, le président Jackson déclarait que la conduite de la Banque ainsi que son utilité avaient été avec raison mises en doute par plusieurs citoyens, et qu’il fallait convenir que le but que l’on souhaitait, une circulation uniforme et régulière, n’avait pas été atteint. Le Sénat et la Chambre des représentants nommèrent une commission qui exprima une opinion contraire à celle du président.

Crise de 1837-1839

57Au milieu de tous ces embarras, en 1832, le secrétaire du Trésor informe le directeur de la Banque de l’intention où était le gouvernement de rembourser une moitié de la rente 3 0/0 en payant à chaque porteur la moitié de ses certificats. Le directeur répond que, dans ce moment (29 mars), ce remboursement aux créanciers de l’Europe gênerait beaucoup le commerce intérieur, qu’il fallait attendre. Il demanda un délai de trois mois parce que le commerce de New York avait déjà reçu de fortes avances.

58La Banque, qui faisait le service de la Trésorerie et avait en dépôt 11 600 000 dollars, aurait dû être prête à rembourser les 2 700 000 dollars qu’on lui demandait ; néanmoins on accéda à sa demande. Bientôt Jackson apprit avec surprise que le commerce étant plus gêné que jamais, le directeur avait envoyé un agent en Angleterre pour contracter avec la maison Baring un emprunt de 6 millions de dollars. Voyant que la Banque était insolvable, il résolut de ne pas renouveler son privilège. La Banque essayait de cacher son insolvabilité par les plus sottes spéculations sur la vente des terres qui déjà avait causé tant de désastres en 1818-1820. L’émission des notes avait donné un nouvel élan à la spéculation. Ces notes de la Banque étaient reçues par les caisses de l’État et revenaient en dépôt à la Banque, qui les prêtait de nouveau pour acheter des terres avec garantie sur les terres vendues, de sorte que le crédit ouvert à l’État n’était que fictif.

59En 1832, la prorogation de la charte de la Banque ayant été votée par le congrès, le président Jackson refusa de la ratifier, surtout à cause des modifications que l’on voulait y introduire. Pourquoi, disait-il, accorder un capital de 35 millions quand la première compagnie n’en avait que 11 ?

60Si l’on ne put s’entendre sur le privilège de la Banque, une loi du 10 juillet 1832, sur la réglementation des banques, décréta que chaque année un Rapport sur leur situation serait soumis au congrès.

61En 1833, le général Jackson donna l’ordre de retirer de la Banque les dépôts du gouvernement. La loi voulait que l’on indiquât les raisons du retrait ; le secrétaire, M. Duane, refusa de les livrer, disant que la Banque n’était pas insolvable. Il fut congédié, remplacé par un secrétaire plus obéissant. Les dépôts furent repris et placés dans diverses banques des États. La Banque des États-Unis dut limiter ses escomptes et ses avances, ce qui produisit des embarras ; mais le président voulait à tout prix établir une circulation métallique.

62Le Congrès s’occupa, pendant toute la session de 1833 à 1834, du retrait des dépôts de la Banque. Le Sénat avait pris le parti de la Banque et blâmait la décision du président ; la Chambre des représentants, au contraire, approuvait sa conduite. La Banque cessa ses opérations avec l’État en 1836 ; le directeur, M. Biddle, que les actionnaires avaient récompensé en lui offrant un service en argent, obtint, par un don de 10 millions de dollars, dont la distribution fut toujours enveloppée d’un nuage, la concession spéciale de la Banque de Pensylvanie. Il n’avait voulu rendre aucun compte au Congrès, malgré des instances réitérées. Son privilège cessait en 1836, et deux années après il n’avait plus le droit de faire aucune opération.

63Après avoir obtenu la prolongation du privilège comme Banque de Pensylvanie, l’administration ne paraissait pas s’occuper de payer sa dette à l’État (16 millions de dollars). On avait tout transporté, livres, papiers, notes, engagements, à la nouvelle corporation qui s’ouvrait comme une suite de l’ancienne. On avait déjà remis les notes en circulation, malgré l’avertissement de les rembourser et de détruire celles qui restaient entre ses mains. Le président Jackson et son successeur van Buren considéraient l’exagération du papier-monnaie comme la principale cause de la crise ainsi que l’exagération de toutes les branches du commerce, les spéculations sans bornes, l’augmentation des dettes étrangères, les achats inconsidérés de terres et l’effrayant accroissement d’un luxe fatal aux sources de l’industrie et à la moralité du peuple. Le président van Buren disait que les 30 millions de dollars restés entre les mains de la Banque avaient servi à entretenir une spéculation déréglée. Il s’efforça de rétablir la circulation métallique ; les banques dont les notes étaient au-dessous de 5 dollars ne furent plus admises aux caisses de l’État. Jusqu’au 3 mars 1837 on pouvait payer avec des notes de 10 dollars ; après cette époque avec 20 dollars ; ensuite on ne devait plus recevoir que les notes dont le change était au pair.

64Le président Adams avait favorisé les petites coupures en papier de 25 à 10 cents pour 1 million. De 1831 à 1837, on émit 3 400 000 billets de 25 cents, 5 187 000 de 10 cents, 9 771 000 de 5 cents. Pour en prévenir l’abus, il fallait aujourd’hui revenir à la circulation métallique. En 1833, la somme des petites coupures émises atteignait déjà 30 millions de dollars ; en 1837, elle s’élevait à 73 millions, elle dépassa ces chiffres ; c’est cette circulation de petites coupures en papier qu’il fallait réduire de 120 millions de dollars.

65Malgré ces crises si fréquentes, la prospérité de la nation, le développement de ses richesses n’étaient pas douteux, elles frappaient tous les yeux.

66De 1817 à 1834, les dépenses de l’État diminuent de 39 millions de dollars à 24 millions, descendent même à 14 en 1835 ; les recettes s’élèvent à 37 millions de dollars. De 1826 à 1836, la situation du commerce, malgré la crise de 1831, s’améliora. L’industrie, l’agriculture, le commerce furent prospères ; toutes les entreprises avaient du succès. À la Nouvelle-Orléans, ainsi qu’à New York, on construisit beaucoup, plus de 1518 maisons, du 1er janvier au 1er septembre 1836. Cette prospérité générale portait en elle le germe du désordre. L’augmentation rapide des revenus de l’État avait fait penser que le capital s’était élevé de la même quantité. On dissipa cette surabondance des recettes que le trop plein du marché causait temporairement. On spécula sur les terres ; on projeta 100 chemins de fer, avec canaux, mines et toutes sortes d’entreprises qui auraient absorbé 300 millions de dollars.

  • 4 Voir crise 1837-1839 en Angleterre et en France.

67Le capital national ne suffisant pas, on emprunta en Angleterre, en Hollande, où le taux de l’intérêt, plus modéré, excitait encore la passion des entreprises. Afin d’arrêter le départ pour l’Amérique du capital anglais, la Banque d’Angleterre éleva le taux de l’intérêt ; cela fit réfléchir. On vit l’impossibilité d’exécuter le tiers des projets ; le coton baissa, la panique s’empara du public4.

68Depuis 1818, tous les cinq à six ans, on avait vu une période de flux et de reflux dans les affaires ; mais ici l’arrêt fut beaucoup plus sérieux. Le manque d’argent et de capital détruisit la confiance. On ne trouva d’argent sur aucun gage ; les banques cessèrent d’escompter. La foule sans pain, les promenades désertes, les théâtres vides, plus de sociétés, plus de concerts, le mouvement social était suspendu ! La Banque des États-Unis employa des expédients pour modérer temporairement la crise jusqu’au moment où elle éclata plus violente en 1839, et entraîna une nouvelle réforme radicale.

69Dès que la séparation de la Banque des États-Unis et la cessation de ses opérations comme banque de l’État fut opérée, les cours des billets s’améliorèrent beaucoup, aussi bien ceux qui étaient payables à vue que les post-notes payables à douze mois. Le directeur envoya un agent à Londres pour avoir de l’argent contre des actions de la Banque.

70Dans la crainte que le général Jackson ne rétablît une nouvelle banque et pour faire contre-poids, on créa plus de 100 banques, avec un capital de plus de 125 millions de dollars ; l’émission ne devait pas dépasser le triple du capital, mais on n’observa pas cette clause ; elle fut sans règles et sans limites, au milieu des hauts prix de tous les besoins de la vie, qui avaient doublé de valeur et dirigeaient les bras vers l’agriculture. Le prix des terres avait quelquefois décuplé. La hausse sur le coton fit abandonner aux planteurs du Sud l’indigo et le riz. L’importation en 1836 dépassa l’exportation de 50 millions de dollars que l’on dut payer en or ou argent. Cette fuite du métal fit un grand vide.

71L’élévation de l’escompte de la Banque d’Angleterre dans de telles circonstances éclata comme un coup de tonnerre ; la vessie gonflée creva. Les banques suspendirent leurs payements, les notes perdirent 10 à 20 p. 100, le change monta à 22 p. 100 sur la France et l’Angleterre, tout le métal disparut de la circulation ; mille banqueroutes se déclarèrent. Les maisons anglaises d’exportation perdirent 5 à 6 millions de livres sterling : les prix, du maximum, tombèrent au minimum. Les pertes en Amérique furent encore plus grandes : le coton tomba à rien. Au plus fort de la crise on se tourna vers la Banque des États-Unis ; le directeur, interrogé sur les moyens d’y porter remède, répondit qu’il fallait avant tout maintenir le crédit de la Banque d’Angleterre au lieu et place du crédit privé, qui avait disparu. Il proposa de tout payer en papier de banque à Londres, Paris et Amsterdam.

  • 5 On l’a revue de nos jours dans l’affaire des métaux et du Comptoir d’escompte.

72Quand la crise parut, la Banque était très ébranlée. Au commencement d’avril 1837, les banques de New York suspendirent, parce que les demandes d’argent pour l’exportation jouaient le principal rôle ; les autres banques suspendirent à leur tour, promettant de reprendre avec elles. La Banque des États-Unis suspendit aussi, pendant que Biddle, le directeur, prétendait que, sans le coup porté par New York, il eût continué à payer ; ce qui était faux, car les banques de New York reprirent peu après leurs payements, espérant qu’on les imiterait ; mais les autres refusèrent. M. Biddle le premier voulait que l’on attendît le résultat de la moisson. Pour soutenir la Banque, il essaya de lier des échanges avec les banques et le commerce, non seulement en Amérique, mais en Europe, afin d’établir une solidarité qui le soutînt et dissimulât sa position. Il y réussit jusqu’à un certain point, car en 1840, dans sa liquidation, on compta 53 millions de dollars de papier des divers États. Il avait voulu surtout s’assurer le monopole du marché au coton : sotte spéculation que l’on n’avait jamais vue et que peut-être ne devait-on pas revoir5.

73Pendant que la Banque venait au secours du commerce de New York par son change et ses post-notes, Biddle se posait comme le gros commissionnaire en coton, à condition qu’on le consignerait aux agents de la Banque au Havre ou à Liverpool. Dans leur embarras, les planteurs acceptèrent. On accumula le coton dans ces deux places ; par ce monopole on releva les prix et on réalisa de grosses sommes, qui lui permirent d’étendre le cercle de ses affaires. En 1837, il tira ainsi pour 3 millions de livres sterling d’Angleterre ; la différence de l’intérêt et de l’escompte de 5 à 6 p. 100 à 2 p. 100 produisit de beaux bénéfices. Tout allait bien pour le marchand de coton comme pour le changeur, M. Biddle payait les planteurs en billets que la Banque fournissait à l’infini, pendant qu’en échange du coton il touchait de l’argent en Europe, ce qui éveilla la concurrence. Dans la seconde moitié de 1837 il s’établit dans le Missouri, l’Arkansas, l’Alabama, la Géorgie, la Louisiane, nombre de nouvelles banques pour faire des avances aux planteurs et vendre pour leur compte leurs produits en Europe. Fondées avec un très faible capital, elles émettaient du papier sans règle ; leurs notes perdaient 30 p. 100 en 1838 et les planteurs ne voulaient plus les recevoir.

74La Banque des États-Unis, craignant que les capitalistes étrangers n’exploitassent l’embarras des planteurs en achetant le coton déprécié à cause de l’encombrement sur le lieu de la production, résolut de venir au secours des banques du Sud et de les joindre dans le cercle de ses opérations, en achetant leurs actions et leurs post-notes qui avaient deux ans à courir ; elle mettait ainsi 100 millions de dollars dans le commerce et, en 1838, elle ne leur prêta pas moins de 20 millions de dollars à 7 p. 100 payables en 3 ans sur les récoltes de coton. Elle avait acheté les actions 28 p. 100 au-dessous du pair ; par son assistance elles remontèrent au pair, et alors elle les jeta sur le marché de Londres qui les reçut. Pour expliquer l’immense crédit dont jouissaient les États-Unis et leurs banques en Europe, nous ferons observer que l’amortissement des dettes de l’Union par l’excédent des récoltes jetait un éclat trompeur sur le crédit des États en particulier aussi bien que des corporations. Depuis quelques années on recherchait les effets américains surtout à Londres, et comme la première année rien n’arriva qui pût détruire cette confiance, le capital ainsi employé s’éleva à 150 millions de dollars, à 200 millions en 1840. En Pensylvanie, 16 millions de dollars, argent d’Europe, étaient employés dans la Banque des États-Unis, 40 millions dans celles de divers États, le tout payable en deux ou trois ans.

75M. Biddle était parvenu à soutenir les divers États avec le crédit de l’Union. Il sut utiliser le crédit des effets américains en Europe et tira du marché de Londres une somme énorme contre le change, les post-notes et le papier payable en Amérique. Le papier, déprécié de 4 à 6 p. 100, était tellement demandé, que la Banque d’Angleterre le prenait à 2 et 3 p. 100 d’escompte, mais enfin le marché se remplit. L’attention des négociants s’était portée sur les immenses spéculations de M. Biddle, qui payait en papier en Amérique et encaissait en métal à Londres ; le commerce se plaignait de la contraction du marché. Le stock de coton de la Banque augmentait toujours : de juin à juillet il s’éleva de 58 millions à 90 millions de balles. Cette spéculation avait déjà donné un bénéfice de 15 millions de dollars ; mais le marché était comble, les prix ne pouvaient se soutenir ; les planteurs avaient bien gagné à la hausse des cotons, mais le papier qu’on leur remettait perdait de 15 à 25 p. 100. La crise approchait. La récolte du coton de 400,000 balles était de 1/5 au-dessous de ce que l’on pensait ; on attendait une hausse des prix : le contraire arriva. Les hauts prix avaient fait sortir toutes les réserves, les fabriques avaient réduit leur travail, néanmoins on envoyait toujours balle sur balle à Liverpool et au Havre. La vente dans ce dernier port ayant produit, en février et mars 1839, une perte, on continua à emmagasiner. Dès que M. Biddle vit l’arrêt, il chercha à cacher cet embarras par l’extension de ses affaires. Il proposa de fonder une nouvelle banque à New York (l’autre avait son siège à Philadelphie), au capital de 50 millions de dollars ; il émit de nouveau des post-notes à longue échéance ; il achetait avec du papier américain des canaux, des chemins de fer, des actions qu’il jetait sur le marché anglais. Cela dura jusqu’à ce que les post-notes perdissent en Amérique 18 p. 100 et que le change et les valeurs américaines ne fussent plus reçus sur le continent.

76La maison Hottinguer de Paris, comme les autres agents, vendit peu jusqu’au 1er juillet, et quand elle vit que l’essai de monopoliser le coton était impossible, elle déclara, dans la crainte de continuer cette gigantesque opération, qu’elle employait de trop grands capitaux. Sur ces entrefaites, de nouvelles lettres de change arrivèrent à Paris sans l’envoi d’une valeur correspondante ; la maison Hottinguer protesta. Hope d’Amsterdam cessa ses relations. L’agent de Londres appela la Banque d’Angleterre à son secours, ce qui lui fut accordé sur la garantie des maisons de cette place et le dépôt de bon papier américain. Rothschild accepta les lettres de change refusées, après avoir reconnu qu’une somme de 400,000 livres serait suffisante pour l’agent de M. Biddle ; ces 400,000 livres offertes en garantie consistaient en stock du gouvernement, en actions de chemins de fer, canaux, banques. On ne divulgua pas sur-le-champ cette convention, ce qui augmenta encore la défiance. On approchait d’une crise où 150 millions de dollars de capitaux européens allaient être engloutis.

77Explosion de la crise de 1839. Les journaux anglais avaient déjà averti de se méfier ; le Times disait que l’on ne pouvait avoir aucune confiance dans la Banque tant qu’elle n’aurait pas repris ses payements. M. Biddle se défendait dans des journaux vendus, jusque dans la Gazette d’Augsbourg, en attendant que la bulle de savon crevât. Les défenseurs à sa solde prétendaient que les 150,000 balles de coton envoyées en Europe n’avaient pas été vendues, mais reçues en commission. On avait fait des avances en papier qui, dans le mois d’août 1839, devaient être payées en notes par les banques du sud, car une nouvelle concession faite à la Banque par l’État de Pensylvanie lui permettait d’acheter les actions des autres banques et par ce moyen de les mettre sous sa direction ; leurs notes perdirent 20 à 50 p. 100 contre les banques du nord. Par ce bénéfice sur la différence des notes, par le payement du coton avec du papier, par ses ventes en échange d’argent monnayé, Biddle avait gagné 5 à 6 millions de dollars qui se trouvaient à sa disposition à Londres.

78Le protêt de ses lettres de change fit grande impression en Angleterre ; le contrecoup se fit sentir en Amérique, où la crise, modérée en 1837 par l’intervention de la Banque, éclata avec une nouvelle fureur en 1839 et amena la liquidation complète de cet établissement.

79Au même moment, le marché anglais était très pressé, car, d’après un avis de la Chambre de commerce, le nombre des banqueroutes de cette année était beaucoup plus grand ; du 11 juin 1838 à juin 1839, 306 à Londres et 781 dans les provinces, en tout 1,087 ; à Manchester, 82 ; à Birmingham, 54 ; à Liverpool, 44 ; à Leeds, 33. La Bourse de Londres était inondée de papier non vendable, ce qui était déjà arrivé sur une moindre échelle en 1837. L’arrêt du commerce fut tel que l’intérêt de l’argent s’éleva à 20 p. 100, l’escompte du meilleur papier à 15 et 18 p. 100.

80Les divers États de l’Union et la Banque avaient contracté des dettes avec une incroyable facilité ; les intérêts étaient couverts par de nouveaux emprunts. Le président déclarait qu’il fallait emprunter pour payer les intérêts ; on ne voulait pas mettre de nouveaux impôts pour subvenir aux dépenses des travaux publics. L’embarras fut grand en Amérique ; comme il ne venait plus d’argent d’Angleterre, il fallait le chercher dans le pays même. On inonda le commerce avec des post-notes à 1/2 p. 100 d’escompte par mois. L’escompte monta à 25 p. 100. La panique du public était aussi grande que sa confiance passée. La Banque des États-Unis, pour maintenir son crédit, paya ses post-notes dépréciées.

81La lutte du parti de la Banque avec les opposants reparut, le président Van Buren en tête. On déclara que la Banque avait trompé en mettant en circulation les 4 millions de dollars de l’ancienne banque, qui avaient dû cesser de circuler avec l’autorisation du privilège ; le Sénat en défendit la circulation.

82Le gouvernement avait à réclamer de la Banque de grosses sommes, dont le montant s’élevait à peu près à 4 millions de dollars ; comme on ne pouvait se les procurer en argent, on décida d’émettre 10 millions de dollars en bons du Trésor. Le parti de la Banque voulait pousser le gouvernement à la banqueroute, pour qu’il se retournât vers elle et, par l’émission du specie circular, l’obliger à adopter le système du papier-monnaie.

83Un bill est proposé dans ce sens. Biddle, qui veut exploiter la circulation, déclare pouvoir reprendre les payements en espèces et pousse à la hausse des actions ; mais la joie du parti de la Banque fut bientôt troublée par la défense faite aux receveurs de recevoir aucune bank-note au-dessous de 20 dollars qui ne serait pas remboursable en argent.

84Après une lutte de huit années, la séparation devint complète ; la gestion des finances de l’État fut retirée à la Banque.

85En 1836, un Acte avait déclaré qu’à l’expiration de son privilège, on lui remettrait les fonds de l’État dès qu’elle aurait repris ses payements en argent. À la suspension de 1837, le gouvernement dut modifier la loi pour sauvegarder le numéraire, et chargea des fonctions de la trésorerie les employés des finances et de la poste. En 1840, l’administration du Trésor public eut une direction séparée et distincte. La liquidation de la crise avait été telle que le Congrès accorda trois mois aux banques pour reprendre leurs payements en espèces ou leur liquidation. Pour se conformer à ce décret, l’État de Pensylvanie fixa la reprise des payements pour ses banques au 15 janvier 1841. Les actions de la Banque, qui n’avaient donné aucun dividende en 1839 et présentaient la même perspective pour le premier semestre de 1840, tombèrent à 61 dollars ! On les avait cotées 1,500 dollars. La liquidation générale était inévitable et une perte de plus de 50 p. 100 : ce qui eut lieu en 1841. Ainsi finit pour un temps le vertige des banques aux États-Unis. Nous rappellerons ici le jugement que portait Buchanan sur la Banque :

86« Si la Banque des États-Unis, après avoir cessé d’être Banque de l’État et obtenu un privilège nouveau en Pensylvanie, s’était bornée aux opérations de banque, avait employé ses ressources à régler le cours du change du pays et tout fait pour hâter la reprise des payements, elle aurait pu renaître Banque de l’État. Mais ce n’est plus possible ; elle a défié le Congrès, violé les lois, s’est mêlée à la politique. Le peuple a vu le vice de sa gestion ; le directeur, M. Biddle, a mis fin à l’œuvre que le général Jackson avait commencée. »

Tableau des banques qui suspendirent pendant la crise

Tableau des banques qui suspendirent pendant la crise

87La dernière crise de 1837 à 1839 produisit, d’après les Rapports assez exacts joints à la loi sur les faillites du 12 août 1841, 33,000 faillites et une perte de 440 millions de dollars !

Crise de 1848

  • 6 Nous ne possédons pas les chiffres extrêmes, maxima et minima.

88Le total des escomptes, qui s’était élevé à 525 millions de dollars en 1837, s’abaisse à 485 en 1838, pour remonter à 492 en 1839 ; alors seulement a lieu la véritable liquidation de la crise. L’escompte tombe de suite à 462 millions, puis à 386 ; l’abondance des capitaux et le bas prix auquel ils s’offrent vident le portefeuille jusqu’à le réduire de 525 millions à 254 en 18436.

89La réserve métallique s’est relevée de 37 millions à 49 (1844), la circulation a été réduite de 149 millions à 58.

90Le nombre des banques, de 901 en 1840, est descendu à 691 en 1843, et le capital lui-même, de 358 millions en 1840, a été réduit à 200 en 1845, et même à 196 en 1846.

91Tous ces chiffres indiquent bien une liquidation. Le marché, débarrassé de ses ruines, pouvait permettre aux affaires de reprendre leur cours.

92Nous voyons, en effet, le mouvement ascensionnel renaître.

93Les escomptes, de 264 millions, s’élèvent à 344 en 1848.

94Les banques se multiplient de 691 (1843) à 751 en 1848 ; leur capital augmente de 196 millions (1846) à 207.

95La circulation du papier, de 58 millions, se relève à 128 en 1848.

96Les dépôts, de 62 millions, atteignent 103 millions en 1848.

97La réserve métallique seule, de 49 millions en 1844, descend à 35 millions en 1848.

98Le contrecoup de la crise européenne retentit en Amérique, mais sans causer de profondes perturbations ; la liquidation de la crise de 1839 était encore trop récente et à peine terminée pour avoir pu permettre un développement suffisant des affaires.

99Les embarras furent légers et courts ; l’escompte cependant tomba de 344 millions à 332.

100L’encaisse, malgré le solde et la balance favorable produite par les exportations des farines en Europe, tomba de 49 millions à 35. Dès l’année suivante le mouvement en avant recommence.

Crise de 1857

101Le temps d’arrêt en 1848 fut très court.

102L’escompte s’éleva régulièrement de 332 millions de dollars à 364, 413, 557, 576, 634 et enfin 684 millions de dollars en 1857. La progression fut irrésistible.

103La circulation, de 114 millions, s’éleva à 214.

104Les banques se sont multipliées dans une telle proportion que, de 707 en 1846, avec un capital de 196 millions, on en compte, en 1857, 1 416 dont le capital s’élève à 370 millions de dollars, chiffre bien inférieur, relativement au nombre de banques, à celui de 1840, alors que 901 banques avaient un capital de 358 millions.

105La réserve métallique, de 35 millions en 1847, s’était bien élevée à 59 millions en 1856 ; mais elle n’était en rapport ni avec le nombre des banques ni avec leurs escomptes et la circulation, et puis ce n’est qu’une moyenne. Nous n’avons pas les extrêmes maxima et minima, et la suspension des payements eut lieu, malgré le chiffre de l’encaisse, plus élevé en 1857 qu’en 1856.

106Les dépôts accumulés de 91 millions à 230 millions, c’est dans l’année même de la crise qu’ils présentent leur maximum ; on ne peut cependant les rembourser.

107Pendant la guerre d’Orient la prospérité avait été si grande aux États-Unis, que l’établissement d’un clearing-house à New York en 1853 et à Boston en 1855 ne s’opposa à l’excès d’émission que pour une bien faible part ; car, en 1837, ainsi que le constate le Rapport au Congrès, l’encaisse des banques était de 6,500,000 dollars, c’est-à-dire 1 dollar métal pour 6 de papier. En 1857 l’encaisse était de 14,300,000 dollars ou 1 dollar d’argent pour 8 de papier.

108Les banques avaient attiré les dépôts par de gros intérêts et les prêtaient à d’insensés spéculateurs. Au 22 août 1857, la somme des emprunts avait atteint, à 12 millions près, les fonds réunis : métal, notes et dépôts.

109De décembre 1856 à juin 1857, elles avaient montré une grande fermeté. L’escompte, de 183 millions, s’était élevé à 190 en juin ; l’encaisse, de 11 millions, était monté à 14. La seule marque de faiblesse, si l’on peut ainsi dire, c’est que le remboursement des dépôts, de 94 millions de dollars, s’était élevé à 104, pendant que la circulation diminuait de 1 million de dollars.

110En juin, la situation de la Banque ne pouvait donner aucune crainte aux plus perspicaces, dit le Rapport d’enquête. Le change extérieur était favorable ; on sait que c’est le guide des banquiers. Juin, juillet, août furent calmes, sauf la difficulté des affaires, qui se faisait sentir, dans les banques du pays, par le montant toujours croissant des notes présentées au remboursement et, chez les banquiers de la ville, par les demandes d’escompte.

111La chute de l’Ohio-life, avec les meilleurs correspondants à New York, fut le premier murmure de la tempête, bientôt suivi de la suspension de la Mechanie Banking association, une des plus anciennes banques de l’État. La suspension des banques de Pensylvanie et de Maryland suivit. La confiance du public ne fut pas ébranlée ; il comptait sur les moyens de circulation. Aucune banque ne laissa protester, sauf une, le 4 septembre, pour une demande de 250 dollars. Un autre protêt suivit le 12, un troisième le 15, pour des sommes insignifiantes. Les demandes de remboursement furent presque nulles ; rien de semblable à une panique. On se porta un peu aux caisses d’épargne, mais cela ne dura pas. À la fin de septembre seulement, les demandes de remboursement furent plus grandes que jamais, de la part des banques locales, aux caisses de la Metropolitan American exchange Bank.

112Le 13 octobre, avec le change au pair, une riche moisson, l’agio de 1/4 à 1/2 sur le métal, les banques suspendent les payements métalliques, et les reprennent le 11 décembre. La période la plus critique dura environ un mois. Le premier pas pour le retour aux payements fut fait à la suite de la résolution prise par le bureau de liquidation de sommer les banques territoriales de rembourser les billets de la Metropolitan Bank avec bonification d’intérêt de 1/4 p. 100 à partir du 20 novembre.

113En ce moment, les banquiers des villes avaient entre les mains, en valeurs émises et en paquets signés de 5,000 dollars chaque, environ pour 7 millions de dollars venant des dites banques. Elles purent ainsi opérer le payement de leurs notes au taux de 20 p. 100 par mois au 1er janvier 1858. La même faveur fut accordée aux banques des villes de payer leurs notes à 6 p. 100 par an. Il ne faut pas demander si, avec ce délai, les banques se montrèrent libérales. L’abondante récolte aida aussi la liquidation.

114De 1853 à 1857, la réserve métallique baissa à 7 millions de dollars ; les dépôts s’élevèrent à 99 millions ; les escomptes et les avances à 122 millions de dollars.

Banques de New York

Banques de New York

115La diminution de la réserve métallique, l’augmentation des dépôts et des escomptes et avances se trouvent clairement indiquées.

116De 1853 à 1857, la circulation des banques varia à peine de 100,000 dollars, ce qui indique que la demande de métal venait de l’étranger et de l’intérieur. La circulation n’était pas la cause de la suspension ; du moins c’est l’avis exprimé dans son Rapport par le super-intendant des banques de New York.

117En 1856, vingt-cinq sociétés furent fondées, et trois banquiers s’établirent au capital de 7,500,000 dollars, dont 7,200,000 payés.

118En 1857, il n’y en eut que neuf et trois banquiers au capital de 6 millions de dollars, dont 4 millions seulement furent payés. Le fonds de garantie déposé aux banques représentait 2,500,000 dollars en 1856, sur lesquels on accorda un crédit en notes de 2 millions de dollars.

119En 1857, le même fonds de garantie ne dépassa pas 560,000 dollars, valeur d’estimation sur laquelle on accorda un crédit de 383,000 dollars en papier.

120Au moment le plus aigu de la crise les faillites furent si nombreuses qu’on redoutait une suspension générale des payements, et par suite un arrêt des affaires. Cette suspension, au lieu d’être générale, n’a été que partielle ; elle a eu lieu là où l’on pouvait craindre qu’elle n’entraînât les plus grands désastres et, bien loin de nuire, elle a soulagé le marché. Les banques ont suspendu leurs payements d’un commun accord entre elles et avec le commerce. Le moment critique passé, dès qu’on a connu la décision prise, le calme a reparu.

121Si la suspension des payements nuit au crédit d’une banque, cette mesure n’amène pas inévitablement la dépréciation de ses billets.

122On en a plusieurs preuves : en 1796, à l’époque de la suspension de la Banque d’Angleterre, les bank-notes n’ont pas été dépréciées ; si cela n’a pas duré, il faut en accuser l’abus de l’émission.

123En 1848 et en 1871, en France, la Banque de France a aussi suspendu ses payements sans que la dépréciation ait été bien sensible. À New York, les billets circulaient à 2 ou 3 p. 100 de perte.

124La crise avait disparu avec la fin de l’année, la reprise des payements avait eu lieu de New York à Hambourg avec le retour des espèces et le taux de 4 p. 100.

125Il en fut de même en France et en Angleterre ; jamais crise plus grave et plus rapide guérison ne s’étaient vues.

126La sévérité et non la rigueur de la pression qu’il a fallu exercer indique l’état du commerce. Il y a eu des pratiques du plus coupable caractère, mais l’ensemble du marché était sain et a fait face à l’orage ; quatre banques seulement ont suspendu, dont trois malades avant la crise, la quatrième avait déjà repris ses payements.

127À aucune époque on n’avait recherché et obtenu sur une pareille échelle du crédit par une simple circulation de papier ; le papier fictif fut l’origine de toutes les ruines. Pour le mettre en circulation, on eut recours aux combinaisons les plus variées et la fraude n’y fut pas étrangère ; les noms mêmes devenaient fictifs, on ne pouvait les retrouver. Ce n’étaient que feintes et dissimulations sous toutes les formes pour arriver à spéculer sans capital, sans produits échangés, sans transactions sérieuses entre celui qui tirait la lettre de change et celui qui l’acceptait.

128Dans son message, le président Buchanan attribue la crise au système vicieux de la circulation fiduciaire et aux crédits extravagants accordés par les banques, quoiqu’il n’ignorât pas que le congrès n’a aucun pouvoir pour réprimer ces excès. Quand il y a abus de papier, quand le public a créé une chaîne sans fin de billets qui ne représentent aucune valeur réelle, il suffit que le premier anneau se brise pour que tout l’appareil n’étant plus soutenu tombe en pièces ; mais alors on se retourne vers les banques, ce sont les seules coupables.

129Si nous observons la situation des banques de New York avant et au moment de la crise, c’est-à-dire en 1852 et en 1857, voici ce que nous constatons :

130Ce qui ressort de ce tableau, c’est que deux articles présentent une grande augmentation : le capital s’est accru de 47 millions de dollars et le portefeuille de 43 millions, pendant que, en présence d’un accroissement d’espèces dans l’encaisse de 1 million de dollars, la circulation des billets baissait de 800,000 dollars.

131Bien loin de trouver un abus, nous trouvons le témoignage de la prudence des directeurs.

132S’il y a abus d’émission de papier, ce n’est pas du côté des banques, c’est le public lui-même qui est le grand coupable.

133Les causes de la crise, nous les trouvons dans les émissions d’obligations et d’actions de chemins de fer dont une grande partie a été placée sur les marchés d’Europe, et dont on évalue la somme à un million de livres ! La spéculation sur les terrains, sur les chemins de fer a été conduite à l’aide d’un capital emprunté ou par des crédits ouverts, des billets de complaisance derrière lesquels il n’y avait pas de contre-partie.

134L’erreur des banques était de vouloir faire toutes leurs affaires avec leurs billets en circulation et d’immobiliser leur capital dans le département de la banque ; et cependant, si l’on défendait d’avancer de l’argent aux actionnaires de la banque, l’escompte à New York diminuerait de 10 millions. Enfin il ne faudrait pas laisser le capital à la disposition des banques et les obliger à un dépôt de garantie de 100,000 dollars pour toute association, et de 50,000 dollars pour un seul banquier.

135Tels sont les derniers conseils que donne l’inspecteur général de la Banque de New York à la fin de son Rapport pour prévenir le retour des crises. Pour avoir confiance dans leur efficacité, il faudrait oublier le passé et ses leçons.

136Les réformes déjà faites et celles que l’on réclame encore dans le système des banques ne peuvent apporter aucun remède à ces abus qui se trouvent en dehors de l’action législative. Les journaux américains n’hésitent pas à les réclamer, tout en sachant qu’elles ne produiront aucun effet, mais ils se félicitent d’avoir soutiré à la vieille Europe un million sterling immobilisé sur le sol des États-Unis, sans aucune compensation pour les prêteurs étrangers.

Crise de 1864

137La crise de 1864 a été confondue aux États-Unis avec la guerre de la sécession ; c’est une crise politique, il n’y a pas lieu d’en parler ici.

Crise de 1873

138Pendant les deux derniers mois de 1872 le marché américain avait été très gêné ; le plus bas taux d’escompte était de 7 p. 100, et en décembre on cota même 1,32 et 1/4 p. 100 par jour ! On attendait avec anxiété l’année 1873 dans l’espoir de meilleurs jours. Au milieu de janvier 1873 le taux de l’intérêt fléchit un peu à 6 ou 7 p. 100, mais bientôt le cours de 1,32 par jour reparut jusqu’au mois de mai. Dans les premiers jours d’avril le marché était en pleine panique ; elle se calma dans la première semaine de mai et dans les mois suivants ; elle reprit au premier septembre, les demandes redoublant jusqu’au moment le plus aigu de la panique. Ce jour-là il n’y eut plus de cours coté ; à aucun prix on ne pouvait se procurer de l’argent ; quelques prêts furent faits à 1 1/2 par jour.

139Cette panique éclata le 18 septembre par la faillite de Jay-Cooke, après une année pénible pendant laquelle l’argent toujours recherché était tenu à un haut prix dans tous les genres de commerce. Quant aux emprunts pour la construction des chemins de fer, ils se succédaient avec une telle rapidité que, du mois d’octobre 1871 au mois de mai 1873, on ne pouvait les placer au-dessous de 7 p. 100. Les banquiers succombèrent sous le poids de leurs émissions devenues invendables ; ce fut un désastre pour les railways. Dans la seule année 1873 on a construit aux États-Unis 4,190 milles de railways, ce qui, à 29,000 dollars par mille, représente la somme énorme de 121,000,000 de dollars, et dans les cinq dernières années de 1,700,000,000 de dollars !

140La situation commerciale était moins mauvaise et le nombre des faillites n’atteignit pas les proportions qu’on aurait pu craindre.

141Après la faillite de Jay-Cooke vint celle de Fisk et Hatch, de l’Union Trust company, de la National Trust company, de la national Bank of common Wealth. Le 20 septembre, pour la première fois, le Stock-Exchange (la Bourse) fut fermé pendant dix jours, durant lesquels les légal tenders notes firent prime de 1/4 à 3 p. 100 sur les chèques certifiés.

142Le 18 on s’était précipité sur les dépôts ; les retraits continuèrent le 19 et le 20, surtout de la part des banquiers de province et des correspondants des banques. Aucune valeur n’était réalisable ; pour soulager la place, le secrétaire du Trésor acheta 13,500,000 dollars du stock fédéral 5-20, déclarant qu’il ne pouvait faire davantage.

143La réouverture de la Bourse eut lieu le 30 septembre sans trouble, mais en grande baisse. Il y eut encore plusieurs suspensions de payement : on cite les maisons Sprague, Claflin, etc.

144Le taux de l’escompte à 9 p. 100, on craignit une panique à Londres. Les banques traversèrent le moment le plus critique le 14 octobre : de 32,278,000 dollars legal tenders, au début de la panique, il ne leur restait plus en caisse que 5,800,000 dollars ! Ce ne fut qu’au milieu de novembre que la baisse s’arrêta et qu’il y eut un léger mouvement de reprise.

145Pendant toute la panique, les réserves des banques étaient bien au-dessous de la proportion légale de 25 p. 100 ; du 13 au 20 septembre elles tombèrent à 24,44 et 23,55 p. 100.

146Le Clearing-House de New York, le 20 septembre, prit une mesure qui permit de continuer les compensations. Il autorisa les banques à déposer les effets à encaisser ou d’autres valeurs qui seraient acceptées, en échange desquelles il émettrait des certificats de dépôt portant intérêt à 7 p. 100 par coupures de 5 à 10 mille dollars jusqu’à concurrence de 70 p. 100 des valeurs déposées. On en mit ainsi en circulation pour 26,565,000 dollars. De plus on fit un fonds commun des légal tenders appartenant à l’association des banques pour se porter aide et protection.

147La suspension des payements eut lieu d’abord à New York, puis s’étendit aux grandes villes de l’Union ; elle dura quarante jours, jusqu’au 1er novembre ; cette mesure fut regardée comme ayant prévenu de plus grands désastres.

148Le tableau de la situation comparée des bilans des banques associées de New York au 1er janvier, au 1er avril et au 1er juillet, au 1er septembre et au 1er octobre des années 1870, 1871, 1872, 1873, nous montre les variations suivantes : les escomptes ont oscillé de 250 millions, janvier 1870, à 309 millions, septembre 1871 ; ils s’étaient abaissés à 278 millions en septembre 1873, à la veille de la panique, et dès le mois de décembre, la liquidation de la crise commencée, ils étaient réduits à 252 millions de dollars. Les dépôts, de 179 millions de dollars en janvier 1870, s’élèvent à 248 millions en juillet 1871, avec 296 millions d’effets escomptés, et atteignent encore 198 millions en septembre 1873, avec 278 millions d’escompte, et 195 en décembre. Même au moment le plus aigu de la crise, ils se maintiennent au-dessus de la moyenne ordinaire des années précédentes.

149Les réserves métalliques jouent un trop faible rôle pour qu’il faille insister : elles ont varié de 34 millions en juin 1870 à 9 millions en septembre 1871, 18 millions en septembre 1873 et 23 millions en décembre.

150La circulation a encore moins varié : de 34 millions en janvier 1876, elle est descendue à 27 millions en juillet 1872, s’est maintenue au même chiffre pendant l’année 1873, si nous en jugeons par les bilans des premiers jours de chaque trimestre. Dans aucun cas il n’y aurait lieu d’accuser ici un excès d’émission.

151D’après le relevé du contrôleur de la circulation, le portefeuille aurait baissé du 12 septembre au 1er novembre de 199 à 169 millions (dollars).

152En résumé, la circulation aurait peu varié ; les dépôts, de 99 millions, se seraient relevés à 167 du 12 au 20 septembre, au moment le plus critique, alors que tout était suspendu ; ils ont fléchi à 89 millions après l’explosion le 18 octobre, puis, dès le 22 novembre, ils s’étaient relevés à 138 millions.

153Les réserves métalliques, après une courte reprise de 14 à 18 millions du 12 au 20 septembre, étaient retombées à 10, pour se relever à 14 millions en novembre.

154Au milieu de ces troubles les fonds d’États résistèrent. Dès les premiers mois de 1873 les demandes du marché anglais leur imprimèrent un mouvement en avant ; en septembre, sans leur garantie on ne pouvait obtenir aucun prêt. Pour apporter quelques secours au marché, le Trésor acheta environ 13 millions de dollars de rentes à la Bourse ; mais, privé de ressources, ce fut le seul effort qu’il put faire. Le gouvernement allemand employa une somme assez considérable en nouveau 5 p. 100, de sorte que la hausse des fonds publics persista pendant toute l’année : les cours de 5-20 s’élevant de 91 en avril à 96 en octobre au milieu de la panique du marché.

155L’indemnité fixée à 15,000,000 de dollars par le tribunal arbitral de Genève et payée par l’Angleterre pour avoir admis des corsaires dans ses ports fut aussi placée en 5-20. À côté de cette fermeté des fonds publics, les obligations des chemins de fer, surtout de ceux de nouvelle création, furent très déprimées ; on ne pouvait même plus en émettre, 90 sociétés nouvelles ayant cessé de payer les coupons d’intérêt, tandis que celles des anciennes lignes avaient conservé leur prix.

156De grands spéculateurs, Vanderbilt à la tête, formèrent des syndicats embrassant plusieurs compagnies et fixant les cours selon leurs combinaisons. La mort de M. Clarke en juin porta le premier coup à cette coalition, et la faillite de Georges Bird Grinnell en détermina la dissolution. La liquidation de cette colossale affaire déprima longtemps les prix.

157Le prix de l’or, en janvier 1873 encore coté 112 1/2, s’éleva à 119 1/2 en avril, sous l’influence de la spéculation, car au moment le plus violent de la crise il était retombé à 106 le 6 novembre. Il est vrai qu’alors tous les crédits douteux avaient liquidé, les demandes d’or avaient disparu ; si l’on s’en rapportait au chiffre seul des exportations, elles auraient été moindres en 1873 que dans les années précédentes.

158Les cours des changes furent beaucoup plus déprimés : de 109,45, qui représente le pair, ils tombèrent à 107 1/4 pour le meilleur papier à 60 jours. Ce papier était très recherché par les spéculateurs qui, en le faisant escompter, se procuraient des fonds pour lever des titres, sauf à payer avec du papier court à l’échéance. Les cours tombèrent si bas qu’il était souvent impossible de négocier du papier à aucun prix.

Tableau des bilans par mois

Tableau des bilans par mois

159L’activité qui régnait au début de l’année se manifesta dans le mouvement des échanges ; l’excédent des importations sur les exportations s’éleva dans les six premiers mois à 100 millions de dollars, tandis que l’année précédente il ne dépassait pas 62 millions ; les prix ayant cours sur le marché américain attiraient de toutes parts les produits.

Crise de 1884

160La crise qui éclata aux États-Unis en 1884 fut le dernier coup de tonnerre de la tempête commerciale qui régnait depuis le mois de janvier 1882. L’opinion publique rappelait déjà la période décennale qui séparait la crise actuelle de celle de 1873. La période aiguë fut de courte durée ; l’explosion avait eu lieu le 14 mai et la baisse des prix avait touché les bas cours à la fin de juin. Dès le mois de juillet on se remettait, on sentait le sol plus ferme sous ses pieds. La place fit preuve d’une grande fermeté ; malgré la cherté de l’argent et une baisse énorme des prix, il n’y eut pas un grand nombre de faillites, et à la fin de l’année l’équilibre était à peu près rétabli, quoique le passif des pertes se fût élevé à 240,000,000 dollars. Ces pertes, il est vrai, furent presque entièrement supportées par des hommes de finance, par des spéculateurs plutôt que par des industriels et des commerçants.

161Le mois de mai 1884 marqua la fin de la période prospère qui a suivi la crise de 1873. Pendant cette période on a assisté à la plus gigantesque spéculation sur les chemins de fer ; l’apogée du mouvement a eu lieu en 1880, et dès 1881 le mouvement de baisse commençait pour aboutir aux désastres actuels. La dépression des cours a été progressive pendant trois années, ils se sont peu à peu affaissés, sous l’influence d’une concurrence ruineuse, par suite du nombre des nouvelles lignes et de l’abaissement des tarifs, mais surtout par suite des manœuvres des administrateurs sur une échelle dont il n’y avait pas encore eu d’exemples jusqu’ici ; parmi ces administrateurs nous comptons, non sans surprise ni sans regret, l’ancien président des États-Unis, le brillant soldat de la guerre de la Sécession. Dans ce terrible effondrement du mois de mai 1884, on gardera le souvenir des principaux coupables, de la Banque de la marine, de Wark et Grant, de Fisk et de John Eno. La Marine Bank suspend le 5 mai, la semaine suivante la Banque métropolitaine entraîne à sa suite un grand nombre de banquiers et de maisons de second ordre. En ce moment la confusion était à son comble. Dans le mécanisme si délicat de la circulation fiduciaire, les banques et le Clearing House furent les premiers touchés et les plus ébranlés, mais aussitôt ils se réunirent en syndicat pour résister à la tourmente qui renversait tout autour d’eux. Les chèques n’étant plus payés, les compensations ne marchaient plus et la circulation fiduciaire était suspendue ; cet arrêt pouvait entraîner les plus graves conséquences, il fallait aviser. Ici il n’y avait pas à suspendre comme en Angleterre l’Acte de 1844 pour permettre de dépasser la limite officielle de l’émission des billets, mais on aurait pu demander de changer la proportion fixée par la loi qui a organisé les banques nationales. On n’eut recours à aucune de ces violations des statuts, qui ne prouvent que trop combien, en pareilles circonstances, la réglementation est impuissante ; on se borna, sans faire intervenir les pouvoirs publics, à émettre des Clearing-House certificats, c’est-à-dire des promesses qu’on devait accepter comme des chèques pour compenser les opérations de chaque jour. C’est à l’aide de ce secours que la Banque métropolitaine a pu reprendre ses payements, le 15 mai, le lendemain même du jour où elle les avait suspendus. La seconde Banque nationale fut victime du vol de son directeur, M. John Eno ; mais son père et les directeurs s’empressèrent de combler le déficit. À ce moment l’excitation était extrême, on retirait les dépôts et on payait 1 p. 100 par jour, et même plus pour obtenir de l’argent ou du crédit ; sous l’influence de nombreux achats de valeur, les changes baissèrent rapidement ; on prit même du métal à Londres pour l’expédier à New York. À aucune époque on ne put acheter dans de meilleures conditions, surtout quand on remarque que la situation des compagnies était beaucoup mieux connue qu’en 1873.

162Prodromes de la crise. — L’année 1883 avait été troublée par de nombreuses faillites, il n’y avait pas eu de krach, mais les prix, bien loin de progresser, avaient de la peine à se maintenir. À la veille de l’explosion de la crise, on se plaignait de l’accumulation des produits dans les entrepôts, de la difficulté des exportations ; rien ne pouvait plus sortir malgré un tarif ultra-protecteur, et on se demandait quelle était son action. Sous l’influence des changes défavorables l’or s’écoulait au dehors, les encaisses des banques baissaient chaque jour.

163Le 1er janvier 1884, le New York New England Railroad fut mis sous le séquestre entre les mains d’un receveur. Il en fut de même le 12 janvier pour la Compagnie de la rivière du nord ; en février, en mars, en avril, de nombreuses maisons déposèrent leurs bilans ; la baisse des prix s’accentuait, non seulement à la Bourse, mais sur tous les marchés. Le malaise ne fit qu’augmenter jusqu’au 6 mai, le jour où éclata la faillite de la Banque nationale de la Marine, dont le président était associé de la maison Grant et Wark, qui sombra peu après avec un passif de 17 millions de dollars ! Ce désastre financier fit une grande impression. L’inquiétude se répandit partout, quand, le 13 mai, le président de la seconde banque nationale de New York fut aussi forcé de suspendre ses payements avec un passif de 3 millions de dollars ; ce fut le dernier coup porté au crédit. Toute opération à terme, tout échange devint impossible ; on ne manquait pas de valeurs, mais d’argent. À un moment la panique a été telle que le taux de l’escompte et des avances s’est élevé à 4 p. 100 par jour.

164Quoique la crise fût générale, ce fut plutôt une crise de titres sur les principales places des États-Unis, surtout à New York.

165On ne savait plus sur qui compter ; pour se faire des ressources les offres affluaient à la Bourse sans contrepartie, et le marché se dérobait au milieu d’une panique qui paralysait tout le monde. Ce triste état de choses fut encore aggravé le 14 mai par la suspension de la banque nationale métropolitaine et par la faillite Donnel, Lawson et Simpson, Hatch et Foote. Le 15 mai, ce fut le tour de la caisse d’épargne de Newark, de Fisk et Hatch et de beaucoup d’autres. Il était devenu impossible d’obtenir aucun crédit auprès des banques et toutes les valeurs étaient invendables, sinon à des taux ruineux. Réduit à une pareille extrémité, il fallait prendre une décision pour soulager le marché et éviter une suspension des payements.

166Les chèques certifiés émis par les banques ne suffisaient pas, il fallait avoir recours à un nouveau moyen de compensation. Les membres du Clearing-House sortirent de leur rôle ordinairement tout passif, pour intervenir et faire ce qui ne s’était jamais vu : ils émirent des certificats qu’ils acceptaient au nom des institutions de crédit les plus compromises, dont on voulait prévenir la chute pour éviter d’autres ruines. Alors que tout faisait défaut, le secrétaire des finances voulut aussi prêter son concours à l’effort commun pour soutenir le crédit de la place ; afin d’atteindre ce but par les moyens les plus réguliers, il se borna à avancer le remboursement de la dette dont l’échéance était proche. Sauf ces derniers secours, on voit combien le désarroi était grand, pour qu’on eût recours à de pareils moyens. Jamais jusqu’ici ils n’avaient été employés, ce qui prouve bien la gravité d’une situation de place dont l’équilibre était rompu depuis 1881, année dans laquelle tous les hauts cours ont été atteints au Stock-Exchange.

167Pour augmenter encore la solidarité des membres du Clearing-House, il fut convenu qu’un comité serait chargé de recevoir en garantie des effets et des valeurs contrôlés, en échange desquels on émettrait des certificats de dépôt portant intérêt à 3 p. 100 jusqu’à concurrence de 75 p. 100 des sommes déposées. Cette combinaison adoptée, on chercha le moyen de rouvrir la Banque nationale métropolitaine. Un choix fait dans son portefeuille indiqua les valeurs qu’elle pourrait donner en garantie pour obtenir des certificats du Clearing-House ; la circulation ainsi rétablie, elle put, le 15 mai, prendre part à la compensation.

168À la nouvelle d’un syndicat des banques et du Clearing-House, tout se calme ; la méfiance qui était générale diminue, on a besoin et on désire réaliser, mais les avances manquent. La hausse du taux de l’escompte attire peu à peu le capital étranger, le change s’améliore. Avec le secours du syndicat, la circulation fiduciaire se trouve rétablie et le taux de l’escompte s’abaisse à 5 p. 100. Pour le commerce, on trouvait toujours de l’argent à 4 1/2 et à 5 p. 100, quand à la Bourse il fallait payer 4 p. 100 par jour !

169La panique fut terrible du 3 au 10 mai ; personne pendant deux jours ne voulait se séparer de son argent ; on ne trouvait à emprunter sur aucun gage, à quelque prix que ce fût. De là une baisse sur les fonds publics, qui fléchirent au-dessous des bas cours de 1873.

170Le public se plaignait de n’avoir pu prévoir la crise, le drainage de l’or ayant été dissimulé par la promesse souvent répétée qu’il y avait une réserve de 600 millions à Washington. On se rappelait des situations analogues en 1857, en 1873, et on faisait remarquer que de semblables embarras ne s’étaient présentés qu’après une longue période de hauts prix, alors que le capital était rare, le taux de l’intérêt élevé, tandis qu’il était loin d’en être ainsi en ce moment.

171Il était cependant de notoriété publique que la baisse des prix datait déjà de deux années, que la hausse des prix avait été arrêtée par l’explosion de la crise de 1882 en Europe, à Paris, et que, depuis ce moment, les prix avaient commencé à baisser, moins rapidement néanmoins qu’en Europe, parce que la secousse avait alors ébranlé seulement un marché qui n’était pas encore remis de la crise de 1873, à laquelle, par suite de la guerre franco-allemande, la France avait échappé. La mine n’étant pas suffisamment chargée aux États-Unis, l’explosion n’eut pas lieu. La spéculation, impuissante pour redonner une nouvelle impulsion à la hausse des prix, put encore cependant maintenir ses positions jusqu’en mai 1884, où l’explosion retardée jusque-là eut enfin lieu, couvrant le marché de ruines et entraînant une liquidation avec son cortège accoutumé, une grande et longue baisse des prix.

172Déjà nous avons noté de pareils retards dans l’explosion des crises dans la période de 1837-1839 et 1864-1866 en France et en Angleterre. Une situation même compromise peut être masquée dans des conditions particulières et la place, quoique s’étant livrée aux mêmes excès de spéculation, peut voir l’explosion de la crise reculée pendant un certain temps, puis éclater alors même que la baisse des prix a commencé et que l’on croit avoir échappé au danger.

173Comme à Bruxelles et aux États-Unis en 1837-39, comme en Angleterre en 1864-66, de grandes maisons, de puissantes institutions de crédit ont maintenu tout un échafaudage de spéculations déjà hors d’aplomb, mais pouvant encore se tenir debout par l’ensemble des pièces qui les reliaient et, dans cet équilibre instable, il a suffi qu’une seule se détachât pour faire crouler tout l’édifice, à un moment où l’on espérait le voir durer encore et même se consolider. N’est-ce pas la preuve qu’après ces époques d’expansion et d’activité qui caractérisent les périodes prospères (et il n’y a pas de période prospère sans une hausse des prix), il faut un arrêt, une crise pour prendre un temps de repos, pour permettre de liquider les affaires engagées à l’aide d’une succession d’échanges dans les hauts prix ; pour laisser se reconstituer, pendant ces années de calme et de ralentissement d’affaires, le capital et les épargnes des pays qui avaient été trop rapidement immobilisés et épuisés ?

174La confiance revenait déjà à New York, malgré les demandes continuelles des banquiers de province sur leurs correspondants, ce qui abaissait la réserve au-dessous de la limite légale ; néanmoins, au milieu de toutes les faillites, il n’y eut pas de suspension des payements en espèces.

175La crise de 1884, d’après le contrôleur de la circulation, aurait été plus imprévue que la crise de 1873, et cependant il suffisait de voir le nombre d’affaires, d’entreprises jetées en proie à la spéculation pour prévoir ce qu’il devait en résulter de troubles financiers et de désastres pour le pays.

176La continuation des payements en or, les bas prix, la perspective d’une belle récolte, donnaient du courage, maintenaient un reste de confiance et permettaient déjà d’entrevoir une prochaine reprise des affaires.

177La crise, quoique gagnant tout le territoire de l’Union, sévit surtout à New York. Sans vouloir s’étendre sur ses causes premières, le contrôleur de la circulation ne peut s’empêcher de faire remarquer qu’elle s’est déclarée dans les mêmes circonstances qu’en 1873 : partout c’étaient des émissions pour de nouvelles entreprises ; la spéculation s’était empressée de les accueillir avec prime et on se demandait quelle était leur valeur réelle.

178Au même moment les recettes des chemins de fer, loin de progresser, montrèrent de la faiblesse et subirent un léger recul ; on commença à douter de la solvabilité des maisons engagées, on leur refusa de nouvelles avances et aussitôt l’édifice artificiellement construit s’écroula.

179Pour enlever les cours à la Bourse, les banques avaient fait d’immenses avances sur des actions et des obligations de chemins de fer des nouvelles émissions ; dès que les cours, artificiellement maintenus au taux auquel on les avait portés, commencèrent à fléchir, tout devint invendable. Jusqu’ici, entraîné et fasciné par la hausse des prix, tout le monde était acheteur ; à peine la progression est-elle arrêtée, tout le monde se retourne à la fois. Les banques avaient prêté non seulement leur capital, mais en outre une partie des dépôts de leurs clients ; les courtiers avaient encouragé une spéculation qui leur amenait des affaires ; c’est ainsi que de toutes parts le public était lancé sur une voie qui devait le conduire à la ruine. Le contrôleur de la circulation fait remarquer avec fierté qu’au milieu du bouleversement général et des nombreuses faillites de maisons honorables, il n’y eut que deux banques nationales compromises : l’une fit faillite, l’autre suspendit ses payements.

180Pendant le mois de mai, on peut estimer à 32 millions de dollars le passif des banques et des banquiers de la ville de New York qui succombèrent, tandis que celui de la seule Banque nationale qui partagea leur sort ne dépassa pas 4 millions, la banque qui suspendit n’ayant entraîné aucune perte.

181Malheureusement l’année ne se passa pas sans qu’on eût à signaler de nouveaux sinistres : onze banques nationales firent faillite ; il est vrai que parmi les banques et les banquiers privés on en compte plus de cent. Malgré la sévère surveillance dont les banques étaient l’objet, on fut surpris de découvrir toutes les manœuvres auxquelles s’était livrée la Banque nationale de la marine à New York et qui, jusqu’ici, avaient échappé aux inspecteurs officiels. Elle avait suspendu ses payements le 6 mai, et le même jour elle avait été débitée de 555 000 dollars ; les livres avaient été grattés et surchargés pour un seul client jusqu’à concurrence de 766 000 dollars. Il était débiteur de 2 400 000 dollars, six fois le capital de la Banque ; une portion de cette dette était sous plusieurs noms d’employés inférieurs. Ce même client avait trois comptes ouverts : un comme administrateur, puis un compte général et un compte spécial. Tout était fictif ; on cherchait à dissimuler des irrégularités par d’autres irrégularités, on en avait ainsi imposé aux inspecteurs et aux administrateurs eux-mêmes.

182Les certificats émis par le Clearing-House, quand tout crédit avait disparu, rendirent un grand service et maintinrent en équilibre un grand nombre de maisons qui sans ce secours eussent succombé. On les accordait surtout aux banques qui faisaient partie de l’association, pour compenser leur solde de chaque jour.

183Pendant la crise de 1873, on avait eu recours au même moyen, mais trop tard ; la panique était déjà à son comble, l’ébranlement si général que rien ne pouvait rétablir la confiance. Il n’en fut pas de même en 1884 : la rapidité et la décision avec laquelle la mesure fut prise par les banques associées rétablit de suite la confiance dans tout le pays. Le maximum de l’émission ne dépassa pas 24 900 000 dollars, dont 7 millions pour la Banque nationale métropolitaine ; dès le 10 juin les balances du Clearing étaient payées en monnaie légale. Le papier de commerce, qui pour la plus grosse part garantissait ces certificats, avait déjà été remboursé. La Banque nationale métropolitaine seule demanda du temps pour se liquider.

184L’émission de ces certificats fut très rapide : 3,800,000 dollars le 15 mai, 6,800,000 dollars le 16, 6,700,000 le 17, plus de 17 millions dans les trois premiers jours, puis les 19,20 et 22, 1,500,000 dollars, et ce fut tout ; le reste de la somme fut délivré en petites fractions. Les rentrées, quoique plus lentes, se firent du 1er juillet au 1er août.

185En 1873, pour rappeler ce qui se passa alors, au lieu de 24,900,000 dollars de certificats, on en avait émis pour 26,565,000, dont 22 millions du 22 au 29 septembre ; les remboursements eurent lieu du 3 novembre au 31 décembre.

186Dans les deux cas, c’est pour ainsi dire la même somme qui a suffi pour répondre à tous les besoins. S’il suffisait d’un si faible appoint pour sauver un marché en déroute, on ne comprendrait pas pourquoi on ne préviendrait pas les crises. Il ne faut donc pas oublier que ce soulagement ne se fait sentir que quand la baisse des prix a déjà rétabli l’échange des produits, entraînant la liquidation des maisons mal engagées.

187Dès le mois de juin, sur les bilans des banques ou sur les cours des changes, on suivait chaque jour le calme et l’équilibre qui se rétablissaient ; après la tourmente des premiers jours, sauf les faillites Mathew et Morgan, il n’y eut pas de nouveaux sinistres.

188La situation de la place se raffermissait, le Clearing-House diminuait ses certificats d’emprunt qui remplacent aujourd’hui les abus d’émission des billets d’autrefois. De 24 millions de dollars ils étaient déjà réduits à 18 millions ; sur ce chiffre, 6 millions furent pris par les banques comme une ressource extrême ; il ne restait donc plus que 12 millions de dollars en circulation. Ces 6 millions ont servi à soutenir les banques qui étaient ébranlées et, en dehors de ces besoins, on est heureux de constater que la somme n’a pas été plus considérable.

189Les faillites ont cessé dans les grands centres, elles continuent dans l’intérieur du pays, la secousse, comme une grosse vague, met un certain temps à parcourir les divers États.

La succession des crises aux États-Unis suivie sur les bilans des banques

190Après l’historique sommaire des crises aux États-Unis, il ne sera pas inutile pour avoir un tableau d’ensemble, de jeter un coup d’œil sur les trop rares documents qui nous permettent de suivre sur les bilans le fonctionnement des Banques. Nous connaissons leur organisation, il s’agit de constater les résultats qu’elle a donnés.

191Ce qui saute aux yeux, c’est que de tout temps il y a eu des abus, des crises. Notons-nous une différence dans la fréquence et la gravité de ces accidents, selon que nous observons leur mécanisme sous l’ancien ou sous le nouveau système inauguré pendant la guerre de la sécession en 1864, alors que le mécanisme de l’émission des billets était insuffisant pour les nouveaux besoins ?

192Sans s’arrêter ici sur la réglementation antérieure et postérieure à 1864, observons les différences que nous pouvons constater par l’examen des bilans, comme nous l’avons fait en France et en Angleterre. Malheureusement la précision même de notre observation va diminuer en raison même du champ qu’elle embrasse.

193Pour la Banque de France nous avons pu suivre ces variations des bilans sur les relevés de chaque jour ; pour la Banque d’Angleterre sur les relevés hebdomadaires ; pour les banques des États-Unis, nous avons dû nous contenter des relevés que donne le contrôleur de la circulation dans son Rapport annuel à un jour donné, pendant les mois de février, mai, juin, octobre et décembre depuis 1865. Avant cette époque, pour les banques des États nous n’avions la situation annuelle qu’à un jour donné ; nous sommes mieux renseignés pour la seconde période, et cependant, sur le petit nombre de bilans que nous possédons, nous constatons les mêmes séries de développement et de décroissance. S’il y a des lacunes, d’un autre côté le tableau sera plus complet, parce qu’il embrasse l’ensemble des banques des États-Unis, alors qu’en France et en Angleterre nous n’observons que les deux principales ; sur une telle étendue, il est vrai, nous risquons de voir les grands écarts disparaître et se confondre dans l’importance des sommes dont nous suivons les mouvements. Afin de mieux les saisir, nous avons mis en présence des relevés des banques des États-Unis ceux des banques associées de la ville de New York ; on pourra ainsi reconnaître et suivre la part de chacun d’eux.

194Pendant la première période des banques d’États (1811-1864), l’accroissement du nombre des banques a été continu, sauf deux arrêts en 1841 et en 1862 ; en 1841, pendant la liquidation de la crise de 1839, et en 1862 au début de la guerre de la sécession ; la crise de 1857 n’a pas interrompu le mouvement.

195Le capital des banques a suivi les mêmes mouvements : de 52 millions de dollars en 1811 à 358 millions en 1840, réduction à 196 millions en 1846, et enfin le dernier maximum touché en 1861, 429 millions de dollars, à la veille de la guerre. En 1864, une nouvelle organisation des banques sous le titre de banques nationales fait aux banques d’États, sans les supprimer, une situation qui devait amener leur liquidation, ce qui eut lieu en effet.

196Comme en Angleterre et en France, la somme des escomptes, telle que nous la donnent les bilans, s’élève chaque année pendant la période prospère,

197C’est ainsi que de 1830 à 1839, de 200 millions elle atteint 492 millions de dollars pour redescendre à 254 millions à la fin de la liquidation en 1843.

198Dans la période suivante, le même mouvement ascensionnel se reproduit de 254 à 344 millions de dollars en 1848. La crise en Europe a éclaté en 1847 ; aux États-Unis elle retentit en 1848, bien légère, comme l’indique sa liquidation qui a lieu de suite en 1849, n’abaissant la somme des escomptes qu’à 332 millions.

199Une nouvelle période de prospérité succède aux précédentes ; le mouvement croissant reparaît et de 332 millions porte la somme des escomptes à 684 millions de 1849 à 1857. La crise éclate au même moment dans le monde entier ; mais malgré les ruines qu’elle entraîne, l’épargne est déjà telle, la situation générale des affaires si saine, qu’après avoir rejeté une légère écume, le courant des affaires reprenait sa course jusqu’en 1861, les escomptes atteignant déjà la somme de 696 millions de dollars. Cette somme est supérieure à celle que nous avons notée en 1857 ; mais alors, tandis que le mouvement continue en Europe jusqu’en 1864, malgré la secousse qu’il reçoit de la déclaration de guerre, ici tout s’arrête jusqu’à la fin de la lutte ; nous traversons une crise politique, ce n’est pas une crise commerciale. La paix rétablie, le mouvement reprendra dans de nouvelles conditions avec une réorganisation des banques sous le titre de Banques nationales.

200Une transformation doit se faire, mais comme tout est préparé, elle est rapide. Le premier bilan des Banques nationales date de 1864 ; dès 1865, la somme des escomptes dépasse déjà 100 millions de dollars, pour atteindre 500 millions en 1866. Une fois lancé, le mouvement suit son cours :

201La progression annuelle est ininterrompue comme en Europe, et l’explosion a lieu au même moment.

202La hausse des prix arrêtée, un commencement de liquidation se produit à la fin de l’année et réduit le portefeuille à 856 millions ; mais au lieu de continuer comme en Europe, un mouvement de reprise, analogue à celui qui a suivi la crise de 1864 en Angleterre, se produit : la somme des escomptes se relève de 856 à 984 millions de dollars en 1875, et alors, alors seulement, le véritable mouvement de dépression s’accuse comme en Europe et abaisse le chiffre des escomptes à 814 millions de dollars en 1879, au même moment qu’en France et en Angleterre, quand les prix ont touché leurs cours minima et quand la reprise des affaires va se produire.

203Elles reprennent en effet ; dès la fin de l’année la somme des effets escomptés s’élève à 933 millions, et la progression, comme on le constate sur le tableau ci-joint, continue chaque année pour atteindre 1 300 millions de dollars en 1884. La crise avait éclaté en Europe en 1882 ; le mouvement, tant l’impulsion était vive, a donc continué encore pendant dix-huit mois ; mais, nous l’avons constaté, la hausse des prix s’était arrêtée en 1882.

204À partir de ce moment la réaction s’accuse, le portefeuille se vide jusqu’à 1 200 millions en 1885. Cette liquidation est à peine sensible, parce que nous embrassons l’ensemble de l’Union et qu’il y a toujours un mouvement en avant dans les régions nouvelles qui n’ont pas encore participé au mouvement des affaires. Si nous observons ce qui se passe dans les banques associées de New York, là où se traitent le plus grand nombre d’affaires, la dépression du portefeuille, après le gonflement noté au moment des crises, est plus sensible ; l’abaissement que nous signalons se fait plus lentement avec le ralentissement des affaires. Ainsi, dans la dernière période, le maximum du portefeuille s’observe à la fin de 1881 (350 millions de dollars), et le minimum en décembre 1884, l’année même où la crise a éclaté et où dans les premiers mois on avait vu reparaître le chiffre de 351 millions, à un million près le même chiffre qu’en 1881.

205Ce chiffre maximum n’est qu’un accident, sous l’influence de besoins pressants au moment des embarras, car depuis 1881, on suivait la dépression annuelle des chiffres maxima et minima ; ce relèvement a paru tout à coup et a disparu de même, la reprise s’étant manifestée dès 1885, une année plus tôt qu’en Europe.

206Les escomptes des banques de New York réduits à 287 millions se relèvent de suite au début de la nouvelle période prospère qui s’ouvre et les porte par une progression croissante à 408 millions de dollars en 1889 ; encore quelques années heureuses, et nous approcherons de la fin de la période prospère et des hauts prix.

207Voilà ce que nous observons pour l’escompte sur les bilans des banques associées de New York ; si nous reportons les yeux sur les bilans des Banques nationales de l’Union, on ne peut noter qu’un affaissement de 100 millions de dollars sur le portefeuille, de 1,300 à 1,200 millions (1884-1885). Après ce court temps d’arrêt, qui marque bien le besoin d’une liquidation, les escomptes reprennent leur mouvement toujours croissant et s’élèvent à 1,470 millions en 1886, à 1,587 millions en 1887 et enfin à 1,684 millions de dollars en 1888 ; nous sommes en pleine période de développement et, par conséquent, de hausse de prix et de prospérité ; il en est de même en France et en Angleterre.

  • 7 Voir le tableau des bilans des Banques des États-Unis.

208L’examen d’un seul article des bilans, celui des escomptes et des avances, nous a permis de suivre les périodes de prospérité, de crise et de liquidation. Observons-nous les autres articles, nous trouvons la confirmation de nos prévisions. Parmi ces articles, comme importance, nous voyons d’abord les dépôts en comptes courants du public ; ils forment la contrepartie des escomptes et des avances dont le montant est de suite porté au crédit des clients des banques ; aussi suivent-ils le développement du portefeuille. De 1865 à 1873 la progression est ininterrompue : de 183 millions de dollars à 656 millions ; le chiffre maximum se présente dans le premier trimestre de 1873, huit mois avant le maximum des escomptes et des avances ; à ce moment ils sont réduits à 622 millions, soit un écart de 300 millions de dollars entre les deux chiffres, et cet écart est le même que l’on observe les maxima ou les minima des deux articles, comme nous le voyons dans l’année même, pendant la liquidation de la crise de 18737.

209Dans la dernière période la progression est la même : de 598 millions la somme des dépôts s’élève à 1 350 millions de dollars pendant que les escomptes et les avances atteignent 1 684 millions, soit encore un écart de 334 millions de dollars. La liaison des deux articles est beaucoup plus marquée qu’en France et en Angleterre, où les sommes portées en comptes courants sont plus variables. Aux États-Unis, on sent la marche du crédit qui, par l’escompte ou les avances des banques, arrive au compte courant, pour de là fonctionner au Clearing-House et compenser partout les dettes.

210Le rôle de la circulation des billets, après la réglementation sévère décrétée en 1863 pour l’organisation des Banques nationales, n’a pas été le même dans les deux dernières périodes que nous étudions. De 1863 à 1873, après les troubles de la guerre, au fur et à mesure du retrait des greenbacks, les bank-notes, émises par les Banques nationales, non seulement les remplacent, mais se substituent à celles des banques d’États dont elles vont prendre la place. Nous les voyons d’abord de 66 millions s’élever à 341 millions de dollars (1865-1873), au moment le plus aigu de la crise ; on pourrait même les accuser d’en être la cause, si la disproportion seule des deux chiffres, 341 millions de billets contre 944 millions d’effets escomptés, ne repoussait de suite cette idée. Il suffit même de poursuivre l’observation pour en montrer la fausseté.

211Le maximum de la circulation des billets a coïncidé ici avec la crise, ce qui ne se produit plus depuis longtemps en France et en Angleterre, et au lieu de présenter son chiffre maximum pendant la liquidation de la crise de 1873, elle nous montre son chiffre minimum, 290 millions de dollars en 1877. Bien loin de se relever en ce moment comme en Europe, sous l’influence du reflux des espèces métalliques dans les encaisses des banques, la somme des billets en circulation diminue ; c’est qu’en effet ici la cause manque, le reflux des espèces se fait à peine sentir. De 4 millions de dollars en 1865 l’encaisse s’était péniblement constituée, s’élevant à 48 millions de dollars en 1870. À la veille de l’explosion de la crise, en 1871, elle se trouve réduite à 10 millions, au plus fort de la crise à 16 millions, puis, sous l’influence d’un léger remous, elle se relève à 33 millions en 1874, sans atteindre le chiffre maximum de la période précédente ; mais bientôt le flux reparaît et abaisse cette réserve métallique à 8 millions en 1875. Ce n’est qu’après cette dépression que le véritable reflux reparaît, quand la circulation des billets est à son chiffre minimum (290 millions de dollars).

212Pendant que de 8 millions l’encaisse se relève successivement à 54, 79, 109 et enfin 128 millions de dollars en 1878, 1879, 1880 et 1881, c’est-à-dire à l’approche de la crise, la circulation, elle aussi, de 290 millions s’étend jusqu’à son chiffre maximum, 323 millions de dollars, en 1882, l’année du krach en Europe et de l’arrêt de la hausse des prix aux États-Unis. Quant au chiffre minimum de l’encaisse, on l’observe en 1883, entre les deux années critiques 1882 et 1884.

213Les réserves métalliques sont trop faibles aux États-Unis pour que leurs mouvements suivent la marche régulière qu’ils nous offrent en Europe ; le moindre besoin les épuise et le moindre versement les remplit. La crise résulte bien d’un défaut de compensation et du besoin du métal pour rétablir la balance ; mais ce recours, s’il précède les crises, ne les précède quelquefois que d’une année, comme nous l’avons vu en 1883, et la même irrégularité se produit, que nous observions les banques de l’ensemble des États-Unis, ou les banques associées de la ville de New York.

214Après la crise de 1882-1884, le reflux des espèces dans les encaisses des Banques nationales des États-Unis et des Banques associées de New York reprend sa marche normale et en relève le niveau pour les Banques nationales, de 97 à 177 millions, de 1883 à 1885 et même à 181 millions de dollars en 1888. Ce reflux a lieu comme en France et en Angleterre au même moment, ce qui prouve bien que les encaisses ne se constituent pas au détriment les uns des autres ; c’est une inondation d’espèces ou de lingots, devenus disponibles par suite de la baisse des prix et du ralentissement des affaires, qui se répand sur le monde, et chacun en prend la part qui lui revient, selon sa richesse et surtout selon l’état de sa circulation fiduciaire et du perfectionnement de ses compensations à l’aide des Clearing-Houses.

215Cette marche régulière pour les réserves métalliques ne s’observe plus pour la circulation des billets ; au lieu de s’étendre et de pénétrer dans les échanges pendant la rentrée des espèces dans les caisses des banques, ils rentrent dans les réserves en papier : de 323 millions de dollars en 1882, nous voyons peu à peu la circulation des billets baisser chaque année jusqu’à être réduite à 151 millions de dollars en 1888, et ce singulier résultat nous le constatons en présence d’un développement inouï d’affaires, de près de 50 p. 100 plus considérable qu’en 1873, d’une double rentrée simultanée de 84 millions de dollars espèces et de 172 millions de billets. Quel est donc le rôle des espèces et des billets dans le mouvement des affaires aux États-Unis ? Bien inférieur à celui qu’il joue en Europe en l’absence du mécanisme d’un Clearing-House embrassant le pays tout entier, au lieu d’être borné à quelques grandes villes.

216La multiplicité des banques a singulièrement favorisé les progrès économiques aux États-Unis. De 1,500 banques nationales en 1865 au capital de 393 millions de dollars, le nombre s’est rapidement élevé à 2 089 en 1876. La crise de 1873 n’a pas arrêté le mouvement ; néanmoins pendant sa liquidation, ce nombre a fléchi à 2,048 pour se relever rapidement à 2,500 à la fin de 1882, 2,664 en 1884 ; ce mouvement ne subit même pas un temps d’arrêt comme en 1873, pendant la liquidation de la crise ; il continue, et nous comptons 3,120 banques en 1888.

217L’accroissement est de plus d’un tiers sur 1876 ; mais il est loin d’en être ainsi pour le capital, qui de 504 ne s’est élevé qu’à 588 millions de dollars, soit de 16 p. 100 seulement. Ce sont donc les petites banques qui viennent grossir le nombre chaque année dans les nouveaux centres de population.

Notes

1 Voir le tableau des crises.

2 De 1776 à 1780, l’émission de cette monnaie de papier s’était élevée à 359 millions de dollars.

3 La cause de la crise, selon le comité du Sénat, ce fut l’abus du banking system, du grand nombre de banques et de leur mauvaise gestion, de leur spéculation pour faire monter les actions et distribuer des dividendes usuraires. Quand la Banque des États-Unis vit le danger qui la menaçait, elle réduisit ses escomptes et la circulation. La circulation des country banks tomba de 5 millions à 1 300 000, la circulation totale de 10 à 3 millions.

Image 3.jpg

4 Voir crise 1837-1839 en Angleterre et en France.

5 On l’a revue de nos jours dans l’affaire des métaux et du Comptoir d’escompte.

6 Nous ne possédons pas les chiffres extrêmes, maxima et minima.

7 Voir le tableau des bilans des Banques des États-Unis.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter