Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Deuxième partie. Historique des crises

I — Banque d’Angleterre

Texte intégral

Crise de 1696

1La Banque d’Angleterre avait à peine commencé ses opérations en présence d’une circulation métallique très dépréciée que le gouvernement voulut rétablir la monnaie à son véritable titre.

2Le moindre prétexte donne naissance à la spéculation ; ce prétexte varie à chaque crise ; en 1694, c’était la dépréciation de la monnaie par la contrefaçon et l’usure des espèces. Le prix de la guinée de 21 shellings, valeur normale, s’était élevé à 30 ; par acte du parlement on abaisse le prix à 28 shellings. La Banque, forcée de rembourser d’après ce nouveau tarif, suspend ses payements. Il ne pouvait pas en être autrement, surtout en présence du mouvement d’affaires que la dépréciation des espèces, comme la dépréciation du papier, avait surexcité en amenant de grandes variations dans les prix. La cause ou le prétexte peuvent varier, les résultats sont toujours les mêmes.

3Moins prévoyante que celle de Venise, la Banque n’avait pris aucune mesure pour s’assurer de la valeur des monnaies quant au poids et au titre. Recevant de la monnaie dépréciée et obligée de payer au pair, elle devait inévitablement être réduite à cette suspension de ses payements. Une coalition des intérêts froissés par son privilège s’organisa et, le 5 mai 1696, on présenta au remboursement 30,000 livres en billets. La Banque ne put en opérer le remboursement et dut suspendre le payement des billets. Pour rétablir son crédit, on doubla son capital ; puis en acceptant les billets dépréciés comme argent comptant dans les versements de sa nouvelle souscription, on les fit remonter peu à peu au pair.

Crise de 1708

4À la nouvelle d’une invasion de l’Écosse par la France pour soutenir le Prétendant, on se précipite sur la Banque en demandant le remboursement des billets. Des sommes considérables furent offertes par les ducs de Malborough, de Newcastle, de Sommerset ; un appel de 20 p. 100 fut fait aux actionnaires et la panique s’évanouit.

5En 1709, pour lutter contre de nouveaux embarras, le Parlement permet à la Banque de doubler son capital ; comme toujours aussi, en consentant une avance au gouvernement, son privilège sera prolongé de 21 ans. Déjà on savait se servir dans ces opérations de la souscription publique ; ouverte à 9 heures, à 1 heure toute la somme était souscrite et les demandes étaient telles qu’on eût facilement souscrit un million de plus.

6Dans cet ébranlement du commerce nous signalerons les désastres du stock exchange dont les cours furent très déprimés, les fonds publics baissèrent de 14 à 15 p. 100.

Crise de 1714

7Le privilège de la Banque avait été renouvelé en 1713 jusqu’en 1742, en l’obligeant à mettre en circulation pour 2 500 000 livres en bons de l’Échiquier et un nouvel appel de fonds aux actionnaires fut autorisé ; les emprunts du gouvernement sous cette forme sont un des signes du temps.

8L’année suivante (1714) la santé affaiblie de la reine Anne et sa mort déterminent une panique ; le bureau des remboursements est un moment envahi, mais le traité d’Utrecht avait relevé le moral ; la confiance ne tarde pas à suivre.

Crise de 1720

9Les guerres des dernières années du règne de Louis XIV avaient épuisé les deux nations. En Angleterre et en France on chercha à alléger les charges de l’impôt par des recours au crédit.

10La dette flottante de l’Angleterre, énorme pour l’époque, s’élevait à 30 millions de livres. On propose à une compagnie de se charger du service des intérêts moyennant le privilège exclusif du commerce avec les mers du sud ; telle fut l’origine de la célèbre Compagnie.

11Pour établir son système, il suffit à Law de se rappeler l’engouement du public en Angleterre, et il eut le même succès en France. En 1717, le gouvernement anglais désire entreprendre l’unification de la dette en opérant une conversion générale. Alors s’établit cette fameuse lutte de la Banque et de la Compagnie des mers du sud, toutes deux faisant à l’envi des offres de plus en plus avantageuses pour obtenir l’adjudication de cette immense opération. Dans les deux camps l’excitation était extrême, la spéculation au dehors ne tarda pas d’y prendre part. Le prix des actions des deux compagnies s’élève en proportion des chances que l’on suppute. Enfin les offres de la Compagnie des mers du sud furent acceptées moyennant une prime de 7 500 000 livres offerte à l’État. Aussitôt ce fait connu, la spéculation s’enflamme et enfante les projets les plus extravagants ; elle s’empare de toutes les valeurs. Les actions de la Compagnie des mers du sud, de 120 livres, s’élèvent à 890 et à 1 000 livres ; le luxe suit et devance les bénéfices de l’avenir.

12On prend, selon l’expression du jour, des South sea houses, des South sea maids, des South sea coaches, des South sea Country houses, des South sea jewels. On enfante les projets les plus extravagants ; on promet à celui qui dépose 2 shellings qu’il en recevra 100 par an. L’auteur du projet disparaît après avoir palpé 2 000 livres sterling. Un versement de 1 shelling suffit pour souscrire une action de 1 000. Tous les rangs se pressent à la Bourse. On souscrit tout sans examiner. Le Royal exchange et le London assurance datent de cette époque.

13Dans cette fièvre de spéculation, toutes les compagnies demandaient la faveur d’une charte, en promettant de solder 600 000 livres, arrérages de la liste civile. Mais bientôt, dès que le mouvement s’arrête, dès que l’on parle de quelques restrictions, la crise éclate. La Compagnie des mers du sud liquide avec des pertes énormes ; la Banque refuse de lui prêter son concours et on ne lui rembourse que 33 p. 100 de la somme de 11 millions qui lui était due pour avances sur fonds publics.

Crise de 1745

14La Banque d’Angleterre avait résisté à l’ébranlement de 1720 ; pour aider à la liquidation, elle fut autorisée en 1722 à augmenter son capital ; puis successivement, en 1727 et 1728, de nouvelles avances à l’État, malgré quelques remboursements partiels, vinrent encore s’y ajouter et le grossir. En 1742, on renouvelle son privilège jusqu’en 1764, grâce à une nouvelle avance au gouvernement de 1 600 000 livres sans intérêt. La dette de l’État à la Banque fut ainsi portée à 10 700 000 livres.

15En 1745, l’expédition de Charles-Édouard produit une panique. Il débarque accompagné de ses dévoués compagnons et jette le trouble partout. Sa marche ne fut qu’un triomphe en Écosse : Manchester fut pris par un sergent, un tambour et une fille. L’inquiétude devient générale, tout le monde se prépare à partir et à fuir. La foule se précipite sur la Banque ; les fonds tombent à 49 shellings. Le Prétendant garantit la dette, mais on se méfie de ses promesses, en souvenir de Charles Ier, qui saisit le numéraire à la Monnaie, et de son fils, qui ferma l’Échiquier. Les directeurs usèrent d’un stratagème, en opérant le remboursement des billets à des commis qui ne permettaient pas au public d’approcher des guichets et rapportaient le numéraire au caissier en sortant par une autre porte. Le commerce, pour ne pas interrompre les transactions, décida que l’on recevrait les banknotes en payement. Le Prétendant recula ; aussitôt le remboursement des billets reprit son cours.

Crise de 1763

16En 1746, pour porter secours à l’électeur de Hanovre attaqué par la France, on ouvre une souscription publique pour laquelle on montre peu d’empressement. Le ministère dut réclamer de nouveau l’assistance de la Banque ; elle avança un million de livres sterling à 4 p. 100, et son capital fut porté à 11 706 000 livres.

17Le prix de l’escompte qui depuis sa fondation variait de 4 et demi à 6 p. 100 était enfin tombé à 4 p. 100. L’intérêt de la dette publique avait suivi le même mouvement : de 4, il avait été successivement réduit à 3 et demi et 3 p. 100. La Banque, qui jusqu’ici n’avait émis que des notes de 20 livres, commença, en 1749, à en émettre de 15 livres et de 10 livres.

18En présence de la prospérité générale et des facilités du crédit, le gouvernement, en 1750, songe à une nouvelle réduction de la dette. La Banque prête son concours et ouvre une souscription publique ; le total du remboursement ne dépassa pas 1 190 041 livres sterlings. On donna en échange des bons de l’Échiquier.

19Le commerce et les affaires, soutenus par le crédit et les circonstances favorables, se développent ; bientôt la spéculation entraîne le public dans toutes les extravagances qui forment son cortège ordinaire.

20La guerre de sept ans avait encouragé de grandes spéculations à terme ; la conclusion de la paix (1763) fit tout échouer ; de là des faillites nombreuses et un stock énorme de ventes forcées au comptant, non seulement en Angleterre, mais sur le continent, à Hambourg, à Amsterdam. L’escompte sur ces deux places s’éleva de 3 à 7 p. 100 et le crédit s’évanouit à ce point qu’on ne traitait plus que des affaires au comptant.

21Quelques banquiers d’abord, puis quelques banques suspendent : les maisons Heale dans Threadneedle street, Colebrook correspondant de l’Ayr Bank : enfin cette dernière, depuis longtemps compromise, précipite en succombant les faillites en Écosse et en Angleterre. La Cité était dans la consternation ; depuis la crise de 1720, on n’avait pas souvenir d’une pareille banqueroute générale. Le développement des affaires, la spéculation aidant, s’était étendu dans toute l’Europe, l’ébranlement se communiquant de place en place devint général. Le continent en éprouva une secousse qui se fit surtout sentir en Hollande. Dans ces circonstances critiques, alors que l’on croyait tout perdu, la Banque d’Angleterre accorda au commerce un secours de 1 million de livres.

22On peut estimer à 10 millions de livres les pertes de la spéculation dans le commerce et dans les fonds publics. Ce fut alors que les banquiers et les banques privées, en présence des dangers de l’émission des billets payables à vue et au porteur, changèrent de conduite et, abandonnant cette méthode, adoptèrent l’usage des crédits ouverts confondus avec les dépôts en comptes courants dont on pouvait disposer à l’aide des chèques, les compensations devant se faire par virements. Le Clearing House date de cette époque (1775). Heureusement la Banque ne s’aperçut pas que l’on empiétait sur son privilège d’une manière détournée, et, quand elle le reconnut, il était trop tard, on ne voulut pas l’étendre jusque-là.

23La crise fut surtout commerciale et suivie d’une prostration complète à la suite d’une trop grande extension du crédit.

24En 1764, à son expiration, la charte fut renouvelée jusqu’en 1786. La Banque avançait à l’État 1 million de livres, garanti par des bons de l’Échiquier et, en outre, donnait, sans mention d’intérêt et de capital, une somme de 110 000 livres ; c’était un véritable pot-de-vin.

Crise de 1772

25Après la liquidation de la dernière crise, se développe dans l’Angleterre, jusque-là en retard, le grand mouvement industriel qui devait la placer à la tête des nations commerçantes.

26On cherche surtout à faciliter les moyens de transport ; et de même qu’à notre époque on s’efforce d’atteindre ce but à l’aide de moyens perfectionnés par les chemins de fer et les bateaux à vapeur, alors on essayait d’y arriver par les canaux et l’amélioration des voies fluviales. La production s’empresse de profiter des nouveaux débouchés ; bientôt, avec la machine à vapeur de Watt et le métier à filer d’Arkwgriht, le commerce et les échanges prennent un essor inconnu jusque-là et dont Adam Smith vient peu après indiquer les lois.

27Les moyens de circulation n’étaient plus en rapport avec l’étendue et la rapidité des échanges et le billet de banque ne circulait pas en dehors de Londres. L’Écosse seule, depuis longtemps, avait une circulation en papier ; à son exemple et à défaut d’une bonne circulation financière, on en fit une mauvaise pour répondre à des besoins urgents. Une foule de petits détaillants, épiciers, tailleurs, émirent des billets payables à vue et au porteur. Burke déclarait que, tandis qu’en 1750 il n’y avait pas 12 banquiers en dehors de Londres, en 1793 leur nombre s’élevait à 400. Les crises de 1772 et de 1783 ne purent que retarder et suspendre un peu le mouvement qui continua d’une manière pour ainsi dire irrésistible.

28Après deux années d’une activité commerciale extravagante (1770-71), il y eut une panique effroyable que la Banque essaya de calmer sans y parvenir. Les faillites se multipliaient partout, partout il fallait liquider ; la banqueroute fut générale, dans tous les pays où les transactions avaient déjà une certaine importance avec l’Europe. Chaque suspension avait un caractère particulier ; en Hollande, aux spéculations du commerce se joignaient les spéculations sur les fonds publics.

Crise de 1783

29Le développement des affaires, après une courte suspension, avait repris son cours ordinaire. En 1781, on renouvelle la charte de la Banque, jusqu’en 1812 ; selon l’usage, elle paye cette faveur par un prêt de 2 000 000 de livres à 3 p. 100, pour trois années.

30Après la guerre d’Amérique (1782), il y eut une grande prospérité dans le monde. On crut à une paix perpétuelle ; on espérait que l’humanité, entrée dans une voie nouvelle, allait voir se développer devant elle les horizons d’un progrès indéfini ; le commerce avec l’étranger, gêné jusqu’ici, reçut une impulsion prodigieuse. De nouveaux et immenses marchés, ouverts à son activité, l’entraînèrent dans les excès les plus extravagants, favorisés surtout par les folles émissions des banques. La grandeur même du marché fit perdre toute mesure aux plus prudents.

31De 1780 à 1782, la Banque avait étendu ses émissions de 6 000 000 à 9 600 000 livres. Alarmée elle essaya alors de les réduire jusqu’à 5 900 000 livres, en décembre 1782, et une crise inquiétante se déclara. Elle espérait qu’en diminuant la circulation, les payements des exportations en espèces ramèneraient le numéraire plus vite qu’il n’était parti, de manière à rétablir les changes en faveur de l’Angleterre.

32Le mois de mai se passa au milieu des plus grands embarras ; voyant sa réserve métallique baisser sans cesse et déjà réduite à 475 000 livres, elle prit peur, refusa toute avance au gouvernement et se montra très sévère pour l’escompte. Sous l’influence de ces mesures, dès la fin d’octobre, le numéraire commençant à revenir de l’étranger, la liquidation des positions embarrassées permit aux changes de s’améliorer et de tourner en faveur de l’Angleterre. On avait suivi les conseils de M. Bosanquet qui recommandait de diminuer la circulation et par suite les escomptes, quand le numéraire s’écoule, et de l’étendre aussitôt que le niveau de la réserve métallique reste stationnaire et commence à monter ; le succès ne s’était pas fait attendre.

33Sans boussole, comment régler l’émission des billets sur les besoins de la place ? La Banque avait essayé de manier cet instrument si délicat d’après les cours des changes : la suspendant quand ils étaient contraires, l’augmentant dès qu’ils étaient favorables. Mais ces changements s’opéraient-ils au moment opportun sous l’initiative seule de la Banque, et non pas sous l’influence des demandes du public d’après le taux de l’escompte ?

Crise de 1793

Bilan de la banque

Bilan de la banque

34Pendant la liquidation de la crise précédente, la circulation des billets s’était abaissée de 9 millions à 6 millions de livres, en 1784 ; à la veille de la crise de 1793, elle s’était relevée à 12 millions de livres.

35La réserve métallique s’était aussi rapidement reconstituée, se relevant à 8 600 000 livres en 1789, puis s’abaissant à 4 millions en 1793.

36Le portefeuille (escomptes) était à son chiffre minimum (1 800 000 livres) quand la réserve métallique était à son chiffre maximum, et en 1793 touchait son point le plus élevé 6 400 000 livres, alors que la réserve métallique était déprimée à 4 millions de livres.

37La multiplication rapide des banques locales, l’extension des affaires, avaient réclamé et absorbé l’accroissement de la circulation (12 millions de livres), somme déjà énorme pour l’époque.

38Quant à la réserve métallique, aussitôt son chiffre maximum atteint en 1789, pendant la liquidation de la crise précédente, elle n’a pas tardé à s’abaisser jusqu’à 4 millions de livres sous l’influence des changes défavorables.

39Comme toujours, on a recours à la Banque d’Angleterre quand la spéculation, ne pouvant plus vendre les marchandises achetées en vue de la hausse, essaye de gagner du temps, à l’aide de l’escompte et de les remplacer en livrant des espèces.

40Le traité de commerce, conclu par Pitt avec la France en 1786, l’avait entraînée à la suite de l’Angleterre en supprimant toutes les entraves du commerce et de la navigation (le traité de 1861 ne nous a pas rendu les franchises stipulées alors en faveur des deux nations) et aussitôt les affaires se développèrent.

Développement du commerce de 1782 à 1792

Développement du commerce de 1782 à 1792

41En dix ans le commerce avait doublé ; un développement aussi rapide devait faire craindre des embarras, suivis d’une liquidation difficile. La moyenne des faillites qui, pendant les dix premiers mois de 1792, ne dépassaient pas 56, s’éleva tout à coup, en novembre, à 105. La déclaration de guerre en 1793 ne fit que précipiter la crise. Des 400 banques de province qui existaient alors, 300 furent très ébranlées, et 100 suspendirent leurs payements. Chaque ville, chaque village presque avait une banque ; aussi la panique se répandit-elle partout. Naturellement on eut recours à la Banque centrale ; mais, effrayée des demandes, elle réduisit sa circulation. Les banqueroutes se multipliant avec une effrayante rapidité, le gouvernement l’engage à venir en aide au commerce, elle refuse. La circulation des billets était déjà réduite de 9 600 000 à 5 994 000 livres. À aucune époque on ne s’était montré aussi sévère pour les escomptes. Au moment où elle adopta ces mesures, la banqueroute générale paraissait imminente. Plusieurs directeurs des banques d’Écosse vinrent réclamer du secours, affirmant que la position n’était plus tenable et que, faute de crédit, les meilleures maisons allaient succomber. Partout on refusait l’escompte dans la crainte de voir les banknotes se présenter au remboursement. On appelait un prompt remède. La ruine de plusieurs grandes maisons avait ébranlé les autres ; tout moyen de circulation manquait, et si l’on ne pouvait y suppléer, une suspension générale était inévitable.

42Sir Francis Baring déclarait que d’après l’état des cours du change il était impossible d’exporter des guinées à Hambourg et à Amsterdam, mais il était de notoriété publique que l’or et l’argent arrivaient par grosses sommes de France, par suite de l’émission et de la dépréciation des assignats. Dans ces circonstances, la suppression des escomptes par les directeurs de la Banque montrait qu’ils ne se rendaient pas compte de la situation et ne prévoyaient pas le retour des métaux précieux.

43On se rappelle alors l’heureuse influence des bons de l’Échiquier en 1697 et on propose une émission semblable pour venir en aide au commerce. La somme fut fixée à 5 millions de livres, divisée par fractions de 100, 50 et 20 livres. Quand l’opération fut terminée, on reconnut que les liquidations forcées et l’espoir seul de trouver du secours à l’occasion avaient empêché qu’on en fît la demande. Le nombre des prêts ne dépassa pas 138 et la somme 2 202 000 livres. Le reflux de l’or continuait toujours, à ce point que, pendant les derniers mois de 1793, on obtenait à peine 4 p. 100 de son argent.

44Dans les deux cas, en 1697 et en 1792, les faillites des banques locales et des banquiers furent si nombreuses que, tout moyen de circulation manquant, il eût fallu à tout prix en créer un nouveau, si les transactions avaient continué ; tout était alors suspendu et on n’opérait plus qu’au comptant, le crédit ayant disparu.

45Ce fut la première crise des temps modernes, causée surtout par un excès d’émission du papier ; en dehors de tout autre accident, de 6 millions en 1784, la circulation des billets s’était élevée à 21 millions en 1792.

46Tooke rappelle le déficit de la récolte de 1789 en France, mais cet accident, souvent funeste, n’arrêta pas le mouvement qui se poursuivit jusqu’à l’automne de 1792. La période prospère tire à sa fin, la confiance diminue, les embarras commencent et la guerre brusquement déclarée par la France en 1793 vient tout arrêter. La rupture des relations diplomatiques était prévue et ne fut pas la cause du discrédit.

47Quant à l’origine et aux causes de la crise, comme toujours on était divisé. Les uns accusaient l’excès du papier-monnaie, les autres l’agitation causée par la déclaration de guerre. Pour découvrir la vérité, il suffit d’observer froidement les faits et l’on constate que la baisse du change et l’exportation des espèces avaient paru douze mois avant les hostilités.

48Elles aggravèrent la situation qui était mauvaise, par suite de l’extension du système de crédit et de papier de circulation dans le monde entier. Les faillites avaient apparu dès l’automne de 1792 ; les consolidés étaient cependant encore cotés 90. La baisse de prix ne vint pas de la guerre, mais de la liquidation des grandes spéculations entreprises dans les deux ou trois années précédentes par suite de la révolution de Saint-Domingue et du manque de produits coloniaux.

49Le crédit une fois ébranlé, les faillites éclatent sur tous les points. La panique est partout ; trois cents banques sont aux abois et cent suspendent leurs payements.

50Au milieu de ces embarras, la Banque diminue ses émissions, restreint ses escomptes et finit par refuser tout secours au commerce. C’est alors que le Parlement intervient. Pour aider le commerce il autorise une circulation supplémentaire, comme on y avait déjà eu recours, au moment où la circulation fiduciaire ne suffit plus ; la plupart des demandes furent soulagées par l’espoir seul de trouver du secours, c’est ce que nous observerons encore en 1847 et en 1857. La perspective de trouver un appui produisit un effet magique. Dans les derniers mois de 1793 et dans les deux années qui suivirent, la monnaie était devenue abondante comme pendant la paix ; le taux de l’intérêt était tombé à 4 p. 100.

51La liquidation de la crise, comme toujours accompagnée de faillites, ralentit les affaires, diminua la circulation du papier et permit au numéraire de revenir ; mais les besoins de la guerre ne tardèrent pas à le faire disparaître de nouveau.

Crise de 1797

52La liquidation terminée, la période prospère reprend son cours et se développe jusqu’en 1795. La mauvaise récolte de cette dernière année porta le premier coup au commerce ; les emprunts du gouvernement achevèrent de lui enlever la plus grande partie de ses ressources. Au lieu de s’adresser aux grandes maisons en état de remplir leurs engagements, l’État passe des traités avec des hommes qui, impuissants pour les exécuter, sont forcés d’avoir recours aux opérations sur les places étrangères, ce qui trouble les changes. Pitt, dans les trois dernières années, avait déjà ainsi prélevé 30 millions envoyés au dehors. Ces énormes remises produisirent leur effet inévitable en rendant les changes défavorables ; l’or s’écoulait sans cesse au moment où le Trésor et le commerce adressaient à la Banque des demandes de plus en plus pressantes. On refuse au chancelier de l’Échiquier tout prêt qui dépasse 500 000 livres ; il ne tient aucun compte de ce refus. Les changes baissaient toujours en présence de la prime de plus en plus avantageuse sur l’or. Tout indiquait donc aux directeurs, comme en 1783, l’utilité de restreindre leur circulation ; bien loin de là, ils l’étendirent largement. D’août 1794 à février 1795, la circulation s’était élevée de 10 à 14 millions, surtout à cause des payements au Trésor.

53Toutes ces causes réunies commencèrent à produire leur effet vers la fin de 1795. Les pertes de la réserve métallique se succédaient avec une rapidité alarmante. Pitt de son côté renouvelait sans cesse, malgré des refus inutiles, ses emprunts à la Banque pour solder les armées étrangères. Malgré l’opinion, répandue en France, de l’épuisement complet des ressources de la Grande-Bretagne, il n’hésite pas à demander un emprunt de 18 millions de livres sterling (450 millions de francs). Chaque soumission de 100 livres devait recevoir 112 livres en 5 p. 100 non remboursable avant trois ans. L’empressement à souscrire fut sans exemple.

  • 1 Emprunt ouvert par Pitt, le 1er décembre 1796, de 18 millions de livres sterling par souscription p (...)

54Le premier jour la Banque souscrit pour un million, chaque directeur pour 4 000 livres sterling, en tout 5 millions ; le deuxième jour, 12 millions. Le quatrième jour, l’affluence était telle qu’on n’ouvrit pas les portes ; les demandes de la province étaient si nombreuses que tout le reste de cet énorme emprunt (450 millions de francs environ) fut souscrit en quinze heures. On le désigne sous le nom de Loyalty Loan1.

55De 1794 à 1795, sous l’influence de la guerre, de la disette et des emprunts de Pitt, les changes étrangers baissent à ce point qu’il est profitable d’exporter de l’or. Baring faisait remarquer qu’en janvier 1796 le change sur Hambourg était si défavorable que la perte s’élevait à 7 £. 10d p. 100, en février à 6 £. 10d et en mars à 8 £. 7d.

56Le terrible hiver de 1794-95 élève le prix du blé de 47 à 77 shellings, au moment même où les dépenses du gouvernement pour soutenir la guerre à l’étranger épuisaient le Trésor public ; en trois ans on dépensait ainsi 37 millions de livres dont voici la répartition :

Dépenses du gouvernement

Dépenses du gouvernement

57Deux accidents, le terrible hiver de 1797 et la mauvaise récolte (le prix du blé s’élève de 55 shellings à 108 shellings, janvier et août), précipitent la crise, car les embarras du Trésor étaient déjà bien grands. Pitt faisait passer un bill pour emprunter sans limites à la Banque sur dépôt de bons du Trésor. En trois ans, de 1793 à 1795, il avait déjà dépensé 22 millions de livres sur le continent pour continuer la guerre. De pareilles remises n’avaient pu se faire sans rendre le change contraire. L’exportation des espèces avait commencé en septembre 1795 ; durant les trois premiers mois de 1796 le change devient très défavorable ; la Banque en restreignant l’émission de ses billets le rend un peu meilleur, néanmoins le niveau des espèces métalliques baissait toujours, tant les demandes du public étaient nombreuses.

58De 1794 à 1795, sous l’influence des guerres et des emprunts de Pitt, les changes étrangers sont toujours en baisse, de sorte qu’il est toujours profitable d’exporter de l’or.

59Enfin en 1797, du 21 au 25 février, on se précipite sur la Banque ; sa réserve est réduite à 2 086 000 livres.

60Les faillites des banques locales, en 1793, avaient supprimé la moitié au moins de la circulation du papier ; les besoins du commerce firent donc sortir de la Banque une grande quantité de guinées, puisque la circulation des billets faisait défaut. Il résulte de l’examen des bilans de la Banque que la sévérité dont elle usa pour restreindre sa circulation contribua pour une forte part à faire sortir les espèces indispensables aux échanges et que le papier ne remplaçait plus.

61Au début de 1797, la dette du gouvernement s’élevait à 7 millions et Pitt demandait encore des avances ; enfin la crise éclate.

62Le 3 p. 100 tombe à 51 livres ; pour se procurer des ressources, la Banque vend des fonds publics avec des sacrifices énormes. Pour réduire sa circulation de billets de 10 millions à 8 millions de livres, soit de 2 millions de livres, elle avait dû rejeter ou refuser la plupart des bordereaux d’escompte ; le moment fatal était arrivé, il fallait suspendre les remboursements.

63La spéculation ayant été forcée de liquider, le soulagement fut immédiat, l’idée subite que la circulation du papier serait étendue diminua tout à coup les recours à la Banque. On lui demandait des espèces puisqu’elle refusait des billets ; dès qu’on fut convaincu qu’on pourrait en avoir, on cessa d’en demander. Pour faire descendre ces billets dans toutes les couches de la population et accroître la circulation, des notes de 2 et de 1 livre furent émises.

64Le change sur Hambourg, au moment de la suspension des payements, était côté 35,10 ; en décembre il s’éleva à 38,5, c’est-à-dire de 13 p. 100 au-dessus du pair. Cet état singulier persiste pendant toute l’année 1798. En mars 1799, le change baissa à 37,7, ce qui indiquait déjà le prochain retour de l’or ; en effet, l’encaisse s’était relevée de 1 086 000 à 7 millions de livres. En présence de ce reflux des espèces, les directeurs voulaient reprendre les payements. Le comité du Parlement proposait en novembre de les autoriser à rembourser 1/6 en numéraire aux dépôts en comptes courants, le ministère, toujours en instance pour de nouveaux emprunts, s’y opposa. Cette proposition, ainsi que celle de William Pulteney, qui déjà invoquait les avantages de la liberté des banques, fut rejetée.

65Au moment de la suspension des payements, on s’attendait à voir une grande dépréciation des billets ; mais la résolution prise par les marchands de soutenir le crédit du gouvernement et de recevoir les notes au pair, la prudence des directeurs de la Banque dans l’émission du papier, éloignèrent toute crainte et le firent circuler sans perte.

66Cependant, quoique la Banque eût augmenté l’émission des billets, les cours du change étaient devenus favorables ; au 30 mai il était déjà avantageux d’importer de l’or.

Bilans de la Banque d’Angleterre

Bilans de la Banque d’Angleterre

67Le rapprochement de ces deux bilans à dix-huit mois d’intervalle rend bien compte de la situation. Les escomptes et les avances n’ont pas varié, ils ont plutôt fléchi sur les valeurs publiques ; trois autres articles offrent de plus grands changements, la circulation des billets, la réserve métallique et les dépôts. — L’émission ne s’est accrue que de 3 millions pendant que le niveau de l’encaisse s’élevait de 5 millions et les dépôts de 4. — Ainsi, comme toujours après les crises, le reflux des espèces métalliques s’était manifesté avec une telle intensité sous l’influence des changes favorables que l’on aurait pu reprendre les payements en espèces, si les immenses dépenses de la guerre et les besoins sans cesse renaissants du Trésor ne s’y étaient opposés.

68Avant la crise il y avait eu deux sortes de dépenses : celles motivées par les besoins du matériel de la guerre et celles qu’entraînait l’achat du grain par suite des mauvaises récoltes.

69Tooke, dans un excellent résumé, énumère les sommes énormes qu’il fallut payer à l’étranger ; aussi ne comprend-on pas sa conclusion quand il déclare qu’on aurait pu se dispenser de suspendre les payements, puisqu’en 1825 comme en 1767 on avait pu faire face à l’orage avec un million de livres sterling. Toute la question est de savoir si avec une encaisse ainsi réduite on eût fait face à l’orage. En 1797, les besoins pour l’étranger étaient tels que la Banque n’aurait pu défendre ses réserves, qui automatiquement se reconstituaient quand les cours des changes le permettaient, mais qui auraient disparu de même, si la suspension des payements n’avait été là pour les sauvegarder en présence des changes contraires.

70En août 1798 on avait déjà franchi le moment le plus aigu de la crise, on entrait dans la période de liquidation quand la déplorable récolte de 1799 en élevant le prix du blé de 94 à 134 shellings apporta un nouveau trouble profond dans la circulation métallique ; une énorme importation de blé déprima les changes.

71Le prix de l’or qui, en mai 1797, était de 3,17 livres sterling, s’éleva à 4 livres en décembre 1799, et l’année suivante à 5 livres sterling. La récolte de 1800 fut encore plus mauvaise et, malgré toutes les mesures prises pour s’en procurer, le prix du blé s’éleva à 156 shellings.

72En 1801, au plus fort de la disette, le Parlement garantit 100 shellings par quarter à ceux qui importeront du blé ; l’insuffisance de la récolte ne tarde pas à faire dépasser ce prix.

73En présence de pareils besoins, le billet de banque ne pouvait plus suffire à solder les importations des céréales ; il ne fallait pas songer à une vente de produits, il y avait urgence, et l’or seul pouvait faciliter les échanges que l’alimentation publique réclamait. Ce n’était plus une crise commerciale, c’était une disette qui venait s’ajouter à une guerre et aggraver tous les embarras du moment.

74Au début de la suspension des payements, alors que l’émission était restreinte, les billets avaient pu circuler au pair, d’autant plus que la crise se liquidait ; mais la liquidation faite, dès 1800, on s’aperçut que l’excès d’émission du papier, comme la dépréciation des monnaies, peut faire monter le prix de l’or au-dessus du tarif de la Monnaie et du prix de transmission du métal d’un pays à un autre, grande et immense découverte méconnue alors et qui commence à peine à pénétrer dans le public aujourd’hui. Simultanément avec la baisse des changes, les prix des marchandises montent si haut que le commerce d’exportation n’est plus possible.

75Insistant sur les variations de prix, Tooke observe qu’ils étaient aussi bas en 1795 qu’avant 1793 ; n’oublions pas qu’à cette époque on était déjà en pleine crise ; ils s’élèvent ensuite à des hauteurs inconnues jusque-là, par suite du déficit résultant des deux mauvaises récoltes de 1799 et de 1800 et de la gêne des importations.

76À partir de 1795, la hausse des prix des divers produits suivit l’élévation du prix de l’or et la baisse des changes. La cause permanente est ici bien visible, mais on notera qu’à chaque crise commerciale, au moment où elle éclate, les prix ont déjà touché le chiffre maximum de la période, ce qui ralentit, arrête même les échanges ; on va entrer dans la période de liquidation, c’est-à-dire dans la période de baisse des prix.

77En 1696, on reconnaissait déjà que dans les crises c’était le mauvais état du monnayage qui produisait l’élévation du prix des lingots et la baisse des changes étrangers ; la refonte de la monnaie au pair rétablit l’équilibre. On distinguait très bien la valeur courante et la valeur nominale du papier, ce qu’on appelait l’escompte. Il ne venait à l’idée de personne de dire que le métal avait haussé de prix parce qu’il fallait donner une plus grande somme de billets pour en acquérir la même quantité. On ne prétendait pas non plus que le métal eût une plus grande valeur sous forme de monnaie que sous forme de lingots, même en tenant compte des frais du monnayage. On repoussait ces opinions qui, alors comme aujourd’hui, étaient reçues dans le public, et on avait déjà remarqué que les cours des changes, tant qu’on peut se procurer des métaux précieux, ne peuvent pas dépasser les prix de la transmission du métal d’une place sur une autre.

78Avec des cours du change si contraires, les faillites se multiplièrent et l’escompte atteignit 15 p. 100 à Hambourg. Les lois, en Angleterre, s’opposant à toute élévation au-dessus du taux légal, on était privé de tout moyen de lutter pour rendre les changes favorables ; avec Hambourg le change tomba à 14 p. 100 au-dessous du pair, quoique les frais de transmission n’eussent pas dépassé 7 p. 100. Le prix de l’or en banknotes se maintenait toujours à 4 livres 6 shellings.

79Ce fut alors que l’on s’aperçut que si l’altération des monnaies produit une hausse de prix des lingots au-dessus du prix de l’Hôtel des Monnaies et une baisse des changes étrangers ; avec une circulation en papier non remboursable représentant seulement une circulation métallique, si le prix des lingots (estimé en papier) excède celui de la Monnaie et si le change baisse au-dessous des frais de transmission, cette différence, qui ne devrait pas dépasser les frais de transport des lingots d’une place sur une autre, résulte de la dépréciation du papier en circulation. Law paraît avoir entrevu cette grande et importante vérité, mais c’est surtout à Boyd, Henri Thornton et lord King que nous sommes redevables de cette constatation.

80Nous trouvons déjà dans le passé un exemple de l’influence de l’émission du papier sur les changes à l’époque de la grande crise monétaire de 1696 à 1697. Peu de temps après l’établissement de la Banque d’Angleterre, l’altération des monnaies et les excès de l’émission du papier se trouvaient réunis et exerçaient leur pernicieuse influence. On émettait alors du papier non seulement pour l’escompte, mais contre toutes valeurs, et surtout pour des avances au gouvernement. Dès qu’on fut engagé dans cette voie, la dépréciation des banknotes ne tarda pas à se faire sentir, elle s’éleva jusqu’à 17 p. 100 au-dessous du pair. Le prix de la guinée atteignit 30 shellings, tout l’argent disparut et le change avec la Hollande baissa de 25 p. 100. On s’ingénia à trouver mille moyens pour rétablir l’équilibre, mais en vain, jusqu’à ce qu’on eût recours au véritable remède : la refonte des monnaies et le retrait de l’excès du papier. Cette dernière opération fut conduite avec une grande sagesse et le plus grand sens. Le Parlement consentit à augmenter le capital de la Banque, à condition qu’une partie de la nouvelle souscription fût faite en banknotes. Il en fut aussi retiré un certain nombre de la circulation, ce qui releva d’autant la valeur de celles qui restaient, et, ainsi que le change, elles remontèrent bientôt au pair.

81Il fut bien démontré que la dépréciation de la circulation, or ou papier, produisait une hausse apparente du prix des lingots et une baisse nominale des changes étrangers. Voilà ce qui, parfaitement compris en 1696, fut toujours nié de 1797 à 1810. Cependant le comité, nommé en 1804 pour étudier la dépréciation de la circulation en Irlande, avait posé les vrais principes, en établissant que le prix des lingots et l’état des changes étrangers devaient être les seuls régulateurs de l’émission des billets par les banques.

82Dès 1800, si l’on éprouvait encore de grands embarras par suite de la disette, du moins la crise commerciale était liquidée et le mouvement de reprise se manifestait déjà.

Crise de 1803

83La suspension des payements de la Banque d’Angleterre (25 février 1797) avait été suivie d’un soulagement immédiat, par l’idée seule que la circulation en papier serait étendue. En une semaine, la Banque augmenta sa circulation de deux millions de livres, en émettant des notes de deux livres et de une livre. La liquidation s’opéra ; dès 1798, le commerce reprenait une certaine activité, malgré un été défavorable et une hausse dans le prix du blé, qui de 61 shellings s’était élevé à 94, pour atteindre 134 shellings en 1800, malgré une terrible crise commerciale survenue à Hambourg en 1799.

84Paix d’Amiens, 27 mars 1802. — L’insuffisance de la récolte se fait sentir jusqu’en 1801, où le blé se vend 156 shellings. Mais la paix d’Amiens vient, en ramenant l’espoir, donner une impulsion favorable aux affaires. La suspension des payements devait cesser six mois après ; par prudence, un bill l’éloigne jusqu’au 1er mars 1803. On était dans l’erreur en prétendant que les changes défavorables et l’exportation de l’or ne permettaient pas de reprendre les payements en espèces.

85C’était le contraire qui était vrai. En faisant rentrer le papier, la hausse factice des prix empêchant l’exportation disparaissait, et le commerce reprenait son cours régulier.

86Après la conclusion de la paix, en 1802, la Banque se déclara prête à reprendre les payements ; le change sur Paris de 23 fr. était remonté à 25 fr. et l’encaisse de la Banque se trouvait déjà en partie reconstituée. M. Addington, chancelier de l’Échiquier, montra une grande ignorance des principes en repoussant cette proposition, parce que les changes étaient encore défavorables. En 1696, on avait conclu tout autrement et l’équilibre s’était de suite rétabli. L’expérience n’avait pas été comprise, l’excès de la circulation avait déterminé une hausse de prix, et cette hausse arrêtait l’exportation des produits. Fox donnait à entendre que la suspension des payements à la Banque pouvait être la cause des changes contraires et citait l’exemple de 1696, en disant qu’un mauvais papier ne valait pas mieux que de l’or dont le titre avait été abaissé. Malgré la défense de cette vérité par lord King à la chambre des Lords, la suspension fut maintenue.

87Parmi toutes les opinions qui s’agitaient alors, la vérité apparaissait quelquefois. Ainsi ce fut le comité pour la Banque d’Irlande qui le premier, en 1804, déclara que le cours du change seul devait régler les émissions du papier.

88Mais le bas prix du blé qui était revenu et la confiance dans l’avenir contre-balancent tout et l’emportent sur les mauvaises influences ; le développement des escomptes en fait foi : de 1800 à 1803, ils s’élèvent de 7 millions de livres sterling à 14 millions seulement pour la Banque d’Angleterre, comme le tableau suivant l’indique.

Banque d’Angleterre

Banque d’Angleterre

89Malheureusement, nous ne possédons qu’un relevé incomplet des opérations de la Banque d’Angleterre, ce qui a causé beaucoup d’embarras pour la suite de ces recherches. Les relevés très nombreux et très détaillés imprimés dans les gros Blue books par ordre du Parlement ne donnent la situation de la Banque qu’à un jour fixe, par exemple, depuis 1778, le 29 février et le 31 août, sans donner le compte rendu annuel. Depuis 1800, on a une moyenne annuelle des escomptes ; enfin, depuis l’Acte de 1844, outre le relevé hebdomadaire publié dans la Gazette, on donne le relevé annuel des escomptes dans un tableau destiné à indiquer la somme des billets escomptés aux divers taux de l’intérêt pendant l’année. Malgré ce que ces documents laissent à désirer, nous y trouvons la confirmation parfaite de tout ce que les relevés annuels de la Banque de France nous avaient appris. Le développement et la dépression des escomptes suivent la même marche.

90La rupture de la paix d’Amiens précipite la crise, la réserve métallique tombe de 6 millions à 3, l’escompte tombe de 14 millions à 11, la circulation seule varie de 1 million. Tooke prétend que depuis 1797 et la suspension des payements de la Banque, le compte courant du Trésor variait de 11 à 12 millions. À la même époque, les avances de la Banque au gouvernement ne dépassaient pas 14 millions, de sorte que la véritable avance n’aurait pas excédé 3 millions. Le maximum des avances n’eut lieu que plus tard, pendant les deux dernières années de la guerre et les cinq premières de la paix. Au même moment, en France, le gouvernement en ne remboursant pas les billets escomptés par la Banque détermine la suspension des payements (1805-1806)

Crise de 1810

91La liquidation de la crise se fit en 1804 sans causer de grands désastres ; l’escompte tomba à 9 millions, la circulation à 16 ; la réserve métallique se releva de suite de 3 à 5 millions.

92Pendant cette liquidation, la dépréciation de la circulation du papier en Irlande attira l’attention du Parlement ; un comité fut nommé, en 1804, pour faire un Rapport sur la situation. La monnaie métallique avait complètement disparu ; pour la remplacer, une foule de personnes, sans crédit et sans capital, émettaient des billets de 6 deniers à 1 shelling. Le change entre Dublin et Londres était tombé très bas, la perte dépassait de beaucoup le prix de la transmission du métal d’une place sur l’autre. Il y avait donc une autre cause qu’un défaut de balance entre deux places, on signala les excès d’émission. Pour la première fois on déclara officiellement que l’émission du papier de Banque devait être réglée par les changes étrangers, en opposition avec la doctrine qui prétendait que dans ces circonstances ce n’était pas la banknote qui avait baissé, mais l’or qui avait haussé de prix.

93Ce fut en 1806 seulement et dans les années suivantes que les plus grands troubles de la circulation se firent sentir. La fermeture des ports du continent, à la suite des décrets de Berlin, fit craindre pour l’approvisionnement des matières premières et enflamma la spéculation.

94Ces décrets (21 novembre 1807), qui établissent le blocus continental pour ruiner le commerce britannique, ainsi le pensait du moins Napoléon, furent suivis de mesures analogues prises par l’Angleterre envers la France, ce qui partout, en raréfiant les matières premières, en éleva les prix. Dans des circonstances aussi favorables, l’esprit de spéculation s’éveille ; les produits de la Russie et de l’Est de l’Europe sont très demandés, et la rupture des relations diplomatiques avec les États-Unis, par suite de la violation du droit des neutres, le porte à son comble.

95Pendant que d’anciens débouchés se ferment, il s’en ouvre de nouveaux. La guerre d’Espagne et de Portugal, en rendant leurs colonies indépendantes, les livre en même temps au commerce anglais, qui se précipite sur les marchés de l’Amérique du sud dont l’ouverture semblait devoir faire naître des demandes sans limites. De 1803 à 1810, malgré tous les obstacles que les licences accordées par Napoléon permettaient cependant de franchir, le commerce prend des développements inouïs :

96Une véritable frénésie s’empare de toute la nation. Partout ce sont des sociétés qui se forment pour exploiter des canaux, des ponts, des assurances, des brasseries, des dentelleries, des joint stock bancks ; on jette les fondations des futurs ponts de Waterloo et du Vauxhall. Partout on organise ce qu’on a toujours vu, ce que nous voyons encore de nos jours, de grandes compagnies pour spéculer sur les actions, établir des marchés à terme ferme et à prime sur des valeurs dont bientôt il ne restera rien.

97Le papier de commerce augmente, passe dans toutes les mains et arrive à la Banque. Le portefeuille, qui était réduit à 12 946 000 livres en 1795, s’éleva à 18 millions de livres en 1809, à 23 millions de livres en 1810.

98L’Angleterre se couvre de country banks, comme avant 1793. En 1792, pendant la liquidation qui suivit la crise, elles avaient été réduites à 270, dès 1808 on en comptait déjà 600 et 721 en 1810. En l’absence de toute publication officielle, on suppose qu’elles avaient émis pour 30 millions de billets ; au même moment la Banque d’Angleterre avait une circulation de 24 millions de livres. Si à cette énorme émission de banknotes on ajoute les traites et les billets émis par le commerce pour le règlement de ses opérations, faut-il s’étonner de la hausse des prix et de l’or en particulier ?

99La guerre avait repris avec fureur et, malgré les obstacles de tous genres, les décrets de Berlin, le blocus continental, le commerce britannique s’était lancé de nouveau dans les entreprises et la spéculation, éléments ordinaires de son existence. Un trafic immense s’établit sur les soies et les laines en Italie, en Espagne ; on exporte des masses de produits au Brésil et dans l’Amérique espagnole pour remplacer les débouchés fermés en Europe.

100De 1801 à 1808, sous l’influence du décret de Berlin établissant le blocus continental, le commerce britannique voit ainsi restreindre une partie de ses débouchés. Pour les remplacer il se tourne ailleurs, il s’engage dans de grandes entreprises au dehors et le capital ainsi employé à l’étranger ne tarde pas à provoquer les exportations et la hausse des prix.

101Le marché entraîné sur cette pente se trouve déjà ébranlé par le déficit de la récolte de 1809. Par exception et en dehors de la solidarité des saisons, le blé était bon marché en France, où Napoléon néanmoins n’hésita pas à accorder des licences pour l’exportation des céréales.

102Sous l’influence du blocus continental, les produits agricoles haussent de prix, les baux ne tardent pas à suivre et les spéculations sur la terre en sont la conséquence.

103En 1807-1808 la récolte est médiocre, il est difficile de se pourvoir ailleurs par suite du blocus continental qui s’oppose à l’importation des matières premières, arrête l’industrie et élève tous les prix.

104À l’élévation des prix de toutes les marchandises succède l’élévation des salaires, mais elle n’est pas comparable à la hausse des produits. À l’aide des licences on élude le blocus, comme l’indique le tableau suivant des importations.

105Pendant cet accroissement, l’ouverture du marché du Brésil et de l’Amérique espagnole éveille la spéculation. Cette excitation d’abord heureuse se communique aux autres objets ; de là la création de compagnies et le réveil de l’esprit d’aventures.

106Le haut prix des produits qui en fut la conséquence, de 1807 à 1809, eut lieu sans qu’on puisse accuser l’abus de l’émission de banknotes.

107Nous pouvons suivre chaque année sur les bilans de la Banque d’Angleterre le développement de la crise.

108De 1805 à 1810, la moyenne trimestrielle de la circulation des billets s’élève de 16 millions à 24 ; les escomptes profitant de ces facilités suivent le même mouvement et montent de 9 à 21 millions de livres, la réserve métallique seule, suivant une marche contraire, s’abaisse de 7 millions de livres à 3. — Par les facilités que les banques accordèrent pour l’escompte du papier, on recommence toutes les folies des époques précédentes.

109Le déficit de la récolte, en 1809, élève le prix du blé de 3 à 5 livres (l’impérial quarter). Napoléon accorde même des licences pour exporter du blé qui, n’ayant monté que de 14 francs à 19 francs, était relativement meilleur marché.

110En 1809, les subventions aux puissances étrangères sont telles que, les exportations n’y pouvant suffire, il faut payer en or.

111Ce qui formait une somme totale à payer au dehors de près de 43 millions de livres, plus de 1 milliard de francs.

112Une pareille activité d’affaires et de transactions, engagées sur tous les points du globe, ne pouvait se continuer qu’avec une hausse constante des prix de toutes les marchandises, à laquelle succède l’élévation des salaires, mais cette dernière n’est pas comparable à la hausse des produits.

113À la fin de 1810, le mouvement se ralentit, il y a engorgement, un temps d’arrêt est nécessaire pour se liquider. La Banque, en facilitant les escomptes en 1810, fit hausser le change, le prix de l’or s’éleva à 4.13 shellings l’once, pendant que les prix des marchandises subissaient une grande baisse. Le portefeuille de la Banque, de 23 millions, alors se vide et retombe à 12 millions ; pendant que la circulation des billets ne baisse que de 2 millions, la réserve métallique, réduite à 3 millions, reste immobile, protégée par la suspension des payements.

114Le 11 avril 1811, un bill accorde une avance de 6 millions en bons de l’Échiquier aux marchands embarrassés, c’était une sorte de prêt sur garantie, deux seulement furent nécessaires pour soulager la place.

115Pour satisfaire tous ces besoins, non seulement tout le capital de la nation avait été absorbé, mais on avait dû avoir recours à une circulation fiduciaire dont la somme dépassait tout ce qu’on avait vu jusque-là.

Tableau de la circulation des banknotes de la Banque d’Angleterre et des avances au Trésor depuis 1790

Tableau de la circulation des banknotes de la Banque d’Angleterre et des avances au Trésor depuis 1790

116De 1798 à 1810, la circulation avait doublé.

117Il nous manque le compte courant du Trésor à la Banque ; Tooke prétend que, pendant la suspension des payements, il variait de 12 à 11 millions de livres sterling, alors que les avances ne dépassaient pas les mêmes chiffres ; il n’y aurait pas eu de découvert, mais alors à quoi auraient servi les avances ? Sur les bilans, les deux sommes devaient se balancer à certains moments, puisqu’on ouvrait un crédit qui était porté au compte courant du Trésor, mais le plus souvent ce crédit était complètement absorbé.

118La preuve que tout se passait ainsi, c’est qu’à la fin de 1808 le change tombe et le prix des lingots hausse par suite de l’importation du blé et des remises à l’étranger pour l’entretien des armées.

119Alors Ricardo publie son pamphlet « Du haut prix des lingots et de la dépréciation des banknotes ».

120En 1810, comme aujourd’hui encore, on était convaincu, et cette erreur était partagée par les directeurs de la Banque, qu’il ne pouvait y avoir aucun excès dans l’émission du papier, aussi longtemps que l’escompte des effets du commerce était limité à du papier d’une solidité indubitable, ayant pour origine des transactions commerciales réelles et payables à une échéance courte et déterminée.

121M. Whitmore, un des gouverneurs de la Banque, faisait remarquer qu’on ne fait jamais entrer de force un billet en circulation, qu’aucun banquier ne gardera un stock de billets de banque plus considérable que ne l’exigent ses payements immédiats, puisqu’il peut toujours s’en procurer ; personne ne voudrait payer un intérêt pour un billet dont il n’aurait pas l’emploi. Le seul critérium de l’émission pour M. Whitmore, c’est de n’escompter que le véritable papier de commerce, et cependant il s’empresse d’ajouter que la Banque ne doit pas faire droit à toutes les demandes d’escompte et pousser les émissions au-delà de ce qu’elle croit nécessaire dans l’intérêt public.

122La loi qui limitait alors le taux de l’intérêt à 5 p. 100 exposait la Banque à des demandes plus considérables lorsque le taux du marché était plus élevé ; dans ce cas, elle ne pouvait se défendre que par la réduction des escomptes, contrairement au principe émis plus haut. Voilà quelle était la théorie et voici ce que les faits répondaient :

123En présence d’une pareille émission, le prix de l’or augmente et les changes baissent de la même quantité. Le prix de l’or, de 4 livres par once en 1805, s’élève à 4 livres 13 en 1810 ; le change avec Hambourg tombe de 34 à 28.

124Ému de cette perturbation, le Parlement, sur la demande de M. Horner, convoque un comité pour faire un Rapport sur la situation. Dans cette célèbre enquête, connue sous le nom de Bullion report, on combattit l’opinion alors généralement répandue que ce n’étaient pas les billets qui avaient baissé de valeur, mais bien l’or qui avait haussé de prix. On ne voulait pas admettre que les excès d’émission eussent quelque relation avec les changes étrangers. Le comité déclara, comme celui de 1804, que la baisse des changes était la conséquence des émissions des banques, les billets se trouvant au-dessous du pair.

125Voici le résumé de son travail et de ses conclusions.

126Dès 1800, le Dr Douglas avait indiqué que la hausse du prix de l’or, estimé en billets, au-dessus du prix de l’Hôtel de la Monnaie, était la preuve de la dépréciation de la circulation en papier.

127En même temps que le prix de l’or s’élève, les changes baissent. La discussion s’établit sur les points suivants, admis et reconnus par les deux parties :
1o Que le prix de l’or au tarif de la Monnaie était de 3 £ 17 sh. 10 d. par once ;
2o Que le prix de l’or en lingot sur le marché était de 4 £ 10 sh. ;
3o Que les changes avaient baissé dans une énorme proportion, avec Hambourg de 17 p. 100, avec Paris de 20 p. 100 ;
4o Que l’augmentation de la circulation des banknotes, qui avait été considérable dans les dernières années, continuait toujours ;
5o Que les espèces avaient complètement disparu de la circulation.

128Ces points établis, voici les opinions opposées qui se trouvaient en présence ; d’un côté, on prétendait :
1o Que les billets étaient dépréciés ;
2o Que la différence entre le prix des lingots d’or estimés en billets et le prix de la Monnaie était la mesure de la dépréciation ;
3o Que l’extrême limite à laquelle les changes étrangers pouvaient tomber ne devait en aucun cas dépasser les frais de transport d’une place sur une autre ;
4o Que, dans la situation actuelle, la différence était trop considérable pour être attribuée à cette cause seule ;
5o Que la dépression des changes et l’élévation du prix de l’or au-dessus du tarif de la Monnaie étaient causées par l’excès d’émission ;
6o Que la diminution de la circulation en augmenterait la valeur, relèverait le change au pair et abaisserait le prix de l’or au niveau de celui de la Monnaie ;
7o Que les directeurs de la Banque, même pendant la suspension des payements, devaient suivre la même règle que précédemment, c’est-à-dire régler leur émission sur les changes étrangers ; quand ils sont favorables et que l’or afflue, ils doivent l’étendre, et la réduire quand il s’exporte.

129En opposition avec ces principes, l’autre parti maintenait :
1o Que les banknotes n’étaient pas dépréciées, mais que le prix des espèces avait haussé ;
2o Qu’il n’y avait aucune différence, que l’on payât les lingots d’or en papier ou en espèces ;
3o Que la dépression des changes ne résultait pas de la dépréciation de la circulation, mais provenait de la balance défavorable des payements à faire pour subvenir à l’entretien des armées du continent et au blocus continental de Napoléon ;
4o Qu’aucune diminution ou augmentation des émissions de la Banque ne pouvait avoir un effet sensible sur les changes étrangers ou sur le prix de l’or ;
5o Que depuis la suspension des payements en espèces, on ne devait pas suivre les mêmes règles qu’auparavant, en observant les cours des changes ;
6o Que les demandes du public devaient former la seule règle, et qu’aussi longtemps que la Banque bornerait ses émissions à l’escompte de lettres de change d’une valeur incontestée et basées sur de véritables transactions commerciales, il ne pouvait y avoir excès d’émission.

130Il n’y avait pas lieu de discuter sur la hausse de l’or. Les changeurs convenaient que son prix sur le marché évalué en banknotes était plus élevé que le prix de la Monnaie de 15 à 16 p. 100. La baisse du change avec Hambourg était de même de 15 à 16 p. 100.

131L’or avait disparu, quoiqu’il fût expressément défendu de fondre la monnaie anglaise pour l’exporter sous forme de lingots ; de telle sorte que, ne pouvant circuler qu’au même titre que le papier déprécié, il ne paraissait plus. Ce fut surtout dans les deux années qui précédèrent la crise de 1810 que les changes commencèrent à baisser et à devenir défavorables ; au moment le plus critique, ils étaient tombés de 16 à 20 p. 100. On pouvait attribuer cette baisse au mauvais état de la circulation, mais la situation du commerce y entrait au moins pour une aussi grande part.

132Le comité était d’avis que, quelles que fussent les demandes d’or pour solder les frais de la guerre continentale, elles ne pouvaient produire pendant un certain temps une pareille hausse de l’or sur un seul marché, puisque sur le continent les prix n’avaient pas varié. À Hambourg, à Amsterdam, le prix de l’or, évalué en argent, était toujours au même cours.

133Si l’élévation du prix de l’or résultait véritablement des demandes faites sur le continent pour l’entretien des armées, on aurait dû observer la même différence dans les guerres précédentes, et néanmoins, de 1773 à 1795, son prix était resté fixe. Il fallait remonter aux règnes de Guillaume III et de Georges III, à l’époque d’une profonde altération de la monnaie, pour rencontrer les mêmes résultats. Dans les divers cas, le rétablissement de la monnaie à son vrai titre fit disparaître cet écart.

134L’or avait disparu, mais dès qu’on voulait le payer sa valeur, on le revoyait aussitôt. Les variations de prix peuvent s’observer pour les divers produits comparés à l’or ; quant à ce dernier, comparé à lui-même, sa valeur ne saurait varier ; une once d’or vaudra toujours une once d’or. La seule différence que l’on puisse observer entre la valeur de l’or monnayé et en lingots consiste uniquement dans les frais de monnayage que l’on évalue à 1 p. 100.

135Tandis que le comité était convaincu que pour régler la circulation il fallait toujours étudier les changes étrangers et le prix de l’or sur le marché, les directeurs de la Banque, ainsi que les négociants et le commerce tout entier qui ne se rendait pas compte du mécanisme, étaient d’un avis tout opposé, ne comprenant pas que les émissions pussent avoir aucune influence sur le change et sur le prix de l’or. L’histoire du papier-monnaie dans le monde entier donne cependant à chaque instant la plus entière confirmation à ces principes. Avant la suspension des payements, quand il fallait payer en or les banknotes à vue, l’influence des changes défavorables se faisait sentir par la hausse du prix de l’or qui était de suite demandé et, pour défendre leur réserve, les directeurs de la Banque n’hésitaient pas à resserrer et à restreindre leurs émissions, afin de ne pas être exposés à des remboursements coûteux. On relevait par ce moyen la valeur de la circulation, or et papier ; mais en même temps on suspendait les affaires, et la baisse des produits devait inévitablement succéder à ces mesures mille fois plus funestes que l’élévation du taux de l’escompte. La Banque, délivrée du souci et des embarras des remboursements, ne s’occupait plus de rectifier les changes étrangers, en agissant sur la circulation. Les lois sur l’usure ne permettaient pas alors d’avoir recours à aucun autre moyen ; aussi à chaque crise l’encaisse métallique disparaissait-elle complètement. On ne commença à modifier ces lois dans le sens de la liberté qu’en 1834, et les derniers débris de la réglementation ne disparurent qu’en 1854. — Le comité, repoussant tout autre moyen comme des remèdes palliatifs, concluait purement et simplement à la reprise des payements, sans se rendre compte des difficultés que la Banque éprouverait à maintenir son encaisse, exposée à toutes les attaques, dépouillée qu’elle était par la loi de sa seule arme défensive, la hausse de l’escompte.

136Après de longs débats, ces conclusions furent rejetées par le Parlement. Alors la Banque, dont la conduite était ainsi tacitement approuvée, maintient et augmente même sa circulation qui déjà atteignait 24 000 000 £ en 1810. Le prix de l’or hausse, et la valeur de la banknote baisse.

137La liquidation de la crise de 1810 fut compliquée et aggravée par la disette de 1811 qui la rendit beaucoup plus pénible ; le prix du quarter de blé s’élève encore à 155 shellings. — Comme dans les crises précédentes, le portefeuille, de 21 millions de livres en 1810, s’affaisse à 11 millions en 1813, alors que la réserve métallique avait à peine varié, garantie qu’elle était par la suspension des payements. Quant à la circulation officielle de la Banque, de 24 millions elle était descendue à 22 (1810-1812) ; la liquidation était donc complète, et nous entrons dans une nouvelle période.

Crise de 1815

138De 23 700 000 livres, en 1810, le portefeuille de la Banque s’était vidé en 1811 de plus de 10 millions de livres ; la liquidation de la crise était déjà bien avancée, malgré la continuation des mauvaises récoltes.

139En août 1811, le blé est coté de 156 à 180 schellings. On pense que ce haut prix sera permanent ; la rente des landlords s’élève avec les fermages ; sous l’influence du blocus, des hauts prix des produits agricoles, de l’augmentation des baux, s’organisent d’immenses spéculations sur les terres ; le Land-Jobbing devient général ; tout le monde en est avide. Cependant la suspension du travail dans les manufactures, en 1810-1811, avait causé un grand malaise et des troubles sérieux dans les districts.

140Le rejet par le Parlement des conclusions du Bullion-comité (Bullion report) vint en ajouter un nouveau, en trompant l’opinion publique.

141Quoique la commission d’enquête eût parfaitement expliqué dans son rapport les causes de la hausse de l’or, l’immense majorité ne pouvait croire que l’émission des banknotes eût rien de commun avec les changes étrangers. La Banque dont la conduite était ainsi tacitement approuvée, sans crainte désormais, augmenta sans mesure l’émission du papier. Le prix de l’or payé en billets montait toujours et la banknote baissait en sens inverse. On ne l’acceptait plus que pour 16 schellings, au lieu de 20 schellings, pour une livre, c’était la ruine des revenus fixes, des rentes, des fermages, tandis que les fermiers profitaient de sa plus haute valeur pour la vente de leurs produits.

142En présence de cette dépréciation la hausse des prix est générale. Cette hausse des prix troubla toutes les imaginations, on crut qu’elle ne cesserait pas, et sur la foi de sa permanence on engagea d’immenses spéculations. Le prix de la terre tripla, les baux et la rente foncière suivirent le même mouvement, ce qui était inévitable.

143En 1810-1811-1812, on avait compté 7 042 banqueroutes, plus que jamais auparavant. La Banque, à l’abri de toute demande de remboursement, au lieu de restreindre sa circulation, n’avait pas craint de l’étendre et de faciliter ainsi la spéculation par le crédit.

144Pour faire circuler toute cette richesse de nouvelle formation basée sur du papier, les banques se multiplièrent ; le pays se couvrit de country-banks, comme avant 1793. En 1797 on les avait réduites à 270 ; en 1808 on en comptait 600 ; en 1810, 720 ; en 1813, 948 ; elles avaient mis en circulation pour 25 à 30 millions de livres sterling en billets.

145La récolte de cette dernière année avait été abondante ; le blé était tombé de 155 à 68 schellings ; cette baisse de prix fut précédée par l’augmentation de l’émission des banknotes, tandis que la hausse de l’or n’eut lieu qu’après leur réduction. Cette baisse du prix du blé en présence de la hausse des autres produits n’aurait pu avoir lieu par la simple dépréciation de la monnaie.

146En 1813 cette baisse du blé coïncide avec les dépenses de guerre, les emprunts ; les prix sur le continent n’étaient pas moins élevés.

147D’immenses dépenses au dehors, d’énormes sommes payées aux étrangers pour le fret, le continent fermé à l’exportation des produits britanniques ; comment compenser de tels engagements ?

148L’expulsion des Français du Portugal, les succès en Espagne encouragent le commerce ; sur le point de faire partie de la coalition, la Russie ouvre ses portes. Les guerres d’Espagne et du Portugal avaient rendu leurs colonies indépendantes, ce qui ouvrit au commerce anglais toute l’Amérique du sud.

149Les prix des marchandises, après avoir fléchi un moment, se relevèrent rapidement par suite de la dépréciation du papier. Cette hausse des prix devint générale.

150Les désastres de la campagne de Russie faisant présager la fin de la guerre ouvrent des horizons nouveaux ; la spéculation ne connaît plus de limites, c’est de la folie. Au printemps de 1814 la hausse des prix atteint des chiffres inconnus jusqu’ici, puis, tout à coup, les canaux de la circulation paraissent encombrés, rien ne circule plus ; en présence de cet arrêt tous les produits demandés naguère sont offerts, de là une baisse énorme et des désastres qui couvrent le marché de ruines en 1815. Suivons-nous sur les bilans les mouvements de divers articles, nous retrouvons toujours les mêmes oscillations ; moindres cependant qu’aux époques antérieures, par suite de la concurrence que les banques locales font à la Banque d’Angleterre.

Bilans de la Banque

Bilans de la Banque

151Le portefeuille, qui était descendu à 11 millions de livres pendant la liquidation de la crise de 1810, se relève, mais ne se relève qu’à 16 millions en 1815. Malgré la suspension des payements, la réserve métallique de 3 millions s’affaisse à 2 ; quant à la circulation des billets de la Banque d’Angleterre, de 22 millions elle se relève à 28.6 en 1814, et il ne faut pas oublier que les banques privées donnaient un appoint presque aussi considérable, ce qui indique bien l’abus auquel on s’était livré.

152La liquidation de la crise de 1810 était terminée en 1813, les ruines avaient disparu ; le retraite [sic] de Russie allait ouvrir de nouveaux ports ; après Leipsick, ceux de l’Allemagne furent libres. À la vue des nouveaux débouchés fermés jusqu’alors, l’esprit d’entreprises s’éveille. La fin de la guerre fut saluée par l’espoir d’une demande illimitée.

153Au printemps de 1814, la spéculation était au maximum ; la paix de Paris supprime tous les obstacles ; on suppose que la France, privée de produits coloniaux (le système continental était si rigoureux que le café, payé 4 den. en Angleterre, coûtait 4 et 5 shellings la livre en France), les achèterait à tout prix. Tout le monde spécule ; chacun se mêle de charger des navires de sucre et de café pour le continent.

Différences des prix

Différences des prix

154La spéculation voulant profiter des hauts prix des denrées coloniales, encore cotés sur le continent, achète avec espoir d’avoir le temps de livrer. Mais aussitôt les communications rétablies la baisse se produit et la liquidation dans les bas cours fut désastreuse.

155Cette hausse en vue de la paix atteignit son maximum quand elle fut conclue ; au même moment les produits de l’agriculture baissent de 50 p. 100. La disette et la dépréciation des banknotes, qui avaient élevé les prix, firent entreprendre des spéculations folles sur la terre ; on espère, et on travaille en vue des prix de famine. Les prix des produits commerciaux s’élevèrent à un taux inconnu ; tout à coup il y eut un retour et une baisse énorme. Les désastres commencèrent à l’automne de 1814 et se succédèrent en 1815, 1816 et 1817 ; 240 country-banks succombèrent.

156Dans cette détresse on réclame la protection de la loi.

157C’est alors qu’intervient le bill de 1815, l’échelle mobile destinée, du moins on le croyait, à empêcher le blé de tomber au-dessous de 80 schellings le quarter, ce qui ne l’empêcha pas de descendre à 40 schellings.

158Les banques privées succombent les premières, isolées, avec un faible capital, des relations étroites, une clientèle très mêlée composée de petits négociants, le moindre retard dans leurs rentrées arrêtait leur fonctionnement.

159Le maximum de la hausse eut lieu en 1814, les embarras commencèrent à l’automne, continuèrent en 1815, et enfin, en 1816, la liquidation de la crise commença. La circulation des banques qui tombèrent en déconfiture fut réduite de moitié. Cet accident déjà observé en 1793, en 1797 et en 1810 réclamait une extension des émissions de la Banque d’Angleterre pour combler le vide produit dans la circulation. Elle l’augmenta, en effet, de 3 millions, mais la suppression du papier des banques locales, qui certainement dépassait trois fois celui de la Banque d’Angleterre, fut telle que le prix de l’or et le cours des changes remontèrent au pair. Ce fut la démonstration la plus complète des conclusions du Bullion report.

Crise de 1818

160La crise de 1815, en ébranlant et ruinant le crédit de la plupart des banques dont la circulation égalait trois fois celle de la Banque d’Angleterre, anéantit une somme énorme de billets. Le papier de ces banques privées qui fut ainsi englouti réduisit de moitié la quantité qui circulait en 1814 ; la Banque d’Angleterre n’y suppléa que pour une bien faible part, si nous en jugeons par l’augmentation de sa circulation qui de 27 200 000 s’éleva à 29 500 000 (1816-1817). Cette suppression fut si heureuse que le prix de l’or qui se trouvait artificiellement maintenu à 5 liv. 6 sh. retomba à son prix normal de 3 liv. 17 sh. 10 d. 1/2.

161Les cours des changes sur Hambourg et Paris remontèrent de suite de 28 à 38 francs et de 17 fr. 60 à 26 fr. 10, atteignant et dépassant même le pair. Cette suppression du papier douteux ramène de suite au pair celui qui a résisté.

162Le rétablissement de la valeur du papier eut ainsi lieu en 1816, d’une manière toute naturelle, sans aucune mesure législative, par le fait seul de la disparition de toute la partie qui se trouvait en excès. Les directeurs, en mesure de répondre aux demandes du public, commencèrent une reprise partielle des payements que la crise de 1818 vint bientôt interrompre.

Tableau des variations du prix de l’or, des cours du change et de la valeur des billets de la Banque d’Angleterre

Tableau des variations du prix de l’or, des cours du change et de la valeur des billets de la Banque d’Angleterre

163La période de 1809 à 1813 a toujours été prise pour type de la dépréciation des banknotes, si on y ajoute les deux années de 1799 à 1801. Or, si l’on observe les variations de leur valeur, on constate que cette dépréciation a varié de 20 à 25 p. 100.

164La récolte de 1816 est mauvaise. La famine de 1817 s’étend à toute l’Europe qui veut s’approvisionner sur le marché anglais.

165En août 1816, les ports de France sont ouverts aux céréales avec une prime à l’importation. Le gouvernement fait acheter au dehors, pour son compte, du blé, et sur le marché de Londres le prix s’élève à 117 shellings.

166L’événement attendu par la spéculation, l’ouverture des marchés d’Europe, ne lui permettant pas de maintenir les prix, la baisse était inévitable.

167La panique de la disette ayant disparu, le cours du blé, de 115 shellings par quarter, tombe à 40 shellings.

Tableau des prix

Tableau des prix

168Les prix du blé, en hausse et en baisse, n’avaient pas été sans influence sur les périodes de prospérité ou de crise depuis 1800.

169De 5 l. l’impérial quarter en 1800, le prix du blé descend à 2 en 1803, remonte à 5 en 1810, et même à 6 en 1812, pour revenir à 2 en 1815, et remonter encore à 4 l. 16 sh. en 1817.

170Dans la première moitié du siècle on remarque, ce qu’on ne rencontre pas dans la seconde, la coïncidence des bas prix dans les années prospères et des hauts prix, sauf en 1815, dans les années de crise.

171Cette baisse des prix facilita singulièrement la liquidation ; la diminution du stock des importations, au contraire, réveilla la spéculation et releva les prix, en 1817-1818.

172Le tableau des importations et des exportations de la Grande-Bretagne présente les mêmes oscillations que les escomptes.

173Les importations s’élèvent, de 26 millions de livres, après la liquidation de la crise en 1806, à 39 millions, au plus fort de la crise de 1810, retombent à 26 millions en 1811 pour remonter à 33 en 1814, et redescendre à 27, pendant la liquidation, en 1816.

174Les exportations des produits coloniaux et des produits britanniques suivent le même mouvement.

175De 37 millions de livres en 1807, les exportations s’élèvent à 48 millions en 1810, s’affaissent à 32 en 1811, pour atteindre 51 en 1815, et retomber à 41 en 1816 ; ce qui reproduit fidèlement les contractions et les extensions du crédit et de la spéculation.

176Dès le début de la liquidation de la crise de 1815 les espèces avaient commencé à refluer dans les caisses de la Banque et, en 1817, les réserves métalliques, de 2 millions de livres s’était relevées à 11 900 000 livres (1814-1817), la circulation des billets de 26 millions de livres à 29 500 000, le portefeuille, au contraire, de 16 600 000 livres tombait à 2 500 000 livres, par suite de l’absence d’affaires à terme, le commerce se trouvant réduit aux opérations du comptant.

177À partir de ce moment le drainage des espèces reparaît et leur solde se trouve de nouveau réduit de 12 à 5 millions de livres, en 1818.

178Ce qui prouve bien que ce n’était pas pour répondre à des besoins du commerce, c’est que le portefeuille ne varie que de 2 millions à 6 millions (1817-1818), la circulation des billets, au même moment, s’abaissant de 29 à 26 millions ; on n’avait donc pas besoin d’avoir recours, comme aux époques antérieures, à l’émission des banknotes pour satisfaire les demandes d’escompte. Quoique le chiffre de 29 millions fût le chiffre maximum de toute la période de la suspension des payements, il n’a été atteint, pendant la liquidation de la crise de 1815, qu’au moment où les espèces refluaient dans l’encaisse, et la portaient de 2 millions de livres à 12 millions. Même pendant cette suspension, nous constatons le même mouvement qui se reproduit dans toutes les liquidations des crises, alors qu’il faut remplacer par des billets les espèces rentrant, à ce moment de baisse des prix, de l’étranger et de l’intérieur dans les coffres de la Banque. On entrait dans une nouvelle période prospère, quand la crise de 1818, provoquée par les nombreux emprunts émis en France pour la liquidation de la guerre, vint encore tout arrêter.

179En 1817 un grand nombre d’emprunts furent contractés en Prusse, en Autriche, pour y remplacer la circulation de papier par une circulation métallique ; une grande partie fut placée à Londres. En France, les emprunts étaient émis pour payer les indemnités de guerre, et comme le numéraire était très abondant à la Banque d’Angleterre, toutes les demandes se dirigeaient de ce côté. L’effet ne tarda pas à se faire sentir : dès le mois d’avril 1817, les cours des changes et du prix de l’or étaient troublés, l’écart augmente en 1818 ; enfin, en janvier 1819, voici les cours cotés :

180Et quoique la Banque n’ignorât pas que les demandes d’or étaient pour l’exportation, elle ne prit aucune mesure pour s’y opposer. Sa position devint tellement critique que le Parlement dut intervenir. Après avoir constaté que la Monnaie française avait frappé pour 125 millions de pièces d’or dont, pour les trois quarts, le métal provenait de Londres, il défendit de nouveau à la Banque de faire aucun payement en or, payements partiels qu’elle avait déjà repris, malgré la suspension décrétée en 1792 et toujours en vigueur.

181On avait recours aux mesures extrêmes : ne se rendant pas compte des mouvements des métaux précieux sous l’influence du cours des changes, on se laissait toujours surprendre, et, quand la réserve métallique avait disparu, on suspendait les payements, ce qui entraînait une liquidation générale et un trouble profond dans toutes les transactions.

182Au même moment l’encaisse de la Banque de France éprouvait une dépression semblable, suivie d’une suspension, et tombait de 118 à 34 millions de francs. Il y avait, en dehors des emprunts, un développement d’affaires ne trouvant pas toujours leur contrepartie et exigeant pour arriver à la compensation une forte proportion de numéraire, les deux causes réunies agissaient simultanément.

183Pour bien comprendre la suspension des payements en 1818, jetons un coup d’œil d’ensemble sur les opérations de la Banque, rien ne peint mieux la situation que l’examen des bilans depuis 1811, et nous constaterons que les embarras de 1818 furent la conséquence de la liquidation des guerres de l’Empire.

Bilans de la Banque

Bilans de la Banque

184Des trois articles des bilans que nous observons, deux, les escomptes et la circulation des billets, nous montrent bien le développement de la crise de 1815. Les escomptes s’élèvent de 11 200 000 à 16 600 000 livres au moment où elle éclate, accompagnés par un accroissement de la circulation de 22 900 000 à 28 600 000 livres ; quant à la réserve métallique, préservée par la suspension des payements, elle reste stationnaire.

185Dans les deux années 1816-1817 la liquidation est complète ; les escomptes ont été réduits de 16 600 000 à 2 500 000 livres, pendant que la réserve métallique se relevait à 11 900 000 livres, la circulation des billets étant simultanément portée à 29 500 000 livres, accroissement que nous constaterons toujours dans toutes les crises au moment du reflux des métaux précieux dans les caisses des banques.

186La liquidation de la crise de 1815 était donc complète, quand tout à coup, en 1818, les marchés des capitaux, sous l’influence des grands emprunts, sont de nouveau troublés. Sur les bilans de la Banque nous pouvons distinguer et reconnaître les accidents qui les agitent.

187Des trois articles dont nous suivons les oscillations, c’est la réserve métallique qui est la plus touchée : de 11 700 000 livres, elle a déjà fléchi à 5 millions de livres, c’est donc elle qui a porté tout le poids des demandes. Au même moment les escomptes s’élevaient de 2 500 000 à 6 800 000 livres, chiffres bien inférieurs à ceux que nous relevions dans les crises précédentes : 21 millions de livres en 1810, 16 millions de livres en 1815. Ce faible mouvement des escomptes nous montre bien que nous n’avons pas affaire ici à des embarras commerciaux et les chiffres de la circulation des billets confirment notre opinion, puisque, bien loin d’y avoir recours, nous la trouvons réduite de 29 500 000 livres à 26 millions, et, à cette époque, contrairement à ce qu’on observe aujourd’hui, par suite de la suspension des payements et d’une imparfaite circulation fiduciaire, il n’y avait pas de crise sans abus de l’émission des billets.

188Ce simple rapprochement des trois articles nous montre bien qu’ici la crise n’est pas commerciale, mais monétaire. Il s’agit de la reprise des payements en espèces et de rétablir la circulation métallique troublée aussi sur le continent par suite des dépenses de la guerre et des nombreux emprunts qui, même pour les vainqueurs, en sont toujours la conséquence.

189Les emprunts qui suivirent la conclusion de la paix, en France, en Prusse, en Autriche, soutirèrent l’or de l’Angleterre. Cet effet se manifesta, en avril 1817, par la baisse du change sur Paris et Hambourg et la hausse du prix de l’or.

190Le drainage du numéraire, de l’or en particulier, se fit surtout sentir pendant l’année 1818. De 10 millions de livres le 26 février 1818, la réserve métallique tomba à 8 en mai, 6 en août, 5 en novembre, 4 en février 1819, 3 800 000 en mai et enfin à 3 500 000 livres en août ; ce fut le dernier terme.

191Sur le rapport de R. Peel, on limita d’abord les payements dès que l’on s’aperçut des envois sur le continent ; mais cette mesure impuissante devait conduire à une nouvelle suspension, dans les premiers six mois de 1818.

192La crise de 1818 fut le résultat de l’exagération de la spéculation, qui recherchait les emprunts plutôt que les matières premières. À ces embarras s’ajoutaient la mauvaise récolte de 1816 et la famine de 1817, qui s’étendit à toute l’Europe. On tirait des céréales du marché anglais, au prix de 115 schellings par quarter. De 3 livres 5 schellings en 1815, le prix moyen du blé s’était élevé à 4 livres 16 schellings en 1817 et 4 livres 6 schellings en 1818. Dès la fin de l’année, les grains et les autres produits arrivèrent sur une immense échelle, malgré la barrière de l’échelle mobile.

193En présence de ces demandes diverses de l’or pour l’étranger, la Banque ne prend aucune mesure, elle augmente même ses avances au gouvernement de 20 à 28 millions de livres. Les banques privées augmentent leurs émissions de 4 293 000 livres à 8 775 000, tandis que la circulation de la Banque d’Angleterre s’élevait seulement de 17 700 000 livres à 20 900 000. N’oublions pas que toutes ces opérations se faisaient à la faveur de la suspension des payements. Après cette interruption de la reprise des payements en espèces, une nouvelle enquête fut ouverte. Aussitôt que les besoins furent moins pressants, parut le bill de 1819, pour la reprise des payements à la Banque dont R. Peel fut un des principaux défenseurs, après avoir voté contre les conclusions du Bullion report en 1810, suivant les mouvements de l’opinion publique comme il le fit pendant toute sa vie, l’avouant sans remords et sans honte, faisant seulement observer qu’alors il se trouve éclairé.

194La dépréciation des notes de 20 p. 100 en 1812, de 23 p. 100 en 1813, de 25 p. 100 en 1814 (où elle était à son maximum), avait disparu sans l’intervention du pouvoir, par l’effet seul de la crise. L’acte du Parlement ne faisait que constater un fait accompli, puisqu’il était postérieur.

195La liquidation de la crise se complique encore de la cherté des céréales et les faillites se succédèrent pendant l’hiver de 1818-19. La rapidité même des exécutions déblaya si rapidement le marché que le reflux de l’or se produisit de suite, dès 1821 on put reprendre les payements en espèces.

196La disette et la dépréciation des banknotes en faisant hausser tous les prix avait fait entreprendre de folles spéculations sur l’agriculture ; pour les favoriser, on avait établi l’échelle mobile à l’entrée des céréales (1815), afin d’empêcher le blé de tomber au-dessous de 80 schellings par quarter ; malgré ces mesures protectrices, il était tombé à 38 schellings en 1822.

197On espérait et on travaillait en vue des prix de famine, ce qui devait rendre la réaction d’autant plus grande, pendant la liquidation de la crise.

198Ce qu’il faut noter dans la succession de ces périodes de prospérité ou de crise, ce sont les variations de la valeur du papier et par suite du prix de l’or.

199En 1816, la banknote était remontée au pair, après la liquidation de la crise, d’une manière toute naturelle, sans aucune intervention du Parlement. Déjà plusieurs fois on s’était occupé de la reprise des payements en espèces sans aboutir à aucun résultat. En 1816, on annonça que l’on rembourserait les billets émis depuis 1812 : il y eut peu de demandeurs. En 1817, nouvel avis semblable pour le remboursement des notes émises depuis 1816 : personne ne se présenta ; et il en est toujours ainsi, quand on voit la réserve métallique se relever ; en octobre 1817 le reflux des espèces l’avait déjà portée à 11 914 000 livres, de 2 millions de livres, somme à laquelle elle était réduite en 1814 ; la distance parcourue était grande.

200Un nouveau drainage des espèces, après le dernier maximum atteint en 1817, ne tarda pas à se manifester, et quoiqu’il n’y eût aucune restriction dans les émissions, il fallut encore suspendre les payements en 1818. Les changes étaient redevenus contraires et on finissait par comprendre toute la gravité d’une pareille situation. La série des mêmes accidents qu’en 1816 se reproduisant dans des circonstances analogues, on se rappelait les conclusions du Bullion report, et on se demandait si elles n’avaient pas indiqué la véritable cause du mal. Les directeurs de la Banque n’étaient pas de cet avis. Le comité de la Chambre des lords, en 1819, insiste seulement sur la reprise des payements en espèces, sans se prononcer et sans indiquer par quels moyens on pourrait y arriver.

201Le comité de la Chambre des communes fait un pas de plus ; il déclare que quand les changes sont défavorables, et le prix de l’or sur le marché au-dessus du tarif auquel le prend la Monnaie, pour retenir les espèces dans la circulation, il n’y a qu’un seul moyen à employer : contracter et restreindre la circulation des billets pour arriver à les maintenir au pair avec le métal. Il conclut aussi à la reprise des payements en espèces, en établissant une échelle décroissante du prix de l’or de 4 liv. 1 sch. par once à 3 liv. 17 sch. 10 1/2, prix du tarif de la Monnaie.

202Malheureusement toutes ces aspirations vers un état meilleur ne fournissaient pas un moyen pratique pour l’atteindre. Réduire la circulation de ses billets, au moment où on en a le plus grand besoin, n’est au pouvoir d’aucune banque, à moins de suspendre ses escomptes, c’est-à-dire d’amener la suspension complète des affaires et par conséquent le remède serait pire que le mal. On ne comprenait pas encore le mécanisme et l’efficacité de la hausse de l’escompte, seul moyen de ne rien refuser au public, mais de lui faire payer le papier le prix de l’or puisqu’il le destinait au même usage.

203Malgré l’ignorance d’une nation ayant la plus grande aptitude pour les affaires, malgré la pétition de 100 marchands et banquiers contre les conclusions du Bullion report, Robert Peel, le président du comité de 1819, fit tout adopter par la Chambre qui manifestait une certaine hésitation, comme cela ressort de ses curieux débats.

204Le commerce des métaux fut déclaré libre. La Banque remboursait ses billets en or, d’après le tarif gradué dont nous avons déjà parlé, pourvu que la somme fût de 40 onces au moins ; l’argent ne pouvait circuler comme monnaie légale que pour toute somme au-dessous de 40 schellings.

205La reprise des payements en espèces au pair ne devait avoir lieu qu’en 1822, mais le reflux de ces espèces fut si rapide, l’abondance de l’or si considérable, que la Banque put devancer l’époque fixée et échanger ses notes contre de l’or dès le 1er mai 1821. Une seule mesure préventive fut prise pour maintenir en circulation la plus grande somme de papier : on permit de faire circuler jusqu’en 1833 les notes de 1 livre.

Crise de 1825

206L’acte de 1819 avait décidé que la reprise des payements en espèces à la Banque aurait lieu le 1er mai 1823. Pour ménager la transition, on avait dû indiquer comment on répondrait jusque-là aux demandes du public. La somme et le prix de l’or devaient varier selon l’époque des payements.

207Comme toujours la liquidation de la crise de 1818 avait précipité les prix des produits des plus hauts aux plus bas cours, des faillites nombreuses en Angleterre et en Amérique suspendirent un moment tout crédit. Aussitôt que la secousse eut renversé tout ce qui était ébranlé, le crédit reparut. Le prix de l’or était déjà revenu presque au pair, 3 liv. 17 sh. 10 1/2 d.

208Dès 1820 la réserve métallique de 3 500 000 livres était remontée à 10 millions, en 1821 à 13 300 000 ; enfin, en 1823, à 14 100 000. Au même moment la circulation des billets de 29 500 000 livres était tombée à 16 300 000. Dans une situation aussi favorable, la Banque réclama la permission de devancer l’époque fixée pour la reprise des payements, ce qui lui fut accordé.

209Les excès de la circulation des billets pendant la suspension des payements avaient apporté la plus grande perturbation dans tous les prix ; une hausse artificielle des produits de l’agriculture avait, comme conséquence, déterminé la hausse des fermages et de la rente de la terre ; dès que le papier en excès eût disparu, et la circulation des billets et de l’or étant rétablie au pair, il y eut une baisse énorme qui entraîna la ruine, ou du moins la gêne, de tous ceux qui avaient des intérêts de ce côté. Ne sachant à qui s’en prendre, on accusait la reprise des payements d’être la cause de tout le mal, on proposait donc de les suspendre de nouveau pour porter remède à cette fâcheuse situation. Les chambres repoussèrent ces propositions et peu à peu le commerce reprit son cours.

210Pour leur donner en partie satisfaction on accorda aux banquiers de province la permission de laisser en circulation jusqu’en 1833 les banknotes de 1 liv. qui devaient disparaître deux années après la reprise des payements.

211Encouragées par cette faveur et confiantes dans la réserve métallique de la Banque d’Angleterre qui avait atteint un chiffre inconnu jusqu’ici (14 100 000 livres), les banques de provinces recommencèrent à émettre du papier et à accorder de dangereuses facilités pour les affaires. Le gouvernement lui-même, voulant tirer parti de cette somme tenue en réserve sans emploi par la Banque, songea à opérer la conversion d’une partie de la dette en abaissant l’intérêt de 5 à 4 p. 100.

212Avec une encaisse aussi considérable la Banque d’Angleterre put avancer 5 millions de livres à l’État pour réduire l’intérêt de la dette publique de 5 à 4 p. 100 et à 3 1/2 p. 100. Le mécontentement fut général, on vendit de la rente pour chercher un placement plus avantageux. Il fallait diminuer les dépenses ou chercher ailleurs un plus gros profit. L’industrie prit un développement rapide, la spéculation parut sous toutes les formes ; tout projet, quelque absurde qu’il fût, trouvait preneur.

213Dès que les banques des comtés purent émettre des notes, la circulation augmenta et une prospérité beaucoup plus apparente que réelle s’en suivit.

214Jusqu’en 1825 tout augmente, à la fin de 1824 le stock était rare, il y avait un grand entrain, on se félicitait de la prudence de l’administration bien supérieure à celle du passé. La presse faisait écho, les manufactures ne suffisaient pas, on ne se doutait pas qu’on était à la veille de la répétition des scènes qui déjà avaient ébranlé le commerce.

215En 1823, les actions de la Banque baissèrent de 16 p. 100. Le retour de la circulation métallique fit réduire le dividende semestriel de 5 à 4 p. 100. Ces opérations en réduisant les revenus d’un grand nombre de personnes les obligèrent à rechercher ailleurs un meilleur placement, les affaires en reçurent une nouvelle impulsion. De 1823 à 1824 le développement de l’industrie fut rapide ; les demandes continuant sans cesse, on tâcha de les satisfaire par une spéculation effrénée, au nom des personnes étrangères à toute industrie et dans les articles qu’elles ne connaissaient pas, entraînées qu’elles étaient par la vue des bénéfices réalisés et les excitations de leurs agents de change (brokers). Une fièvre de spéculation s’empare du public, d’habiles spéculateurs s’empressent d’en tirer parti.

216La reconnaissance de l’indépendance de l’Amérique du Sud et du Mexique, à la suite de la guerre d’Espagne, fait escompter tout le bénéfice que l’on se promet par suite de l’ouverture de ces nouveaux marchés et des mines inépuisables du Brésil, du Pérou et du Chili.

217La spéculation se porte sur les mines d’Amérique pour les actions desquelles on demande un faible versement, de sorte que la moindre prime produit un bénéfice énorme ; on risque tout dans des entreprises dont on ne connaît que le nom.

218Des compagnies sous toutes les formes se constituent, les actions de la Société d’assurances britannique et étrangère, sous les auspices de M. de Rothschild, sont cotées de suite avec une grosse prime, les souscriptions dépassent de beaucoup les sommes demandées ; tous les projets sont bons pour l’emploi du capital. La pêche des perles sur la côte de la Colombie, la colonisation des terres incultes, les sociétés d’assurances sur la vie, contre l’incendie, etc., les compagnies de navigation, les brasseries, les docks pour le charbon ; une société même se forme pour dessécher la mer Rouge, afin de retirer l’or laissé par les Égyptiens après le passage des Hébreux : elle trouva des souscripteurs ! Le premier versement ne dépasse pas 5 p. 100, ce qui augmente le bénéfice des primes pour un faible risque. On expose sa fortune dans des entreprises qui ne verront pas le jour ; les actions de mines anglo-mexicaines, sur lesquelles il n’y avait que 10 livres payées, étaient cotées 43 livres le 10 décembre 1824, et 150 livres le 11 janvier 1825.

219Cet état dura pendant toute l’année 1824. En 1825, les spéculations en marchandises prennent le dessus, toutes les branches de l’industrie étaient prospères, partout on construisait : l’argent était tellement abondant que les hommes d’entreprise qui en manquaient en trouvaient toujours.

220À la veille de la crise, en 1824, il y avait une telle pléthore de capitaux en Écosse, que les banques ne payaient aucun intérêt sur les dépôts ; à en juger par ces apparences, on ne pouvait prévoir les besoins qui devaient se manifester en 1825. Le taux des revenus diminuant, on se lançait dans de folles spéculations.

221D’innombrables joint-stock-companies mettaient en circulation une plus grande somme de moyens de circulation. Ce stimulus artificiel donnait chaque jour naissance à un nouveau projet. Cependant l’augmentation de la circulation des banques des comtés ne pouvait s’harmoniser avec l’acte de 1819, les directeurs, voyant le danger, mais trop tard, demandèrent au gouvernement de rappeler l’acte qui permettait l’émission des petites notes au-dessous de 5 livres jusqu’en 1833.

222Le flot de richesse qui allait inonder le monde devait partir du Mexique, et plus l’origine était obscure, plus l’opinion s’enflammait ; on se précipite sur les emprunts des jeunes républiques.

Liste des emprunts

Liste des emprunts

223La hausse des prix fait toujours croire qu’elle sera permanente : tout le monde emprunte en 1824 et 1825 ; la réaction prend place dans la seconde moitié de l’année, quand les entrepôts furent remplis à de hauts prix : la baisse commence dans les six derniers mois de 1825.

224Les importations, de 30 millions en 1822, s’étaient élevées à 44 en 1825, elles retombent à 37 en 1826.

225Les exportations, de 33 millions, s’élèvent à 48 en 1824, retombent à 40 en 1826.

Importations et prix des produits

Importations et prix des produits

226Avec de pareilles variations dans les prix, de grandes faillites eurent lieu parmi les spéculateurs en coton, surtout à Liverpool. La dépression fut complète en 1826 ; les prix pour la plupart des produits étant revenus au-dessous de leur point de départ, la liquidation put s’effectuer.

227Alors tout devient invendable, les offres ont remplacé les demandes pour les emprunts et les actions ; la prime, seul but des souscripteurs, ayant disparu, les versements ne se font plus, on se liquide ; le taux de l’intérêt s’était relevé. Pendant un temps, les bénéfices réalisés à la hausse avaient apporté aux détenteurs un fonds de crédit additionnel comme un capital nominal, avec lequel ils achetaient d’autres objets d’échange, mais l’émission continue des emprunts, l’absorption du capital, la pesanteur de la prime engagent à réaliser : dès que le mouvement ascensionnel s’arrête, la baisse suit.

228Le numéraire, qui en 1822 affluait à la Banque au point que, pour l’employer, elle offrait de prêter sur hypothèque en baissant à 4 p. 100 le taux de l’intérêt, se trouve réduit en 1824 de 14 millions à 10 ; en février 1825, nouvelle réduction de 3 millions, au moment où les escomptes augmentaient de 6 millions. Le 17 décembre 1825, il ne restait que 1 million dans les caisses ; lord Ashburton dit même qu’un certain jour il ne restait pour ainsi dire rien.

Diminution de l’encaisse de la Banque

Diminution de l’encaisse de la Banque

229Le drainage des espèces à la Banque sous l’influence de ces folies commença à la fin de 1824 et continua de mois en mois jusqu’à ce que la réserve métallique de 11,800,000 livres en septembre 1824 fût réduite à 1 million en décembre 1825.

230À la fin de 1824, la reprise des affaires enlève de suite les principaux produits de consommation, le stock se trouve épuisé et aussitôt, à la suite de quelques marchés heureux, la spéculation s’enflamme. Tout le monde spécule ; la fin de la guerre d’Espagne et l’émancipation de ses colonies précipitent le commerce sur la même pente qu’en 1816. L’indépendance de l’Amérique du Sud et du Mexique ouvre un champ sans borne à l’esprit d’entreprise ; partout on recherche les produits britanniques pour l’exportation, partout le capital anglais s’offre et s’immobilise pour l’exploitation des mines et dans la souscription des emprunts des jeunes républiques jusqu’à 150 millions de livres !

231Les facilités d’escompter à longue échéance soutiennent et engendrent les plus folles entreprises. Le plus mauvais papier pénètre et remplit la circulation. La conversion du 4 p. 100 en 3 p. 100 vint encore compliquer la situation ; la Banque dut prêter son concours pour rembourser les porteurs qui n’acceptaient pas la réduction, ce qui augmenta encore la circulation du papier. Enfin quand elle fut accablée de demandes, elle défendit de tirer sur elle et refusa toutes les traites ; de là l’embarras des country-banks. Les escomptes étant suspendus, les dépôts diminuèrent, ce fut un sauve-qui-peut général. À la vue de la chute des country-banks, la panique s’empara du public et on se précipita sur les guichets pour le remboursement des billets, non pour des besoins extérieurs, mais pour éviter la dépréciation ; la circulation du papier se trouva diminuée tout à coup de 8 à 10 millions de livres, au profit de la banque d’Angleterre.

232Ce n’était pas l’excès d’émission du papier qu’on accusait de la crise, mais la trop grosse somme de capital prêté. En remarquant l’augmentation de 8 millions d’escompte, de 1822 à 1825, et simultanément la diminution de 6 millions et demi dans la réserve métallique de la Banque, on ne signalait qu’un des côtés de la situation ; ce n’est pas l’avance d’un capital qui peut affecter la circulation et le change, mais bien la forme, le mode de l’avance faite, comme dans ce cas particulier, pour remplacer les produits que la hausse des prix empêchait de circuler et qu’on essayait de remplacer par des billets d’abord, pour arriver ensuite directement aux espèces.

233Le maximum de la crise eut lieu du 12 au 17 décembre 1825 ; le 13 décembre on élève l’escompte à 5 pour 100. La Banque avait adopté une règle de conduite différente de celle de 1797 : pendant trois semaines elle double ses escomptes en émettant pour 5 millions de notes.

Émission des notes

Émission des notes

234On emploie à cet usage un vieux paquet de bank-notes d’une livre oublié dans une armoire ; on prétendit qu’elles sauvèrent la Banque, ce qui est douteux ; la presse pour l’or ayant eu lieu la semaine précédente, le change tourna fort heureusement en faveur de l’Angleterre, et le danger fut conjuré. La circulation de la banque d’Angleterre, de 16 millions de livres sterlings en 1822, s’était peu à peu élevée à 20 en 1823, 23 en 1824, 25 en décembre 1825, enfin 26 en 1826 ; pendant la liquidation, en décembre, elle était déjà retombée à 19.

235Les escomptes, de 2 millions de livres sterling en 1821, s’étaient élevés à 7 en 1825 et enfin à 12 millions en février 1826, au moment où les recours à la Banque diminuant, le portefeuille allait se vider. En août il était réduit à 7 millions, à 4 en février 1827 et à 1 million seulement en août ; la liquidation était complète.

236La réserve métallique qui de 14 100 000 était tombée à 1 million de livres se relevait déjà. Le change sur Paris influencé par la crise qui sévissait alors en France était devenu très favorable à l’Angleterre, puisque le cours, de 25.15 en 1824, s’élevait à 25.80 au commencement de 1826, ce qui prouve bien que la spéculation était mal engagée sur les diverses places et que les compensations ne se faisaient plus en produits.

237Le gouvernement refuse de suspendre les payements, il essaye en vain de combler les vides en faisant travailler jour et nuit à la Monnaie. Enfin les prix exagérés qu’il faut payer en dehors de la banque pour obtenir de l’argent dont personne ne veut se dessaisir forcent les acheteurs imprudents à se liquider ; la baisse des prix fait tourner le change en faveur de l’Angleterre et la liquidation de la crise commence.

238Les secousses de la crise se succédèrent pendant toute l’année : la première eut lieu au printemps, la dernière, la plus violente, à l’automne. On voulait alors échanger les billets des banques locales contre les billets de la banque d’Angleterre dont la circulation était plus étendue ; on arrivait ainsi directement à la réserve métallique non seulement pour des besoins présents actuels, mais pour des besoins futurs, intérieurs ou extérieurs. Dès que les cours du change avaient tourné en faveur de l’Angleterre, il n’y avait aucun inconvénient à servir ces demandes par un accroissement de la circulation, qui ne devait plus répondre qu’à des besoins intérieurs.

239Au moment de la panique, soixante banques avaient suspendu, entre autres la London-Bank (the house Pole and Co.) ; du 12 au 13 décembre, selon M. Huskisson, personne ne voulait se séparer de son argent ; la méfiance succéda à la plus grande confiance ; l’argent se retire et ne veut plus paraître, même pour les projets les plus sûrs, lui qui se jetait sur les plus douteux. On ne vend que pour les besoins du jour ; le taux de l’intérêt limité à 5 p. 100 fit beaucoup de mal, en empêchant tous les escomptes au-delà de quatre-vingt-dix jours, terme accordé par la Banque. Les négociants furent forcés de vendre à 20 et 30 p. 100 de perte, quand ils auraient trouvé à emprunter à 7, 8 et 10 p. 100.

240Des avances avaient été faites, les produits donnés à crédit à l’échéance n’étaient pas vendus ; restaient donc en circulation les promesses de payer, auxquelles il fallait faire face. Les banquiers de province, ayant vu l’orage se former, s’efforçaient de se procurer des fonds par la Banque d’Angleterre, mais elle refusa son concours, jusqu’à ce qu’un grand nombre de maisons de premier ordre eussent succombé. Dès que la secousse eut ainsi renversé tout ce qui était chancelant, elle changea de conduite et escompta avec la plus grande libéralité tout le papier qui lui fut présenté. Du 14 au 17 décembre 1825, elle émit pour cet usage 5 millions de livres de banknotes. Quant au paquet de notes de 1 livre trouvé par hasard et que l’on envoya aux banquiers de province, quoique souvent on lui attribue une influence magique sur la crise, la somme mise en circulation ne dépassa pas 500,000 livres. Tout ce qui était ébranlé ayant succombé, le crédit reparut.

241Après les belles espérances du début, le bouleversement de la fin fut complet, la gêne fut d’autant plus vive que Mac Culloch estime la circulation du papier en 1825 de 50 p. 100 plus grande qu’en 1823. Cet excès de circulation amène la baisse du change. La Banque avait fait de fortes avances pour la conversion du 4 en 3 1/2 p. 100 ; elle ne mit des obstacles qu’au moment des plus grands besoins, en 1825. La difficulté de tirer sur elle interrompit les opérations des country-banks ; les comptes courants par suite des refus d’escompte diminuèrent, ce fut un sauve-qui-peut général ; on demanda de l’or, non pour exporter, mais pour éviter la dépréciation du papier. À la fin de 1826, le calme est revenu ; en 1827, les prix sont modérés, l’argent facile, la Banque escompte à 4 p. 100. Les mêmes phénomènes s’étaient produits aux États-Unis, surtout pour leur principal commerce, le coton.

242Au sortir de cette convulsion, le parlement tâche d’aviser pour en prévenir le retour. Comme toujours, on accuse le gouvernement, les banques locales, la Banque d’Angleterre. Après avoir permis la circulation des notes au-dessous de 5 livres, on la défend en Angleterre, sauf plus tard à appliquer cette mesure à l’Écosse et à l’Irlande. Walter Scott réclame ; le ministère recule. Afin de prévenir le retour de la crise, on eut recours à de fausses mesures. On rapporta la loi de 1708 qui limitait à 6 le nombre des associés des banques, sauf dans un rayon de 65 milles de Londres pour celles qui émettaient des billets ; quant aux simples associations de banque qui n’en émettaient pas, elles pouvaient s’établir et fonctionner partout dans Londres même. Les avantages de cette liberté ne furent pas compris de suite, on n’en fit pas usage : de 1828 à 1834, le nombre des joint-stock-banks inscrites varie de 6 à 8. Ce fut seulement de 1835 à 1836 qu’au milieu de la spéculation du moment leur nombre s’éleva à 220 d’abord, puis à 280.

243La conduite des directeurs de la Banque pendant la crise de 1825 ne s’inspira pas de l’expérience qu’ils auraient dû puiser dans un passé encore récent : ils augmentèrent d’abord les émissions quand ils auraient dû les restreindre, et les restreignirent quand ils auraient dû les étendre. Tout a déjà été oublié : on retombe dans les mêmes errements, on commet les mêmes fautes que par le passé. Au lieu de resserrer la circulation sous la pression des demandes d’espèces qui assiègent la Banque, on l’étend, puis, voyant que la situation ne s’améliore pas, on la contracte, changeant ainsi de conduite au milieu de la panique, pour finir par émettre encore des billets quand tous les moyens d’échange manquent.

244Ce qui troublait les idées, c’est que les cours des changes ne suivaient pas les variations de la circulation officielle de la Banque. Pour ceux qui ne voulaient pas voir au-delà, l’objection était grave ; il eût suffi cependant d’observer de plus près pour reconnaître qu’il fallait sous ce titre de circulation fiduciaire non seulement comprendre les émissions de la Banque, mais encore celles du pays tout entier sous forme de lettres de change, d’effets de commerce, traites, mandats, etc. Au milieu des enquêtes qui se renouvelaient sans cesse, les directeurs résistaient toujours, ils ne commencèrent à se pénétrer des vrais principes, qu’on devait encore bientôt oublier, qu’après l’enquête de 1832. Il y a donc toujours quelque chose qui aveugle ceux qui paraissent le mieux placés pour voir, et ce ne sont pas les personnes engagées dans les affaires qui sont les meilleurs juges du mécanisme qu’elles dirigent ou plutôt qui les entraîne.

Crise de 1832

245La liquidation de la crise de 1823 terminée dès 1827, la réserve métallique de 1 million de livres était remontée à 10 millions de livres, pendant que le portefeuille s’affaissait et tombait de 12 300 000 livres à 3 200 000 livres. La circulation des billets fléchissait aussi de 26 100 000 livres à 18 300 000 livres.

246Jusqu’alors, on subissait les crises sans se rendre compte des meilleurs moyens à employer pour en modérer l’explosion et les conséquences. Malgré les enseignements et les conclusions de l’enquête de 1810, on ne voulait pas admettre que la circulation du papier dût se régler sur le cours des changes et des métaux précieux. Ce qui avait toujours trompé les directeurs de la Banque, c’est qu’en pratique ils n’avaient pas remarqué que les changes suivissent les émissions des billets, observation incomplète qui négligeait les émissions des banques de province et surtout du papier de commerce, billets, lettres de changes, promesses de payer, etc. ; dès que l’on put s’en rendre compte, la vérité du principe fut reconnue. Dix-sept années de discussions avaient à peine suffi pour faire pénétrer la vérité dans les esprits ; on commençait à comprendre le fait, mais on ne savait pas encore combattre cette funeste influence.

247En 1827 et en 1828, les transactions commerciales furent calmes et régulières ; l’argent était facile, même à bas prix, à 4 p. 100.

248Après le printemps de 1829, l’inquiétude produite par la question de la réforme (reform bill) se répand dans le public.

249Cependant, en présence d’une réserve métallique de 11 millions de livres (26 juin 1830), on n’hésite pas à réduire le nouveau 4 p. 100, déjà réduit, de 1/2 p. 100 à 3 1/2. Nous avons indiqué en 1825 l’opération qui l’avait déjà abaissé de 5 à 4 p. 100.

250En novembre 1830, à la suite de la révolution en France, il y a déjà de la fermentation, du tumulte au sujet du reform bill. Une émeute s’organise pour vaincre l’opposition de Wellington ; on menace de pillage ; la populace se porte sur sa demeure avec un drapeau tricolore ; les boutiques se ferment ; la troupe dut intervenir et dissiper les rassemblements.

251En 1832, les mêmes scènes se renouvellent à la veille de la prolongation du privilège de la Banque. Le bill de la réforme exalte toujours l’opinion publique ; elle manifestait sa haine contre la Banque et Wellington par des placards ainsi conçus : Stop the duke ! Go for gold !

252En 1833, le privilège de la Banque fut prolongé avec défense à toute société de plus de six personnes d’émettre des billets payables à vue à Londres et dans un rayon de 65 milles.

253Voici à cette époque quelle était la situation de la Banque : la réserve métallique de 1 million de livres en 1825, après s’être surélevée à 11 700 000 livres en 1830, était tombée à 4 900 000 livres en 1832. La circulation des billets, bien loin de suivre les mêmes accroissements que dans les périodes précédentes, était descendue de 26 millions de livres à 16 800 000 livres. On ne pouvait donc pas accuser les excès d’émission, les escomptes seuls de 3 200 000 livres s’étaient élevés à 5 900 000. En présence d’une circulation amoindrie, les mouvements des bilans portent surtout sur la réserve métallique et les escomptes.

254Les embarras furent assez courts, mais nous devions les signaler, les comptes rendus officiels en donnent le meilleur témoignage.

255La charte de la Banque allait expirer, on se demandait si son privilège devait être prolongé et on ouvrit une enquête pour embrasser l’ensemble de la situation, mais elle resta incomplète. La discussion porta sur les points suivants :
1o Règlement de la circulation ;
2o Avantages et inconvénients de la publicité des comptes rendus de la Banque ;
3o Avantages et inconvénients de l’établissement des Joint-stock-banks ;
4o Unité et pluralité des banques dans la métropole ;
5o Causes de la panique de 1825 ;
6o Avantages ou inconvénients d’établir les billets de banque Legal tender ;
7o Effets des lois limitant le taux de l’intérêt.

256La majorité des témoins approuva la publication des comptes rendus, mais elle se prononça contre l’établissement des Joint-stock-banks à Londres. Il est vrai qu’ici une question d’intérêt personnel influençait les dépositions ; on goûtait assez au contraire l’idée de faire la Banknote Legal tender, parce qu’on pensait ainsi diminuer les demandes d’or chez les banquiers de province pendant les paniques.

257Ce fut alors que, pour la première fois, on refusa de comprendre sous le nom de circulation les lettres de change du commerce ; mais en même temps, on déclara que le privilège de la Banque d’Angleterre ne s’opposait pas à l’établissement des Joint-stock-banks de dépôts qui se livraient aux opérations de banque sans émettre des billets. On approuvait donc la conduite des banquiers et des Joint-stock-banks, dont le nombre des actionnaires ne dépassait pas six personnes et qui depuis 1772 suivaient ce système, remplaçant les billets par les chèques. La question avait déjà été agitée en 1822 pour les associations de plus de six personnes, sans recevoir de solution. Soulevée de nouveau en 1832, le gouvernement demanda l’opinion de la magistrature et, malgré les réclamations et l’opposition de la Chambre, déclara que dans la charte aucun article n’y mettait obstacle, le privilège était restreint à l’émission du papier. Pour confirmer ce dernier d’une manière plus explicite, on refusa à toute association, quel que fût le nombre de ses membres, de l’exercer dans un rayon de 65 milles autour de Londres.

258Dans la discussion, le comité et les directeurs de la Banque admirent à l’unanimité les conclusions du Bullion report de 1810.

259M. Horsley-Palmer, gouverneur de la Banque, établissait alors en principe qu’on devait employer les deux tiers de l’actif en valeur portant intérêt, et un tiers en espèces métalliques. Il abandonnait du reste au public le soin de régler la circulation selon les cours des changes étrangers.

260Ce fut lui qui indiqua ce célèbre rapport de un à trois que l’on a regardé comme la proportion réglementaire de l’encaisse aux billets. Tout en cherchant à le maintenir, les directeurs n’ont pu empêcher que la crise fût imminente chaque fois qu’il s’est rencontré. Il faut toutefois ajouter que si l’on prend l’ensemble des engagements à vue, circulation des billets et dépôts en compte courant, ce qui change bien la situation (et c’est ainsi qu’il l’entendait), cette proportion peut être regardée comme convenable.

261En 1832 seulement on reconnaît la vérité du Bullion report ; on admet que la circulation doit être réglée par les changes étrangers et par le prix des métaux précieux.

262Instruit par l’expérience de la crise de 1825, M. Horsley-Palmer en 1832 disait que, pour satisfaire des besoins intérieurs, il n’y avait aucun inconvénient à émettre des billets même en excès. Comme toutes les précédentes, cette enquête avait été ouverte à la suite de la crise, pour en chercher les causes et le remède. Pour la première fois, au lieu de faire tout dépendre de la circulation, M. Horsley-Palmer signala toute l’importance de la réserve métallique. Il demande que la Banque conserve toujours 1/3 du numéraire, pour faire face à son passif, c’est la fameuse proportion dont on a tant parlé depuis et dont on parle encore, mais qui ne suffit pas pour prévenir tout danger. Outre la réserve, il n’oublie pas le capital de garantie, qu’il évalue aussi à 1/3 ; il recommande surtout de ne jamais régler l’émission des billets sur les demandes d’escompte et blâme la Banque de maintenir invariable le taux de 5 p. 100. En faisant cette dernière critique, il oubliait les lois sur l’usure qui empêchaient de dépasser cette limite.

263Comme dernier moyen de prévenir les crises, on conseillait la publication des comptes rendus, et on proposait de déclarer les banknotes legal tenders, afin de sauvegarder les réserves des banquiers. On sentait bien que la circulation ne se composait pas seulement des émissions de la Banque, qu’il y en avait une autre en dehors sous la forme de lettres de change, de chèques, d’effets de commerce, mais on ne voulait pas admettre qu’elle en fît partie.

Crise de 1836-1839

264Période de 1836-1839. — Une succession d’abondantes récoltes en 1833, 1834 et 1835 favorisa le développement des affaires. Bientôt la spéculation voulut y prendre part. La charte de la Banque avait été renouvelée jusqu’en 1855, les banknotes avaient été déclarées legal tender tant que le remboursement métallique ne serait pas suspendu.

265En 1834, les emprunts espagnols donnent le pas à la spéculation. Après une année de bénéfices, le branle est donné à la hausse ; elle s’étend à tous les autres fonds américains, portugais, etc. ; le président Jackson, voulant une circulation métallique aux États-Unis, draine la Banque d’août à la fin de 1835. On augmente la circulation de 5 millions, pendant que la réserve métallique qui, aussitôt la crise précédente terminée, était remontée à 11 400 000 livres, s’abaisse à 5 900 000 livres.

266À la fin de 1835, par suite de la suppression de quelques privilèges exclusifs de la banque d’Angleterre, on fonde des joint-stock-banks qui émettent des notes et escomptent le papier de commerce. Ces facilités accordées au crédit font naître les entreprises et les sociétés industrielles : The British-agricultural Loan Company, une autre, for supplying pure spring water, the patent steam paddle Compagny, the safety cabriolet Company, the British and american intercourse Company, the London whale fishery Company, the Liverpool British and foreign trading Company. Puis les entreprises de chemins de fer : d’abord les actions de celui de Londres à Birmingham et Liverpool, qui s’élèvent au-dessus du pair ; après le succès de celui de Liverpool à Manchester toutes les actions font prime. L’espoir des bénéfices futurs produit une grande excitation ; ce fut un déluge de railways, d’exploitations de mines au printemps de 1836. L’esprit de spéculation est intérieur au lieu d’être extérieur comme en 1825, mais le résultat est toujours le même.

267La circulation des joint-stock-Banks s’élevait de 2 700 000 à 3 500 000 livres, sans compter les chèques et les autres instruments de crédit pour remplacer la monnaie. L’excès d’émission, l’Over issue, comme disent les Anglais, produisit ses effets accoutumés : le change devint défavorable (avril 1836) ; on réclama des espèces à la Banque qui maintenait encore le taux de l’escompte à 4 p. 100. Au milieu de toute cette activité et de toutes les demandes qui se dirigeaient vers les banques, il y eut de grandes luttes engagées. Du 25 septembre 1835 au 31 décembre 1836 la circulation des billets des private Banks diminuait de 159,000 et celle des joint-stock augmentait de 1 700 000 livres.

268L’extension des joint-stock-banks à l’Irlande augmente encore la circulation du papier et les facilités de crédit. Toutes elles escomptaient sans mesure le papier déjà escompté, et leur nombre s’élevait à soixante-douze.

269Au même moment le général Jackson refuse de renouveler le privilège de la banque des États-Unis qui expirait en 1836 ; afin d’établir une circulation métallique, il ouvre des négociations pour obtenir des remises d’or. De même, afin d’avoir un nouveau capital disponible, les joint-stock-banks réescomptent leur portefeuille ; ce que voyant, la Banque se décide à élever le taux de l’escompte, et refuse d’admettre leur papier.

270Pour introduire cette circulation métallique plus considérable en Amérique, selon les vœux du Président, après la réduction du papier-monnaie, il faut exporter de l’or à tout prix, ce qui réduit le cours du change et inonde le marché anglais de papier américain.

Bilans de la Banque

Bilans de la Banque

271La Banque elle-même, bien loin de repousser le papier du commerce, se montre facile pour l’escompter. Son portefeuille, de 3 800 000 livres en 1833 pendant la liquidation, s’élève à 19 900 000 livres ; la réserve métallique au contraire, en présence des changes défavorables, s’abaisse de 11 460 000 à 3 800 000 (1833-1836).

272La circulation des billets de 16 500 000 livres s’élève à 20 200 000 (1835-1837).

273Malgré les changes défavorables et le drainage continu de la réserve métallique, les directeurs de la Banque n’avaient pris que des mesures insuffisantes. En juillet 1836 on avait relevé le taux de l’intérêt à 4 1/2 p. 100 ; en août on le porte à 5 p. 100, on réduit les prêts, on refuse l’escompte, et malgré toutes ces mesures restrictives, toutes ces entraves au commerce, le niveau de la réserve métallique baisse toujours.

274Le 14 novembre 1836, l’agricultural and commercial bank d’Irlande avait suspendu, on se précipite sur les banques ; les banknotes, même à Londres, perdent 2 sh. 6 d. ; à la fin de décembre l’encaisse était réduit à 3 800 000 livres. Malgré une situation aussi critique, pour soutenir le crédit de plusieurs maisons américaines à Londres et à Liverpool, la Banque d’Angleterre, se relâchant un peu de ses refus absolus (1er juin 1837), avança jusqu’à 6 millions de livres, ce qui procura un grand soulagement, au moment où le papier de crédit faisait défaut. La crise était complète, ce secours ne pouvait qu’empêcher un plus grand désastre et aider la liquidation des maisons qui tenaient encore. La spéculation forcée de vendre, la baisse de prix des principaux produits eut lieu de décembre 1836 à juillet 1837. Le crédit et le papier douteux disparaissent, le portefeuille de la Banque se vide et ses coffres se remplissent d’espèces. L’assistance qu’elle avait prêtée avait permis de retirer de la circulation tout le papier qui n’offrait pas des garanties suffisantes. Dès la fin de 1837 et pendant toute l’année 1838, le numéraire reflue dans ses caisses : de 3 800 000 livres en 1837 il remonte à 10 500 000 livres, pendant que le portefeuille de 19 900 000 livres est déjà abaissé à 7 400 000 et la circulation de 20 millions de livres à 17 millions. La liquidation de la crise était donc bien avancée.

275Fin de la crise et liquidation. — Malheureusement la récolte de 1838, très insuffisante, oblige à importer pour 10 millions de livres de blé ; au même moment en dehors de l’Angleterre un concours de circonstances fâcheuses vint encore aggraver la situation. L’Amérique, la France, la Belgique, avaient augmenté jusqu’à l’excès leur circulation en papier ; cette exagération des émissions produisait son effet ordinaire et chassait le numéraire de ces pays ; une partie vint se réfugier à la Banque d’Angleterre (de 3 800 000 livres l’encaisse s’était relevé à 10 500 000 livres), mais ce développement artificiel du crédit était arrivé à son terme ; vers la fin de l’année la crise éclate sur toutes ces places. À l’automne de 1838, la banque de Belgique suspend ses payements, on se précipite sur la Banque ; de France cette dernière, pour se défendre, tire le numéraire de Londres : à partir du 18 décembre 1838 le drainage métallique commence et continue jusqu’en octobre 1839.

276Pendant que la réserve métallique s’abaisse de nouveau de 10 500 000 livres à 2 400 000, les escomptes de 7 400 000 livres s’élèvent à 13 800 000 livres. La Banque avait montré la plus grande imprévoyance dans la réglementation du taux de l’escompte. Dès les premiers mois de 1838, pour utiliser son encaisse elle l’avait abaissé de 5 à 4 p. 100. Les changes étaient défavorables à l’Angleterre et favorables à l’Amérique ; on commença donc à y exporter des espèces métalliques pour aider les banques à la reprise des payements. Le drainage continua pendant toute l’année, et cependant, malgré ces signes non trompeurs des dangers de la situation, la baisse de l’encaisse et des changes étrangers, on abaissa l’escompte de 4 à 3 et demi en novembre 1838. Le flux de la réserve métallique prend alors des proportions de plus en plus considérables.

277Le 16 mai 1839, quand elle fut réduite à 4 millions de livres, on élève tout à coup le taux de l’escompte à 5 p. 100, mais on ne le nivelait pas encore avec le prix du marché, et l’obstacle fut insuffisant pour protéger l’encaisse qui baissait toujours. Les directeurs commencent à s’alarmer : le 23 juin ils l’élèvent à 5 et demi et ne reçoivent plus à l’escompte que les lettres de change, ce qui entraîne la baisse des bons de l’Échiquier et des fonds publics sur lesquels les avances ne sont plus possibles. Le 16 juillet la réserve réduite à 2 960 000 livres, on aperçoit enfin, comme dernier terme de la situation, la suppression des payements, et on essaye de prendre quelques mesures pour l’éviter. On offre de céder des annuités, mais à un taux trop élevé : l’opération échoue ; on vend des valeurs publiques jusqu’à concurrence de 760 000 livres, et on tire sur Paris pour 600 000 livres en lettres de change.

278À l’échéance la Banque ne peut les rembourser ; aussitôt les banquiers étrangers, ayant eu connaissance de cette situation, opérèrent la réalisation de leurs effets sur Londres.

279La situation de la Banque était connue, et on savait qu’elle ne pourrait maintenir ses payements en espèces. M. Baring se chargea d’entrer en négociation avec plusieurs banquiers de Paris pour tirer des lettres de change jusqu’à concurrence de 2 millions de livres. La même opération en procura 900 000 sur Hambourg. Elle fut pendant 9 mois en activité, de juillet 1839 à avril 1840, surtout pendant le mois de novembre. On arrêta ainsi un peu les pertes de la réserve métallique, sans toutefois l’empêcher de tomber à 2 406 000 livres. À Hambourg, à la même époque, une crise semblable avait ébranlé le marché ; on fut forcé de porter à 7 p. 100 le taux de l’escompte. Après cette secousse et les ruines qu’elle entraîna, la liquidation de la crise se prolongea jusqu’en 1841.

280Depuis 1827, d’après les conseils des diverses enquêtes, la Banque avait modifié sa gestion. Pour leur obéir, elle s’efforçait de maintenir sa réserve composée d’espèces et de valeurs au niveau de son passif exigible ; le public, par le jeu naturel des changes, devait régler la circulation du papier, que les recours à la Banque vinssent de l’intérieur ou de l’extérieur. Il eût été à souhaiter que tout se passât ainsi, mais cette heureuse proportion ne put se maintenir. Malgré ses efforts, même avec une légère hausse du taux de l’escompte de 4 et demi à 5 p. 100, le niveau de l’encaisse baissait toujours. Le réescompte du papier par les joint-stock-banks doublait le péril. La Banque finit par leur refuser toute nouvelle avance, ce qui rendit la situation encore plus critique.

281Au plus fort de la crise, sans réserve, elle vient au secours des maisons de Liverpool engagées avec l’Amérique en leur prêtant 6 millions de livres pour leur permettre de retirer de la circulation une partie du mauvais papier qui l’encombrait ; cette suppression permit aussitôt le reflux des espèces qui vinrent remplir le vide en relevant la réserve métallique de 3 millions de livres à 10 millions de livres (1837-1838). La crise paraissait passée en Angleterre, elle gagne le continent, s’y étend et la mauvaise récolte de 1838-39, la plus mauvaise depuis 1816, oblige l’Angleterre encore chancelante à importer pour 10 millions de livres de blé.

Tableau des bilans par mois

Tableau des bilans par mois

282La spéculation mal engagée en France, en Belgique, en Amérique, avait fait refluer l’or en Angleterre.

283Le reflux des espèces qui s’était produit à la fin de 1837 et en 1838 avait trompé la banque d’Angleterre. Elle se croyait à l’abri de tout danger ; sans tenir compte de l’embarras des pays voisins, elle abaissait le taux de l’escompte de 5 à 4 p. 100 ; elle envoyait même de l’or en Amérique, malgré le change contraire sur Londres, ce qui soutirait doublement le numéraire. Les deux crises de 1836-37 et de 1839 qui ébranlèrent les marchés d’Europe (France, Angleterre, Belgique et États-Unis) ne forment qu’une seule et même crise, compliquée aux États-Unis d’une grande opération d’État sur la banque et d’une colossale opération sur les cotons dirigées par M. Biddle, le directeur de la Banque. La crise en Angleterre et en France avait éclaté en 1836-37, mais dès 1838 elle était presque liquidée comme l’indique l’inspection seule des bilans. Il n’en était pas de même aux États-Unis : on avait puisé des secours en Europe pour masquer la crise de 1837, mais on n’était pas liquidé, de là la nouvelle chute en 1839 qui retentit si violemment sur le marché anglais.

284Malgré la solidarité des crises sur tous les grands marchés, il ne faut pas s’étonner si, dans quelques circonstances, par suite d’une spéculation engagée et non liquidée, il y a sur certaines places des recrudescences de crise qui ébranlent de nouveau les pays avec lesquels ils sont en relation d’affaires, c’est ce qu’on a revu en 1866 pour l’Angleterre après la crise de 1864.

Crise de 1847

285Période 1839-1847. — L’ébranlement avait été si profond en 1839 que la réserve métallique ne put être reconstituée avant 1842 ; de 2 400 000 livres, elle remonta seulement à 11 100 000 livres. La circulation des billets qui, de 20 900 000 livres en 1838, était descendue un moment à 15 500 000 livres en 1839, remonta bientôt à 20 300 000 livres avec le retour des espèces.

286L’enquête dont on fit suivre la crise de 1839 peignit très fidèlement, comme toutes les autres, la situation des esprits.

287En présence de ces accidents qui se reproduisent périodiquement, on oublie les véritables principes, et on essaye encore une fois par la théorie du currency principle d’imposer des limites infranchissables à l’émission des billets.

288En 1810, 1819, 1833, on avait blâmé ces mesures qu’on avait conseillées, mais dont on s’était toujours écarté au moment critique ; Robert Peel lui-même les avait repoussées ; en 1840 il était ébranlé et penchait de nouveau pour la restriction légale. Au milieu de toutes les théories qui avaient cours alors, celle qu’il acceptait le trompait. D’après elle, il pensait que les avances des banques étaient toujours faites avec un capital réel, tandis qu’elles ne sont qu’une simple circulation de crédit. Pour lui, d’après le currency principle, les billets en circulation ne devaient jamais dépasser le volume de l’or et de l’argent dont ils tiennent la place : si tel était le mécanisme des banques, leurs opérations ne porteraient plus sur du crédit, mais sur du comptant.

289D’ailleurs l’acte de 1844 lui-même n’a pas été fidèle à ce principe : il autorise l’émission de 11 millions de livres en billets contre une égale somme de fonds d’État qui ont été à l’origine payés en or ; les moyens de circulation ont donc été doublés. Le public a eu entre ses mains l’or, plus les billets, c’est là le fond de tous les systèmes basés sur une émission de notes garanties par des valeurs. L’expérience a prouvé qu’elles peuvent être une garantie morale, mais que dans aucun cas elles ne peuvent garantir le remboursement en espèces.

290L’enquête de 1840 établit le currency principle et blâme le Bullion report, c’est une humiliante enquête, tout manque dans la discussion, pas de conclusion, on demande un second comité.

291En 1810, 1819, 1833, on avait blâmé la limitation des notes ; Robert Peel lui-même la réclamait alors et fit prévaloir son avis dans l’acte de 1844.

292Au milieu de toutes ces discussions, les crises se reproduisaient périodiquement et on cherchait toujours un remède préventif ou curatif. À cette époque on s’occupait surtout du premier et Robert Peel dirigeait le mouvement.

293Jusqu’ici on attribuait toutes les crises à l’abus de l’émission des banknotes par les banques et surtout par la Banque d’Angleterre. La suspension des payements en 1797, les variations de prix de l’or et des produits avaient entraîné des troubles dont on n’avait pas perdu le souvenir et, sans tenir compte du Bullion report, les anciennes théories comptaient toujours un grand nombre de partisans.

294Il était admis :
1o Que les banknotes émises par les banques et payables au porteur étaient distinctes de toute autre forme de papier de crédit ;
2o Ces banknotes émises devaient représenter les métaux précieux déplacés dont elles tenaient la place et égaler la somme métallique qui serait en circulation si elles n’existaient pas.

295On voit de suite où menait une pareille théorie : à la limitation la plus complète de l’émission des banknotes par la Banque d’Angleterre et à la suppression de cette faveur dont les banques de la Grande-Bretagne jouissaient, sauf dans un certain rayon en dehors de Londres.

296Imposer un chiffre maximum à la circulation des billets, c’était oublier l’expérience, déjà plusieurs fois acquise, de leur utilité dans certains moments critiques.

297On était embarrassé par suite des principes qu’on avait posés, et si sur certains points on négligeait l’expérience, dans d’autres cas on s’appuyait sur elle.

298Ainsi on n’osait pas revenir à la pratique des banques de dépôt et obliger la Banque d’Angleterre à garder en espèces dans sa réserve métallique une somme égale à celle des billets en circulation ; mais alors quelle quantité laisser circuler à découvert ? Ici on tient compte de l’expérience, on observe, et dès qu’on a constaté que le chiffre de 14 millions de livres a été le minimum auquel s’est maintenue la circulation des billets aux moments les plus critiques, on l’adopte comme base, d’autant plus que la Banque ayant prêté une somme pour ainsi dire égale au gouvernement, ce sera la contrepartie. Ces 14 millions de livres de billets mis en circulation ne seront pas représentés par des espèces en caisse, mais par la dette du Trésor public envers la Banque. Nous rentrons dans une opération ordinaire de banque.

299C’est une exception à la règle dont le Trésor profite seul, il est vrai, mais ce n’en est pas moins une violation du principe posé comme règle. Quelle que soit la garantie, ces 14 millions de livres de banknotes sont en excès sur la circulation métallique. Le titre de rente reçu en échange a été payé en or, puis on a émis des billets, ce qui a doublé la somme, c’est là le fond de tout système basé sur une émission de notes garanties par des valeurs.

300En 1819, R. Peel pensait qu’il suffisait de maintenir le prix de l’or au prix de la monnaie en augmentant ou diminuant la circulation des billets sans leur assigner aucune limite. Voyant par expérience que la réserve métallique était toujours menacée, et ne sachant comment la protéger, il crut y parvenir en imposant des limites infranchissables à l’émission des billets (acte de 1844).

301On suppose toujours que les crises tiennent à l’excès d’émission des billets, malgré les exemples des Banques d’Amsterdam et de Hambourg qui n’usaient pas de ce moyen.

302La fonction d’un banquier consiste à acheter des dettes avec des promesses de payer, c’est-à-dire par des crédits ouverts. Cette méthode a permis l’établissement des joint-stock-banks qui ne jouissent pas du privilège de l’émission.

303Le législateur se faisait donc une grande illusion quand, en les privant de l’émission des billets, il pensait les empêcher de trafiquer du crédit.

304Si un instrument de crédit remplit exactement la même fonction que la monnaie, on peut le considérer comme monnaie, il faut seulement que l’échange en soit toujours facile.

305L’acte de 1844 avait pour but de faire varier la circulation des billets dans la même proportion que les espèces métalliques ; l’expérience a prouvé que par ces moyens le but n’était pas atteint. Malgré tous les efforts de la Banque pour restreindre sa circulation, elle voyait sa réserve métallique disparaître chaque jour jusqu’au moment où il fallait : ou suspendre les payements, ce que l’on voulait éviter à tout prix, ou suspendre l’acte de 1844.

306Ce n’est que depuis 1857 qu’on a compris, et encore tout le monde n’est pas de cet avis, l’efficacité de la hausse ou de la baisse du taux de l’escompte pour remplir ou pour vider les encaisses des banques.

307Veut-on arrêter la sortie des espèces métalliques sous l’influence des changes défavorables ou même les faire rentrer, il suffit de hausser le taux de l’escompte.

308Veut-on les faire sortir, il suffit de l’abaisser. L’acte de 1844 n’a pas compris ce mécanisme si simple, de là son inefficacité et ses échecs répétés.

309On cherchait à prévenir les abus de l’émission des billets, et on ne se rendait pas compte que les billets de la banque d’Angleterre n’étaient pas les seuls coupables. Sous le nom de circulation, il faut comprendre non seulement les billets de la Banque, mais encore et surtout tous les effets de commerce mis en circulation pour le règlement des opérations à crédit, et on sait que ces opérations embrassent tout le commerce de gros. C’est donc là le plus souvent bien plus qu’à la banque qu’il y a excès d’émission, défaut de balance qu’on essaye de corriger en puisant des espèces dans les caisses de la Banque sans avoir recours à ses billets dont la limitation ne peut avoir aucune action.

310Dans les crises, le seul critérium de l’excès d’émission du papier ne doit pas se chercher dans le chiffre de l’émission officielle de la Banque, mais dans la comparaison de la valeur du papier qui circule, billets de banque, effets de commerce, avec les métaux précieux. Dès que sous l’influence des changes contraires les demandes d’espèces affluent à la Banque, c’est que l’équilibre est rompu, le papier ne circule plus à l’intérieur ou à l’extérieur au pair avec l’or, c’est là la cause des crises ; limiter l’émission, c’est hâter l’explosion, sans préserver l’encaisse toujours exposée aux demandes des comptes courants.

311C’est en émettant du papier, qui revient de suite au remboursement, qu’on augmente les embarras et qu’on retarde la contraction du crédit nécessaire pour amener la liquidation des crises ; c’est seulement quand l’époque la plus critique est passée, quand la plupart des maisons qui se soutenaient artificiellement par des recours à la Banque ont succombé, quand comme moyen de circulation on ne demande plus des espèces, mais des billets pour la circulation intérieure, c’est alors seulement, quand tout est ébranlé, qu’une prudente émission ou l’assurance seule de ne pas manquer de billets, sans même qu’on en réclame, peut apporter beaucoup de calme sur un marché qui a perdu l’équilibre. Quand on suspendit l’acte de 1844 en 1847 et en 1857, les cours des changes étaient déjà favorables ou sur le point de le devenir, ce qui indique clairement que les demandes d’espèces avaient cessé. Voilà la véritable pierre de touche. Toutes les mesures minutieusement prises pour renfermer dans d’étroites limites la circulation des billets : séparation de la Banque en deux départements, suppression de l’émission des banques privées, rien n’empêchera l’or de s’écouler quand les changes seront contraires, et, sur les mesures à prendre pour le retenir dans ces cas, l’acte de 1844 est muet. Des nombreux articles dont se compose le bilan des banques, tous plus ou moins mobiles selon les circonstances, il réglemente et enferme dans des limites infranchissables celui qui l’est le moins, la circulation des billets.

312Les heureuses récoltes de 1842, 1843, 1844 permirent aux affaires de se développer et à la réserve métallique de se reconstituer :

313Ce fut le chiffre maximum qui, ainsi qu’on le remarquera, avait été atteint pour ainsi dire à 300 000 livres près avant l’acte de 1844, par suite du mouvement naturel, régulier et normal que l’on observe dans chaque période après les crises.

314De 13 millions en 1839, les escomptes de la Banque retombent à 6 millions en 1841, diminution de plus de 46 p. 100. La réserve métallique se relève de suite de 2 à 4 millions en 1840. Le 10 janvier, la Banque d’Angleterre réduit le taux de l’intérêt de 6 à 5 p. 100. Chez les brokers, en 1842 l’intérêt tombe à 4 1/2 (janvier), en mars à 3 1/2, en août à 2 1/2, enfin en 1843 à 2 p. 100 et même à 1 1/2 p. 100. Jusqu’en 1846, les oscillations limitées à 1 ou 2 p. 100 suivent celles de la réserve métallique. Le prix des consolidés, 3 p. 100, s’élève de 89 en 1841 à 100 en 1844.

315Les bons de l’Échiquier, de 2 1/2 p. 100, tombent à 1 1/2. Le change sur Paris, de 25,43 se relève à 25,65, c’est-à-dire au pair avec l’argent.

316Le reflux des métaux précieux continue, de 4 millions de livres à 16 600 000 livres en 1845, simultanément la circulation des banknotes s’élève de 15 400 000 livres à 22 millions de livres et le portefeuille de 6 100 000 livres à 23 200 000 livres. Les dépôts privés de 3 200 000 livres se sont aussi relevés à 18 900 000 livres.

317Cette abondance de capitaux persiste de 1842 à 1845. La concurrence faite par les banquiers à la Banque réduit même l’escompte annuel du papier à 2 millions de livres en 1845. Pour trouver un emploi à tous ces capitaux en quête de placement, la spéculation accourt. Elle s’occupe d’abord de multiplier les joint-stock-banks ; le Parlement, afin de la satisfaire, vote une dépense de 340 millions de livres pour les railways. On peut estimer à 500 millions de livres la valeur de tous ces projets qui se vendaient à prime en juillet, août et septembre 1845, et ces primes étaient énormes. Ainsi le chemin de fer de Leeds, dont les actions étaient de 50 livres, sur lesquelles 2 liv. 10 sh. versées, se vendaient en mars 3 liv. 10 sh., en septembre 23 liv. 15 sh., en novembre 4 liv. 15 sh.

318La prospérité artificielle ainsi créée peut s’évaluer à 50 millions de livres.

319Cependant dès le 16 octobre 1845 la Banque relève le taux de l’escompte de 2 1/2 à 3 p. 100 ; le 6 novembre, à 3 1/2 ; puis, en août 1846, avant la récolte, elle le rétablit de nouveau à 3 p. 100.

320Plus l’année s’avance, plus l’insuffisance de cette récolte devient sensible, plus le drainage de la réserve métallique augmente sans que la Banque prenne aucune mesure pour s’y opposer.

321À l’automne de 1846, la récolte des pommes de terre manque, le déficit de la moisson des céréales commence à se faire sentir. Du milieu de septembre à la première semaine de novembre, la réserve métallique tombe de 16 millions à 14.

322La manie des chemins de fer avait converti le capital flottant en capital fixe ; aussi, en janvier 1847, les appels de fonds sur les actions sont pénibles et causent des embarras. Le 14 janvier 1847, la Banque élève l’escompte à 3 1/2 p. 100, le 21 janvier à 4 p. 100, le 8 avril à 5 p. 100, à la fin d’avril à 5 1/2. La plus grande gêne eut lieu dans les dernières semaines du mois.

323Pendant tout ce mois d’avril, l’escompte fut à 5 p. 100 ; en dehors de la Banque, à 6 p. 100.

Situation de la Banque d’Angleterre en janvier, avril et octobre 1847

Situation de la Banque d’Angleterre en janvier, avril et octobre 1847

324L’exportation du numéraire, qui s’était calmée en juin, recommence en juillet. L’intérêt hausse encore, on n’accepte plus que les billets à un mois (2 août 1847) à 5 p. 100, au-delà à 5 1/2 p. 100 ; puis, le jeudi suivant, le minimum de l’intérêt est relevé à 5 1/2 p. 100. Mais tout était déjà compromis. Les directeurs de la Banque, au lieu de s’efforcer de réduire la circulation des billets proportionnellement à la baisse des espèces métalliques, pour suivre les préceptes de l’acte de 1844, avaient laissé s’épuiser la réserve des billets, leur seule et unique ressource, avant de prendre aucune mesure défensive.

Tableau de la situation de la Banque en août et avril 1846-47

Tableau de la situation de la Banque en août et avril 1846-47

325De 9 450 000 livres elle était tombée à 2 558 000 livres ; sans s’occuper des intérêts du commerce, ils cherchèrent alors à la défendre par tous les moyens en leur pouvoir, en employant malheureusement les plus nuisibles. Ainsi le taux de l’intérêt porté à 5 p. 100 n’était que nominal, on n’escomptait plus que les effets de commerce d’une très courte échéance, quelques jours au plus, et on limitait le chiffre des bordereaux des meilleures maisons. On n’accordait aucun renouvellement ; l’escompte était pour ainsi dire suspendu ; à ce moment le taux de l’escompte en dehors de la Banque s’éleva à 9, 10 et 12 p. 100. Sous l’influence de ces mesures, le drainage des espèces métalliques s’arrêta un peu ; les changes, quoique toujours contraires, s’améliorèrent : en juin la réserve métallique était remontée à 10 526 000 livres et la réserve des billets à 5 625 000 livres ; cependant la situation était toujours tendue.

326À la fin du mois le niveau de la réserve métallique baissa de nouveau, et cette baisse continua sans interruption jusqu’au moment le plus critique en octobre, malgré les mesures tardives et insuffisantes prises par la Banque.

327Il y eut cependant une détente passagère. Le 2 septembre, le taux de l’intérêt avait été réduit à 5 p. 100 ; mais bientôt les suspensions de payements redoublent ; la crise, qui avait paru se calmer au mois d’août, continue et augmente d’intensité.

328Le prix du blé, après s’être élevé à 105, retombe à 76 shellings, ce qui entraîna un grand nombre de faillites et vint encore s’ajouter à tous les embarras. Les changes contraires agissaient sans cesse sur la réserve métallique et la réduisaient chaque jour.

329La crise s’aggrave de nouveau, quoiqu’il y ait eu une rémission des symptômes ; les consolidés baissent de 86 à 85 ; le 23 septembre on remet l’escompte à 6 p. 100. Le 1er octobre on refuse les avances, on bat monnaie de tout, le discrédit est général. Le 9 octobre, la réserve des billets était retombée à 3 300 000 livres. Le conseil de la Banque annonce que le taux de l’escompte sera fixé à 5 1/2 p. 100 pour les effets à l’échéance du 15 ; mais on refuse toutes les avances sur les consolidés et les bons de l’Échiquier, ce qui entraîne une énorme dépréciation de ces valeurs ; le 13, on signale la suspension de plusieurs barques : Abingdon old Bank, Royal Bank Liverpool ; les consolidés, de 79 baissent à 77.

330Le 16 octobre le taux de l’escompte variait de 5 1/2 à 9 p. 100, la réserve métallique était réduite à 8 300 000 livres, la réserve des billets à 1 500 000 livres, les escomptes et avances s’étaient élevés à 21 100 000 livres ; seule la circulation des billets dans les mains du public n’avait pas varié, elle était toujours de 20 360 000 livres.

331Du 18 au 23 octobre on se trouve dans le plus grand embarras : les suspensions continuent, entre autres l’Union Bank de Newcastle. Comme il n’y a plus aucun espoir dans le secours de la Banque, les escomptes cessent complètement au dehors ; on ne veut à aucun prix se séparer de son argent ; on demande de toutes parts la suspension de l’acte de 1844. Le 23 octobre, le ministère accorda à grand’peine la permission tant désirée de passer outre, d’escompter et de faire des avances en prenant pour base 8 p. 100 comme taux minimum de l’intérêt. Un bill d’indemnité devait être présenté au Parlement. La Banque n’usa pas de cette autorisation. À partir du jour où la lettre fut publiée, pour répondre à toutes les demandes du public on n’émit que 400 000 livres en billets, tout en restant dans les limites réglementaires, mais en maintenant le taux de l’escompte à 9 p. 100. La secousse avait été assez forte pour faire tomber tout ce qui était ébranlé ; les demandes diminuèrent de suite ; ce que l’on réclamait de la Banque, ce n’était ni des banknotes ni de l’or, mais l’espoir d’en avoir à un moment donné.

332La gravité des embarras en 1847 fut en rapport avec les grandes oscillations de prix du blé. Les premiers eurent lieu en avril, au moment où les prix s’élevèrent de 70 à 105 shellings et même au-dessus. À ce taux le blé arrivait de toutes parts et les prix s’abaissèrent bientôt à 76. C’est ce double mouvement dont nous suivons les effets sur les bilans de la Banque. Outre la situation de la place qui était mauvaise, il y a eu un grand nombre d’engagements qui n’ont pu se dénouer sans entraîner des troubles profonds, c’est ce que nous montrent les deux paniques d’avril et d’octobre ; mais c’est toujours la même crise, il n’y en a pas deux, comme on l’a prétendu. Nous verrons les mêmes accidents se reproduire pour le coton en 1864.

333La mesure prise, on la critique, se demandant de quelle utilité peut être une loi que l’on suspend. Avant d’arriver à cette extrémité, on avait proposé d’émettre des notes de 1 livre pour remplacer l’or, espérant ainsi que le papier émis ferait peu à peu rentrer du métal pour l’exportation. Ces billets de 1 livre devaient être garantis par des valeurs.

334Qui douterait, disait-on, de la solidité de 50 millions de livres de notes émises contre garantie de 34 millions de livres en consolidés et de 16 millions de livres en or ? Alors que la Banque économise déjà 14 millions de livres (son capital représentant de l’or) par l’émission des billets de 5 livres, elle pourrait économiser 20 millions de livres de plus par l’émission de notes de 1 livre. C’était cependant une illusion de croire qu’en échange de cette émission on ferait rentrer pour la même somme de l’or dans les caisses de la Banque.

335Pour répondre à toutes les objections, on déclarait même que la circulation ne serait pas dépréciée, parce qu’on exporterait du métal pour la même somme ; que ce serait comme la production d’une nouvelle mine ; que chaque note émise déplacerait la même somme en or ; que le taux de l’escompte baisserait et permettrait de répondre aux demandes du public ; que le gouvernement économiserait ainsi une partie des frais du monnayage : autant d’erreurs formulées en peu de mots.

336Dans ces moments le capital manque et non pas les moyens de circulation ; ce capital n’a aucun rapport avec l’émission des billets.

337Il s’agit de savoir quelle somme la Banque peut avancer à l’aide des billets et des dépôts qu’on lui confie, tout en maintenant le remboursement à vue.

338On accuse la restriction de l’émission d’être la cause de tous les embarras ; pour soutenir cette opinion il ne faut pas observer les bilans, car on constaterait que des trois principaux articles, portefeuille, encaisse et circulation, c’est ce dernier qui est le moins mobile, même là où il n’est pas limité par la réglementation. Ainsi en Angleterre, en 1846, la circulation du 4 septembre au 9 octobre reste stationnaire, pendant que le portefeuille s’élève de 3 900 000 livres, la réserve métallique seule est encore touchée, quoique le taux de l’escompte ait été élevé de 5 1/2 à 8 p. 100.

339La Banque a fait des avances pour une plus grosse somme qu’elle n’a émis de billets.

340L’accroissement du portefeuille (14 millions) a été réalisé, pour la plus grosse part, à l’aide de crédits en comptes courants, ce ne sont donc pas les billets qui ont fait défaut.

341On réclame du crédit non pas pour avoir des billets, mais pour avoir sous la main une certaine quantité d’or.

342L’encaisse des banques n’est pas un capital sous clef, c’est un fonds de garantie qui permet sur une plus grande échelle la distribution du capital dans des conditions de prudence et de sûreté qu’on ne trouverait pas ailleurs.

343Ce n’est pas du papier que l’on demande, c’est du métal, pour acheter des produits, ou plutôt pour payer les dettes qu’on a contractées sur les marchés étrangers.

344Cette suspension de l’acte de 1844 produisit son effet, aidée surtout par l’élévation du taux de l’escompte.

345Toutes les transactions n’étant plus menacées d’un arrêt complet, le calme reparut sans même qu’on dépassât la limite légale, car on n’émit que 400 000 nouveaux billets. Au taux auquel était maintenant l’escompte il fallait se liquider, ce qui était déjà fait en partie ; quant à ceux qui n’étaient pas engagés, ils étaient sans inquiétude, puisque la Banque leur offrait toujours des billets, et ils ne demandaient que du crédit.

346Le mécanisme de la Banque n’était pas encore bien compris ; la chambre des lords cependant déclarait qu’elle approuvait la violation de l’acte parce que les changes commençaient à devenir favorables, ce qui prouve bien que déjà la bourrasque était passée et que cette violation eût été inutile si le taux de l’escompte avait été élevé plus tôt et avec plus de décision.

347Le commerce en 1847, comme toujours, après avoir succombé sous l’influence des changes contraires, les vit tout à coup se retourner en sa faveur et faire refluer le numéraire dans les caisses de la Banque.

348Sans se rendre compte de ce qui se passait, les négociants disaient au directeur, qui ne savait plus comment répondre aux demandes, enchaîné qu’il était par les limites de l’acte de 1844 : nous ne demandons pas des notes, mais confiance.

349On avait noté entre la réserve métallique et la circulation des billets une proportion bien meilleure que celle qu’on avait observée jusqu’ici aux époques de crise et on l’attribuait aux dispositions sévères établies par l’acte de 1844 pour régler l’émission sur la réserve métallique ; mais en réalité cette dernière seule variait avec la réserve des billets conservés au département de l’émission pour des besoins qui n’existaient pas encore, et, quand ils se faisaient sentir, la diminution de l’encaisse avait fait disparaître tous les billets par le mécanisme même de l’acte, puisqu’au-delà de 14 millions de livres, tout billet émis devait être représenté par du numéraire en caisse. Le seul avantage de l’acte de 1844, c’est d’empêcher la réserve métallique de descendre au-dessous d’un certain niveau sans appeler l’attention des directeurs, qui se trouvent ainsi placés dans une double alternative, ou de suspendre les affaires, ou de violer la loi ; tandis qu’auparavant on laissait disparaître toute cette réserve métallique avant de prendre aucune mesure défensive ; puis, réduit à cette extrémité, on supprimait tout secours au commerce en refusant l’escompte et les avances.

350La Banque n’a ainsi aucune action sur la circulation des billets qui se trouvent dans les mains du public. Elle sent seulement le péril de sa position quand sa réserve de billets baisse et qu’elle voit avec effroi approcher le moment où, un matin, elle ouvrira ses portes avec 1 million de livres, comme en 1847, ou 900 000 livres, comme en 1857, pour répondre à tous les besoins du commerce ! Dans ce cas, il n’y a qu’une double alternative, ou suspendre les affaires, ou suspendre la loi. La crise à ce moment est aussi complète et aussi grave qu’à toutes les époques antérieures. On cherche donc en vain quelle a pu être l’action préventive de la réforme de Robert Peel, puisque rien n’a été combiné pour empêcher d’arriver à cette extrémité et détourner ce malheur, tout son rôle se bornant à signaler sans y porter remède la gravité de la situation. La limitation de la circulation ainsi comprise échappe à tous les règlements législatifs. Sans la hausse de l’escompte au-dessus de 5 p. 100, qui pour la première fois a été mise en pratique en 1847, quoique l’acte n’en fasse pas même mention, la réserve métallique aurait complètement disparu comme précédemment, même avec l’interruption complète des opérations de l’escompte, ce qui eût porté un coup bien autrement grave aux affaires.

351Malgré les changes défavorables avec l’étranger et les pertes incessantes de la réserve métallique, l’administration de la Banque s’était décidée trop tard à se servir de ce moyen ; la crise était complète quand elle porta l’escompte à 9 p. 100.

352Ce fut alors qu’en présence de l’impuissance de l’acte de 1844, on commença à comprendre l’action irrésistible du frein que l’on avait dans les mains. On reconnut qu’en combinant le taux de l’intérêt et le proportionnant à la demande des espèces métalliques, on pourrait arriver d’une manière certaine à protéger l’encaisse des banques, tout en maintenant le remboursement à vue des billets.

353Depuis ce moment l’instabilité même de ce taux prouve que l’on a un peu abusé de ce moyen. Sans attendre qu’un mouvement dans un sens ou dans un autre fût bien accusé, on s’empressait de l’élever ou de l’abaisser, et souvent en jetant ainsi de l’incertitude dans les affaires, sans cependant prendre des mesures assez fermes et sévères quand la crise était imminente, comme en 1847 et 1857, on leur portait le dernier coup.

354M. Mac-Leod, un des premiers, dans son Traité des opérations de banque, avait donné une échelle indiquant, selon le niveau de l’encaisse métallique, le taux de l’escompte correspondant qu’il fallait adopter. C’est pour avoir suivi ces principes que le commerce, en 1864, subissant dès le début l’escompte à 7 p. 100, terme auquel on n’était arrivé qu’à la dernière extrémité en 1847 et 1857, a été maintenu et modéré, en même temps que soutenu et préservé des bouleversements que les crises précédentes lui avaient toujours et inévitablement fait éprouver.

355En 1847 Francis Baring témoigne avec candeur son étonnement du peu de rapport qui existe entre les espèces en caisse et les billets en circulation, fait imprévu pour les auteurs de l’acte de 1844 : la réserve métallique avait baissé de 6 600 000 livres et la circulation des billets de 2 600 000 livres de janvier à octobre.

356Dès que le parlement fut réuni en 1848, il ouvrit une enquête qui ne fut pas l’objet de la même attention à la Chambre des communes et à la Chambre des lords. Dans la première, le rapport très court, sans s’appuyer sur l’ensemble des dépositions, se borna à conseiller le maintien de l’acte de 1844. À la Chambre des lords la discussion fut plus sérieuse : parmi les amendements, on recommandait surtout de se relâcher et d’étendre les limites dans lesquelles la circulation était resserrée, pourvu que les changes fussent favorables. On ne se rendait pas encore un compte exact des véritables moyens à employer, non seulement pour prévenir, mais pour modérer l’explosion des crises commerciales. Le chiffre maximum de 14 millions de livres imposé à la circulation à découvert et les variations qui au-delà devaient suivre le niveau de l’encaisse métallique, s’élever et s’abaisser avec lui, ne paraissaient pas remplir le but qu’on en attendait : Robert Peel lui-même l’avoua avec une grande franchise. On revenait donc aux conclusions du Bullion report qui conseillaient d’abandonner la circulation à elle-même, quand les changes étaient favorables.

357On constatait cependant entre la réserve métallique et la circulation des billets un meilleur équilibre que par le passé et on se demandait quelle en était la cause ? Vouloir attribuer cet heureux effet à l’acte de 1844, c’était oublier que ce changement s’était naturellement produit par le reflux des espèces métalliques après la crise de 1837, alors que l’année même où l’acte fut voté, la réserve métallique de la Banque de £ 2 400 000 s’élevait à £ 16 300 000 (1839-1844).

358En 1847, l’acte de 1844 mis pour la première fois à l’épreuve, de suite on en a reconnu l’insuffisance ; non seulement elle a été palpable, mais le mécanisme lui-même n’a pas répondu à ce qu’on attendait et à toutes les combinaisons prises dans ce but. Ainsi la circulation des billets dans les mains du public au lieu de diminuer et de suivre le niveau des espèces a été presque insensible ; ce qui baissait, c’était la réserve des billets, la seule réserve de la Banque, quand elle a été entamée, les échéances et les avances ont été restreintes, pour ne pas dire suspendues.

359Le taux de l’escompte a été porté à 10, 11 et 12 p. 100, toutes mesures qui ne sont pas prévues dans l’acte de 1844. Grâce à leur emploi, l’équilibre se rétablit, quoique la Banque eût encore hésité avant de les prendre à temps ; elle avait même baissé l’escompte, alors que le drainage des espèces se faisait sentir sous l’influence des changes défavorables !

360Un fait très curieux se produisit alors ; en présence de la hausse de l’escompte, on débarqua de l’or déjà embarqué pour l’exportation. Où trouver une démonstration plus probante de son efficacité ? On le remplaça donc par des produits dont les prix étaient déjà en baisse.

361Les conclusions du comité de la Chambre des lords furent bien supérieures à celles de la Chambre des communes. Le rapporteur, blâmant les limites artificielles qu’on avait essayé d’imposer à la circulation et approuvant l’élévation des taux de l’escompte pour préserver l’encaisse, n’hésita pas à préconiser cette dernière méthode comme la seule à employer pour maintenir la circulation du papier au pair avec l’or dans les crises les plus violentes.

362Il n’approuve pas les limites imposées à la circulation et conseille de ne pas en tenir compte quand les cours du change sont favorables ; appliquer l’acte sans discernement, c’est aggraver la crise. Dire que la suspension de l’acte n’en est pas une violation, c’est de l’aveuglement et vouloir tromper l’opinion publique qui cherchait à se reconnaître. Après avoir insisté sur la nécessité de la hausse de l’escompte comme unique remède, il regrettait que les directeurs de la Banque y eussent eu recours si tard et dans une mesure bien insuffisante. Le chancelier de l’Échiquier, consulté sur l’utilité de cette mesure, répondait : Élevez le taux de l’escompte tant qu’il vous plaira.

363Le comité de la Chambre des communes approuvait l’acte et ne voulait y apporter aucun changement.

364Deux des principaux membres de la commission d’enquête ont ainsi formulé l’opinion de l’époque sur les causes de la crise :

365Selon M. James Morris, un des anciens directeurs de la Banque d’Angleterre, une des principales causes de cette crise fut la chute du prix des blés de 120 à 60 sh. Par cette appréciation il ne fait allusion qu’à la seconde partie de la crise, négligeant la première.

366Selon lord Overstone (John Loyd), il ne peut y avoir à ce sujet qu’une seule opinion. La crise de 1847 doit être attribuée aux appels successifs faits au capital, par suite de l’insuffisance de la récolte et de la quantité des denrées qu’il fallut faire venir de l’étranger. La crise fut aggravée par le défaut d’approvisionnement des matières premières, telles que coton, laine pour les manufactures, qui devaient fournir les moyens de payer les importations des céréales. À toutes ces causes il faut joindre les sommes énormes retirées du commerce et des affaires pour la construction des voies ferrées.

Tableau des bilans par mois

Tableau des bilans par mois

Crise de 1857

367La liquidation de la crise de 1847 ayant fait disparaître une grande partie des maisons dont le crédit était trop engagé, la situation des affaires se trouva rétablie sur des bases stables et on entra dans une nouvelle ère de prospérité. Le mouvement de reprise, si l’on en juge par les escomptes, commença à se faire sentir à la fin de 1849 et en 1850. Il continua dans les années suivantes, surtout depuis le 2 décembre 1851 jusqu’au début de la guerre de Crimée. Les escomptes, de 9 500 000 £, s’étaient élevés à 19 100 000 ; les craintes d’une guerre générale, l’inquiétude qui en résultait, imposent un temps d’arrêt et un assez sensible ralentissement dans les affaires ; mais dès l’année suivante, aussitôt que l’on s’aperçoit que la guerre sera circonscrite en Crimée et que les complications sont moins à craindre, le mouvement reprend son cours. Le public, surpris de voir les ressources et les affaires ne pas en avoir éprouvé un ébranlement plus profond, ne doute plus de rien et, confiant dans la puissance du marché, n’hésite pas à lui demander des sommes énormes, pour des dépenses utiles sans doute, mais au-dessus de ses forces. Tout réussissant d’abord, la spéculation ne tarde pas à entrer dans le mouvement et à l’exagérer selon ses habitudes. Attirée à la vue d’une hausse sur tous les produits et regrettant de ne pas y avoir pris part plus tôt, elle s’efforce de regagner le temps perdu par l’ardeur fiévreuse avec laquelle elle se lance dans les opérations les plus hasardeuses. Il ne s’agit pas d’un revenu plus ou moins élevé : quelle que soit l’affaire, c’est une prime à toucher que l’on vise, sans douter un instant qu’entraîné dans le mouvement général, on ne puisse l’atteindre. Les dépenses occasionnées par la guerre de Crimée favorisent le mouvement de hausse, venant s’ajouter encore à toutes les demandes qui déjà raréfiaient les produits sur le marché. La découverte et la production des mines d’or de la Californie et de l’Australie donnèrent naissance à un commerce non seulement exagéré avec ces contrées, mais encore avec l’étranger et à l’intérieur même du pays, par suite des facilités que ce précieux métal désiré et accepté partout le monde apportait dans les échanges, remplissant ainsi un rôle d’intermédiaire qui permettait de liquider de suite une affaire en attendant que l’on pût en engager une autre. Il suffit de jeter un regard sur les importations et sur la répartition des métaux précieux, pour se rendre compte de cette influence de plus en plus sensible.

368Si, pour remonter jusqu’en 1846, nous prenons notre exemple en France, nous constatons que le mouvement des métaux précieux (importation et exportation réunies), qui à cette époque ne dépassait pas 192 millions de francs, a suivi la progression suivante :

369En Angleterre, où nous ne possédons les mêmes relevés que depuis 1858, nous voyons le mouvement varier de 1 247 millions à 1 812 millions de francs.

370La somme métallique qui sert de compensation et de balance aux échanges a donc pris dans ces dernières années, en France et en Angleterre, des proportions de plus en plus considérables dans les deux sens, à l’importation et à l’exportation.

371De 1850 à 1864 l’excédent net des importations d’or en lingot et en monnaie s’élève à 3 396 millions de francs. Mais parallèlement on a perdu par l’exportation 1 727 millions de francs d’argent ; il y a eu pour pareille somme substitution d’un métal à l’autre ; l’excédent net des importations d’or sur les exportations d’argent se trouve ainsi réduit à 1 669 millions, dont la plus grande partie est employée dans le mouvement de va-et-vient avec l’étranger dont nous parlions plus haut et qui de 192 millions de fr. s’est élevé à 1 509 millions de fr. (1846-1859). L’influence de ces énormes importations de métaux précieux n’a pas été aussi marquée qu’on aurait pu s’y attendre sur l’encaisse métallique des deux Banques de France et d’Angleterre, dont les maxima et les minima ont varié dans les proportions suivantes :

372De 320 millions de francs en 1845, le maximum de la réserve métallique s’est élevé en France à 628 millions de francs en 1851, après la fusion des banques départementales dont l’encaisse de 55 millions environ est venu grossir celui de la Banque centrale.

373Au même moment les services rendus par les billets de banque étant de plus en plus appréciés pour la facilité des échanges, la somme des billets en circulation s’était élevée de 400 millions de francs à 583 millions de francs (1846-1851) ; deux années plus tard, elle atteignait 704 millions de francs. Les mines d’or de la Californie et de l’Australie commençaient cependant à peine à verser leurs produits en Europe. En Angleterre, le maximum de la réserve métallique se présentait dans les mêmes conditions une année plus tard, en 1852. Puis dans les deux pays, malgré des importations toujours croissantes, mais en présence d’un développement d’affaires encore plus rapide, les réserves métalliques des deux Banques baissent successivement de 628 millions de francs à 152 millions de francs, et de 22 200 000 livres sterling à 6 400 000 livres sterling, chiffre minimum atteint en 1857. Aussitôt la crise passée et la liquidation terminée, elles se relèvent en France à 646 millions de francs et en Angleterre à 19 500 000 livres sterling, en France dépassant à peine le maximum de 1851 et en Angleterre ne pouvant même pas l’atteindre ; pendant la crise de 1864 les minima sont de nouveau descendus à 168 millions de francs et à 12 400 000 livres sterling.

374Ainsi, malgré un accroissement aussi considérable des réserves métalliques des banques, on ne peut attribuer cet effet aux importations de l’or de la Californie : d’abord le fait était accompli avant qu’elles eussent pris tout leur développement, au début pour ainsi dire ; puis, quoique les mêmes influences fussent toujours actives et même dans des proportions plus considérables, les réserves métalliques n’en baissaient pas moins jusqu’au moment des crises, pour se reconstituer rapidement ensuite, sans que les importations d’or, d’après les relevés officiels, puissent donner l’explication des différences que l’on observe.

375En France, par exemple, pendant que la réserve métallique se relève de 181 millions de francs à 595 millions, l’importation de l’or varie de 518 à 553 millions de francs (1857-1858), présentant ainsi un accroissement de 414 millions de francs contre 35 millions de francs. L’argent, au contraire, disparu dans les années précédentes, reflue avec rapidité : l’importation de 98 millions s’élève à 160 ; mais ce sont surtout les exportations qui donnent le mieux la mesure du mouvement en sens contraire qui s’opère. Les exportations pour l’or de 122 millions tombent à 66, et pour l’argent de 458 millions à 175 : la douane nous donne ici des relevés beaucoup plus en rapport avec la situation.

376En Angleterre, de 1844 à 1855, quarante-six banques privées avaient cessé de jouir du privilège de l’émission des billets pour une somme de 712 623 livres sterling. Aux termes de l’Acte, un arrêté de la reine pris en conseil des ministres autorisa la Banque à augmenter sa circulation des deux tiers de cette somme, soit de 475 000 livres sterling, garanties par des valeurs du trésor public. Cependant ce ne fut pas la cause la plus puissante de l’économie faite sur la circulation métallique ; la réorganisation du Clearing-house en 1854 avait permis de se passer complètement des billets de banque et des espèces métalliques en opérant le payement par compensation et par simples virements d’un compte à un autre. L’admission des Joint-Stock-banks au nombre des associés avait apporté le dernier terme à ce perfectionnement des moyens de liquider les opérations commerciales.

377Le développement des affaires indique que l’on s’empresse de profiter de ces facilités nouvelles. La paix conclue en janvier 1856 donne un nouvel élan, qui ne peut se maintenir en présence des changes défavorables et des pertes continuelles de la réserve métallique. Quelques embarras s’étaient déjà fait sentir à la fin de 1856, la réserve métallique étant tombée de 18 millions (juin 1855) à 9 millions (13 novembre 1856). L’escompte qui avait été abaissé de 6 à 4 1/2 p. 100 (mai, juin) fut relevé à 7 p. 100 en octobre et, quoiqu’il fût réduit à 6 p. 100 en décembre, l’année 1857 s’ouvrait dans de mauvaises conditions. Malgré une courte suspension des demandes en juillet, l’encaisse diminuait sans cesse, tandis que les escomptes et les avances au contraire prenaient des proportions de plus en plus extraordinaires, comme on l’observe toujours à l’approche des crises ; peu de personnes cependant se doutaient de l’imminence du danger ; la Banque elle-même, consultée au mois d’août, déclarait que par suite des dépenses improductives de la guerre de Crimée (2 300 millions de francs), on ne pouvait prévoir qu’un ralentissement des affaires. On ouvrait des crédits à l’étranger avec permission de tirer sur l’Angleterre ; on négociait ces billets sur les bourses étrangères et ils retournaient en Angleterre où on y faisait face par d’autres billets, afin de les remplacer sans aucune transaction sérieuse. Une maison avec un capital de 10 000 livres en devait 900 000, ce système maintenait la hausse des prix.

  • 2 Voir le tableau 1857.

378Le premier semestre se passa sans trop de gêne ; quoique le taux de l’escompte eût été abaissé de 7 à 6 p. 100 dès la fin de décembre 1856, en avril 1857 la Banque fut forcée de le relever à 6 1/2 p. 1002 par suite des demandes d’argent pour l’exportation en Orient, ce qui entraînait des demandes d’or à la Banque pour acheter de l’argent sur le continent. Au même moment l’opinion publique était rassurée parce que, pour la première fois depuis trois ans, le Trésor ne demandait aucune avance à la Banque sur les deficiency bills. La hausse du taux de l’escompte n’était pas particulière à Londres ; Hambourg avait pris la même mesure, partout le capital était recherché pour des émissions qui n’étaient plus aussi facilement acceptées que par le passé, et comme toujours on se tournait vers la Banque.

379La marche et l’accroissement rapide des exportations explique aussi ce besoin de capital.

380Néanmoins les demandes se ralentirent, même à ce point qu’en juillet il fut possible d’accorder une nouvelle réduction de 1/2 p. 100. La confiance était telle à la Banque que, le 17 août, l’encaisse se maintenant à 10 millions de livres sterling et la réserve de billets à 6 296 000 livres sterling, elle ouvrait une négociation avec l’East lndia Company pour exporter en Orient un million en espèces. L’or allait à New York et l’argent dans les Indes ; ces espèces ou ces lingots, on les achetait sur le continent ou en Amérique.

381Le 15 septembre on apprend la dépréciation du prix des railways et de toutes les valeurs aux États-Unis, puis la faillite de l’Ohio Life and Trust Company. L’alarme se répand sur tous les marchés du continent, à Hambourg surtout ; la Banque d’Angleterre élève le taux de l’escompte à 6 p. 100 ; le 12 à 7 p. 100, le 19 à 8 p. 100. Les demandes du public étaient de plus en plus pressantes ; le niveau de la réserve métallique et, par suite, de la réserve de billets baissait de jour en jour.

382Le 8 octobre, nouvelle suspension de payement des banques de Philadelphie et de Baltimore, les railways sont dépréciés de 10 à 20 p. 100, l’escompte à 18 et 24 p. 100. À New York, soixante-deux banques sur soixante-trois suspendent ; à Boston, à Philadelphie, à Baltimore la panique est la même.

383Le 27 octobre, la Borough Bank de Liverpool ferme ses portes ; le 7 novembre, la grande maison commerciale de MM. Denniston et Compagnie suspend ses payements. La Western Bank of Scotland ferme le 9 novembre ; le 11, la City of Glasgow ; le 26, la Northumberland and Durham district Bank ; le 17, la Wolverhampton Bank ; enfin on apprend la suspension des payements de cent cinquante banques aux États-Unis.

384À Londres, du 5 au 6 novembre, il y eut d’énormes ventes de fonds publics. Le 10 novembre, dans un seul jour, l’escompte s’éleva à 1 126 000 livres. Le 10 et le 11 novembre, on envoya 1 million de livres en Irlande. Les escomptes cessent partout, sauf à la Banque d’Angleterre : la crise était complète et générale.

385Depuis 1852, la réserve métallique s’était peu à peu affaissée chaque année, de 22 200 000 livres sterling à 6 400 000 livres sterling (1852-1857), pendant que les escomptes et les avances de 9 500 000 livres sterling s’élevaient à 31 300 000 livres sterling, dont 15 millions de livres sterling d’effets escomptés et 4 millions de livres sterling d’avances temporaires ; du 18 juillet à la fin de novembre les effets escomptés augmentent de 14 100 000 livres sterling et les avances temporaires de 3 600 000 livres sterling. La circulation des billets avait plutôt faibli, de 23 800 000 livres sterling à 19 100 000 livres sterling (1852-1857).

386La réserve des billets, au contraire, qui devait suivre les variations de la réserve métallique pour toute la portion qui dépassait 14 millions de livres sterling, s’était abaissée de 6 millions de livres sterling à 900 000 !

387Les comptes courants du Trésor public avaient conservé leurs variations annuelles ordinaires en rapport avec les payements des dividendes : de 9 millions de livres sterling à 2 900 000 livres sterling ; le chiffre minimum de 1857, 3 300 000 livres sterling, était même supérieur à celui de toutes les années précédentes.

388Quant aux comptes courants privés, les chiffres maxima et minima ne s’éloignent en rien de ceux observés dans les années précédentes, de 9 à 15 millions de livres sterling, les oscillations ont conservé la même amplitude ; mais bien loin de baisser au moment le plus critique, ils se sont relevés : les dépôts privés de 2 400 000 livres sterling, les dépôts des banquiers de 2 900 000 livres sterling (10 octobre, 18 novembre), il faut noter l’importance de ces derniers qui avaient plus que doublé.

389La Banque avait bien essayé de maintenir son encaisse en vendant des valeurs du gouvernement (government securities) ; mais, sans y parvenir, elle avait ainsi aliéné une somme de 10 000 livres sterling en réduisant cet article du bilan de 15 millions de livres sterling à 5 400 000 livres sterling (1853-1857), sans produire aucun effet appréciable sur l’encaisse métallique.

390Le 5 novembre la Banque d’Angleterre porte l’escompte à 9 p. 100 ; les embarras des banques d’Écosse et surtout de la Western Bank, qui suspend ses payements, l’obligent à l’élever à 10 p. 100 ; rien ne peut arrêter l’ébranlement qui se propage de proche en proche. Les banques d’Écosse et d’Irlande réclament chaque jour de nouveaux secours en espèces métalliques ; la panique se répand dans Londres. Le 11 novembre la réserve métallique était tombée à 7 millions de livres sterling et la réserve des billets à 957 000 livres sterling ; à la fin du jour elle était réduite à 581 000 livres sterling !

391Jusqu’ici l’administration de la Banque s’était contentée de mettre chaque soir sous les yeux du gouvernement un état de sa situation sans demander aucune exception en sa faveur ; elle continuait du reste ses avances au commerce, mais il était évident qu’avec une aussi faible somme elle ne pourrait répondre aux demandes pendant la journée du lendemain. Pour prévenir une suspension générale, le 12 décembre, le ministère l’avertit que l’on proposerait un bill d’indemnité au Parlement, dans le cas où les limites imposées par l’acte de 1844 seraient dépassées, pourvu que le taux de l’escompte fût maintenu à 10 p. 100.

392La crise était tellement grave et les besoins si urgents que tandis qu’en 1847, après la suspension de l’acte, une augmentation de 400 000 livres sterling dans la circulation des billets, sans toutefois dépasser la limite réglementaire de 14 millions de livres sterling, avait suffi, en 1857 non seulement le chiffre maximum fut atteint, mais il fallut encore y ajouter 928 000 livres sterling en billets, le 20 novembre.

393Voici jour par jour le tableau de l’excédent de la circulation, violation de l’acte de 1844 :

394Les recours à la Banque se firent vivement sentir du 13 au 20 novembre et diminuèrent aussi rapidement du 20 au 30 ; malgré le taux élevé de l’intérêt à 10 et 12 p. 100, les escomptes du 12 au 21 novembre augmentent de 15 à 21 600 000 livres sterling et atteignent 31 300 000 livres sterling le 25 novembre.

395Le comité de la Banque déclara que si l’encaisse avait été plus réduite, on ne se serait pas prévalu de la lettre du ministre, car le premier devoir de l’administration était la conversion des notes, et il demanda la conservation de l’acte de 1844 qui, selon lui, garantissait l’encaisse (ce qui ne se comprend pas très bien, puisqu’on avait dû le violer). M. Rodwell insistait et disait que le présent acte de 1844 assurait le maintien, dans les coffres de la Banque, dune réserve convenable, tandis qu’auparavant, l’histoire le montre, la sagesse seule des directeurs, sans l’appui de la loi, n’y pouvait arriver !

396La suspension de l’acte n’a pas produit une dépréciation de la circulation ; tant que les billets sont remboursés en espèces, cela prouve qu’ils circulent au pair avec le métal.

397Ce que l’on redoutait alors, c’était d’être privé de billets par suite du mécanisme de l’Acte de 1844. Quand il y a une panique, ce n’est pas la hausse de l’escompte qui peut modérer les demandes, il ne s’agit plus de profits, mais de l’existence même.

398En une seule semaine l’encaisse s’accroît de 1 382 000 livres sterling, depuis la suspension de l’acte, l’accroissement est déjà de près de trois millions de livres. La réserve de billets se relève aussi à 5 700 000 livres sterling. L’or continue d’arriver de tous les côtés ; les États-Unis ont déjà renvoyé plus qu’on ne leur en avait expédié au début de la crise. Les dépôts privés à la Banque se sont relevés à 15 millions de livres sterling, quoique le portefeuille ait déjà commencé à se vider, il est descendu à 29 millions de livres sterling.

399Sans attendre que le fonctionnement de la Banque ait repris son allure habituelle, puisque l’acte de 1844 est toujours suspendu, les banques, qui ne sont pas enchaînées par la loi, ont déjà abaissé le taux de l’escompte à 6 p. 100.

400Dès le 24 décembre, les besoins ayant diminué, on put réduire l’escompte au-dessous de 10 p. 100 et même l’abaisser à 8 p. 100, renonçant ainsi à la faveur qui avait été accordée et rentrant dans les termes de l’acte de 1844.

401La situation du bilan justifie cette mesure : l’encaisse s’est déjà relevée à 10 700 000 livres sterling ; la réserve des billets atteint le chiffre de 7 400 000 livres sterling, dont il faut déduire 2 millions de livres sterling qui avaient été émises pendant la suspension ; le portefeuille abaissé à 28 millions de livres sterling. Il faut noter que les rentrées actuelles sont le produit des effets escomptés avant la crise, ce qui prouve qu’il n’y a plus un courant aussi violent de nouvelles demandes, mais on ne rembourse pas encore les effets escomptés pendant la crise. Ce qui indique l’incertitude, la crainte de l’avenir, l’état de crise en un mot, c’est le chiffre élevé des dépôts en comptes courants. Tout le monde désire une réserve pour ne pas être surpris par un incident imprévu, et dans ce but on accumule des réserves sans faire aucun emploi de ce capital disponible ; ce qui devait rassurer, c’est que les cours des changes étaient toujours en faveur de l’Angleterre.

402À Hambourg l’escompte est à 5 p. 100, à 6 p. 100 en France ; de toutes parts le capital a donc avantage à se porter vers l’Angleterre et les directeurs de la Banque ont sagement fait de réclamer la suppression d’une mesure exceptionnelle, prise en leur faveur et de rentrer dans les limites de la Charte qui leur a été accordée.

403Les embarras d’une position aussi critique avaient entraîné la liquidation du plus grand nombre des affaires dans lesquelles on s’était imprudemment engagé. Elle se continua surtout pendant toute l’année 1858, et les espèces métalliques commencèrent dès la fin de 1857 à refluer dans les coffres de la Banque : de 6 millions en novembre 1857, la réserve métallique était remontée à 11 400 000 livres sterling en décembre. L’année suivante, au même moment, les escomptes et les avances, de 31 300 000 livres sterling, étaient retombés à 14 millions de livres sterling ; la circulation seule des billets était restée la même aux deux époques, malgré des variations aussi considérables dans les deux premiers articles.

Prix du blé

404Une succession de mauvaises récoltes avait élevé le prix du blé d’une manière permanente pendant trois années : de 1 liv. 18 sh. en 1851, plus bas cours coté depuis le commencement du siècle, il monte à 2 liv., 2 liv. 13 sh., 3 liv. 12 sh., 3 liv. 14 sh., 3 liv. 16 sh. en 1856 ; l’année de la crise, il est déjà retombé à 2 liv. 13 sh., quand ses effets se font sentir dans toute leur force.

Commerce de la Grande-Bretagne

405Depuis la réforme du tarif en 1845, les importations et les exportations suivent un développement continu, les importations de 71 millions de liv. à 124 millions en 1854. La guerre d’Orient, comme pour les escomptes, arrête un peu le mouvement et les réduit à 117, mais dès l’année suivante elles atteignent 131 millions, valeur officielle de 1696. La valeur réelle de 1854 diffère sensiblement de la précédente : au lieu de 124, nous trouvons 152 millions, un temps d’arrêt en 1855, 143 millions, puis la reprise à 172 millions en 1856, et enfin le maximum au moment de la crise, 187 millions. L’année suivante, ce chiffre s’abaisse à 164 ; différence en moins 23 millions de livres sterling, soit près de 600 millions de francs !

406Les exportations, valeur déclarée de 52 millions en 1848, s’élèvent à 98 millions en 1852, restent stationnaires en 1854, diminuent un peu jusqu’à 95 en 1855, mais reprennent de suite à 115 et 122 millions en 1856-1857. Après la crise elles retombent de 122 à 116 millions, ou en valeur réelle de 146 à 139 ! Elles sont donc, comme en France, moins affectées que les importations, mais les mouvements, quoique plus faibles, sont les mêmes.

Enquête du parlement

407Crise de 1857. — Il résulte de cette enquête que depuis 1847 :
1o Le commerce a pris une extension sans précédents.
2o Une importation d’or inconnue depuis la découverte de l’Amérique a inondé l’Europe, et le monde entier par suite.
L’augmentation nette de l’or de 1848 à 1860, déduction faite des exportations d’argent, s’élève à plus de 2 milliards de francs, pour la France seule. Tooke fait remarquer que l’effet de l’or ne se fit pas sentir de 1492 à 1570, cependant la quantité avait doublé ; l’élévation des prix n’eut lieu que de 1570 à 1640. L’augmentation fut de 200 p. 100, quoique la proportion des métaux précieux fût de 600 p. 100 ; l’impulsion du trafic, des découvertes, des entreprises productives absorba le reste.
3o Une grande économie a été apportée par la pratique de la Banque dans l’usage et la distribution du capital. Les dépôts surtout ont augmenté de 8 800 000 livres en 1847, à 43 100 000 livres en 1857, seulement pour les joint-stock-banks au nombre de neuf.

408La pratique d’ouvrir des crédits et de recevoir des dépôts s’est étendue dans les campagnes à beaucoup de fermiers ne payant pas une rente supérieure à 50 livres.

409On ouvrait des crédits à l’étranger avec permission de tirer sur l’Angleterre, on négociait ces billets sur les bourses étrangères et ils retournaient en Angleterre, on y faisait face par d’autres billets pour les remplacer, sans aucune transaction sérieuse. Une maison, avec un capital de 10 000 livres, en devait 900 000. Ce système maintenait la hausse des prix, mais de juillet 1857 à janvier 1858 la baisse fut de 30 p. 100.

410On fit observer que, aujourd’hui, le commerce étant développé, pour suffire à ses demandes une plus large émission de notes était devenue nécessaire, et on se demandait si, en ajoutant 2 millions de livres aux 14 millions fixés par la loi, cela ajouterait 2 millions de livres à la circulation active ? M. Weguelin répond que non. Ces 2 millions seraient ou tenus en réserve par la Banque ou, si le change était contraire, ils seraient exportés du pays et le numéraire diminué d’autant. Il n’y a donc aucun avantage à dépasser le chiffre de 14 millions de livres ; ces 2 millions une fois sortis n’y reviendraient plus.

411Le grand développement du commerce de détail a déterminé une demande de petits billets, concurremment avec une demande d’or, et les facilités accordées par la Banque ont été si grandes, qu’un nombre correspondant de gros billets a été épargné.

Tableau de la circulation des banknotes

Tableau de la circulation des banknotes

412En résumé, le nombre total des Bank-notes a baissé de 20 200 à 19 400 livres, il n’y a donc pas d’intérêt à l’augmenter.

413La dernière crise commerciale en Amérique, comme en Europe, selon la conclusion du comité, fut le résultat de l’excessive spéculation et de l’abus du crédit.

Crise de 1864

414Crise de 1864. — À la fin de l’année 1858 la liquidation de la crise de 1857 était complète, la baisse des prix, la dépression du portefeuille et des cours des changes l’indiquaient assez. Le papier, Londres sur Paris, de 25 fr. 40 était tombé à 25 fr. 07. Le mouvement de reprise ne tarda pas à se manifester, malgré la guerre d’Italie. Le taux de l’intérêt était à 2 1/2 p. 100. Le portefeuille (escomptes et avances) remonta bientôt de 14 à 19 860 000 livres sterling ; le traité de commerce avec la France, signé le 23 janvier 1860, donnant une nouvelle impulsion aux affaires le relève en avril à 24 millions de livres sterling. La réserve métallique ayant fléchi de 5 millions de livres sterling, on porte l’escompte à 5 p. 100 ; cette exportation des espèces métalliques continue pendant toute l’année et en novembre il faut l’élever à 6 p. 100, l’encaisse était réduite à 13 300 000 livres sterling.

415Le 17 décembre 1860, la Caroline du Sud déclare la rupture de l’Union américaine. La nouvelle que l’on pressentait déjà arriva en Europe à la fin de décembre. La réserve métallique continuait toujours de baisser, elle était déjà réduite à 10 millions de livres sterling quand l’escompte fut porté à 8 p. 100 (14 février 1861). Le cours du change avec Paris de 25 fr. 02 était remonté à 25 fr. 50. Les importations de coton, énormes en 1860, conservèrent presque le même chiffre en 1861 (12 millions et 11 millions de quintaux), malgré le blocus des côtes des États du sud. La guerre déclarée avait porté la perturbation la plus profonde au sein de l’Union, et, si les ventes pour l’exportation du coton en Europe continuaient toujours, les achats de produits d’Europe avaient beaucoup diminué, les compensations devant se faire surtout en espèces métalliques.

416On a voulu voir une crise dans les troubles qui se produisirent à ce moment sur le marché de Londres. Le taux de l’escompte, qui pendant toute l’année 1860 avait varié de 4 à 5 p. 100, fut tout à coup porté à 8 p. 100 le 14 février, un mois après la rupture de l’Union, au début des hostilités. Dès qu’en prévision des événements on songea à se liquider, chacun pour faire face à l’imprévu de l’avenir, comme en France au début de la guerre en 1870, s’empressa d’opérer ses rentrées. Les États-Unis réclamèrent tout à coup tout ce qui leur était dû sur les marchés d’Europe. Ce fut une avalanche de lettres de change auxquelles il fallait faire honneur et, comme la plus grande partie se liquidait par l’intermédiaire de la place de Londres, ce fut là où la secousse se fit surtout sentir. Tout étant déjà désorganisé aux États-Unis, il n’était pas possible d’offrir des produits, il fallait pour se libérer payer en espèces ; de là les plus grands embarras et une baisse de l’encaisse de 2 millions de livres sterling du 20 novembre au 13 février sans accroissement du portefeuille, ce qui prouve bien qu’on se trouvait en présence d’embarras monétaires. Le taux de l’escompte à 8 p. 100 attira de suite les métaux précieux et on fit face à toutes les demandes. Aussitôt le calme se rétablit et au commencement de 1862 l’escompte était à 2 1/2 p. 100. Une fois ce premier coup porté et convenablement paré sans hésitation par la hausse de l’escompte, le reflux des espèces métalliques à la Banque commença.

Tableau des bilans par mois

Tableau des bilans par mois

417Quoique la quantité de coton importé eût baissé de 11 millions à 4 600 000 quintaux (1861-1862), les prix ayant beaucoup augmenté, la valeur estimée en argent avait peu varié de 38 millions à 31 millions de livres sterling ; néanmoins la plus grande partie n’étant plus tirée d’Amérique, les compensations avaient pu se faire en produits pour une partie, ce qui avait permis à l’encaisse de se reconstituer et de remonter à 18 millions de livres sterling (1862).

418À tous ces embarras vint s’ajouter une récolte des céréales médiocre ; l’importation en Angleterre de 9 millions de quarters en 1859 était montée à 12 millions et la valeur de 18 à 31 millions de livres sterling. En 1861 elle ne fut pas meilleure, l’importation s’éleva à 14 millions de quarters et la valeur à 34 millions de livres sterling ; malgré cette situation défavorable le reflux des espèces métalliques commença à la fin de février et continua pendant toute l’année, à ce point que le taux de l’intérêt de 8 p. 100 en février 1861 fut abaissé à 2 1/2 p. 100 en janvier 1862. Les récoltes toujours insuffisantes obligèrent encore à une importation beaucoup plus considérable que toutes les précédentes. Elle atteignit 16 millions de quarters, en valeur 37 millions de livres sterling, et néanmoins la réserve métallique à la Banque de 10 millions de livres sterling était remontée à 18 400 000 livres sterling (1861-1862) ; on ne peut donc attribuer à la disette des céréales et aux importations qui en furent la conséquence le drainage de la réserve métallique, sans un ensemble de circonstances qui alors peuvent rendre cette complication très fâcheuse, son influence n’est que secondaire, le blé s’échangeant contre d’autres produits.

419Malheureusement le développement continu des affaires, la hausse des prix qui les excite et les fait naître, amenèrent bientôt les troubles ordinaires, déjà tant de fois signalés. Dès 1863 le drainage de la réserve métallique reparut, quoique la baisse de l’importation des céréales de 37 millions à 14 millions de livres sterling n’ait pas été contrebalancée par l’accroissement de l’importation du coton, dont la valeur ne s’était relevée que de 31 millions à 41 millions de livres sterling ; cependant le change avec Paris, qui de 25 fr. 50 était descendu à 25 fr. 17, recommença à devenir contraire à la fin de l’année, pendant le règlement des comptes. La réserve métallique abaissée de nouveau à 13 millions de livres sterling, on releva peu à peu l’escompte de 2 p. 100 à 8 p. 100 (juillet 1862, décembre 1863).

420L’année 1864 s’ouvrit dans ces conditions : les transactions extérieures et intérieures engagées sur une échelle sans précédents jusqu’ici, les prix assez tendus pour rendre les négociations difficiles et la valeur des importations de coton s’élevant au chiffre énorme de 66 900 000 livres, quoique la quantité ne dépassât pas 7 600 000 quintaux. On était revenu à grand’peine en mettant les quatre parties du monde et tous les marchés à contribution à obtenir la quantité importée en 1855, mais le prix avait plus que triplé. La récolte des céréales était heureusement bonne et la valeur des importations des céréales de 37 millions de livres était tombée à 12 900 000 livres : malgré tout ce qu’il y avait de favorable de ce côté, la réserve métallique était toujours menacée, et si l’escompte n’eût pas été maintenu à 7 p. 100, on l’eût vu disparaître pour ainsi dire, comme dans les crises précédentes. Grâce à la vigueur que l’on déploya en présence des changes défavorables, on l’empêcha de tomber au-dessous de 12 millions de livres.

421Pour avoir échappé à la menace de la suspension des payements, la crise n’en fut pas moins grave ; comme les précédentes, elle sévit partout, au même moment en Écosse, en France, à Hambourg, en Espagne et en Italie. Sans aucun doute les versements à faire pour les opérations engagées sur ces diverses places, les souscriptions aux emprunts y contribuèrent pour une large part, mais, comme la disette, on les avait déjà observés dans les années précédentes, sans qu’ils aient entraîné un semblable trouble dans les affaires. Il fallait un ensemble, un concours de circonstances pour apporter une perturbation aussi profonde et aussi générale qu’une de ces causes ou plusieurs même réunies n’auraient pu déterminer.

422Un simple coup d’œil sur les cours des changes de Londres sur New York nous montrera combien la circulation fiduciaire était bouleversée aux États-Unis.

Cours du change de Londres sur New York

Cours du change de Londres sur New York

423Malgré la guerre civile des États-Unis, jusqu’au 2 novembre 1863, la circulation commerciale ne présentait rien d’inquiétant : l’encaisse des banques se maintenait, le taux de l’intérêt ne dépassait pas 4 p. 100. Bientôt les réserves métalliques commencèrent à baisser. Le 31 octobre l’Économiste dans un article prophétique annonçait la probabilité d’une grande hausse de l’argent.

424En novembre le drainage des espèces à Londres ne cessait pas, l’argent en lingots était surtout demandé pour l’Orient, la situation n’était pas meilleure en France. Le taux de l’escompte, variant depuis le commencement de l’année de 3 à 4 p. 100, est coup sur coup porté à 5, 6 et 7 p. 100, du 2 au 5 novembre ; puis le 2 et le 3 décembre, l’encaisse ayant baissé de 1 300 000 livres, à Londres, la réserve des billets de 500 000 livres, la somme des escomptes s’étant élevée de 2 millions de livres, le change sur l’Inde et l’Égypte de plus en plus défavorable, le taux de l’escompte fut porté à 8 p. 100.

425En France l’encaisse, moins menacée, était descendue à 200 millions de francs, on relève l’escompte à 6 et 7 p. 100. Sous l’influence de cette hausse sur les deux places, non seulement le flux des métaux précieux est arrêté, mais le reflux commence à se produire, et à Londres l’encaisse se relève assez pour permettre d’abaisser le taux de l’escompte à 6 p. 100, le 25 février 1864.

426L’abus du crédit, les opérations à terme, les souscriptions aux emprunts publics, les émissions d’actions et d’obligations des grandes compagnies, les travaux de constructions et d’améliorations, le dérangement de la balance du commerce, nous retrouvons toutes ces causes à l’œuvre dans la période 1857-1864. En 1863, les émissions de valeurs s’élèvent en France à 800 millions, à 3 625 millions de francs en Angleterre. La crise était déjà déclarée, les émissions continuaient encore avec prime.

427Pendant les quatre premiers mois de 1864, on avait émis sur le marché anglais pour 1 885 millions de francs de titres.

428La guerre du Schleswig-Holstein avait éclaté dans les premiers mois de l’année 1864, et bientôt on pouvait entrevoir la fin des hostilités aux États-Unis.

429Les plus grands embarras eurent lieu dans les cinq premiers mois de 1864, en janvier et en février ; pendant trois semaines, le taux de l’escompte fut maintenu à 8 p. 100, en avril et mai à 9 p. 100 pendant quinze jours, en septembre et octobre encore pendant deux mois à 9 p. 100.

430Partout régnait une activité fiévreuse, des new-joint-stock compagnies se formaient pour des entreprises à l’intérieur et à l’extérieur pour soumissionner des emprunts ; tout ce mouvement succédait à l’année 1863 qui elle aussi avait été signalée par de grandes émissions à prime.

431Dès le mois de mars, on ne doutait plus de la non intervention de la France et de l’Angleterre dans les affaires du Schleswig-Holstein ; ce qui rassurait et empêchait de se liquider.

432Dans le trouble des affaires de 1864, on peut considérer trois périodes :
1o En janvier et en février le drainage de l’or a lieu pour l’Orient, pour l’Inde et pour l’Allemagne, afin de payer les achats de coton et les dépenses de la guerre du Schleswig.
2o En avril et en mai on est inquiet pour les appels de fonds des nouvelles sociétés en formation, le capital est rapidement absorbé par les entreprises lancées depuis un an.
3o En septembre, octobre et novembre, en prévision de la paix aux États-Unis, la baisse commence. Elle porta d’abord sur le coton, puis elle s’étendit aux autres produits, et elle fut surtout sensible à Liverpool, à Manchester par suite de leurs rapports avec l’Inde. Les variations des cours des changes et du taux de l’escompte rendent bien compte de la situation. Dans cette année, on observe quinze variations du taux de l’escompte ; la hausse agissait comme un frein pour arrêter le drainage des espèces. La balance du commerce était profondément troublée, sur un marché où le crédit est largement employé et où le métal est très économisé avec une réserve métallique trop faible. Ce qui surprend les observateurs superficiels, c’est que, malgré la solidarité des marchés, les variations du taux de l’escompte ne sont pas aussi considérables dans les villes secondaires que dans les grands centres. Pour expliquer cette anomalie, il suffit de remarquer que l’on recherche des espèces métalliques et que l’on ne peut en trouver que dans les réserves des grandes banques, là où se traitent sur une grande échelle les opérations de change ; c’est donc là où se rencontrent toutes les demandes que la hausse se fait tout d’abord sentir.

433Cette hausse de l’escompte est d’autant plus sensible à Londres qu’une mesure adoptée en 1858 a supprimé, dans ces circonstances, toute avance aux bills-brokers ; les escompteurs durent donc chercher des secours en dehors de la Banque. Frappés directement, on ne laissait plus à leur disposition de grosses sommes comme par le passé, sommes non remboursables à époque déterminée ; on a fixé des échéances pour le remboursement et supprimé ainsi une des principales causes d’aléa et d’incertitude.

434En 1863, 263 sociétés de nouvelle formation avaient déjà réclamé 78 millions pour se constituer. En 1864, 282 nouvelles sociétés font un appel de fonds de 126 millions ; y compris les anciennes sociétés, le public fut invité à souscrire pour 141 millions. Les entreprises de création récente représentaient, dans les deux années 1863-1864, une somme égale à celle versée pour toutes les affaires lancées de 1856 à 1862.

435Il y avait là une expansion d’affaires qui ne pouvait durer ; elle rappelait la période de construction des chemins de fer de 1846 à 1850. Les émissions se succédaient sans cesse avec prime, on espérait que cela durerait toujours, on ne pensait pas aux versements futurs qui dépassaient de beaucoup les ressources disponibles. Chaque jour donnait naissance à un nouveau projet de railway. Suspendre leur construction était impossible, seules les entreprises de banque, de finance, de commerce, de mines, en un mot toutes les spéculations pouvaient s’arrêter au premier signal et liquider dans le plus bref délai. Le crédule actionnaire était pris, il ne lui restait qu’à jurer qu’on ne l’y prendrait plus.

436Comme à l’époque de la manie des chemins de fer, des milliers de personnes, dans les affaires et en dehors des affaires, avaient souscrit des valeurs bien au-delà de leurs ressources. Or, dès que la transmission des valeurs avec prime ne se fait plus aussi facilement, tout s’arrête ; non seulement on ne souscrit plus rien, mais on ne peut même pas faire les versements. Les dernières valeurs émises devinrent invendables ; le crédit faisant défaut, on eut recours aux finance bills ; voici ce qu’on entend par ces mots.

437Un entrepreneur de chemin de fer a besoin de 50 000 livres, il s’adresse à une compagnie en lui offrant comme gage les valeurs de la ligne qu’il construit. La compagnie consent à lui prêter la somme, non pas en espèces, mais par une acceptation à son ordre, acceptation qu’il pourra escompter pour obtenir la somme qui lui est nécessaire. Par cette combinaison on prête seulement sa signature et on en retire un profit, ce n’est pas l’escompte d’une véritable lettre de change ; il n’y a pas ici de marchandise livrée et vendue qui demande un délai pour attendre la consommation ; de là la répugnance des banquiers à accepter et à faire circuler de pareil papier.

438Les sociétés de finance n’ont pour toute ressource que leur capital souscrit et payé, leurs dépôts et leurs fonds de réserve ; leur situation est d’autant meilleure que les dépôts sont à long terme. Quant à de fabuleux dividendes obtenus par des émissions, ils sont rares, la négociation des emprunts présentant de grands risques pour ces sociétés. En dehors des émissions avec prime, quand elles peuvent y arriver, leur rôle se borne à remplir les fonctions d’intermédiaire entre une banque et une compagnie d’assurance. Les banques ont encore moins bien réussi que les compagnies de finance.

439Les private-bankers de Londres se sont concentrés, fusionnés ou groupés avec de plus grandes compagnies ; la tendance à une concentration de plus en plus grande se manifestant chaque jour plus clairement.

440La grande difficulté du moment était l’achat du coton dans des pays où les relations n’étaient pas établies et où l’on ne pouvait payer avec des produits anglais. Un grand nombre de compagnies nouvelles faisaient sans cesse de nouveaux appels de fonds, et le commerce, par suite de toutes ces transactions, prenait chaque jour des proportions plus vastes. On avait liquidé les engagements les plus pressants et un peu de calme permit d’abaisser à 6 p. 100 le taux de l’escompte le 25 février 1864 ; dès le mois d’avril il fallait le relever à 7, 8 et 9 p. 100, et malgré quelques intermittences et un abaissement à 6 p. 100 en juillet, au moment où le maximum du portefeuille était touché, il fallait le porter à 9 p. 100 en septembre. Les deux moments les plus critiques eurent lieu en avril et mai, puis en août, septembre et octobre, l’escompte à 9 p. 100. Le minimum de l’encaisse qui fut observé le 4 mai ne coïncide pas, ce qui n’est pas rare, avec le maximum du portefeuille, mais si nous recherchons quelle était la part des effets escomptés et des avances temporaires, nous constatons qu’à ce moment, pendant que les effets escomptés ont baissé de 1 500 000 livres, les avances temporaires se sont relevées de 4 millions de livres.

441En août, septembre et octobre au contraire, pendant que les effets escomptés se relèvent de 2 500 000 livres les avances temporaires baissent de 3 800 000. La nature du crédit accordé par la Banque indique ceux qui le réclament. Le petit et le moyen commerce étaient déjà liquidés, restaient les grosses positions comme le montrent bien les comptes courants des banquiers qui, n’ayant augmenté que de 500 000 livres en avril, s’accroissent de 1 900 000 livres en août quand le total des comptes courants n’augmente que de 2 200 000 livres. Les cours des changes indiquent la même tension en mai et en septembre (25 fr. 40) ; mais tandis que ce cours ne fait que passer en mai, il persiste deux mois à l’automne. Les cours des Consolidés, qui n’avaient fléchi qu’à 89 en juin, s’abaissent à 87 en septembre. C’est donc en août, septembre et octobre que la crise a été à l’état le plus aigu.

442Au milieu de tous ces embarras les uns produits par la hausse, les autres par la baisse des prix, c’est toujours à la Banque que l’on avait recours. Si l’on nommait chacun de ces appels à la Banque une crise, il faudrait dire qu’il y a eu deux crises en 1864, la première en mai et la seconde en septembre ; ce fut la dernière secousse seule qui se fit sentir sur les principales places de commerce.

443Jusque-là on avait lutté sans se décider à liquider ; il fallut enfin céder et il y eut, sinon une liquidation complète, du moins un commencement de liquidation. Toutes les places de l’Europe furent touchées et l’ébranlement s’étendit à Francfort, Turin, Lisbonne, Madrid, Berlin, Amsterdam, Hambourg, Vienne ; en un mot ainsi que dans toutes les crises, ce qui est leur caractère propre, la secousse se propagea comme par une traînée de poudre à toutes les places de commerce.

444Cette crise, comme les précédentes, ne fut pas seulement bornée à l’Europe, elle passa l’Atlantique et nous la voyons sévir en Amérique, au Brésil ; si les États-Unis n’y prennent pas part, c’est que chez eux la guerre de la sécession a supprimé toutes les affaires ; les Indes, l’Australie en ressentirent le contrecoup.

445La solidarité des marchés et la simultanéité des crises éclate ainsi à tous les yeux.

446À la nouvelle de la suspension des payements de la Leeds banking company (17 septembre 1804) l’émotion fut grande. Des spéculations insensées, entreprises dans les mêmes conditions que celles de la Western-Bank d’Écosse en 1857, la rendaient inévitable quoique la surprise fût toujours la même.

447Les districts cotonniers furent surtout atteints en septembre, octobre, novembre ; partout les prix durent fléchir : parmi les principaux produits touchés, nous citerons le coton, le sucre, le jute, le riz, les fruits.

Prix du coton de 1859 à 1864

Prix du coton de 1859 à 1864

448Une telle hausse ne pouvait se maintenir et il était difficile de se rendre compte des moyens employés pour payer une aussi coûteuse importation ; ce que nous devons noter, c’est que pour compenser une importation de 86 millions de livres sterling, en 1864, on n’a exporté que pour une valeur de 59 millions de livres sterling.

449Quoi qu’il en soit, pour répondre aux immenses importations du coton d’Égypte et de l’Inde, l’exportation des métaux précieux pour le Levant prit de grands développements : de 13 millions de livres sterling, de 1857 à 1861 elle s’est élevée à 23 millions. Cette faible somme, en présence des quantités de coton importées, prouve bien que, même dans les civilisations les plus primitives, les besoins ne tardent pas à être satisfaits quand on a le moyen de payer les produits ; on rentre ainsi dans les conditions générales de l’échange et les relations une fois établies ne cesseront pas, même par la disparition de la cause qui en a été l’origine.

Production de métaux précieux de 1849 à 1863

Production de métaux précieux de 1849 à 1863

Tableau des bilans par mois

Tableau des bilans par mois

450Pendant le même espace de temps, le commerce de la Grande-Bretagne prenait d’énormes proportions : les exportations de 1854 à 1864 s’élevaient de 115 à 196 millions de livres sterling, les importations de 112 à 249 millions de livres sterling.

451Le tableau des recettes des chemins de fer de 1850 à 1864 nous montre quel a été le développement du mouvement des voyageurs et des marchandises, il a presque triplé.

Relevé des recettes des chemins de fer de la Grande-Bretagne

Relevé des recettes des chemins de fer de la Grande-Bretagne

452Le même mouvement sur une moindre échelle s’est propagé partout ; les populations de l’Inde elle-même ont pris part à cette activité nouvelle des échanges. On touche du doigt quelle a été l’importance de la circulation métallique pour produire de pareils résultats. L’accroissement de la production de l’or et de l’argent a été tel (300 millions de livres pour l’or seul) que tous les canaux de la circulation qui étaient à sec ou n’existaient même pas ont été remplis ou créés de toutes pièces ; tel a été le premier emploi du métal, avant que son abondance même ait pu avoir aucune action sur les prix, ou du moins elle n’avait eu qu’une influence secondaire.

453Le développement des échanges avec l’Inde anglaise s’est manifesté à la suite de la guerre d’Amérique alors qu’elle fournissait la plus grande partie du coton réclamé par les fabriques européennes. L’immense stock métallique versé sur ses marchés a de suite donné aux échanges une rapidité et une extension inconnue jusqu’ici, bien plus elle en a créé de nouveaux qui étaient impossibles en nature et qui avec du métal étaient immédiatement compensés.

Krach de 1866 en Angleterre

454L’année 1866 est considérée en Angleterre comme une année désastreuse. Les épidémies frappent les hommes et les animaux, la guerre en Europe, le retour de la paix aux États-Unis, entraînant de grands changements, bouleversaient toutes les situations et toutes les combinaisons commerciales. Dès le mois de février une joint-stock discount company donne le branle de la suspension des payements qui se continuèrent jusqu’au 10 mai alors qu’éclate la faillite Overend Gurney, entraînant la suspension de l’acte de la Banque de 1844 et le maintien pendant quatorze semaines du taux de l’escompte à 10 p. 100.

455Ce fut la plus grave secousse commerciale des temps modernes. La fin de la guerre de la Sécession aux États-Unis, en faisant succéder les bas prix aux hauts prix pour le coton, vint bouleverser toutes les positions prises, toutes les prévisions étaient déjouées. Variations de prix, insuffisance des récoltes, du coton aux États-Unis et dans l’Inde, du blé en Europe, accroissement des taxes aux États-Unis pour payer les frais de la guerre, tout diminuait les ressources des consommateurs. La hausse des prix, qui n’avait subi qu’une courte et légère interruption après les crises de 1857 et de 1864, fut enfin arrêtée. Cette hausse était tellement générale et continue qu’on ne voulait pas croire à une réaction. Elle était déjà à son apogée en 1864, mais elle n’a pris fin que dans les derniers mois de 1866, quand la véritable liquidation a commencé.

456La crise de 1864 avait fait disparaître beaucoup de maisons mal engagées, mais avait laissé debout des banques et des compagnies de finance. Le Krach balaya le tout. Les spéculations extravagantes en chemins de fer furent une des causes de cette crise. Les entrepreneurs acceptaient en payement les obligations, les actions et autres valeurs, ils empruntaient dessus sur le marché et transformaient ainsi un capital flottant en capital fixe. Le capital qu’on immobilisait fut pris sur le fonds de roulement du pays, puis on chercha des preneurs pour les valeurs engagées, obligations, actions, etc. L’opération réussit d’abord et donna de larges profits ; de suite il y eut une foule d’imitateurs qui de 1863 à 1866 demandèrent des concessions au parlement. Ajoutons à ces folles opérations les spéculations sur le coton, les nouvelles relations commerciales avec l’Inde, et, bien loin d’être surpris par la panique de mai 1866, on s’étonnera qu’elle ait tardé aussi longtemps. La maison Overend ne joua qu’un rôle secondaire comme beaucoup d’autres ; si elle succomba avec plus d’éclat, c’est que ses engagements étaient plus imprudents et plus lourds que ceux de ses concurrents.

457Sous prétexte de faire l’escompte du papier de commerce elle avait attiré d’immenses capitaux qu’elle avait imprudemment livrés à des compagnies de navigation et de chemins de fer aux États-Unis. La confiance qu’elle avait inspirée fut la cause de sa ruine ; plus on lui confiait de capitaux plus elle les livrait à tous les hasards de la fortune. Quand en juillet 1865 elle se constitua en société à responsabilité limitée, elle était déjà en perte de 3 millions sterling.

458Cette faillite Overend occupe la tête d’une longue liste d’affaires engagées dans les mêmes conditions qui ont succombé au même moment. À cette liste il faudrait ajouter la suspension des payements d’une grande compagnie américaine, l’Atlantic and Great Western Railway, qui s’était procuré la plus grande partie de ses capitaux sur la place de Londres. Depuis longtemps on trompait tout le monde, et tout le monde se laissait tromper avec une facilité qu’on ne comprend pas, quand on voit combien peu on dissimulait la fraude. La presse comme toujours avait prêté son concours et par ses réclames n’avait pas tardé à faire perdre la tête au public.

459L’affaire du Chatham and Dover Railway fut le pendant de l’Atlantic Great Western railway. Un groupe d’entrepreneurs émit des obligations et des actions sous le prétexte de payer des travaux qui ne représentaient que la plus faible partie du capital ainsi soutiré au public. Il faudrait suivre toute cette affaire pour se rendre compte de la naïveté et de l’aveuglement du public et des souscripteurs. Le Great Western railway et le north british suspendirent aussi pendant quelque temps.

460Partout on employait une déplorable méthode pour se procurer des capitaux. On émettait des obligations à trois ou cinq ans, renouvelables à des époques indéterminées, sans aucun fonds de réserve ; c’était tout laisser à l’imprévu.

461Plusieurs banques succombèrent : la banque de Londres, l’Agra and Masterman bank, l’English joint stock bank, la Consolidated bank Hallett et Cie, Price et Cie.

462L’accroissement des dépôts en comptes courants avait changé les conditions du marché :

Tableau des dépôts des joint stock banks

Tableau des dépôts des joint stock banks

463Ces sommes ne représentent pas la totalité des dépôts espèces, les acceptations sont mêlées avec eux ; leur grande augmentation après 1866 est surtout due à ces acceptations.

464Sur 80 millions, 20 ou 21 millions représentent des acceptations.

465On a pris la mauvaise pratique d’employer les dépôts en acceptations et de les confondre dans le même article.

466Vendre le crédit sur une grande échelle sous forme d’acceptation c’est courir de grands risques ; on l’a essayé sans succès.

467Les banques de l’Inde qui succombèrent furent entraînées par leurs spéculations sur le coton.

468Aucune mesure législative ne pouvait prévenir la panique de 1866. La durée prolongée de l’escompte à 10 p. 100 de mai à août indique assez la méfiance qui régnait alors. À l’étranger toute signature anglaise était soupçonnée ; la circulaire de lord Clarendon à ses agents à l’étranger ne fit qu’aggraver la méfiance. Toutes les transactions se trouvèrent ainsi arrêtées ; si l’on ajoute l’incertitude qui régnait alors, on comprendra quelle a été la funeste influence de l’Acte de 1844.

46990 p. 100 des sociétés à responsabilité limitée qui s’étaient établies de 1862 à 1865 suspendirent leurs payements, non pas par suite de la limitation de leur responsabilité, mais par suite de leur mauvaise gestion.

470On se demande si des sociétés de finance et de crédit, comme celles qui ont été fondées dans les dernières années, peuvent se développer, et le doute, d’après ce qui vient de se passer, est toujours permis. S’il y a place pour quelques-unes, le nombre en était trop grand.

471L’ébranlement de 1866 a débarrassé le marché de tout ce qui était impur, or il est probable que c’est la liquidation la plus complète qui ait eu lieu depuis le mouvement qui a débuté en 1850. Après la liquidation sérieuse de cette époque, liquidation combinée avec les événements politiques de 1847, 1848, qui avait fait disparaître tout ce qui ne se tenait pas en équilibre, la spéculation avait disparu et les engagements réduits au comptant avaient remplacé les opérations à terme, les transactions se trouvant limitées au jour le jour.

Trafic des chemins de fer

Trafic des chemins de fer

472Malgré la progression continue des recettes la crise se fit sentir sur les railways. Les moyens de crédit manquèrent pour continuer la construction des lignes ; les compagnies de crédit qui alimentaient les caisses des entrepreneurs ne pouvaient plus répondre aux demandes qu’on leur adressait, ces derniers suspendirent donc leurs payements et leurs travaux. Les valeurs de chemins de fer étaient partout offertes, et leur dépréciation dépassa de beaucoup leur valeur intrinsèque. La fièvre de construction se ralentit, on ne construisit que 173 milles en 1866, tandis que dans les deux années précédentes on avait livré à la circulation 357 et 283 milles (1864-1865).

473Malgré tous les embarras de cette année, la progression des recettes fut encore de 1 1/2 p. 100, malgré le rude choc du krach financier, la baisse des cours ne parut qu’à la fin de l’année.

Baisse de prix des actions des chemins de fer

Baisse de prix des actions des chemins de fer

474La moyenne générale de baisse de toutes les lignes 6 1/2 p. 100.

À la Bourse de Paris

À la Bourse de Paris

475La perte totale peut être estimée à 40 millions £.

476D’après ce qui précède, le krach de 1866, qui a éclaté une année après la crise de 1864, doit-il être compris comme une nouvelle crise, ou comme la liquidation violente et forcée, quoique retardée, de la précédente ? Le nom seul dont on le décore de noir vendredi (Black friday), nous montre déjà que cela a été un étranglement subit qui a contraint les maisons mal engagées et qui résistaient jusqu’ici à liquider. Elles avaient pu prolonger la lutte, se maintenir encore en équilibre, malgré l’ébranlement de 1864 ; mais la hausse des prix étant arrêtée, tout espoir de réaliser disparaissait, surtout à la veille de voir la Prusse et l’Italie, coalisées contre l’Autriche, en venir aux mains.

477Ce qui prouve bien que ce n’était qu’une liquidation retardée, c’est que les autres nations n’y ont pas pris part ; elles avaient eu leur krach en 1864 ; l’Angleterre seule grâce à la puissance de son crédit n’avait vu crouler sous la première secousse qu’une faible partie du fragile édifice élevé par ce crédit.

478En voulons-nous la preuve, il suffira d’observer les cours des changes et les mouvements des bilans de la Banque dans les deux années 1864 et 1866.

479Pour les changes en mai 1864, l’escompte à 9 p. 100, on cote à Paris 25 fr. 40 sur Londres, en septembre et octobre à 9 p. 100, on cote encore 25 fr. 40. En 1866 au contraire, au moment le plus critique, en mai, le taux de l’escompte à 10 p. 100, on cote de 25 fr. 15 à 25 fr. 10. Londres se liquidait.

480Pour les bilans, prenant les maxima et les minima de chaque article, voici ce que nous observons :

481En 1864 les oscillations de l’encaisse en baisse et en hausse ne s’écartent pas de 1 500 000 £ à 1 700 000. Les deux mouvements se balancent.

482En 1866 jusqu’en juillet le drainage des espèces reparaît, cependant la dépression ne dépasse pas 1 000 £ au moment le plus critique, c’est le chiffre minimum de la période, mais le reflux se fait franchement et s’élève à 7 400 000 £ en décembre, élevant l’encaisse à 19 200 000 £. Le taux de l’escompte au lieu d’être maintenu à 6 p. 100 par suite de la continuité des demandes, est enfin abaissé à 3 1/2 p. 100 ; on n’était donc pas liquidé l’année précédente.

483Le portefeuille en 1864 ne s’élève que de 600 000 £ pour retomber de 5 300 000 à la fin de l’année.

484En 1866 il s’élève de 18 000 000 £ (février) à 33 400 000 £, c’est le maximum de la période, pour fléchir à 19 100 000 £ à la fin de l’année. On est donc bien liquidé, on a vendu en baisse et on ne l’était pas l’année précédente ; rien ne le prouve mieux que le remboursement de tous les effets qu’on avait fait escompter au moment de la panique ; pour satisfaire ces demandes, on avait émis pour 4 400 £ de Bank-notes, dès la fin de l’année elles étaient rentrées dans les caisses de la Banque.

485Les comptes courants privés avaient à peine varié de 1 400 000 £ en plus en juillet 1864. En 1866 la moitié des effets escomptés et des avances temporaires ont été portés en compte courant sans qu’on y eût recours, la somme s’éleva à 5 600 000 £.

486Les comptes courants des banquiers qui avaient varié de 1 900 000 £ en 1864, oscillèrent de 2 800 000 £ en 1866. On constate de suite combien, en présence d’un ébranlement plus considérable, les réserves du public et des banquiers ont pris plus d’importance.

487La panique a été grande, car les cours des Consolidés, qui n’avaient baissé qu’à 87 en 1864, descendirent à 85, 7/8 ; à partir de ce moment la liquidation suivit régulièrement son cours ; l’encaisse se relevant chaque année (1866-1869), de 11 800 000 £ à 27 400 000 £, pendant que le portefeuille se vidait de 33 400 000 £ à 13 700 000 £. Tout rentre dans le cadre ordinaire, un coup d’œil sur le tableau des bilans en donnera la preuve.

488Si la série des chiffres en hausse ou en baisse est interrompue pour les escomptes dans la colonne des maxima en 1861 et pour les minima la même année, néanmoins le mouvement de hausse persiste dans la colonne des minima, s’accuse en 1865, et surtout en 1866.

489Il en est de même pour la réserve métallique, sauf aussi en 1861, au moment de la rupture de l’union américaine, la baisse continue chaque année dans la colonne des minima de 1862 à 1866, comme dans toutes les périodes.

490On peut évaluer à 20 p. 100 la baisse générale des prix qui eut lieu à cette époque, et elle continua pendant plusieurs années comme après toutes les crises. Les gages et les salaires, comme toujours aussi, ont mieux résisté ; la baisse a varié de 10 à 20 p. 100 surtout pour l’industrie du fer. Les ouvriers, surpris de cette baisse des salaires et ne se rendant pas compte de la cause, se mirent en grève, dans leur ignorance ils persistèrent pendant 20 semaines, de juillet à novembre, et finirent par se rendre sans conditions. Il en fut de même dans l’industrie du bâtiment ; pendant cinq à six ans l’activité fiévreuse avait amené une grande hausse des matériaux et des salaires ; il fallut s’arrêter, quoique par suite de l’emploi des machines et de la concurrence étrangère on pût se procurer du bois tout ouvré dans le nord : fenêtres, portes, planchers, panneaux, etc.

491Dans les relations du capital et du travail l’année 1866 marquera une pause dans la progression du mouvement de hausse que l’on observait depuis 1850 ; cette hausse même des prix entraînait une hausse nouvelle par les disponibilités qu’elle laissait dans les mains de chaque nouveau vendeur. Il n’y avait plus aucune stabilité pour des marchés où tout était aux plus hauts prix. Les bas prix sont la seule base solide d’un marché pour la reprise des affaires.

492Ce qui préoccupait alors c’était la question des prix. On ne croyait plus à la continuation des hauts prix, mais on se demandait quels seraient les prix dans l’avenir. On recherchait quelle était la cause de cette hausse et si la production des nouvelles mines d’or n’y entrait pas pour la plus grande part, tout en remarquant cependant qu’elle n’était pas uniforme, et qu’elle ne résistait pas aux contractions du crédit pendant les crises. On prévoyait de violentes fluctuations en 1867 et on cherchait comment par des mesures législatives on pourrait les éviter. Toutes ces craintes étaient vaines ; la liquidation a suivi son cours ordinaire, caractérisée par la baisse des prix et quand elle a été terminée, la reprise a eu lieu.

Crise de 1873

493La crise de 1873 marque la fin de la période de hausse des prix. Cette hausse avait touché son chiffre maximum en 1871 et en 1872, après la guerre franco-allemande, favorisée par le gaspillage de capital qui avait eu lieu à cette époque, capital mis en mouvement et recueilli sur tous les points du globe pour solder les frais de la guerre et les cinq milliards de l’indemnité de guerre.

494Les États-Unis, l’Autriche, l’Allemagne même qui avait reçu cette bienfaisante rosée d’or furent les plus ébranlés. En Angleterre, la baisse des prix fut surtout sensible dans les derniers mois de 1873 et dans les premiers mois de 1874 ; la baisse portait surtout sur la houille, le fer, les matières premières pour l’industrie. Les salaires baissèrent partout, aux États-Unis et sur le continent. À Vienne, à Berlin, à Francfort, une première panique éclate en mai et en juin et une seconde en novembre, comme on l’avait déjà observé en 1847 et en 1864. Ce fut dans le mois de septembre que la crise fut la plus violente aux États-Unis, elle détermina une recrudescence en Europe, surtout en Angleterre, les échéances de la fin de l’année ne firent qu’augmenter les embarras. La pression fut vive et l’alarme telle que l’on craignit d’avoir recours à une nouvelle suspension de l’acte de 1844. La France fut moins atteinte parce qu’elle avait liquidé ses affaires au début de la guerre. À Vienne la situation était des plus critiques, tout était arrêté, les ouvriers sans travail pétitionnaient au Reichsrath pour qu’on vînt à leur secours.

Tableau des bilans par mois

Tableau des bilans par mois

495Les industries qui avaient été les plus prospères étaient les plus frappées : la métallurgie, les mines de houille, les usines, le fer, ne trouvaient plus aucun débouché même à des prix ruineux. La hausse des prix, il est vrai, avait dépassé tout ce qu’on avait vu jusqu’ici, nous citerons plusieurs articles :

496Progression des exportations. Quelques exemples montreront combien elle avait été rapide dans les trois dernières périodes quinquennales.

Accroissement des exportations

Accroissement des exportations

497La progression dépasse tout ce que l’on pouvait rêver et indique combien la consommation a marché du même pas que la production dans le monde entier. La production de fer nous montre l’activité déployée dans les hauts fourneaux pendant la dernière année.

Production du fer dans la Grande-Bretagne

Production du fer dans la Grande-Bretagne

498D’après ces chiffres, on constate la hausse des prix marchant beaucoup plus vite que la production, ils ont plus que doublé, pendant que la production n’augmente que d’un tiers. Le fer était tellement demandé et ces hauts prix si facilement acceptés à l’étranger que le stock des entrepôts, de 644 000 tonnes en 1877, s’abaisse à 200 000 en 1873 !

499La hausse de prix du charbon n’arrêta pas les hauts fourneaux. Les meilleurs charbons (wallsends et silkstones), cotés 38 et 34 sh. la tonne en janvier 1873, s’élèvent à 52 et 48 sh. en février.

500Un coup d’œil sur le tableau ci-joint nous montre toutes les variations de prix par tonne depuis 1873. Ce que nous notons, c’est que la plus grande production et le plus haut prix se sont rencontrés au même moment en 1873 sur tous les grands marchés, quoique tous n’aient pas été également ébranlés.

501L’Angleterre a été relativement moins touchée que dans les crises précédentes ; l’explosion a eu lieu trop tôt, alors que la mine, trop chargée en Autriche et aux États-Unis, ne l’était pas encore assez en Angleterre. Depuis 1866 le marché anglais s’était complètement liquidé ; nous suivons cette évolution sur les bilans de la Banque : de 33 400 000 £ en 1866, le portefeuille s’abaisse à 13 700 000 £ en 1869, alors que la réserve métallique de 11 800 000 £ se relève à 27 400 000 (1866-1871). Les dépôts privés de 15 700 000 £ avaient atteint un maximum inconnu jusqu’ici, 27 900 000 £ ; quant à la circulation des billets, dès que la réserve métallique eut atteint 27 400 000 £, elle monta, elle aussi, à 27 500 000 £, comme on l’observe toujours au moment du reflux des métaux précieux pendant la liquidation des crises.

502Le marché anglais, se relevant de la secousse de 1866, se remettait donc en marche seulement en 1870, quand l’explosion de la crise en Allemagne, et surtout en Autriche et aux États-Unis, vient en mai et en septembre jeter le trouble sur tous les marchés du monde. Si l’Angleterre fut moins ébranlée, quoiqu’elle y prît part, c’est que sa liquidation était moins récente que celle de la France, mais la spéculation n’avait pas eu le temps de se développer ; en un mot, comme nous le remarquions plus haut, la mine n’était pas chargée ou du moins ne l’était qu’à moitié, le portefeuille n’ayant remonté que de 13 700 000 à 28 800 000 £ (1869-1873), n’atteignant ni le chiffre maximum de 1857 ni celui de 1866. La crise n’était encore qu’à l’état de formation, mais néanmoins, comme grand marché central de compensation, l’encaisse de la Banque d’Angleterre a été attaquée : de 27 400 000 £ elle a été réduite à 19 200 000 £ et la réserve des billets à 7 300 000 £ le 17 octobre, le taux de l’escompte n’étant encore qu’à 6 p. 100.

503Le calme du marché intérieur ne faisait pas soupçonner les orages qui se formaient et allaient éclater ailleurs.

504De janvier à février le taux de l’escompte avait été abaissé de 5 à 3 1/2 p. 100 ; le krach de Vienne en mai le fait remonter à 7 p. 100, quoique le chiffre maximum du portefeuille, noté le 2 avril, un mois avant l’explosion, eût déjà été abandonné et ne dépassât pas 25 700 000 £. Au même moment l’encaisse de 23 200 000 £ avait fléchi à 20 600 000. La Banque se mettait sur la défensive, cela suffit pour repousser l’attaque ; en juin et juillet on abaisse le taux de l’escompte à 6, 5, 4 et enfin 3 p. 100 le 27 août. On ne se doutait pas du danger qui menaçait, parce qu’on ne prenait pour guide que les bilans de la Banque d’Angleterre, comme l’indique l’acte de 1844. C’est ici que l’on constate l’importance d’une vue d’ensemble pour juger de l’état des affaires dans le monde. Si l’on s’était rappelé que depuis la guerre de la sécession il n’y avait pas eu de crise aux États-Unis, on aurait pu la prévoir et la redouter.

  • 3 Voir crise 1873 en Autriche et aux États-Unis.

505Aussitôt qu’elle éclate en septembre 1873, on a recours à la hausse du taux de l’escompte, on le porte précipitamment, coup sur coup à 4, 5, 6, 7, 8 et 9 p. 100, du 25 septembre au 7 novembre. De 24 millions de £, l’encaisse avait fléchi à £ 19 300 000, soit de 4 700 000 £ ; il est vrai que l’effroi avait été tel que, par mesure de prudence, le portefeuille s’était relevé de 8 millions £ (août, octobre), pour retomber de suite de la même somme (octobre, décembre), aussitôt qu’il fut constaté qu’on ne perdait pas l’équilibre. Le taux de l’escompte fut abaissé à 4 1/2 p. 100 le 10 décembre, la liquidation était déjà presque complète en Angleterre, tandis qu’elle se prolongea sur les autres marchés3.

Crise de 1882

506La période prospère qui s’ouvre après la liquidation de la crise de 1873 vient échouer en 1882. Comme dans toutes les crises précédentes, l’explosion débute toujours sur un marché, et c’est le marché français qui fut le premier atteint et frappé avec la plus grande violence. Pour bien comprendre cet aspect différent des crises dans les divers pays, il ne faut jamais oublier de relier le présent au passé, dont il reçoit toujours les bonnes ou les mauvaises impressions.

507Si la France est la première touchée, c’est que par sa liquidation anticipée et forcée, en 1870, elle avait presque échappé à la crise de 1873, et n’y avait pris part que pendant la liquidation. Malgré la généralité de la crise de 1882, on ne sera donc pas surpris de ne pas la voir éclater partout à la fois et au même moment ; tous les marchés du monde étaient entraînés dans le même sens ; la hausse des prix était générale, mais l’arrêt n’a pas eu lieu partout au même moment.

508L’explosion n’a pas eu la même violence, le retentissement n’a pas eu autant d’écho en l’absence de grands désastres et des incidents qui les accompagnent ; mais pour n’être pas aussi bruyants partout, les résultats ont été les mêmes, partout la hausse des prix a cessé et on est entré dans la période de baisse qui caractérise la liquidation des crises ; c’est ainsi qu’aux États-Unis l’explosion a été retardée jusqu’en 1884. On était tellement engagé dans la construction des railways, la concurrence était si vive, en présence de l’augmentation constante du trafic, qu’on ne songeait pas à l’augmentation des dépenses d’exploitation. Aussi, si de l’autre côté de l’Atlantique le mouvement persiste encore jusqu’en 1884, par suite de l’impulsion qui lui a été donnée, néanmoins, dans beaucoup de cas, dès 1882 les prix ont baissé.

  • 4 Voir tableau des bilans.

509En Angleterre, le marché, surveillé de près par la Banque, ne peut plus se livrer aussi facilement aux écarts de spéculation qui le bouleversaient jadis. Les yeux toujours fixés sur les cours des changes, les directeurs s’efforcent de maintenir en équilibre, par la hausse de l’escompte, le niveau des réserves métalliques. Il n’y a pas eu, en 1882, de grosses maisons engagées, comme autrefois, dans des spéculations insensées ; il n’y a pas eu un krach retentissant, qui, comme certaine catastrophe au théâtre, caractérise une comédie ou une tragédie, car les deux genres se rencontrent aussi dans le monde des affaires. Si nous suivons sur les bilans de la Banque, sur les cours des changes, sur le taux de l’escompte, la marche des affaires, voici ce que nous notons4 :

Tableau des bilans par mois

Tableau des bilans par mois

510La dépression du portefeuille, de 28 800 000 £ à 15 200 000 £ (1873-1875), nous montre bien que la liquidation de la dernière crise s’était opérée régulièrement. Au même moment, l’encaisse de 19 200 000 £ s’était relevée à 35 millions £ et la circulation, suivant bientôt le même mouvement, atteignait 33 100 000 £, presque le même chiffre, en 1878. Pour les comptes courants, nous notons une plus-value de 1 à 3 millions £, en dépit et par suite du ralentissement des affaires.

511En 1876 et 1877, la liquidation continue sans nouvel abaissement et sans reprise du portefeuille. En 1878, il y a déjà un mouvement en avant : de 15 200 000 £, le portefeuille se relève à 27 900 000 £ et atteint 29 100 000 £ l’année suivante. Ce chiffre maximum, qui dépasse celui de 1873, ne fait qu’apparaître ; dès l’année 1880 le portefeuille était retombé à 16 800 000 £ sous l’influence de la concurrence des joint-stock banks, et le mouvement ne reprenait qu’en 1881 pour atteindre le chiffre de 29 100 000 en 1883, chiffre maximum de la période. Aussitôt ce chiffre touché, la réaction commence et continue régulièrement chaque année jusqu’à ce que le portefeuille se soit abaissé à 18 500 000 £ en 1887. Nous observerons le même mouvement en France à la même époque : de 1 724 millions à 413 millions de francs (1882-1886).

512Avant la crise on avait pu suivre les mouvements contraires de l’encaisse, s’abaissant de 35 600 000 £ à son minimum 18 700 000 £ (1879-1882), au moment le plus critique, et se relevant en 1885, pendant que le portefeuille se vide à 18 500 000 £. Le reflux des espèces métalliques a été plus rapide que le flux du portefeuille, mais la similitude et la coïncidence des deux mouvements, en Angleterre et en France, nous montrent bien la solidarité des marchés et la généralité de la crise. En Angleterre, si la spéculation et les affaires ont été ébranlées comme partout, elles ont néanmoins mieux résisté, le sol n’a pas été couvert de ruines comme on l’observe en pareil cas.

513Les embarras du marché français, en janvier 1882, ont eu leur contrecoup sur le marché anglais. Le portefeuille, qui de 20 000 000 £ en novembre 1881 s’était relevé à 26 000 000 £ le 4 janvier 1882 par suite de l’échéance de décembre, avait déjà fléchi à 22 400 000 £ le 25 janvier, au début de la panique à Paris, l’encaisse se maintenant toujours à 20 400 000 £. Malgré tous les efforts de la place et le concours même du Trésor, la liquidation n’aurait pu se faire en France sans avoir recours à la Banque d’Angleterre : le 1er février son portefeuille s’est déjà relevé de 3 300 000 £ et son encaisse avait baissé de 1 400 000 £. Au moment du krach à Paris, le 30 janvier, on retira 924 000 £ en or de la Banque, et dans la semaine on prit encore 2 millions £ pour la même destination.

514Le 2 février, le taux de l’escompte fut élevé à 6 p. 100, et les avances à 7 p. 100 ; le taux de l’escompte au dehors se nivèle avec le taux de la Banque, tandis que pendant le reste de l’année il reste au-dessous de près de 1 p. 100.

515Par du crédit et par des espèces on venait au secours de la place voisine, mais les espèces y étaient inutiles, la France n’avait pas d’engagements extérieurs ; par excès de prudence, on voulait être prêt pour résister à tout accident imprévu, quoique les cours du change sur Paris, de 25 fr. 15 à 25 fr. 20, ne pussent éveiller aucune inquiétude.

516Les mouvements de l’encaisse du 25 janvier au 15 février nous montrent bien le trouble et l’inquiétude qui régnaient alors : de 20 400 000 £ l’encaisse s’était abaissée à 18 700 000 £ le 1er février, au moment de la liquidation de la Bourse qu’on craignait de ne pouvoir opérer, et ce simple secours de 1 700 000 £, sans être même utilisé, permit à la place de reprendre son équilibre. Le 15 février, toute l’avance était déjà remboursée et l’encaisse s’était relevée à 20 700 000 £. Le reflux des espèces ne s’arrête pas là, il continue jusqu’au 29 mars où il atteint 24 millions £, à 300 000 £ près du chiffre maximum de l’année noté le 28 juillet. Les embarras étant surtout intérieurs, il n’y avait plus besoin de métal, la baisse de l’encaisse dans les années antérieures avait suffi pour liquider la situation à l’étranger, on était à la veille du reflux. Il n’en a pas été de même du crédit demandé à la Banque d’Angleterre et à la place de Londres ; le portefeuille nous permet d’en suivre l’importance et la durée. De 22 400 000 £ le 25 janvier, il s’élève à 25 700 000 £ au 1er février pour aider la liquidation de la Bourse de Paris ; ce chiffre, avec de faibles oscillations, se maintient jusqu’au 1er mars où il est un peu dépassé (25 800 000) et atteint enfin 26 200 000 £ le 5 avril. 3 800 000 £, voilà la somme demandée pour les premiers besoins, mais malgré des réactions, on sent qu’on hésite à se liquider, on espère que ce ne sera qu’un moment à passer et quand de nouveaux besoins ou des échéances se présentent, on a recours à la Banque d’Angleterre ; c’est ainsi que son portefeuille, escomptes et avances, oscille de 26 600 000 à 22 100 000 £ pendant le second semestre de 1882, pour s’élever une dernière fois à 29 100 000 £ le 5 janvier 1883, chiffre déjà atteint en 1879, mais que la concurrence des Joint-stock-banks n’avait pas permis de maintenir dans les trois années suivantes ; il est vrai qu’il reparaissait de suite quand le taux de l’escompte sur le marché libre se nivelait avec le taux officiel de la Banque.

517Nous parlions plus haut de la concurrence plus vive des Joint-stock-banks, surtout depuis 1880 ; en effet, si nous jetons un coup d’œil sur leurs dépôts et sur leur portefeuille, nous constatons que, pour les principales, ils ont pris un grand développement depuis 1880. Les escomptes et les avances se sont accrus de 6 millions £ de 1881 à 1884, en tout de 12 millions £ en quatre années, ce qui représente la diminution du portefeuille de la Banque.

518Simultanément, leurs dépôts et comptes courants s’élevaient de 64 millions £ à 81 800 000 £ (1879-1885) ; avec une pareille augmentation, leur action est bien visible et la Banque d’Angleterre en a ressenti l’effet la première.

519Avec ce délaissement de la Banque, les Joint-stock-banks ont fait d’immenses bénéfices dont voici la progression :

520L’activité des affaires était très grande, nous en avons la preuve dans le chiffre des émissions et des opérations du Clearing-House. Pour les émissions nous ne pouvons donner que des chiffres approximatifs et qui même ne concordent pas, tout en puisant aux meilleures sources dans the Economist et dans le Moniteur des intérêts matériels. Du chiffre minimum observé en 1876, pendant la dernière année de la liquidation de la crise de 1873, 43 millions £, le chiffre s’est élevé sans arrêt à 189 millions £ en 1881, à la veille de la crise, le Moniteur des intérêts matériels donne même le chiffre de 287 100 000 £ ; en 1873 l’émission ne dépassait pas 154 millions £.

521Clearing-house. — Les sommes qui passent par le Clearing-house correspondent à toute cette activité. Le maximum des opérations, qui n’avait pas dépassé 6 milliards £ en 1873, après avoir fléchi à 4 900 000 £ en 1876, pendant la liquidation, atteint et dépasse 6 300 000 000 £ en 1881 ; il s’abaisse dès l’année suivante, pour descendre à 5 500 000 000 en 1885, de même pendant la liquidation se relève dès 1886 et touche de nouveau 7 milliards £ en 1888, presqu’au début de la reprise des affaires. Ici, l’évolution est parfaitement régulière en hausse et en baisse, comme dans les crises précédentes.

522Les mouvements des sommes qui passent par le Clearing-house le jour des liquidations du stock-exchange nous montrent les mêmes oscillations. Ainsi, que ce soient les transactions en général, embrassant l’ensemble des affaires qui se liquident à Londres ou les opérations seules du stock-exchange, les résultats sont les mêmes ; partout nous sentons et suivons la crise, son approche et sa fin. Nous avons donc entre les mains un excellent instrument pour reconnaître à quel moment de la période nous nous trouvons.

523Le 15 février, quelques jours après le krach, le jour de la liquidation, le Clearing des banquiers à Londres s’éleva à 70 848 000 £, somme qui n’avait jamais été atteinte jusque-là. La baisse des prix de toutes les valeurs de Bourse fut rapide et profonde en ce moment, mais dès que les offres cessèrent, un calme apparent se rétablit, il y eut même une reprise, et aussitôt l’or qui avait été pris à la Banque d’Angleterre dans la crainte de besoins imprévus, revint à la Banque, sans même avoir quitté les boîtes dans lesquelles on l’avait placé au départ.

524Parmi les principales spéculations favorites de 1882, nous citerons la lumière électrique, l’application de cette même force, les emprunts étrangers qui ont absorbé 30 400 000 £, parmi lesquels nous citerons :

525Les colonies anglaises avaient part au mouvement général des affaires, leur commerce avait pris un grand développement, les importations, de 78 millions £, s’étaient élevées à 99 millions £, de 1879 à 1882 ; il en était de même pour les exportations : de 61 millions £ à 94 millions £.

  • 5 Voir les « comptes rendus des séances et travaux de l’Académie des sciences morales et politiques » (...)

526Pour la Grande-Bretagne, nous avons constaté tous les caractères de la crise : hausse des prix, arrêt, baisse des prix, liquidation, reprise des affaires, mais ce n’est pas après avoir vu les événements se dérouler que nous signalions ce qui vient de se passer. Alors que tout se tenait et marchait encore, au mois de novembre 1881, dans une lecture à l’Académie des sciences morales, nous indiquions d’après l’examen des bilans de la Banque que la crise était imminente, deux mois ne s’étaient pas écoulés qu’elle éclatait, en janvier 18825.

527Après son explosion, nous avons suivi sa liquidation et dès 1886, dans L’Économiste français, nous annoncions, sans que personne voulût y croire au milieu de l’atonie générale, la reprise des affaires. Où trouver par la pratique une confirmation plus évidente de la théorie ?

Tableau des bilans de la Banque de France

Tableau des bilans de la Banque de France

Suite des bilans de la Banque de France

Suite des bilans de la Banque de France

Notes

1 Emprunt ouvert par Pitt, le 1er décembre 1796, de 18 millions de livres sterling par souscription publique. Conditions : contre 100 livres sterling avancées : on se reconnaît débiteur de 112 l. 10 sh. en 5 p. 100 non rachetable avant le rachat de celui qui avait précédé. Le second emprunt contracté en 1798 (17 millions de livres sterling) fut encore plus onéreux. Pour chaque 100 livres sterling avancées on donne 150 livres sterling en 3 p. 100.

2 Voir le tableau 1857.

3 Voir crise 1873 en Autriche et aux États-Unis.

4 Voir tableau des bilans.

5 Voir les « comptes rendus des séances et travaux de l’Académie des sciences morales et politiques », 1882.

Table des illustrations

Titre Bilan de la banque
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Développement du commerce de 1782 à 1792
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Circulation
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Dépenses du gouvernement
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Bilans de la Banque d’Angleterre
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Banque d’Angleterre
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau de la circulation des banknotes de la Banque d’Angleterre et des avances au Trésor depuis 1790
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Bilans de la Banque
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Différences des prix
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau des variations du prix de l’or, des cours du change et de la valeur des billets de la Banque d’Angleterre
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau des prix
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Bilans de la Banque
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Liste des emprunts
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Importations et prix des produits
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Diminution de l’encaisse de la Banque
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Émission des notes
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Bilans de la Banque
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau des bilans par mois
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Situation de la Banque d’Angleterre en janvier, avril et octobre 1847
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau de la situation de la Banque en août et avril 1846-47
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau des bilans par mois
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau de la circulation des banknotes
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau des bilans par mois
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Cours du change de Londres sur New York
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Prix du coton de 1859 à 1864
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Production de métaux précieux de 1849 à 1863
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau des bilans par mois
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Relevé des recettes des chemins de fer de la Grande-Bretagne
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau des dépôts des joint stock banks
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Trafic des chemins de fer
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Baisse de prix des actions des chemins de fer
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre À la Bourse de Paris
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau des bilans par mois
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Hausse des prix
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Accroissement des exportations
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Production du fer dans la Grande-Bretagne
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau des bilans par mois
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau des bilans de la Banque de France
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Suite des bilans de la Banque de France
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1428/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter