Version classiqueVersion mobile

Cerner le réel

 | 
Sylvain Santi

Sensations

Chapitre 9

Scarron, le corps

Texte intégral

1Argument. La poésie esquisse les contours d’un corps réfractaire à tout principe d’organisation. Le corps ainsi est un effet. Du corps advient quand la poésie parvient à manifester du réel en lui donnant verbalement corps. Cette opération suppose de toujours lutter contre les représentations de la réalité des corps que produisent, à chaque époque, savoirs et pouvoirs. Toucher verbalement le réel du corps implique nécessairement de libérer une puissance de contestation de ces représentations. Cette libération est essentiellement pour Prigent un effort au style, effort dont nous tenterons de montrer quelques modalités à partir de l’analyse d’extraits du Journal de l’Œuvide, d’Écrit au couteau, de Commencement ou encore de Grand-mère Quéquette. Les procédés d’écriture qui y sont mis en œuvre visent à favoriser la manifestation de qualités de la sensation que nie la plénitude de la réalité re-présentée et pré-sentie. Cette tentative de trouer le réseau symbolique est aussi une expérience de liberté, une volonté, en particulier, de libérer le regard grâce à l’invention de dispositifs spécifiques où les relations instaurées entre les textes et les images incitent à un libre jeu des facultés d’une imagination qui, grâce au travail poétique de la langue, profite d’une capacité renouvelée de voir. L’écriture de Prigent ne cesse ainsi de scruter et interroger patiemment comment corps et langue s’articulent, sensations et mots se mêlent pour former ces commencements, ces avènements d’un peu de subjectivité que poèmes et proses tentent diversement de capter et de relever à la manière d’inlassables sismographes.

Corps en Z

2Soit trois corps et deux combinaisons. L’une est viable, l’autre non. Soit donc : Rimbaud, Scarron et la beauté (qui a de belles fesses, et qui les montre). Rimbaud peut assoir Vénus sur ses genoux ; faute d’en avoir, Scarron non :

Ou trop cagneux pour les besoins de la Callipyge.

Quant à tenter congrès ou déduit : bernique.

Et zéro bel enfant à faire à la Dame. (CQFT, p. 29)

  • 1 « Momie pliée en boule dans son amphore, fœtus dans un bocal, carcasse d’oiseau recroquevillée »,  (...)
  • 2 Il cite aussi Scarron qui se portraiture (ibid., p. 30 et 32).
  • 3 Ce que Prigent entend dans cette affirmation : « Le convexe de mon dos, dit Scarron, est plus prop (...)
  • 4 Rappelons le titre de cette deuxième section du livre : « La défiguration ».

3Ainsi est présenté le corps de Paul Scarron, erreur s’il en est de la nature. Erreur pour laquelle Prigent multiplie les noms1, et qu’il évoque notamment en décrivant la planche gravée en frontispice de La Relation véritable2. Scarron y est représenté de dos, assis, il converse avec les neuf Muses. Un peu plus haut : Pan, en compagnie d’un satyre, joue de la flûte. Plus haut encore : Pégase fait jaillir la source Hippocrène. Prigent tire deux interprétations de cette représentation parodique. La première est plutôt évidente : se représenter de dos rappellerait « la difficulté qu’il y a toujours à se portraiturer » (ibid., p. 32). La seconde est plus subtile : cette posture indiquerait que ce qui s’écrit « ne relève pas de l’image d’un corps affiché au miroir et disposé dans une distance optique stabilisée ». Dit positivement : ce qui s’écrit du corps du poète, c’est « la doublure qui le courbe, travaille dans son dos, le défigure et creuse la subjectivité identifiable »3. La gravure est un détournement ; elle indique un profond renversement : Scarron écrirait mû par « la passion de renverser » la représentation du « corps propre ». Ce qu’il écrit dès lors défigure la figure, c’est-à-dire la soumet à la pression « d’un corps in-figurable » (p. 33), expose sa mesure à « l’incommensurable de l’être »4.

  • 5 Le dispositif utilisé est proche de l’alternance entre poses et poèmes proposée dans la première s (...)
  • 6 Prigent dira un peu plus loin que ce corps est « une hyperbole cruelle du statut de l’humain (du p (...)

4Avec Scarron, et à travers l’histoire qui le lie à l’écriture, Prigent invite son lecteur à resserrer le cadre posé par les premières pages de Ce qui fait tenir : zoom sur le corps, et plus précisément sur le rôle que joue celui-ci dans la figuration du réel5. Zoom sur « l’avorton Scarron [qui] écrit forcément à partir de son corps » (p. 31). De son corps à ce qu’il écrit, la relation sans doute est spectaculaire, mais pas extraordinaire. C’est que le corps monstrueux de Scarron est une enflure : il exagère la vérité d’une relation au monde que partagent tous les corps. C’est cette vérité qui intéresse d’abord Prigent6.

5Soit donc Scarron. Partant de son corps avorté, l’écriture se fait injure à la Beauté. Le lien qui existe entre ce qui s’écrit et d’où ça s’écrit est ainsi évident. Mais ce lien suppose d’abord séparation. Corps scié. Tout comme il fait parler Lucrèce, Prigent fait parler Scarron :

toujours le corps est scié à mort

du fond du décor

la lame qui scie est l’âme

c’est un miroir

j’y vois moi je ris je crie :

encore ! coupe-moi encore ! (p. 31)

6Le corps est scié (« Zzzz » de la scie), coupé, séparé « du fond du décor » indifférencié. Scarron avoue d’ailleurs lui-même qu’il « ne représente pas mal un Z ». Prigent décrit son corps comme un « zigzag », « une rature zutique » – Scarron est tout à la fois « homme biffé, Zzzz enragé de la raison dormante, zipp d’éclair pondu comme d’un avortement de monstre » (p. 30). Pas de corps sans cette coupure qui nous individue – ce n’est pas un hasard si « lame » et « l’âme » sont placés en miroir dans le poème. Mais le miroir, c’est aussi la distance. Distance et proximité mêlées, simultanées, c’est bien cela que doit vivre Scarron qui s’y voit et aussitôt s’échauffe (rires, cris), ordonne et supplie : « coupe-moi encore ! » – en corps (encore du corps). Voilà ce que, face au miroir, Scarron se dit. Étranges paroles. À l’évidence, se voir affole. Vérité du miroir : être et ne pas être là. Le corps scié en Z de Scarron le porte singulièrement à creuser la vérité de cette petite conjonction. Qui se décline : pas de corps sans langue, mais pas de langue pour le corps. Alors il faut écrire. Pour entendre gronder le moi « vaporisé comme une cendre » dans l’écriture, « contenant symptomatique d’un incontenable » (p. 46). L’écriture est un écran, une interface. Certes, « il ne faut pas flairer que la surface ». Mais il faut la flairer assez pour entendre gronder derrière : le corps, le moi. Convexe, concave. Et ce qui apparaît sur l’écran, c’est ce que Scarron écrit en Z à partir de son corps en Z : alors Scarron rate, raye, biffe, tord, travestit, macule la langue. Pas d’acquiescement à la nature, zéro idylle. C’est-à-dire : pas de belle poésie ; refus du « pathos du liant (du religieux) » (p. 37). Ce que cochonnera Scarron, ce n’est rien d’autre que les formes dans lesquelles se réalise et s’incarne ce pathos à son époque.

7Mais cette manière de faire à laquelle son corps difforme prédispose Scarron est la manière de tout écrivain. Le corps de l’avorton Scarron sur-indique une vérité : le corps, par essence, est contre nature. Cette vérité formule une résistance qui se décline ainsi. 1. La poésie est affaire d’inversion. L’opération poétique ne détruit rien, elle figure, forme, fait, nature :

Roule

mesuré ! (p. 34)

8Le sens du préfixe est plus complexe que celui d’une simple privation. Défigurer la figure, par exemple, consiste à la pervertir de manière telle qu’elle montre l’infigurable. Démesure mesurée (« dé / mesuré ! »), ce genre d’opération allie toujours à la jouissance (démesure) la plus grande maîtrise (mesure). Et c’est chaque fois un tour de force ; une torsion qui renvoie au corps tordu de Scarron – ce n’est donc pas un hasard si celui qui renverse la poésie de son temps a ce corps. Le corps de Scarron est une erreur et un refus : qui fut malmené par la nature la malmènera – ne la chantera pas religieusement. 2. La poésie est inséparable d’un certain rire – ce que l’on a vu par exemple avec Queneau ou Verheggen. Scarron ne déroge pas à la règle qui se plie en Z de rire :

On

nous a concédé ce corps

pour céder à la connerie

(je ris) (p. 30)

9Derrière le comique de Scarron, il y a un rire que l’on trouve chez tout poète. Pas de poète sans carnaval. Bien qu’elle soit « entièrement de son temps » (p. 43), et ne s’en prenne donc qu’aux formes de son époque, l’opération poétique de Scarron est déjà celle des modernes, un certain savoir en moins : « nous venons après le passage de Baudelaire, de Rimbaud, d’Artaud et de quelques autres » (p. 37). Scarron est ainsi le moment d’une histoire, d’une « tradition bouffonne » (p. 44), qui culmine avec les trouées critiques que la poésie moderne opère dans et par la langue. Cette histoire est d’abord une filiation que Prigent se plaît à évoquer, au fil de ses essais, à travers des fragments qui, chacun, laissent deviner une immense généalogie – ici : Aristophane, les danses macabres et les fêtes des fous du Moyen Âge, les poètes baroques, Corbière, et enfin les squelettes grimaçants de Maurice Roche.

Le style : s’arracher du corps

10Ce savoir en plus des modernes, cette ironie lucide qui est la leur, est aussi un savoir du corps. Celui qui s’esquisse par exemple dans ces pages où la représentation d’un corps, tout comme celle d’un paysage, ne tient qu’à sa capacité à capter les forces sinon insensibles « de l’informe qui forme et transforme les formes » (CQFT, p. 23). Le véritable site du corps est le convexe, non le concave. Le corps ne se fixe jamais. Il ne se réduit jamais à l’unité d’une forme qui prétend le stabiliser. Le corps travaille toujours dans le dos du corps, il est la « doublure qui le courbe » (p. 32). Le corps est infigurable, et c’est là sa chance, son élan et sa vitalité jamais épuisés, sans cesse relancés. Toute unité n’est que de passage ; tout réussite déjà défaite. Toujours il faut remettre du jeu là où la fixité menace :

C’est le destin : jouez

vous n’étiez pas nés

pour vivre une vie déguisés en homme

mais pour être terre

où le futur pousse

ses fleurs de venin sur vos purins (p. 53-54)

11Scarron le dit sans ambages à « ses frères humains » à qui son poème est adressé : comme toute forme, la forme homme n’est que costume d’emprunt, vêtement pour un corps auquel aucun vêtement ne saurait vraiment seoir. D’où inévitables effets comiques, et désignations ad hoc :

Boudins hommes

fichus damoiseaux

frou frou ! frou frou !

hennins & tambourins

Ô hommes nains !

fretins dans la durée !

bouts de temps vannés !

oiseaux pipi !

pitres aux pupitres ! (p. 53)

12Pitres, bouffons, boudins, avortons, rebus, fretin menu : le corps résiste. Une apparence en cache toujours une autre, qui vient. Alors frères humains : « jouez ». Ne soyez pas forme réalisée, mais foyer de forces réalisantes. Soyez « terre », terreau, germe, « purin », corps toujours en formation, corps toujours d’un « avant », d’un « arrière » :

Derrière : le ventre d’infini huit

couché comme dans

l’amer des eaux de l’huître (ibid.)

  • 7 Christian Prigent, « La langue fait corps », Du corps virtuel… à la réalité des corps II, Claude F (...)

13Bizarre anatomie. Derrière, il y a le ventre, là où les formes naissent et prennent forme ; derrière, il y a le corps que la poésie décèle : « Pour la poésie, corps est le nom de la silhouette que le fait d’écrire dessine de l’insistance du réel (des choses et des corps) comme résistance à la constitution des représentations sensées »7. La poésie esquisse les contours d’un corps réfractaire à tout principe d’unité ; elle donne accès à la matière de corps non encore organisés ou bornés dans une organisation corporelle qui les emprisonne ; elle silhouette une « insistance » et une « résistance », et montre ainsi le primat de la force sur la forme, impose l’idée que la forme n’est qu’un devenir de forces. La poésie n’est pas dupe des corps socialement agencés. Elle sait qu’un corps c’est toujours d’autres corps possibles. En captant des forces (la résistance) qui sans elles nous seraient inaccessibles, elle désigne un corps qui n’est déterminé par aucun principe d’organisation qui briderait sa puissance. Elle se tient au plus près d’un corps avant : avant toute fixation particulière, toute individuation ; au plus près de la terre et des germes ; au plus près d’une puissance intacte d’agencement, de l’état rudimentaire des anatomies possibles, mais à peine ébauchées encore, à peine esquissées encore.

  • 8 Ibid., p. 114.

14Le corps est l’effet que la poésie engendre. Le réel qu’elle parvient à rendre présent en lui donnant verbalement corps. Une formalisation verbale plus juste de la cause qui l’a produite, l’adéquation d’une force et d’une forme, adéquation paradoxale puisque la forme alors « n’adhère à “rien” »8. Ainsi, les formes verbales qu’invente la poésie « disposent un vide », au moins « un évidement de ce que spontanément on entend comme “réel” : la plénitude du spectacle du monde, la vie mise en images, le “vécu” historicisé, etc. ». Il faut entendre positivement cet évidement comme l’effet d’une puissance d’individuation non encore actualisée, jamais bridée, toujours susceptible de bouleverser le corps et de relancer la pensée. La poésie défait les corps représentés, elle ré-agence ces corps pour lesquels Prigent a de multiples formules :

  • 9 Ibid., p. 108.

du corps toujours-déjà assigné au signifiant, du corps toujours-déjà parlé et parlant, du corps saisi en tant qu’insaisissable dans l’expérience du miroir, du corps toujours-déjà relégué dans la distance optique et toujours-déjà pris dans et formé par le réseau des représentations (les simulacres, la langue et les images).9

15Si « l’accès du corps au symbolique, et vice versa » continue à faire « difficulté, énigme, malaise », le corps symbolisé / représenté est toujours à défaire, sans cesse à refaire, ce qu’indiquent nombre de formules d’un poète comme Artaud, et que Prigent sans hésiter fait siennes.

16Prigent ne cesse de le répéter, les discours produisent la réalité, celle des corps n’y échappe pas. La réalité des corps varie en fonction de la variation des discours d’époque. Défaire ces discours relève d’enjeux de savoir, mais aussi de pouvoir. Il existe en cela de grandes résonances entre l’entreprise d’un poète comme Prigent et la pensée d’un penseur comme Foucault – et notamment le Foucault des Mots et des choses. Si les savoirs, les représentations de la réalité qu’ils produisent, sont le reflet de l’épistémè à laquelle ils se trouvent étroitement liés ; si les représentations qui se donnent pour la réalité sont profondément tributaires des pouvoirs qui engendrent ces savoirs, alors la force d’évidement des formes qu’invente la poésie pour dire plus justement le réel a toujours affaire à ces savoirs et à ces pouvoirs. Toucher verbalement le réel du corps, toucher verbalement à ce qui toujours se soustrait à tout pouvoir et tout savoir, libère nécessairement une puissance de contestation de la réalité des corps. Cette contestation peut s’appeler le style. L’œuvre de Scarron le montrait déjà : « il ne s’agit pas d’écrire sur le corps, mais de s’en arracher par un effort qui fait style » (CQFT, p. 32). Ce sont quelques-uns de ces efforts au style que nous nous proposons désormais de décrire, et d’approcher ainsi d’un peu plus près.

Notes

1 « Momie pliée en boule dans son amphore, fœtus dans un bocal, carcasse d’oiseau recroquevillée », etc. (CQFT, p. 30).

2 Il cite aussi Scarron qui se portraiture (ibid., p. 30 et 32).

3 Ce que Prigent entend dans cette affirmation : « Le convexe de mon dos, dit Scarron, est plus propre à recevoir une inscription que le concave de mon estomac » (ibid., p. 30).

4 Rappelons le titre de cette deuxième section du livre : « La défiguration ».

5 Le dispositif utilisé est proche de l’alternance entre poses et poèmes proposée dans la première section, à ceci près : Scarron désormais parle dans les poèmes et s’adresse tout à tour à Mme de Maintenon, à Lucrèce, à l’Aurore, à Bataille, à Mallarmé, aux modernes, à lui-même, à Rimbaud, à ses frères humains enfin ; c’est lui qui prend la parole pour dire à sa manière ce qu’avancent par ailleurs les analyses rationnelles des textes en prose.

6 Prigent dira un peu plus loin que ce corps est « une hyperbole cruelle du statut de l’humain (du parlant) » (ibid., p. 43).

7 Christian Prigent, « La langue fait corps », Du corps virtuel… à la réalité des corps II, Claude Fintz éd., Paris, L’Harmattan, 2002, p. 109.

8 Ibid., p. 114.

9 Ibid., p. 108.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search