Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Première partie. Crises commerciales : définition, origine, causes

XVIII — Mécanisme des crises. — Mouvements des bilans

Texte intégral

[Tableau du portefeuille et de l’encaisse. — Circulation des billets. — Comptes courants.]

1Pour simplifier l’exposition, nous n’observerons que les mouvements de quatre articles des bilans : la circulation, l’escompte des effets de commerce, l’encaisse métallique et les comptes courants.

2Nous allons suivre les oscillations de ces divers articles pendant une assez longue série d’années, afin de comparer plusieurs crises et de bien nous rendre compte de leur formation, de leur explosion et de leur résolution. Nous pourrions remonter jusqu’à 1800, mais nous nous bornerons aux trente-cinq dernières années, c’est-à-dire à la période écoulée depuis 1851.

3À cette époque, la liquidation de la crise de 1847 était à peine terminée, on repartait déjà, parcourant une période de prospérité qui se trouvait arrêtée par la crise de 1857.

4En 1858, la liquidation était complète, les échanges de plus en plus nombreux reparaissaient jusqu’à la crise de 1864.

5Nouvel arrêt, nouvelle liquidation, qui se prolonge jusqu’en 1868.

6Le commerce, s’étendant de plus en plus sur le globe, s’élançait dans des voies nouvelles, quand éclata la guerre franco-allemande de 1870.

7Le commerce verse tous ses effets dans le portefeuille de la Banque de France, se liquide et attend les événements.

8Le Gouvernement, pour soutenir la guerre, a besoin de ressources nouvelles. Ne pouvant avoir recours à l’emprunt direct, il émet des bons de Trésor qu’il n’offre pas au public pour ne pas les avilir, mais qu’il fait escompter par la Banque de France ; en échange on lui remet des billets de banque, ce qui fait plus que doubler leur circulation et la porte de 1,358 millions à 3,071 millions, de 1870 à 1873.

9Grâce à cette émission avec suspension des payements en espèces, sans dépression sensible des cours des changes, on fait face à tous les besoins, même au payement de l’indemnité de guerre. La paix signée, on se hâte au moyen d’un puissant amortissement de rembourser la Banque ; ces mesures prises, aussitôt l’encaisse se reconstitue.

10La crise de 1873 éclate aux États-Unis, en Allemagne et en Autriche, mais comme en France on n’est pas engagé, elle nous touche à peine.

11Dès 1876 le portefeuille (effets de commerce seuls) était déjà réduit de 1,282 millions à 335 ; la réserve métallique s’était relevée au chiffre de 2,281 millions l’année suivante.

12Pendant que le Trésor continuait à rembourser ses avances à la Banque, les affaires avaient déjà repris avec la hausse des prix et la dernière période prospère venait échouer en janvier 1882.

13La période de liquidation s’est de nouveau ouverte et la reprise des affaires a reparu encore, comme nous l’avons annoncé en 1886. Depuis que nous possédons des documents officiels, c’est-à-dire depuis 1800, il en est ainsi ; les trois périodes se succèdent dans le même ordre. La guerre de 1870 trouble à peine pendant quatre années la régularité des lignes graphiques du tableau, elle leur donne en plus une amplitude toute nouvelle.

14La série des crises établie, recherchons l’analogie ou les différences des mouvements des bilans selon la diversité de leur origine et du milieu dans lequel ils se sont développés.

15Encaisse. — Pour rendre encore la démonstration plus saisissante, nous étudierons d’abord les oscillations de l’article qui n’est pas complètement sous l’influence de la volonté humaine, c’est-à-dire de la réserve métallique. Si, après avoir passé sur le tableau de 1851 à 1885 des crayons de couleur pour le rendre plus frappant et reconnaître plus aisément les entre-croisements des divers articles, nous suivons la couleur qui correspond à l’encaisse, nous constatons de suite des oscillations considérables.

16Dans les grandes ondulations qui rappellent les mouvements de flux et de reflux de la mer, la masse du métal ainsi mise en mouvement est énorme dans chaque période par suite des besoins des affaires, soit pour la circulation intérieure sous l’influence des variations de prix, soit pour la circulation extérieure, sous l’influence des cours des changes favorables ou défavorables sur les divers points du globe.

17Voici les écarts que l’on observe dans chacune des périodes :

Mouvement de l’encaisse

Mouvement de l’encaisse

18Les mouvements de flux et de reflux de 1851 à 1865 sont de 500 millions environ.

19De 1864 à 1868, le retour du métal dans les caisses de la Banque est très rapide, la somme s’élève à 1,162 millions de francs et dans cette somme l’or seul entre pour 776 millions.

20De 1868 à 1873 l’encaisse baisse de 609 millions et dans cette somme l’or seul entre pour 516 millions, c’est-à-dire un peu plus de moitié ; l’argent a été encore accepté pour les payements à l’Allemagne.

21De 1871 à 1877 le reflux du métal amène 1,883 millions dans les caisses de la Banque ; dans cette somme l’or seul entre pour 1,197 millions de francs.

22De 1877 à 1881 l’encaisse baisse de 2,281 à 1,750, soit de 531 millions seulement. Mais si nous notons les mouvements de l’or seul, nous voyons qu’il a baissé de 1,020 millions !

  • 1 Une partie de l’encaisse argent a été remplacé par de l’or.

23De même, de 1881 à 1886, quoique l’encaisse total or et argent ne se relève que de 775 millions, l’or seul donne 859 millions1.

24Si l’or vient naturellement se réfugier à la Banque pendant la liquidation des crises, c’est aussi sur lui seul que portent les demandes quand il y a des payements à faire à l’étranger dans les années qui les précèdent.

25Dans chaque période, les mouvements de flux et reflux des espèces sont énormes : de 500 millions environ, il y a vingt-cinq ans, d’un milliard aujourd’hui. Ces oscillations du niveau du métal dans les caisses des banques ne se produisent pas dans le même espace de temps ; ce qu’il faut noter, c’est la continuité des mouvements dans le même sens en hausse ou en baisse.

26Pour le flux pendant la période prospère, chaque année les chiffres maxima et minima de l’encaisse sont en baisse jusqu’à l’explosion de la crise, c’est-à-dire jusqu’au chiffre minimum variable selon les époques. Cette dépression du niveau des encaisses s’accuse ainsi pendant 7 à 9 ans selon la durée de la période prospère, c’est-à-dire pendant toute la durée de la hausse des prix ou du moins de leur tenue sur le marché intérieur et sur les divers marchés du monde.

27Pour le reflux, il faut observer ce qui se passe dans les années qui suivent les crises, c’est-à-dire pendant la période de liquidation.

28L’explosion de la crise vient d’avoir lieu, et aussitôt toutes les affaires à terme, c’est-à-dire à crédit, sont arrêtées avec la hausse des prix. Au lieu d’être demandés, les produits sont offerts pour liquider la place, et la liquidation est forcée pour les maisons mal engagées. Il faut livrer ces produits en baisse ; cette baisse s’accentue pendant un certain nombre d’années jusqu’à ce que les prix aient été précipités des plus hauts cours aux plus bas ; alors la liquidation est complète. Dans les deux sens, en hausse ou en baisse, on parcourt toute la série des exagérations auxquelles peut s’abandonner l’imagination humaine ; elle ne voyait pas d’abord de limites à la hausse et maintenant, par suite d’un revirement violent, elle n’en voit plus à la baisse. L’espoir ou la crainte exagérée du lendemain fait toujours perdre à l’homme toute mesure.

29Aussitôt et simultanément, avec la livraison des produits au cours du jour, c’est-à-dire en baisse, les cours des changes, défavorables en général jusque-là, tournent aussitôt et deviennent favorables, ce qui favorise la rentrée des espèces et le retour des lingots dans les caisses des banques.

30Deux causes agissent dans le même sens pour produire ce mouvement :
1o La baisse des prix des marchandises exige une moins grande masse d’espèces en circulation pour les échanges des produits, et les espèces devenues inutiles rentrent à la Banque.
2o La livraison des marchandises à l’étranger rétablit les conditions normales du commerce, c’est-à-dire l’échange des produits contre des produits et non pas contre du métal.

31On employait le métal quand la hausse des prix, variable sur les marchés du monde, ne permettait pas de vendre les produits au-dessus du cours des pays d’origine, pendant que sur ces mêmes marchés étrangers on continuait à acheter des produits qu’il fallait payer en espèces ; de là drainage de l’or, drainage qui devenait de plus en plus considérable au fur et à mesure de la hausse des prix. Tandis que le flux persiste pendant toute la période de hausse, c’est-à-dire pendant 7 à 9 années, le reflux au contraire est très rapide, sous l’influence de la baisse des prix qui est brusque et s’impose immédiatement dans toutes les transactions. De même qu’après la tempête on voit de suite le baromètre remonter, de même après l’explosion de la crise, le niveau de l’encaisse se relève rapidement. De toutes parts, par les mille canaux de la circulation intérieure et extérieure, le métal se dirige vers les réservoirs des banques et reconstitue les encaisses avec une rapidité qui étonne toujours. Quand on constate que ces encaisses, qui ont mis une série d’années à se vider, sont non seulement rétablies en deux ou trois ans, mais de beaucoup supérieures à ce qu’on avait noté jusque-là, comme on peut le constater sur le tableau graphique ci-joint, c’est plus que de la surprise qu’on éprouve.

Tableau du portefeuille et de l’encaisse

Tableau du portefeuille et de l’encaisse

32Portefeuille. Effets de commerce escomptés. — Si, comme pour l’encaisse, on représente par une ligne sur un tableau les mouvements des effets escomptés, on voit cette ligne s’étendre pendant une série d’années présentant toujours des chiffres supérieurs à ceux de l’année précédente, jusqu’à un sommet si élevé que la crise éclate. Aussitôt le portefeuille commence à se vider et, en deux ou trois ans, il est redescendu des hauteurs auxquelles il s’était élevé jusqu’à un niveau si bas qu’il n’y a plus, pour ainsi dire, que des affaires au comptant. Les affaires à terme ayant disparu, on peut dire que la liquidation est complète.

33Comme pour l’encaisse, nous observons bien les deux lignes ascendante et descendante qui forment le cône de chaque période, mais le sens du mouvement n’est pas le même ; pendant que sur le tableau graphique la ligne ascendante des escomptes s’élève toujours, la ligne descendante de l’encaisse s’abaisse ; de telle sorte que, quand les deux mouvements sont arrivés à leur limite extrême, en hausse ou en baisse, en un mot, quand le cycle a parcouru toutes ses phases : période prospère, période de crise, période de liquidation, les sommets des deux cônes, de l’encaisse et des escomptes, sont toujours opposés aussi bien au moment de l’explosion de la crise qu’au moment de sa liquidation.

34Alors que la ligne du portefeuille est à son sommet, celle de l’encaisse est au plus bas, ce qui caractérise la crise. C’est un moment très court qui dure quinze jours, trois semaines au plus. Puis on entre dans la période de liquidation qui dure trois ou quatre années, — et au fur et à mesure que toutes les maisons mal engagées liquident, on parle de la crise. Ce n’est plus la crise, c’est la liquidation de la crise.

35Nous venons de voir le rapport étroit qui existe entre l’encaisse et le portefeuille, suivons sur le tableau la liaison de ces mouvements pendant les diverses périodes.

  • 2 Voir les tableaux graphiques, surtout depuis 1847.

36L’encaisse est au plus bas au moment des crises ; en 1857, c’est dans l’année précédente qu’on observe le chiffre minimum. Puis le reflux du numéraire reparaît, les espèces s’accumulent dans les caisses de la Banque avec plus d’abondance que jamais, à ce point que le maximum de la période précédente est dépassé. Ce mouvement de l’encaisse sur le tableau graphique forme un cône qui correspond au cône renversé formé par le portefeuille2.

37Suivons ces mêmes lignes ; nous en trouvons la répétition pendant les crises antérieures et surtout depuis 1847, en 1857, 1864, 1882. Nous observons au moment de la liquidation le minimum du portefeuille, puis le maximum au moment le plus aigu de la crise, et ce même maximum correspond à un minimum de l’encaisse qui est produit par la même cause. On sent très bien que la réserve de la Banque est touchée par les effets escomptés, ces effets qui, en temps normal, se présentent à la Banque uniquement pour être portés aux comptes-courants et servir aux compensations. Car c’est là le rôle des banques, et de toutes les grandes banques anglaises ; Westminster-Bank, London-Bank, Union-Bank, qui font des milliards d’affaires, n’ont pas d’encaisse ou en ont un très minime. Les banques sont destinées à faire circuler le papier de commerce, à faciliter les compensations, mais non pas à fournir des espèces. Quand on en demande aux banques, c’est que le mécanisme ne marche plus, et on le voit bien ici. On réclame du numéraire, et on finit par abaisser l’encaisse à de tels niveaux qu’il disparaîtrait complètement et qu’il ne resterait rien en caisse si l’on n’arrêtait ce mouvement. Il y a trente-cinq ans, on ne savait pas prendre de mesures défensives ; ce n’est que depuis 1857 que l’on a compris l’utilité de la hausse de l’escompte. Dans toutes les crises anglaises, on avait laissé tarir l’encaisse sans savoir comment s’y opposer. On suspendait l’escompte des effets de commerce, on refusait de donner des billets de banque, c’est-à-dire de l’or, alors qu’il s’agissait simplement de le donner non au tarif de la Monnaie, mais au taux ayant cours sur le marché et de le donner à tout le monde. Pourquoi faire l’escompte à un taux qui n’est pas celui du marché ? La preuve qu’il n’est pas au cours, c’est qu’on ne demande pas des billets, ou si l’on en réclame, c’est pour prendre du numéraire. Qu’est-ce que cela prouve ? Que les affaires ne marchent plus, que la compensation n’est pas possible. Ce n’est pas pour l’intérieur du pays que l’on demande du numéraire, c’est pour l’extérieur, parce qu’on ne peut pas placer ses produits. Pourquoi ne peut-on pas placer ses produits ? Parce qu’on veut les vendre à un haut prix qui n’est pas en rapport avec celui que l’on cote sur les marchés étrangers.

38Circulation des billets. — Cette émission de billets pour laquelle les banques ont été instituées ne paraît pas obéir, comme on pourrait le penser, à la direction chargée de les mettre en circulation, du moins tant qu’au guichet des remboursements on paye en or.

39De tous les articles des bilans, c’est celui qui a pris le plus grand développement ; sur les tableaux graphiques il occupe la partie supérieure et domine tous les autres. On pensait et on craignait que cette circulation de papier ne fût la partie la plus mobile des bilans, et par le fait c’est la plus fixe. Si nous voyons les sommets s’élancer à des hauteurs vertigineuses dans ces derniers temps, les dépressions ne descendent pas dans les parties inférieures, où dans chaque période nous rencontrons successivement la réserve métallique et le portefeuille. La somme de billets en circulation est moins variable ; même quand une émission exagérée a été faite, il en reste en circulation une partie qui ne rentre pas.

40Depuis la liquidation de la crise de 1847, la ligne, qui sur le tableau graphique représente la circulation des billets, s’élève de 580 millions à 3,162 millions en 1884, d’un mouvement en quelque sorte continu. Les reculs marquent à peine la moitié de l’espace parcouru en hausse. Nous n’observons plus les deux oscillations, presque égales, en sens contraire comme pour les escomptes et la réserve métallique.

  • 3 Voir les tableaux graphiques des bilans.

41Mais du moins la circulation des billets a-t-elle une marche indépendante, ou est-elle entraînée par un des articles du bilan ? Un coup d’œil sur les tableaux nous montre l’influence sous laquelle elle paraît se mouvoir3. Les sommets de la réserve métallique et de la circulation des billets présentent une telle succession, qu’on saisit immédiatement le rapport qui existe entre eux.

42Dès qu’on aperçoit le sommet indicateur du chiffre maximum de l’encaisse, on peut assurer que le maximum de la circulation va suivre et qu’il n’est pas loin. À une année ou deux près, les deux sommets se succèdent, comme on le constate en 1851, 1852 ; 1859, 1862 ; 1868, 1869, et enfin en 1877.

43Comparé à la réserve métallique, le mouvement de la circulation des billets est entraîné dans le même sens et suit la même ligne graphique dans ses oscillations ascendantes et descendantes. Cette concordance, il est vrai, n’est pas celle que l’on prévoyait et pour laquelle on pensait que les banques avaient été instituées.

44Ainsi, le mouvement des billets et celui des espèces suivent la même marche ascendante et descendante, sans que la proportion soit la même dans les deux cas. Dans la période ascendante, le maximum de la circulation des billets s’observe toujours une ou deux années après que la réserve métallique a atteint son niveau le plus élevé. Quant au chiffre minimum, il se rencontre un peu avant les crises, au moment où l’on pouvait croire que les billets seraient appelés à rendre les plus grands services.

45Cette rentrée des billets dans les caisses de la Banque ne saurait être comparée à la sortie des espèces. Les deux lignes descendantes sont presque parallèles, mais la ligne qui représente la circulation ne s’abaisse que dans une faible proportion, comparée à celle de la réserve métallique, et cet abaissement a lieu au moment des plus grands embarras, alors qu’on espérait trouver dans l’émission des billets un puissant secours.

46Que conclure de la comparaison de ces mouvements ?

47C’est que l’émission des billets, même là où il n’y a aucune restriction, est commandée, non pas par la volonté de la Banque, mais par la réserve métallique. C’est après le moment où les espèces affluent et se réfugient dans les caisses de la Banque, qu’elles sont remplacées dans les mains du public par une émission de billets.

48Dans l’étude à laquelle nous venons de nous livrer, l’émission et la circulation des billets nous présentent un phénomène bien curieux sur lequel nous devons insister.

49Les tableaux graphiques nous montrent les services que ces billets ont rendus pendant la guerre franco-allemande. En 1870, on a commencé à émettre pour 1,700 millions de billets de plus que dans les années précédentes (1,300-3,070 millions, 1869-1873), puis, une fois les besoins pour lesquels ces billets ont été émis satisfaits, malgré les remboursements à la Banque des bons du Trésor qu’elle avait escomptés et la rentrée d’une grande partie de ces billets, après avoir néanmoins fléchi à 2,300 millions en 1875, dès 1877 la circulation se relevait à 2,700 millions, au moment où la réserve métallique atteignait son sommet le plus élevé, 2,281 millions.

50La période prospère s’ouvrait à cette époque, et alors, en présence de l’abondance des capitaux et du remboursement des bons du Trésor, la circulation des billets s’abaissait de 2,725 à 2,101 millions, 1877-1879. Le moment critique approchait : en novembre 1880, quand l’encaisse or fut réduite à son chiffre minimum, 536 millions, la circulation s’était à peine relevée de 200 millions, 2,322 millions. La crise cependant n’a pas encore éclaté ; elle pèse sur la place, mais de puissants syndicats maintiennent des cours qui trompent le public et, par des manœuvres de Bourse, font encore certaines poussées qui leur permettent d’écouler une partie des valeurs qu’ils ont émises.

51Pour en imposer et dominer le marché, comme toujours, on a recours à la Banque. On lui fait escompter du papier, en échange duquel on demande des billets, et la circulation se relève de 2,322 millions en octobre 1880, à 2,958 en février 1882, quand la crise a déjà éclaté, alors que tout crédit a disparu. Ce secours momentané fourni à la place, dès le mois suivant la circulation était retombée à 2,600 millions. Puis, malgré la baisse des prix, malgré les embarras de la liquidation, malgré l’absence de la matière escomptable, le portefeuille se vidant chaque jour, néanmoins, par suite de grands travaux entrepris par l’État sur toute la surface du territoire, les besoins sont tels que la Banque force son émission et lui fait dépasser le chiffre déjà atteint en 1873 (3,071 millions) en la portant en 1884 à 3,162 millions !

52En présence de cette élasticité de la circulation, peut-on se plaindre de l’insuffisance des moyens d’échange, parce qu’il y a un milliard d’argent sans emploi perdant plus de 20 p. 100 dans les caisses de la Banque ? Sans doute c’est un capital qui ne circule pas à l’extérieur, mais qui peut circuler à l’intérieur par suite du privilège dont il jouit dans quelques pays, d’être monnaie libératoire comme l’or, d’après le tarif des hôtels des monnaies ; tarif administratif et artificiel qui a pu être à un moment donné l’expression exacte du rapport du prix de l’or à celui de l’argent sur le marché du monde, mais qui ne l’est plus aujourd’hui.

53La banque a donc mis en circulation sous forme de billets, sans que les cours des changes en aient été affectés, un capital bien plus considérable que sa réserve métallique ; ces billets ont ainsi circulé au pair avec l’or, assurant la circulation intérieure. Quant à la circulation extérieure qui ne peut se faire qu’au prix de l’or, seul régulateur des prix, la Banque d’Angleterre nous montre chaque jour qu’en payant ce métal au cours sur le marché général du monde, on peut toujours se procurer tout ce dont on a besoin, et, comme cet or ne doit servir que de solde, la somme n’est jamais considérable, l’équilibre, s’il est rompu, se rétablit aussitôt.

54Nous avons constaté la liaison qui existe entre les trois principaux articles des bilans des banques, circulation, encaisse et escompte.

55Cette liaison ainsi établie, peut-on se rendre compte du voisinage ou de l’éloignement d’une crise et même de sa durée ?

56Nous ne pouvons pas dire si cette durée sera de 7, 8 ou 10 ans, nous pouvons seulement indiquer le point où nous sommes dans la période ascendante ou dans la période descendante.

57Ces grands courants, si visibles sur les tableaux graphiques, indiquent très bien à quel moment on peut avec chances de succès ou d’insuccès entreprendre une affaire.

58Il s’agit de se mettre dans le courant, comme le capitaine Maury l’a indiqué aux navigateurs pour ceux de l’Océan. Si vous y êtes, même avec un mauvais navire, vous vous tirez d’affaire ; au contraire, si vous n’y êtes pas, même avec un bon navire, vous n’arriverez pas au port. Ce qui ne veut pas dire qu’on ne puisse pas entreprendre une affaire même quand le mouvement est déjà commencé ; mais dans les deux ou trois ans qui précèdent la crise ou en pleine liquidation, il vaut mieux attendre.

59Après le krach de 1882, qui n’a pas été trompé par les fausses reprises de la bourse, les émissions des emprunts et les oscillations des fonds publics ? On se trouvait alors en pleine liquidation de la crise, et la preuve, c’est qu’après avoir fait l’emprunt de 350 millions, on était très gêné, à ce point qu’avant la fin de l’année le 3 p. 100 retombait à 74 francs, cours oublié depuis longtemps.

60Il faut laisser passer la liquidation, et pour qu’elle soit complète, il faut deux, trois ou quatre ans.

61Comptes courants. — Un mot sur les comptes courants.

62Ils sont placés dans le tableau graphique des bilans à la partie inférieure et comprennent les comptes courants des particuliers et les comptes courants du Trésor.

63D’après l’aspect seul des lignes brisées, on voit que les mouvements sont imprévus et irréguliers.

64Le Trésor, au moment où il a des recettes, verse tout à coup ses fonds à la banque, s’il a des besoins, il les retire. Les particuliers font de même, de là ces mouvements irréguliers que nous constatons.

65De pareilles oscillations se représentent chaque année ; mais ce qui est intéressant, ce sont les mouvements qu’on observe à la veille des grands emprunts.

66Dans les deux ou trois jours qui précèdent la souscription, il y a des demandes d’escomptes ; on se fait créditer en compte courant par la banque ; pendant que les comptes courants des particuliers s’élèvent, le compte courant du Trésor est au minimum.

67Le lendemain de la souscription, c’est le compte courant du Trésor qui s’élève et celui des particuliers qui s’abaisse ; le compte courant des particuliers est débité, et celui du Trésor est crédité.

68Sur le tableau les deux cônes s’emboîtent et toutes les fois que cet accident se rencontre, on peut dire qu’il y a eu un emprunt.

69Terminons en remarquant que ces grandes oscillations des bilans entraînent dans toutes les manifestations de la vie sociale des oscillations non moins importantes.

70Les revenus publics, les recettes des budgets s’élèvent pendant la période prospère, présentent des plus-values, des excédents qui servent de base aux futurs budgets. On engage des dépenses, puis après l’explosion de la crise, pendant la période de liquidation, toutes les recettes baissent et aux plus-values succède le déficit.

71Au moment de la crise, quand les prix sont au plus haut, alors qu’on estime les meubles et les immeubles au cours du jour, les sommes sur lesquelles porte la taxe des successions prennent des proportions énormes, puis, quand la crise a éclaté, quand les prix baissent, les évaluations de la fortune publique ont le même sort.

72Pour les revenus indirects, même entraînement dans les deux sens, en hausse comme en baisse.

73Poussons-nous plus loin l’observation, nous constatons qu’il en est de même pour les mouvements de la population, pour les mariages, pour les naissances et pour les décès.

74Tous ces mouvements s’enchaînent, se succèdent et sont comme dominés par ceux de la banque qui donne le branle. On dirait que c’est le ressort caché qui imprime l’impulsion au corps social, rien ne peut donner une meilleure idée du mouvement d’ensemble.

75L’œil fixé sur ce balancement régulier des bilans de la Banque de France, on pressent tous les mouvements auxquels est soumise la population dans toutes ses manifestations extérieures de bien-être ou de malaise.

Notes

1 Une partie de l’encaisse argent a été remplacé par de l’or.

2 Voir les tableaux graphiques, surtout depuis 1847.

3 Voir les tableaux graphiques des bilans.

Table des illustrations

Titre Encaisse
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Mouvement de l’encaisse
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1423/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau du portefeuille et de l’encaisse
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1423/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter