Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Première partie. Crises commerciales : définition, origine, causes

XVII — Historique des principaux articles des bilans des Banques de France, d’Angleterre et des États-Unis

Texte intégral

[Partie fixe des bilans. — Partie mobile des bilans. Réserve métallique des banques. — Causes du drainage des espèces métalliques. — Portefeuille escomptes. — Tableau des maxima et des minima des portefeuilles des banques de France et d’Angleterre. — Variation du portefeuille en Angleterre. Variations du portefeuille en France. — Banque d’Angleterre. Portefeuille-escomptes, avances temporaires. — Circulation des billets. — Circul. de la Banque d’Angleterre. — Circul. de la Banque de France. — Circulation de la Banque d’Angleterre et avances au gouvernement de 1790 à 1828. — Mouvement de la circulation des banques de France et d’Angleterre de 1832 à 1886. — Des dépôts en comptes courants. — Emploi des dépôts en comptes courants. — Tableau des dépôts en France et en Angleterre 1840-1882. — Dépôts privés en France et en Angleterre. — Dépôts publics. — Variations de l’encaisse et des dépôts. — Dépôts privés et dépôts publics à la Banque d’Angleterre. — Variations des dépôts des particuliers et des banquiers.]

1On n’a pas oublié la succession des doctrines qui ont prévalu depuis le commencement du siècle sur l’administration des grandes banques de dépôt, d’émission et d’escompte ; on a vu les hommes les plus éminents pencher d’un côté ou de l’autre. Aujourd’hui les expériences ont été faites, la pratique a prononcé. Ce ne sont pas les opinions que nous devons étudier, quelle que soit l’autorité qui s’y attache ; nous trouvons dans l’observation des faits une réponse directe à toutes les objections soulevées depuis longtemps et que l’on renouvelle encore.

2Plus nous remontons en arrière, plus cette lacune se fait sentir ; les Enquêtes manquaient de documents statistiques pour établir et soutenir la discussion. Il n’en est plus de même ; depuis un demi-siècle, nous possédons en France, en Angleterre et aux États-Unis des relevés statistiques officiels qui nous permettent de noter à toutes les époques les principaux faits sur lesquels la discussion doit porter.

3On peut donc suivre sur les Bilans la marche des affaires, distinguer les époques prospères qui précèdent les crises, les périodes de liquidation qui les suivent ; l’examen de ces documents en Angleterre, en France, aux États-Unis, nous donnera la clef de ces questions de crise et d’émission de papier qui préoccupent toujours à juste titre l’opinion publique.

4Depuis 1800, nous possédons ces relevés précieux recueillis dans des pays de races, de mœurs et de constitutions différentes ; ils en acquerront plus de valeur et se contrôleront réciproquement. Il y aura des lacunes, sans doute ; pour la Grande-Bretagne il nous manque le relevé des escomptes et des avances des private banks et des Joint stock banks, jouissant du privilège de l’émission ; pour les États-Unis, la situation générale des banques n’est donnée qu’à un seul jour fixe, au 31 décembre ; pour les banques des États nous trouvons, depuis 1850, des relevés hebdomadaires ; ainsi, malgré quelques lacunes sans doute, les principaux éléments nécessaires pour notre appréciation ne nous échapperont pas.

5Nous opérerons sur des sommes importantes, sur de longues périodes dans trois pays différents, conditions inappréciables pour un examen statistique et qui éloignent les chances ordinaires d’erreur.

6En prenant pour guides les comptes rendus officiels des Banques de France, d’Angleterre et des États-Unis, les cours du change avec l’étranger, le prix courant des marchandises, les tableaux du commerce, importations et exportations, le mouvement des métaux précieux, on ne saurait s’égarer à la poursuite de quelque fausse théorie sans être involontairement rappelé à la pratique par l’examen des faits.

7On peut donc lire sur les chiffres eux-mêmes la succession des événements et suivre leur retour périodique. Quoique avec des chiffres bien différents quant à la quantité, l’analogie des rapports ne saurait être méconnue et cela suffit, puisque malgré un progrès constant et un développement des forces productives et de la richesse des nations à peine interrompu par quelques temps d’arrêt, les mêmes règles, pour ne pas employer un mot trop ambitieux, président aux mouvements des échanges.

8Appuyés sur ces documents officiels, nous pouvons suivre et étudier ces vicissitudes sociales.

9Puisque nous nous occupons d’affaires, quel est le principal instrument dont le rôle est prépondérant dans les transactions ? Ce sont les banques d’émission et d’escompte. Un regard sur leurs bilans suffira pour nous guider, nous observerons ces bilans dans leur ensemble sur de longues périodes ; nous prendrons les maxima et les minima annuels des principaux articles des bilans : de la circulation des billets, de l’escompte des effets de commerce, de l’encaisse métallique, des dépôts en comptes courants des particuliers et du Trésor.

10De ces cinq articles, il y en a quatre qui sont sous l’entière dépendance de la volonté humaine ; il y en a un seul, le plus important, le métal or et argent, qui constitue l’encaisse et qui lui échappe, pour ainsi dire. Non pas que le versement ou le retrait des espèces et des lingots ne soit sous la dépendance de la volonté des négociants ; mais, pour faire ces opérations, il faut avoir du métal à sa disposition et en avoir l’emploi. Or, ces deux opérations résultent des transactions engagées, mais n’en sont pas la conséquence directe.

11Quand une banque escompte un effet de commerce, ce n’est pas pour le remplacer par une somme équivalente en métal qu’on mettrait en circulation. L’encaisse ne suffirait pas à répondre à toutes ces demandes ; de même, quand le métal rentre à la banque, ce n’est pas seulement parce qu’on le prend dans la circulation, c’est parce qu’il y est surabondant et revient de l’étranger. Dans les mouvements de flux et de reflux du métal, le métal s’échappe ou revient du dehors sous l’influence des cours des changes défavorables ou favorables. La volonté seule de l’homme serait impuissante à le déplacer dans de pareilles proportions.

12Sans rechercher ici quelle est l’organisation des banques dans chacun de ces pays, bornons-nous à étudier les divers articles des bilans sous le régime du privilège en France, du privilège et d’une liberté restreinte en Angleterre, enfin, sous le régime de la liberté réglementée aux États-Unis. Nous retrouvons toujours et partout les mêmes mouvements et, malgré une organisation différente, des résultats semblables. Quelles que soient les écarts que l’on remarque entre les chiffres, leurs rapports seuls doivent fixer notre attention et aussitôt, au milieu des variations incessantes qu’ils présentent, on s’aperçoit qu’il y a une partie relativement fixe et une partie mobile, ce qui indique de suite l’importance des articles et leur rôle dans le mécanisme du crédit.

13Partie fixe des bilans. — Nous devons mettre en première ligne le capital des Banques. À la Banque d’Angleterre il n’a, pour ainsi dire, pas varié depuis 1800, la dette du gouvernement s’élevant toujours à 11 015 100 £, les autres valeurs seules présentent un léger accroissement, par suite de l’Acte de 1844 qui l’oblige, en la faisant hériter du droit d’émission des banques libres, à augmenter son capital des 2/3 de la somme de celui qui disparait par leur liquidation.

14En France, de 1800 à 1847, le capital était demeuré immobile. Porté à 85 millions, par suite de la fusion des banques départementales, ce ne fut qu’en 1857 qu’il fut élevé à 182 millions, chiffre sans aucune influence sur le développement des affaires, car, de 1847 à 1857, les opérations de la Banque s’étaient élevées de 1 853 millions à 5 961 et de 1857 à 1864, malgré le doublement du capital, elles n’ont pas dépassé 7 909 millions. Elles augmentent ainsi de 4 108 millions dans les six premières années et de 2 848 dans les sept dernières, sous l’influence d’un capital double ; cela suffit pour indiquer l’importance qu’il faut attacher à l’exercice du droit d’émission quand l’État n’intervient pas pour des besoins urgents, comme il le fit en 1871.

15Aux États-Unis, avec une liberté réglementée, l’accroissement du capital marche plus vite que l’accroissement des affaires. De 227 millions de dollars en 1851, il s’élève à 419 millions en 1862, tandis que le portefeuille, de 413 millions s’élève à 647. Sous le régime de la liberté d’émission, le capital de garantie est de beaucoup supérieur à celui que paraît exiger le régime du privilège ; ce n’est pas de ce côté qu’il faut rechercher l’économie, les services rendus exigeant l’immobilisation d’un plus fort capital.

  • 1 Tableaux des bilans.

16Partie mobile des bilans. Encaisse. Réserve métallique des banques1. — C’est la partie la plus délicate de tous les articles du bilan des banques, celle que l’on s’est efforcé de sauvegarder par tous les moyens possibles, sans y parvenir pendant longtemps. Elle échappe à toutes les réglementations, et l’on peut dire que c’est elle qui domine la situation générale des affaires ; c’est elle qui offre, ainsi que les escomptes, les plus grandes oscillations, et, quand on l’étudie par périodes, on ne tarde pas à s’apercevoir que ces deux articles du bilan marchent du même pas, quoiqu’en sens inverse. Pendant que l’un diminue, l’autre augmente, à ce point que les différences en plus ou en moins se balancent à quelques millions près. La connexité des deux mouvements nous donne bien ici tous les caractères que l’on est habitué à reconnaître dans une loi.

17On comprend sous le nom de réserve métallique la somme en espèces que toute banque doit conserver pour faire face au remboursement des billets payables à vue et au porteur qu’elle émet.

18À l’origine cette somme est très faible, la plus grande partie du capital de fondation ayant déjà été prêtée pour obtenir le privilège, ou immobilisée en fonds publics comme garantie. La Banque répond aux demandes d’escomptes et d’avances en émettant des billets ; ces billets représentent donc assez bien le chiffre des affaires, et l’intérêt des directeurs est de ne refuser aucune demande sérieuse aussi longtemps qu’ils circulent ; bientôt ils doivent dépasser dans une notable proportion la somme en espèces destinée à faire face au remboursement, mais déjà le mécanisme seul des opérations alimente l’encaisse.

19Ainsi la Banque donne des billets, puis à l’échéance, quand on lui rembourse ses avances, au lieu de lui rendre tous les billets qu’elle a émis, le public en garde une partie parce qu’ils sont plus commodes à transporter et à compter, il acquitte sa dette en espèces ; c’est ainsi librement et volontairement que se constitue la réserve métallique. Bientôt, il est vrai, pour d’autres besoins, le public réclame en échange des billets les espèces qu’il a données, et c’est alors que l’on remarque ces oscillations en hausse et en baisse si caractéristiques, qui indiquent des situations bien différentes.

20En Angleterre et en France, depuis 1800, on observe sur la réserve métallique des mouvements croissants et décroissants qui se succèdent dans chaque période avec une régularité parfaite. Une fois le maximum touché, le mouvement décroissant commence, et réciproquement ; de sorte que ce flux et ce reflux des métaux précieux, simultané dans les deux pays, paraît se faire sous les mêmes influences, sinon par les mêmes causes.

21Quoique les demandes d’espèces puissent se produire au même moment pour l’intérieur et pour l’extérieur, néanmoins il y a un fait constant, c’est que l’encaisse n’est réellement menacée que sous l’influence des changes défavorables qui déterminent l’exportation des métaux précieux. Quand les demandes sont intérieures, et on les remarque chaque année au moment des récoltes, les espèces sorties un instant des banques ne tardent pas à y revenir ; au contraire, le drainage des espèces, sous l’influence des changes défavorables, ne cesse et ne permet à l’encaisse de se reconstituer que pendant la liquidation des crises sous l’influence heureuse des changes favorables. Ainsi, quelle que soit la cause, si elle doit amener des changes contraires ou défavorables, on peut annoncer la baisse de la réserve métallique ; la hausse, au contraire, s’ils doivent être favorables. C’est donc un défaut de balance dans la circulation du papier fiduciaire qui, pour combler la différence, entraîne inévitablement une exportation d’espèces.

22Ces alternatives de changes favorables et défavorables se remarquent chaque année, et chaque année la réserve métallique éprouve des oscillations ; mais ce qu’il faut noter, c’est que le mouvement commencé dans un sens ou dans un autre, malgré des réactions en sens contraire, présente chaque année des maxima et des minima supérieurs ou inférieurs à ceux qui ont précédé (voir les tableaux des Banques de France et d’Angleterre). Ainsi, dans la dernière période 1857-1864, la réserve métallique qui, en trois années, s’était relevée de 152 à 646 millions, s’abaisse de nouveau, dans les cinq années suivantes, à 152 millions. Dans les mouvements de hausse, les maxima et les minima annuels sont toujours supérieurs à ceux de l’année précédente, de même que, dès que le mouvement de baisse commence, les maxima et les minima sont inférieurs ou égaux à ceux qui ont précédé. Malgré le retour passager des changes favorables, les métaux précieux ne reviennent pas encore ; leur niveau baisse chaque année, jusqu’à ce que réduits, par rapport à la circulation des billets, à la proportion du tiers qu’on regarde encore à tort comme réglementaire, une nouvelle saignée peut tout compromettre. Prenant alors des mesures tardives pour se défendre, les banques, en élevant le taux de l’intérêt, en réduisant les échéances, en refusant, ou en faisant un choix dans les bordereaux d’escompte, paraissent donner le signal de la crise, tandis qu’elles ne font que refléter et traduire la situation du marché auquel la circulation fiduciaire ne peut plus suffire, puisqu’on a recours aux espèces.

23Une fois le maximum touché, le niveau de l’encaisse, malgré de fréquentes oscillations, baisse toujours et ne peut se relever qu’après la crise, pendant sa liquidation ou dans les années qui suivent. De même, le minimum atteint, la reprise suit inévitablement et d’une manière beaucoup plus rapide ; tandis qu’il faut cinq ou six années pour épuiser les réserves métalliques, deux ou trois suffisent pour les reconstituer. Ces flux et reflux, quoique très réguliers, ne se produisent pas dans le même espace de temps, ce qui prouve bien que la monnaie métallique ne sert jamais que d’appoint ; elle s’écoule peu à peu, chaque année, pour remplacer un certain nombre de produits qui n’ont pu s’échanger contre d’autres produits ; leur nombre augmente jusqu’au moment de la crise, alors que la hausse des prix gêne et arrête même la compensation, en l’absence des effets de commerce qui n’ont pu être le résultat des échanges. La circulation fiduciaire se trouve ainsi interrompue, et l’intervention des espèces devient indispensable. Rien ne pourra y suppléer jusqu’à ce que les produits aient repris leur rôle ordinaire, c’est-à-dire qu’au lieu de rester en magasin ils soient rentrés dans la circulation. La crise, en abaissant les prix, facilite cette reprise des échanges, et aussitôt la circulation fiduciaire suffisant à compenser les dettes envers les divers pays, les métaux précieux deviennent la remise la plus avantageuse et le reflux des espèces les accumule de nouveau dans les coffres des banques d’où elles vont bientôt s’écouler pour satisfaire à de nouveaux besoins en reproduisant la même série d’accidents. Ce prompt retour des espèces au moment de la dépression des prix indique bien sous quelle influence il se produit.

24La hausse des prix se fait, peu à peu, pendant un certain nombre d’années ; parallèlement, les réserves métalliques baissent jusqu’à ce qu’une crise éclate.

25La baisse des prix, au contraire, est brusque, la dépression arrive de suite à ses dernières limites et au même moment le reflux des espèces se produit avec une telle intensité, qu’en deux ou trois années l’encaisse se trouve rétabli.

26Ces mouvements s’observent simultanément en Angleterre, en France et aux États-Unis, c’est-à-dire dans les trois pays où l’on fait le plus grand usage du crédit ; on ne peut donc pas, comme il arrive souvent, les accuser tour à tour d’être la cause et l’origine de tous les embarras, puisque, malgré un déplacement énorme de capitaux métalliques, le flux et le reflux s’observent au même moment sur les trois places.

27Comme il est impossible de déterminer dans quelle proportion il faut maintenir l’encaisse des Banques par rapport à la circulation, tant qu’il n’y a aucune inquiétude sur le remboursement à vue, on ne suit pas assez attentivement les niveaux de l’encaisse, et ce n’est qu’au moment où il peut être compromis par de nouvelles demandes, que l’on s’aperçoit d’un abaissement qui n’est pas seulement le résultat des demandes actuelles, mais surtout de toutes celles qui ont précédé, de sorte que les causes déterminantes, celles qui portent le dernier coup et que l’on regarde comme les causes premières ne sont, le plus souvent, que des causes occasionnelles, dont l’action serait peu sensible si la situation du marché n’était déjà dans un équilibre instable que le moindre choc peut renverser.

28Causes du drainage des espèces métalliques. — On accuse les dépenses destinées à répondre à de nouveaux besoins imprévus ; ainsi les guerres, les disettes de céréales ou d’autres produits, comme le coton, pendant la lutte des États du Nord contre les États du Sud aux États-Unis, ont été regardées comme les principales causes du drainage des espèces, et par suite des crises commerciales. Il est certain qu’on ne peut nier leur funeste influence, mais il ne faut pas non plus négliger de remarquer que tout était déjà disposé pour que la moindre secousse vînt suspendre le mécanisme des échanges. D’ailleurs, si les disettes et les guerres ont coïncidé quelquefois avec les crises, le plus souvent elles les ont précédées ou suivies sans apporter aucune perturbation sensible dans les affaires. Un grand nombre de crises en France, en Angleterre, aux États-Unis, ont éclaté en dehors de leur influence.

29Une guerre étrangère amène-t-elle toujours une large exportation de métaux précieux ? Ne peut-on pourvoir aux dépenses de bien des manières. Les relations qui existent maintenant entre toutes les nations civilisées permettent d’y faire face par une exportation plus considérable de marchandises. On peut encore y subvenir en ralentissant l’importation des marchandises étrangères destinées à la consommation intérieure, ou bien en agissant sur les crédits avec l’étranger, ou bien encore en exportant des valeurs.

30Cependant on ne peut pourvoir à cette dépense par l’exportation des marchandises que dans le cas d’un accroissement soudain du commerce proportionné à l’accroissement des dépenses causées par la guerre.

31En fait, une guerre étrangère oblige à faire, au dehors, une dépense considérable et entraîne toujours une exportation notable de métaux précieux. Cependant la crise de 1857 éclata en France et en Angleterre une année après la guerre de Crimée, et elle débuta par les États-Unis qui étaient restés en dehors de ces complications européennes. En France et en Angleterre, le minimum de l’encaisse s’observe après la guerre, la paix déjà conclue en 1856.

32En France, de 628 millions il était tombé à 152.

33En Angleterre, de 22,200,000 livres, il était tombé à 6,400,000 livres.

34L’influence des disettes, céréales ou coton, n’a pas non plus toute la prépondérance qu’on a voulu lui attribuer.

35Ainsi en France, les trois dernières, quoique ayant toujours pesé sur le marché pendant plusieurs années, ont réclamé des sommes bien différentes.

36Tandis que, dans la première période, le maximum des importations a coïncidé avec la crise de 1847, dans la seconde, en 1856, malgré une importation de 100 millions plus forte, la crise n’a éclaté qu’à la fin de l’année suivante. Enfin, dans la troisième période, en 1861, favorisée par la suppression de l’échelle mobile, l’importation des céréales s’est élevée à 390 millions sans apporter un trouble sensible dans le mouvement des affaires.

37Si les disettes des céréales n’ont plus qu’une action secondaire sur les crises, la disette du coton, conséquence de la guerre d’Amérique, et la nécessité d’en faire venir à tout prix des nouveaux pays producteurs, a-t-elle pu à elle seule déterminer la dernière ? L’examen des chiffres ne paraît pas venir à l’appui de cette opinion.

38De 1856 à 1860, l’importation annuelle du coton en France (commerce spécial, valeur actuelle) a varié de 146 à 153 millions de francs.

39En 1860 et en 1861, au début de la guerre, alors qu’un blocus incomplet laissait passer une quantité énorme de coton, le chiffre des importations en quintaux métriques, qui n’avait jamais dépassé 84 millions (1856), s’élève à 123 millions de quintaux métriques et, en valeur, à 202 et 270 millions de francs. En 1862, toute la réserve des États du Sud étant épuisée, l’importation tombe à 38 millions de quintaux métriques et à 126 millions de francs.

40En 1863 et 1864, les chiffres se relèvent à 55 et 67 millions de quintaux métriques et, en valeur, à 261 et 315 millions de francs, dépassant seulement de 45 millions de francs le chiffre des importations de 1861, alors que l’importation du coton de 270 millions de francs coïncidait avec une autre importation de 390 millions de francs de céréales. Le tout ayant passé inaperçu, pour ainsi dire, sans causer aucune perturbation dans les affaires, comment, en 1864, l’importation des céréales étant réduite à 29 millions de francs, vouloir attribuer à une importation de coton de 315 millions tous les embarras du marché ?

  • 2 Il en a été de même en 1879, une importation de 600 millions de francs de céréales a passé inaperçu (...)

41En présence de pareilles sommes, les oscillations des réserves métalliques des Banques de France et d’Angleterre ne sont rien ; elles ne forment qu’un faible appoint des exportations qui en abaissent le niveau chaque année, jusqu’à ce que les crises éclatent2.

42Le complément indispensable, ou, pour mieux dire, la plus grosse part est fournie par les sommes d’or et d’argent que le tableau des douanes fait figurer, chaque année, à l’entrée et à la sortie, dans ses relevés et qui, pour les dix dernières, ont varié de 921 millions à 1 milliard 509 millions de francs.

43Escompte. Portefeuille. — L’escompte du papier de commerce, c’est-à-dire la transformation d’une promesse de payer à terme en une promesse de payer à vue et au porteur, tel est le but de l’institution des banques et de l’émission des billets.

44Quand les habitudes sont prises et les relations des diverses banques entre elles établies, cette émission ne joue plus qu’un rôle secondaire, parce que les opérations se liquident à l’aide des comptes courants et alors, sans émettre de billets, il suffit d’ouvrir un crédit à vue pour que la promesse de payer à terme devienne du comptant, sans qu’il y ait cependant intervention de numéraire ou de billets.

45Dans les localités où les affaires commencent à se développer et où le crédit est mal établi, les banques ont un moment difficile à passer, parce qu’il faut répondre à toutes les demandes, soit par des espèces, soit par des billets qui se présentent bientôt au remboursement ; les comptes courants se forment lentement, et sans le secours de l’émission elles ne pourraient rendre les mêmes services.

46Quand on s’adresse à une banque pour l’escompte d’un effet de commerce, on lui demande de faire disparaître le terme et de faire du comptant. Mais ce comptant, la banque ne le fait pas, comme on le comprend habituellement, en donnant des espèces, pas même des billets ; non, il suffit d’une promesse de payer donnée par un établissement dont la solvabilité est de notoriété publique, pour qu’immédiatement elle circule au pair, sans que personne se soucie de se présenter au remboursement, puisqu’elle passe de main en main comme du numéraire, ou même par un simple virement, à l’aide des chèques, d’un compte courant à un autre.

47Les banques ont donc trois moyens de faire l’escompte :
1o Avec leur capital ;
2o Avec l’émission des billets ;
3o À l’aide des comptes courants disponibles qui leur sont confiés.

48Une banque, qui voudrait faire l’escompte avec son capital, ne pourrait continuer longtemps sans en absorber la plus grande partie, et alors l’absence de garanties détournerait le courant des affaires.

49L’émission des billets est une ressource, mais aussi très limitée, puisque, sous l’influence des demandes les plus pressantes, on ne peut en faire pénétrer un plus grand nombre dans la circulation sans qu’immédiatement ils se présentent au remboursement. Ils paraissent surtout servir de moyens intermédiaires pour arriver à la compensation en banque à l’aide des virements en comptes courants.

50Observons la marche des escomptes en Angleterre, en France et aux États-Unis. Il est regrettable que les documents officiels ne donnent pas de détails sur ces opérations dans les banques privées et les joint-stock-banks en Angleterre, en Écosse et en Irlande. Pour les États-Unis, nous sommes toujours réduits à cet unique bilan publié chaque année au 31 décembre et qui embrasse la généralité des banques de l’Union.

51Si l’on jette un regard sur les tableaux des bilans des banques de France et d’Angleterre (voir les tableaux), on remarque de suite que les escomptes, comme les réserves métalliques, obéissent à une double influence qui tantôt les élève et tantôt les abaisse ; une fois le mouvement commencé dans un sens ou dans un autre, croissant ou décroissant, il continue sans interruption jusqu’au moment où un revirement complet a lieu ; ce qui ne veut pas dire, comme nous l’avons déjà fait observer, que chaque mois le portefeuille, par exemple, sera supérieur au mois précédent ; il y aura des oscillations ; mais les maxima et les minima de chaque année seront toujours supérieurs ou inférieurs à ceux de l’année précédente, comme ceux de l’encaisse avec lesquels ces mouvements offrent la plus grande analogie.

52Les deux mouvements ne se font pas dans le même espace de temps. Le portefeuille se vide très rapidement, en deux ou trois années environ, pendant la liquidation des crises, tandis qu’il atteint son chiffre maximum après une période de cinq ou six années, précisément en sens inverse de la réserve métallique, dont les maxima et les minima coïncident avec ceux des minima et des maxima des escomptes.

53Pendant que le portefeuille augmente, l’encaisse baisse ; et réciproquement, pendant qu’il baisse, l’encaisse augmente. La simultanéité de ces deux mouvements se remarque très bien sur les tableaux des bilans des banques de France et d’Angleterre.

54Tandis que les variations de la circulation des billets sont renfermées dans des limites assez étroites, celles des escomptes sont telles que souvent, dans les liquidations, elles tombent de 70 à 75 p. 100 au-dessous du chiffre maximum.

55Le développement des escomptes n’est pas aussi continu en Angleterre qu’en France, puisque les derniers maxima observés pendant les crises de 1864, 1873, 1882 sont inférieurs au maximum de 1857 ; mais ce qui est constant, c’est la dépression qu’on observe pendant la liquidation des crises. Dans ces moments, quoique le taux de l’escompte soit à très bas prix, le portefeuille se vide, pour ainsi dire, avant de reprendre le mouvement ascensionnel qui se continuera jusqu’à la prochaine crise. Cependant, depuis 1857, le développement des affaires, dans une foule de localités en dehors de toute spéculation, a rendu le fonds même des opérations qui passent par la banque moins variable ; le portefeuille est encore garni quand, à la suite des crises, la spéculation a dû battre en retraite. C’est ainsi qu’en France, tandis que pendant les liquidations les dépressions du portefeuille sont considérables pour les escomptes de Paris, elles sont à peine appréciables pour ceux des succursales. Aujourd’hui, il y a beaucoup d’affaires plus importantes que par le passé qui font appel aux banques, non pas comme moyen de crédit, mais comme moyen de compensation ; ce sont ces affaires qui représentent, pour ainsi dire, du comptant et maintiennent toujours un certain courant dans le portefeuille. Les dépressions, qui variaient des 2/3 ou de moitié, sont un peu moins sensibles dans la dernière période.

56En France, le chiffre maximum des escomptes s’abaisse seulement de 791 à 387 millions de francs après 1864.

57En Angleterre, de 25 300 000 à 13 700 000 de livres.

58Pour être moins considérables, les mouvements n’en sont pas moins très marqués et en rapport avec ceux de la réserve métallique.

59Après la crise de 1873 le mouvement de reprise se présente au même moment en France et en Angleterre ; on repart en 1876, pour échouer encore à la crise de 1882.

60Le portefeuille en France se relève de 335 à 1724, c’est-à-dire de cinq à six fois le chiffre minimum, tandis qu’en Angleterre il ne double même pas : de 15 200 000 à 29 100 000 livres.

61Cette crise se liquide comme les précédentes et le chiffre maximum des escomptes redescend de 1724 à 413 millions de francs en France, et de 29 100 016 à 18 700 000 livres en Angleterre.

62Rien de plus régulier que ces mouvements qui ont leur contrepartie dans l’encaisse, la circulation et les dépôts en compte courant.

63Les minima du portefeuille, dans ces derniers temps, alors que les crises n’ont pas été accompagnées de complications politiques, ont été un peu moins faibles que dans le passé.

  • 3 Voir le tableau des bilans des banques de France et d’Angleterre de 1800 à 1887.

64En France et en Angleterre, les deux mouvements se produisent simultanément, ce qui prouve bien qu’ils obéissent aux lois générales qui gouvernent les marchés3.

65Jetons-nous un coup d’œil sur le tableau des variations du portefeuille (escompte en France, escompte et avances en Angleterre), nous constatons la similitude et la coïncidence des oscillations de hausse et de baisse. Les chiffres extrêmes maxima et minima auxquels on arrive après une série d’années de hausse ou de baisse se rencontrent au même moment ou à une année près. L’explosion de la crise, coïncidant avec le moment où le maximum des escomptes a été atteint, a lieu généralement la même année et dans les mêmes mois. Ici la solidarité est complète, il n’en est pas de même du chiffre minimum qu’on observe pendant la liquidation.

66Comme cette liquidation ne représente pas un état aigu, mais dépend de la plus ou moins grande rapidité des règlements, le portefeuille se vide plus ou moins vite et le minimum coté apparaît plus ou moins tardivement, sans que l’écart dépasse généralement une année.

67La loi, fondée sur l’observation rigoureuse des faits, ne peut donc plus être discutée, du moins pour la période qui s’étend de 1800 à 1888, en France et en Angleterre.

68Sur le tableau ci-joint, nous ne donnons que les chiffres extrêmes ; pour suivre ces mouvements chaque année, il suffira de jeter un coup d’œil sur les tableaux des bilans des banques de France et d’Angleterre.

69Étudions-nous ces nombreuses oscillations, nous voyons qu’il faut diviser ce siècle, déjà presque écoulé, en deux parties. En France, dans la première moitié, les maxima des escomptes, qui s’élevaient de 119 jusqu’à 187 millions de francs de 1804 à 1810, touchaient 228 millions en 1839 et ne dépassaient pas 320 millions en 1847. Les minima, en exceptant l’année 1815 (13 millions), variaient de 84 à 26 millions de francs, de 1811 à 1820. — On voit sur quel faible chiffre roulaient alors les affaires à Paris, avant la fusion de la Banque de France avec les banques départementales.

Maxima et minima des portefeuilles des Banques

Maxima et minima des portefeuilles des Banques

70En Angleterre, de 1803 à 1846, les maxima ont peu varié : de 21 400 000 livres à 23 200 000 livres (1810-1846). Au milieu d’un développement incroyable des affaires et de la fortune publique, les recours à la Banque d’Angleterre n’ont pas augmenté de plus de 1 800 000 livres. Il est vrai qu’en 1810 le portefeuille contenait pour une somme assez considérable des valeurs de l’État, ce qui n’est plus le cas en 1846.

71Variations du portefeuille (Other securities) en Angleterre. — Dans la première moitié du siècle, le chiffre maximum, observé pendant la crise de 1810 (21 400 000 livres, 539 millions de francs), s’abaisse à 5 900 000 livres en 1832 et se relève à 23 200 000 livres pendant la crise de 1847, dépassant à peine celui de 1810.

72Les dépressions du portefeuille pendant les liquidations, par rapport à ces maxima, sont plus considérables qu’en France. En 1827 les escomptes et avances sont réduits à 1 100 000 livres.

73Dans les deux pays, les mouvements sont les mêmes et apparaissent avec les crises et leurs liquidations, dans les mêmes conditions, presque au même moment, sinon dans le même mois.

74Notons l’importance des maxima deux fois plus élevés qu’en France : 584 000 000 de francs, au lieu de 320 000 000 de francs en 1847.

75Variations du portefeuille en France. — Les maxima des escomptes en France présentent depuis 1800 une augmentation toujours croissante : de 187 000 000 de francs en 1810, ils s’élevèrent à 228 000 000 de francs en 1839, et à 320 000 000 de francs en 1847. Quelques années après la fusion des banques départementales, en 1853, ce dernier chiffre est dépassé : en 1857, la somme des escomptes s’élève à 628 000 000 de francs, et enfin à 791 000 000 de francs dans la période 1857-1864.

76Le chiffre a plus que triplé depuis 1810, tandis qu’en Angleterre il a augmenté seulement du tiers.

77Cet accroissement des escomptes, déjà si considérable en 1864, n’était encore qu’au début.

78Le portefeuille, après s’être abaissé à 387 000 000 de francs en 1868 pendant la liquidation de la crise, se relève à 1 380 000 000 pour permettre au commerce de se liquider au début de la guerre franco-allemande ; dès la fin de l’année il était retombé à 524 000 000 de francs.

79La paix signée et les emprunts de l’indemnité de guerre émis, le mouvement de reprise des affaires se manifestait déjà, quand l’explosion de la crise de 1873, à laquelle la France resta étrangère, par suite de sa liquidation précipitée en 1870, vint arrêter le développement du portefeuille de la Banque qui déjà atteignait 1 282 000 000 de francs.

80La France dut néanmoins subir une seconde liquidation comme le reste du monde et le portefeuille s’abaissa à 335 000 000 de francs en 1878.

81Parmi les nations étrangères, l’Angleterre, comme celles qui n’ont pas été mêlées aux hostilités, présente un développement des escomptes réguliers de 1869 à 1873, de 13 700 000 livres à 28 800 000 livres, ainsi que dans les périodes précédentes ; l’irrégularité qui s’est produite en France ne fait que confirmer la loi.

82Dans la première moitié du siècle, notre observation portait sur le portefeuille de la Banque de France, avant sa fusion avec les banques départementales ; à partir de ce moment tout change d’aspect (1848-1888).

83Dès la crise de 1857, le portefeuille s’éleva à 628 000 000 de francs, se rapprochant beaucoup du maximum observé au même moment en Angleterre : 31 300 000 de livres, soit 788 000 000 de francs.

84Depuis ce moment, les maxima s’élèvent rapidement en France avec le développement des affaires dont la Banque de France donne le reflet le plus fidèle.

85Mettons en présence les deux mouvements dans les deux pays.

Maxima du portefeuille des Banques de France et d’Angleterre pendant les dernières crises

Maxima du portefeuille des Banques de France et d’Angleterre pendant les dernières crises

86On voit de suite combien la progression a été vive et continue en France : de 628 à 1 724 millions de francs, tandis qu’en Angleterre, depuis l’année 1866 (841 000 000 de francs) nous rétrogradons à 733 000 000 de francs en 1882, si nous en jugeons seulement d’après les bilans de la banque d’Angleterre.

87Faut-il conclure du rapprochement de ces chiffres que le développement des affaires a été beaucoup plus rapide en France qu’en Angleterre ? Sans doute nous avons gagné un peu de terrain, si nous nous reportons à la première moitié du siècle, mais il ne faut pas oublier que, si dans notre pays la Banque de France reste la grande dispensatrice du crédit, malgré les puissants établissements qui lui font concurrence et auxquels elle sert d’appui, il n’en est pas de même en Angleterre. La concurrence est beaucoup plus vive de l’autre côté du détroit, et la Banque centrale ne reçoit que le trop plein des portefeuilles privés ; et même, au moment des crises, ce sont plutôt des avances que des escomptes que l’on réclame d’elle. Rien ne prouve mieux l’ardeur de cette concurrence que l’écart persistant entre le taux de l’escompte officiel à la Banque d’Angleterre et sur le marché libre. Ne concluons donc pas que le développement des affaires qui a eu lieu en France comparé à l’Angleterre soit dans la proportion que les chiffres cités plus haut indiquent ; reconnaissons que non seulement nous avons conservé notre rang, mais que l’écart qui nous séparait d’elle a diminué.

88Les chiffres minima, en France et en Angleterre, nous montrent qu’après chaque crise, avant la reprise des affaires, il faut que le portefeuille des banques se vide presque complètement.

Minima du portefeuille des Banques de France et d’Angleterre pendant la liquidation des crises

Minima du portefeuille des Banques de France et d’Angleterre pendant la liquidation des crises

89Dans la seconde moitié du siècle les dépressions des deux portefeuilles sont beaucoup moins profondes que dans la première. Le retour des chiffres de 348 et 383 millions de francs en France et en Angleterre, après les crises de 1857, 1864, 1873, indique le minimum auquel ils puissent être réduits. Dans ces derniers temps, après la crise de 1882, le chiffre minimum des escomptes en France s’est encore abaissé à 413 millions en 1886, soit une baisse de 70 p. 100 sur le chiffre maximum coté quatre ans auparavant au moment du krach. En Angleterre, le chiffre minimum s’observe l’année suivante, en 1887 (466 millions de francs), la liquidation de la dernière crise était donc complète.

90Banque d’Angleterre, portefeuille, escomptes et avances temporaires. — Les grands mouvements du portefeuille suivent en Angleterre les mêmes oscillations qu’en France, sans avoir cependant la même amplitude, par suite de la concurrence que font à la Banque d’Angleterre toutes les banques privées, les Joint-stock-banks et les maisons d’escompte. Cette concurrence se manifeste, depuis quelques années d’une manière bien évidente, par l’écart que l’on observe entre le taux de l’escompte officiel à la Banque et celui qui se pratique sur le marché libre, ce qui indique l’abondance des capitaux en quête de placement. On n’a donc recours à la Banque d’Angleterre qu’à la dernière extrémité, quand on ne trouve plus aucun secours en dehors ; mais alors elle ne dispense pas le crédit, comme en France, presque exclusivement par l’escompte du papier de commerce, elle fait jouer un grand rôle aux avances temporaires contre dépôts de valeurs, ce qui est beaucoup plus sérieux que d’accepter du papier de complaisance. Ces avances, dites temporaires, sont bien dénommées, car elles ne durent qu’un temps très court, assez pour mettre entre les mains du public du comptant, afin de traverser une période critique.

91En France, les avances sur valeurs augmentent à peine pendant les crises, mais aussi ne diminuent que peu ou point aux époques prospères ; ce sont des moyens de crédit mis à la disposition du petit commerce et des particuliers qui ne sont pas engagés dans les affaires, et qui cependant en ont quelquefois besoin.

92Cette forme particulière de recours à la Banque d’Angleterre nous permettra de suivre, au moment des crises, les besoins du public. Malheureusement nous ne possédons le relevé de cette division des portefeuilles que de 1857 à 1875, ce qui nous suffira pour étudier ces variations pendant les crises de 1857, 1864 et 1873.

93Mettons-nous en présence, comme dans le tableau ci-joint, les chiffres maxima du portefeuille, des effets escomptés et des avances temporaires, nous constatons que, malgré une relation bien marquée, il n’y a pas concordance, et cela se comprend ; pour répondre à des besoins divers, on a recours tantôt à l’escompte, tantôt aux avances temporaires. Une surprise nous attend encore ; on pourrait croire qu’en additionnant les effets escomptés et les avances on obtiendra le total du portefeuille ; or il n’en est pas ainsi, il y a toujours une grande différence entre les deux totaux :

94L’écart entre le total du portefeuille et le total des effets escomptés et des avances temporaires est considérable et varie du tiers à plus de moitié.

95Quelle est la cause de cette différence ? Cette partie du portefeuille doit représenter les avances à long terme, et l’on voit quelle est leur importance au moment des crises.

96Pendant les époques de liquidation, la proportion est plus faible, mais varie encore de 22 à 38 p. 100.

97Ainsi, le portefeuille de la Banque d’Angleterre, quelle que soit la situation, se compose toujours d’un tiers d’avances à long terme sur consolidés, bons de l’Échiquier, etc.

98On voit combien diffèrent, en Angleterre et en France, les recours au crédit des banques ; ici par l’escompte, là par des avances.

99Circulation des billets. — L’émission du papier est le but principal de l’institution des banques modernes. Cette émission a le double but d’ajouter à la circulation métallique et de la remplacer par un signe monétaire d’une transmission plus facile et plus rapide. Mais elle peut créer les plus grands troubles, les plus grands embarras si elle se fait sans mesure, c’est-à-dire si elle ne tient pas compte des véritables besoins de la circulation et surtout si elle ne s’appuie pas sur une réserve métallique suffisante pour assurer le remboursement à vue des billets.

100C’est une grande erreur, et c’est l’erreur de l’acte de 1844, d’attribuer à la Banque d’Angleterre et à toutes les autres banques d’émission un pouvoir direct sur le montant de la circulation, et partant une influence sur les prix. Les émissions de billets à titre de prêts à courts termes et rigoureusement convertibles ne sont que l’effet des transactions et non la cause de ces transactions. Elles peuvent être ou ne pas être l’effet de l’état des prix ; mais, dans tous les cas, l’importance de ces émissions varie plutôt selon la nature et le nombre des transactions que selon le taux du prix des produits.

101Dans tous les cas, quelle que soit la quantité de billets émis ou de crédits ouverts par le commerce ou par les banques, ils circulent au pair ; les changes défavorables seuls montrent bientôt que s’il n’y a aucun embarras intérieur, il n’en est pas de même à l’extérieur ; ce sont eux qui indiquent l’étendue de la dépréciation, et le prix de l’or, en rendant l’exportation avantageuse, menace bientôt la convertibilité du billet de banque sans que celui-ci ait été la cause principale du mal. Au moment où les effets de commerce engorgent la circulation fiduciaire, les billets de banque ont déjà abandonné le chiffre maximum atteint quelques années auparavant, et l’on approche du chiffre minimum qui s’observe toujours à la fin des crises ou pendant leur liquidation.

102On avait fait fausse route ; la limitation seule des billets de banque ne pouvait prévenir les crises, quand on laissait libres à côté toutes les émissions du papier fiduciaire qui échappaient à la réglementation officielle.

103La dépression des changes et la baisse des réserves métalliques prouvaient que l’équilibre était rompu ; c’était donc là, comme l’avait si bien indiqué le Bullion report, qu’il fallait chercher le régulateur de l’émission du papier fiduciaire. On lui laissait toute son élasticité et on ne le comprimait que du moment où il ne circulait plus au pair avec l’or, ou plutôt on relevait le prix de ce dernier au niveau de celui des autres produits à l’aide de la hausse de l’escompte.

104Observons par la pratique sur les bilans des banques les mouvements de la circulation que nous venons d’indiquer.

105Circulation de la Banque d’Angleterre. — Le rôle de la circulation a eu une importance prépondérante en Angleterre, surtout pendant la suspension des payements (1797-1821).

106En 1797, au début, au moment où cette mesure fut prise, elle variait de 10 000 000 à 11 000 000 £ ; le prix de l’or, les banknotes et le change étaient au pair.

  • 4 Au chapitre Du change.

107En 1800, déjà l’augmentation de la circulation était notable ; elle variait de 15 000 000 à 14 000 000 £, le prix de l’or s’était élevé et le cours du change avait baissé. L’accroissement des émissions continue : en 1802, il atteint 17 000 000 et, jusqu’à la crise de 1804, il ne dépasse pas ce chiffre ; mais alors son influence devient sensible, comme on peut le voir sur le tableau ci-joint4. Le prix de l’or s’est élevé et les cours du change et de la banknote ont baissé. Quoique le chiffre maximum de la circulation (17 000 000) n’eût pas été dépassé avant 1809, et quoique le prix de l’or n’eût augmenté que de 11 sh., cependant le change sur Paris a baissé de 4 fr., et la banknote de une livre, de 2 sh. Cette dépression n’était pas en rapport avec les émissions de la Banque d’Angleterre ; c’est qu’en effet, outre les inquiétudes de l’avenir qui venaient s’ajouter aux embarras de la situation, on ressentait déjà l’influence des excès d’émission des banques de province.

108De 1808 à 1810, au milieu d’un grand mouvement commercial qui se termina par une crise violente, la circulation de la Banque d’Angleterre s’éleva de 17 000 000 à 24 000 000, soit de 7 millions de livres.

109Au même moment l’accroissement des émissions des banques de province avait aggravé la situation.

110Comme elles ne donnaient aucune situation officielle de leurs bilans, il était très difficile de se rendre compte de leur circulation. Cependant, en s’aidant du chiffre des droits de timbre auxquels l’émission de leurs billets était soumise, on arrive à constater une augmentation de la circulation qui, de 1808 à 1809, a dû s’élever à 3 000 000 de livres. Nous ne possédons pas la même évaluation pour les années antérieures et postérieures ; mais si l’on s’en rapporte à la création seule des banques, on peut voir combien le mouvement a été rapide.

111Le nombre des banques, de 290 en 1797, s’était déjà élevé à 721 en 1810, et les nouvelles créations continuèrent jusqu’en 1813 ; à ce moment on en comptait 948, dont la plupart furent balayées par la crise de 1815-16.

112La circulation s’étant accrue, en 1810, de 7 000 000 de livres par la Banque d’Angleterre, et au moins de 3 000 000 par les banques de province, en somme de plus de 10 millions, il n’est pas surprenant que la hausse du prix de l’or se soit maintenue à 4 livres 13 sh., et que les cours des changes sur Paris et sur Hambourg aient baissé à 19 fr. 60 et à 286, pendant que la banknote de 20 shellings n’en valait plus que 16.

113Le change sur Paris s’abaissa même à 17 fr. 60, en 1811, pendant la liquidation de la crise. La circulation cependant avait fléchi un instant pour s’élever bientôt et atteindre 28 000 000 en 1814 ; au même instant le prix de l’or s’était élevé à 5 livres 10 sh. par once ; on voit quel écart avec le prix de la Monnaie qui ne dépassait pas 3 livres 17 sh. 10 d.

114La proportion des diverses coupures des billets dans l’augmentation totale de la circulation de 1798 à 1819 rend bien compte des services qu’on attendait d’eux. Autant les billets au-dessous de 5 livres sont une faible ressource pour répondre aux demandes d’avances du gouvernement et du commerce, autant ils peuvent rendre de services dans les transactions de chaque jour, quand les espèces manquent pour les opérations au comptant. Or, si l’on étudie par périodes les augmentations de la circulation de la Banque d’Angleterre de 1798 à 1819, en la décomposant selon la nature des coupures, on constate que les petites et les grosses ont joué un rôle bien différent.

Augmentation de la circulation de la Banque d’Angleterre de 1798 à 1819

Augmentation de la circulation de la Banque d’Angleterre de 1798 à 1819

115Dans les premières années, de 1798 à 1804, tout l’accroissement de la circulation porte sur les petites coupures au-dessous de 5 livres qui forment 72 % de l’augmentation totale. L’émission ne constitue pas une avance ; dans ce cas, ce n’est qu’un moyen de circulation destiné à remplacer les espèces qui ont disparu. Il n’en est plus de même de 1804 à 1810 et de 1810 à 1814 : la proportion des grosses coupures dans l’augmentation totale prédomine, et celle des petites coupures tombe à 35 et 55 0/0 ; enfin, en 1817, non seulement elles ne prennent aucune part à l’accroissement, mais elles diminuent de 1 400 000 livres.

116Aussi l’excès d’émission, suivi de la dépréciation du papier signalée par la hausse du prix de l’or et la baisse du change, se manifeste surtout au moment de l’accroissement des grosses coupures qui servent de moyens de crédit, et il devient peu sensible quand l’accroissement porte sur les petites, en usage comme moyens de circulation dans le commerce de détail.

117La crise de 1815-16 et le rétablissement définitif de la paix, en faisant disparaître la plus grande partie des billets mis en circulation par les banques de province, ramenèrent tout à coup le prix de l’or et la valeur de la bank-note presque au pair ; la livre sterling s’éleva même à 26 fr. 10 par suite des remises considérables, conséquence des contributions de guerre imposées à la France.

118La circulation de la Banque d’Angleterre, de £ 28 600 000 en 1814, s’était abaissée à 26 000 000 en 1815, aussitôt après la crise ; mais bientôt, pour combler le vide qui s’était produit par suite de la liquidation d’un grand nombre de banques de province, elle se releva à £ 29 500 000 en 1817, c’est-à-dire au chiffre maximum de toute la période de la suspension des payements. Le prix de l’or suivit ce mouvement, se releva de suite à £ 4,0 et les changes baissèrent. Cet accroissement de la circulation dura peu ; dès l’année suivante elle était revenue à £ 26 000 000, chiffre qu’elle n’a plus dépassé.

119La reprise partielle des payements, qui avait eu lieu en 1816, fut bientôt interrompue par la crise de 1819, et quand elle devint définitive en 1821, la circulation de la banque d’Angleterre s’était abaissée à £ 17 000 000.

120De 1820 à 1834 elle oscille de £ 16 000 000 à £ 26 000 000. Ce dernier maximum s’observe comme dans les périodes précédentes au moment de la crise de 1825.

121À partir de ce moment nous possédons les relevés hebdomadaires de la circulation de la banque d’Angleterre et des banques de province, la comparaison avec ce qui s’est passé en France sera donc plus précise.

122En résumé, pendant toute la durée de la suspension des payements, on observa une augmentation pour ainsi dire continue de la circulation de la Banque d’Angleterre : de 1797 à 1817, elle s’éleva de £ 11 000 000 à £ 29 000 000, non sans quelques temps d’arrêts et quelques reculs, mais les maxima et les minima de chaque période sont supérieurs à ceux qui ont précédé.

123Dans chacune d’elles le chiffre maximum se rencontre toujours, sauf en 1817, au moment des crises ; outre les dépenses de la guerre, il faut encore les embarras du commerce pour porter la circulation à ses dernières limites. Le même fait se reproduit en 1825, puis à partir de ce moment, malgré des variations toujours très considérables, les maxima ne se rencontrent plus au moment des crises, pendant les plus grands embarras, et cependant les mêmes influences fâcheuses, la baisse des changes et l’écoulement des espèces métalliques, se manifestent toujours. Il faut donc tenir compte de tout le papier qui circule en dehors de l’action de la Banque d’Angleterre, ne pas négliger les émissions successives des banques des comtés, émissions qui s’étaient accrues en même temps dans la proportion de 33 pour 100. Tooke évaluait cet accroissement à 7 000 000 de livres et lord Liverpool, dans une appréciation plus modérée, supposait qu’il ne dépassait pas 4 000 000 de livres.

  • 5 Tableaux des bilans.

124Circulation de la Banque de France. — Au moment de la suspension des payements en Angleterre, la Banque de France débutait dans l’émission des billets. Très modeste à l’origine, cette circulation, destinée à escompter les obligations des receveurs généraux, variait de 8 000 000 de francs à 69 000 000 (1800-1804), au moment de la première suspension des payements, pendant la crise qui éclate simultanément en Angleterre5.

125Dans la seconde période (1804-1810), les payements un instant interrompus et déjà repris, la circulation des billets s’éleva de 61 000 000 de francs à 116 000 000 de francs (1805-1810). Une crise éclate encore dans les deux pays et néanmoins la circulation continue à se développer jusqu’à 137 000 000 de francs en 1812. Les désastres de 1814 la réduisent à 11 000 000 de francs ! Jusqu’ici en France et en Angleterre les mouvements avaient été, pour ainsi dire, les mêmes, quoique dans des proportions différentes.

126En 1814, toutes les opérations furent suspendues ; mais aussitôt la guerre terminée, au milieu du vif mouvement de reprise signalé par la souscription de nombreux emprunts et interrompu par la crise et la suspension des payements de 1818, l’accroissement de la circulation se continue jusqu’en 1824 à la veille de la crise, et de 11 000 000 fr. s’élève à 251 000 000 francs. Pendant la liquidation elle s’abaisse à 156 600 000 francs, mais le même mouvement ascensionnel reprend bientôt, et le maximum de 1824 se trouve touché de nouveau et un peu dépassé en 1832 (258 000 000 fr.). À l’exception du mouvement de 1817 en Angleterre, mouvement motivé par la suppression des billets d’un grand nombre de banques de province, les oscillations, quoique dans des proportions différentes, sont les mêmes dans les deux pays ; en Angleterre avec la suspension des payements, en France avec le remboursement à vue.

127Dans les 68 années dont nous possédons les relevés statistiques officiels, il faut noter ce fait important : c’est que dans les 34 premières, les maxima de la circulation en Angleterre et en France se sont toujours rencontrés au moment des crises ; dans les 34 dernières, au contraire, comme nous le verrons plus loin, ce sont plutôt les minima que l’on observe à ce moment ; quant aux maxima, ils paraissent sous l’influence des réserves métalliques et s’observent plusieurs années avant les embarras.

128Jusqu’à la crise de 1825, les maxima de la circulation s’observaient dans l’année même de la crise, ou, comme en 1825, dans la dernière ou la première partie de l’année qui la précède ou qui la suit ; depuis ce moment il n’en est plus ainsi. Cette crise terminée en Angleterre et en France, la circulation s’abaisse pour bientôt se relever ; mais alors les maxima, très modérés d’ailleurs, sont atteints plusieurs années avant les crises. Dans celle de 1837-39, cette tendance est déjà très marquée, puisque les maxima touchés en 1832-33 n’ont pas reparu.

129Les excès d’émission des bank-notes que l’on pouvait jusqu’ici accuser d’être une des principales causes des crises, n’ont donc plus la même influence prépondérante. Il faut remarquer qu’alors la Banque n’était pas privilégiée pour répondre aux demandes exclusives du commerce ; sa principale fonction à cette époque consistait à faire des avances ou à escompter le papier du gouvernement, et il n’est pas surprenant que l’excès des émissions se soit montré au moment des plus grands embarras.

130On possède, pour l’Angleterre, les relevés de la situation de la circulation de la Banque par rapport aux avances faites au Gouvernement de 1790 à 1818.

Tableau de la circulation de la Banque d’Angleterre et des avances au gouvernement de 1790 à 1796 et de 1800 à 1818

Tableau de la circulation de la Banque d’Angleterre et des avances au gouvernement de 1790 à 1796 et de 1800 à 1818

131De 1790 à 1800, la plus grande partie de la circulation servait aux avances faites à l’État. En 1803 et en 1810, à la veille et pendant les crises, la circulation augmente pour satisfaire les demandes d’escompte du commerce. En 1814, elle ne suffit pas à répondre aux besoins du Gouvernement ; on a dû y adjoindre d’autres ressources disponibles. En 1816, une réduction notable de ces avances permet d’accorder de plus grands secours aux affaires ; mais en 1817, les avances s’étant de nouveau élevées à 28,300,000 livres, la circulation dut atteindre le chiffre maximum observé pendant la suspension des payements, et la plus grande partie fut mise ainsi à la disposition du trésor public.

132Dans ces conditions, et pour répondre à ces demandes spéciales, elle augmente ; mais alors nous ne sommes plus en présence d’une véritable circulation fiduciaire, ce sont des avances qui ne représentent aucune opération commerciale ; ce qui explique comment dans ces derniers temps les mouvements de la circulation, en dehors de cette pression, ne sont plus les mêmes et obéissent à d’autres influences ; les maxima s’observent dans d’autres moments.

133Mouvements de la circulation en France et en Angleterre de 1832 à 1869 et à 1886. — On a constaté l’analogie des mouvements de la circulation en Angleterre et en France de 1800 à 1832. Cette analogie va se continuer de 1832 à 1869 ; seulement les maxima et les minima vont se trouver déplacés, et dans aucun cas les premiers, comme nous l’avons déjà fait observer, ne se rencontreront plus au moment des crises.

134L’augmentation de la circulation est le premier fait qui ressort de l’examen des tableaux des bilans ; mais nous reviendrons plus loin sur l’inégalité que l’on remarque entre les deux banques. Il suffit de rappeler que, tandis qu’en France la circulation de la Banque embrasse la totalité du pays, la Banque d’Angleterre partage son privilège avec quelques Banques privées et Joint-stock-banks qui se trouvent répandues dans les trois royaumes.

135Ce qui ressort de l’observation, c’est qu’en France et en Angleterre les maxima et les minima s’observent au même moment ou à une année près, sans que les maxima coïncident avec les crises.

136Dans les deux pays, ils paraissent se trouver dans une relation étroite avec les réserves métalliques. C’est au moment où elles ont atteint leur niveau le plus élevé ou dans les deux années qui suivent, que la circulation se trouve portée au chiffre maximum. On l’observe pendant la liquidation des crises, au moment du reflux des espèces métalliques dans les caisses des banques. Une partie du numéraire qui cherche un refuge dans les banques doit être remplacée dans les échanges intérieurs par une plus forte émission de billets, et c’est toujours alors que les banques en obtiennent le placement le plus facile.

137À un accroissement des réserves métalliques correspond en Angleterre et en France, depuis 1832, un accroissement de la circulation ; néanmoins le rapport n’est pas le même dans les deux pays.

Augmentation des maxima de la circulation et des réserves métalliques de 1832 à 1866

Augmentation des maxima de la circulation et des réserves métalliques de 1832 à 1866

138L’augmentation de la circulation des billets de la Banque de France, chargée seule de les répandre dans toutes les provinces, est beaucoup plus considérable que celle de la Banque d’Angleterre, où la même fonction est déjà remplie par les nombreuses banques privées et Joint-stock-banks.

139Dans les deux pays, la proportion pour l’un des deux articles est loin d’être la même : en Angleterre l’accroissement de la réserve métallique domine, tandis qu’en France c’est la circulation des billets.

140Nous indiquerons plus loin dans quelles conditions le maximum de la circulation de la Banque d’Angleterre a été atteint en 1866, au moment de la dernière suspension de l’Acte de 1844.

141Dans les dernières périodes, les réserves métalliques des Banques de France et d’Angleterre deviennent, à un moment donné, la représentation presque complète de la circulation des billets.

142Jusqu’en 1842 les maxima de la réserve métallique en Angleterre ne dépassaient pas 10 à 11 000 000 livres ; mais déjà en 1844, avant la promulgation de l’Acte, ils s’étaient élevés à 16 300 000 livres ; après sa promulgation, ils ne dépassaient pas 16 600 000 livres (1845), en présence d’une circulation de 22 200 000 livres. L’encaisse avait augmenté de 5,000,000 de livres, et la circulation seulement de 2 000 000 de livres sur les maxima de la période précédente.

143De 1847 à 1856 la proportion devient encore meilleure, ou pour mieux dire l’égalité est presque complète.

144Dans la dernière période, 1857-64, la proportion est un peu moins favorable, mais la liaison des deux mouvements encore bien marquée ; elle varie entre 24 000 000 £ et 19 500 000. Il en est de même dans la période qui commence en 1865.

145En France, dès 1832, les maxima de l’encaisse dépassaient ceux de la circulation ; c’est seulement dans les trois dernières périodes que, tout en en approchant beaucoup, ils ne les atteignent cependant pas. Ainsi, pendant que l’écart entre ces deux articles du bilan diminue en Angleterre, il augmente en France ; mais la relation entre les deux mouvements ne saurait être méconnue.

  • 6 Voir les tableaux des bilans.

146C’est donc toujours l’année même, ou dans les deux années qui suivent celle où les maxima de la réserve métallique ont été atteints, que l’on observe ceux de la circulation des billets6.

147Ces reflux et cette abondance des espèces métalliques se rencontrent après la liquidation des crises, alors que le taux de l’escompte est réduit à 3 et à 2 et demi pour 100, et c’est en présence d’un portefeuille presque vide, en l’absence de la matière escomptable, que les banques trouvent les plus grandes facilités pour l’écoulement de leurs billets et leur mise en circulation. Ce n’est pas, à proprement parler, une circulation fiduciaire, puisque chaque billet est représenté par son équivalent d’espèces en caisse ; ce sont donc uniquement les propriétés du billet, c’est-à-dire les facilités de circulation qui lui donnent la préférence du public. On se débarrasse des espèces en opérant les payements à la Banque, et on garde les billets qu’elle émet dans le cours de ses opérations. À partir de ce moment, quels que soient les besoins du commerce et le désir des banques de lui venir en aide, elles ne pourront pas, non seulement dépasser, mais même maintenir la somme de billets déjà émise. La circulation va donc osciller dans des limites très étroites, faiblir un peu, et toucher son chiffre minimum l’année même de la crise, alors qu’on en réclame plus vivement le secours, mais alors aussi les billets se présentent plus rapidement au remboursement, l’encaisse devant répondre à toutes les demandes.

148Les différences des chiffres maxima et minima de la circulation ont relativement peu d’importance si on les rapproche de ceux des escomptes et de la réserve métallique. Cette dernière est déjà épuisée avant même que la circulation ait baissé d’une quantité notable, quoiqu’elle se soit rapprochée du niveau le plus bas.

149Contrairement à tout ce qui a été objecté, depuis 1832 et surtout depuis que les gouvernements n’abusent plus de leur crédit pour compromettre celui des banques, les maxima de la circulation ne s’observent pas, comme par le passé, au moment des crises. En France et en Angleterre, les limites extrêmes des oscillations de la circulation se remarquent aux mêmes époques. Les maxima s’observent dans les trois ou quatre années qui suivent les crises, après que les maxima de la réserve métallique ont été atteints, et les minima dans l’année même des embarras. Ces minima, du reste, ne sont que de 100 à 150 millions de francs inférieurs aux maxima, et cette différence ne peut se comparer à celle que présentent les variations de la réserve métallique et des escomptes.

150Des dépôts en comptes courants. — On appelle ainsi les sommes confiées aux Banques et qu’elles gardent à la disposition de leurs clients. Le compte courant est la contrepartie de l’escompte, mais seulement dans les pays où le mécanisme du crédit est déjà arrivé à sa perfection ; à l’origine, il ne joue qu’un rôle secondaire, parce que, les relations n’étant pas établies, les compensations ne peuvent se faire par l’intermédiaire des banques ; il faut, après chaque opération d’escompte, retirer des billets ou des espèces pour les besoins des affaires. Quand au contraire une banque, par les garanties qu’elle présente, le nombre de ses clients et de ses correspondants, peut offrir une compensation facile, la somme des dépôts en comptes courants s’élève jusqu’à égaler, dépasser même la somme des escomptes. L’escompte d’un effet de commerce ne peut même se faire sans l’ouverture d’un crédit que l’on porte à l’avoir du client en lui ouvrant un compte courant. Si les relations de la Banque ne sont pas étendues et ne permettent pas de faire passer ce crédit par un simple virement d’un compte à un autre, on va de suite le retirer pour lui faire remplir le même office, mais en dehors de la Banque.

151La somme des dépôts sera donc d’autant plus considérable que toutes les opérations se compensant en banque, on aura toujours disponible et cependant toujours employé l’ensemble de tous les engagements du commerce, et comme les besoins se succèdent, on pourra les satisfaire à l’aide des comptes courants qui se renouvellent sans cesse par l’escompte du papier de commerce.

152Ces dépôts en comptes courants, provenant de plusieurs sources, du public et du Trésor, qui, comme un simple particulier, a un compte à la Banque, on comprend que leurs mouvements, entrées et sorties, n’auront pas lieu au même moment et dans la même proportion, pour répondre aux mêmes besoins ; leurs oscillations peuvent se présenter en dehors des crises sous l’influence d’autres causes qui viennent accidentellement troubler la régularité de leurs mouvements.

153Au moment des grands emprunts d’État, les comptes courants présentent tout à coup des soubresauts énormes qui les enlèvent bien au-dessus des niveaux précédemment atteints, ce sont d’abord les comptes courants des particuliers, qui s’élèvent à la veille des emprunts, soit par les fonds qu’on dépose à la Banque, soit par les demandes d’escomptes dont le produit est porté en compte courant ; à ce moment le compte courant du Trésor est encore très bas, puis tout à coup, le jour de la souscription de l’emprunt, il s’opère un changement à vue : un simple virement par la Banque fait passer le solde créditeur du public au compte courant du Trésor, de sorte qu’au moment même où ce dernier se relève et prend la place occupée par les comptes courants du public, ceux-ci s’abaissent de toute la somme qui a servi à la souscription de l’emprunt. Ignorant l’époque des émissions de rentes par l’État, il suffira de jeter un regard sur les tableaux graphiques pour les reconnaître à première vue.

154Les dépôts en comptes courants du public, pour la plus grande partie, proviennent donc de l’escompte des effets de commerce ; ce sont les fonds qu’un négociant doit garder pour faire face aux engagements de chaque jour. Mais il y a aussi des sommes disponibles dont il n’aura pas immédiatement l’emploi et qui pourront être confiées aux banques ; ce sont ces deux espèces de dépôts, si différents par leur origine et par leur emploi définitif, c’est-à-dire leur retrait, qu’il faut distinguer avec soin sous le nom de comptes courants escomptes et de comptes courants espèces. Il est regrettable que sans tenir compte d’un rôle si différent, la plupart des banques ne fassent pas cette distinction et qu’elles les confondent dans leurs bilans. Les banques privilégiées distinguent seulement les dépôts publics et les dépôts privés. Les dépôts publics sont ceux que l’État leur confie pour les besoins de la trésorerie, dont elles se chargent quelquefois comme en Angleterre. Les dépôts privés comprennent les dépôts faits par le public soit avec les escomptes, soit avec les espèces, comme on l’a déjà indiqué.

155Il faut donc étudier séparément ces divers genres de dépôts, car leur origine et leur nature doivent avoir une influence spéciale sur les entrées et les sorties. Un besoin particulier du Trésor n’a aucun rapport avec un besoin commercial. De même qu’une diminution des dépôts escomptes peut provenir de deux causes : 1o des payements qui ne peuvent s’opérer en banque par compensation, 2o d’un moins grand nombre d’effets présentés à l’escompte, une seule cause agit sur les comptes courants espèces : l’excédent des retraits sur les entrées.

156Emploi des dépôts en comptes courants. — Les banques d’émission ont deux manières de faire l’escompte :
1o Par l’émission des billets ;
2o Par l’emploi des comptes courants.

157La Banque d’Angleterre seule ayant une limite imposée à une partie de sa circulation fiduciaire, puisque l’autre représente exactement une circulation métallique, sera plus disposée que les banques jouissant d’une liberté complète à utiliser les dépôts, en répondant aux demandes d’escompte et d’avances par l’ouverture d’un crédit en compte courant plutôt que par l’émission des billets. Ce sont toujours, il est vrai, des engagements à vue, mais d’une nature particulière. Tandis que le billet de banque peut être présenté au remboursement par celui entre les mains duquel il se trouve, les sommes portées au crédit des comptes courants ne peuvent être touchées que sur l’ordre de celui en faveur de qui le compte a été ouvert ; au lieu de faire circuler le papier de la banque, c’est le papier du client qui rend les mêmes services avec une circulation beaucoup plus restreinte, puisque le chèque le plus souvent, quand le mécanisme est bien organisé, ne sert qu’à opérer un virement.

158Pour faire un emploi convenable des dépôts, il faut toujours se rappeler leur origine. Il y a les dépôts du gouvernement pour le payement des dividendes, ceux des chemins de fer, incertains, variables, qu’on ne peut employer qu’avec prudence, et enfin les dépôts des banquiers dont une partie reste toujours. C’est en ayant en vue cette différence d’origine et la mobilité qui forme le caractère de certains dépôts que les administrateurs des banques doivent diriger leurs avances. On a admis comme une règle de garder en réserve environ un tiers des dépôts ordinaires. Engager les banques d’émission, comme la Banque d’Angleterre et la Banque de France, à accorder un intérêt sur les dépôts, ce serait les obliger à les immobiliser en valeurs, et, par conséquent, rendre leur position plus précaire, en forçant l’émission à certains moments pour les remboursements, tandis qu’à l’aide des billets, elles peuvent répondre à toutes les demandes. Certaines espèces de dépôts se réfugient même si naturellement dans les Banques de France et d’Angleterre, que, malgré l’intérêt accordé par les joint-stock banks en Angleterre et en France par les institutions de crédit (crédit foncier, agricole, industriel, comptoir d’escompte, société générale, etc.), sur les sommes qui leur sont laissées en comptes courants, cette faveur toute spéciale n’a pu cependant en diminuer le nombre. Les deux banques ont vu leurs comptes courants grossir en même temps que ceux des institutions rivales, sans employer comme ces dernières aucun moyen pour les attirer. Loin de les rechercher, la Banque d’Angleterre refuse même d’ouvrir des comptes courants aux banques qui émettent leurs propres billets.

159L’administration des dépôts est une des parties du bilan des banques qui réclame la plus grande surveillance pour faire face à toutes les demandes de remboursement. On s’est demandé à ce sujet si les porteurs des billets de banque, en cas de panique ou de faillite, ne seraient pas privilégiés et n’obtiendraient pas leur remboursement en espèces avant les déposants en comptes courants. Le droit paraît être le même pour les deux catégories, quoique le titre soit différent ; cependant, d’après l’acte de 1844, bien que le droit de revendication légale sur l’ensemble de l’actif de la banque appartienne et aux déposants et aux porteurs de billets, sans qu’il y ait un privilège spécial, cependant, par suite de la séparation de la banque en deux départements, si elle tombait en faillite, les créanciers sur dépôts n’auraient aucun droit sur ce qui serait placé au département de l’émission, à moins qu’après le remboursement des billets, il n’y eût une plus-value par suite d’une hausse sur les fonds publics servant de garantie ; dans ce cas seulement, ils seraient admis au partage avec les autres créanciers.

160Les dépôts en comptes courants que l’on confie aux Banques de France et d’Angleterre ne représentent pas seulement les opérations engagées directement par les banques, mais encore celles de toutes les institutions de crédit qui, douées ou privées du droit d’émission, se livrent aux opérations de banque. Les deux banques centrales, par leurs relations et la puissance de leur crédit, servent d’intermédiaires souvent très utiles pour les compensations. Toutes les institutions de crédit y ont donc un compte courant ouvert, et l’ensemble de tous ces dépôts, en y comprenant ceux des clients directs, forme la masse des dépôts privés qui sont confiés aux Banques de France et d’Angleterre.

161En France, dans ces dernières années, un grand nombre d’institutions de crédit se sont formées et ont cherché, en attirant les dépôts espèces et escomptes, à constituer ainsi la principale ressource de leurs opérations. Mais toutes ces maisons étant obligées d’avoir recours à la Banque de France pour l’encaissement de la plupart de leurs opérations, doivent y avoir un compte ouvert, et c’est là la réserve d’une grande partie de leurs dépôts en comptes courants. Le Comptoir d’escompte, le Crédit foncier, le Crédit industriel, la Société générale, le Crédit mobilier, dont les dépôts s’élèvent à des sommes importantes, ont tous une partie de leurs fonds disponibles déposés à la Banque de France.

Dépôts en comptes courants

Dépôts en comptes courants

162Dépôts privés en France. — Les dépôts en comptes courants du public, en France comme en Angleterre, n’ont pris quelqu’importance qu’après 1815 ; jusque-là les maxima variaient entre 22 et 60 millions, et les minima entre 1 et 26.

163Depuis, l’accroissement a été assez rapide. Déjà en 1825, l’année même de la crise, ils s’élevaient à 117 millions de francs.

164De 1825 à 1845, au milieu de fluctuations nombreuses qui les abaissent à 32 et 40 millions de francs, les maxima varient entre 61 et 119 millions, à peine 2 millions de plus qu’en 1825 ; mais, peu de temps après la fusion des banques départementales, dès que la reprise des affaires se fait sentir, en 1852, on les voit se relever, de 40 millions en 1847 à 218 millions en 1852, à 341 millions en 1859, et enfin à 422 millions en 1866. Dans chaque période, chacun de ces maxima est suivi d’une dépression considérable avant que le nouveau mouvement de reprise se produise. Les chiffres minima de 30 à 40 millions, que l’on observait jusqu’en 1848, sont remplacés par ceux de 115 et 110 millions.

165À partir de 1864 on entre dans une ère nouvelle. Le chiffre de 300 millions est bientôt dépassé de cent millions ; 422 millions en 1866, 539 en 1868, 599 en 1869. La guerre éclate en 1870, les emprunts, le cours forcé réduisent à peine les dépôts à 255 millions. La guerre terminée, les emprunts émis pour payer l’indemnité des cinq milliards reportent les dépôts à 752 millions. — Malgré le payement anticipé de l’indemnité de guerre, ils ne fléchissent qu’à 141 millions en 1873, puis, à partir de ce moment, ils se relèvent d’un mouvement presque continu, malgré des oscillations de 200 à 300 millions par an, à 1 004 000 000 de francs en 1882 ; de ce sommet ils sont précipités à 197 millions le 10 mai 1886, se relèvent le lendemain à 1 461 000 000 de francs, à la veille de la souscription d’un emprunt, pour retomber à 287 millions en 1887. On voit le chemin parcouru, nous dépassons la somme des dépôts à la Banque d’Angleterre qui s’élève à peine à 861 millions de francs en 1886 (34 200 000 livres).

166Ce qui ressort de l’observation (voir les tableaux des bilans), c’est que les mouvements des dépôts en comptes courants ne présentent pas la même régularité que ceux de la réserve métallique et des escomptes. Les oscillations sont brusques, en rapport avec certains besoins particuliers rapidement satisfaits qui n’influent pas sur la marche générale des affaires ; on les observe indifféremment dans la prospérité et dans les crises ; les écarts peuvent s’élever du simple au double ; une baisse ou une hausse de 50 p. 100, telles sont les oscillations ordinaires. Il ne faudra pas s’étonner si on les retrouve de même pendant les embarras des banques, sans y attacher une trop grande importance, puisque ce n’est que la répétition naturelle du mouvement des années antérieures alors sans influence sensible sur la réserve métallique ou sur le portefeuille.

167Les tableaux des bilans nous montrent que le développement des dépôts en comptes courants a été, pour ainsi dire, le même dans les deux Banques de France et d’Angleterre de 1800 à 1866.

168En France, de 60 millions, ils s’élèvent à 422 millions ;

169En Angleterre, de 1 900 000 livres à 21 400 000 livres, soit de 47 500 000 francs à 535 000 000 francs.

170Les deux mouvements se suivent jusqu’en 1831, mais déjà dans cette période l’accroissement des dépôts l’emporte du double en Angleterre ; il en est de même dans la période suivante, après l’Acte de 1844. Pendant ce temps, le mouvement reste stationnaire en France, mais après la fusion des banques départementales ; tandis qu’en 1848 le mouvement d’accroissement se ralentit en Angleterre (de 18.9 les maxima descendent à 15.4), il suit en France une marche rapide qui en élève la somme à 218 millions de francs. Depuis ce moment, dans les deux pays, le développement des dépôts continue, en Angleterre de près de 100 millions de francs supérieur à celui de la France jusqu’en 1879 ; néanmoins, dans ce dernier pays, les maxima en 1882 et en 1886 l’emportent sur ceux de la Banque d’Angleterre.

171Les maxima se rencontrent presque toujours avec ceux de la réserve métallique, pendant la liquidation des crises ou au moment des emprunts ; ce sont donc des comptes courants espèces, puisque, dans ces moments, le portefeuille est presque vide.

172Les minima s’observent bien, il est vrai, assez souvent l’année même des crises, mais si on les rapproche de ceux des années précédentes, on s’aperçoit qu’à quelques millions près (10 à 15 au plus), ces minima ont déjà été observés dans les années prospères.

173Dépôts publics. — On comprend sous ce titre, en France et en Angleterre, le compte courant du Trésor par opposition aux dépôts privés. Quoiqu’en France la Banque ne soit pas chargée du service de la trésorerie pour le payement de la dette publique comme en Angleterre, cependant, à Paris et dans les départements, le trésor fait verser par ses comptables à la Banque et dans les succursales la plus grande partie des sommes disponibles.

174Le premier coup d’œil jeté sur ce tableau nous montre combien les variations des comptes courants du trésor sont considérables dans les deux pays. Les maxima et les minima se succèdent à de très courts intervalles et la dépression est telle que souvent il ne reste au crédit de l’État que quelques millions.

175En Angleterre de même ; les billets qu’on avance en pareille circonstance entrent de suite dans la circulation, c’est ce qui explique la mobilité excessive de cet article du bilan qui n’étant alimenté que par le produit des impôts dans certains moments, quand une dépense imprévue se présente, se trouve réduit à des proportions telles que l’on pourrait craindre une suspension des payements de l’État, si l’on ne comptait sur la rentrée continue des revenus publics.

176Ces fluctuations sont même très sensibles et presque régulières en Angleterre au moment du payement des dividendes.

177En France, dans les mêmes circonstances, la diminution du compte courant est moins marquée et souvent les recettes courantes suffisent au payement des intérêts de la dette.

178Ici nous sommes bien en présence de comptes courants espèces, car l’escompte des bons du trésor, quand il a lieu, est destiné à des besoins pressants et non pas à augmenter le solde du compte courant.

179Les maxima s’observent pendant la liquidation des crises ou aux époques prospères, surtout au moment de l’émission des emprunts ; quant aux minima, s’ils coïncident souvent avec les crises, ils ne diffèrent cependant que de quelques millions de ceux observés dans les années précédentes, qui n’avaient amené aucun trouble dans la réserve métallique des banques. Si l’on porte plus loin ses investigations, on s’aperçoit bientôt que ce minimum ainsi mêlé aux crises n’est qu’un accident, car alors on ne l’observe pas au milieu des plus grands embarras quand, le portefeuille étant au plus haut, la réserve métallique est au plus bas.

180L’observation de la situation des comptes courants privés sur les bilans des banques de France et d’Angleterre nous prouve que, bien loin de précéder ou même d’accompagner la baisse des réserves métalliques, ils suivent plutôt le développement des escomptes, et si leur chiffre maximum ne se présente pas à ce moment, c’est du moins celui où il s’en rapproche le plus.

181En France et en Angleterre, les dépôts en comptes courants privés, sauf une seule exception en Angleterre en 1847, sont toujours plus élevés au moment où les maxima des escomptes et les minima des réserves métalliques sont atteints. Il y a donc une liaison étroite entre les escomptes et les dépôts en comptes courants. Quant à l’encaisse, elle paraît se trouver en dehors de leur influence, puisqu’au moment où ces derniers augmentent elle diminue.

182Par une heureuse coïncidence les dépôts en comptes courants du trésor suivent les mêmes mouvements, de telle sorte que l’ensemble des dépôts, au moment des plus grands embarras, pendant les crises, est plus considérable que dans les mois qui les précèdent, alors que le marché, quoique déjà un peu lourd, ne présente rien de menaçant.

183L’observation des faits en France et en Angleterre ne confirme pas l’influence fâcheuse sur le drainage des espèces métalliques que la théorie attribuait aux retraits des dépôts en comptes courants pendant les crises.

184Les variations des minima aux maxima, comme un est à trois en France et comme un est à deux en Angleterre, avaient attiré l’attention. En présence d’aussi grands écarts, quelques économistes, et leur opinion est encore très répandue aujourd’hui, avaient pensé que la diminution de la réserve métallique des banques était la conséquence du retrait des dépôts en comptes courants aux époques de crise. Un examen superficiel du bilan des banques avait induit en erreur. Sans prendre la peine de distinguer les diverses natures de dépôts, les comptes courants espèces et les comptes courants escomptes, on s’était borné à constater que, dans les banques des États-Unis, ces derniers étaient surtout déprimés pendant les crises, et on avait conclu que cette dépression indiquait le retrait des espèces, tandis qu’au contraire, comme pour les effets au comptant en France, cette diminution des comptes courants pendant que le portefeuille augmente indique que les compensations ne se font plus par virements, comme en temps normal, mais que l’on exige de nouveaux moyens de circulation : des billets d’abord pour obtenir de l’or ensuite, ce qui détermine bientôt la suspension des payements, tout dans l’organisation de ces banques étant combiné pour l’escompte et la compensation, non pour l’émission.

185Dans les Banques de France et d’Angleterre, au contraire, la proportion des dépôts en comptes courants au portefeuille est beaucoup plus faible, parce que la plus grande partie des compensations se fait au dehors. N’étant pas soumis aux mêmes influences, loin de diminuer pendant les crises, ils resteront stationnaires, augmenteront plutôt, alors que la réserve métallique continuera de baisser. Dans le tableau suivant on a réuni les variations des comptes courants en France et en Angleterre pendant les quatre dernières crises. Les deux premières colonnes donnent les maxima et les minima de la réserve métallique ; la troisième et la quatrième donnent la situation des comptes courants le jour même où les maxima et les minima de l’encaisse ont été atteints ; enfin, la dernière indique les différences des deux articles.

Variations de l’encaisse et des dépôts en comptes courants

Variations de l’encaisse et des dépôts en comptes courants

186Il ressort de ce tableau que la somme des dépôts en comptes courants le jour où le minimum de la réserve métallique a été touché est, en France, égale à quelques millions près, et en Angleterre supérieure même à celle que l’on observe au moment où le maximum a été atteint.

187En 1847, en France, pendant que l’encaisse baisse de 259 à 78 millions, soit de 181 millions, les dépôts en comptes courants fléchissent seulement de 4 millions, de 64 à 60.

188En 1857, la baisse de la réserve étant de 110 millions, celle des comptes courants n’est que de 24. En 1864, la différence est plus marquée de 254 à 26 millions.

189En Angleterre, en 1847 et en 1857, le rapport est encore plus favorable : la somme des dépôts en comptes courants observée au moment où la réserve métallique se trouve abaissée au minimum, est supérieure à celle que l’on rencontre au moment du maximum. En 1864, elle se trouve seulement de 800,000 livres sterling au-dessous. Dans tous les cas, la baisse de l’encaisse joue le principal rôle, sans qu’on puisse accuser le retrait des dépôts en comptes courants d’être la cause de ces mouvements, puisque souvent ils ont lieu en sens contraire.

190Dépôts privés, dépôts publics à la Banque d’Angleterre. — Comme en France, selon que nous observons les premiers ou les seconds, la marche n’est pas la même. Les dépôts publics ou dépôts du Trésor doivent pourvoir aux dépenses de l’État et surtout au payement de la dette publique ; aussi les voit-on brusquement d’un jour à l’autre, au moment des échéances, passer du chiffre maximum au chiffre minimum, sans que cela indique aucun trouble dans la circulation fiduciaire, mais si cette échéance se rencontre, comme cela est arrivé plusieurs fois, avec des embarras commerciaux et une réserve métallique déjà réduite, cela porte un nouveau trouble dans la proportion des divers articles du bilan, qui servent de guide à la Banque pour régler l’émission des billets.

191Un simple regard sur les tableaux de la Banque d’Angleterre nous montre chaque année et même plusieurs fois chaque année, au moment du payement des dividendes, des oscillations brusques de 10, 11, 12 millions de livres à 2, 3, 4 millions de livres, sans que ces oscillations aient d’autre signification qu’un simple payement de dividende ; ce n’est pas là qu’il faut chercher un signe du mouvement des affaires ; ces retraits peuvent compliquer la situation, mais ne peuvent pas la faire naître.

192Dépôts privés en Angleterre. — Nous ne possédons les relevés des dépôts en comptes courants par semaine que depuis 1832 ; avant cette époque, on ne relevait que des moyennes de la situation à un jour donné dans chaque trimestre.

193De 1807 à 1843, malgré le développement des escomptes, les dépôts privés n’ont aucune importance en Angleterre. Les maxima qui, jusqu’en 1825, n’avaient pas excédé 3 900 000 livres, s’élèvent, pour la première fois, à 8 000 000 livres en 1832, et enfin à 9 000 000 livres au moment de la crise de 1837, quand le portefeuille avait déjà touché le chiffre maximum de 19 900 000 livres. C’est seulement depuis l’Acte de 1844 et surtout au moment de la crise de 1847 que nous voyons les dépôts privés suivre le développement des escomptes, et s’élever à 18 900 000. Depuis ce moment, ils n’ont pas dépassé 19 100 000 livres, sauf au moment de la panique de mai 1866, où ils se sont élevés à 21 400 000 livres. Quoique les escomptes de la Banque d’Angleterre ne représentent que la plus faible partie de toute la matière escomptable que se partagent les banques privées et les courtiers de change, cependant les dépôts privés ont pris un grand accroissement depuis l’admission des Joint-stock-banks au Clearing-House en 1854. La plupart des balances entre les clearing-bankers se faisant en chèques sur la Banque d’Angleterre, il devait en résulter une augmentation des comptes courants espèces. On estime que toutes ces encaisses réunies ne s’élèvent pas à moins de 4 000 000 de livres, soit 100 000 000 de francs ; ce qui représente assez bien l’accroissement que l’on observe depuis cette époque.

194Les minima dans ces derniers temps sont beaucoup moins faibles et se sont accrus dans le même rapport que les maxima. De 1815 à 1844, ils variaient entre 1 000 000 et 2 000 000 de livres, tandis que, de 1844 à 1861, ils varient entre 3 400 000 et 10 000 000.

195En 1864 et en 1866, ils ne s’abaissent pas au-dessous de 12.100.000 livres. Pendant la période 1867-1873, on voit encore apparaître, en 1870, 15.700.000 livres, mais à partir de ce moment, pendant que les maxima s’élèvent à 33.600.000 livres en 1879, les minima ne fléchissent plus au-dessous de 21.500.000 livres en 1883, pour se relever de suite à 34.200.000 livres en 1885 ; la progression dépasse tout ce que nous avons vu jusqu’ici.

196Ces dépôts privés sont complètement dans les mains des commerçants qui les emploient selon leurs besoins, tantôt les retirent, tantôt les accumulent, pour répondre à l’imprévu de l’avenir.

197Ici ce ne sont plus simplement des dépôts d’espèces ou de bank-notes comme ceux du Trésor. Outre les dépôts espèces, il y a encore tout le crédit que la Banque accorde à ses clients, soit par l’escompte des effets de commerce, soit par les avances temporaires, qui est porté en compte courant à leur actif et confondu avec les dépôts espèces.

198Sur les livres nous rencontrons deux sortes de clients, les négociants et les banquiers, dont nous pouvons suivre les dépôts pendant une série d’années, grâce à une publication faite par ordre du Parlement ; car, en dehors de son bilan hebdomadaire, la Banque d’Angleterre ne livre au public aucun renseignement ; tous ceux qu’on possède ont été fournis par les enquêtes officielles. D’après ces documents qui nous donnent le détail des dépôts privés portés à l’actif des négociants et des banquiers, nous suivons des oscillations qui passent inaperçues dans le total seul que nous donne le bilan hebdomadaire. Pour rendre l’observation plus saisissante, nous suivrons les mouvements dans les années de crise, alors que tout le monde se précipite sur la Banque ; nous pourrons ainsi constater si c’est pour des retraits ou pour de nouveaux dépôts.

199Prenons les relevés par mois des trois années de crise 1857, 1864, 1873, en y ajoutant l’année 1866 qui a été si critique pour l’Angleterre.

200En 1857, les dépôts privés oscillent de 10 millions à 9 600 000 livres de janvier à octobre, soit une baisse de 400 000 livres, quand la crise approche de l’état aigu, en octobre, l’escompte à 7 p. 100. Si nous décomposons ce total, nous voyons que les dépôts divers ont fléchi de 100 000 livres seulement, tandis que les dépôts des banquiers s’abaissent de 300 000 livres (de 2 800 000 livres à 2 500 000 livres) ; ils sont donc beaucoup plus touchés que les dépôts privés, surtout si on tient compte de la faible somme sur laquelle le mouvement se produit.

201Voilà la somme des retraits qui se produisent au début, somme dont on a exagéré l’importance et qu’on a signalée comme la cause des crises ; mais suivons-nous la marche de la crise, tout va changer d’aspect.

Tableau des dépôts privés

Tableau des dépôts privés

202Le bilan du 11 novembre, l’escompte à 10 pour 100, au moment le plus aigu de la crise, nous montre le total des dépôts privés à 12 900 000 livres, soit un accroissement de 3 300 000 livres, ainsi réparties : 1 200 000 livres pour les dépôts privés, et 2 100 000 livres pour les dépôts des banquiers. Il est visible que particuliers et banquiers se sont fait créditer dans la crainte de l’avenir ; et bien loin de retirer les dépôts, on venait à la Banque avec plus d’empressement que jamais. La crise sur son déclin, en décembre, le total des dépôts privés s’est élevé à 15 600 000 livres, soit de 6 millions de livres au-dessus du minimum noté en octobre, lesquelles se repartissent ainsi : 2 200 000 livres pour les dépôts privés et 3 800 000 livres pour les dépôts des banquiers.

203S’il était vrai que la baisse de l’encaisse tînt aux retraits des dépôts, il devrait y avoir une relation entre les deux chiffres, ce que l’observation ne confirme pas.

204De janvier à novembre, pendant que la réserve métallique baisse de 3 700 000 livres, les dépôts privés, y compris ceux des banquiers, ne baissent que de 400 000 livres ; il n’y a donc aucune relation entre les deux mouvements.

Tableau des variations des dépôts privés

Tableau des variations des dépôts privés

205Dans ces trois années difficiles, alors que l’on parcourt toute l’échelle du taux de l’escompte, les diminutions des dépôts privés méritent à peine d’être signalées (de 300 000 livres en 1864), et ici ce sont les dépôts des banquiers qui sont les plus atteints. En 1866, au moment le plus critique de la crise, l’escompte à 10 pour 100, les dépôts privés, bien loin de baisser, se sont relevés de 4 200 000 livres, les dépôts des particuliers l’emportant de près du double sur ceux des banquiers ; et ce qu’il faut noter, c’est qu’il n’y a eu aucune baisse.

206En 1873, les dépôts des particuliers ont baissé de 2 500 000 livres, au moment où les dépôts des banquiers (et ce sont eux qui sont les plus compromis dans les crises) se relevaient de 1 200 000 livres. C’est la plus forte baisse qui ait été observée et, toute balance faite, elle ne dépassa pas 1 300 000 livres, alors que les réserves métalliques baissaient de 6 000 000 de livres.

207La dépression des dépôts privés n’est pas constante, elle ne porte pas toujours sur les deux articles ; quand elle existe, elle est légère, bien loin de pouvoir se comparer à la baisse de l’encaisse.

208Bien plus, cet abaissement de leur niveau, quand on le constate, commence à peine à se faire sentir que déjà, au plus fort de la crise, les dépôts se reconstituent de suite, dépassant ou égalant au moins le chiffre maximum observé pendant les premiers mois de l’année.

209On ne saurait trop remarquer cette élasticité des dépôts, qui forment la base de la réserve disponible de la nation pour répondre à tous ses engagements, et surtout à ceux des banquiers par les mains desquels se font la plupart des compensations. Aussi voyons-nous le solde de leur compte se relever de suite pour être prêt à tout événement :

210Quand on voit les dépôts des banquiers se relever dans cette proportion au moment des crises, on ne saurait accuser leurs retraits d’être la cause de ces accidents, et toutes les théories qui les prennent pour point de départ des crises s’évanouissent.

211Dépôts publics. — Les dépôts publics ou dépôts de l’Échiquier, comme nous l’avons vu, ne suivent pas la même marche. Ils ne sont pas sous l’influence des besoins du commerce ; mais, si les besoins du Trésor ou des échéances se rencontraient avec les premiers, des retraits pourraient se produire et modifier l’équilibre du bilan, tel que l’établit l’Acte de 1844. Si dans aucun cas le Trésor ne demande des espèces, il peut réclamer des banknotes et, comme le nombre en est rigoureusement limité, ses demandes pourraient causer quelques embarras que nous signalons ici pour mémoire parce que son crédit s’empresserait d’y porter remède, s’il y avait lieu.

Notes

1 Tableaux des bilans.

2 Il en a été de même en 1879, une importation de 600 millions de francs de céréales a passé inaperçue.

3 Voir le tableau des bilans des banques de France et d’Angleterre de 1800 à 1887.

4 Au chapitre Du change.

5 Tableaux des bilans.

6 Voir les tableaux des bilans.

Table des illustrations

Titre Maxima et minima des portefeuilles des Banques
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1422/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Maxima du portefeuille des Banques de France et d’Angleterre pendant les dernières crises
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1422/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Minima du portefeuille des Banques de France et d’Angleterre pendant la liquidation des crises
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1422/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1422/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Augmentation de la circulation de la Banque d’Angleterre de 1798 à 1819
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1422/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau de la circulation de la Banque d’Angleterre et des avances au gouvernement de 1790 à 1796 et de 1800 à 1818
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1422/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Augmentation des maxima de la circulation et des réserves métalliques de 1832 à 1866
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1422/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1422/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1422/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Dépôts en comptes courants
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1422/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Variations de l’encaisse et des dépôts en comptes courants
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1422/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau des dépôts privés
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1422/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau des variations des dépôts privés
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1422/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1422/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter