Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Première partie. Crises commerciales : définition, origine, causes

XVI — Moyens préventifs des crises. — Remèdes

Texte intégral

[Portefeuille d’effets sur l’étranger. — Augmentation. Disponibilité du capital des banques. — Mouvement de la réserve métallique au moment des grands emprunts et du dédoublement du capital de la banque en 1855. — Même mouvement en Angleterre. — Unité et pluralité des banques d’émission. — Rôle des banques départementales en France avant 1848. — Résultat de l’émission des billets avec la liberté des banques.]

  • 1 Voir les enquêtes anglaises sur les questions de Banque, 9 volumes, Coullet et Clément Juglar, 1865

1Les funestes effets des crises commerciales n’étant que trop bien établis, on a cherché les moyens de les prévenir, ou du moins d’en modérer la violence par des remèdes appropriés. Tel a été le but des nombreuses Enquêtes ouvertes en Angleterre depuis le commencement du siècle, et en France en 18651. Dans cette poursuite à la recherche du meilleur traitement à conseiller, on sera surtout dirigé par les causes auxquelles on attribue tous les accidents.

2Accuse-t-on l’emploi, l’abus du crédit rendant inutile l’usage du numéraire, on s’efforcera de rétablir une circulation métallique abondante, et on ira même jusqu’à proposer, ce que n’hésitait pas à conseiller L. Wolowski, la suppression du billet de banque ; Robert Peel, par l’acte de 1844, avait déjà restreint l’émission à des limites très étroites. On oubliait que les crises éclatent, comme à Hambourg, là même où il n’y a pas de banques d’émission, par conséquent pas de billets en circulation.

3Quant à la masse de numéraire à conserver dans la circulation intérieure, elle dépend de la perfection plus ou moins grande de la circulation fiduciaire à l’aide des banques, de leurs billets, de leurs compensations en compte courant et des clearing-houses, c’est l’infériorité de ce mécanisme en France qui donne à la circulation métallique un plus grand rôle que dans la Grande-Bretagne.

4La prépondérance de ce capital métallique se manifeste aussi dans l’encaisse de la Banque de France comparée à celle de la Banque d’Angleterre.

5En dehors de cet appel des métaux précieux dans quelques pays par suite de besoins particuliers, leur répartition dans le monde est entièrement sous la dépendance des cours des changes.

6Accuse-t-on un dérangement de la balance du commerce, qui détermine une exportation de numéraire, caractérisée par des changes défavorables ? En étudiant les causes de ces mouvements, nous avons indiqué les moyens de les rectifier, de retenir les métaux précieux, et non seulement de les retenir, mais de les faire revenir et de provoquer même l’importation de ceux des autres pays.

7Accuse-t-on la spéculation à outrance à l’aide d’une simple circulation de crédit ? Ici, à moins de supprimer la liberté des transactions, il sera plus difficile d’intervenir directement, tandis qu’indirectement la hausse de l’escompte fait tout rentrer dans l’ordre. Rendant plus onéreux les achats à terme, elle ne permet pas de maintenir une position mal engagée ; il faut livrer la marchandise au cours, c’est-à-dire en baisse, et, en revenant au comptant, l’équilibre se rétablit, puisqu’il est plus avantageux d’exporter le produit que d’aller prendre de l’or dans l’encaisse des banques.

8Si tels sont les effets de la hausse du taux de l’escompte, dans quelle main se trouve une pareille puissance donnant de tels résultats ?

9Voici, dans une des Enquêtes ouvertes par la Chambre des communes, ce que répondait M. Weguelin, directeur de la Banque d’Angleterre, à M. Wilson qui lui demandait si l’idée répandue que la Banque peut à son gré hausser ou baisser le taux de l’escompte était fondée ?

10En aucune manière, répondait M. Weguelin. Puis développant sa pensée, il ajoutait : la Banque ne peut que suivre le taux du marché ; si elle restait au-dessous, tout son capital lui serait enlevé, et si elle restait au-dessus, elle perdrait toute sa clientèle. La Banque doit suivre la loi de l’offre et de la demande, comme un marchand pour la vente de ses produits. La conduite des banques n’est donc que le reflet de ce qui se passe autour d’elles.

11L’usage de ce moyen employé à temps, avec mesure et avec rapidité, s’il est nécessaire, date d’une époque toute récente ; c’est pendant la crise de 1847 qu’on a commencé à s’en servir d’une manière bien timide. Pendant les crises de 1857 et de 1864, on a porté le taux aux dernières limites, peut-être parce qu’on y a eu recours trop tard.

12Jusqu’en 1847, si les Banques assistaient à la baisse de leurs réserves par le drainage des espèces, sans pouvoir s’y opposer, ce n’est pas qu’elles ne prissent des mesures conservatrices, mais ces mesures étaient insuffisantes et impuissantes quant au but à atteindre et funestes pour les affaires.

13Ainsi sur les bordereaux présentés à l’escompte on rejetait une partie des effets présentés, on restreignait l’escompte à la moitié de leur valeur ou d’après la longueur des échéances, situation intolérable pour l’industriel et le commerçant qui voyaient leur échapper l’appui de la Banque, sur lequel ils comptaient. Quand on a besoin d’un secours, on n’hésite pas à le payer son prix, c’est ce qu’on obtient par la hausse de l’escompte, tandis qu’avec les restrictions, le secours qu’on promet et qu’on attend devient aléatoire et c’est ce que l’on redoute le plus.

14Comme tous les remèdes, la hausse du taux de l’escompte a d’autant plus de valeur qu’elle est appliquée en temps opportun ; trop tard, la situation peut être aggravée ; trop tôt, elle ne peut nuire qu’à la Banque elle-même ; après une légère émotion bientôt passée, le public trouve sur le marché libre tous les secours dont il peut avoir besoin.

15Pour prévenir les crises, on s’est attaqué successivement à chacun des articles des bilans. Autrefois on s’occupait du portefeuille, des escomptes ; comme c’était, croyait-on, le seul moyen de s’introduire dans la place, les Banques cherchaient à fermer la porte ou du moins ne la laissaient qu’entrebâillée.

16Puis on s’est occupé des dépôts ; puisque c’était leur départ, c’est-à-dire leur retrait, qu’on accusait de tous les accidents, on s’est demandé si on ne pourrait pas les retenir par un léger intérêt, comme le font les banques privées. Mais ici cette attraction n’a pas d’objet, puisque les grandes banques ont le privilège de l’émission des billets ; ce privilège seul suffit pour leur attirer un tel mouvement d’affaires qui ne se règlent pas le même jour, qu’il reste forcément en dépôt des sommes considérables, qui attendent un emploi et dans l’intervalle sont à la disposition de celui qui a besoin d’y puiser ; que ce soit le déposant ou la Banque, tous les deux ont les mêmes droits. Ces capitaux, mis ainsi en réserve pour des besoins qui se renouvellent chaque jour n’ont donc pas besoin d’un intérêt pour être retenus, cet intérêt ne pourrait les fixer, puisqu’ils attendent en vue d’une échéance, prochaine en temps ordinaire. En temps de crise, au moment où le capital disponible est très recherché, si l’on signale quelques retraits par suite des échéances qu’on ne renouvelle plus, le vide néanmoins est bientôt comblé par les maisons sérieuses, dont les engagements nombreux exigent des réserves plus fortes qu’aux époques prospères, puisqu’elles ne peuvent plus compter sur toutes leurs rentrées.

17Il n’y a donc pas lieu pour les Banques d’émission de faire appel à un autre capital qu’à celui qui résulte de l’escompte et des avances qu’elles font à l’aide de la circulation fiduciaire ; les dépôts se formeront bientôt, comme conséquence inévitable, sans qu’il faille leur attribuer un intérêt, ce qui ne ferait que déplacer d’autres capitaux qui manqueraient ailleurs.

18Les Banques en les payant seraient forcées de les employer et de les offrir, ce qui n’augmenterait pas par conséquent la sécurité de leur portefeuille. Au lieu d’être le résultat d’une opération commerciale faite, ce seraient des avances pour des opérations à entreprendre, et alors pourrait-on réaliser ces engagements à l’échéance ? Entrer dans cette voie, c’est compromettre la sécurité de la circulation fiduciaire.

19En prenant la responsabilité de l’office de caissier par la garde des dépôts en compte courant, les banques opèrent les payements et les compensations pour le compte de leurs clients, et ce service dépasse de beaucoup le faible taux d’intérêt qu’en temps ordinaire elles leur accorderaient.

20Portefeuille d’effets sur l’étranger. — Toujours dans la préoccupation de prévenir le drainage des espèces, on a proposé de constituer un portefeuille d’effets sur l’étranger, afin de rectifier de suite les changes défavorables en vidant cette réserve aussitôt que les compensations ne marchent plus ; on espérait ainsi retarder, sinon même éviter, l’exportation du métal. Cet essai a même été fait en Belgique sans répondre à ce que l’on en attendait. Les sommes sur lesquelles portent les opérations commerciales sont trop considérables pour qu’un portefeuille, composé d’effets étrangers, puisse leur faire équilibre ; toute la réserve y passerait avant qu’on eût fait face aux besoins. Dans quelles conditions d’escompte prendrait-on ce papier ? Ce serait un nouvel aléa ajouté à tous ceux que le commerce de banque présente déjà.

21L’expérience faite n’a pas donné les résultats que cette combinaison ingénieuse paraissait promettre, elle n’a pas été répétée ailleurs, cette absence d’imitateur prouve assez son inutilité.

22Augmentation, disponibilité du capital des Banques. — Pour prévenir les crises, il n’est pas jusqu’au capital des banques qu’on n’ait essayé de faire intervenir, soit pour l’augmenter, soit pour l’avoir toujours disponible.

23En France, en 1865, c’était le grand argument des promoteurs de la Banque de Savoie, Michel Chevalier et E. Péreire. Ils se plaignaient du rôle qu’on lui faisait jouer dans les Banques ; immobilisé pour la plus grosse part en rentes, il restait en dehors des affaires, comme un simple capital de garantie.

24Prétendant que ce n’était pas sa place, ils voulaient qu’il fût mêlé à tous les mouvements des divers articles du bilan, soit sous forme d’escomptes, soit sous forme d’avances, soit dans la réserve métallique ; mais alors à quoi eussent servi l’émission et la circulation des billets, puisque, sauf pour l’encaisse, elles le remplaçaient partout avantageusement. C’était donc surtout pour renforcer cette dernière qu’on réclamait sa disponibilité, afin de combler les vides qui se produisent au moment des crises.

25Le remède proposé prouvait bien qu’ils ne comprenaient pas les véritables causes du drainage des espèces ou que du moins, loin d’essayer de changer le cours de ce flux, ils ne songeaient qu’à l’alimenter, ne se doutant pas que quelques millions de plus eussent été insuffisants pour rétablir un change favorable et ramener les métaux précieux. Le capital tout entier, confondu dans l’encaisse, ne donnerait qu’un faible appoint aux masses métalliques qui viennent s’y réfugier naturellement pendant la liquidation des crises.

26Il suffira de citer quelques exemples.

27La Banque d’Angleterre, en octobre 1847, au lieu de donner des bank-notes en échange des effets escomptés, prêta des valeurs, des consolidés, des bons de l’Échiquier, des obligations de la compagnie des Indes. Elle aurait pu vendre elle-même ces valeurs à la Bourse et faire des avances directes, mais elle préféra laisser à ses clients le soin de vendre les titres sur le marché en s’engageant à les rendre à l’échéance par la simple opération d’un report, c’est-à-dire d’une vente au comptant et d’un achat à terme ; dans l’intervalle des deux opérations ils disposaient du capital.

28Afin de ne pas augmenter ses émissions, pour venir cependant au secours du commerce, elle offrit de donner des valeurs faciles à réaliser qu’on devait lui rendre intégralement.

29Lord Overstone pensait qu’on aurait pu vendre pour 1 000 000 de livres d’effets publics ; une panique, il est vrai, était possible, et on risquait beaucoup d’échouer. — Au lieu de 1 000 000 de livres de consolidés on ne vendit que 300 000 livres, et cependant la baisse fut de 5 1/2 p. 100 au milieu d’un concours de circonstances aussi défavorables. Même avec une baisse moins sensible, la Banque n’eût pas trouvé tout le soulagement qu’elle espérait, car selon un de ses gouverneurs, M. James Morris, la vente de 2 000 000 de livres de consolidés eût amené le remboursement de 1 000 000 de livres de dépôts, et dans ce cas diminué encore les ressources de la Banque.

30Ces opérations ont permis de se demander dès 1848, demande que l’on renouvelle encore aujourd’hui, s’il ne serait pas convenable que les Banques eussent la plus grande partie de leur capital disponible. M. Morris, le gouverneur déjà cité, faisait alors observer que le payement de la dette du gouvernement ne changerait pas la situation de la Banque, qu’elle serait amenée à employer la même somme en valeurs du gouvernement pour ne pas la conserver improductive dans ses caisses ; dès qu’elle peut vendre les titres, elle possède autant de valeurs du gouvernement que l’exigent ses opérations.

31En 1857, on est revenu sur cette question et le gouverneur d’alors, M. Weguelin, ne voyait, comme M. Morris, aucune nécessité de convertir la dette du gouvernement en fonds publics. La Banque en possède assez pour faire face à tous les besoins. La vente même des rentes n’aurait aucun effet sur la circulation. Pour acquitter cet achat, il est probable que l’agent de change recevrait des chèques sur la Banque d’Angleterre, et alors il y aurait 300 000 livres de fonds publics de moins et 300 000 livres de dépôts en moins. On pourrait encore payer moitié en chèques et moitié en billets de la Banque d’Angleterre retirés des mains du public ou des banquiers, mais comme déjà ils remplissent un rôle utile dans la circulation, ils seraient bientôt redemandés ; c’est donc un moyen illusoire.

32On cherche par ces expédients à défendre et surtout à reconstituer l’encaisse dont le niveau baisse chaque jour, et cependant la simple observation de ce qui se passe dans les emprunts d’État aurait suffi pour en démontrer l’inutilité.

33En France, à plusieurs reprises, on a pu étudier ce qui se produit quand d’immenses capitaux sont confiés à la Banque au moment des emprunts, alors que le compte courant du Trésor augmente de toutes les sommes qui proviennent des versements du public.

34Dans les deux cas que nous prenons pour exemple, le compte courant du Trésor s’est élevé dans l’espace d’un mois de 277 et de 201 millions, c’est-à-dire qu’un capital de cette importance a été versé au Trésor comme premier versement des emprunts et de là déposé à la Banque. La vente des rentes ou la disponibilité du capital des banques ne feraient pas entrer dans leurs coffres des sommes plus considérables ; examinons donc quelle a été l’influence de cette augmentation des comptes courants sur les autres articles du bilan.

35Sur la réserve métallique, le mouvement est presque nul ; dans les deux cas on remarque un accroissement de 5 millions.

36La circulation des billets a diminué de 37 millions en 1855 et de 60 en 1859. Les billets donnés dans les premiers versements sont rentrés à la Banque.

37En 1855, sur une augmentation du compte courant du Trésor de 277 millions, 37 millions de billets et 5 millions d’espèces, en tout 42 millions, voilà ce qui a réellement été versé à la Banque ; la plus grande partie de la somme a été fournie par la Banque elle-même comme l’indique le chiffre des escomptes et des avances.

38Les escomptes ont augmenté de 130 millions et les avances sur rentes de 22 millions, celles sur chemins de fer de 29. La Banque seule par ses avances fournit 181 millions. Enfin les comptes courants divers subissent une diminution de 23 millions qui vient grossir celui du Trésor.

39En résumé c’est la Banque qui a fait la plus grosse part du versement par les avances qu’elle a consenties sur effets de commerce et sur titres.

40En 1859, au moment de l’emprunt de la guerre d’Italie, la Banque a prêté un concours moins actif et quoique le compte courant du Trésor ait augmenté de 201 millions du 7 au 18 mai, au moment du premier versement, la plus grande partie a été fournie par la rentrée des billets (60 millions), et par les dépôts privés (30 millions). L’escompte et les avances n’ont donné que 62 millions. Quant à la réserve métallique, malgré ce déploiement considérable de capitaux supérieurs au capital de la Banque de France, elle reste immobile puisque, dans les deux cas, les variations ne s’éloignent pas de la faible somme de 5 millions !

41Le doublement du capital ou sa disponibilité par la vente des rentes de la Banque ne pourraient donc dans aucun cas atteindre le but que l’on désire, c’est-à-dire alimenter la réserve métallique, puisque sur des versements de 200 et même 277 millions on observe un mouvement d’espèces qui ne dépasse pas 5 millions, la plus grande partie étant fournie par les avances de la Banque ou par un simple virement des dépôts en comptes courants.

42Il en a été de même au moment du doublement du capital de la Banque en 1857. Les versements des 100 millions devaient se faire en quatre termes, du 25 juin 1857 au 10 juin 1858.

43Pendant les premiers six mois, la réserve métallique n’a pas moins baissé de 257 à 187 millions, soit de 70 millions, somme supérieure aux versements ; le portefeuille a augmenté de 56 millions.

44Dans le second semestre au contraire, la funeste influence de la crise ayant disparu, quoique les seconds versements ne fussent que de 50 millions comme les premiers, cependant l’encaisse augmente de 223 millions et le portefeuille baisse de 170. Les deux mouvements de flux et de reflux des espèces métalliques ne représentent donc que d’une manière bien infidèle le passage des fonds que l’on apportait à la Banque pour le doublement de son capital.

45Le flux des espèces avait eu lieu pendant les embarras et avait absorbé et au-delà les versements des actionnaires de la Banque ; le reflux des espèces se produisit de même naturellement pendant la liquidation et avec une telle intensité que la somme fournie par les versements fut de beaucoup dépassée. Dans les deux cas elle se perd dans un mouvement beaucoup plus considérable qui la dissimule et empêche d’en saisir les effets ; son rôle fut donc très secondaire.

46Il en a été de même en Angleterre, si l’on observe un des articles du bilan intitulé Government securities, on trouve la confirmation de tout ce qui précède. Ce chapitre comprend des rentes disponibles, des avances et des annuités ; sous le même titre se trouvent réunies les avances au Trésor sur bons de l’Échiquier et enfin les titres de créance de certaines institutions, pensions de retraite et autres, dont la Banque s’est chargée et dont elle sert les arrérages. Les variations de cet article sont considérables ; les différences se sont élevées jusqu’à 10 000 000 de livres (250 000 000 de francs).

47Que ce soient les avances qui aient été remboursées ou que la Banque ait vendu ses rentes, ou les bons de l’Échiquier qu’elle garde en portefeuille, dans les deux cas ces opérations ont dû procurer des rentrées et le bilan doit nous permettre d’en suivre la trace.

48Dans les deux périodes la diminution des Government securities, où la vente des titres n’a eu aucune action sur la réserve métallique, elle a toujours continué de baisser sous l’influence de causes plus puissantes, qu’une vente de rentes, s’élevât-elle à 250 000 000 de francs, ne pouvait combattre.

49L’encaisse des banques paraît donc se trouver en dehors de ces grandes opérations par lesquelles on pensait sinon la reconstituer, du moins la maintenir. La pratique prouve qu’elle échappe à cette influence : quand le mouvement de baisse pour des besoins extérieurs a commencé sous l’action des changes défavorables, il continue jusqu’à ce qu’une baisse du prix des produits les ait rectifiés.

50Il est donc démontré par la pratique en France et en Angleterre que la disponibilité d’une somme presque égale à leur capital, n’a aucune action sur la réserve métallique et ne peut pas même arrêter le flux qui la menace.

51Ce drainage des espèces est cependant la principale préoccupation des directeurs des banques au moment des embarras. On a alors songé à divers autres expédients. Pour éviter les pertes qu’entraîne toute crise commerciale et qui peuvent s’élever jusqu’à 200 000 000 de livres, ne pourrait-on pas, a-t-on dit, se procurer par l’impôt une somme de 10 000 000 de livres afin de maintenir l’encaisse au moins à ce chiffre ?

52Mais d’abord peut-on créer un capital par acte du Parlement ? Ce capital sera pris ailleurs où déjà il était employé, et il tendra toujours à y retourner, et puis agit-on ainsi sur la cause qui réduit les réserves ? Si la hausse des prix empêche ou retarde la circulation des produits, est-ce que le défaut de compensation des lettres de change avec l’étranger n’obligera pas toujours à envoyer de l’or sous l’influence des changes défavorables ? D’ailleurs cet impôt ne remplirait pas les caisses, les faits consignés plus haut le prouvent, puisqu’on voit qu’une augmentation de 277 000 000 de francs dans le compte courant du trésor ne donne que 5 000 000 de francs de plus en espèces dans les caisses de la Banque.

53De tous ces moyens empiriques, qui ont eu leur vogue comme remèdes à apporter aux crises, aucun n’est entré dans la pratique. Mais il nous reste à examiner sommairement deux systèmes qu’on a regardés comme souverains quoique bien opposés, nous voulons parler de la liberté et de la réglementation des Banques dont les États-Unis et la Grande-Bretagne nous offrent des exemples qui peuvent servir de types.

54Unité et pluralité des Banques d’émission. — Pour beaucoup d’économistes, tous les troubles de la circulation fiduciaire et les crises en particulier tiennent à la réglementation, au privilège, au monopole ; d’après eux l’unique remède à tous ces maux se trouverait dans la liberté. Cependant aux États-Unis avec une liberté presque complète avant la guerre de la Sécession, relative depuis l’institution des banques nationales, les crises n’ont pas été moins fréquentes et moins graves.

55Le commerce de banque, depuis qu’il existe, n’a pas toujours été concentré dans les mains de grands établissements privilégiés : ces grands établissements eux-mêmes n’ont pas toujours répondu à ce qu’on attendait d’eux, quant aux secours qu’on espérait en tirer, tout en réalisant cependant de grands bénéfices. Il n’est donc pas surprenant que la question du monopole ait été posée, et on n’a pas hésité à la résoudre en demandant à la liberté des banques et à la liberté d’émission tout ce que le privilège n’avait pas donné jusqu’ici.

56Sur cette grave question du choix à faire entre la liberté et la réglementation, deux opinions complètement opposées se sont toujours trouvées en présence dans toutes les discussions qui ont eu lieu en Angleterre sur ce sujet ; l’une défend ce qu’on appelle le Banking principle, et l’autre le Currency principle.

57Le Currency principle est fondé sur la théorie d’Adam Smith, qui établit comme un dogme que le papier-monnaie qui peut circuler dans un pays ne doit jamais dépasser la valeur de l’or et de l’argent dont il tient la place, et qui circulerait, en supposant que le commerce restât le même, si ce papier n’existait pas. Cependant Adam Smith reconnaît que l’émission des Banknotes augmente le commerce, et par conséquent échappe à sa définition, puisque cette émission est faite pour satisfaire à un nouveau besoin qu’elle détermine et alimente.

58Si l’on prend cette doctrine pour base, la monnaie de papier devrait varier comme la monnaie métallique, et les affaires pourraient se faire avec la monnaie métallique seule. On préfère la monnaie de papier, parce qu’elle est plus légère, sans être indispensable à la circulation des produits ; si elle était retirée il entrerait aussitôt dans le pays une quantité d’espèces métalliques suffisante pour la remplacer.

59La pratique ne confirme pas ces vues théoriques. Contrairement à Lord Overstone, qui les défendait dans l’enquête de 1857, Tooke faisait remarquer que les fluctuations de la circulation de papier ne sont pas les mêmes que celles de la circulation métallique. Il n’est même pas nécessaire, pour que le papier soit conforme à la valeur de l’or qu’il lui soit conforme en quantité, il suffit qu’il circule et soit convertible en monnaie métallique : de là les partisans du Banking principle, Tooke, Wilson, Fullarton, n’admettant aucune restriction à l’émission du papier, pourvu que les billets soient toujours payables à vue. Telle est la véritable doctrine d’après l’observation des faits, il s’agit de maintenir ce remboursement, et c’est là la difficulté.

60Des deux côtés, les arguments n’ont pas manqué pour montrer les avantages et les inconvénients de la liberté et du monopole.

61Les partisans de la pluralité des banques remarquent que l’émission des billets a précédé la création des banques privilégiées. Le billet de banque lui-même n’est pas une monnaie, il en remplit seulement la fonction dans des conditions particulières, sans que l’on puisse prétendre que les banques d’émission battent monnaie et empiètent ainsi sur les droits de l’État.

62Sauf quelques exceptions passagères, le commerce de banque a été libre en France jusqu’en 1796, en Angleterre jusqu’en 1844.

63Émettre des billets, promesses de payer, c’est mettre en circulation des obligations commerciales qui entraînent la même responsabilité que les autres actes d’un négociant. Par cette émission, on facilite la circulation des produits, les prix sont moins variables, puisqu’une monnaie nouvelle leur sert toujours de véhicule. Par la multiplicité même des émissions les erreurs peuvent se rectifier, tandis qu’il n’en est pas ainsi pour les banques privilégiées : en temps prospère elles prodiguent leurs avances, et tout à coup, en temps de crise, elles les refusent, et tout s’arrête au milieu d’un monceau de ruines.

64Avec la liberté d’émission un plus grand nombre de banques se formeraient et leur capital de garantie serait plus considérable. La multiplicité même des banques ferait baisser le chiffre de l’émission.

65Pour émettre des billets il faut que le public les accepte, et qu’il puisse s’en servir comme moyen de payement dans toutes les banques du pays. Cette surveillance que toutes les banques exerceraient les unes sur les autres serait la meilleure garantie de la valeur des billets. Dès qu’une banque en aurait émis en excès, ils retourneraient de suite à leur source et l’émission se trouverait ainsi contenue par la force des choses.

66Il n’y a donc à redouter ici aucun des inconvénients que peut entraîner la liberté d’émission ; la circulation du papier est très restreinte, puisque les banques, en dehors de leur rayon, se chargent d’effectuer les payements au moyen de leurs comptes courants avec les autres banques des États ou des villes. La concurrence entre les divers établissements de crédit existe sans doute, mais elle trouve un correctif nécessaire et naturel dans le contrôle réciproque qu’ils exercent entre eux par la compensation de leurs engagements.

67La faculté de créer des billets offre encore ce grand avantage qu’elle permet à une banque de naître ; et c’est là le point important pour les petites villes, loin des grands centres, où les canaux de la circulation des grandes banques ne pénètrent pas.

68Ces nouvelles promesses de payer, ajoutées à celles du public, donnent une nouvelle activité aux échanges, un nouveau capital étant mis à la disposition de chacun, le taux de l’intérêt a une tendance à être moins élevé, l’intensité des crises est même diminuée.

69Avec une pareille communauté d’efforts pour faire circuler le papier, l’émission des billets se limite d’elle-même et ne peut jamais être excessive.

70D’ailleurs, dans le bilan des banques, le chiffre de l’émission des billets n’est pas toujours supérieur aux dépôts en comptes courants, à l’encaisse et au portefeuille ; on sait aussi que le monopole ne satisfait pas à toutes les demandes.

71Si on objecte que les banques départementales en France avant 1848 n’ont pas répondu à l’attente générale, c’est qu’il leur était défendu de communiquer entre elles. Isolées, sans compensation possible, faut-il être surpris de leur échec ?

72Attribuer les crises à la multiplicité des banques et à la circulation de leurs billets, c’est oublier qu’on n’en est pas à l’abri, là même où il n’y a pas de banque d’émission.

73Quant à la hausse de l’escompte au moment des crises, elle n’aurait pas lieu si les banques se faisaient concurrence.

74On a reproché à la liberté d’émission de tendre plutôt à l’élévation qu’à l’abaissement du taux de l’escompte. L’objection est très forte et il faut convenir que les faits paraissent la confirmer. Mais, si l’on se rappelle ce qui a été démontré dans les Enquêtes parlementaires anglaises (et nous commençons à en avoir la preuve en France), à savoir que le taux moyen de l’intérêt est en raison du bénéfice que produit le capital prêté, bien loin de regretter cette cause apparente d’infériorité du principe de la liberté d’émission, on y verra la preuve des avantages et des profits qu’il procure.

75Il y a donc place pour les deux systèmes.

76Au début, quand dans un pays les transactions sont récentes, les opérations se font d’abord au comptant ; mais, aussitôt que le crédit intervient, les avantages des banques, de leurs succursales et de l’émission de leur papier se font sentir, et la pluralité des institutions de crédit rend alors les plus grands services. Plus tard, c’est-à-dire dès que, par l’escompte des effets de commerce, l’usage des comptes courants est entré dans les habitudes, le billet de banque qui remplissait un double rôle, et comme agent de circulation et comme capital éphémère, intervient de moins en moins sous cette dernière forme. Le peu qui en reste dans les mains du public sert, comme monnaie de compte, à payer les achats de tous les jours, que l’on ne solde pas par un simple virement à l’aide des dépôts en comptes courants.

77En présence d’un portefeuille (escomptes et avances) qui augmente sans cesse et prend des proportions inconnues jusqu’ici, la somme des billets en circulation reste stationnaire ou plutôt diminue, et la somme des dépôts en comptes courants augmente jusqu’à égaler la somme des avances accordées par les banques. Cette balance obtenue, le mécanisme des banques ne laisse plus rien à désirer, et le papier, qui a permis d’atteindre par degrés ce résultat, a déjà presque disparu. La portion restée en circulation ne sert plus qu’à solder au comptant les échanges directs qui ne se compensent pas en banque.

78En Angleterre, comme aux États-Unis, pour arriver à cette puissance suprême du crédit à laquelle toutes les nations doivent aspirer, on a dû, pendant les premiers temps au moins, et dans les districts éloignés des principaux centres industriels, recourir à l’émission du papier. Cette émission avait moins pour but de répandre ainsi artificiellement le crédit que de répondre aux besoins de la circulation à l’aide d’un instrument moins coûteux que les espèces métalliques, et qui permît, quoique prêté à un taux d’intérêt modéré, de donner au capital engagé dans les opérations de banque un profit suffisamment rémunérateur. Il était en effet difficile que des banques, avec peu d’affaires et un assez grand nombre de succursales, pussent faire l’escompte exclusivement avec leur capital. L’addition à ce capital d’une certaine quantité de papier pouvait seule leur permettre de fonctionner à bas prix là où le capital était rare, et de créer des comptoirs ou des succursales dans des centres de population trop peu importants pour que le capital des grandes villes se détournât à leur profit.

79Le chiffre de l’émission de chacune de ces banques ou de ces comptoirs est d’ailleurs si minime, les coupures des billets au-dessous de 5 livres si nombreuses que l’on est bien forcé de reconnaître que les billets ne représentent qu’une très petite partie du crédit quelles accordent. En Écosse même, il est démontré que ces coupures servent, dans les relations ordinaires de la vie, aux besoins des échanges en remplacement des espèces métalliques dont elles économisent l’usage. Dans tous les cas, leur circulation ne s’éloigne pas d’un cercle très restreint, puisque, deux fois chaque semaine, les banques échangent entre elles leurs billets et acquittent leur solde en bons de l’Échiquier.

80Voilà la thèse soutenue par les partisans de la liberté des banques ; voici quelle a été la réplique des partisans des banques privilégiées.

81Ils font remarquer que la solidité du billet domine la question ; à tout prix il faut sauvegarder sa valeur. Ici l’intérêt général est en jeu : le billet de banque intervenant dans presque toutes les transactions commerciales et civiles, il faut lui donner pour ainsi dire un caractère d’infaillibilité, et la sécurité qu’on doit avoir en le recevant passe avant toute autre opération de commerce. Peut-on, dans ces conditions, réclamer le droit commun pour l’émission ?

82Une banque privilégiée, en concentrant toutes ses forces, son crédit et ses réserves, offrira toujours plus de résistance aux crises : nous en avons des exemples en Angleterre en 1797, en France en 1870-1871. Supposons qu’alors on se fût trouvé en présence d’un grand nombre de banques ? Sur laquelle aurait-on pu s’appuyer sans lui donner un caractère officiel ? Elles auraient pu se former en syndicat, dira-t-on, mais c’eût été un syndicat fermé, offrant les mêmes inconvénients qu’un privilège.

83Enfin, puisqu’on réclame la liberté des banques, surtout pour jouir du droit d’émission, on ne le dissimule pas, quels ont été dans la pratique les résultats de cette faveur si recherchée ?

84Aux États-Unis, en Écosse, en Allemagne, là où cette liberté existe en partie, ou a existé jusqu’en 1844, la circulation des billets, bien loin de s’accroître, a eu plutôt une tendance à décroître, et la diminution est sensible dans les grandes banques de New York.

85Le billet de banque dans la pratique a servi comme un échafaud provisoire pour permettre aux banques de s’organiser et d’attirer la clientèle ainsi que les dépôts ; aussitôt que ces derniers ont été en nombre suffisant, le billet, qui au début avait joué le principal rôle, a passé au second.

86La pratique n’a donc pas justifié les craintes que l’on entretenait au sujet des excès et de l’abus de l’émission. Mais si l’on a évité ce danger, il y en a un autre sur lequel on n’a pas insisté et que l’on a toujours passé sous silence : avec la pluralité des banques, comment faire face pendant les crises aux demandes pressantes de numéraire pour les remises que réclame l’étranger ?

87Les partisans de la liberté d’émission ne se sont jamais occupés de cette difficulté pratique.

88Où seront les réserves métalliques ? dans une banque centrale ou dans des banques répandues sur tout le territoire de l’État ? Où se porteront les demandes et comment se répartiront-elles ?

89Or on sait, d’après les mouvements des réserves métalliques dans les succursales de la Banque de France, qu’il y en a chez lesquelles le mouvement se fait toujours dans le même sens, soit en gain soit en perte. Le numéraire s’accumule sur certains points et manque toujours sur d’autres. C’est un des grands embarras de la Banque de France de régulariser ce double mouvement en temps ordinaire. Aux époques troublées la difficulté est encore plus grande, surtout quand aux demandes pour l’intérieur viennent se joindre et se mêler les demandes pour l’extérieur, sous l’influence des changes défavorables.

90Le règlement des opérations commerciales avec l’étranger s’opère dans les grands centres ; c’est là où se fait le commerce des lettres de change, et c’est là où, sous l’influence des changes défavorables, les demandes d’or pour l’exportation se feront sentir. Ainsi ce sont les encaisses des Banques de France et d’Angleterre, à Paris et à Londres, qui devront répondre à presque tous les besoins. Ces banques d’Écosse si vantées, dont l’administration économe a su réduire le chiffre de la réserve métallique dans de telles proportions qu’elles ne peuvent satisfaire les demandes de leurs clients, sont les premières à puiser largement dans les caisses de la Banque d’Angleterre : ce sont presque toujours elles qui donnent le signal de la crise. Aux États-Unis, comme il n’y a pas de banque centrale privilégiée, chaque banque se met sur la défensive, et les banques locales éloignées des grands centres suspendent les payements ; privés de tout secours, la spéculation et le commerce se liquident comme ils peuvent.

91Ce trait seul montre la différence qu’il y a entre l’organisation d’un pays sous le régime des banques libres ou des banques privilégiées.

92Pourquoi la Banque de France, si bien placée pour le faire à l’aide de ses succursales, ne prendrait-elle pas l’initiative d’un grand clearing-house où tout le papier fiduciaire émis chaque jour, chaque jour retournerait à sa source, ce qui ne permettrait aucun abus. Les succursales, sans en avoir la responsabilité, et sans en supporter les frais, concentreraient un immense mouvement d’affaires ; l’usage des comptes courants se répandrait dans les plus petites localités à l’aide des comptoirs intéressés comme en Belgique, ou des banques libres.

93Dans le principe, à l’aide d’une faible émission, on favoriserait la circulation des effets de commerce, par conséquent on donnerait naissance à des échanges qui ne peuvent avoir lieu en dehors de tout moyen de circulation. Nous avons constaté ce résultat en étudiant le développement des effets escomptés par les succursales de la Banque de France entre elles et le mouvement des affaires aux États-Unis. Dès qu’une banque, au-delà des besoins de ses clients, aurait mis en circulation des billets, ils se présenteraient au clearing-house et on les retournerait de suite à leur source. La situation de chaque banque serait ainsi signalée chaque jour, et comme la Banque de France devrait fournir le supplément de crédit s’il était nécessaire, elle serait en mesure d’obliger les banques à se ménager une réserve propre, ou du moins en élevant le taux de l’escompte elle ferait payer l’or son prix si les changes contraires en faisaient sentir le besoin. Les cours du change et les bilans de la Banque de France donnant la véritable situation du marché, on laisserait à l’initiative privée le soin et la responsabilité de faire pénétrer la circulation du papier fiduciaire dans tous les départements en dehors de son rayon d’action et de celui de ses succursales. Éprouvant la première l’influence des opérations de change qui de tous les points du territoire se concentrent et convergent à Paris, elle signalerait le danger, et par la hausse de l’escompte maintiendrait la circulation fiduciaire au pair.

Notes

1 Voir les enquêtes anglaises sur les questions de Banque, 9 volumes, Coullet et Clément Juglar, 1865.

Table des illustrations

Titre Banque de France
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1421/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1421/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter