Version classiqueVersion mobile

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Première partie. Crises commerciales : définition, origine, causes

XV — Périodicité des crises

Texte intégral

[Opinions de MM. Jevons, Cobden. — Théorie des crises.]

1Les crises sont fréquentes, funestes pour les affaires, c’est un fait ; mais sont-elles périodiques, se reproduisent-elles à des intervalles plus ou moins réguliers ? Ici la discussion s’ouvre. Prétendre que les retours des crises sont périodiques, reviennent à des intervalles réguliers ou sous l’influence de causes déterminées, c’est une théorie que l’observation ne confirme pas ?

2De ce que les crises se développent et éclatent dans un certain milieu sous l’influence de causes particulières propres à chacune d’elles, il ne s’ensuit pas que ces causes soient déterminantes, elles ne sont le plus souvent qu’occasionnelles. Il faut, en outre, d’autres conditions pour qu’une crise puisse prendre naissance, mûrir et atteindre son apogée. Le plus souvent, on se borne à signaler comme causes de la crise les accidents particuliers qu’on observe au moment où elle se produit ; ce ne sont là que des manifestations extérieures qui n’expliquent pas le courant et la puissance qui entraînent pour un temps les affaires dans la même direction, jusqu’à ce que cette force étant épuisée, le mouvement se retourne en sens inverse ; cela ne veut pas dire cependant qu’il y a des cycles d’abondance et de disette réguliers ; la prédiction de Joseph des sept années de prospérité de misère [sic] prouve même que c’était un fait exceptionnel.

3On objecte encore qu’autrefois il y a eu de longues périodes sans crise ; la hausse des prix, quand on l’observait, tenait aux mauvaises récoltes. Il n’y aurait donc pas eu de période prospère dans le passé, car comment se figurer la prospérité sans la hausse des prix ?

4Plus on remonte dans ce passé, plus on constate l’irrégularité de la durée des périodes et, par suite, la difficulté de risquer des spéculations sur la probabilité de tel ou tel état du marché pendant une suite d’années. M. Jevons a été trop loin quand il a paru admettre que les grandes fluctuations commerciales complétaient leurs cours en une dizaine d’années ou dépendaient des taches solaires. Cobden disait aussi que tous les dix ans il y avait une crise.

5Est-il vrai que le libre-échange ait modifié toutes les conditions de la question ? L’observation nous le montrera.

6Les guerres, les bonnes ou les mauvaises saisons, peuvent détruire sans doute les plus ingénieuses combinaisons ; quant à prétendre qu’il y a des crises qui éclatent deux fois dans la même année, comme en 1847, ou à une année d’intervalle comme en 1837 et 1839 ou en 1864 et 1866, c’est prendre un premier accès de la maladie pour la maladie elle-même. Elles débutent par un frisson qui ébranle le corps social, mais ce n’est que le signal des désordres beaucoup plus graves qui vont se produire. On a nié aussi que les fluctuations de prix correspondissent aux crises ; nous laisserons parler les faits.

7Dans toutes les crises, il y a des circonstances qui déterminent l’explosion, les caractères, la marche, la gravité de ces profonds ébranlements des affaires. La spéculation cherchant toujours un ou plusieurs objets pour s’exercer, l’aspect changera sans cesse, le fond restera le même.

8N’en est-il pas ainsi dans les temps modernes ? Comme autrefois, les crises ne se reproduisent pas à des époques fixes ; elles reparaissent après des périodes variables, non pas sur un seul point, mais dans tous les grands pays en relation d’affaires et ayant recours au crédit.

9Si la périodicité est plus marquée et est devenue plus sensible depuis 1690, c’est que le crédit que l’on s’accorde dans les affaires a eu besoin pour circuler plus facilement d’un nouveau mécanisme dont on s’était peu servi jusque-là ; nous voulons parler de la création des grandes banques d’escompte et d’émission qui successivement ont pris naissance en Angleterre, en France et apparaissent partout de nos jours. — Ces grandes institutions de crédit ont singulièrement facilité la circulation du crédit et les compensations en Banque, et c’est quand ces compensations, d’année en année plus difficiles, ne marchent plus que les crises éclatent. Nous pouvons suivre sur les bilans annuels le mouvement des affaires, leur état de plus en plus prospère ou de plus en plus embarrassé. Autrefois ces documents statistiques faisaient défaut et ne permettaient pas de suivre chaque année, sur des chiffres officiels, l’évolution en hausse ou en baisse. Aujourd’hui, avec une base d’observation aussi rigoureuse, tout s’enchaîne, tout s’explique ; munis de ce fil conducteur nous ne pouvons plus nous égarer et les retours périodiques des crises apparaissent à nos yeux étonnés et surpris.

10Il ne faut pas enchaîner ces oscillations du monde des affaires dans des formules déterminées à l’avance, il faut leur laisser toute leur élasticité. Ce serait tirer de l’observation plus qu’elle ne donne que de fixer à 5 ou à 10 années les retours périodiques des crises. Ce qui trouble les esprits, c’est qu’on veut toujours attribuer à un événement extraordinaire l’origine des crises. Or, on ne s’explique pas comment cet événement pourrait reparaître périodiquement à des époques déterminées pour produire le même trouble. Chaque industrie doit avoir une histoire particulière et on se demande comment toutes ces histoires pourraient trouver place dans les grandes fluctuations commerciales. Enfin, comment admettre qu’en paix ou en guerre, avec de bonnes ou de mauvaises récoltes, avec la protection ou avec le libre-échange, avec la vapeur et l’électricité, doivent toujours se produire des périodes d’expansion et de révulsion ? Voilà les objections qu’on adresse à la périodicité.

11En admettant que le milieu dans lequel se brassent les affaires n’est pas toujours favorable à l’explosion d’une crise, même quand se présente cet accident qu’on regarde comme indispensable, cette mèche, pour ainsi dire, qui met le feu aux poudres, il faut au moins qu’au préalable la mine soit chargée. Or, cette préparation ne peut se faire en un instant ; il faut laisser à la spéculation le temps de développer tous les éléments malsains qui doivent être balayés par la tempête, et alors n’est-ce pas constater que les crises n’ont rien d’imprévu ? L’accident auquel on attribuait le plus grand rôle passe donc au second plan, ce n’est plus qu’une cause occasionnelle sans rapport direct souvent avec l’équilibre instable du marché, c’est la dernière goutte d’eau qui fait déborder le bassin.

12Si un accident imprévu et défavorable ne peut être la cause d’une crise, faut-il attribuer à un événement favorable, tel qu’une bonne récolte, la puissance de prévenir les suites fâcheuses d’une spéculation excessive ? A priori, on ne comprend pas comment les bénéfices d’une bonne récolte pourraient rétablir l’équilibre d’une situation profondément troublée dans toutes les diverses branches de l’industrie. Cette pluie d’or imprévue peut soulager la place pour un temps, éloigner le moment de l’explosion, seul moyen curatif des crises, en modérer la violence, mais il faudra toujours liquider.

  • 1 600 000 000 fr.

13La contrepartie n’est pas plus exacte malgré les exportations d’or. On a accusé les mauvaises récoltes, les disettes, d’être souvent la cause déterminante des crises et ici on s’est laissé prendre à une observation superficielle. Sans doute, elles peuvent coïncider avec les crises, les aggraver, mais elles n’en sont pas la cause déterminante, et la preuve c’est qu’il y a eu un assez grand nombre de crises en dehors de ces accidents de l’agriculture. Même quand la coïncidence existe, et on la croyait toujours inévitable autrefois, ce n’est pas seulement la cherté de la substance servant de base à l’alimentation qui cause le malaise, mais aussi les importations de céréales dont le payement pour la plus grosse part doit se faire en numéraire. Cette nouvelle brèche au capital de la production suffirait pour le rendre incapable de remplir ses fonctions ordinaires, et cependant la fortune publique a fait de tels progrès qu’en 1879 et en 1880 on a noté des importations de céréales qui ont dépassé tout ce qu’on avait vu jusqu’ici1, sans qu’aucune perturbation se fît sentir dans le mouvement des affaires. Malgré d’immenses remises en espèces à l’étranger pour solder ces achats, le mouvement de vive reprise qui se manifestait alors n’a pas été ralenti ; le capital national a suffi à tout, et ce n’est que deux années après, en 1882, que la crise a éclaté.

14L’accident imprévu, cause première des crises dit-on, s’est rencontré ici, mais a été sans action. Cet exemple ne suffit pas encore et on s’empresse d’ajouter qu’il est impossible de grouper en cycle les faits observés pendant les crises de 1847 et de 1857. Pour la crise de 1847, Stuart Mill fait remarquer que la contraction du crédit qui caractérise une crise commerciale ne s’est pas rencontrée et que cette crise n’a été précédée d’aucun développement excessif de crédit et d’aucune spéculation générale. Puis il ajoute : Il faut excepter toutefois celles qui avaient eu lieu sur les actions de chemins de fer qui, bien qu’extravagantes, étaient faites en général avec des capitaux que les spéculateurs pouvaient perdre sans amener les ruines nombreuses que causent les variations de prix des marchandises. Son exception fait rentrer la crise de 1847 dans la règle ordinaire ; qu’il y ait spéculation sur une grande échelle, cette spéculation est contagieuse et le commerce et l’industrie ne tardent pas à y prendre plus ou moins part.

15Il en est de même pour 1857, sans qu’on puisse soulever la moindre objection.

16Depuis longtemps, les crises apparaissent à des époques plus ou moins éloignées, sans qu’aucune des théories qui ont été proposées pour les expliquer ait été acceptée.

17L’observation permet cependant aujourd’hui de se rendre compte des conditions dans lesquelles elles éclatent. S’il en est réellement ainsi, quel avantage pour les affaires que de pouvoir prévoir le danger, le signaler à temps pour permettre de rentrer au port avant la tempête, car une crise est un véritable ouragan qui renverse tout sur son passage. Pour renverser, il faut qu’on ait édifié. Aussi, chacune de ces perturbations commerciales est-elle précédée d’une période où tout semble favoriser les entreprises : le capital est abondant et offert, le taux de l’intérêt est à vil prix, 2 p. 100, 1 p. 100, 1/2 p. 100 ; la confiance est illimitée ; quoi qu’on entreprenne, tout réussit ; les prix de tous les produits s’élèvent, la hausse est générale, l’aisance et la prospérité circulent partout. Puis, quand cet échange de produits à des cours de plus en plus élevés a duré un certain temps, laissant toujours un bénéfice au dernier acquéreur, enfin vient un moment où les échanges sont moins rapides, moins faciles à terme, il n’y a plus le roulement ordinaire ; pour remplir ses engagements il faut faire réescompter ses effets, en mettre de nouveaux en circulation. On se tourne vers les Banques, on leur demande secours et protection, et c’est alors que tout change de face. Le ciel si serein jusque-là s’assombrit, la défiance se propage, le crédit se resserre, l’argent disparaît, les Bourses ne peuvent plus liquider les affaires, qui sont même suspendues ; c’est l’état aigu de la crise, le moment le plus critique à passer. Tout est ébranlé, un triage doit se faire, les maisons mal engagées ou trop engagées doivent liquider et livrer des marchandises achetées à des prix qui ne trouvent plus de nouveaux preneurs, et les livrer au cours offert, c’est-à-dire en baisse.

18Dès que les prix baissent, le but est atteint, et la crise n’en a pas d’autre ; malheureusement, les maisons qui succombent entraînent dans leur chute beaucoup de maisons qui n’étaient qu’ébranlées. Le mal se répand, frappe toutes les classes de la société, toutes les industries ; le capital reçoit le premier coup, les revenus par suite, les profits, les salaires, depuis les plus élevés jusqu’aux plus humbles, et enfin les chômages réduisent l’ouvrier à la dernière extrémité.

19Ces accidents autrefois, quand les rapports des nations étaient moins intimes qu’aujourd’hui, privé qu’on était des voies de communication perfectionnées, chemins de fer, télégraphes, étaient isolés et n’éclataient pas simultanément sur plusieurs points à la fois ; aujourd’hui, dès qu’une explosion se produit dans un grand centre commercial, elle se répercute dans les autres comme s’ils étaient mis en rapport par une traînée de poudre, non seulement à l’intérieur du pays, mais dans le monde entier. Rien ne prouve mieux que les crises ne tiennent pas à une cause accidentelle locale qui reparaîtrait périodiquement. Il y a un ensemble de circonstances, une organisation, pour ainsi dire, qui réclame un certain temps pour se développer, donner une impulsion aux affaires et accroître les richesses du pays, en répandant partout la prospérité et l’aisance. Cette prospérité même finit par étourdir et faire dépasser les limites de la prudence. Sous l’influence de la hausse des prix, les affaires et la spéculation ont pris des proportions qu’on ne pouvait prévoir, puis tout à coup le mécanisme des échanges s’arrête.

20Quoiqu’on se raidisse toujours contre ce qui contrarie certaines idées ayant cours, il faut donc admettre qu’il y a des courants qui, successivement, entraînent le monde dans deux sens contraires : périodes de prospérité qui aboutissent toujours à une crise, et périodes de liquidation qui, débarrassant le marché de tous ses éléments impurs, lui permettent de reprendre pied.

21Dans les phénomènes météorologiques, nous avons des instruments très sensibles qui nous avertissent des perturbations probables de l’atmosphère ; serons-nous assez heureux pour saisir les signes précurseurs des crises commerciales ? Trouverons-nous, pour annoncer ces tempêtes commerciales, un baromètre assez sensible qui servira de guide ?

Notes

1 600 000 000 fr.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search