Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cohésion et cohérence

 | 
Anna Jaubert

Les citations homériques de Nicératos au chapitre IV du Banquet de Xénophon : ruptures de la cohérence conversationnelle ou cohérence méconnue ?

Michèle Biraud

Texte intégral

  • 1  Seule la métrique, si la citation est versifiée, la dénonce par une régularité rythmique étrangère (...)
  • 2  Sauf bien sûr si elle est donnée explicitement comme citation pour être ensuite objet d’étude ou s (...)

1Notre projet est d’examiner, dans deux brefs échanges du Banquet de Xénophon, un cas particulier d’intégration discursive de citations qui compromet à la fois, semble-t-il, la cohésion et la cohérence de la conversation. Un tel phénomène est exceptionnel. De façon générale, dans les textes de l’Antiquité grecque, l’altérité énonciative d’une citation est même souvent syntaxiquement non marquée1 car l’usage était d’utiliser un fragment de texte apte à s’intégrer à la phrase en respectant tous les facteurs de cohésion (accords de genre et de nombre, de personne et de temps verbal…)2 ; il arrivait même à l’occasion que l’on modifie quelque peu le texte cité à cette fin. Du point de vue thématique, la citation est aussi en général parfaitement en harmonie avec le texte englobant ; elle est pour le prosateur une façon d’énoncer avec les mots du poète un contenu propositionnel qu’il aurait pu dire lui-même prosaïquement ; il l’utilise comme un ornement.

  • 3  Même si la première citation est intégrée en respectant la cohésion textuelle grâce à une modifica (...)

2Sur ce fond de pratique d’une concordance thématique du discours citant et du texte cité, se détachent avec d’autant plus de force les rares textes qui présentent un phénomène de discordance thématique. Tel est le cas des trois citations homériques employées par Nicératos dans ses deux principales interventions du Banquet de Xénophon. Elles apparaissent, à première lecture, irréductibles à toute intégration thématique, et à toute cohérence textuelle3, au point qu’elles ont donné à des lecteurs pressés une bien piètre idée de la capacité à converser et à raisonner du personnage qui les énonçait. Quelques hypothèses interprétatives ingénieuses ont tenté de créer le minimum de pertinence pouvant justifier leur énonciation, et amènent à considérer Nicératos comme un agréable amuseur, mais ce n’est qu’en lui prêtant la volonté de mener une conversation décousue. À l’opposé de ce préjugé général, notre projet est de rechercher une cohérence plus complète mais plus secrète, liée à la mise en rapport du contexte homérique de ces citations avec la situation de conversation où elles sont insérées.

  • 4  C’est vrai du moins du symposium pour le plaisir qui est la catégorie de banquet illustrée dans ce (...)
  • 5  Gorgias 462a : Elenkhé te kai élenkhou.

3Afin de bien appréhender les motivations de Nicératos pour s’exprimer de cette façon détournée, il convient au préalable d’apporter quelques précisions sur la nature particulière de ce dialogue. Le Banquet de Xénophon est le récit d’un dialogue déchiré entre les deux configurations socio-discursives du dialogue philosophique et des propos de table. Dans la conversation de banquet, en effet, les participants recherchent par un dialogue enjoué une communauté de plaisirs et d’émotions4 ; leur parole est libre, mais elle doit rester amicale et polie ; le ton d’ensemble se doit d’être celui de la convivialité et de la concorde. La configuration socio-discursive du débat philosophique comporte aussi l’égalité des participants et la liberté de parole, mais pour le reste les grandes règles sont le sérieux de la pensée, l’affirmation argumentée de ses thèses et une polémique dont rien ne doit limiter l’âpreté (« réfute et sois réfuté »5).

4Cette opposition de configurations socio-discursives n’est pas sans évoquer celle qu’on établissait aux xviie et xviiie siècles entre l’entretien et la conversation : l’entretien supposait un sujet, la conversation était considérée comme une divagation superficielle qui ne donnait rien à acquérir, qui n’avait pas d’autre but qu’elle-même. Ce n’est sans doute pas un hasard si Xénophon, qui est maître dans l’art de conduire un entretien sérieux sur le ton de la conversation la plus spontanée, a été autant lu et apprécié pendant ces deux siècles, à la cour et à la ville, avant d’être ensuite presque complètement négligé par la recherche universitaire française. Le regain actuel d’intérêt des linguistes et des sociologues pour les pratiques conversationnelles devrait permettre aujourd’hui d’en renouveler la lecture.

  • 6  Cette numérotation associe sous le même numéro les paires d’interventions constituant un même écha (...)

5Avant d’aborder l’analyse de ces interactions, nous proposons notre propre traduction du texte, la plus littérale possible, en particulier pour les indices de cohésion car ils ont souvent été traduits de façon inexacte, ou parfois même c’est le texte grec qui a fait l’objet d’inutiles propositions de correction, dans des efforts maladroits pour restaurer un enchaînement de surface. Nous l’accompagnons d’une numérotation qui met en évidence les difficultés de fonctionnement de l’échange6.

Première interaction : IV, 6-9

N1 Nicératos prit alors la parole : « Apprenez de moi à mon tour, je vous prie, en quoi vous deviendrez meilleurs, si vous me fréquentez. Car vous savez, bien sûr, qu’Homère, cet homme si savant, a traité dans ses vers de presque toutes les activités humaines. C’est pourquoi tout homme qui, parmi vous, voudra devenir capable de bien administrer sa maison, de haranguer le peuple, de commander une armée, ou se rendre semblable à Achille, à Ajax, à Nestor ou à Ulysse, qu’il cultive ma société. Moi, en effet, je suis expert en tout cela.

A1 Es-tu expert aussi dans l’art de régner, demanda Antisthène, puisque, tu le sais, Homère a loué Agamemnon d’être « à la fois un noble roi et un vigoureux combattant » ?

  • 7  Les premiers mots de cette intervention sont en grec Kai nai ma Dia, éfê, égôgé hoti… Nai signifia (...)
  • 8  Kampsai : tourner, virer. Se dit d’un attelage qui, lors d’une course dans l’hippodrome, vire auto (...)

N2 Et par Zeus, dit-il, quant à moi, je sais avec certitude7 qu’un conducteur de char doit virer8 en rasant la borne,

« Lui-même se pencher sur le char bien poli

légèrement à gauche, et le cheval de droite

le stimuler de l’aiguillon et de la voix

en lui rendant les rênes. »

N3 Et outre cela, je sais une autre chose, et vous il vous est possible de l’expérimenter séance tenante. Homère en effet a dit quelque part « avec des oignons pour accompagner le breuvage ». Si donc on apporte de l’oignon, son bienfait pour vous sera immédiat, car vous aurez plus de plaisir à boire.

C4 Mes amis, plaisanta Charmide, notre Nicératos désire sentir l’oignon en rentrant au logis, bonne garantie pour sa femme que personne n’a même pu songer à l’embrasser.

S4 Oui, par Zeus, dit Socrate,

  • 9  Nous traduisons ainsi le houtôs proposé par les manuscrits, en donnant à cet adverbe démonstratif (...)

S5 mais nous risquerions, je pense, de donner aussi de nous une plaisante idée. L’oignon, en effet, semble bien être dans ces conditions9 un assaisonnement, lui qui ajoute de l’agrément à la fois à la nourriture et à la boisson. Si donc nous nous mettons à en croquer aussi après le repas, gare qu’on ne dise que nous sommes venus nous goberger chez Callias !

C5 Pas du tout, Socrate, répliqua Charmide ; car c’est pour qui s’apprête au combat qu’il est bon de croquer de l’oignon, comme certaines gens font manger de l’ail à leurs coqs avant de les mettre aux prises. Pour nous, nous sommes sans doute plus disposés à embrasser qu’à combattre. »

C’est à peu près ainsi que l’on en termina avec ce sujet.

Deuxième interaction : IV, 45

  • 10  La richesse d’Antisthène est celle du pauvre qui n’éprouve aucun besoin qu’il ne soit en mesure de (...)

C6 Callias dit alors : « Par Héra, je t’envie pour ta richesse10 et surtout parce que la cité n’en use pas avec toi en te donnant des ordres comme à un esclave, et parce que les gens ne se fâchent pas, si tu ne leur prêtes pas [ei mê daneisêis] d’argent.

N7 Mais par Zeus, ne l’envie pas, dit Nicératos, car moi, j’irai lui emprunter [daneisomenos]… l’art d’être dépourvu de besoins,

N8 moi qui ai été si bien instruit par Homère à compter

« Sept trépieds ignorants du feu, dix talents d’or, »

« vingt bassins au brillant éclat, douze chevaux »,

  • 11  En traduisant ainsi, nous considérons que houtô [pepaideumenos] [] hôs (« si bien instruit […] qu (...)

en pesant et calculant, que11 je ne cesse d’aspirer à la plus grande richesse.

N9 Voilà peut-être pourquoi certains me trouvent trop intéressé. »

6Et là ils éclatèrent tous de rire, car ils pensaient qu’il avait dit la vérité.

  • 12  Lors du premier tour de table, où chacun a indiqué sommairement ce dont il se glorifie, le plus so (...)
  • 13  Cette question, capitale pour Xénophon, est le thème central de la Cyropédie, et il l’a abordée pa (...)
  • 14  Par exemple Ollier, 1961 et Chambry, 1954 : « Oui, et je sais aussi, par Zeus, que… »
  • 15  Par exemple Bowen, 1998: « Oh yes by Zeus, and I know… »
  • 16  L’usage est de dire Nai ma Dia, éfê, kai… (« Oui par Zeus, dit-il, et… ») lorsque l’on veut énonce (...)
  • 17  Nicératos userait d’un oui semi-pertinentisant, en laissant croire à un enchaînement là où il n’y (...)

7Au début de la première interaction objet de notre étude, Nicératos, en se flattant de pouvoir instruire autrui dans toutes les activités dont Homère a traité dans ses poèmes (N1), joint à son acte d’auto-glorification du chapitre III12 une promesse bien hasardeuse. Aussi Antisthène, tout en posant une question (A1) en apparence ouverte (car introduite par l’adverbe interrogatif ê qui ne préjuge pas du caractère affirmatif ou négatif de la réponse), sous-entend que connaître des vers sur Agamemnon ne confère pas la connaissance de l’art de régner. Il voudrait faire évoluer la joute vers la question de l’éducation des hommes d’État, qui est un problème philosophique majeur de l’époque13. Nicératos ne se donne même pas la peine d’acquiescer ou de répondre par la négative, il semble préférer montrer, citation à l’appui, qu’Homère est un maître dans une activité sportive éminemment noble, la course de chars. Ce changement de sujet rompt la progression thématique, mettant à mal la cohérence du dialogue. Une telle infraction apparente à la maxime de pertinence a dû paraître inacceptable à de nombreux éditeurs pratiquant cette lecture au premier degré, car ils font débuter leur traduction de l’intervention de Nicératos par un « oui »14 ou un « yes »15 contraires à l’usage grec de nai dans l’ordre des mots de ce texte grec16. Ce faisant, ces traducteurs instaurent une cohésion de surface, mais dotent Nicératos d’un esprit assez incohérent pour dire « oui » sans expliciter son assentiment17 puis passer sans autre lien qu’un « et » à l’énoncé d’une citation sans rapport avec la question.

  • 18  La citation homérique est extraite d’un épisode (Iliade, XI, 630 et suiv.) où le roi Nestor offre (...)
  • 19  Ollier, 1961, notes complémentaires p. 52.

8Nicératos poursuit son tour de parole (N4) par une nouvelle rupture de la cohérence thématique en passant (sans autre transition qu’un Kai pros toutois « Et outre cela ») à une citation homérique sur les oignons qui est totalement hors de propos par rapport à la question d’Antisthène, mais thématiquement en situation pour le symposion, comme il le souligne. Est-ce une relance de la conversation sur un nouveau sujet, une simple invitation à parler nourriture plutôt que philosophie politique, en s’appuyant sur l’autorité d’Homère ? Si tel est le cas, c’est un appauvrissement de la pensée homérique de réduire la situation de convivialité évoquée dans l’Iliade18 à une façon assez grossière de stimuler la soif. Les commentateurs modernes signalent en effet qu’à l’époque classique le goût pour les oignons était devenu un signe de rusticité. La proposition de Nicératos (qui fait partie de la meilleure société) montrerait-elle que son homérolâtrie irait jusqu’à lui faire oublier tout bon goût, comme le pense François Ollier19 ?

  • 20  Ollier, 1961, Introduction, p. 28.

9Dans la seconde interaction étudiée ici (IV, 45), l’exposé par Antisthène de son mode de vie dépouillé de philosophe cynique suscite une première prise de parole évaluative, celle de Callias (C6), qui est typique à la fois de sa vanité et de ses soucis d’homme riche fiscalement trop imposé et trop sollicité par des quémandeurs. Mais Callias n’a pas le temps d’encourir pour cela blâme ou moquerie, car Nicératos intervient, enchaînant avec un jeu de mots sur le thème du prêt et de l’emprunt (N7), poursuivant avec une citation homérique apparemment hors de propos (N8), pour finir par faire rire de lui par l’aveu (N9) d’un attachement excessif aux biens matériels que personne ne lui avait demandé. Serait-ce le fait d’un esprit étourdi et inconséquent, obnubilé par sa monomanie homérisante ? Certains commentateurs ne semblent pas très éloignés de cet avis. Selon Léo Strauss (1972, p. 194), la remarque de Callias « permet à Nicératos de faire un usage qu’il pense bon de sa compréhension d’Homère : si Antisthène a appris quelque chose de la libéralité sans limites de Socrate, lui, il a appris d’Homère à compter exactement ses dons ; il cite les vers d’Homère dans lesquels Agamemnon énumère exactement les dons considérables avec lesquels il voulait apaiser la colère d’Achille ; il a appris d’Homère à compter, à compter exactement l’argent, et ainsi peut-être à trop aimer l’argent ». Pour François Ollier, Nicératos est « un maniaque de premier ordre […] un fanatique admirateur d’Homère […], il ne jure que par Homère […], mais c’est un homme du monde qui sait accueillir la plaisanterie sans se fâcher »20.

  • 21  Voir, sur le destin de Nicératos et sur sa modération politique (démocrate et non démagogue), Lysi (...)
  • 22  Voir Thucydide, Guerre du Péloponnèse VII, 85-86.

10Bref, à considérer seulement la lettre du texte, Nicératos n’énoncerait que des sottises, convoquant l’autorité d’Homère à tout propos et hors de propos ; et Xénophon n’aurait mis en scène un tel personnage que pour en faire l’archétype de l’homériste imbu d’une culture dépassée et le tourner en ridicule, comme le fait Platon avec le personnage du rhapsode dans le Ion. Ce n’est pourtant guère dans la manière de cet auteur. Ses personnages de jeunes gens sont souvent un peu naïfs, ils prêtent à sourire, mais ils sont d’une bonne volonté désarmante, ils ne sont ni odieux ni idiots. En outre, Xénophon, lui-même d’idées politiques modérées, pouvait-il décemment tourner en ridicule un démocrate modéré qui avait eu le malheur d’être odieusement condamné à mort et exécuté sous la tyrannie des Trente21, et qui était en outre fils de Nicias, homme politique de premier plan, du parti modéré, fait prisonnier et exécuté par l’ennemi lors de la guerre du Péloponnèse22 ? Ces diverses considérations invitent à chercher comment réhabiliter les interventions de Nicératos.

  • 23  Pour plus de détails sur les éléments de cette interprétation par une ironie ludique, voir le comm (...)

11Des commentateurs davantage soucieux de scruter l’implicite, et souvent plus bienveillants envers Nicératos, ont cherché à créer un lien entre la première citation et son contexte immédiat. Ils ont imaginé que cette définition homérique du cocher parfait était à prendre comme une allégorie : de même que le cocher, le roi doit savoir à la fois freiner et lâcher les rênes, unir la modération à la sévérité. Cette hypothèse de Bornemann (1824) est judicieuse en ce que Socrate (en III, 6) a déjà signalé que Nicératos était un auditeur assidu des allégoristes d’Homère, et il serait donc naturel qu’il applique leurs techniques. En outre, elle confère à Nicératos des talents d’ironiste dans la mesure où ce choix des qualités royales peut constituer une critique voilée du comportement d’Antisthène qui, lui, n’est que sévérité. On a pensé aussi que Nicératos pouvait s’amuser de sa propre prétention, tant il la présente d’emblée d’une façon excessive, avec un relatif généralisant (« tout homme qui ») et un impératif (« qu’il cultive ma société »), et vu l’emphase qu’il met dans sa conclusion (« moi, je […] tout »). Il ferait donc son « boniment », avec distanciation, pensant participer à un jeu d’éloge paradoxal. Dans cette perspective, répondre par une citation sur la conduite d’un char est d’une aimable fantaisie, et enchaîner, du coq à l’âne, par une citation sur l’excellence des oignons, une dérive volontaire vers le burlesque. Quant à la troisième citation, elle serait la preuve cocasse qu’on peut vraiment tout apprendre d’Homère, même à compter sa fortune ! L’aveu d’amour excessif des richesses participerait de la même auto-ironie, et en contraste avec l’ardeur mordante d’Antisthène, Nicératos mettrait ainsi les rieurs de son côté. Ce faisant, ces commentateurs ont créé un personnage consistant et sympathique, qui joue avec constance, et non sans humour et auto-dérision, le jeu de l’éloge paradoxal23.

  • 24  Voir, entre autres exemples, avec quel naturel Socrate, qui n’a pourtant aucun intérêt particulier (...)

12Néanmoins, dans cette optique de jeu, le choix des citations n’est pas plus justifié que ne le sont les objets saugrenus qu’un prestidigitateur sort de son chapeau. Si elles ne sont que prétextes occasionnels à sourire, leur hétérogénéité de contenu ne compromet pas la cohérence du texte, mais ne participe pas non plus à son renforcement. Nous proposons d’en faire, tout au contraire, les instruments mêmes d’une cohérence renforcée. Il suffit pour cela de prendre en compte le contexte homérique de chaque citation et de le mettre en rapport avec l’évolution de la situation de communication. Une telle compétence culturelle des locuteurs n’avait rien d’improbable : la plupart des citoyens athéniens gardaient un souvenir assez précis des poèmes homériques étudiés dans leur enfance24, mais sans pour autant les connaître intégralement par cœur.

  • 25  Successivement gar « car », oun « c’est pourquoi », gar « car ».
  • 26  Successivement gar « en effet », oun « donc », gar « car ».
  • 27  En tant que fils d’un homme politique de premier plan et ami de Callias, chez qui se réunissaient (...)
  • 28  Il associe les vers 323 et 334-337 du chant XXIII de l’Iliade où Nestor explique à son fils commen (...)
  • 29  Ce genre d’emploi figuré devait exister dans l’usage parlé puisqu’un personnage de l’Electre d’Eur (...)

13Dans la première interaction, la citation par laquelle Nicératos réplique à la question d’Antisthène sur l’art de régner ne me paraît pas pouvoir être prise dans le sens allégorique envisagé par Bornemann du fait que Nicératos ne la présente pas comme une réponse à la question d’Antisthène. En effet c’est à mon avis délibérément qu’il transgresse la condition de cohérence illocutoire qui impose que, après une interrogation totale, la réponse signifie « oui » ou « non ». Cette inadéquation de son intervention réactive ne peut pas être considérée comme une inconséquence ou une maladresse : dans son intervention précédente, Nicératos avait su soigneusement choisir les mots de liaison de sa présentation25, et il fera de même plus loin lorsqu’il argumentera sur l’intérêt de consommer des oignons26. Son refus de répondre est une sanction de l’inadéquation contextuelle de l’intervention d’Antisthène : il blâme l’évolution de la conversation vers l’entretien philosophique et dénie à Antisthène le droit de le mettre en difficulté. Car il est bien conscient qu’en ce domaine, le débat ne peut tourner qu’à sa confusion27. Il préfère se dérober, en convive agréable, avec esprit et savoir-vivre, en soulignant son refus de coopération transactionnelle au niveau philosophique par une plaisanterie. Son choix de combiner plusieurs citations homériques pour affirmer sa compétence dans l’art de négocier un virage28 est en effet une dérobade particulièrement pertinente et pleine d’esprit puisque c’est précisément, au niveau conversationnel, ce qu’il est en train de faire en les récitant29. Ce faisant, bien qu’il avoue implicitement qu’il ne se sent pas de force sur le terrain de la discussion philosophique sérieuse, il prend de plus une revanche discursive sur Antisthène en montrant l’utilité de sa parfaite connaissance d’Homère dans le domaine de la conversation mondaine.

14En poursuivant son tour de parole (N4) par une nouvelle rupture de la cohérence thématique avec la citation homérique sur les oignons, Nicératos replace la conversation dans une thématique de symposion. Est-ce cependant une simple relance de la conversation, une invitation à parler nourriture plutôt que philosophie politique, en s’appuyant sur l’autorité d’Homère ? Nicératos ferait-il preuve d’ironie en choisissant un thème non héroïque et non philosophique, typique de la comédie ancienne ? Et cela à la fois pour se moquer de son propre goût pour les poèmes héroïques et pour contester l’intention d’Antisthène de débattre en plein banquet de l’éducation des hommes d’État ? Ce serait plausible si l’on n’obtenait pas une interprétation plus satisfaisante, plus concordante avec les réactions de ses interlocuteurs, en lui prêtant une intention plus provocatrice.

  • 30  Dans le texte grec, on a successivement le pronom personnel humin, et les verbes à la deuxième per (...)

15On a en effet déjà signalé qu’à l’époque classique le goût pour les oignons était devenu un signe de rusticité, et qu’une haleine parfumée par leur odeur était jugée inconvenante. Nicératos souhaitait-il vraiment passer outre à cette évolution des mœurs par souci de conformité au mode de vie homérique ? S’il voulait pousser sa prédilection pour le mode de vie homérique jusqu’à manger des oignons, n’aurait-il pas énoncé qu’il y aurait plaisir pour lui-même aussi à en consommer ? Or son conseil vaut pour ses interlocuteurs seulement : « et il vous est possible de l’expérimenter tout de suite […]. Si donc on apporte des oignons, sur le champ vous en ressentirez le bienfait, car vous boirez avec plus de plaisir »30. Nicératos ne serait-il pas ainsi en train de laisser entendre aux invités de Callias qu’il les considère comme des rustres ?

  • 31  Voir par exemple les Thesmophories (492-495) où Aristophane s’amuse des femmes infidèles qui croqu (...)
  • 32  Comme le fait Ollier (1961, p. 39 et 53), en rapport avec les réticences du prologue (I, 7).

16Les répliques de riposte de Socrate et Charmide, qui conservent le thème des oignons tout en s’opposant à la suggestion de Nicératos, concilient à la fois le refus de la nourriture proposée et un aveuglement complet sur le caractère insultant de la proposition. Mais cet aveuglement est peut-être seulement diplomatique. Charmide réagit comme s’il avait entendu non pas vous mais nous (C4) et en tire la supposition plaisante que Nicératos peut vouloir en consommer pour rassurer son épouse sur ses occupations de la nuit : aucune courtisane ni aucun jeune homme invité chez Callias n’aurait consenti à embrasser un homme sentant l’oignon. Cette réflexion, digne d’une farce comique31, s’avère un moyen de ravaler Nicératos au niveau de rusticité qu’il proposait à ses interlocuteurs. En homme de bonne famille qui tient à faire entendre qu’il connaît les usages bien qu’il soit actuellement dans la pauvreté, Charmide y revient dans sa seconde intervention (C5) en affirmant que l’oignon n’est bon, à la rigueur, que pour donner de l’énergie à un combattant. Socrate, lui, admet (en S4 et S5) de considérer, selon le point de vue de Nicératos (qu’il signale bien comme particulier à son interlocuteur si la lecture houtôs est correcte), que l’usage de l’oignon soit un comble de gourmandise, mais il refuse d’y céder en alléguant qu’on pourrait les en blâmer. Comme il a dit, en commençant, qu’il craignait pour cela qu’ils soient un objet de risée (geloion), faut-il comprendre32 qu’il craint le blâme d’avoir renoncé à sa frugalité ordinaire en allant dîner chez un riche connu pour sa prodigalité ? Ou le ridicule naîtrait-il du fait de demander à se délecter d’un légume aussi vulgaire à l’une des tables notoirement les plus raffinées d’Athènes ? Les deux interprétations étant acceptables, Socrate donne ainsi à entendre à chacun ce qu’il a envie d’entendre. À Nicératos, il propose des considérations explicitement satisfaisantes pour son amour-propre, puisqu’il décline l’offre tout en feignant de l’avoir appréciée. À ses interlocuteurs raffinés, il suggère que lui-même connaît aussi les bons usages, alors que Nicératos, à force d’homérolâtrie, les méconnaîtrait ; car bien sûr, Nicératos n’est pas un grossier personnage qui aurait pu vouloir les insulter !

17En résumé, au conseil insultant qui se masque derrière la citation homérique, ses interlocuteurs répondent d’une façon qui n’est insultante pour lui que s’il admet avoir voulu les insulter. Xénophon met ainsi en scène, non sans virtuosité, une joute verbale où l’offenseur (masqué) est pris à son propre piège sans même pouvoir s’en offusquer.

  • 33  Avec de telles déclarations, qui sont au centre de l’œuvre, Xénophon entendait probablement montre (...)
  • 34  Ei mê daneisêis : « si tu ne leur prêtes pas ». Le verbe daneizdô signifie prêter à la voix active (...)

18La dernière prise de parole de Nicératos suit le long exposé d’Antisthène (IV, 34-44) sur ce qui fait la richesse de sa vie. Ce philosophe dispose de très peu de fortune, mais ses besoins sont encore moins importants que ce qu’il peut s’offrir ; et il a du loisir, ce qui lui donne le plaisir de passer du temps avec Socrate, pour qui il éprouve une admiration sans limites. Ses propos témoignent d’une grande élévation morale et d’une délicatesse inattendue en matière d’amitié. C’est une rude leçon de vie pour des mondains, mais les honnêtes gens ne peuvent que l’admirer33. Ceci admis, la réaction de Nicératos, au lieu d’être la preuve de l’incohérence et de la stupidité de son énonciateur, peut trouver sa cohérence non seulement dans une volonté d’auto-dérision mais aussi d’hommage à l’élévation morale du philosophe. En effet, son entrée en matière s’accroche thématiquement et lexicalement à la réplique de Callias par une reprise lexicale, celle du verbe daneisêis34 par le participe daneisoménos (« j’irai lui emprunter l’art d’être dépourvu de besoins »), mais avec la valeur d’un mathêsoménos (« j’irai apprendre de lui l’art d’être dépourvu de besoins »). C’est un jeu de mots plaisant, mais en même temps profond, car peut-il signifier autre chose que l’intention de Nicératos de donner à entendre qu’il pourrait être tenté de devenir un disciple (mathêtês) d’Antisthène ? Certes ce serait un retournement complet, mais pas si surprenant, après tout : l’exposé d’Antisthène sur les valeurs qui donnent sens à sa vie en fait un personnage estimable, d’une grandeur d’âme et d’une élévation morale certaines, et son absolue sincérité, de brefs moments de délicatesse de sentiment, ainsi que l’affection admirative qu’il porte à Socrate, l’ont rendu plus sympathique. La supposition plaisamment présentée par Nicératos pourrait être une façon de le reconnaître. Quant à l’aveu d’intérêt excessif pour les richesses matérielles qui la prolonge, il pourrait alors s’interpréter comme une auto-dérision en présence de la richesse spirituelle du philosophe.

19Si l’on suppose cet état d’esprit chez Nicératos, la prise en compte du contexte de la citation homérique enrichit, ici aussi, la signification d’ensemble de son intervention. En effet, l’inventaire de biens qu’énonce Nicératos fait partie des propos d’Agamemnon au moment où il propose de faire amende honorable à Achille pour lui avoir pris sa part de butin par abus d’autorité (Iliade, IX, 122-123). Nicératos peut donner ainsi à entendre que son attitude envers Antisthène est celle d’Agamemnon envers Achille : en énonçant l’inventaire des cadeaux proposés par Agamemnon en compensation de ses torts, Nicératos fait lui aussi amende honorable. Il juge que c’est une compensation nécessaire après ses transgressions conversationnelles précédentes, son refus initial de répondre en utilisant une citation bien venue pour négocier avec humour un tournant dans la conversation, et surtout l’insolence implicite de la proposition sur les oignons. Au lieu de l’incohérence d’un maniaque qui ne se rend même pas compte de ses bévues, on aurait donc ici le tissage cohérent d’une part d’un jeu de mots et d’autre part d’une intertextualité, avec une visée d’auto-ironie.

20La prise en compte du contexte homérique des citations faites par Nicératos permet donc de faire pleinement de ses trois interventions les plus incohérentes (N2, N3 et N8) des actes illocutoires indirects : dérobade et virage conversationnel, proposition insultante, amende honorable. Et, qui plus est, ces actes de langage s’avèrent des actes directeurs dans la suite des interactions car ce sont eux qui organisent la plus grande partie de la dynamique de la conversation. Au début, choqué par l’agressivité du philosophe cynique et sa non-observance des règles de conversation du symposion, Nicératos élude sa question et montre sa virtuosité dans l’usage mondain de sa connaissance d’Homère en soulignant par des citations appropriées son virage conversationnel. Sur la lancée, il réagit ensuite par une proposition insultante masquée derrière une seconde citation (signifiant implicitement « vous qui êtes si grossiers, mangez donc un mets qui vous ressemble »), mais Charmide et Socrate, en lui prêtant à lui aussi ce goût vulgaire pour les oignons, ce qu’il ne peut décemment démentir, désamorcent toute possibilité de conflit. Plus tard, lorsque Nicératos connaît mieux ses interlocuteurs et se met à estimer la grandeur morale d’Antisthène, il essaye d’utiliser une citation extraite de la scène d’amende honorable d’Agamemnon à Achille pour réaliser le même acte illocutoire vis-à-vis d’Antisthène.

  • 35  Il ne faut pas oublier que Nicératos est un auditeur assidu des allégoristes. Quelques siècles plu (...)

21Nicératos apparaît donc comme un bel esprit expert dans l’art de converser et adepte de l’usage détourné des citations35. Du point de vue de l’ethos, cette analyse conduit donc à un retournement complet par rapport aux interprétations antérieures qui en faisaient un personnage inconsistant et incohérent. Dans cette nouvelle perspective, les absences de marques de cohésion au moment de l’introduction des citations correspondent à une intention délibérée. Cultivant une esthétique de provocation par l’incongruité de ses citations, il se doit de la souligner par une absence de cohésion. Il en joue comme d’une stimulation à faire découvrir le sens caché, tout en se gardant bien de l’expliciter : selon l’occurrence considérée, son style y perdrait en humour, en impertinence, ou en délicatesse.

  • 36  Or, à lire le texte tel qu’il nous est parvenu, les membres du banquet eux-mêmes ne paraissent pas (...)

22La difficulté d’une telle interprétation est qu’elle peut échapper à l’auditeur (ou au lecteur) qui a tendance à se contenter d’un degré de pertinence acceptable, croit l’avoir atteint dès qu’il a construit un sens admissible, et ne recherche pas alors la pertinence maximale. Ce décodage suppose que les auditeurs, et les lecteurs, sont pleinement des co-énonciateurs, dotés eux aussi d’une bonne connaissance de l’Iliade et capables d’envisager la possibilité d’une auto-ironie36.

23Ce n’est sans doute pas un hasard si deux des citations faites par Nicératos (celle du conducteur de char et celle des oignons) se trouvent aussi dans le Ion de Platon. La différence est que dans le dialogue platonicien, elles figurent dans un dialogue maïeutique où leur rôle est strictement dénotatif : elles sont employées par Socrate afin de faire dire à Ion qu’un cocher ou un médecin sont plus compétents que lui, le rhapsode, pour évaluer la valeur de tels vers, et que, de la même façon, ses compétences de rhapsode n’en font aucunement un bon général, contrairement à ce qu’il prétend. Xénophon s’est amusé à placer le dialogue platonicien, assez laborieux et un peu confus, comme en ligne de fuite auprès de sa propre rédaction ici pleine d’invention et de verve, pour que l’absence de cohésion et, apparemment, de cohérence du dialogue amène le lecteur à en deviner la pertinence secrète.

Bibliographie

Bartlett R. C. éd., 1996, Xenophon. The Shorter Socratic Writings: Apology of Socrates, Œconomicus, Symposion. Translations with interpretative essays and notes, Ithaca - Londres, Cornell University Press.

Biraud M., 1985, « L’hypotexte homérique et les rôles amoureux de Callirhoé dans le roman de Chariton », Actes du centre de sémiologie de l’amour dans les civilisations méditerranéennes, Nice, Publications de la Faculté des lettres et sciences humaines de Nice 29, p. 21-27.

Bornemann F. A., 1824, Xenophontis Convivium, Leipzig.

Bowen A. J., 1998, Xenophon: Symposion, Warminster, Aris & Philips.

Bremmer J., 1997, « Jokes, jokers and jokebooks in ancient Greek culture », A Cultural History of Humour. From Antiquity to the Present Day, J. B. et R. Roodenburg éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 11-28.

Carrière J.-C., 1998, « Socratisme, platonisme et comédie dans le Banquet de Xénophon, le Banquet de Platon et le Phèdre de Platon », Études de littératures anciennes, n° 8, Le rire des Anciens, p. 243-271.

Chambry P., 1954, Xénophon, Œuvres complètes. Traduction, Paris, Garnier.

Clarke H., 1981, Homer’s Readers, Newark, University of Delaware Press.

Giangrande L., 1972, The Use of Spoudaiogeloion in Greek and Roman Litterature, La Hague - Paris.

Halliwell S., 1991, « The Uses of Laughter in Greek Culture », Classical Quarterly, n° 41, p. 279-296.

Huss B., 1999, Xenophons Symposion. Ein Kommentar, Stuttgart - Leipzig, Teubner (Beiträge zur Altertumskunde, 125).

Kerbrat-Orecchioni C., 1990-1994, Les interactions verbales, 3 tomes, Paris, Armand Colin.

Murray O. éd., 1990, Sympotika. A Symposium on the Symposion, Oxford.

Ollier F., 1961, Xénophon, Banquet, Apologie de Socrate, texte, traduction et notes, Paris, Belles Lettres (CUF).

Strauss L., 1972, Xenophon’s Socrates, Ithaca - Londres, Cornell University Press, traduction française Le discours socratique de Xénophon, suivi de Le Socrate de Xénophon, 1992, Combas, Éditions de l’éclat.

Tate T., 1934, « On the history of allegorism », Classical Quarterly, n° 28, p. 105-114.

Woldinga G. H., 1938-1939, Xenophon’s Symposion, t. 1 : Prolegomena, t. 2 : Commentaar, Diss. Amsterdam, Hilversum.

Notes

1  Seule la métrique, si la citation est versifiée, la dénonce par une régularité rythmique étrangère à la prose.

2  Sauf bien sûr si elle est donnée explicitement comme citation pour être ensuite objet d’étude ou support de raisonnement, comme c’est le cas dans le Ion de Platon (par exemple en 537a-b et 538c).

3  Même si la première citation est intégrée en respectant la cohésion textuelle grâce à une modification formelle : Nicératos place la phrase qu’il cite en dépendance du verbe dei « il faut » ; de ce fait, le sujet, au nominatif dans le texte homérique, passe à l’accusatif en tant que sujet d’un verbe de proposition infinitive, ainsi que le participe accordé avec lui (auton […] homoklêsanta).

4  C’est vrai du moins du symposium pour le plaisir qui est la catégorie de banquet illustrée dans ce texte (voir Murray, 1990).

5  Gorgias 462a : Elenkhé te kai élenkhou.

6  Cette numérotation associe sous le même numéro les paires d’interventions constituant un même échange (N1 – A1, C4 – S4). La lettre est l’initiale du nom de l’interlocuteur. Certains tours de parole se répartissent sur deux échanges (S4 et S5). Les tours de parole de Nicératos ont la particularité de présenter successivement plusieurs propositions (N2 – N3, N7 – N8 – N9) de thématique hétérogène, qui ne semblent pas une réaction à l’intervention du locuteur précédent, et ne sont pas non plus formulées de façon à appeler une réponse. D’où l’impression de monologues sans cohérence.

7  Les premiers mots de cette intervention sont en grec Kai nai ma Dia, éfê, égôgé hoti… Nai signifiant oui ou certes, la traduction littérale est « Et, nai par Zeus, dit-il, moi <je sais> que… » et doit être interprétée de la façon suivante : « Et par Zeus, dit-il, moi, je sais avec certitude que… » (les mots en italiques correspondent à l’ellipse du verbe et à l’adverbe nai). Voir note 17 les raisons syntaxiques de cette interprétation.

8  Kampsai : tourner, virer. Se dit d’un attelage qui, lors d’une course dans l’hippodrome, vire autour d’une borne (kamptêr) de son parcours. Voir aussi Sophocle, Électre 744. Le substantif kampê désigne la courbe faite autour de cette borne (voir Euripide, Iphigénie à Aulis, 224, Aristophane, La Paix, 904).

9  Nous traduisons ainsi le houtôs proposé par les manuscrits, en donnant à cet adverbe démonstratif de manière un rôle anaphorique « de la façon dont Nicératos a présenté les choses ». En traduisant par « réellement », F. Ollier a suivi la proposition de correction de Wyttenbach de modifier le houtôs proposé par les manuscrits en ontôs « réellement », mais cela crée une contradiction entre le posé de réalité exprimé par ontôs et le sens du verbe éoikén (« il semble »), dont le rôle est de constituer l’énoncé en simple conjecture probable. De ce fait, c’est houtôs qui reste la lecture la plus satisfaisante. La suite dê ontôs n’est d’ailleurs attestée nulle part (sans doute parce qu’elle est d’une certaine façon redondante), tandis que et houtôs figurent assez souvent dans la même proposition (par exemple, quinze fois chez Xénophon, treize fois chez Platon).

10  La richesse d’Antisthène est celle du pauvre qui n’éprouve aucun besoin qu’il ne soit en mesure de satisfaire.

11  En traduisant ainsi, nous considérons que houtô [pepaideumenos] [] hôs (« si bien instruit […] que ») constitue une forme de corrélation consécutive qui est rare mais s’observe en Xénophon, Helléniques IV, 1, 33, VI, 1, 14, Cyropédie V, 4, 11 avec un verbe à l’indicatif, en Cyropédie II, 1, 11 avec un verbe à l’infinitif. L’autre possibilité est de faire porter hôs sur le superlatif (la plus grande richesse possible) mais cela n’apporte rien au sens, bien au contraire, car il faut arrêter la phrase précédente après « besoins », inventer un mot de liaison additif () ou explicatif (hoti ou gar) entre les deux phrases, et traduire « en effet, ayant été ainsi [houtô] instruit par Homère à compter […], je ne cesse d’aspirer à la plus grande richesse possible ».

12  Lors du premier tour de table, où chacun a indiqué sommairement ce dont il se glorifie, le plus souvent de façon paradoxale, Nicératos a affirmé fièrement (III, 5-6) qu’il est un homme de bien parce qu’il sait par cœur Homère. Ceci a suscité l’ire d’Antisthène, philosophe cynique intransigeant : « Ignores-tu que tous les rhapsodes eux aussi savent ces vers ? — Comment pourrais-je l’ignorer, moi qui suis leur auditeur presque quotidien ? — Connais-tu donc une engeance plus sotte que celle des rhapsodes ? — Non, par Zeus, non vraiment je ne le crois pas ». Du fait même de ses réponses, qui sont conformes aux préjugés d’un jeune homme instruit de sa classe et de son temps (voir Xénophon, Mémorables IV, 2, 10), Nicératos a été en danger de s’entendre dire qu’il était lui-même un sot. Aussi Socrate, conscient que le blâme d’Antisthène n’est valide qu’en sous-entendant que Nicératos est un rhapsode, s’est hâté de distinguer Nicératos des rhapsodes du fait qu’il avait étudié en plus le sens caché, allégorique, des vers d’Homère.

13  Cette question, capitale pour Xénophon, est le thème central de la Cyropédie, et il l’a abordée par ailleurs en Mémorables II, 1, 17, III, 2, IV, 2, 11 et Économique (Œc.) 13, 5. C’est aussi l’aboutissement du dialogue entre Socrate et le rhapsode Ion dans le Ion de Platon : Ion se déclare bon stratège en tant que fin connaisseur d’Homère, et Socrate conteste ce rapport de cause à effet.

14  Par exemple Ollier, 1961 et Chambry, 1954 : « Oui, et je sais aussi, par Zeus, que… »

15  Par exemple Bowen, 1998: « Oh yes by Zeus, and I know… »

16  L’usage est de dire Nai ma Dia, éfê, kai… (« Oui par Zeus, dit-il, et… ») lorsque l’on veut énoncer une affirmation forte, puis de la faire suivre d’une autre assertion coordonnée (voir Xénophon, Mémorables I, 2, 37, Œc. VII, 15, XII, 12, XVII, 11, Banquet II, 5, Cyropédie VI, 1, 39, VI, 3, 10, VI, 3, 18.), tandis que l’on dit Kai nai ma Dia… (« Et assurément, par Zeus… ») lorsque l’on veut seulement renforcer par une formule de serment l’assertion qui commence avec le coordonnant kai. Il en est ainsi en Xénophon Œc. II, 2 (« Pour moi, je ne crois pas avoir besoin d’accroître mes biens et je me trouve assez riche ; mais toi, Critobule, tu me parais tout à fait pauvre, et assurément, par Zeus, il m’arrive même de te prendre vraiment en pitié ») et en Cyropédie II, 3, 10 (« Dès l’enfance, je saisissais un sabre partout où j’en voyais un […] bien que l’on m’en empêchât […] et certes, par Zeus, je frappais avec mon sabre tout ce que je pouvais sans être vu ») ; voir aussi X. Œc. IV, 18, Apologie de Socrate XX, 9, Hieron IX, 7.

17  Nicératos userait d’un oui semi-pertinentisant, en laissant croire à un enchaînement là où il n’y en a pas.

18  La citation homérique est extraite d’un épisode (Iliade, XI, 630 et suiv.) où le roi Nestor offre à des guerriers épuisés par le combat un « apéritif » préparé dans une coupe qui est un chef d’œuvre d’orfèvrerie ; cette boisson consiste en un mélange de vin, de fromage râpé et de farine ; elle est servie accompagnée d’oignons. L’épisode s’achève par les vers « une fois qu’ils ont bu et chassé la soif desséchante, ils se plaisent à échanger quelques propos » ; tout ceci fait de la scène décrite une espèce de symposion à la mode homérique.

19  Ollier, 1961, notes complémentaires p. 52.

20  Ollier, 1961, Introduction, p. 28.

21  Voir, sur le destin de Nicératos et sur sa modération politique (démocrate et non démagogue), Lysias, XVIII, 6 et Xénophon, Helléniques II, 3, 39.

22  Voir Thucydide, Guerre du Péloponnèse VII, 85-86.

23  Pour plus de détails sur les éléments de cette interprétation par une ironie ludique, voir le commentaire linéaire de Huss (1999), qui récapitule soigneusement les hypothèses d’interprétation de ses devanciers.

24  Voir, entre autres exemples, avec quel naturel Socrate, qui n’a pourtant aucun intérêt particulier pour l’épopée, évoque ou cite Homère dans le Ion de Platon. De même, Antisthène aussi cite des mots de l’Iliade (III, 179) au début de la première interaction étudiée ici.

25  Successivement gar « car », oun « c’est pourquoi », gar « car ».

26  Successivement gar « en effet », oun « donc », gar « car ».

27  En tant que fils d’un homme politique de premier plan et ami de Callias, chez qui se réunissaient les sophistes, il était probablement bien informé de l’importance de ce thème de discussion dans les cercles sophistiques et philosophiques, et bien conscient que la vie publique avait tellement changé depuis l’époque d’Agamemnon et d’Ulysse que cela périmait, au moins dans ce domaine, tout enseignement homérique.

28  Il associe les vers 323 et 334-337 du chant XXIII de l’Iliade où Nestor explique à son fils comment prendre un virage plus habilement que les autres dans une course de chars.

29  Ce genre d’emploi figuré devait exister dans l’usage parlé puisqu’un personnage de l’Electre d’Euripide déclare (v. 659) palin muthon es kampên agô « A rebours mon discours vers la courbe je le conduis » pour signifier un retour en arrière (après virage) au plan conversationnel : « J’en reviens à ma première demande ».

30  Dans le texte grec, on a successivement le pronom personnel humin, et les verbes à la deuxième personne du pluriel esesthe et pieisthe.

31  Voir par exemple les Thesmophories (492-495) où Aristophane s’amuse des femmes infidèles qui croquent de l’oignon pour faire croire à leurs maris qu’elles ne les ont pas trompés.

32  Comme le fait Ollier (1961, p. 39 et 53), en rapport avec les réticences du prologue (I, 7).

33  Avec de telles déclarations, qui sont au centre de l’œuvre, Xénophon entendait probablement montrer qu’Antisthène, mis à part son manque de raffinement, était un produit réussi de l’éducation de Socrate (qui est donc tout le contraire d’un corrupteur de la jeunesse). Les spécialistes de la philosophie antique argumentent en général en faveur d’un désaccord profond de Xénophon avec la philosophie cynique d’Antisthène, mais ceci n’exclut pas de l’estime pour ce qui, dans la figure même d’Antisthène, en fait en partie un double moral de Socrate.

34  Ei mê daneisêis : « si tu ne leur prêtes pas ». Le verbe daneizdô signifie prêter à la voix active, emprunter à la voix moyenne.

35  Il ne faut pas oublier que Nicératos est un auditeur assidu des allégoristes. Quelques siècles plus tard, cela devient une pratique littéraire courante. Par exemple, dans l’un des épisodes du roman de Chariton, l’héroïne comparaît devant le tribunal du Roi, qui en devient immédiatement amoureux au point de décider de différer la conclusion du procès pour qu’elle reste plus longtemps à sa cour. Pour cela il imagine l’expédient de faire célébrer un mois de sacrifices, ce qui suspendra pendant le même temps toute activité judiciaire. Le narrateur indique que les sacrifices ont lieu, et conclut (VI, 2, 4) par un vers d’Homère : « Volute de fumée, l’odeur montait au ciel ». Ce vers, en parfaite continuité thématique avec le récit, semble un ornement descriptif, mais le rapprochement de son contexte d’origine, le premier épisode de l’Iliade (I, 317), montre une analogie de situations trop nette pour ne pas être intentionnelle : Agamemnon, le Roi des rois, doit rendre à son père une jeune fille qu’il avait enlevée pour en faire sa concubine, afin qu’Apollon délivre l’armée grecque de l’épidémie de peste qu’il lui avait infligée en représailles ; la jeune femme est reconduite chez elle, des sacrifices à Apollon sont célébrés, et le vers cité en achève l’évocation. L’insertion de la citation doit amener le lecteur à se demander si la manœuvre du Roi amoureux n’aboutira pas au même dénouement que dans l’épopée, elle a la valeur d’une annonce voilée. Un tel rôle de la citation est constant dans le roman de Chariton (voir Biraud, 1985).

36  Or, à lire le texte tel qu’il nous est parvenu, les membres du banquet eux-mêmes ne paraissent pas avoir compris l’intention de Nicératos. Il semble en effet, à la façon dont le narrateur présente la cause de leur éclat de rire général (« car ils pensaient qu’il avait dit ce qui était »), que ses auditeurs ont été surtout amusés par l’aveu d’amour immodéré de la richesse. Cependant Xénophon avait-il vraiment choisi de laisser ce pauvre Nicératos incompris ? J’opterais plutôt pour l’hypothèse que le texte original de Xénophon comportait comme complément du verbe « il avait dit » non pas ta onta « ce qui est », mais ta déonta « ce qu’il fallait » ; l’intention de Nicératos de faire rire à ses dépens pour s’excuser aurait alors été comprise et ce serait un rire de connivence. Et ce n’est qu’ultérieurement qu’un copiste, méconnaissant le sous-entendu, aurait altéré le texte. La scriptio continua des manuscrits dans l’Antiquité, et le fait que existe en grec comme mot de liaison (mais qui n’a pas sa place à cet endroit de la phrase), n’auraient pu que faciliter l’erreur du copiste.

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540