Version classiqueVersion mobile

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Première partie. Crises commerciales : définition, origine, causes

XIV — Solidarité des grands marchés

Texte intégral

[Tableaux des différences en plus ou en moins des principaux articles des bilans de la Banque de France et de la Banque d’Angleterre.]

1La solidarité des divers marchés est-elle un bien, est-elle un mal ?

2Si elle n’existait pas, on hésiterait peut-être à la désirer, parce que l’on en voit plus rapidement les inconvénients que les avantages. Le premier mouvement est de se méfier des voisins, on veut défendre son marché, de là les barrières des douanes qu’on relève partout, contrairement aux doctrines économiques qui, en vue de l’harmonie générale, tendent à favoriser la répartition des produits pour diminuer les inégalités et établir une moyenne favorable à tous.

3Il en sera de même de l’emploi des capitaux ; un pays isolé n’en trouve pas toujours un emploi productif, s’il n’a pas de débouchés au dehors, de relations avec d’autres pays et d’autres peuples.

4On s’est demandé si cette solidarité existait entre les divers marchés et de quelle nature elle était. Au point de vue des engagements commerciaux, la simultanéité des embarras aux États-Unis, en Angleterre et en France, ne permet pas de nier le fait. Mais sous quelle influence se produit ce résultat ? La différence seule du taux de l’intérêt suffit-elle pour entraîner le déplacement du capital ? Sans doute ; mais le capital sous forme métallique ne s’exporte que quand tout le papier fiduciaire (lettres de change, effets de commerce à long et à court terme) a été épuisé. La répartition des métaux précieux obéit à des lois qui maintiennent dans chaque région une somme d’espèces en rapport avec les opérations du commerce, surtout avec le développement du crédit et la pratique plus ou moins perfectionnée des compensations en banque qui en économisent l’usage. Cette somme est tout à fait indépendante du taux de l’intérêt ; c’est ainsi qu’en temps normal des différences sensibles entre diverses places peuvent s’observer, sans déterminer un drainage des espèces d’une place sur une autre.

5Les métaux précieux sont sous la dépendance la plus complète des cours du change, et le change lui-même est le reflet le plus fidèle de la situation des engagements du commerce.

6La solidarité entre les encaisses des banques d’émission a toujours existé ; le développement actuel des relations internationales a pu la rendre plus apparente, mais cette solidarité est complètement subordonnée aux cours des changes. Si la solidarité des marchés de Paris et de Londres a paru moins sensible à d’autres époques, c’est que les relations étaient beaucoup moins étendues et que les deux pays ne possédaient pas le même étalon monétaire.

7On cite encore plusieurs exemples de banques dont les encaisses n’éprouvent pas les effets du drainage que l’on observe dans les banques des grands centres d’affaires. Le fait est vrai, parce qu’elles sont en dehors des opérations de change.

8On oublie trop souvent que, se composant presque toujours d’arbitrages et de compensations, on a tout fait dans chaque pays pour les concentrer sur quelques points privilégiés par leur position et leurs relations commerciales, afin de trouver de suite, au milieu d’une grande quantité de demandes et d’offres, une contrepartie facile ; c’est ainsi qu’en Europe on compte un très petit nombre de places où les opérations de change se fassent sur une grande échelle. En dehors de Londres, Paris, Amsterdam, Hambourg, le marché est très restreint ; les affaires se compensent sur la place la plus voisine et en suivent toutes les oscillations, c’est là surtout que s’accumulent les espèces dans les réservoirs des banques, c’est donc là que l’on ira tout d’abord puiser.

9On a vu à Londres en 1857 l’influence des demandes des Banques d’Écosse sur l’encaisse de la Banque d’Angleterre : du 24 octobre au 21 novembre, pendant les plus grands embarras, voici les variations de la circulation des billets et de l’encaisse :

10À 1 200 000 livres près l’oscillation est la même pour les deux articles, la circulation s’accroît de 1 700 000 livres, mais au moment où la somme des avances faites aux banques d’Écosse enlevait 2 000 000 livres en or à la Banque d’Angleterre, l’encaisse fléchissait de 2 900 000 livres. Dans l’incertitude générale, il fallait des espèces pour se libérer, puisque le billet de la Banque d’Angleterre n’était pas alors (il l’est aujourd’hui) monnaie légale en Écosse. En dehors de l’exportation des espèces il en fallait encore un plus grand nombre pour remplacer la circulation fiduciaire intérieure ébranlée, quoique les banques locales eussent porté à 50 p. 100 la proportion de l’encaisse à la circulation. Puisque l’ensemble des demandes d’espèces retombe sur la Banque centrale, il y a un désavantage manifeste à ce qu’une grande quantité de numéraire soit disséminée sur toute la surface du pays pour former les réserves des banques d’émission ; cette réserve pourrait plus économiquement être représentée par des billets de la Banque d’Angleterre.

11On a prétendu qu’en Belgique, grâce à une direction intelligente qui réservait toujours en portefeuille une somme considérable d’effets sur l’étranger afin de rectifier l’action des changes, l’encaisse avait été respectée au moment où celles des Banques de France et d’Angleterre étaient épuisées. Il suffit de rapprocher deux bilans de 1857 pour se convaincre qu’il n’en a pas été ainsi.

12Sur une moindre échelle, le même mouvement qu’en France et en Angleterre se manifeste : baisse de l’encaisse, accroissement du portefeuille. Si le mouvement n’est pas plus sensible, c’est que Bruxelles n’est pas une place importante pour le change ; la plus grande partie des opérations sont intérieures, et la preuve, c’est que le papier sur l’étranger, qui avait joué un certain rôle en 1853 et 1854, puisqu’il s’élevait alors à 174 et 179 millions de francs, était descendu à 22 millions de francs en 1857. Pendant la liquidation de la crise en 1858, il se relève à 120 millions de francs, mais depuis ce moment il n’a pas dépassé 33 millions (1866) et, pendant la crise de 1864, 12 millions de francs. Il faut donc abandonner l’espoir qu’on attachait à cette pratique, car comment attribuer à une aussi faible somme une pareille efficacité ?

13Ainsi partout les encaisses des banques augmentent ou diminuent sous l’influence du change. Si, en dehors du principal marché, les mouvements sont moins appréciables, c’est que les banques de province n’y dirigent pas leurs demandes. Les affaires sont tellement liées qu’on ne peut se rendre compte de contrecoups souvent très éloignés.

14Dans les Enquêtes anglaises, on a toujours reproché aux banques de province de n’être pas sensibles aux variations des changes, tant qu’un établissement central fonctionne. Il y a ainsi plusieurs réservoirs d’espèces à la disposition du public, un grand et d’autres moindres ; on ne pourrait s’adresser à ces derniers qu’en déplaçant le marché du change. Il suffit qu’une banque ou des banques se trouvent en dehors de son rayon, pour que leur réserve métallique n’éprouve que des mouvements insensibles, pendant que les banques centrales voient la leur fondre et s’écouler, sous l’influence des demandes qui affluent de toutes parts.

15Il ne saurait en être autrement ; aussitôt qu’une traite arrive à échéance, on la dirige sur le marché où les compensations sont les plus faciles, et, s’il est nécessaire d’avoir recours à une exportation d’espèces, on puisera dans la réserve de la banque centrale ou du lieu de l’embarquement ; les autres banques départementales ou les succursales ne s’apercevront même pas de la demande qui aurait dû les atteindre, quoique ce soit pour répondre à un besoin local auquel elles devaient satisfaire.

16En 1857, on a pu suivre, en Écosse et en Angleterre, la marche de ces accidents. Pendant que la réserve métallique des Banques écossaises fléchissait à peine, les demandes d’espèces affluaient à la Banque d’Angleterre, et des sommes énormes furent expédiées pour le compte des principales banques qui opéraient ainsi le règlement de leur papier sur Londres.

17C’est ce qui a toujours fait redouter les abus de l’émission par les banques libres, insensibles aux variations du change dont les banques centrales seules supportent tout le poids. Pouvoir le partager entre toutes serait résoudre le problème de la liberté d’émission. On y est déjà presque arrivé dans la Grande-Bretagne par l’institution du clearing-house, dont les mille canaux, en mettant en communication constante tous les établissements de crédit, permettent sans doute au papier de circuler avec la plus grande facilité d’un bout du territoire à l’autre, mais en même temps en maintiennent partout la valeur égale par l’échange journalier des effets de commerce et des bank-notes ; il en est de même aux États-Unis.

18Puisque le crédit et les banques sont les principaux agents de l’activité des échanges et de la hausse des prix, nous verrons naître les affaires dès que ces conditions favorables se rencontreront, sous l’influence toute-puissante des banques d’émission, de dépôts et d’escomptes, même dans les contrées les plus primitives et à peine touchée par la civilisation.

  • 1 Voir la troisième partie.

19Pas d’affaires sans une fermeté et une hausse des prix qui facilite les échanges et répand la prospérité dans toutes les classes de la société. L’aisance règne partout alors, dans le plus modeste budget de l’artisan jusque dans celui des grands États. Sans embrasser ici un si vaste tableau, sur lequel nous porterons1 un regard, qui ne sera pas sans surprise, pour confirmer cette solidarité, nous nous bornerons à la suivre dans un cadre plus restreint, mais non moins démonstratif, sur les bilans des Banques de France, d’Angleterre et nous aurions pu y joindre les États-Unis.

Différence en plus ou moins des principaux articles des bilans de la Banque de France

Différence en plus ou moins des principaux articles des bilans de la Banque de France

Différence en plus ou moins des principaux articles des bilans de la Banque d’Angleterre

Différence en plus ou moins des principaux articles des bilans de la Banque d’Angleterre

20Les mouvements des divers articles des bilans des banques sont tracés sur les relevés officiels avec une précision qu’on ne rencontre pas toujours ailleurs et ne sauraient donner lieu à aucune discussion. Dans ces grandes machines où passent la plupart des affaires, qu’elles soient grosses, moyennes ou petites, les opérations constatées nous permettront de juger de l’état de la fortune publique et de suivre ses vicissitudes en France et en Angleterre.

  • 2 Voir tableaux des bilans des banques de France et d’Angleterre.

21Sans remonter jusqu’à 1800, ce qui sera facile sur les tableaux des bilans2, nous mettrons en présence de 1840 à 1887 les différences que l’on observe entre les maxima et les minima annuels des trois principaux articles des bilans des Banques de France et d’Angleterre : la circulation, l’encaisse et les escomptes (le portefeuille).

22Divisant les 47 années selon les périodes prospères qui se sont toutes terminées par une crise, nous aurons les séries de 1840-47, 1848-57, 1858-1864, 1865-1873, 1874-1882. Sur le tableau nous ne noterons que les différences entre les chiffres maxima et minima ; ainsi dans la première colonne circulation, le chiffre de plus 106 millions indique que la circulation des billets s’est accrue en France de 106 millions de francs dans cette période, pendant qu’au même moment elle s’accroissait de 6 800 000 £ à la Banque d’Angleterre, soit de 171 millions de francs ; ce chiffre maximum atteint, la dépression commence et déjà en 1847, l’année de la crise, la circulation a baissé de 77 millions de francs et en Angleterre de 5 500 000 £ en 1848.

23Ce qu’il faut noter, c’est que le mouvement ascendant ou descendant, une fois commencé, est continué jusqu’au chiffre extrême, puis il se retourne en sens contraire et non pas seulement dans un pays, mais dans les deux pays. Si l’arrêt n’a pas toujours lieu la même année, c’est que, d’un côté ou de l’autre, sous l’influence de causes spéciales, l’impulsion a été plus vive ou plus lente ; mais le sens est toujours le même, ce qui prouve bien que les marchés sont poussés par un ensemble de forces qui les entraînent dans un sens ou dans un autre. Les lignes obliques, qui relient dans chaque colonne les différences, indiquent par leur parallélisme la direction suivie par chaque article en France et en Angleterre en hausse ou en baisse.

24Ce qui surprendra, c’est la petitesse des sommes sur lesquelles roulent les opérations de la Banque d’Angleterre, quand on se rappelle l’immensité des affaires qui se traitent dans la Grande-Bretagne.

25L’oscillation de l’article escompte en France, supérieure en Angleterre jusqu’en 1847, 430 millions de francs contre 216, s’égalise en 1857 : 549 millions de francs contre 535. Les dépressions en baisse sont aussi plus accusées en Angleterre ; mais à partir de ce moment la France prend la tête du mouvement ; en 1864, à un accroissement des escomptes de 441 millions de francs ne correspondent en Angleterre que 269 millions de francs. Il est vrai qu’au moment de la panique, en 1866, ils se sont relevés de 395 millions de francs. La liquidation s’opère dans les mêmes conditions, à une année près, en 1868 et 1869, par une dépression des escomptes de 404 millions en France et de 496 millions en Angleterre.

26La guerre de 1870 ferme la première série des périodes prospères et des crises et ouvre la seconde, dans laquelle toutes les variations prennent des proportions énormes. Jusqu’ici nous ne comptions que par centaines de millions, maintenant ce sont des milliards qui s’alignent ; comparés aux anciens bilans, ce sont des géants qui, malgré leur grandeur, se livrent aux mêmes évolutions ; chose remarquable, malgré leur apparence vigoureuse et inébranlable, ils éprouvent les mêmes défaillances. Sur des sommes plus élevées il est vrai, mais dans les mêmes conditions, nous observons les mêmes variations en hausse et en baisse.

27À partir de 1870 et du payement de l’indemnité de guerre, les affaires ont été transformées. Au lieu d’opérer sur des centaines de millions, on opère sur des milliards. Que l’intervention de la Banque, pour le payement de cette indemnité, eût grossi les chiffres de ses bilans, c’était inévitable et cela se comprend. Mais que, l’indemnité payée, les sommes en mouvement aient conservé le même volume qu’avant, voilà ce qui passe presque à l’état d’énigme, à moins d’admettre que notre pays a reçu, non pas par nos désastres, mais par les dépenses de la guerre ou par le payement des trois milliards, en un mot par les milliards versés ainsi à pleines mains dans la circulation, une impulsion passagère qui s’est maintenue encore pour la plus grande partie, quand les causes premières eurent disparu. Des milliards ont été déplacés par des emprunts s’élevant à des sommes qui n’avaient jamais été mises en mouvement. Le monde entier a été mis à contribution pour l’achat des lettres de change ; sur tous les points du globe, le capital a été artificiellement détourné de ses voies ordinaires, mais en même temps des relations ont été nouées. L’argent, ainsi enlevé des places où il devait se rendre, a dû être remplacé soit par de nouvelles opérations, soit par des produits livrés, soit par une nouvelle lettre de change. Il y a eu là comme une énorme vague, qui a découvert d’immenses surfaces pour en recouvrir d’autres, et les pays qui ont été inondés, comme l’Allemagne, n’en ont même gardé qu’une partie ; une portion est revenue en France, puisque l’encaisse de la Banque, qui n’avait jamais dépassé 1 318 000 000 francs, se trouva peu à peu portée à 2 281 000 000 de francs en 1877, après la reprise des payements en espèces, malgré toutes les saignées qui lui avaient été faites, malgré une circulation de billets qui, sous la protection du cours forcé, était passée de 1 300 à 3 071 000 000 de francs et se tenait encore au-dessus de 2 500 000 000 de francs, au moment où l’encaisse atteignait son chiffre maximum.

28Quant aux escomptes, ils se composaient pour la plus grosse part de bons du Trésor confondus avec les effets de commerce. De 600 000 000 de francs en 1869 le portefeuille s’était trouvé porté à 2 578 000 000 de francs, et même après avoir été réduit à 373 000 000 en 1879, après le remboursement par le

29Trésor de toutes les avances qui lui avaient été faites, il se relevait néanmoins à 1 724 000 000 en 1882, au moment de la dernière crise, alors que le chiffre maximum observé jusque-là n’avait jamais dépassé 791 millions de francs en 1864.

30Deux ans après la crise, pendant la liquidation de 1884, la circulation des billets atteignait 3 162 millions de francs, dépassant les chiffres notés pendant la suspension des payements en 1873.

31Quel que soit l’article du bilan que l’on observe, il n’a plus aucun rapport comme somme avec les époques antérieures. On est entré dans une ère nouvelle et les chiffres qu’une situation critique avait fait apparaître et qu’on pensait voir disparaître avec elle ont été dépassés.

32Pour la circulation, le chiffre de 3 071 millions de francs atteint en 1873, pendant les payements de l’indemnité de guerre et le cours forcé, n’a pas suffi en 1884 avec les remboursements à vue. On a pu faire pénétrer dans la circulation pour 3 162 millions de francs de billets, et ce n’était pas par défaut de numéraire, car au même moment l’encaisse de 1 750 millions de francs s’était déjà relevée à plus de 2 milliards et était sur le point de dépasser le chiffre maximum de 1877, 2 281 millions de francs, ce qui eut lieu en 1886, 2 525 millions de francs.

33Les escomptes qui, au moment du remboursement total des bons du Trésor en 1879, avaient été réduits de 2 578 à 373 millions de francs, remontent à 1 724 millions de francs en 1882 ; mais alors le portefeuille ne se compose plus que d’effets de commerce, il n’y a plus de bons du Trésor. Pendant la crise de 1873, le plus haut maximum des escomptes ne s’était pas élevé au-dessus de 1 275 millions de francs.

34Il en a été de même des dépôts en comptes courants ; le maximum des dépôts du public, qui n’avait pas atteint 600 millions avant 1870, s’élevait à 752 millions de francs en 1872, à 1 004 millions en 1882, à 1 461 millions en 1886. Il est vrai que ces sommes n’ont été ainsi déposées et groupées que pendant un court espace de temps, au moment de la souscription des grands emprunts publics, pour être portées de suite au compte du Trésor qui en rendait la plus forte partie aussitôt la souscription terminée.

35L’importance et la plus-value de tous les articles des bilans constatées en France depuis 1870, observons ce qui s’est passé au même moment en Angleterre. L’accroissement sans doute est aussi sensible, mais n’approche pas de ce que nous avons vu dans notre pays.

Comparaison des maxima de trois articles des bilans de la Banque d’Angleterre avant et depuis 1870

Comparaison des maxima de trois articles des bilans de la Banque d’Angleterre avant et depuis 1870
  • 3 Voir le tableau des bilans de la banque d’Angleterre.

36Pour la circulation et l’encaisse, la progression a continué jusqu’en 1879, sans que les affaires représentées par les escomptes y aient pris la même part, car le chiffre de 33 400 000 £, coté pendant la panique du Black Friday de 1866, n’a pas été dépassé, quoique, après avoir été réduit à 28 800 000 £ en 1873, il ait remonté à 29 100 000 en 18833.

37L’accroissement de l’encaisse a été le plus sensible, mais il ne s’est pas maintenu, tandis qu’en France les chiffres maxima se succèdent toujours supérieurs aux précédents.

38De 24 400 000 £ en 1867, l’encaisse s’élève d’abord à 35 000 000 £ en 1876, à la suite des grands mouvements des fonds internationaux pour le payement de l’indemnité de guerre. Ce chiffre atteint est abandonné puis repris en 1879, mais à peine dépassé ; en 1886, il reste bien au-dessous et tombe à 28 100 000 £.

39La circulation des billets de 26 600 000 £ en 1866 était déjà portée à 27 500 000 £ en 1872, continuant toujours à s’accroître jusqu’en 1878, à 33 100 000 £ ; suivant pour ainsi dire pas à pas le niveau des espèces et des lingots qui viennent s’accumuler dans les réservoirs de la Banque ; à 1 900 000 £ près les deux sommes se balancent, chaque billet en circulation ayant, pour ainsi dire, sa représentation en espèces. En 1886, la situation au point de vue de la garantie est encore meilleure, l’encaisse dépasse de plus de deux millions la circulation des billets ; la circulation fiduciaire de la Banque a disparu, puisqu’il n’y a plus de bank-notes émises à découvert pendant la liquidation de la crise de 1882.

40Après cet examen rapide, nous constatons que le plus fort accroissement en Angleterre porte sur l’encaisse qui s’élève de 24 400 000 à 35 600 000 £, de 1867 à 1879, soit de 282 millions de francs, pendant qu’en France au même moment, de 1866 à 1877, elle s’élève de 748 à 2 281 millions de francs, soit de 1 533 millions.

41Qu’il nous suffise en signalant cette différence, qui prouve bien, au point de vue monétaire, l’indépendance des deux marchés, de faire remarquer que, quelles que soient les sommes sur lesquelles on opère, les oscillations se font toujours dans le même sens pour les divers articles des bilans et, sinon simultanément, à quelques mois près, le même mouvement se reproduit ; rien ne prouve donc mieux la solidarité des deux Banques, nous pouvons même dire des banques en France, en Angleterre et aux États-Unis.

42Les grandes banques nationales sont d’institution trop récente en Allemagne et en Italie pour que nous puissions les faire intervenir dans la comparaison que nous venons d’établir ; mais déjà dans leur courte existence elles ont suivi fidèlement la même marche que leurs aînées les Banques de France et d’Angleterre.

43Si aux bilans des Banques nous ajoutons l’observation du taux de l’escompte, des reports et des cours du change, sans parler de toutes les manifestations de la vie sociale et économique des sociétés dont nous nous occuperons dans la troisième partie de cet ouvrage, on ne peut méconnaître que la solidarité des marchés ne soit complète.

Notes

1 Voir la troisième partie.

2 Voir tableaux des bilans des banques de France et d’Angleterre.

3 Voir le tableau des bilans de la banque d’Angleterre.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search