Desktop versionMobile Version

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Première partie. Crises commerciales : définition, origine, causes

XIII — Rôle des changes étrangers

Volltext

[Change au pair, les dettes des deux pays se balancent. — Goldpoint, écart nécessaire pour réclamer de l’or. — Effets courts. Effets longs. — Changes favorables, défavorables. Comment rétablir une circulation fiduciaire dépréciée ?]

1Les cours des changes indiquent l’état des différentes places les unes par rapport aux autres ; selon qu’ils sont favorables ou défavorables, il y a un solde à recevoir ou à payer. Que reçoit-on ou que donne-t-on en payement ? On échange d’abord, on compense ensuite à l’aide du papier de commerce en circulation : lettres de change, traites, on en crée même dans ce but quand il en manque, jusqu’à ce que, tous les moyens de crédit étant épuisés, on ait recours aux métaux précieux, à l’or et à l’argent, quand ils circulent au pair. Voilà les moyens qu’on employait autrefois ; mais, avec le développement des affaires ou des capitaux, on a cherché à représenter sinon du crédit, du moins des droits sur une propriété, afin de pouvoir les échanger sur tous les points du globe. Ces droits, on les représente par un titre, par une action, une obligation, un coupon, et, quand il y a un solde à payer ou quand les produits ne s’échangent plus aussi facilement, on les fait intervenir.

2Quand on exporte des titres, on emprunte à l’étranger, quand au contraire on en importe, on lui prête. Les titres, comme les lettres de change, comme l’or, en l’absence de la circulation des marchandises, servent donc aussi à faire des compensations à l’étranger et, comme l’or, ils ont ce grand avantage, une fois le service rendu, de pouvoir être réexportés.

3Ce mouvement de titres, qui a pris de nos jours une grande importance, amène sur les marchés des valeurs dont le taux de capitalisation est très différent, c’est ce qui explique pourquoi le taux de l’intérêt est plus variable qu’autrefois, quand le commerce international des titres n’existait pour ainsi dire pas. Il suffit d’une grande émission dans un pays pour déranger l’équilibre des pays voisins, si cette émission est bien accueillie et trouve de nombreux preneurs.

4Pour balancer les soldes à l’étranger, à défaut des lettres de change, on n’avait autrefois que les métaux précieux ; aujourd’hui il faut y ajouter les titres, d’où des oscillations constantes dans le taux de l’intérêt et une grande solidarité entre les divers marchés. Néanmoins il peut se produire un écart permanent entre le taux d’intérêt de deux pays voisins ; l’un peut avoir des capitaux et n’en pas trouver l’emploi, le taux sera bas, l’autre peut ne pas en avoir assez pour répondre à toutes les demandes, et le taux sera élevé. Le résultat cependant sera bien différent, et contraire à ce qu’on pourrait croire, car c’est dans les pays qui s’enrichissent le plus que le taux de l’intérêt est le plus élevé.

5Causes de la hausse et de la baisse du taux de l’intérêt. — La hausse peut se produire dans deux cas bien différents, par un excès d’importation de titres étrangers et par une exportation de numéraire. La hausse du taux de l’intérêt, que l’on considère comme un remède, n’est qu’une conséquence. Les banques dans ces cas ne font que constater la situation réelle des marchés. L’exportation du numéraire amène la hausse du taux de l’intérêt, et la hausse du taux de l’intérêt amène la cessation des exportations.

6On sait aujourd’hui que l’or et l’argent sont des capitaux, comme le coton et le blé, nécessaires au développement de la richesse ; on les désire pour amener la baisse du taux de l’intérêt et, quand on ne l’obtient pas par ce moyen, on la réclame aux banques. Mais les banques ne prêtent que l’argent ou le crédit du public, puisque tout porteur d’un billet n’est qu’un prêteur.

7Les dettes entre deux pays se balancent-elles, les changes sont au pair ; dès qu’il y a une différence, ils s’en éloignent, sans qu’on ait encore recours à l’exportation des métaux précieux, de l’or seul aujourd’hui par suite de la dépréciation de l’argent. Ce déplacement du métal ne se fait pas sans certains frais d’expédition, emballage, transport, assurance, perte d’intérêt qu’il faut couvrir avant de trouver quelqu’avantage à l’expédier ; il faut donc qu’on se soit déjà écarté du pair, avant qu’on ait recours à l’exportation du métal, et qu’on soit arrivé au goldpoint, c’est-à-dire à l’écart voulu pour qu’il y ait bénéfice à prendre de l’or afin de faire des remises à l’étranger. À ce signe on reconnaît que tous les moyens dont on disposait ont été épuisés ; lettres de change, traites, titres, dépenses faites par les voyageurs à l’étranger, tout a été déjà mis à contribution et n’a pu suffire.

8Il n’est pas cependant toujours nécessaire qu’il y ait un profit pour expédier du numéraire ; même quand les cours des changes ne paraissent laisser aucun écart favorable, il ne faudrait pas conclure qu’on n’en exporte pas. Les engagements pris, il faut y faire honneur et, si l’on ne trouve pas d’effets sur le pays qui a vendu parce que ses relations sont peu étendues, pour solder sa dette il faut envoyer des espèces. Les changes peuvent rester au pair pendant longtemps sans aucune chance de bénéfice et cependant les drainages de l’encaisse persistent, et nous en voyons le niveau baisser chaque jour, même pendant les périodes les plus prospères, sans qu’on y accorde la moindre attention.

9C’est ainsi que tout se passe, quand dans les deux pays il y a une circulation métallique au pair ; malheureusement, sauf dans quelques grands États, c’est l’exception ; le plus souvent on se trouve en présence du papier-monnaie, du cours forcé, ou d’une circulation métallique dépréciée, comme l’argent l’est aujourd’hui. Jusqu’ici les fluctuations du change étaient limitées aux frais de transport d’une place sur une autre, ici tout change de face. Il n’y a plus de transmission de numéraire possible, les débiteurs devront payer ce que les vendeurs de traites et de lettres de change voudront, la prime sur le numéraire commande, ainsi que la dépréciation du papier qui marche de pair. Le prix de l’or mesuré en papier suit la hausse des prix. En temps ordinaire, avec le métal à la disposition du public, une variation de 10 p. 100 dans les cours des changes est extraordinaire ; avec le cours forcé et la dépréciation du papier, l’écart peut atteindre 50 p. 100.

10Les effets sur un pays peuvent varier pour leur valeur dans la même proportion que tous les articles qu’on achète, y compris le numéraire, en un mot dans la proportion de la dépréciation du papier-monnaie, ou de la prime de l’or.

11Toute émission de papier-monnaie produit une hausse des prix et, par suite, une prime à l’importation et une défaveur pour l’exportation ; dans aucun cas elle ne peut liquider une dette au dehors, à l’étranger, sans être très onéreuse au pays par suite de la dépréciation de son crédit et surtout du change. Les métaux précieux, eux aussi, circulent au pair ou avec prime ; l’or est marchandise là où l’argent sert d’étalon monétaire, et ce dernier devient marchandise là où règne l’étalon d’or.

12Pour apprécier le change dans un pays, il faut tenir compte des éléments de la valeur : de l’état du crédit, du taux de l’intérêt, du prix de l’argent et de celui de l’or. Quand l’or et l’argent circulent simultanément dans le même pays d’après la loi monétaire, on peut toujours payer avec la monnaie la moins estimée à l’intérieur, mais il n’en est pas de même à l’extérieur. Ayant à sa disposition des effets courts et des effets longs, on recherche les premiers pour les exportations d’or. Les effets courts expriment donc la présence ou l’absence de la prime de l’or, tandis que les effets longs indiquent l’état du crédit, le taux de l’intérêt et les risques à courir jusqu’à l’échéance. Il y a là un ensemble d’aléas qui ne permettent pas, comme le change des effets courts, d’indiquer l’état du marché.

13Pour nous résumer, voici les principales causes des variations des cours des changes :
1o La situation des engagements internationaux ;
2o La différence de valeur des monnaies :
3o L’influence du crédit ;
4o Le taux de l’intérêt.

14Ce taux de l’intérêt qui agit surtout sur les effets longs n’est pas sans influence sur les effets à vue par suite du déplacement des capitaux.

15Les cours des changes sont l’indice du degré d’intensité des demandes d’effets sur l’étranger, soit pour placer des capitaux, soit pour se liquider. Les effets sur l’étranger sont des instruments de payement ; or, selon qu’ils sont demandés ou offerts, on sent la force du courant dans un sens ou dans un autre et en même temps tous les obstacles qu’il rencontre.

16De tout ce qui précède, retenons la relation intime qui existe entre les variations du taux de l’intérêt et les fluctuations des changes étrangers ; c’est en les suivant de très près, c’est sur cette base inébranlable que les administrateurs des grandes banques règlent le taux de l’escompte et, sans trop s’écarter des cours cotés sur la place, parviennent à maintenir la réserve métallique en équilibre, modérant alternativement la hausse et la baisse de son niveau.

17Dans chacune de ces situations, les changes sont favorables ou défavorables ; favorables, on s’en félicite ; les plaintes commencent dans le cas contraire, alors comment les corriger ? Ce qui rend l’opération délicate c’est que ce ne sont pas les cours seuls qu’il faut rectifier, mais l’état de choses dont ils sont l’expression. Selon la formule de Bastiat, on est toujours en présence de ce qu’on voit et de ce qu’on ne voit pas. Ce que l’on voit, c’est l’exportation de l’or ; ce que l’on ne voit pas, c’est la cause de cette exportation. Elle résulte du défaut de balance des dettes, de la différence de prix des capitaux, ou des variations dans la valeur de l’agent de la circulation.

18Comment rétablir une circulation dépréciée ? Il y a deux cas à examiner : selon que nous nous trouvons en présence d’une circulation métallique ou d’une circulation fiduciaire.

19Est-elle métallique, comme en ce moment l’argent déprécié, il suffira de limiter à une faible somme la quantité qui peut intervenir dans les payements comme monnaie légale.

20Est-elle fiduciaire et en papier, il suffira de retirer de la circulation la partie exubérante, ou même de ne pas l’augmenter, pour que, si le mouvement d’affaires continue, ce papier trouvant sa place dans les transactions, le pair se rétablisse peu à peu, comme nous l’avons vu de nos jours aux États-Unis, en France et en Italie, après la guerre de la sécession et la guerre franco-allemande.

21Dans ces cas le remède est indiqué et souverain ; mais si le trouble des changes tient à un défaut d’équilibre dans les engagements commerciaux ou à une différence dans la valeur de l’argent, c’est-à-dire du capital, se manifestant sur deux places par la hausse ou la baisse du taux de l’intérêt, que faire ?

22Si l’on doit à l’étranger, il faudra exporter des marchandises ou des espèces. Le fait seul qu’il y a une dette à payer rend l’argent rare dans le pays qui doit et abondant dans celui qui reçoit ; le taux de l’intérêt s’élève dans le premier et baisse dans le second. Les capitalistes étrangers, toujours en quête de placement, chercheront le meilleur emploi, c’est-à-dire la rémunération la plus élevée, en faisant des remises de capitaux sur les marchés où ils ont le plus de valeur, et l’équilibre se rétablit à l’aide de ce secours étranger.

23Quand les cours des changes sont défavorables par suite des opérations commerciales, il faut rechercher dans les prix des marchandises ce qui s’oppose à l’exportation. Pourquoi achète-t-on toujours, alors qu’on ne peut plus vendre dans la même proportion, car c’est ce qui produit ce défaut de balance qu’on ne trouve pas sur les tableaux des douanes, sur ces relevés de prix qui servent de base pour ceux du pays lui-même ; que le produit soit importé ou exporté, l’évaluation est la même, et en réalité la valeur est différente. Le produit qu’on importe a une tout autre valeur au point d’arrivée qu’au point de départ il en est de même du produit exporté. Ce sont ces écarts de prix qui ne figurent pas et ne peuvent pas figurer sur les tableaux officiels et voilà ce qui trouble, et rend fausses toutes les conclusions qu’on en tire, quand on déclare que la balance du commerce est favorable ou défavorable. Un objet qu’on évalue d’après son similaire à l’intérieur au prix de 10 fr. peut être vendu 20 et 30 fr. à l’étranger ; il en est de même pour l’importation ; ces écarts n’apparaissent pas aux yeux du public et le trompent dans ses appréciations.

24Quand les changes sont défavorables, il faut de suite rechercher si le commerce d’exportation marche. Est-il ralenti, c’est que les prix trop élevés pratiqués à l’intérieur ne permettent plus de trouver preneur à l’étranger, là où la hausse n’a pas marché d’un pas aussi rapide. Quand on conseille pour corriger les changes défavorables d’accroître les exportations et de diminuer les importations, comment s’y prendre pour amener ce résultat ? Par un seul moyen, par la baisse des prix des objets exportés ; c’est en effet ce qui se produit naturellement et inévitablement après toutes les crises ; mais on ne se résout à ce moyen extrême que contraint et forcé, et pour cela il faut que le crédit manque, ou qu’on le fasse payer plus cher par la hausse du taux de l’escompte.

25Dans le mouvement général des affaires, on ne peut espérer qu’il y aura toujours une balance exacte entre les importations et les exportations. Dans la période de hausse, tous les prix s’élèvent, et l’on ne s’aperçoit pas de suite que ces prix ne sont plus acceptables pour l’exportation dans les pays qui n’ont pas participé à la même activité. Le négociant sent bien que la marchandise ne se place pas aussi facilement à l’extérieur qu’à l’intérieur, il y a un retard pour balancer ses engagements, mais ce retard il le comble en ayant recours à l’emprunt. Il lui faut une prolongation de crédit qu’il obtient facilement par l’escompte, attendant des temps meilleurs, et chacun faisant de même, de nouveaux produits sont importés chaque jour, alors que d’autres restent en magasin. Il faut cependant se liquider, c’est alors que l’on a recours à la réserve métallique des banques, c’est-à-dire aux métaux précieux, dont les prix ont moins varié que ceux des autres produits, parce qu’ils n’étaient pas demandés, mais dès qu’on les recherche pour faire des compensations, après avoir épuisé tous les moyens de crédit, il faut aviser. Comment puise-t-on dans les encaisses des banques ? Par les comptes courants et par l’escompte des effets de commerce. Les banques n’ont aucune action sur les retraits des comptes courants espèces, mais elles sont toutes-puissantes sur l’escompte qu’elles accordent et dont elles portent la valeur au compte courant de leurs clients. C’est cette valeur qu’ils détournent de son rôle quand, au lieu de la faire circuler en billets de banque ou de la faire servir à la compensation de leurs dettes, ils la retirent en métal, ce qui prouve bien qu’il y a avantage à le faire parce que ce dernier n’est pas à son prix. Pour l’y mettre, il suffira de relever le taux de l’escompte, puisque c’est le moyen le plus direct pour l’obtenir. Aussitôt que son prix aura été élevé dans la même proportion que celui des autres marchandises, il n’y aura pas d’intérêt à le rechercher et on livrera au cours en baisse les produits qui jusque-là restaient en magasin et ne pouvaient être exportés. Non seulement ils rentrent alors dans la circulation sur tous les points du globe, mais les demandes augmentent et le capital étranger disponible se porte là où il a le plus d’avantage à s’employer et où l’on en offre le meilleur prix.

26Inutile de discuter si c’est le capital marchandise ou le capital argent qui est devenu plus rare, le résultat de l’observation prouve qu’ils n’étaient plus au même prix ; la hausse du taux de l’intérêt ne fait que constater cet écart, et, dès qu’elle l’a fait disparaître, l’équilibre se rétablit.

27La théorie et la pratique l’ont confirmé, tel est le seul moyen de retenir l’or et la monnaie pour conduire les affaires.

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search