Version classiqueVersion mobile

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Première partie. Crises commerciales : définition, origine, causes

XI — Variations de prix des salaires

Texte intégral

[Théorie du salaire normal et nécessaire]

1Pour les prix des matières premières et des différents produits que nous avons pu réunir sur les tableaux ci-joints, la démonstration paraît suffisante ; les hauts cours et les bas cours ont une place marquée dont ils ne s’éloignent guère : l’année même de la crise ou les années précédentes pour les premiers, quelques années après la crise, pendant sa liquidation, pour les seconds, ces mouvements se sont répétés régulièrement dans chaque période, depuis que nous pouvons suivre ces variations sur les documents officiels ; en a-t-il été de même des salaires ?

2La question des prix, envisagée sous cette face nouvelle, se trouve ici en présence de l’élément humain. Les oscillations seront-elles plus grandes ou moindres, plus fréquentes ou plus rares que pour les matières inanimées, les produits ?

3L’observation va nous répondre.

4D’après les dépouillements de toutes les enquêtes industrielles et de tous les documents officiels, que MM. Émile Chevallier, Beauregard et Villey ont consultés et résumés dans leurs beaux et consciencieux ouvrages sur la théorie des salaires, voici quelles auraient été les variations de prix constatées depuis 1800.

5Selon M. Chevallier, de 1800 à 1881, le salaire moyen des ouvriers en bâtiment à Paris se serait accru de 40 à 161 p. 100, de 40 p. 100 pour les forgerons, les plombiers, les couvreurs, de 161 p. 100 pour les charpentiers. Les autres ouvriers ont recueilli des plus-values entre ces deux extrêmes ; nous citerons les tailleurs de pierre, les terrassiers et les menuisiers, dont la plus-value dépasse 100 pour 100.

6Prenant toujours pour base l’année 1881, qui est celle où l’on a payé les plus hauts salaires, et remontant jusqu’au milieu du dix-septième siècle, nous voyons que les salaires des ouvriers du bâtiment se seraient élevés de 325 p. 100, de 221 à 250 depuis 1789, de 100 p. 100 depuis 1804.

7Si nous répartissons cette hausse par périodes, c’est surtout depuis 1853, c’est-à-dire dans la dernière période, qu’elle a fait sinon tous, du moins les plus grands progrès.

8De 1853 à 1881, la hausse des salaires des ouvriers du bâtiment varie de 60 à 77 p. 100.

9Dans la grande industrie, celle de la laine par exemple, les salaires des ouvrières ont augmenté de 220 p. 100, de 1844 à 1882.

10Dans les filatures de Mulhouse, de 1835 à 1880, de 60 à 80 p. 100.

11Dans les forges, de 1823 à 1880, de 114 à 177 p. 100.

12À Paris, l’accroissement des salaires des ouvriers, de 1853 à 1881, ne s’est élevé qu’à 39 p. 100. Dans les chefs-lieux de département, les salaires, qui avant 1853 étaient deux fois moins élevés qu’à Paris, ont regagné le temps perdu et, en 1881, la moyenne de la hausse était de 65 p. 100.

13Pour les domestiques, l’augmentation a été beaucoup plus forte ; de 1853 à 1881, elle atteint 90 p. 100 dans les villes, chefs-lieux de département, dépassant de beaucoup la proportion de 60 à 70 p. 100 que nous avons notée pour les ouvriers.

14En Angleterre, d’après M. Giffen, de 1850 à 1880, la hausse du salaire en moyenne, pour les diverses industries, dépasse 75 p. 100.

15En Allemagne, selon M. Lavollée, le gain de l’ouvrier agricole s’est élevé de 50 à 100 p. 100.

16Aux États-Unis, l’accroissement des salaires serait de 80 à 100 p. 100 depuis 1850.

17En Australie, à Melbourne, de 1850 à 1880, si nous mettons en dehors l’ouvrier de ferme et le berger, tous les deux nourris, dont les salaires se sont accrus de 100 p. 100 et de 127 p. 100, ceux des autres industries se rapprochent de l’accroissement noté en Angleterre, soit de 66 à 78 p. 100.

18Afin de se rendre compte du gain réel de l’ouvrier dans l’accroissement des salaires, il faut rechercher l’accroissement des dépenses.

19Pour la nourriture M. de Foville, prenant comme point de départ la consommation individuelle de 1820, toute compensation faite des accroissements et des diminutions de prix, évalue de 42 à 50 p. 100 l’augmentation des dépenses.

20M. de Foville notait cette hausse en 1874 ; depuis cette époque, le prix de la viande s’est encore élevé, puis a fléchi sans que la consommation en ressentît les heureux effets. Les prix du lait, du fromage, du beurre et du vin se sont maintenus. Quant au logement, c’est là que l’on trouve la plus grande hausse. À côté de cette hausse de prix, la baisse n’est vraiment à noter que sur deux articles, le pain et le vêtement.

21Toutes compensations faites, voici le résultat des observations recueillies par M. Beauregard dans son beau travail sur la théorie du salaire. Pour l’ensemble, les prix des objets nécessaires à la vie de l’ouvrier auraient augmenté :

22Si l’on rapproche ces chiffres de ceux qui résument les progrès du salaire nominal, on trouve qu’il reste pour l’ouvrier un gain réel de 60 p. 100 depuis 1826 et de 42 p. 100 depuis 1853.

23Cette plus-value, ce gain pour l’ouvrier, fait bien pâlir toutes les théories sur le salaire normal, naturel, nécessaire et suffisant. Que devient, en présence des faits, cette loi du salaire nécessaire, cette loi d’airain dont les socialistes ont fait si grand bruit ? Turgot, Malthus, Ricardo avaient déjà remarqué que le salaire pour l’ouvrier devait se borner à ce qui lui est nécessaire pour se procurer sa subsistance et pour perpétuer son espèce sans accroissement ni diminution. En parlant ainsi du salaire en général, c’était le minimum des salaires qu’ils avaient en vue, puisqu’ils supposaient la population stationnaire, ce qui ne se rencontre dans aucun pays ; il y avait donc bien peu de cas où leur théorie pût s’appliquer ; car si la population diminuait, c’est que le salaire était insuffisant ; si elle augmentait, c’est qu’il était plus que suffisant. Dans les deux cas, elle n’était pas applicable. Il n’est même pas nécessaire d’avoir recours à l’accroissement ou à la diminution de la population, ce qui indique toujours un état de prospérité ou de misère, il suffit de suivre les déplacements de la population des campagnes dans les villes pour constater quelle est la puissance d’attraction des hauts salaires, sans que la concurrence, qui agitera ainsi les ouvriers, puisse les faire sensiblement baisser ; tout au plus les empêche-t-elle de dépasser un certain niveau ; mais en même temps leur départ les relève dans la localité qu’ils ont quittée. L’amélioration de leur situation est donc générale, et ici il ne s’agit plus de réduire leurs dépenses, mais uniquement d’avoir recours à l’épargne, l’écart entre leurs recettes et ces dépenses leur permettant de la pratiquer sur une grande échelle. Nous en avons eu la preuve pendant la liquidation des crises, et surtout pendant la dernière, celle qui a suivi la crise de 1882. Alors, avec un ralentissement considérable des travaux dans tous les genres, pour quelques-uns avec une suspension complète, nous avons vu, malgré la misère dans laquelle beaucoup d’ouvriers étaient plongés, la plupart des consommations diminuer sans doute, mais dans une proportion qui ne répondait pas à la gravité de la situation. Quelque grande que fût la misère, quelque réduits que fussent les salaires, il n’y a pas eu de manifestations comme on en voit souvent dans de pareils moments.

24Non seulement le travail était ralenti, le nombre des journées et le nombre d’heures diminué, mais les prix eux-mêmes étaient réduits. Pour échapper au chômage, l’ouvrier acceptait ce qu’on lui offrait, quoique les prix inscrits dans les séries officielles n’eussent pas varié.

25Ce sont ces publications, ces séries officielles de prix, qui sont un trompe-l’œil pour le statisticien. Ces séries établies par les architectes de la ville, par les entrepreneurs et les ouvriers depuis 1872, puis en 1883 par les architectes de la ville et les ouvriers, les entrepreneurs étant exclus, donnent des prix qui dépassent le taux courant des salaires. La ville de Paris en les prenant comme base de ses travaux est sûre de n’être jamais lésée puisque, à l’aide de l’adjudication, le rabais consenti rétablit l’équilibre et quelquefois même fait pencher la balance en sens inverse, quand, comme cela arrive, il s’élève à 50 p. 100. Ces prix, artificiellement imposés, peuvent être souvent appliqués pour les petits travaux de détail, mais, dès que le travail a quelque importance, le rabais intervient ; il ne faut donc accepter le tarif officiel que sous toutes réserves. Par suite du rôle qu’on lui fait jouer, il est toujours là, même quand les travaux ne marchent plus, et sa permanence empêche de se rendre compte des abaissements de salaire qui se produisent pendant les longs chômages d’un poids si lourd pour l’ouvrier, quand ils ne l’accablent pas pendant la liquidation des crises. Par un accord tacite avec son patron, pour obtenir une bien faible part de travail, il consent des rabais qui ne sont inscrits nulle part et échappent ainsi à l’œil de l’observateur, mais qui pour cela n’en existent pas moins.

26Comme tous les prix, les salaires sont soumis à des oscillations de hausse et de baisse ; les documents officiels, ne donnant que les mouvements de hausse, ne permettent de suivre que la marche ascendante. Quand les salaires abandonnent les hauts cours cotés, ce n’est que pour une courte période ; dès que la demande du travail reparaît, ils reprennent le niveau atteint avant la crise, ce qui est loin d’être le cas pour les marchandises. Il y a là une élasticité des salaires, dont on cherche toujours l’origine, et qui tient à l’élément humain, en jeu ici à un double titre, comme distributeur et comme exécuteur du travail.

27Les salaires sont, comme tous les prix, réglés par la loi de l’offre et de la demande ; reste à déterminer comment agit cette loi.

28Le capital circulant, c’est-à-dire en quête d’emploi comme un simple manœuvre, forme le fonds des salaires (wage-fund) sur lequel les Anglais ont établi leur théorie moderne. Il suffirait donc de diviser la somme de capital disponible par le nombre d’ouvriers dans la même situation, pour obtenir le salaire moyen à un moment donné ; mais alors la hausse ou la baisse du salaire dépendrait d’un défaut d’équilibre dans l’accroissement ou dans la diminution du capital et du nombre des travailleurs.

29Pour se rendre compte de la hausse des salaires, il faut admettre que le capital augmente et que la population ouvrière diminue, ou, en admettant même l’accroissement des deux facteurs en présence, que le premier marche plus vite que le second ; dans les cas contraires, ce sont les salaires qui diminuent. Quand on formulait ainsi la loi du salaire, on était encore sous l’influence du principe de la population de Malthus et de ses observations qui portaient principalement sur l’Irlande. Partout on voyait une population exubérante, offrant sans cesse de nouveaux bras, abaissant ainsi le taux des salaires.

30L’idée que l’accroissement du capital d’une nation pouvait dépasser celui de sa population ne venait à aucun économiste. Ricardo, Stuart Mill, Léon Faucher, Le Hardy de Beaulieu, préoccupés de cette doctrine, déclarent que le nombre des ouvriers continuera à s’accroître dans une progression un peu plus rapide que celle de la demande ; que le sort de la classe des travailleurs ne peut s’améliorer que si l’on altère la proportion à l’avantage des ouvriers, par un accroissement du capital ou par une diminution du nombre des salariés ; qu’il n’y a pas d’autre sauvegarde pour les salariés que la restriction du progrès de la population.

31En résumé, selon ces auteurs, le salaire ne peut, d’une manière permanente, s’élever au-dessus ni descendre au-dessous de ce qu’il faut pour faire vivre la famille du travailleur. Turgot avait déjà exprimé la même idée, en ajoutant que dans ce salaire il faut comprendre un certain superflu pour subvenir aux accidents et aux charges de cette famille.

32Commentant cette loi de l’offre et de la demande, M. Courcelle-Seneuil définissait la première, l’offre, comme étant la résultante de la volonté et du pouvoir d’employer le travail, la seconde comme la résultante de la volonté et du pouvoir de travailler. En faisant intervenir la volonté pour l’offre et pour la demande, il introduisait un nouvel élément ; ce n’était plus seulement la puissance de l’offre qui était un fait, c’était aussi la volonté. Il signalait l’importance de l’élément moral et du but que l’on veut atteindre. C’est ainsi que, dans l’industrie, il y a non seulement avantage à produire, mais souvent encore à produire dans un temps déterminé, c’est-à-dire pendant le mouvement de hausse, alors que l’on cote les hauts prix. Le fait a été constaté à Paris pendant la dernière fièvre de construction arrêtée par la crise de 1882. La hausse des salaires des ouvriers du bâtiment a été la conséquence, non pas des demandes des ouvriers, mais de la volonté des capitalistes qui désiraient avoir l’immeuble dans le plus bref délai, afin de le vendre au cours, c’est-à-dire dans les hauts prix. Ce n’était pas seulement la productivité du travail que l’on recherchait, mais bien la rapidité d’exécution ; on se préoccupait peu de la valeur de l’immeuble, mais beaucoup des cours cotés. En ces moments tout le monde est entraîné par le mirage des prix et des plus-values, sans se rendre compte de ce que valent les choses et encore moins de ce qu’elles coûtent ; ce qui prouve qu’il en est ainsi, c’est la conduite des ouvriers. Tant que les salaires haussaient par suite de la volonté des capitalistes, ils acceptaient la situation qui leur était favorable, mais dès que la hausse fût arrêtée, ne comprenant rien à la situation et croyant voir dans cet arrêt le mauvais vouloir de leur patron, ils crurent le moment propice pour se mettre en grève et demander une augmentation de salaire. Cette demande ne pouvait venir plus à point pour les entrepreneurs et les délivrait de tout souci, alors que, cherchant comment ils licencieraient leurs ouvriers, ceux-ci étaient les premiers à leur poser des conditions inacceptables ou à les abandonner. Depuis ce moment, ils sont les premières victimes de la crise, pour la plupart sans travail, le plus grand nombre a quitté Paris ; quant à ceux qui sont restés, à peine s’ils travaillent quelques jours par semaine, et à quels prix !

33Cependant, si l’on jette les yeux sur les tarifs officiels, les prix sont toujours aussi élevés, il n’y a pas trace de dépression alors que l’ouvrier ne trouve même pas le plus maigre salaire.

34L’économiste, le statisticien, qui étudient les documents officiels, après avoir constaté l’oscillation des prix des marchandises, s’ils la recherchent pour les prix des salaires, seront surpris de ne pas la rencontrer ; en effet, elle n’est pas indiquée. Le prix nominal des salaires, en France, surtout là où existent ces tarifs officiels, se maintiennent [sic] sur le papier, sinon dans la pratique, jusqu’à la reprise des affaires. On devrait tenir grand compte de cette différence d’évaluation et le plus souvent on n’insiste pas. La durée des chômages ou des salaires à prix réduits n’a pas de place dans les relevés officiels ; cependant, bien plus que les hauts salaires, c’est la régularité d’un salaire moyen qui fait le bonheur de l’ouvrier et lui permet de pratiquer l’épargne en vue des mauvais jours. Cette épargne, s’il ne la pratique pas comme on pourrait le désirer, il la pratique encore, car, à aucune époque, il n’a mieux résisté au ralentissement des affaires qui, pendant plusieurs années, a caractérisé la liquidation de la crise de 1882.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search