Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Première partie. Crises commerciales : définition, origine, causes

X — Variations de prix du 3 % français

Texte intégral

1La même observation, poursuivie sur le 3 p. 100 français, nous donnera les mêmes résultats, mais sur une période beaucoup plus courte.

2Émis en 1825, on cote bientôt 76 fr. 35, il s’abaisse à 46 francs en 1831, se relève et atteint 82 fr. 35 à la veille de la crise de 1837, retombe à 77 fr. 75 pendant la liquidation ; il avait déjà repris à 82 fr. 20 en 1838, lorsqu’il se trouve encore déprimé à 77 fr. 80 pendant la secousse de 1839 qui termine la crise ; puis, dès l’année suivante (1840), on inscrit le cours de 86 fr. 65, le plus haut qui ait été coté, quand les événements d’Orient la même année le précipitent à 65 fr. 90. La panique passée, dès 1841 le cours de 80 fr. 60 reparaît, et la période de hausse continue jusqu’en 1845 où l’on cote 86 fr. 40 ; le mouvement de hausse est terminé sans avoir pu atteindre le cours de 86 fr. 65 touché en 1840.

3On est à la veille de la crise de 1847 qui fait fléchir le 3 p. 100 à 74 fr. 65. Voilà l’effet de la crise, à laquelle une révolution vient s’ajouter, et l’inquiétude est telle que les cours s’effondrent à 32 fr. 50 ! Ils oscillent de 44 fr. 70 à 67 fr. de 1849 à 1851, puis, dès le lendemain du coup d’État du 2 décembre, le cours de 86 francs est coté. On reprenait la marche en avant déjà interrompue deux fois en 1840 et en 1845, quand la guerre de Crimée vient encore tout arrêter en précipitant le 3 p. 100 à 61 fr. 50 en 1854.

4On avait repris à 75 fr. 45 en 1856, la paix signée, à la veille de la crise de 1857 qui nous ramène des bas cours jusqu’à 65 fr. 85. La liquidation à peine terminée, on se relève à 74 fr. 95.

5La guerre d’Italie nous rejette à 60 fr. 50. À peine la paix conclue, on repart, mais alors c’est la guerre des États-Unis qui fait descendre les cours de 72 fr. 90 à 64 fr. 45 (1862-1864). La crise de cette dernière année amène un bas cours et la panique de Londres en 1866 fait coter le plus bas : 62 fr. 45.

6Toutes ces complications étrangères terminées, le marché encore bien ébranlé reprend un peu de calme, la reprise se manifeste pendant les années 1867, 1868, 1869 et la première moitié de 1870 ; le 3 p. 100 de 62 fr. 45 remonte à 75 fr. 10.

7Une nouvelle période prospère s’ouvrait pour la France, quand la guerre franco-allemande de 1870 vient encore tout arrêter. Le 3 p. 100 est le premier touché ; cependant l’effondrement est moindre qu’en 1848, on redoute moins l’invasion que les discordes civiles et, au lieu de s’abaisser à 32 fr. 50, il ne descend qu’à 50 fr. 80 ; même en 1871, l’année de la Commune et de l’émission des grands emprunts, il ne fléchit que de quelques centimes pour descendre à 50 fr. 35.

8Après le succès de la souscription des cinq milliards, la période prospère interrompue en 1870 se rouvre pour la France, elle n’avait été que ralentie pour le reste du monde et la crise de 1873 en marquait le terme. La liquidation forcée imposée à notre pays en 1870 lui a épargné celle qu’à l’étranger on a dû subir ; aussi, malgré les 750 millions de nouveaux impôts que l’on supportait sans faiblir, la liquidation de la crise de 1873, pénible et lente à l’étranger, n’a pas empêché les affaires de prendre un développement extraordinaire en dépit de la persistance de la baisse des prix, de 1873, où ils étaient au plus haut, à 1879, où ils étaient au plus bas.

9Pendant toute cette période, le 3 p. 100 oscille entre 68 fr. 50 et 77 fr. 95 ; on a repris l’équilibre, mais on n’ose pas encore s’élancer. La reprise ne s’accuse qu’en 1879, comme nous l’avons déjà noté, et alors le 3 p. 100 prenant son essor, tous les cours précédents sont dépassés. Le cours de 78 francs, qui formait jusqu’ici un obstacle, est bientôt franchi ; c’est à peine si l’on voit passer les cours de 79, 81, 83 francs, on ne s’arrête un instant qu’à 84 fr. 45 en septembre.

10Un peu de repos et un peu de tassement sont nécessaires, après une légère réaction on repart et on cote 86 fr. 75 en juin 1880. Tous les hauts cours jusqu’ici cotés sont dépassés ; en 1840 on ne cotait que 86 fr. 65, ce cours est bientôt franchi, pour s’élever à 87 fr. 20 ; on se rapprochait sans les atteindre des cours des consolidés anglais. Nous sommes dans la période prospère, elle se fait de plus en plus sentir ; en juin 1881 on fait un nouvel effort, mais cette dernière poussée peut à peine s’élever de quinze centimes au-dessus du haut cours côté en septembre 1880, 87 fr. 20 ; en juin 1881 on cote 87 fr. 35, et ce dernier haut cours est coté à la veille de la crise, comme nous l’avons toujours observé en France et en Angleterre.

  • 1 Voir les « Séances et comptes rendus de l’Académie des sciences morales ».

11Nous sommes à l’époque des hauts cours, à la fin de la période prospère, la crise va éclater, c’est une affaire de quelques mois comme nous l’indiquions dans une lecture devant l’Académie des sciences morales en novembre la même année1. Elle éclatait en effet en janvier 1882, comme l’observation avait permis de la signaler, et alors avec la baisse des prix des produits nous voyons la baisse des valeurs, fonds publics, actions, banques, en un mot de tout ce qui se négocie à terme. Le comptant lui-même, ainsi que nous le constatons pour la vente des immeubles, est aussi ébranlé ; le petit commerce de détail seul, sans affaires, maintient péniblement ses prix.

12De 87 fr. 35, sans autre complication que la liquidation de la crise, le 3 p. 100 est ramené à 74 fr. 15 en décembre 1883. Le premier liquidé, le 3 p. 100 se relève, et nous voyons passer devant nos yeux en 1884 les cours de 78 et 79 francs, en 1885 ceux de 80, 81 et 82 francs, en 1886 ceux de 83 et 84 francs.

  • 2 Voir l’Économiste français, février 1886 et 1887.

13La reprise telle que nous l’avions annoncée dans « l’Économiste français2 » est bien visible, on la suit pas à pas ; malheureusement des inquiétudes politiques, les armements, les menaces de l’Allemagne, surtout l’instabilité ministérielle, l’impossibilité de proposer, d’établir, de discuter, de voter le budget et de le maintenir en équilibre, avec une dette flottante dont aucun procédé de trésorerie ne peut alléger le poids, ont arrêté tout mouvement en avant. Il faut marquer le pas, pendant que progressent les autres nations qui n’ont pas les mêmes inquiétudes et les mêmes embarras ; ce n’est pas avec des dépenses qui dépassent nos ressources, avec un emprunt toujours imminent de un milliard à quinze cents millions, suivi d’autres encore, si on ne change pas de conduite, que l’on peut espérer voir le marché des fonds publics reprendre quelque élasticité.

14Tout s’explique, tout se comprend à l’aide des périodes de prospérité, de crise et de liquidation, nous en avons une nouvelle preuve dans l’étude des mouvements des prix des fonds publics ; il s’agit de reconnaître ces époques, et c’est l’objet de nos recherches.

Notes

1 Voir les « Séances et comptes rendus de l’Académie des sciences morales ».

2 Voir l’Économiste français, février 1886 et 1887.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter