Version classiqueVersion mobile

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Première partie. Crises commerciales : définition, origine, causes

IX — Variations de prix du 3 % anglais

Texte intégral

[Tableau de ces variations]

1Si pour les fonds publics, sans nous borner à la période la plus voisine de 1870, nous étendons notre observation, nous pouvons remonter en Angleterre beaucoup plus haut, jusqu’à l’origine même du 3 p. 100 en 1731, et constater des variations considérables qui en baisse et en hausse surprendront plus d’un lecteur.

2Cette minime oscillation de 86 à 96, que nous citions plus haut, a été bien dépassée, et le cours de 100 que nous avons vu apparaître pour la première fois de nos jours en 1844, avait déjà été coté quelques années après la création du 3 p. 100 en 1733 ; alors ce n’était pas seulement le prix, mais le cours de 103 qui s’inscrivait pour la première fois sur la cote. On pourrait croire que ce fut une simple apparition amenée par quelque syndicat, mais il n’en est rien ; le cours de 103 coté, après une légère réaction à 90, s’est relevé jusqu’à 107 en 1737. Ce fut le plus haut cours et ce cours coté non seulement n’a jamais été revu, mais on ne s’en est pas même rapproché, sauf en 1752, où nous voyons passer pour la dernière fois le cours de 106.

  • 1 Prix de Paris.

3Pendant cette première moitié du XVIIIe siècle, remarquable par les hauts cours cotés, les réactions en baisse n’avaient pas dépassé le cours de 75. À partir de 1752, nous entrons dans une succession d’années troublées, où les bas cours apparaissent toujours de plus en plus déprimés, quoique des réactions très vives viennent après chaque dépression montrer l’élasticité du marché et l’abondance des capitaux. C’est ainsi qu’après avoir coté 63 en 1762, l’année suivante on cote 961.

4En 1782, tous les bas cours précédemment cotés sont dépassés ; on cote 53, mais, malgré les embarras qui, existant au même moment en France, furent une des causes de la Révolution Française, dès 1792 l’équilibre était rétabli en Angleterre et on cotait 96. Ce n’est qu’à la suite des guerres de la République et de la suspension des payements, pour faire face aux armements, en ayant recours au papier-monnaie, que le plus bas cours qui ait jamais été inscrit à la cote s’est rencontré : 47.

5En 1802, le 3 p. 100 s’était déjà relevé à 70 ; la rupture de la paix d’Amiens le précipite de nouveau à 53, quoique, malgré les succès de l’empereur, on cotât 70 1/2 en 1809, à la veille de l’explosion de la crise de 1810.

6En 1812, au milieu de toutes les incertitudes des évènements, on retombe à 57, les succès des alliés en 1814, à la suite de la première invasion, ramènent les cours de 71. Le retour de l’île d’Elbe les précipite encore à 57 1/2, ce taux de capitalisation déjà coté paraît opposer une barrière infranchissable, aussitôt la liquidation de l’Empire terminée, la paix conclue, on se relève à 83.

7L’engouement de la souscription des emprunts pour le payement de l’indemnité de guerre calmé, on réactionne à 67, mais la belle période de prospérité qui s’ouvrait alors reporte de suite les cours à 82, puis les enlève à 96 1/2 en 1824, à la veille de la crise, comme nous l’avons déjà vu à la veille de celle de 1810. Pendant la liquidation de cette crise, le 3 p. 100, comme tous les prix, obéit à la loi commune et s’abaisse à 77. La liquidation terminée, au milieu de la période prospère, il avait déjà repris le cours de 93, quand la Révolution et la courte crise de 1830 le ramènent à 77.

8Nous le retrouvons à la fin de la période prospère en 1838 à 94 à la veille de la crise, et au milieu des complications de 1840 il ne fléchit pas au-dessous de 87.

9Nous entrons alors dans l’époque moderne, où la première période prospère de 1840 à 1847 lui fait enfin toucher pour la septième fois ce cours de 100, qui de 1733 à 1752 avait été dépassé six fois.

10On a dû attendre plus de 90 années pour revoir un taux de capitalisation qui étonne aujourd’hui et que l’on regarde comme le meilleur signe de l’abaissement du taux de l’intérêt ; or, pendant vingt ans, de 1731 à 1752, on s’en était contenté. On se contentait de 3 p. 100 parce que les débouchés, les emplois de capital étaient beaucoup moins nombreux qu’aujourd’hui, les cotes de la Bourse ne contenant alors qu’un très petit nombre de valeurs. Quand on les compare aux cotes d’aujourd’hui, composées de plusieurs feuilles dont on augmente le format chaque année pour inscrire des séries de valeurs en nombre toujours croissant, sollicitant le capital dans tous les genres, on peut encore être surpris de le voir répondre à toutes les demandes, ce qui indique bien le développement de la richesse mobilière de nos jours.

11Ce cours de 100, alors oublié, plusieurs générations s’étant écoulées sans jamais en avoir entendu parler, a enfin été touché à la fin de la première moitié du dix-neuvième siècle, en 1844, au moment d’une période de grande prospérité, comme nous l’avions déjà remarqué aux époques antérieures, et de même il s’abaisse au moment de la crise de 1847 à 81 1/2 dans les mêmes conditions que dans les crises précédentes. La liquidation de la crise 1847 terminée, au début de la période prospère, nous le retrouvons encore en 1852. La guerre de Crimée, les grands emprunts, l’inquiétude qui l’accompagnèrent, le précipitèrent un moment à 87 en 1855, mais, la paix signée, il se relève à 95 en 1856.

12La crise de 1857 l’abaisse encore à 89 ; puis, la liquidation à peine commencée, on cote 98 en 1858.

13Déjà on se rapprochait du pair, quand en 1861 la guerre de la sécession aux États-Unis, la crise du coton, font redescendre le cours à 89. L’année suivante, la première impression passée et les premiers besoins satisfaits, le 3 p. 100 avait repris le cours de 94 ; mais la crise approche, elle éclate en 1864, atteint son point le plus aigu en 1866 et au même moment, le 3 p. 100 baisse à 86 ; depuis 1848 c’est le plus bas cours que nous ayons observé.

14Dès l’année 1867 on cotait 95 ; la guerre de 1870 nous donne 90 comme bas cours, puis, à partir de ce moment, rien n’arrête le mouvement ascensionnel, les dépressions ne méritent même pas d’être notées. On cote 101 en 1881, à la veille de la crise, pour l’abandonner de suite, et nous voyons pendant la liquidation reprendre le mouvement de hausse pour amener le cours de 103 en 1883. C’est ce cours autour duquel oscille le 3 p. 100 depuis ce moment, et qui va permettre de faire une nouvelle réduction du 3 p. 100 en 2 1/2 p. 100.

15La revue rapide des cours de la rente anglaise depuis 1731 nous fait suivre pas à pas toutes les variations cotées jusqu’à nos jours. Si nous recherchons les causes de ces changements, nous reconnaissons qu’à côté de celles qu’on ne pouvait prévoir, qui tiennent à des accidents imprévus, à une panique précipitant tout à coup le 3 p. 100 des plus hauts aux plus bas cours et, une fois passée, leur permettant de se relever des plus bas cours aux plus hauts, il y en a d’autres dont l’action moins instantanée, mais aussi certaine, se fait sentir pendant une série d’années, amenant ainsi à un haut cours à la veille d’une crise qui, elle aussi, fait reparaître un bas cours au moment le plus critique.

16La progression des cours suit la même marche que celle des marchandises, mais, quand ils ont été déprimés, ils se relèvent beaucoup plus vite, alors que le mouvement non seulement n’est pas sensible pour les autres produits, mais persiste toujours en baisse. Quant à la baisse continue du taux de l’intérêt, indiquée par le taux de capitalisation des fonds publics en Angleterre, si nous en jugeons par la série des cours que nous venons de passer en revue, cours extraits de M. Jevons, elle ne répond pas complètement à l’idée qu’on s’en était faite. Sans doute quand on embrasse une courte période, cinquante ans, même quatre-vingts ans, le taux de capitalisation des fonds anglais s’élève, puisqu’on le voit porté à 103, tandis qu’en 1844 et en 1852, dans les deux années les plus favorables, on ne cotait que 100 1/2 ; mais ce qu’il faut observer et ce dont il faut tenir compte, c’est l’amplitude des oscillations. Depuis 1840, alors que l’on cotait 87 (affaires d’Orient), le plus bas cours du 3 p. 100 anglais n’a pas dépassé 81 pendant la crise de 1847 ; puis nous ne trouvons plus qu’un bas cours 86, en 1866, l’année de la panique et de la liquidation de la crise de 1864, l’année de Sadowa. Le plus grand écart en hausse et en baisse n’a pas dépassé 19 p. 100 dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle, tandis que dans la première partie du dix-huitième, le 3 p. 100 se trouvant précipité de 107 à 53 [1737-1782], l’écart s’élevait à 54 p. 100 ; ce cours de 53 apparaît encore une fois au moment de la rupture de la paix d’Amiens. S’il n’y a pas de comparaison à faire entre les deux écarts, il faut du moins noter les hauts cours auxquels le 3 p. 100 a été porté dès l’origine ; il en a, toute proportion gardée, été de même en France au moment de la création du 3 p. 100 par M. de Villèle en 1825 ; le cours de 75 a été de suite inscrit sur la cote ; puis, abandonné, repris, il n’a pas dépassé 87 fr. 35, tandis qu’en Angleterre à l’origine, il y a 157 ans, le 3 p. 100 dépassait le pair et s’élevait à 107 bien au-dessus de tous les cours cotés depuis. Cette étroitesse des variations des hauts cours du 3 p. 100 anglais nous prouve combien le taux de capitalisation des fonds publics a peu varié dans la Grande-Bretagne ; il ne faudrait pas en conclure qu’il en a été de même du capital employé dans les affaires ; il suffit de se rappeler le taux auquel il a dû être porté pendant les crises, pour descendre à des taux infimes pendant les liquidations.

Notes

1 Prix de Paris.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search