Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Première partie. Crises commerciales : définition, origine, causes

VIII — La hausse des prix et la fin de la crise

Texte intégral

[Oscillations des prix en hausse et en baisse en 1879]

  • 1 Extrait de l’Économiste français, septembre 1879.

1« Nous nous occupions déjà de la question des prix à la fin de septembre1, et nous constations avec tristesse qu’ils étaient descendus plus bas qu’on ne les avait vus depuis plus de trente ans. De là nos réflexions sur la baisse des prix et la crise actuelle.

2Nous faisions remarquer, en concluant, que cette baisse des prix était telle qu’on ne pouvait guère la voir s’accentuer encore et que, parvenue à ce degré, toute entreprise devait donner des bénéfices.

3Par une heureuse coïncidence, la reprise se manifestait déjà et la hausse des prix reparaissait sur tous les marchés ; depuis, elle a fait de grands progrès, et nous pouvons, dans un court intervalle de cinq mois, faire la contrepartie de ce que nous écrivions en septembre et prendre pour titre la hausse des prix et la fin de la crise.

4On se demandera peut-être pourquoi lier la hausse des prix à la fin de la crise ? Pour trouver la réponse à cette question, il suffira de jeter un coup d’œil sur les tableaux publiés en octobre, et l’on aura la preuve que les retours périodiques des crises commerciales amènent toujours les mêmes accidents. La baisse des prix s’observe dans les années qui suivent les crises, c’est-à-dire pendant leurs liquidations, et la hausse des prix accompagne toujours les périodes prospères, ce qui permet de présager la fin de la crise actuelle.

5Ces embarras des affaires sur tous les marchés du monde remontent à une époque déjà éloignée. C’est à la suite de l’explosion de la crise de 1873 et pendant sa liquidation, que les prix ont commencé à baisser ; cette baisse n’a pas été limitée, comme aux époques antérieures, aux deux années qui ont suivi : elles n’en ont été que le point de départ. Le mouvement a commencé alors, et depuis les cours se sont toujours affaissés jusqu’en septembre 1879. Jamais les commerçants et les industriels n’avaient eu à traverser une période aussi désastreuse ; tout fondait, pour ainsi dire, dans leurs mains. Ils ne pouvaient acheter aucun produit sans le voir bientôt au-dessous du prix d’achat. Comment continuer d’opérer dans ces conditions ? Et cependant, il fallait marcher ! Pour se soutenir, notre pays a dû faire appel à toute son énergie, à toute sa vitalité. Au milieu de pareilles souffrances, comment s’étonner que les industriels, inquiets, effrayés, ne pouvant se rendre compte de la persistance de la baisse des prix, aient réclamé à grands cris la protection de l’État ! Dans l’ignorance des causes, ils s’ingéniaient à chercher les moyens de relever les cours. La concurrence de l’étranger leur paraissait surtout redoutable ; pour la supprimer, rien n’était plus simple que de remanier le tarif des douanes et de le rendre largement protecteur, même jusqu’à la prohibition. Mais cette concurrence était-elle la véritable cause de la baisse des prix ? On pouvait en douter, quand on observait ce qui se passait dans les autres pays. En effet, la baisse était générale sur tous les marchés, et ce n’était pas seulement ceux de la France qui en souffraient ; ce qui n’empêchait pas de dire et de répéter partout, après dix-sept années de prospérité, qu’il était facile de remonter jusqu’à l’origine même du mal, c’est-à-dire aux traités de commerce de 1860.

6La baisse des prix et sa persistance pendant cinq ans, ce qu’on n’avait jamais vu, a placé l’industrie dans une situation toute nouvelle et intolérable pour elle. On a pu s’en convaincre en parcourant le tableau des variations des prix que nous avons donné au mois d’octobre.

7Aujourd’hui, nous offrons la contrepartie de ce mouvement : non seulement la baisse est arrêtée sur la plupart des produits, mais déjà la hausse a pris le dessus.

8L’année 1879 restera célèbre dans l’histoire des prix comme ayant vu les plus grandes oscillations en hausse et en baisse ; elle rappellera les années 1863, 1866, 1871, c’est-à-dire les plus agitées de la seconde moitié du siècle.

9En 1863, on avait noté une hausse de 20.05 p. 100 ; en 1866, une baisse de 15 p. 100 ; en 1871, une hausse de 10 p. 100 ; en 1878, une baisse de 13 p. 100 ; enfin, en 1879, depuis le milieu de septembre, nous constatons une hausse de 20 p. 100.

10La hausse des valeurs du Stock-Exchange (Bourse) n’a rien été à côté de la hausse des produits.

Tableau des variations des prix en 1879

Tableau des variations des prix en 1879

11Un regard jeté sur le tableau qui précède nous montre de suite combien la reprise a été vive et quelle a déjà été l’étendue du mouvement. Il y a trois mois à peine, on était en plein marasme, tout languissait ; depuis, comme par un coup de baguette, tout a changé de face. La hausse a reparu sur la plupart des produits, ce qu’on n’avait pas vu depuis longtemps et pour plusieurs le chemin parcouru est déjà énorme.

12Pour le fer, les prix sont déjà de 60 p. 100 supérieurs à ceux du mois de juillet.

13Pour les autres produits, voici la proportion approximative :

14Le branle est donné, mais la progression est plus faible sur quelques produits. Ainsi, sur la houille et sur la soie, elle n’est guère que de 5 p. 100, pour le coton elle atteint déjà 11 p. 100.

15Quant aux matières alimentaires, le blé, la viande, les prix ont été influencés d’une manière inverse par suite de la mauvaise récolte : pendant que le prix du blé s’élevait de 12 p. 100, le prix de la viande et surtout de la viande de seconde qualité fléchissait de 3 liv. à 2 liv. 10 sh. par stone (8 livres), et celui de la première qualité de 5 liv. 2 sh. à 5 liv. 1 sh. On sent ici l’effet de la hausse du blé, qui déplace dans une certaine mesure la consommation, ou qui, du moins, la rend stationnaire.

16La spéculation a porté surtout sur les matières premières, le fer, le coton, la laine. Entre le produit brut et le produit fabriqué, l’écart a été tel, que, pour le coton par exemple, de 2 3/4 par livre, il s’est élevé à 3 3/4.

17Le lin, le chanvre, le jute participaient à la même activité, et pour ce dernier la hausse atteignait jusqu’à 30 p. 100.

18Nous assistons bien ici à un mouvement de reprise sur l’ensemble des produits ; mais qui en a donné le signal ? D’où l’impulsion première est-elle partie ? Fait curieux à signaler : du point même où était venu l’arrêt, c’est-à-dire des États-Unis. La crise a éclaté chez eux en 1873 ; la liquidation a été longue, pénible, elle s’est prolongée, fait unique dans l’histoire des crises, jusqu’en 1879, et peut-être menaçait-elle de se prolonger encore, sans un accident qui, survenant dans les conditions les plus propices, quand tout était préparé pour cette reprise, a déterminé le mouvement qui nous réjouit aujourd’hui.

19La coïncidence d’une mauvaise récolte en Europe et d’une abondance de blé extraordinaire aux États-Unis a déterminé de suite, grâce à l’abaissement des barrières de la douane qu’on s’est plu si longtemps à entretenir et qu’on voulait encore relever l’année dernière, un courant d’exportation dans tous les pays atteints par les intempéries des saisons. Ces achats faits avec grande rapidité, même par le télégraphe, aussitôt qu’on put se rendre compte du déficit, alors que les relations commerciales n’étaient pas liées dans cette éventualité, durent d’abord être réglés en or ; c’est ce métal qui, arrivant aux États-Unis et venant ajouter un nouveau moyen de circulation à tous ceux qu’ils possédaient déjà, a entraîné toute la machine.

20Armés de ce nouvel instrument, dont l’absence les avait si longtemps empêchés, avec leur tarif de douanes prohibitif, de reprendre leurs relations avec l’Europe, ils ont surmonté tous les obstacles, et les droits protecteurs de 28 sh. par tonne sur le fer en masse et de 32 sh. sur les rails ne les ont pas arrêtés. Ce qui valait 7 £. 5 sh. en Angleterre était coté 13 £. 10 sh. à New York.

21Les demandes ne se bornèrent pas à ces seuls produits. La mauvaise récolte du coton avait fait rechercher la laine, le lin, le jute ; et quand on vit en Angleterre que les demandes se généralisaient, on n’hésita pas à suivre le mouvement. C’est ainsi qu’il se propagea à tous les marchés du continent.

22Dans le tableau qui précède, nous n’avons énuméré que quelques produits, quoique nous eussions pu singulièrement étendre cette nomenclature. Il suffira de prendre une cote de courtiers pour se convaincre que la hausse embrasse tous les articles.

23Voici donc la reprise que nous annoncions ici même à la fin de septembre ! Elle a même pris une allure plus vive qu’on ne pouvait le désirer afin d’assurer une progression régulière pendant une série d’années. Le point important était de s’arrêter sur la pente qui, annuellement, entraînait les prix au-dessous des cours de l’année précédente ; c’est pourtant ainsi qu’on a vécu, si cela peut s’appeler vivre, depuis la crise de 1873.

24Heureusement que jusqu’à ces derniers temps, l’abondance des récoltes et l’exploitation d’une foule de points du sol jusque-là incultes ont répandu dans le pays, à l’aide de la circulation perfectionnée que nous procurent les chemins de fer, une somme de richesse qui dépasse tout ce que l’imagination pouvait rêver. — Essayer d’évaluer ce qui a été mis en valeur par la seule activité individuelle, depuis que les facilités de circulation ont été multipliées et mises à la portée de tout le monde, nous semble impossible.

25Pour suivre et pour constater ce développement de la richesse publique, il suffit d’observer l’accroissement des consommations, des épargnes annuelles et des plus-values d’impôts.

26Les tableaux de douanes, des impôts indirects, des cours de la Bourse et des émissions qui se renouvellent sans cesse, nous donneraient la preuve de l’immensité des ressources, malgré la situation critique dans laquelle se trouvait l’industrie.

27Il ne pouvait en être autrement avec la baisse continue des prix. On s’en plaignait depuis longtemps ; sans vouloir remonter jusqu’à l’origine des embarras, c’est-à-dire à 1873, on préférait s’en prendre aux traités de commerce de 1860. Par le dernier mouvement qui vient de se produire avant même qu’aucune modification ait été apportée aux tarifs des douanes, l’opinion publique aura la preuve indéniable que la hausse pouvait reparaître sans avoir recours à des combinaisons plus ou moins artificielles en faveur de quelques industriels, au détriment de la communauté tout entière.

28Il n’échappera à personne qu’ici, comme dans la plupart des phénomènes économiques, un accident malheureux a toujours pour contrepartie un accident heureux. La crise des États-Unis en 1873 a mis fin à une période de prospérité dont nous avons largement profité. Depuis ce moment le malaise, la stagnation des affaires avaient été amenés et entretenus par la baisse des prix. On se demandait quand et comment cela finirait ; il a fallu la mauvaise chance d’une récolte insuffisante qui, en obligeant l’Europe à faire des remises d’or aux États-Unis, leur a permis de reparaître sur nos marchés pour donner l’impulsion attendue et désirée qui manquait depuis si longtemps.

29Ces surprises, sous forme de réaction en hausse ou en baisse, ne sont pas rares dans les grands phénomènes économiques auxquels nous avons assisté dans ces derniers temps. C’est ainsi que les dépenses de la guerre de 1870, l’indemnité des cinq milliards, qui paraissaient devoir être une cause de ruine pour la France, ont été l’origine d’une activité et d’un élan qui, abandonnés à eux-mêmes, ne paraissent pas devoir se ralentir, si la politique n’y met obstacle, et ont porté la fortune de notre pays au point où nous la voyons aujourd’hui. »

Notes

1 Extrait de l’Économiste français, septembre 1879.

Table des illustrations

Titre Tableau des variations des prix en 1879
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1407/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1407/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter