Version classiqueVersion mobile

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Première partie. Crises commerciales : définition, origine, causes

VII — La baisse des prix et la crise actuelle

Texte intégral

[Question des prix, opinions de MM. Tooke, Newmarch, Giffen, de Foville. — Mouvement des prix.]

1« À entendre ce qu’on répète chaque jour, on ne peut se dissimuler qu’il y a un trouble profond dans les esprits. Les questions économiques, par suite de la complication des rouages, ont pris une telle importance aujourd’hui que chacun, le plus souvent sans être suffisamment renseigné, appuie son opinion sur des faits qui ne se rapportent qu’à une face du problème et ne permettent pas de saisir une vue d’ensemble.

2Selon que l’on lit les journaux anglais, français ou américains, on ne recueille que des plaintes sur la dépression et la stagnation des affaires, ou des signes de joie à la moindre apparence de reprise.

3L’abondance de l’argent, le bas prix auquel il s’offre, l’énormité de l’encaisse des banques, les hauts cours cotés sur les divers marchés des fonds et des valeurs, le taux de capitalisation des immeubles, terres et maisons dans les ventes publiques, les plus-values des impôts, tout indique une grande prospérité et contraste cependant avec la situation commerciale du pays, surtout au point de vue de la fabrication et de la production. Afin d’expliquer une pareille situation, on n’a pas été embarrassé de trouver une série de causes que chacun exploite à son point de vue et selon ses intérêts.

4Pour quelques personnes, pour les fabricants surtout, ce sont les traités de commerce de 1860 qui, après avoir été une source de prospérité, sont devenus une source de ruine. Pour les marchands, pour les commissionnaires surtout, la dépréciation de l’argent, en mettant un grand obstacle à leurs transactions avec les pays qui n’ont jamais eu que ce métal dans leur circulation, est pour eux une des principales causes du ralentissement des affaires.

5Pour les agriculteurs, ce ne sont pas seulement les mauvaises récoltes qui les ruinent, c’est surtout l’introduction des blés des États-Unis qui leur porte le coup de mort.

6Chacun donne une explication à sa guise et demande protection au gouvernement, en le sommant d’aviser par quelques dispositions légales plus ou moins artificielles. On ne recherche pas si dans le passé il n’y a pas eu déjà à traverser des périodes de stagnation et d’abondance de capital comme celle-ci, toute proportion gardée, par suite du développement et de l’activité des affaires ? Il y en a cependant de nombreux exemples ; sans remonter au-delà de 1825, les documents officiels nous permettent de constater qu’après toutes les crises commerciales, il y a une stagnation d’affaires qui, succédant à l’activité qui a précédé et contrastant avec elle, persiste pendant plusieurs années. Ce ralentissement des affaires est caractérisé par une grande baisse de prix des produits et par un reflux très rapide des espèces métalliques dans les encaisses des banques ; c’est toujours à ces moments qu’on observe le chiffre maximum de la réserve métallique. Cette accumulation de métal dans les caisses des banques réduit le taux de l’intérêt au chiffre minimum, et le capital disponible sur le marché, fuyant les entreprises commerciales, se porte sur les valeurs de Bourse avec un aveuglement et une confiance que rien ne peut ébranler ; c’est alors aussi que l’on cote les plus hauts cours sur les fonds publics. Il suffira de rappeler ceux de 1825, 1840, 1852, 1858 :

7Dans chacune de ces périodes, les cours des fonds publics se sont élevés à des chiffres maxima que l’on a revus depuis, mais qui n’ont pas été dépassés jusqu’ici ; ce point culminant, ils l’atteignent de suite pendant la liquidation des crises, puis leurs oscillations recommencent selon l’abondance du capital et les événements. L’observation des tableaux graphiques des oscillations de la Bourse nous prouve cependant que la tendance la plus constante du marché est toujours du côté de la hausse ; les réactions en baisse ne sont, pour ainsi dire, que des accidents.

8Par cette vue d’ensemble sur la situation actuelle, nous voyons qu’aucun des traits qui caractérisaient une situation analogue aux époques antérieures ne manque au tableau.

9À l’activité fiévreuse des affaires qui a amené la crise de 1873 aux États-Unis, en Autriche et en Allemagne, nous avons vu succéder une période de stagnation, de ralentissement des transactions qui s’est étendue sur tout le continent européen. Comme précédemment, cet état de crise, qui n’est pas une crise, mais bien la suite de la liquidation de la crise, est caractérisé par des phénomènes bien contraires à ceux qu’on observe au moment où elle se trouve à l’état le plus aigu.

10Ainsi le portefeuille des banques est vide et les caisses regorgent d’espèces ; le taux de l’intérêt, l’argent étant partout offert, n’atteint même pas 2 0/0 et les valeurs à la Bourse sont cotées aux plus hauts cours, ce qui est tout le contraire de ce qu’on observe aux époques de crise. Nous serions donc à la veille d’une reprise, et d’une reprise des plus brillantes, dépassant, comme toujours, tout ce qu’on a vu jusqu’ici, s’il n’y avait pas un point noir à l’horizon ; ce point noir qui gêne, bien loin de les favoriser, toutes les affaires, c’est la baisse de prix de tous les produits, matières premières ou objets fabriqués. Cette baisse de prix, qu’on observe après toutes les crises et qui n’est que la réaction de la hausse qui la précède et les fait éclater, n’avait jamais pris depuis quarante ans les proportions que nous constatons aujourd’hui.

11Cette question des prix joue le plus grand rôle dans toutes les questions économiques ; c’est une de celles qui ont été le moins étudiées, parce que les documents sont difficiles à recueillir. La chambre syndicale des courtiers en marchandises avait commencé une publication donnant le résumé annuel des cotes hebdomadaires, mais elle y a renoncé. Les prix moyens fixés par la commission des valeurs de douanes sont bien loin de donner une idée des variations des prix. Essayer de les saisir en les prenant à une cote déterminée, c’est encore s’écarter beaucoup de la réalité. Ces réserves faites, nous puiserons à chacune de ces sources.

12Depuis l’histoire des prix (Tooke et Newmarch), on a cherché à recueillir les faits. On a dressé des tableaux pour se rendre compte de leurs variations sur de longues périodes. La revue commerciale que publie chaque année l’Economist anglais au mois de mars permet de suivre les mouvements qui se sont produits depuis 1851 jusqu’à l’époque actuelle. Ces prix sont relevés à une date déterminée, au 1er janvier ; par conséquent, il n’y a aucun autre choix que celui de la date, et ces tableaux, outre les prix eux-mêmes, nous donnent les variations en tant pour cent, en prenant pour point de départ et pour base de comparaison les prix de 1845 à 1850.

13Ce sont ces tableaux qui, dans ces derniers temps, ont été commentés par MM. Giffen et Newmarch dans leurs remarquables travaux sur la puissance d’achat de l’or depuis la découverte des mines de la Californie et sur le mouvement des importations et des exportations entraînant depuis longtemps en Angleterre un défaut de balance considérable au profit des importations, sans que cependant la richesse publique ait été amoindrie.

  • 1 Voir les numéros de l’Économiste français, 5 et 19 juillet 1879.

14M. de Foville, dans son beau travail sur les prix auquel il faut sans cesse recourir, a accumulé d’innombrables matériaux, disposés avec un grand soin pour faire toucher du doigt toutes les différences que l’on observe et, en même temps, donner satisfaction à l’esprit en lui permettant d’en saisir les causes. Comme M. Newmarch, il vient, lui aussi, démontrer qu’en France les excédents des importations sur les exportations, qui font pousser des cris aux protectionnistes, sont loin de représenter la valeur réelle des marchandises1.

15Dans tous les phénomènes économiques, les prix jouent donc toujours le plus grand rôle, soit à une époque de prospérité, soit à une époque de crise ; tout dépend du sens dans lequel le mouvement a lieu et de l’exagération qui le caractérise. Il suffit d’embrasser d’un coup d’œil une longue période pour saisir des écarts qui rendent compte de toute la souffrance ou de toute la prospérité des affaires.

16Ainsi, en ce moment, au milieu de ce concert de plaintes qui retentit sans cesse à nos oreilles, comment expliquer cette abondance inouïe d’argent faisant déborder les encaisses des banques, abaissant le taux de l’intérêt au-dessous de tout ce que l’imagination pouvait rêver, pour donner une impulsion favorable aux affaires, sans leur communiquer l’activité qui leur serait nécessaire pour répondre à la puissance des engins dont l’industrie dispose aujourd’hui ?

17Est-ce une crise ? Non, puisque cette situation n’en présente aucun des caractères, soit qu’on examine les bilans des banques, soit qu’on note le taux de l’intérêt et des fonds publics. Il y a sans doute de la gêne, de grands embarras dans quelques industries ; dans les autres, les bénéfices, quand il y en a, ne répondent pas à ceux des dernières années, ou à ceux qu’on pouvait espérer après les dépenses faites pour mettre le matériel et les approvisionnements en mesure de satisfaire à toutes les demandes, mais on ne signale pas et on ne remarque pas une série de ces liquidations forcées qui accompagnent toujours les crises commerciales.

18On rencontre, au contraire, un phénomène, suite inévitable de la hausse des prix qui a précédé et qui en est la réaction : nous voulons parler de la baisse qui succède aux engouements et aux exagérations des affaires. En ce moment, cette baisse présente même des caractères particuliers ; ce n’est pas une simple réaction sur les derniers hauts cours, c’est une réaction qui s’étend non seulement à tous ceux qui ont précédé, mais qui s’abaisse même au-dessous de tous les bas cours cotés pendant les liquidations des dernières crises de 1857 et de 1864. Il faut remonter à celle de 1847 pour trouver des prix aussi bas. C’est là un des accidents les plus caractéristiques de l’époque actuelle, et cet accident n’est pas particulier à la France, il s’étend sur tous les marchés. Cette baisse générale des prix a rendu disponible la plus grande partie du fonds de roulement nécessaire aux affaires ; de là cette abondance du capital qui s’offre sur toutes les places, en quête de placements, et qui fait regorger les encaisses des Banques de France, d’Angleterre et des États-Unis. Cette disponibilité du capital ne doit pas seulement être attribuée à cette cause ; il y en a plusieurs autres qui ont agi dans le même sens et dont le résultat final a été le même : nous voulons parler de la puissance d’achat de l’or ou de sa valeur propre par rapport aux autres marchandises, et de la facilité, de plus en plus grande, avec laquelle tous les produits arrivent, de tous les points de l’horizon, sur la place où on les réclame, soit pour la consommation intérieure, soit pour l’exportation. Le télégraphe, les chemins de fer, l’isthme de Suez, les banques, leurs succursales et leurs correspondants, ont donné à la circulation des marchandises une facilité dont on ne peut se faire une idée, facilité qui déroute tous ceux qui comptaient jusqu’ici sur un marché réservé. Il s’opère dans le commerce du monde une révolution semblable à celle dont on a été témoin à Paris, dans la lutte des grands magasins contre les petits, et cette lutte se complique d’une baisse de prix qui rend la conduite des affaires encore plus difficile. Cette baisse domine depuis plusieurs années et sa persistance sur tous les marchés apporte un élément nouveau de trouble, qui ne se faisait pas sentir avec une pareille intensité et une pareille durée aux époques antérieures ; joignez-y la dépréciation de l’argent et vous aurez une idée des obstacles qui s’opposent à la circulation des marchandises, malgré toutes les facilités de communication par mer et par terre.

19Au premier abord, on ne s’explique pas comment ce qui devrait favoriser les échanges devient une cause de ralentissement. Quelle que soit l’explication qu’on en donne, ce n’en est pas moins un fait dont le commerce et l’industrie souffrent aujourd’hui.

20Les mouvements des prix, quand on suit toutes leurs oscillations, permettent cependant de se rendre compte de la gêne qu’on éprouve en ce moment dans les affaires. Dès qu’on observe sur une série de semaines ou de mois les prix du gros et du détail, on ne tarde pas à s’apercevoir qu’il y a toujours un écart considérable entre les deux, ce qui doit être, mais cet écart ne suit pas les variations en hausse ou en baisse du prix des marchandises en gros. Il n’est pas rare de voir figurer sur la cote des courtiers des différences de 25 à 30 0/0 entre les cours maxima et minima, sans que cependant les cours du détail en portent la moindre trace. Il faut, en effet, pour le grand commerce une élasticité que le commerce de détail ne comporte pas ; il en est de même pour les grandes affaires de banque, c’est cette élasticité qui aujourd’hui fait complètement défaut. Cette persistance des bas prix, en l’absence de toute reprise, permet d’autant moins de s’engager, qu’aujourd’hui la plupart des industries sont montées sur un grand pied ; la prospérité des années antérieures, dans lesquelles il était difficile de suffire aux demandes, les a engagées à augmenter leur matériel, en dépassant même peut-être les besoins futurs du marché ; de là une réduction des bénéfices qu’on supporte d’autant plus difficilement en souvenir d’un passé récent. La dépression des prix est telle, il est si difficile de les voir descendre plus bas, qu’arrivés à ce degré, toute entreprise doit donner des bénéfices.

21Nous avons également recherché si, parmi toutes les causes que l’on invoque pour expliquer le ralentissement des affaires, il n’y en aurait pas une prépondérante et sur laquelle on a peu insisté jusqu’ici, nous voulons parler de la baisse des prix que l’on remarque sur toutes les cotes des courtiers de commerce et sur toutes les places, au moment où la cote de la Bourse nous apporte chaque jour des cours qu’on n’avait pas vus depuis longtemps.

22N’y a-t-il pas quelque rapprochement à faire entre cette différence d’aspect des deux cotes, l’une se trouvant au plus bas quand l’autre est au plus haut ? Ce contraste n’indique-t-il pas une direction différente du capital, qui abandonne un marché pour se porter sur l’autre ? Une portion de ce capital est devenue libre par suite de la baisse des prix, qui en absorbe une moindre part ; quant à l’autre, elle se détourne d’un marché, mort pour ainsi dire, où il n’y a plus de spéculation possible par suite de la stagnation des prix au niveau le plus bas, sans aucune reprise depuis la crise de 1873. Ce qui doit ici attirer l’attention, ce n’est pas seulement la baisse des prix, c’est la continuité et la persistance de cette baisse. Les variations des cours que traduisent les cotes n’ont rien qui nous étonne, et quand on les suit sur de longues périodes, elles se reproduisent d’une manière régulière à des époques déterminées. Ainsi, les cours maxima de l’ensemble des produits s’observent toujours dans l’année qui précède ou dans l’année même de la crise. Depuis 1800, c’est-à-dire depuis que nous possédons les documents qui nous permettent de constater les faits, nous les voyons se reproduire avec une parfaite régularité, pendant les crises de 1810, de 1825, de 1838, de 1847, et dans ces derniers temps, en 1857, 1864 et 1873.

23Ainsi, années de crise, années de hauts prix, bientôt suivies d’une réaction en baisse qui leur succède immédiatement. Puis les prix reprennent leur marche ascensionnelle jusqu’à l’explosion de la prochaine crise, c’est-à-dire pendant sept à huit ans.

24La marche normale des cours sur les cotes est donc presque toujours la hausse, puisque si sur une série d’années nous marquons les crises commerciales, nous obtenons des périodes de hausse de sept à huit années, suivies d’une réaction en baisse qui dure à peine deux années, pour permettre la liquidation des affaires mal engagées par une spéculation, ne trouvant plus le placement des produits qu’elle a en magasin, et forcée de les offrir sur le marché.

25Voilà ce que nous apprend l’observation des bilans des banques et des cotes des courtiers de commerce dans tous les pays. Faisons-nous l’application de cette loi à l’époque actuelle ? Nous constatons que tout s’est passé dans le monde comme aux époques antérieures ; la crise a éclaté en 1873, elle a sévi surtout en Autriche et aux États-Unis, mais les autres nations, quoique moins atteintes, en ont éprouvé le contrecoup. Si l’explosion a été moins vive, et a causé moins de ruines, elle n’en a pas moins été le début du ralentissement des affaires et de la baisse des prix ; mais ce qui caractérise l’époque actuelle, c’est que cette baisse, au lieu de se borner comme d’usage aux deux années qui ont suivi la crise, a persisté depuis ce moment sans la moindre apparence de reprise.

26Voilà un fait nouveau qui, depuis le commencement du siècle, les documents nous manquant pour les époques antérieures, n’avait pas encore été observé après les retours périodiques des crises commerciales. À aucune époque, on n’a vu une baisse des prix aussi persistante et aussi continue ; le mouvement décroissant a commencé en 1873, après la crise, et depuis ce moment il ne s’est pas arrêté. Les cotes des courtiers nous ont donné, pendant le premier semestre de cette année, des cours non seulement plus bas qu’en 1874 au lendemain de la crise, mais plus bas qu’à toutes les époques antérieures dans des circonstances semblables. Pour la plupart des produits de grande consommation, il faut remonter jusqu’à 1845-1850 pour trouver des cours qui se rapprochent des cours actuels, quoique leur étant encore de 15 à 20 p. 100 supérieurs.

27Il fallait établir le tableau de ces variations de prix dont les éléments n’étaient pas faciles à rassembler. Après avoir longtemps cherché dans les documents officiels, qui tous présentent de nombreuses lacunes, nous avons pris pour base de nos recherches les relevés publiés par le journal anglais The Economist dans sa revue commerciale de chaque année. Après avoir donné les prix, il a résumé en tant pour cent les variations annuelles à la date du 1er janvier, c’est à cette source que nous avons puisé.

28Comme point de départ on a relevé les prix de 1845 à 1850 et la moyenne a été représentée par le chiffre 100 ; toutes les variations en hausse ou en baisse au-dessus ou au-dessous indiqueront l’écart en tant pour cent.

  • 2 Voir tableau des prix.

29Pour simplifier le tableau et le rendre plus saisissant, nous avons donné seulement les chiffres maxima qui se rencontrent au moment des crises et les chiffres minima qui leur succèdent pendant la liquidation de ces embarras commerciaux2.

30Le tableau ainsi disposé se lit avec aisance et clarté. On voit les prix s’élever pendant une série d’années jusqu’au moment où la crise éclate, puis descendre et s’abaisser rapidement pendant la liquidation pour reprendre de suite leur mouvement ascensionnel. Cette reprise est même souvent tellement rapide, comme on l’a remarqué après les crises de 1836 et de 1864, en 1839 et en 1866, qu’elle amène une seconde secousse souvent plus grave que la première.

31Le tableau sous les yeux, nous constatons que depuis 1850 les hauts prix pour tous les principaux produits ont toujours été observés dans l’année même où les crises ont éclaté, en 1857, en 1864 et en 1873, et les bas prix dans les deux années qui ont suivi. Les oscillations en hausse ou en baisse portent sur tous les produits, la récolte de blé en déficit ou en excédent se rencontre en même moment, ce qui indique bien que sans être une cause déterminante de la crise, elle met le feu aux poudres quand tout est préparé pour l’explosion. La viande seule a fait exception, le mouvement de hausse s’est continué sans interruption de 1851 à 1866, de 87 à 129, traversant les liquidations des crises de 1857 et de 1864 sans fléchir, ce qui indique bien que ces crises, malgré le trouble apporté dans les affaires, n’ont été que des liquidations d’une spéculation trop chargée, mais n’ont pas arrêté le développement général de la richesse et de l’aisance, le haut prix et la consommation de la viande en font foi.

32Nous avons ainsi la justification de la régularité des mouvements des prix et de leurs oscillations en hausse ou en baisse.

33L’année 1873 a vu les derniers hauts cours. La réaction en baisse a eu lieu comme d’usage dans les deux années qui ont suivi, en 1874 et 1875, sans que depuis ce moment la reprise qui aurait dû succéder et qu’on attend toujours ait encore apparu. Les cotes des courtiers de commerce, bien loin d’en porter la moindre trace, nous montrent toujours les cours en baisse. La dépression ne s’est pas arrêtée après les deux années de la liquidation, elle a continué jusqu’en 1879, ce qu’on n’avait jamais vu jusqu’ici, et ce fait n’est pas particulier à la France, il s’observe sur tous les marchés du monde.

34Faut-il s’étonner dans une pareille situation des embarras et des plaintes du commerce et de l’industrie ? Ils étaient habitués à produire et à vendre à des cours presque toujours en hausse malgré des réactions de courte durée, et aujourd’hui il faut s’accommoder des bas prix, plus bas même qu’en 1845, après avoir profité longtemps de prix beaucoup plus élevés.

35N’oublions pas de noter que parallèlement les salaires des ouvriers ont continuellement augmenté et que les frais généraux sont beaucoup plus considérables qu’autrefois, sans parler encore des nouveaux impôts depuis la guerre de 1870.

36Le contraste est d’autant plus frappant que si nous prenons les prix maxima dans chacune des trois dernières crises, en 1857, en 1864 et en 1873, nous observons qu’ils ont toujours été en croissant et que ceux de 1873 sont pour un grand nombre d’articles plus élevés qu’aux époques antérieures ; ce qui rend le contraste encore plus pénible et plus difficile à supporter, car si nous rapprochons les bas prix d’aujourd’hui, on voit l’espace parcouru et le degré auquel on est descendu ; sur certains produits la baisse est énorme.

37Quand depuis six ans les prix s’affaissent et fondent pour ainsi dire dans les mains des détenteurs des produits, on comprend combien la situation devient critique.

38Passons rapidement en revue les principales variations de prix des principaux produits que nous avons pris pour exemple.

39Parmi ceux qui servent à la consommation alimentaire, il n’y en a que deux, le blé et le sucre, dont les prix sont bien inférieurs à la moyenne de 1845-50, après l’avoir dépassée en 1857 et en 1873.

40Les prix des deux autres, la viande et le café, sont supérieurs à ceux de 1845 ; nous les trouvons à 127 et 143 après avoir vu coter 146 et 233 en 1873. Notons que ce n’est pas un objet de première nécessité qui a gardé les plus hauts prix ; simple accessoire dans l’alimentation, le café l’emporte de beaucoup sur la viande.

41Il en est de même du tabac, quoique ce ne soit pas un aliment.

42Les matières textiles, le coton, la laine, la soie ont subi depuis 1845 des variations de prix énormes. Le coton par suite de la guerre de la sécession aux États-Unis, la laine par le contrecoup même de cette disette.

43Le prix du coton de 100 fr. en 1845-1850 s’est élevé à 460 en 1864 pour retomber à 73 en 1879 ! On voit à quelles chances de bénéfice et de perte les producteurs ont été exposés.

44Les variations de prix sur la laine ont été moins grandes.

45De 100 en 1845-1850 le prix s’élève à 146 en 1857, retombe à 105 en 1858-1859 pendant la liquidation de la crise. La cherté du coton le relève à 159 en 1865, puis il s’abaisse jusqu’à 88 en 1870-1871, et enfin, après avoir encore atteint le cours de 157 pendant la crise de 1873, il descend à 106 en 1879. Les écarts ont été moins grands que pour le coton quoique les oscillations aient été dans le même sens.

46La soie, pendant le même espace de temps, a doublé de prix, de 100 à 204 (1845-50-1857), mais au plus fort de la crise du coton elle était déjà retombée à 139, ce qui indique assez qu’elle ne pouvait satisfaire les besoins des consommateurs. La guerre de la sécession terminée, elle se relève à 200, puis, sauf un léger relèvement de prix en 1870-1871, elle fléchit toujours jusqu’à 87 en 1876.

47En résumé, des trois principaux textiles, deux seulement, la laine et la soie, malgré une grande baisse de prix, sont au-dessus des prix de 1845-1850.

48Si nous recherchons quelle a été l’influence de ces variations sur les objets fabriqués et si nous prenons pour exemple les fils et les tissus de coton, voici ce que nous constatons :

49Pendant que de 1845-1850 à 1864 les prix du coton s’élèvent de 100 à 460, ceux des filés s’élèvent de 100 à 349 et ceux des tissus de 100 à 275.

50Ainsi la hausse du produit fabriqué n’a pas suivi la hausse de la matière première. Bien plus, la différence s’accuse en raison inverse de la quantité de main-d’œuvre qui entre dans le produit fabriqué. Rien n’indique mieux l’écart normal toujours très considérable qui doit exister entre la matière première et le produit fabriqué ; aussi, quand le coton hausse de 100 à 460, le prix du tissu n’augmente que de 100 à 275.

51Un effet contraire se produit en baisse :

52Les écarts sont encore ici en sens inverse, et ce sont les tissus qui présentent le plus de fixité.

53Pour les métaux, fer, plomb, cuivre, étain, la baisse est générale, de 20 à 25 p. 100 au-dessous du cours de 1845-1850 ; ce qui n’a pas empêché que de très hauts cours fussent cotés dans l’intervalle.

54Ainsi, pour le fer de 100, les prix s’élèvent :

55L’écart énorme de la dernière période, la chute de 167 à 74, explique assez les souffrances de l’industrie du fer, quand elle n’est pas réunie à d’immenses ateliers de construction, comme au Creusot. Cette industrie, tout en maintenant la division du travail, se complique de plus en plus. Il ne s’agit pas seulement dans une usine de produire de la fonte et du fer, il faut aussi y joindre la fabrication des machines, et alors en combinant ses produits et ceux de l’étranger à l’aide de l’admission temporaire, on arrive à rémunérer le capital employé ; mais quel capital et quelles affaires faut-il mettre en mouvement pour arriver à ce résultat ? C’est en 1873, pour la première fois depuis 1845, que le prix du fer s’élève à 167, jusque-là les plus hauts prix n’avaient pas dépassé 121 et 105 en 1857 et en 1864. On constate ici combien a été grande la demande des fers pour la construction des 11,000 kilomètres de chemins de fer aux États-Unis en une seule année ! La réaction n’a pas tardé à se faire sentir et elle a été terrible : de 167 les prix ont été précipités à 74 en 1879 ! En 1873 les usines ne pouvaient satisfaire toutes les demandes, pour se mettre en mesure d’y répondre elles ont augmenté leur outillage et aujourd’hui, pour ne pas le laisser inactif, l’offre du fer dépasse la demande.

56Ce qu’on observe pour le fer d’une manière si nette s’est produit, quoiqu’à un moindre degré, sur tous les métaux. Le plomb, le cuivre, l’étain ont vu également leurs prix déprimés au chiffre minimum en 1879, après avoir eu de hauts cours cotés en 1857, 1864 et 1873.

57Pour le plomb et pour le cuivre, les écarts ont été moindres que pour le fer, comme nous pouvons le voir :

Variations des prix

Variations des prix

58Pour l’étain, l’écart a été encore plus grand, puisque de 171 en 1873 les cours se sont abaissés à 75 en 1879.

59Fait curieux et bien digne de remarque, cette baisse de prix de tous les métaux coïncide avec la dépréciation de l’argent et la hausse de l’or, car en présence des prix cotés, il est bien certain que sa puissance d’achat est plus considérable qu’en 1850. Le cycle complet a été parcouru : l’abondante production des mines de la Californie a fait d’abord baisser la valeur de l’or en 1850. Sa puissance d’achat, étant alors moindre, est venue se joindre, comme cause accessoire, à toutes les causes de hausse pour élever les cours des marchandises, sans que son extrême abondance en ce moment pût empêcher les violentes réactions en baisse qui se produisirent après les crises de 1857 et de 1864.

60Aujourd’hui ce n’est pas seulement une réaction à laquelle nous assistons, c’est une dépression qui donne le principal caractère à la crise actuelle et la rend d’autant plus pénible à supporter.

61La seule consolation que nous puissions tirer de cette étude, c’est que la richesse des nations n’a pas été atteinte, partout elle est en progrès : le taux des salaires, les dépenses de consommation, l’épargne annuelle l’indiquent assez ; quant aux prix, jamais ils ne furent plus favorables pour la reprise des affaires.

62On vient de lire ce que nous écrivions pendant la liquidation de la crise de 1873, au moment où les prix étaient des plus bas.

63Notre remarque était à peine faite que, les circonstances devenant plus favorables pour la reprise des affaires, quelques mois après elle se manifestait déjà, et voici l’article que nous publiions en mars 1880 dans l’Économiste français. Nous en donnons ici le texte même pour montrer quelle était l’impression du moment et le parti que l’on peut tirer des observations qui font la base de ce travail.

Notes

1 Voir les numéros de l’Économiste français, 5 et 19 juillet 1879.

2 Voir tableau des prix.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search