Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Première partie. Crises commerciales : définition, origine, causes

VI — Hausse et baisse des prix

Texte intégral

[Tableau des prix d’après l’économiste anglais. — Position des hauts cours et des bas cours par rapport aux crises.]

1Après les théories, il faut passer à la pratique et constater si cette dernière confirme ou infirme tout ce qui précède. Rien n’est plus difficile que de trouver une série de prix qui donne un véritable tableau de la situation des marchés. Il y a bien la cote des courtiers en marchandises, mais, là même, il y a beaucoup de lacunes. De 1855 à 1865, ils avaient essayé de donner un tableau annuel des plus hauts et des plus bas cours cotés, et ce tableau corrobore les chiffres que nous avons recueillis ailleurs ; malheureusement il n’a pas été continué, il ne portait du reste que sur quelques articles ; il fallait donc chercher encore. Nous n’avons trouvé que deux publications nous offrant les garanties qui nous manquaient : les évaluations annuelles officielles données par la commission des valeurs de douane, et les relevés donnés par le journal anglais the Economist dans sa revue commerciale publiée chaque année au mois de mars.

  • 1 Voir les Tableaux des prix de la commission des valeurs de douane à la fin du volume.

2Les prix relevés par la commission des valeurs de douane ne donnent que les prix moyens de l’année et ne nous permettent pas de suivre les écarts souvent considérables qui se produisent et caractérisent une situation. Néanmoins, même sur ces prix moyens, on peut suivre leurs oscillations en hausse et en baisse et bien constater le sens des courants, comme on le reconnaîtra sur les tableaux que nous avons sous les yeux1.

3Les tableaux des prix, d’après le journal anglais the Economist, offrent un aspect plus réel, plus vivant, des transactions, et quoique nous n’ayons que deux cours par an, au 1er janvier et au 1er juillet, sur 22 des principaux produits, nous pouvons espérer approcher de plus près des écarts maxima et minima. Le tableau acquiert ainsi plus de relief, quoiqu’il marche dans le même sens que celui de la commission des douanes ; il nous fait mieux sentir l’étendue des mouvements et la force qui, dans un sens ou dans un autre, élève ou abaisse les prix.

4Pour rendre les comparaisons plus faciles et plus saisissantes à l’œil, nous avons pris pour base la moyenne des prix de 1845 à 1850 représentée par le chiffre 100, puis marqué leur écart en tant pour cent ; ainsi, si l’on cote pour le blé 71 en 1851, cela veut dire qu’il a baissé de 29 p. 100, si au contraire on cote 118 en 1857, cela veut dire qu’il a haussé de 18 p. 100. Il n’y a plus aucun calcul à faire ; par une simple soustraction ou une simple addition, on a de suite la différence des prix en tant pour cent.

5Un rapide coup d’œil sur ces tableaux va nous faire toucher du doigt le point de la question qui nous occupe. La place occupée par le haut cours et par le bas cours nous indiquera de suite dans quelle période on se trouve : période prospère, période de crise, période de liquidation. On n’a réuni sur ce tableau que les cours extrêmes, afin de ne pas troubler les regards par la multiplicité des chiffres ; observés sur le relevé complet, on constate qu’ils ne se présentent pas comme par accident à un moment donné, mais que, en hausse comme en baisse, ils se succèdent pendant une série d’années avant d’atteindre leur chiffre extrême.

6Il y a donc un ensemble de circonstances qui les entraînent dans un sens ou dans un autre, et une combinaison artificielle, un accident, le hasard, ne jouent ici aucun rôle, puisque, dans tous les grands pays d’affaires et dans toutes les périodes, nous les voyons occuper la même place par rapport aux crises commerciales.

7Parmi toutes les variations de prix que nous avons sous les yeux, la hausse et la baisse des prix ne se répartissent pas d’une manière égale entre tous les produits. Ce qu’il faut noter, c’est la tendance à la hausse pour les produits naturels et la tendance à la baisse pour les produits fabriqués.

Tableau des prix d’après « the Economist ». 1847-1887

Tableau des prix d’après « the Economist ». 1847-1887

8Nous ne devons pas oublier l’influence des récoltes, de l’abondance ou de la rareté, mais quelque grande qu’elle soit, elle est souvent contrecarrée par les demandes ou les offres du marché. La loi de l’offre et de la demande domine toujours ; tantôt c’est le produit qui la détermine, tantôt c’est la spéculation.

9Parmi les produits naturels, il ne faudra pas négliger de tenir compte des récoltes pour le blé, le tabac, le sucre, le café, le thé, le coton, le chanvre, les huiles, le bois, l’indigo.

10Les produits animaux sont aussi jusqu’à un certain point sous la même dépendance, ainsi que sous celle des saisons ; la soie, la laine, la viande, le cuir, la graisse sont dans ce cas.

11Restent les matières minérales : fer, plomb, cuivre, étain, dont la plus ou moins grande abondance dépend des mines et de la volonté de l’homme. Malgré les conditions si différentes qui président à la production, si l’on en juge par les prix, on peut dire que c’est souvent la spéculation et la consommation qui jouent le plus grand rôle dans leur fixation et, par suite, dans les oscillations auxquelles ils sont soumis. Les prix reflètent l’état de richesse ou de pauvreté d’un pays, il ne faut pas l’oublier. C’est une nouvelle cause d’action à ajouter à toutes celles que nous avons déjà énumérées.

12Quelles que soient les combinaisons de toutes ces causes qui agissent séparément ou simultanément dans le même sens ou en sens contraire, l’observation nous montre que, sauf dans quelques cas extraordinaires, les écarts en hausse ou en baisse, au-dessus ou au-dessous du pair, oscillent autour de 30 p. 100 ; pour l’étude actuelle ce n’est pas cet écart qui nous préoccupe, c’est le moment où il se produit.

13Prenons-nous l’écart en hausse que nous avons donné comme la caractéristique des crises, nous le suivons sur le tableau et nous le retrouvons dans toutes les périodes, ou l’année même de l’explosion de la crise, ou l’année d’avant.

14En 1857, 1864, 1873, 1882, toutes années de crise, le mouvement de hausse est bien arrêté, et aussitôt le mouvement décroissant commence.

15Dans la comparaison des hauts cours cotés, il faut toujours se rappeler que la crise de 1864, qui a éclaté au moment le plus aigu de la guerre de sécession aux États-Unis, a donné pour le coton, pour les tissus et pour le chanvre, des prix qu’on n’avait jamais vus et qu’on ne reverra pas, nous l’espérons.

16En 1882, la hausse des prix dans son ensemble a été aussi marquée que dans les crises précédentes, et cette hausse doit être d’autant plus signalée, que déjà à cette époque et depuis 1873 on se plaignait de la baisse des prix, qu’on attribuait, comme aujourd’hui, à la dépréciation de l’argent. S’il en était ainsi et si cette baisse de l’argent était la cause de la baisse des prix, on ne s’expliquerait pas comment, malgré la persistance de cette dépréciation, les prix auraient pu reprendre et s’élever de nouveau. Il y a là un fait qu’il serait difficile d’expliquer, si l’on n’abandonnait pas cette fausse théorie.

17Il est vrai qu’à la suite de cette hausse des prix, la baisse a reparu pendant la liquidation de la crise, mais cette baisse était indiquée, elle s’est faite naturellement, comme on l’a toujours observé dans ces conditions, ainsi qu’on peut le lire sur les tableaux ci-joints, tirés soit du journal anglais the Economist, soit de la commission des valeurs de douane.

18Les bas cours des produits et des marchandises s’observent toujours dans les années qui suivent les crises, dans les deux ou trois premières années, quelquefois plus tard selon la longueur de cette liquidation.

19Il fallait mettre en lumière non seulement ces oscillations de prix, bien ordinaires, mais indiquer la place des hauts cours et des bas cours dans les périodes de prospérité et de crise dont se compose la vie des peuples, ce que l’observation des faits pouvait seule montrer en révélant la loi qui préside à ces mouvements qu’un regard superficiel ferait prendre pour l’effet du hasard ou de circonstances imprévues. Notons que la baisse et la dépréciation de l’argent qui pouvait rentrer dans ces conditions n’ont pas même pu faire sentir leur action.

20En étudiant ces tableaux des prix, notons qu’ils portent sur des matières premières ou sur des produits fabriqués.

21Pour les matières premières de l’agriculture, produits animaux ou produits végétaux, l’influence des récoltes est considérable ; comment s’étonner alors si l’on rencontre quelques fois des hauts cours et des bas cours en dehors des crises et de leurs liquidations ?

22Pour les matières premières provenant des mines, des carrières, la volonté de l’homme a ici une action plus directe, aussi ces exceptions seront moins nombreuses.

23Ce qui importe surtout, c’est de noter la place des hauts cours et des bas cours et leurs rapports avec les crises commerciales.

24Il est sans doute regrettable que nous n’ayons pas un plus grand nombre de prix d’articles fabriqués, mais la reproduction presque régulière des variations de cours qui se succèdent sur les tableaux nous permettent de généraliser.

25L’observation de ce qui s’est passé pendant la crise de 1864 y engageait déjà. Quoique les variations de prix aient surtout porté à cette époque sur le coton, néanmoins les autres produits, même en dehors de la laine, de la soie, du chanvre, ont présenté au même moment leurs plus hauts cours, ce qui prouve bien qu’on se trouvait alors dans le courant de hausse. Si la guerre de la sécession aux États-Unis a hâté l’explosion de la crise, on y marchait déjà à grands pas.

26On sera surpris de ne plus retrouver pour beaucoup de produits les hauts cours cotés jusqu’en 1873 ; cette surprise ne sera pas la seule et se transformera même en un juste effroi quand on verra apparaître des bas cours qu’on ne connaissait pas jusqu’ici.

27Ce n’est pas le lieu d’insister sur ces oscillations, qu’il nous suffise de remarquer que, même avec cette dépression des oscillations, les hauts cours et les bas cours se succèdent comme aux époques antérieures, ce qui confirme la loi.

28Il serait trop long et trop fastidieux de répéter ici ce qui s’est produit dans chaque période de prospérité et dans chaque période de liquidation ; nous pouvons cependant prendre un exemple d’autant plus concluant qu’il s’applique à une époque récente et que nous n’en parlons pas après coup, à notre aise ; mais au moment même où se déroulaient les événements, et alors qu’indiquant leurs caractères nous signalions ce qui allait se passer, application pratique de la théorie une fois de plus confirmée par les faits.

29Pour choisir cet exemple, les crises par leurs retours périodiques depuis le commencement des siècles ne nous laissent que l’embarras du choix. À une époque récente, dont nous avons tous été témoins, observons-nous la baisse des prix qui a suivi la crise de 1873, apogée de la hausse de ces derniers temps, nous aurons le tableau fidèle de ces variations après et avant les crises.

30Le krach de 1873 avait mis fin à la progression incessante des cours, et la liquidation longue et pénible était, comme toutes les liquidations, caractérisée par leur dépression sur tous les marchés ; les plaintes étaient générales, pour redonner quelque espoir, voici ce que nous écrivions à cette époque, au mois de septembre 1879 et en mars 1880, dans l’Économiste français.

Notes

1 Voir les Tableaux des prix de la commission des valeurs de douane à la fin du volume.

Table des illustrations

Titre Tableau des prix d’après « the Economist ». 1847-1887
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1405/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1405/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter