Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Première partie. Crises commerciales : définition, origine, causes

V — Variation des prix. Périodes de hausse et de baisse des prix

Texte intégral

[Étendue de la circulation fiduciaire. — Crédit. Pouvoir d’acheter. — La circulation fiduciaire en Angleterre d’après M. Norman.]

1Les variations dans les prix que l’on constate aux époques de prospérité et de crise proviennent de causes multiples très délicates à analyser. Il faut signaler d’abord celles qui tiennent à la production elle-même, agricole ou industrielle : les années de disette ou d’abondance, les améliorations et l’économie apportées dans la fabrication par la division du travail, l’emploi des machines et, par conséquent, d’un capital plus ou moins considérable immobilisé qui seul, en doublant ou triplant la production, et en abaissant ainsi le prix de revient, permet de mettre la marchandise à la portée d’un plus grand nombre de consommateurs ; enfin l’ouverture ou la fermeture d’anciens débouchés. Mais, en dehors de ces conditions qui tiennent aux changements atmosphériques, à la production elle-même et au commerce, qui peuvent agir de concert ou se contrarier, il y en a d’autres qui tiennent au crédit, à l’heureuse impulsion qu’il imprime aux affaires et, par suite, à la consommation des classes laborieuses.

2N’oublions pas les perfectionnements apportés aux transports par terre et par eau, voitures, chemins de fer, canaux, bateaux à vapeur, navigation fluviale et maritime, d’où l’abaissement des tarifs et des frets qui ont, pour ainsi dire, fait disparaître les distances, comme nous le voyons, au grand détriment de notre agriculture pour le transport des blés de l’Inde et des États-Unis ; ajoutons encore le télégraphe, le téléphone à tous ces merveilleux moyens et on comprendra combien les conditions du commerce sont modifiées et comment les grands écarts de prix qu’on notait jadis doivent tendre à disparaître.

3On s’est demandé si la circulation elle-même, métaux précieux ou papier, n’aurait pas une influence spéciale sur les prix. À première vue, comme tout dépend d’un rapport, il semble que, si dans un pays la somme des métaux précieux augmente dans une plus grande proportion que la somme des produits, on devra donner une plus grande quantité d’or en échange de ces derniers, et les prix hausseront. Sans doute, ce résultat ne tarderait pas à se produire s’il n’était contre-balancé par la facilité que l’échange de l’or offre pour engager les affaires, non seulement dans le pays même où il se trouve, mais dans le monde entier. Dès qu’accumulé sur un point, sa valeur paraît baisser par rapport au prix courant sur le marché général du monde, aussitôt le commerce s’en empare, et l’on engage de nouvelles affaires qui eussent été impossibles sans cet intermédiaire d’un troc si facile ; de là, dans toutes les classes de la société, un redoublement d’activité, de travail et de richesse, qui, beaucoup plus que l’abondance de l’or lui-même, détermine une hausse des prix.

4Le premier effet d’une émission de billets tend à réduire la valeur de l’argent, conséquemment le taux de l’intérêt, sur toutes les valeurs négociables, et par suite détermine une augmentation du prix des marchandises. De même une circulation métallique abondante, si elle conserve le pair, peut tendre à élever la valeur des marchandises, ce qui attire les importations sans provoquer les exportations.

5On a cependant été jusqu’à nier qu’elle eût aucune influence. Selon MM. Rothschild et John Loyd, le prix des marchandises est la dernière chose qui puisse être affectée par les fluctuations de la monnaie. M. Rothschild émettait même cette singulière idée, que tout ce qui ne servait pas aux échanges à l’intérieur était employé en vaisselle pour le service de table. Il ne paraissait pas comprendre le rôle des métaux précieux servant de moyen d’échange dans le monde entier.

6Pour les affaires au comptant, la somme de monnaie en circulation, or, argent ou papier, doit varier avec les prix ; mais encore ici, tout dépend de la rapidité des échanges ; aux époques prospères, malgré la hausse des prix, la même somme de monnaie, en circulant plus rapidement, peut rendre les mêmes services qu’une somme double animée d’un mouvement moitié moindre.

7Pour apprécier sainement les services que les espèces ou le papier peuvent rendre, il faut toujours tenir grand compte de leur circulation.

8Et ici, comme nous l’avons déjà observé en étudiant le crédit, il y a deux espèces de promesses de payer qui remplissent le rôle de la monnaie :
1o Les billets de banque ;
2o Les effets de commerce, les lettres de change, les chèques.

9Nous avons vu l’action de chacun de ces instruments de crédit sur les prix.

10Leur utilité ne saurait être contestée. On sent combien il est nécessaire que le crédit vienne largement en aide au capital pour activer les affaires. La plus grande partie des transactions s’effectue au moyen de capitaux empruntés. En général, la production et la demande règlent les prix, excepté quand intervient la spéculation ou le contraire de la spéculation, le discrédit ; quand les marchandises sont offertes à crédit en échange d’une simple promesse de payer, ou quand une banque, sur les garanties que vous lui offrez, avant même que l’opération soit engagée, vous avance en billets ou par un simple crédit la somme nécessaire pour la conclure, il est bien certain que ces facilités, en augmentant la demande, tendent à produire la hausse. Les transactions sont beaucoup plus nombreuses aux époques de hausse qu’aux époques de baisse, précisément parce que les offres et les demandes de marchandises à crédit se succèdent et augmentent en raison même des bénéfices réalisés. Dans ces cas, on ne s’aperçoit pas que la circulation des banques augmente ; les négociants jouissant d’un large crédit, les transactions s’opèrent sans que l’on ait recours à la bank-note. Cependant la circulation fiduciaire se trouve augmentée de tous les effets de commerce et lettres de change créés par chaque transfert des produits, au moment où ils passent d’une main dans une autre. Cet accroissement des émissions est proportionné au crédit que le commerce s’accorde, et les banques n’y entrent que pour une faible part. Dans ce cas, les crédits accordés sont la cause première de l’accroissement de la circulation fiduciaire ; elle n’est donc qu’une cause secondaire de la hausse des prix, qu’il faut chercher dans les facilités données aux transactions commerciales.

11Toute création de capital additionnel, réel ou fictif, favorise l’achat des produits et tend à hausser les prix. La spéculation se trouve ainsi entretenue par l’avance d’un capital dont chaque déplacement donne naissance, il est vrai, à un nouvel effet de commerce, mais cet effet est toujours la conséquence de la transaction ; dans aucun cas il n’en est l’origine, cette spéculation étant favorisée par des avances de capital et non par des émissions de billets.

12En refusant de comprendre dans la circulation fiduciaire tout le papier créé et émis par le commerce lui-même dans les affaires (effets de commerce, lettres de change, etc.), on a répandu dans les esprits une confusion qui règne encore aujourd’hui quand on cherche à se rendre compte de son influence sur les prix. Les promoteurs de l’Acte de 1844 étaient convaincus que la circulation seule des billets émis par les banques gouvernait les prix, et que les prix à leur tour réagissaient sur les changes ; la question ainsi limitée et comprise, il devait suffire à la Banque d’Angleterre de restreindre ou d’étendre la circulation pour rétablir l’équilibre rompu.

13Cette théorie, défendue par lord Overstone, a été constamment combattue par Tooke, s’appuyant sur les bilans de la Banque d’Angleterre.

14On lui demandait s’il y avait un rapport entre la hausse et la baisse des prix, et l’augmentation ou la restriction des émissions des billets par les banques, voici sa réponse :

15« J’ai comparé, dit-il, dans mes recherches sur les fluctuations des prix, les dates précises des augmentations d’émission avec les dates de la hausse des prix, ainsi que l’époque de la réduction des billets avec l’époque de la baisse des prix, et j’ai été frappé de surprise quand j’ai vu que les résultats ne répondaient pas à mon attente et que les exemples les plus remarquables de hausse ou de baisse dans les prix avaient été à l’origine complètement indépendants des émissions de la Banque d’Angleterre, c’est-à-dire que la baisse ou la hausse des prix avait tour à tour précédé ou suivi une émission considérable des billets de la Banque ; dans quelques circonstances la hausse et la baisse des prix ont lieu simultanément avec une émission de billets très développée. »

16Un regard jeté sur le tableau de la circulation en Angleterre depuis 1800 prouve en effet que, sauf en 1810 et en 1825, le maximum de la circulation n’a jamais coïncidé avec les crises, quoique les maxima des prix aient toujours été observés dans les deux ans qui les précèdent, et les minima pendant leurs liquidations. Il est vrai que si l’on ne trouve pas trace des excès d’émission dans les comptes rendus de la Banque d’Angleterre, on accuse la circulation des banques de province d’avoir été la cause de tout le mal.

17Cependant, quand on y réfléchit, il semble que la hausse des prix résulte plutôt de l’accroissement des transactions que de celui des bank-notes, de sorte que le grand nombre de ces dernières est la conséquence et non la cause de la hausse ; or, à moins d’admettre que toutes les opérations du commerce se font par l’intermédiaire des Banques de France et d’Angleterre, il faut reconnaître que l’immense majorité des transactions s’opérant sans réclamer leur concours, on ne peut trouver, dans les comptes rendus officiels, aucune trace de cette circulation complètement en dehors de leur contrôle. Les billets créés dans ces conditions ne sont que l’effet des transactions ; ils varient selon leur nature et leur nombre plutôt que selon les cours des prix.

18Ce qui favorise le développement des affaires et la hausse des prix, c’est le crédit ; ce crédit, c’est le commerce lui-même qui en est le premier dispensateur, les banques ne peuvent qu’aider à sa circulation, en substituant leurs promesses de payer à celles du public ; dans tous les cas, l’émission du papier est toujours secondaire et résulte de la conclusion de l’affaire, bien loin de lui donner naissance.

19Néanmoins, il ne faut pas oublier que chaque échange d’un produit va donner lieu à une nouvelle promesse de payer, qui permet à chacun des vendeurs de renouveler de suite l’opération. Ce sont ces effets de commerce qui, se multipliant en raison même du nombre des transferts, vont accroître la circulation fiduciaire et donner à tous une puissance d’acheter qui doit inévitablement réagir sur les prix ; car chacun d’eux, après s’être dessaisi d’un produit qui ne lui a rien coûté qu’une simple promesse de payer, se trouve en possession d’une promesse de même valeur qu’il pourra négocier quand il voudra, et le même phénomène se reproduira jusqu’à ce que la marchandise tombe dans la consommation.

20Ce qui trompe, c’est que l’on s’imagine toujours qu’une banque, sur une simple garantie personnelle ou sur une garantie de valeurs mobilières, doit et peut faire des avances pour entreprendre des affaires. Émettre dans ces conditions pour 1000 francs en bank-notes, c’est donner un nouveau pouvoir d’acheter.

21Tooke a essayé de nier le fait en disant que ce serait aux dépens d’une autre source, sans pouvoir indiquer laquelle. D’ailleurs, dit-il, est-ce une preuve que cette émission augmente la circulation, si une quantité d’or correspondante a été exportée ; ce qui est loin d’être le cas tant que les billets s’échangent à vue. Il avoue toutefois que si ces 1 000 francs augmentent le chiffre de la circulation, on ne peut douter qu’ils produisent une hausse de prix.

22De tout ce qui précède, il ressort ce fait : c’est que les variations de prix sont sous l’influence directe du crédit dont la circulation fiduciaire est l’expression la plus exacte, le reflet le plus fidèle. Sans se rendre compte de la diversité de ses origines, on a voulu faire jouer le principal rôle au billet de banque que l’on rencontre sans cesse au comptant ; le papier émis par le commerce, qui, par son importance et la variété de ses formes, intervient dans toutes les transactions, a été mis au second rang, souvent même complètement négligé. On a toujours recherché, dans les excès d’émission du papier par les banques, la cause des fluctuations des prix ; comme fait historique, cette opinion ne pourrait être défendue, leur circulation ne s’étant pas trouvée en rapport étroit avec les variations de prix. La coïncidence n’est pas telle que l’on puisse voir une cause et un effet. Dans presque tous les cas de variation importante, le changement de prix a précédé celui de la circulation ; comment donc les lier l’un à l’autre ? D’après ce mécanisme il ne pouvait en être autrement, quoique dans toutes les discussions on ait élargi ou restreint l’étendue des services rendus par les banques. Pour les uns, toute leur puissance réside dans la liberté des émissions et dans la somme des billets qu’elles peuvent maintenir en circulation ; pour les autres, leur action se borne à une meilleure répartition du capital déjà existant, mais inoccupé, inactif, qu’elles font parvenir dans les mains les plus capables de s’en servir.

23Dans les deux cas, les services rendus par les banques sont toujours sous forme d’avance de capital en or ou en billets convertibles, qui ont la même valeur. Mais cette somme, quand on l’observe dans les pays où règne la liberté d’émission, ne forme qu’un faible appoint, comparée aux opérations d’escompte des banques.

24En effet, ce qu’on leur demande, ce n’est ni une avance d’or ni une avance de billets, mais seulement d’ajouter à la garantie de l’effet de commerce la garantie de la Banque elle-même, afin d’en faire du comptant qui va circuler par de simples virements en comptes courants. Les banques ne donnent donc pas du crédit, elles font seulement circuler celui qui est déjà créé, à la condition expresse que ce crédit se renouvelle sans cesse et, qu’à un moment donné, on ne vienne pas sur une large échelle réclamer de nouveaux secours, non pas en crédit, mais en métal.

25Une banque qui émet des billets pour permettre à ses clients d’entreprendre des affaires sort complètement de son rôle, et ne peut tarder à voir sa circulation suspendue par l’impossibilité où ils seront de remplir leurs engagements à l’échéance ; on a vu des banques essayer ce système pendant un certain temps sans pouvoir y réussir.

26Il y a une grande différence entre une augmentation de capital provenant de l’épargne et de l’importation des métaux précieux, ou d’une nouvelle émission de billets.

27La spéculation qui s’appuie sur une circulation de crédit plutôt que sur une accumulation de capital présente ce danger : la circulation de crédit devra, une fois la spéculation calmée, revenir aux banques, leur causer ainsi des préjudices considérables et entraîner des faillites, tandis qu’avec une spéculation ayant pour base le capital, ce capital pourrait être perdu ; mais les banques ne seraient pas exposées au brusque retour de leurs obligations.

28Ces différences dans la nature et dans l’origine de la circulation fiduciaire ont toujours préoccupé l’opinion en Angleterre, à ce point que l’on discutait encore, dans les dernières Enquêtes, si les billets placés dans les caisses de la Banque, et constituant ainsi sa réserve, n’avaient pas sur les prix une action égale à celle des billets placés entre les mains du public ; on voulait même que cette influence fût plus sensible et plus puissante. Comme la somme des dépôts en comptes courants, cette réserve indique une accumulation de capital qui n’a pas d’emploi ; c’est la mesure de la puissance d’émission ; mais elle n’exerce pas d’influence sur la circulation active entre les mains du public. Un tableau de la circulation de la Banque d’Angleterre et des Banques anglaises, écossaises et irlandaises, auquel on ajouterait le numéraire de tout le pays, ne renfermerait pas la totalité de la circulation fiduciaire, comme M. Norman le prétendait ; ce serait seulement la circulation officielle, relativement faible à côté de la circulation privée créée dans d’autres conditions et qui, comme nous l’avons vu, représente la généralité des affaires, tandis que l’autre ne représente que le crédit des banques et ne peut avoir qu’une influence secondaire sur les prix. L’ensemble du crédit et des avances de capital peuvent seuls les enlever en hausse ou les déprimer en baisse.

29La pratique démontre qu’il est assez difficile de maintenir une circulation de papier plus grande que ne l’exigent les besoins d’un pays. Une banque ne peut raisonnablement faire des émissions que d’après des demandes. Ces demandes proviennent de l’activité des affaires ; mais par suite de la spéculation, les prix des produits peuvent s’élever au-dessus de la valeur courante par rapport aux autres pays. Quand la valeur des marchandises change, s’il s’agit simplement d’une transaction entre des personnes habitant le même État, la balance que l’une doit à l’autre paraît seule affectée ; si c’est avec l’étranger, la chose est différente. Le produit reste-t-il à l’intérieur ? Il ne fait que changer de main, et une dépréciation dans sa valeur n’affecte que les particuliers, sans avoir d’influence sur la richesse générale. Mais en cas de hausse, sans que la somme des produits ait varié, la puissance d’acquisition aura augmenté ; en cas de baisse, elle aura diminué.

30Il n’en est pas de même dans les rapports avec l’étranger ; aussitôt que les prix s’élèvent au-dessus des prix moyens sur le marché général du monde, aussitôt la compensation par l’échange des produits devient impossible ; il y a dans la circulation des lettres de change un défaut de balance qu’il faut combler à tout prix. Les cours du change indiquent l’étendue des besoins et le drainage des espèces métalliques commence.

31Les cours du change sont donc la véritable pierre de touche qui permet de constater les excès de la circulation fiduciaire, que l’émission provienne des banques ou du public lui-même, comme nous le verrons en étudiant le change.

32En regard des comptes rendus officiels des Banques de France et d’Angleterre, il faudrait placer le tableau officiel des prix des marchandises, afin de se rendre compte des rapports qui peuvent exister entre eux. Quoique ce dernier document, bien incomplet, laisse fort à désirer, on peut cependant constater qu’il n’y a pas de période prospère sans une hausse, pour ainsi dire continue, des prix des principaux produits, et c’est toujours quand elle a atteint le chiffre maximum que la crise éclate.

33Le crédit est le premier et le principal moteur de tout ce mécanisme.

34La cote officielle des courtiers de commerce sous les yeux, on voit les prix s’élever pendant un certain nombre d’années, avec des écarts variables selon les produits, jusqu’à ce qu’une crise les arrête brusquement et les précipite des plus hauts cours aux plus bas, opérant ainsi un mouvement de bascule en sens inverse pour rétablir l’équilibre et servir de point de départ à un nouveau mouvement ascensionnel.

35Cette hausse de prix, inégale sur les divers marchés et pour les diverses marchandises, rend plus difficiles les ventes et les achats et, en ralentissant les échanges, nécessite l’intervention de nouveaux moyens de circulation en l’absence des lettres de change que cette stagnation n’a pas permis de créer.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter