Version classiqueVersion mobile

Mussolini socialiste : littérature et religion

Mussolini socialiste : littérature et religion

Texte 53

Lettres à Arturo Marpicati

Texte intégral

  • 1 Voir le texte 52, « La Victoire fatale ».

Le 26 mai puis le 3 octobre 1918, Mussolini écrit à Arturo Marpicati, dont il a cité l’un des poèmes dans son discours à Bologne le 19 mai 19181. Interventionniste de la première heure, Marpicati (1891-1961) s’est engagé comme volontaire, avec le grade d’abord de lieutenant puis de capitaine. Enseignant à Fiume après la fin de la guerre, il a l’occasion de rencontrer personnellement D’Annunzio puis entame une carrière au Parti national fasciste, jusqu’à en devenir vice-secrétaire de 1931 à 1934.

Lettres à Arturo Marpicati2

  • 2 D’après OO, vol. 11, p. 485 et p. 488.

1Milan, le 26 mai 1918

2Cher Marpicati,

3j’ai lu dans le train, en allant à Bologne, votre volume de poèmes. Il y en a de très beaux ! J’en ai cité un. Procurez-vous le Giornale del Mattino de lundi et vous trouverez la citation.

4Le rédacteur qui s’occupe des écrivains de guerre est Prezzolini. Vous pouvez lui envoyer votre volume. Moi je me contente de lire et de savourer ; recenser et critiquer n’est pas dans mon tempérament. Si ça ne me plaît pas, je jette.

5Si vous m’envoyez un article, non seulement je vous le publierai, mais avec la publication, je vous rétribuerai aussi à hauteur de quarante lires.

6Je voudrais faire un journal écrit seulement par ceux « qui y étaient ».

7Mes plus vives et cordiales salutations

83 octobre 1918

9Cher Marpicati,

10Je n’ai pas vu les articles dont vous me parlez. J’ai été absent de Milan pendant deux mois et il se peut que je ne les ai pas vus.

  • 3 Voir le texte 52, « La Victoire fatale ».

11Je n’ai pas publié la recension de Pecorini parce qu’elle ne me plaisait pas tout à fait. Vous ne m’en voudrez pas. La meilleure recension fut encore la mienne, à l’oral, au théâtre communal de Bologne3.

12Elle reviendra – après la victoire – l’heure des poètes.

13Pardonnez-moi pour le retard, naturellement involontaire.

14Bien à vous

Notes

1 Voir le texte 52, « La Victoire fatale ».

2 D’après OO, vol. 11, p. 485 et p. 488.

3 Voir le texte 52, « La Victoire fatale ».

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search