Version classiqueVersion mobile

Mussolini socialiste : littérature et religion

Mussolini socialiste : littérature et religion

Texte 52

La victoire fatale

Texte intégral

Après la terrible défaite de Caporetto en octobre 1917, qui a laissé le pays abasourdi, Mussolini multiplie les discours pour persuader les Italiens que la victoire finale est assurée. Le 19 mai 1918, à l’occasion de la remise d’un nouvel étendard aux mutilés de Bologne, il tient au théâtre municipal de la ville un discours retranscrit dans Il Popolo d’Italia.

La victoire fatale1

  • 1 D’après OO, vol. 11, p. 79-87.

1Combattants ! Mesdames ! Citoyens !

  • 2 « Chi le farfalle cerca sotto l’arco di Tito ? » (« qui donc chercherait des papillons sous l’arc (...)

2Permettez-moi de survoler, sans m’y attarder outre mesure, les polémiques qui ont précédé ma venue dans cette ville. Si, comme le dit le poète, notre grand poète Giosuè Carducci : « On ne cherche pas les papillons sous l’arc de Titus »2, on ne les cherche pas non plus sous les arcades de notre vieille et magnifique Bologne, surtout quand on court le risque de ne pas y trouver des papillons, mais des chauves-souris qui semblent apeurées et désorientées face à ce soleil triomphant de mai.

3Vous ne serez pas surpris par la forme de mon discours.

4Il m’arrive souvent, lorsque je parle au public, de me parler avant tout à moi-même. Il y a trois ans presque jour pour jour, toute l’Italie consciente et déterminée, la seule Italie qui ait le droit d’élever les débris chaotiques de sa pauvre chronique au niveau de la grande histoire, brûlait d’une grande passion, de notre passion.

5Je remarque que, depuis quelque temps, il y a des opportunistes qui cherchent à s’ouvrir une petite porte pour d’éventuelles responsabilités futures et qui font à grand-peine la liste des raisons pour lesquelles l’Italie ne pouvait rester neutre.

6Eh bien, moi, je reconnais qu’il y a eu une fatalité, je reconnais cette contrainte, qui provenait d’un ensemble de causes sur lesquelles il est inutile d’insister, mais j’ajoute qu’à un certain moment, dans cet enchaînement de phénomènes, nous avons inséré l’empreinte de notre volonté ; et qu’aujourd’hui, trois ans plus tard, nous ne sommes pas des moines repentis de ce que nous avons fait.

7Nous laissons cette vile attitude spirituelle à ceux qui sont en quête d’applaudissements, d’électeurs et de satisfactions personnelles ; mais quand on méprise, comme je les méprise au plus profond de moi-même, le parlementarisme et la démagogie, on est bien loin de tout cela.

8Ce que dit Machiavel dans le chapitre VI du Prince à propos de ceux qui, par leur vertu propre, comme Moïse, Cyrus, Romulus ou Thésée, obtinrent le principat, peut être appliqué non seulement aux individus mais aussi aux peuples.

  • 3 Machiavel, De principatibus, Le Prince, traduction de J.-L. Fournel et J.-Cl. Zancarini, Paris, Pr (...)

« Et, si on examine leurs actions et leurs vies – dit le Secrétaire florentin – on ne voit pas qu’ils aient reçu rien d’autre de la fortune que l’occasion, qui leur donnât la matière pour pouvoir y introduire cette forme qui leur paraît bonne : et, sans cette occasion, la vertu de leur esprit se serait éteinte et, sans cette vertu, l’occasion serait venue en vain. (…) De ce fait, ces occasions firent le bonheur de ces hommes et leur excellente vertu leur fit comprendre cette occasion : et leur patrie en fut ennoblie et en devint très heureuse3. »

  • 4 Référence aux journées dites du « mai radieux » 1915, durant lesquelles les interventionnistes man (...)

9Concernant le peuple italien du mai radieux4, on peut dire que, sans l’occasion de la guerre, la vertu de notre peuple se serait éteinte ; mais que, sans cette vertu, la guerre aurait été une occasion vaine.

10J’ai retrouvé des échos de la pensée de Machiavel dans le livre de Maeterlinck, le grand poète de la Belgique, le poète qui, peut-être plus que tout autre, parmi nos contemporains, a exprimé et a donné une voix à tous les mouvements les plus délicats et les plus complexes de l’âme humaine.

11Maeterlinck, dans son livre La Sagesse et la Destinée, reconnaît la fatalité mécanique qui vient de l’extérieur, mais il reconnaît aussi qu’un individu peut réagir contre cette fatalité.

  • 5 Le texte italien donne « fontana » (« fontaine ») et non « fortune ».
  • 6 M. Maeterlinck, La Sagesse et la Destinée, chap. viii, Paris, Eugène Fasquelle, 1914, p. 24-25.

« L’événement en soi, – dit Maeterlinck dans le chapitre VIII de son La Sagesse et la Destinée – c’est l’eau pure que nous verse la fortune5 et il n’a d’ordinaire par lui-même ni saveur, ni couleur, ni parfum. Il devient beau ou triste, doux ou amer, mortel ou vivifiant, selon la qualité de l’âme qui le recueille. Il arrive sans cesse à ceux qui nous entourent mille et mille aventures qui semblent toutes chargées de germes d’héroïsme, et rien d’héroïque ne s’élève après que l’aventure s’est dissipée. Mais Jésus-Christ rencontre sur sa route une troupe d’enfants, une femme adultère ou la Samaritaine, et l’humanité monte trois fois de suite à la hauteur de Dieu. »6

12L’événement de la guerre mondiale a été pour notre peuple un jet d’eau pure. Il a été mortel, par exemple, pour l’Espagne ; vivificateur pour nous. Nous avons voulu. Nous avons choisi. Avant d’arriver à ce choix, nous avons polémiqué, nous avons lutté et parfois cette lutte a pris un aspect de violence féroce ; c’est nous qui avons gagné et, aujourd’hui encore, nous sommes fiers de ces journées et nous nous réjouissons du fait que le souvenir des foules qui occupaient les rues et les places de nos villes dérange beaucoup ceux qui connurent la défaite et ceux qui, encore aujourd’hui, tentent par les moyens les plus insidieux d’éteindre la flamme sacrée et la foi de notre peuple.

  • 7 En français dans le texte.
  • 8 « Duce » en italien. Il s’agit probablement d’une référence au général Luigi Cadorna, que Mussolin (...)

13Cette guerre, ils l’ont acceptée comme on accepte une lourde corvée7, et leur chef8, poursuivi par les malédictions de tout un peuple, s’est retiré comme un vieux feudataire, dans ses contrées reculées ; et nous ne pouvons lui souhaiter qu’une chose : qu’il y reste pour toujours.

14Mais, comme je le répéterai inlassablement, nous, les jeunes, nous fîmes alors une erreur, une erreur que nous avons durement payée : nous remîmes notre ardente jeunesse entre les mains de la vieillesse la plus affligeante. Quand je dis vieux, je n’établis pas seulement un rapport chronologique. Je pense que l’on naît vieux ; qu’il y en a dont la chair et l’esprit sont, à vingt ans, déjà sur le déclin, alors que certains hommes de soixante ans, comme le merveilleux Tigre de France, ont encore toute la vibration, toute la flamme de la virile jeunesse. Je parle des vieux qui sont vieux, qui sont dépassés, qui sont encombrants.

15Ceux-ci n’ont pas compris, ils n’ont pas réalisé la moindre des vérités fondamentales de la guerre.

16Ce que cette guerre signifie, dans sa portée historique, dans son développement, seules deux catégories de personnes – en plus du peuple – en ont eu l’intuition : les poètes et les industriels. Les poètes, qui, ayant une âme exquisément sensible, saisissent plus vite que la moyenne les vérités encore indéfinies ; les industriels, qui comprirent que cette guerre était une guerre de machines. Entre les deux, ajoutons-y les journalistes, qui sont suffisamment poètes pour ne pas être industriels, et qui sont suffisamment industriels pour ne pas être poètes. Et les journalistes ont plusieurs fois précédé le Gouvernement. Je parle des grands journalistes qui ont les pavillons des oreilles toujours ouverts et tendus pour saisir les vibrations du monde extérieur. Le journaliste, parfois, a prévu ce que le vrai responsable, malheureusement, ne voyait que tardivement.

17Cette guerre a été, jusqu’à aujourd’hui, « quantitative ». Désormais, on a vu que la masse ne vainc pas la masse ; qu’une armée ne vainc pas une armée ; que la quantité ne vainc pas la quantité. Il faut affronter le problème sous un autre angle, celui de la qualité. Cette guerre qui, à ses débuts, a été énormément démocratique, tend à devenir aristocratique. Les soldats deviennent des guerriers. On procède à une sélection parmi les masses armées. La guerre menée presque exclusivement dans les cieux est une guerre qui a perdu ses traits de 1914.

  • 9 H. G. Wells, La Guerre dans les airs, Paris, Mercure de France, 1910. La première traduction itali (...)

18Le romancier qui, le premier, a eu l’intuition des problèmes de la guerre « qualitative » est Wells. Lisez son volume : La guerre dans les airs9. C’est dans ce livre qu’il conseille d’exploiter les qualités de la race latine et anglo-saxonne. Parce que, alors que les Allemands agissent seulement s’ils sont encadrés et ne donnent un rendement élevé qu’à travers l’automatisme exaspéré de la masse, les Latins perçoivent la beauté de l’audace personnelle et la fascination du risque, ils ont le goût de l’aventure ; un goût qui, en Allemagne, dit Wells, n’appartient qu’aux descendants de la noblesse féodale, alors que chez nous on le trouve répandu même parmi le peuple.

19Une autre vérité que les responsables ont réalisée tardivement, c’est que, pour vaincre les armées, il faut vaincre les peuples. C’est-à-dire qu’il faut prendre les armées à revers. Voilà qui est difficile pour une Allemagne qui est ethniquement, politiquement et moralement compacte.

20Mais nous, au contraire, nous avons face à nous un ennemi sur lequel on pouvait agir dès le début, de cette façon : nous devions insinuer notre action dans la mosaïque de l’État autrichien.

21Pour ma part, je suis très content d’avoir contribué à la création de régiments bohèmes. Je suis encore plus satisfait de savoir que plusieurs de ces régiments se sont déjà formés et je ne suis pas surpris d’apprendre qu’il s’agit de soldats magnifiques dont l’exemple profite aussi au moral de nos troupes.

22Parmi les peuples que l’on ne peut pas prendre à revers, il y a le nôtre. Mon éloge est sincère. Il a été grand, le peuple des tranchées, et il a été grand l’autre peuple, qui n’a pas combattu. Les défaillances doivent être cherchées ailleurs, parmi les vieilleries dont je parlais il y a peu.

23J’ai vécu avec nos valeureux soldats dans les tranchées, je les ai écoutés quand ils parlaient en petits cercles, je les ai vus pendant leurs heures de mélancolie, pendant leurs moments épiques d’enthousiasme.

24Et quand, après ce triste 24 octobre, il y avait un peu de méfiance envers les combattants, je me suis insurgé car il me semblait impossible que des soldats qui avaient gagné des batailles sur le terrain le plus difficile de tous les théâtres de guerre soient tout d’un coup devenus des pusillanimes qui partent à la débandade au simple crépitement d’une mitrailleuse.

25Il n’en est pas ainsi car, s’il en était ainsi, il n’y aurait pas eu de fleuve pour arrêter le flot de l’invasion et, si nous nous sommes arrêtés au Piave, c’est le signe que nous pouvions résister aussi sur l’Isonzo.

  • 10 A. Marpicati, Liriche di guerra, préface de G. Prezzolini, Florence, Sansoni, 1918. Voir le texte  (...)

26Hier soir, dans le train, je lisais un livre de poèmes écrits dans les tranchées par un capitaine : Arturo Marpicati10. Voilà la seule littérature possible : la littérature de guerre, quand toutefois il s’agit de soldats qui l’ont réellement vécue. Dans ces strophes, je reconnais mes compagnons d’armes de l’époque. Je reconnaissais les grands et humbles soldats de notre guerre. Voici :

  • 11 A. Marpicati, Liriche di guerra (nous traduisons).

Avec son vieux regard magique,
le devoir, dieu d’acier
même les inconscients subjugue.
Bien qu’ils balbutient son nom,
la mère, voyez comme ils la défendent ;
et elle est mère de tous ;
et eux sont la guerre,
et eux sont le front,
eux sont la victoire ;
depuis leurs casques en fer
la gloire prend son envol ;
eux, martyrs et saints,
sont l’héroïque Patrie,
eux, les fantassins !11

27Mais le meilleur éloge du peuple en armes se trouve dans les mille bulletins du Commandement Suprême. L’autre peuple, le peuple désarmé, mérite lui aussi d’être exalté. Celui des villes nerveuses et inquiètes, phénomène inévitable dû à la « société » de milliers de créatures au contact de milliers de tempéraments, ainsi que celui des campagnes. De la vallée du Pô au Tavoliere des Pouilles ; des collines pamprées du Monferrato aux plaines soleilleuses de la Conque d’Or, les maisons des paysans se sont vidées. Et avec les maisons, les étables. Les femmes ont vu leur mari et leur fils partir ; l’homme de plus de quarante ans, méditatif et attaché à sa terre et l’adolescent aventureux né avec le siècle. Sang, argent, travail.

28Inutile de demander aux petites gens prolétaires une haute conscience nationale qu’elles ne peuventt avoir, simplement parce que nous n’avons jamais rien fait pour leur en donner une. Au peuple qui a lâché sa bêche pour prendre le fusil, nous demandons simplement d’obéir ; et le peuple italien, le peuple de la campagne et celui des ateliers, obéit.

29Un épisode malheureux et quelques symptômes d’agitation ne suffisent pas à gâcher l’ensemble du tableau. On nous avait dit que nous ne résisterions pas six mois, qu’à l’annonce des morts les familles s’insurgeraient, que nos mutilés, au coin des rues, en remuant leurs moignons, provoqueraient le soulèvement de l’esprit populaire, et voilà que maintenant trois années sont passées. Trois très longues années. Les mères des disparus ont l’orgueil sacré de leur douleur ; les mutilés ne tiennent pas à l’appellation de « glorieux », mais refusent surtout l’adjectif « pauvres »… Nos privations alimentaires sont très fortes, et pourtant les gens résistent. Les « convois » vont au front, les wagons recouverts de fleurs, comme en mai 1915. Les villes et les campagnes sont simplement merveilleuses de dignité et de tranquillité. La crise nationale qui a eu lieu d’août à octobre 1917 et qui se résume à deux noms, Turin-Caporetto, a été en un certain sens salutaire. Elle était le reflet de la grande crise qui a jeté la Russie dans l’abîme.

30Y a-t-il eu une idée directrice dans la politique léniniste qui a conduit la Russie à la paix « pénible, forcée, déshonorante » de Brest ? Oui, il y en a eu une. Les maximalistes de bonne foi ont cru à la possibilité de la révolution par « contagion ». Ils espéraient réussir à « infecter » l’Allemagne avec le virus maximaliste. Ils n’ont pas réussi. L’Allemagne est réfractaire. Même les « minoritaires » sont bien loin de se proclamer bolcheviks. Mieux. Ces minoritaires qui devraient représenter, d’une manière ou d’une autre, le ferment révolutionnaire, perdent continuellement du terrain. Trois élections, trois défaites retentissantes. Les majoritaires triomphent. Ils sont aujourd’hui identiques à ce qu’ils étaient en août 1914, des complices du pangermanisme : ils veulent gagner. Après Brest-Litovsk, les socialistes sont restés muets ; après la paix de Bucarest, les socialistes n’ont pas dit un seul mot.

31On a vu où la prédication léniniste a mené la Russie ; on a vu comment les syndicalistes allemands, qui acceptaient le discours du « Ni annexions, ni indemnités ; droit des peuples à disposer d’eux-mêmes », ont interprété cette doctrine.

32Les Allemands ont pris pour eux 540 000 kilomètres carrés en Russie avec 55 millions d’habitants ; puis ils sont passés en Roumanie et l’ont complètement dépouillée.

33Si la paix de Brest-Litovsk a été une honte pour la Russie, la paix de Bucarest n’est pas déshonorante ; les Roumains ont été pris en traître et n’ont pas pu résister.

  • 12 La prononciation italienne de « Cicerone » (Tchitchéroné) ressemble énormément à celle de Tchitche (...)

34En attendant, Tchitcherine, le commissaire aux Affaires étrangères, fait fonctionner le télégraphe sans fil. Un pince-sans-rire pourrait observer que si la République de Rome, à un moment critique de son histoire, a eu un Cicéron, la Russie doit avoir son « Cicérine »12 que, contrairement au premier, personne ne prend au sérieux, parce qu’on ne prend pas au sérieux ceux qui ne savent pas prendre les armes pour la défense de leurs propres droits.

35L’expérience russe nous a énormément profité. Tant au niveau du socialisme qu’au niveau de la politique. Elle a ouvert beaucoup d’yeux qui s’obstinaient à rester fermés. Si l’Allemagne gagne, il faut se mettre dans la tête qu’une ruine tout à fait certaine et totale nous attend. Le Germain n’a pas modifié ses instincts fondamentaux. Ce sont les mêmes que Tacite décrivait à la perfection, dans sa Germanie, en ces mots :

  • 13 Mussolini adapte ici très librement un passage des chapitres xvi et xvii de La Germanie de Tacite (...)

« Les Germains vivaient, non pas dans des villages, mais dans des maisons isolées, séparées par un large espace pour mieux les défendre du feu. Pour se protéger du froid ils avaient l’habitude de se loger dans des souterrains recouverts de fumier ou bien ils s’habillaient avec les peaux du bétail qu’ils possédaient en grand nombre. Forts à la guerre ? Mais aussi buveurs et joueurs obstinés, armés de bâtons, bien dotés en chevaux, ils préféraient acquérir ce dont ils avaient besoin par la violence, plutôt que par le travail de leurs terres »13.

36Dans De vita Agricolae, le même historien romain établit, entre Britanniques et Germains, une différence qui a aujourd’hui, comme il y a 19 siècles, la même valeur : alors que les Britanniques combattaient pour la défense de la patrie et de la famille, les Germains combattaient par avarice et par luxure.

  • 14 Voir le texte 49, « Le “boche” qui “bave” ».

37Les mêmes tribus, écrasées un temps à Legnano, ont repris leur marche au-delà du Rhin et s’apprêtent à reprendre l’offensive contre nous. Mais « les appétits ardents » dont parla Kühlmann14 ne pousseront pas les Austro-Allemands au-delà du Piave.

38Le peuple italien devait, selon les calculs allemands, après Caporetto, sombrer dans le chaos. Au lieu de cela, il est debout. Tellement debout que les Autrichiens n’ont pas encore « osé ». Quelles que puissent être les vicissitudes de cette phase extrême de la guerre, l’Allemagne, qui ne nous a pas vaincus isolément, pourra-t-elle vaincre la formidable société des nations qui lui font face ?

  • 15 En français dans le texte.

39Nous sommes debout avec la France, avec ses soldats qui ont été merveilleux d’héroïsme. Et cette France, que nous connaissions si mal, simplement parce que nous ne la voyions qu’à travers les cabarets15 de Montmartre, qui n’étaient pas fréquentés par des Français mais par des aventuriers qui pleuvaient de tous les coins du monde, nous a donné aujourd’hui les plus belles pages d’héroïsme.

40La France sait aussi se débarrasser de ses tentacules insidieux et frappe à mort les grands et les petits acteurs de la trahison et fait crépiter les pelotons d’exécution : le crépitement de ces fusillades est, pour ceux qui aiment leur Patrie, plus doux que l’harmonie d’une grande partition.

41En Italie aussi, nous devons être implacables contre les traîtres pour protéger les arrières de nos soldats.

42On ne doit pas, on ne peut pas hésiter une seule minute à sacrifier un homme, dix hommes, cent hommes, quand c’est l’existence nationale, l’avenir de millions d’hommes, qui est en jeu.

43Nous sommes debout avec les Anglais qui répètent la phrase de Nelson : « L’Angleterre attend avec confiance que chaque citoyen accomplisse jusqu’au bout son devoir. »

44Nous sommes debout avec les États-Unis.

45La voilà, l’Internationale. La vraie, la profonde, la durable. Même si elle n’a pas les formules et les dogmes et les bénédictions du socialisme officialisé.

46Elle est dans les tranchées où des soldats de races différentes ont franchi six mille lieues de mer pour venir mourir en Europe !

47Vous me permettrez d’être optimiste quant à l’issue de la guerre.

48Nous gagnerons parce que les États-Unis ne peuvent pas perdre, parce que l’Angleterre ne peut pas perdre, parce que la France ne peut pas perdre.

49Les États-Unis ont cent dix millions d’habitants ; un seul appel aux armes peut donner un million de recrues.

50L’Amérique, comme l’Angleterre, sait que toutes les valeurs sont en jeu, tous les plus grands intérêts, les biens fondamentaux de la civilisation.

51Tant que nous serons en leur compagnie, nous sommes loin du danger d’une paix ruineuse. Ne pas franchir la ligne de la paix revient à être écrasés ; mais quand nous aurons franchi cette ligne nous pourrons nous aussi regarder nos ennemis en face et dire que nous aussi, petit peuple méprisé, nous aussi, armée de mandolinistes, nous avons résisté et nous avons le droit à une paix juste et durable.

  • 16 Guide de voyage allemand très répandu auprès des touristes allemands, français et anglais.

52Je suis un optimiste et je vois l’Italie de demain sous une lumière rosée. Assez de cette représentation de l’Italie avec la coiffe de l’aubergiste, destination de tous les désœuvrés, munis de leur odieux Baedeker16 ; assez de ce dépoussiérage de vieux gravats : nous sommes et voulons être un peuple de producteurs !

53Nous serons un peuple qui s’étendra, sans intention de conquête : nous nous imposerons avec nos industries, avec notre travail. Ce sera le nom auguste de Rome qui dirigera encore notre force dans l’Adriatique, golfe de la Méditerranée et dans la Méditerranée, route de communication entre trois continents.

54Ceux qui ont été blessés savent ce que veut dire la convalescence. Vient le jour où le médecin ne prend plus ses couteaux, impitoyables et pourtant bénis, sur son plateau ; il ne déchire plus vos chairs douloureuses, il ne vous fait plus souffrir. Le risque d’infection a disparu et, alors, vous vous sentez renaître. Commence une seconde jeunesse. Les choses, les hommes, la voix d’une femme, les caresses d’un enfant, la floraison d’un arbre, tout vous donne la sensation ineffable d’un retour. Vos veines se gonflent d’un sang nouveau et la fièvre du travail vous gagne.

55Le peuple italien aura lui aussi sa convalescence et ce sera une course pour reconstruire après avoir détruit.

56Ce drapeau des mutilés est le symbole d’une nouvelle orientation de leur vie morale et spirituelle.

57Pensez que certains mystificateurs croyaient profiter des mutilés pour leurs spéculations infâmes !

58Et au contraire les mutilés répondent : « Nous ne nous prêtons pas à votre jeu abject, nous n’avons pas l’intention de recevoir, de votre sympathie, de votre pitié, une aide qui nous humilie !

59« Nous sommes des citoyens qui ont été plus éprouvés que les autres ! »

60Ils ne lancent pas d’invectives ; ils ne se plaignent pas s’il leur manque une jambe ou un bras ; même ceux qui ont perdu la lumière divine de leurs yeux ne pestent pas. En vain, les ennemis comptaient sur l’état d’âme de ces gens-là pour en profiter ; à cet espoir, eux répondent qu’ils donnèrent tout à l’Italie, à leur Patrie, et qu’aujourd’hui ils ne veulent pas être un poids pour elle et qu’ils travaillent, et s’exercent en toute chose pour donner une nouvelle preuve de leur amour pour la sainte cause.

  • 17 Voir le texte 46, « Battisti ! ».
  • 18 L’irrédentiste Giacomo Venezian (1861-1915) avait enseigné le droit civil à l’Université de Bologn (...)
  • 19 Voir le texte 43, « Privilège de gloire ».

61Je ne vois plus relégué dans un avenir lointain le jour où les étendards des mutilés précéderont les drapeaux lacérés et glorieux des régiments. Et autour des drapeaux, il y aura les anciens combattants et le peuple. Il y aura aussi les grandes ombres de nos morts, de tous nos morts, de ceux qui tombèrent sur les Alpes à ceux qui s’immolèrent par-delà l’Isonzo, de ceux qui prirent par les armes Gorizia à ceux qui furent fauchés entre le mont Hermada et le mystérieux Timavo ou sur les rives du Piave. Toute cette phalange sacrée, nous la symbolisons par trois noms : Cesare Battisti qui voulut affronter délibérément le martyre et qui ne fut jamais aussi beau que lorsqu’il offrit son cou au bourreau des Habsbourg17 ; Giacomo Venezian qui quitta les salles austères de votre Université pour aller accomplir son rêve sur le chemin de Trieste18 ; Filippo Corridoni, issu du peuple, combattant aux côtés du peuple, mort pour le peuple sur les premières terrasses du Karst rocailleux19.

62Les bataillons des revenants auront le pas grave et cadencé de ceux qui ont beaucoup vécu et beaucoup souffert et qui virent d’innombrables autres compagnons souffrir et mourir. Ils diront, nous dirons :

63« Ici, dans le sillon qui retourne à la moisson, ici dans l’atelier qui forge l’instrument de la paix ; ici dans la ville bruyante, ici dans la silencieuse campagne, maintenant que notre devoir fut accompli et notre but atteint, plantons les insignes de notre nouveau droit. Arrière les larves ! Dehors, les cadavres qui s’obstinent à ne pas mourir et qui infectent, par la puanteur insupportable de leur décomposition, l’atmosphère que l’on doit purifier. Nous, les survivants, nous, les revenants, revendiquons le droit de gouverner l’Italie, non pas pour la faire précipiter dans la dissolution et dans le désordre, mais pour la mener toujours plus haut, toujours plus en avant ; pour la rendre – dans les pensées et dans les œuvres – digne de siéger parmi les grandes nations qui dirigeront la civilisation mondiale de demain. »

Notes

1 D’après OO, vol. 11, p. 79-87.

2 « Chi le farfalle cerca sotto l’arco di Tito ? » (« qui donc chercherait des papillons sous l’arc de Titus ? ») : G. Carducci, « Roma », v. 4, Odi barbare, dans Poesie di Giosuè Carducci, p. 839.

3 Machiavel, De principatibus, Le Prince, traduction de J.-L. Fournel et J.-Cl. Zancarini, Paris, Presses universitaires de France, 2000, p. 73-75.

4 Référence aux journées dites du « mai radieux » 1915, durant lesquelles les interventionnistes manifestèrent pour l’engagement de l’Italie dans la guerre.

5 Le texte italien donne « fontana » (« fontaine ») et non « fortune ».

6 M. Maeterlinck, La Sagesse et la Destinée, chap. viii, Paris, Eugène Fasquelle, 1914, p. 24-25.

7 En français dans le texte.

8 « Duce » en italien. Il s’agit probablement d’une référence au général Luigi Cadorna, que Mussolini considère comme l’un des principaux responsables militaires de la défaite de Caporetto.

9 H. G. Wells, La Guerre dans les airs, Paris, Mercure de France, 1910. La première traduction italienne est de 1909.

10 A. Marpicati, Liriche di guerra, préface de G. Prezzolini, Florence, Sansoni, 1918. Voir le texte 53, « Lettres à Arturo Marpicati ».

11 A. Marpicati, Liriche di guerra (nous traduisons).

12 La prononciation italienne de « Cicerone » (Tchitchéroné) ressemble énormément à celle de Tchitcherine.

13 Mussolini adapte ici très librement un passage des chapitres xvi et xvii de La Germanie de Tacite (voir la traduction de Jacques Perret, Paris, Les Belles Lettres, 2003, p. 80-81).

14 Voir le texte 49, « Le “boche” qui “bave” ».

15 En français dans le texte.

16 Guide de voyage allemand très répandu auprès des touristes allemands, français et anglais.

17 Voir le texte 46, « Battisti ! ».

18 L’irrédentiste Giacomo Venezian (1861-1915) avait enseigné le droit civil à l’Université de Bologne avant de rejoindre le front du Carso, où il fut tué en novembre 1915.

19 Voir le texte 43, « Privilège de gloire ».

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search