Version classiqueVersion mobile

Mussolini socialiste : littérature et religion

Mussolini socialiste : littérature et religion

Texte 51

Serment

Texte intégral

  • 1 Mussolini mentionnait déjà la « magnifique Révolte idéale » d’Oriani dans sa recension de l’ouvrag (...)
  • 2 Voir M. Baioni, Il fascismo e Alfredo Oriani: il mito del precursore, Ravenne, Longo, 1988.

À l’occasion de la mobilisation de la classe 1900, Mussolini publie le 2 juin 1918, dans Il Popolo d’Italia, un article sur le serment de fidélité à la patrie que doivent prêter les jeunes recrues. Il y fait référence à l’un de ses écrivains préférés, Alfredo Oriani (1852-1909), auteur notamment de La lotta politica (La lutte politique) et de La Rivolta ideale (La Révolte idéale)1. Pendant la période interventionniste et la Grande Guerre, il fait régulièrement référence aux œuvres de l’écrivain pour justifier la nécessité de l’intervention, avant d’en faire un précurseur du fascisme après son arrivée au pouvoir2.

Serment3

  • 3 D’après Il Popolo d’Italia, édition de Rome 4 juin 1918, p. 1.
  • 4 L’édition de Rome étant datée du lendemain, par rapport à l’édition de Milan, le texte de cette ve (...)

1Hier4 les conscrits de 1900, adolescents de dix-huit ans à peine, ont accompli l’un des actes les plus sacrés dans la vie d’un soldat : ils ont prêté un serment de fidélité à la Patrie et à ceux qui en sont, dans les institutions actuelles, la synthèse et le symbole. Les soldats de 1900, qui le soir venu grouillent dans les rues de la ville, par petits groupes et main dans la main, ont vraiment, dans leur apparence extérieure, physique, dans leur regard, quelque chose de printanier, d’inaltéré ; ils donnent l’impression d’une aurore de l’humanité. Ils ne possèdent encore aucune des grandes expériences individuelles de la vie, pas même celle de l’amour peut-être, et voilà que le tourbillon de l’histoire les jette violemment dans la plus grande des tragédies que les hommes et les peuples n’aient jamais vécue ; ils n’ont pas encore l’expérience de la vie que déjà ils doivent se préparer à l’expérience de la mort. La Patrie les a appelés, après Caporetto. Ce sont pour la plupart des paysans, champions vigoureux de notre peuple [stirpe], qui ont attendu ce moment après avoir vu partir leurs frères les uns après les autres. Les maisons se vident. Dans beaucoup d’entre elles, il n’y a plus personne… Il y a des femmes qui attendent, et dans leur résignation – particulièrement dans celle des mères – il y a quelque chose de religieux et de solennel…

  • 5 En français dans le texte et entre guillemets.
  • 6 Original : « sembravano dei veterani » ; OO : « combattevano come dei veterani » (ils combattaient (...)

2De l’avis unanime, la classe de 1900 est magnifique, tant du point de vue physique que moral et intellectuel. Des analphabètes, il n’y en a plus ; physiquement, les jeunes conscrits sont robustes et moralement, ils sont « préparés » à l’épreuve. Ils avaient quatorze ans à peine quand la guerre mondiale éclata. Depuis, ils ont vécu chaque jour dans l’atmosphère de la guerre. Ils ont constamment entendu parler de tranchées, de barbelés, d’assauts, de batailles. Ils ont vu les blessés, les mutilés. La guerre n’est plus pour eux – dans l’esprit – une chose nouvelle. Ils l’ont d’une certaine manière pré-vécue ; mais quand ils se trouveront sur la ligne de feu, qu’ils la vivront dans la réalité, ils comprendront qu’elle offre encore et toujours une large marge de nouvelles émotions terribles. Je me souviens des jeunes de 1898 sur la pierraille de la Cote 144 sur le Carso. Ils arrivèrent un jour plein de lumière et de bombardements continus. Dans leurs yeux écarquillés, il y avait la vague confusion produite par la nouveauté des premières rafales de plomb, puis leur attitude devint calme, presque indifférente. La crânerie5 n’est pas seulement française. Après quelques heures, on aurait dit des vétérans6.

3La nouvelle classe est politiquement saine. Elle ne connaît pas la politique. Elle n’a pas fait de politique. Elle n’a pas été contaminée par la politique. Elle ne sent pas le neutralisme ou l’interventionnisme. Appelée, après Caporetto, la classe de 1900 sait qu’en elle reposent nos espoirs les plus ardents pour demain.

  • 7 La fête qui célébrait l’adoption du Statut albertin en 1848 est devenue la fête de l’Unité d’Itali (...)

4Aujourd’hui les nouveaux soldats prêtent serment. Ils prêtent serment sur les places publiques, au milieu du peuple, avec le peuple. Le jour choisi pour cette cérémonie, qui prend le caractère d’une grande cérémonie nationale, est lourd de sens pour les Italiens : c’est un jour qui évoque le souvenir de grands événements. C’est la fête du Statuto7, qui doit être considéré comme le premier pas de l’Italie d’alors – Italie divisée, mais toujours Italie – sur le chemin de la démocratie. C’est l’anniversaire de la mort de Giuseppe Garibaldi, dont la figure, même pour nous qui sommes presque ses contemporains, prend au fil du temps le caractère irréel de la légende.

5Parmi les écrivains de l’Italie nouvelle, j’aime Oriani. Dans le troisième volume de sa Lotta politica, de sa plume, il a sculpté le plus beau de tous les monuments à Garibaldi. Voilà comment Oriani parle de l’entreprise des Mille. Lisons ensemble :

« Seule une entreprise téméraire comme une aventure, splendide comme une vision, irrésistible comme une prophétie ; soudaine, petite, absurde, portée par deux embarcations usées comme celles de Christophe Colomb, avec une armée pas plus grande que celle de Cortez, sans autre foi que la victoire, sans autre amour que la patrie, sans autre probabilité que la mort, avec un capitaine invincible comme un Messie, sans argent, presque sans armes, pouvait en débarquant en Sicile, y allumer le feu de la révolte, assaillir des forteresses, libérer des villes, multiplier les batailles comme des tirs de fête ; rendue ensuite plus forte, plus rouge par son sang versé et par celui de l’ennemi, se lancer follement entre Charybde et Scylla, s’emparer du continent, passer comme une flamme à travers les Calabres, se précipiter sur Naples, en écrasant des armées, en étourdissant les peuples, les ministres et le roi, et en soulevant tout un royaume si différent du reste de l’Italie par ses sentiments, ses idées, ses coutumes et son histoire, le jeter au sein de la nation et en faire une seule patrie.

Giuseppe Garibaldi devait conduire cette entreprise. »

6Une seule Patrie, alors ! Une seule et plus grande Patrie, aujourd’hui !

7C’est l’esprit de Garibaldi qui soufflera sur la jeune génération qui prête serment et s’engage, par le serment, à la vie, à la mort. Tandis que des centaines de milliers de baïonnettes scintilleront au soleil, tandis que des centaines de milliers de poitrines hurleront la parole formidable, là-bas, sur la terre de France, la bataille fait rage et on croit entendre dans l’air le grondement de ce phénomène tellurique qui bouleverse peut-être pour la dernière fois notre petite Planète tourmentée. Le tableau est grandiose, fantastique ; le moment est évocateur jusqu’à l’angoisse. Demain, vous aussi, adolescents de l’année séculaire, vous serez saisis et emportés dans la mêlée, vous offrirez – avec la divine libéralité de la jeunesse – l’holocauste de votre sang.

8Voilà : la Patrie vous remet ses drapeaux. Elle vous confie son passé et son avenir : ce qui fut et ce qui sera son histoire et son âme !

Notes

1 Mussolini mentionnait déjà la « magnifique Révolte idéale » d’Oriani dans sa recension de l’ouvrage de Prezzolini. Voir le texte 21, « La teoria sindacalista ».

2 Voir M. Baioni, Il fascismo e Alfredo Oriani: il mito del precursore, Ravenne, Longo, 1988.

3 D’après Il Popolo d’Italia, édition de Rome 4 juin 1918, p. 1.

4 L’édition de Rome étant datée du lendemain, par rapport à l’édition de Milan, le texte de cette version commence par « Hier » et est rédigé au passé, alors que dans la version milanaise il commence par « Aujourd’hui » et est écrit au présent.

5 En français dans le texte et entre guillemets.

6 Original : « sembravano dei veterani » ; OO : « combattevano come dei veterani » (ils combattaient comme des vétérans »).

7 La fête qui célébrait l’adoption du Statut albertin en 1848 est devenue la fête de l’Unité d’Italie à partir de 1861.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search