Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Première partie. Crises commerciales : définition, origine, causes

III — Influence du crédit sur les prix

Texte intégral

[Opérations au comptant. Opérations à terme. — Circulation fiduciaire. — Rôle des banquiers et des banques. — Influence de l’émission des billets de banque.]

1Toute crise étant toujours accompagnée d’une grande variation de prix, on a de suite recherché quelle en était la cause, et c’est dans cette poursuite que l’opinion s’est souvent égarée. Passons successivement en revue les diverses opinions qui ont été acclamées, puis abandonnées, et dont quelques-unes ont encore cours aujourd’hui.

2Pour qu’il y ait baisse de prix, il faut que la hausse ait précédé ; on a donc d’abord recherché quelles étaient les conditions dans lesquelles la tendance à la hausse des prix était, sinon générale, du moins portait sur le plus grand nombre des produits, véritable caractère des époques prospères.

3Pour Stuart Mill, ce sont les demandes, c’est-à-dire les achats qui sont la principale cause de la hausse des prix ; que ces achats aient lieu au comptant ou à terme, le résultat est semblable, quoique les moyens d’acquérir ne soient pas les mêmes.

4Pour les achats au comptant, commerce de détail ou commerce de gros, il faut faire intervenir le numéraire, les billets, l’argent, l’or, les chèques ou les billets de banque. Déjà même pour les opérations au comptant le crédit intervient, la promesse de payer à vue remplace le numéraire ; selon la richesse et les habitudes de chaque pays, le rôle du chèque est de plus en plus important, mais sauf dans la Grande-Bretagne, dans tous les pays qui ont une circulation métallique, et on en compte un bien petit nombre, c’est le billon ou au moins le billet qui intervient dans toutes les opérations au comptant.

5Là où les billets d’État ou les billets de Banque non remboursables circulent seuls, il y a toujours un agio plus ou moins considérable qui chaque jour apporte le trouble dans les transactions. Pour les grandes opérations et pour le commerce de gros, c’est le crédit qui intervient sous la forme d’effets de commerce, de lettres de change, de crédits ouverts ou de billets de banque. Le crédit a donc sur les prix une action beaucoup plus directe et beaucoup plus puissante que la monnaie, c’est-à-dire l’abondance des métaux précieux sous cette forme, ou même sous forme de lingots. La quantité de monnaie en circulation étant presque fixe, ou du moins variant dans une proportion infiniment moindre que le stock des marchandises, ne peut être employée à des achats sans être retirée d’un autre côté, supprimant ainsi d’autres achats. Il n’en est pas de même du crédit, une simple promesse de payer permettant d’engager une affaire sans accroissement de la monnaie, sans émission de bank-notes. Le crédit seul a donc une puissance d’achat et, par conséquent, une action sur les prix beaucoup plus grande que les espèces métalliques, les chèques et les billets de banque.

6Les prix s’élèvent en proportion du crédit, sans augmentation des métaux précieux et des espèces sous forme de monnaie. La puissance de la monnaie et l’efficacité de ses services se manifestent, non pas par sa quantité, mais par la facilité et la rapidité de sa circulation.

7Il n’en est pas de même du crédit ; la rapidité de sa circulation indique son utilité, mais la quantité joue ici un tout autre rôle que pour la monnaie, car chaque nouvelle opération exige une nouvelle création de crédit, tandis que les espèces métalliques sous forme de monnaie ne font que changer de mains.

8Il n’y a donc aucune relation entre la quantité de monnaie en circulation et le stock des marchandises mises en vente. Il faut se tenir en garde contre cette opinion fausse, qui a cours encore aujourd’hui, et d’après laquelle les prix seraient déterminés par la somme de monnaie comparée aux marchandises.

9Le crédit est donc le principal moteur, il donne l’impulsion ; c’est lui qui, par la signature d’un simple effet de commerce, d’une lettre de change, donne une puissance d’achat qui paraît illimitée ; on s’aperçoit dans les crises qu’il est loin d’en être ainsi.

10Le crédit que l’on obtient à l’aide des effets de commerce présente des avantages que n’offrent pas les crédits ouverts ; dans ces conditions, le banquier qui a avancé une somme ne peut utiliser ce qu’on lui doit, son crédit se trouve diminué d’autant ; avec le billet escompté il peut rentrer dans son capital en ayant recours au ré-escompte, il emprunte ainsi sur son crédit et sur celui du premier emprunteur, il rétablit dans toute sa plénitude sa puissance d’acheter. Ce ré-escompte donne lieu à une seconde opération de crédit, opération qui peut se renouveler plusieurs fois, l’engagement persistant toujours, tandis que la loi admet qu’un billet de banque payable à vue ou avec cours forcé, quoique restant en circulation, libère les débiteurs.

11La première opération s’ouvre par du crédit ; on met en circulation une promesse de payer, et la dernière doit être l’exécution de cette promesse.

12Le papier de crédit qui forme la circulation fiduciaire ne peut être créé que par le producteur ; le consommateur n’a pas le droit de s’en servir, car il mettrait en circulation un papier qui ne serait pas gagé par un produit ; puisque ce produit a été acheté pour la consommation, il ne reste rien dans la circulation qui le représente.

13On répète sans cesse que les banquiers et les banques sont de simples intermédiaires entre ceux qui veulent prêter et ceux qui ont besoin d’emprunter. Il n’y a pas de plus grande erreur et de plus faux langage. Dans le prêt ordinaire, le prêteur se prive de ce qu’il prête ; en banque, il n’en est pas ainsi. Les deux parties en présence, le banquier et le client, ont le même droit sur le même capital, espèces ou crédit, il est complètement à leur usage. L’argent déposé dans la caisse des banquiers est tout à la fois à leur usage et à celui de leurs clients ; par cette disponibilité constante, il n’y a pas un moment où il ne puisse être employé tantôt par l’un, tantôt par l’autre. C’est une force qui est toujours sous pression, comme la vapeur dans une locomotive en feu, mais au repos. Avec la garantie de son capital et des fonds en dépôt, dont il a la disponibilité, le banquier achète des effets de commerce avec des promesses de payer, et le négociant qui les lui a vendus a, comme lui, le droit de puiser dans les mêmes caisses.

14Un crédit ouvert en compte courant ne permet qu’un seul achat tandis qu’avec un effet de commerce, une lettre de change, le nombre des achats dépendra du nombre des acceptations ou des renouvellements.

15Cette facilité d’achats à crédit ne peut se rencontrer dans les opérations au comptant ; parmi tous nos moyens d’échange, de la monnaie et du crédit, c’est ce dernier qui rend les plus grands services.

16Par ce mécanisme, par cette facilité d’achat à l’aide du crédit, qui ne saurait se rencontrer dans les opérations au comptant, les demandes se succédant sans cesse, les hauts prix doivent se maintenir et même progresser. La circulation des produits devient plus rapide, puisqu’il y a toujours un remplaçant pour prendre livraison d’un produit qui, à peine entre ses mains, lui donne du bénéfice. En baisse au contraire, tout manque, le marché se dérobe et le négociant est toujours en perte. La spéculation se développe ainsi par l’émission de son propre papier (effets de commerce, lettres de change), en dehors de l’émission des billets par les Banques.

17La puissance des capitaux et du crédit dépasse tout ce qu’on peut imaginer. Dès qu’on peut compter sur leur concours, la hausse des prix se déclare, plus elle s’élève, plus les achats sont sans proportion avec le capital disponible, jusqu’à ce qu’on ne trouve plus de nouveaux preneurs. Alors on réclame l’assistance des banquiers et aussi celle des Banques, non pas pour acheter, mais pour garder les marchandises acquises dans de hauts prix et qu’on ne peut plus vendre sans perte.

18Dans toutes les oscillations de prix en hausse ou en baisse, les écarts s’élèvent ou s’abaissent bien au-dessus ou bien au-dessous du niveau ordinaire. La hausse, comme la baisse, ne tient pas au rapport plus ou moins considérable avec les monnaies, mais seulement à l’état du crédit, selon qu’il s’étend ou qu’il se resserre.

19M. L. Say pense qu’il y a des causes générales qui tendent à faire hausser, à un moment donné, tous les prix, tandis que, sous des influences semblables, ils baissent à un autre moment, sans qu’il soit possible de déterminer rigoureusement ces oscillations. Dans ces variations, il faut tenir grand compte des causes morales qui entraînent à la dépense dans les périodes prospères et à l’économie dans les périodes de crise, ce qui, dans ce dernier cas, pour les grandes compagnies de chemin de fer, a permis de maintenir presque au même taux la part des commanditaires, des actionnaires et même du salaire des ouvriers dont on a rendu le travail plus productif par le perfectionnement des procédés. Il peut même arriver que, dans les périodes de baisse, les bénéfices augmentent par suite des économies qui l’emportent sur la somme des profits de la période de hausse.

20Si l’escompte du papier de commerce par les Banques consistait à remplacer purement et simplement un effet de commerce par un billet de banque pour augmenter le cercle dans lequel il doit se mouvoir, la circulation fiduciaire qui comprend non seulement les billets de banque, mais toutes les promesses de payer, serait bientôt troublée et dépréciée. Il n’en est pas ainsi ; quand une banque d’émission escompte un effet de commerce, elle porte en compte courant à votre crédit la somme qu’elle vous accorde ; vous pouvez la retirer de ses caisses en billets ou en espèces métalliques, mais comme le plus souvent c’est pour arriver à la compensation d’une dette, cette opération se réduit à un simple virement de crédit d’un compte à un autre, sans qu’il y ait aucune émission de billets ou aucun retrait de numéraire. Les banques d’émission n’ont pas pour rôle de mettre leur crédit à la place du crédit que le public s’accorde dans les affaires, leur fonction se borne à faire circuler ce dernier en lui venant en aide pour un temps très court, trois mois au maximum, l’opération engagée avec l’aide du crédit devant être terminée dans ce laps de temps. Si au contraire il faut la prolonger par un renouvellement, ou si, pour des compensations à l’étranger, on a recours à l’encaisse des Banques, cela prouve que l’équilibre des prix est rompu et qu’au lieu de livrer des marchandises, on livre des espèces ou des lingots que l’on enlève à leurs réserves pour les porter à l’étranger, ce qui est tout à fait en dehors du cercle de leurs opérations. Ce qui prouve bien qu’en ces moments c’est du métal et du métal seul que l’on réclame, c’est que la circulation des billets, malgré les pressantes demandes d’escompte, n’augmente pas, et au contraire commence à décroître. Rien ne montre mieux l’arrêt qui se manifeste dans l’ensemble de la circulation fiduciaire, dont celle des banques d’émission ne forme qu’une partie.

21S’il en était autrement, l’émission des billets de banque devrait avoir la plus grande influence sur les prix en général et sur les prix des marchandises en particulier.

22Quand la spéculation est lancée, elle emploie toutes les formes de crédit, et jusqu’en 1844, c’est le grand reproche qu’on adressait aux Banques, qu’on accusait d’entretenir et d’exciter même la spéculation par l’abus des émissions des billets entraînant ainsi toujours des crises et, par suite, la suspension des payements en espèces. Cet excès d’émission seul n’aurait pu déterminer des crises commerciales, si le public n’avait précédé la Banque dans cette voie par le nombre de ses engagements sous forme d’effets de commerce, de lettres de change que l’on s’empressait de porter à la Banque pour les transformer par l’escompte en un instrument d’une circulation plus facile, plus étendue, à l’aide des virements, des billets de banque et des espèces même s’il en était besoin.

23Robert Peel, pour réagir contre cette imprévoyante administration de l’émission des billets, essaya, par l’Acte de 1844, de la maintenir dans d’étroites limites, sans même lui laisser l’élasticité nécessaire dans certains moments pour venir au secours de la circulation fiduciaire du public (effets de commerce, lettres de change), ralentie ou embarrassée.

24En fixant à 14,000,000 de livres l’émission des billets à découvert, c’est-à-dire n’ayant pas des espèces comme contrepartie, on s’appuyait sur la théorie d’Adam Smith, d’après laquelle le papier-monnaie de toute sorte qui pouvait aisément circuler dans un pays ne devait jamais dépasser la valeur de l’or et de l’argent dont il tenait la place, et qui circulerait, en supposant que le commerce restât le même, si ce papier-monnaie n’existait pas. Or, toute promesse de payer fournissant un nouveau moyen d’échange, les transactions augmentent et la réserve d’Adam Smith n’étant pas remplie, sa théorie s’écroule. Était-il possible que l’encaisse variât dans la même proportion que l’émission des billets ? Mais alors prétendre régler les échanges sur la monnaie métallique, c’était vouloir transformer toutes les opérations commerciales en opérations au comptant.

25On s’est toujours préoccupé des abus de la circulation fiduciaire ; malheureusement les économistes n’en ont souvent observé que la partie la plus apparente, c’est-à-dire la circulation des billets de banque, négligeant la circulation des billets du public sous forme de lettres de change et d’effets de commerce, de chèques, et même l’observation des faits a été négligée. Ainsi, il faut que Stuart Mill n’ait pas eu les relevés des bilans des Banques sous les yeux pour prétendre que le maximum de la circulation de leurs billets se rencontre aux époques de grandes spéculations, quand on approche de l’explosion de la crise, alors que les marchands cherchent à réaliser, car les bilans sous les yeux, on constate le contraire.

26Autrefois quand les Banques ne prenaient aucune mesure pour garantir les remboursements à vue de leurs billets, il y a eu des excès, mais depuis la crise de 1836 c’est l’abus de l’émission du papier par le public sous toutes les formes, abus que nous avons indiqué plus haut, qui vient périodiquement jeter le trouble dans la circulation fiduciaire. Ce sont ces promesses de payer acceptées comme argent qui permettent d’engager les affaires, de multiplier les achats et, par conséquent, en multipliant les demandes, déterminent la hausse des prix, ce qui active encore la circulation des marchandises. Vient enfin le moment où cette hausse est arrivée au point d’éloigner les nouveaux preneurs ; quant aux derniers acheteurs, dans l’impossibilité de faire face à leurs engagements, ils doivent liquider et livrer les marchandises achetées dans les hauts cours et qu’ils ne peuvent vendre sans perte. C’est alors que pour éviter la livraison en baisse, ayant recours à tous les moyens de crédit et surtout à l’encaisse des Banques, la crise éclate. L’Acte de 1844 qui, selon l’intention de Robert Peel, devait prévenir tous ces abus, n’a pu y apporter aucun remède, parce que la limitation de la circulation fiduciaire de la Banque à sa réserve métallique au-dessus du chiffre minimum arbitrairement fixé à 14 millions de livres ne pouvait qu’accroître encore les embarras sans protéger l’encaisse.

27La hausse des prix est donc surtout encouragée par l’émission des promesses de payer du public, et non par l’émission des billets de banque qui, promesses de payer comme les premières, sont garantis non par des marchandises à prix variables, mais par des effets de commerce à trois signatures et à courte échéance et de plus par une encaisse en espèces métalliques ; c’est donc sur cette encaisse que portent toutes les demandes quand la circulation fiduciaire éprouve quelqu’embarras.

28Rien ne prouve mieux qu’alors ce n’est plus du crédit que l’on réclame, mais du comptant pour remplacer les marchandises qui ne circulent plus à cause des hauts prix. Les retraits d’espèces n’ont pas lieu pour des besoins intérieurs, puisque malgré l’acceptation toujours facile des billets dans la circulation, on n’en réclame pas en ce moment ; si le public demande des espèces, c’est pour régler des opérations engagées sur les marchés étrangers, là où les cours des marchandises ne permettent pas de les livrer sans perte ; et alors, attendant des cours meilleurs, pour prolonger l’opération on livre du métal. Ce n’est plus pour étendre la circulation de son crédit qu’on a recours aux Banques, mais pour faire une opération au comptant avec leur réserve métallique, ce qui est en dehors du rôle qu’elles doivent remplir.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter