Versione classicaVersione mobile

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Première partie. Crises commerciales : définition, origine, causes

II — Causes des crises

Testo integrale

[Panique de circulation. Panique de crédit. Panique de capital. — Mécanisme des crises. — Causes générales. Causes particulières. — Théorie de Ch. Coquelin. — Banque libre. Banque privilégiée. Le colonel Torrens. Sir Jones Loyd. — Rapport de 1810 (Bullion report). Acte de 1844. Robert Peel. — Milieu dans lequel se développent les crises. — Retour des crises. — Effets des crises. Point de départ de la période prospère. — Généralité des crises.]

1Étudier et rechercher la nature et l’origine des causes de tout ce qui nous entoure et nous touche le plus directement présente toujours les plus grandes difficultés, parce que solidaires, liés comme nous le sommes à tant d’accidents, dépendants ou indépendants de notre volonté, nous subissons les influences les plus contraires et les plus variées ; et quand nous essayons de préciser les causes déterminantes, une foule de causes occasionnelles nous assiègent, troublent la vue et nous donnent le change, nous faisant souvent prendre l’accident pour le principe même du mal.

2Le véritable critérium des causes, c’est de les voir, dans des circonstances semblables, reproduire les mêmes effets, particularité malheureusement assez rare dans les phénomènes sociaux et dans tout ce qui touche à la vie. Dans cette incertitude, on invoque tour à tour les causes les plus contraires pour se rendre compte des mêmes effets. On est surpris de la légèreté, de la facilité avec laquelle l’esprit humain accepte tout ce qu’on lui propose, tellement il est avide de savoir, de se rendre compte et, quand il ne trouve rien de mieux, combien facilement il se paye de mots. La multiplicité même des causes que l’on invoque le plus souvent suffit, il nous semble, pour prouver leur peu d’efficacité, puisque, alors qu’une seule devrait suffire, on en accumule un grand nombre, de sorte que, comme elles ne sont pas toujours réunies pour produire le même effet, on peut aussi rigoureusement conclure, en les éliminant une à une, qu’aucune n’est cause déterminante, pas même secondaire, puisque sa présence n’est pas indispensable pour produire le résultat attendu.

3Il y a donc un état antérieur qu’il faut étudier avec soin et en l’absence duquel les causes que l’on croirait les plus puissantes sont sans action. C’est ce qu’en médecine on appelle la prédisposition ; le froid, par exemple, est la cause de beaucoup de maladies : chez l’un d’un rhumatisme, chez l’autre d’une pneumonie, chez un troisième d’une pleurésie. La cause restant la même, le résultat est tout différent. C’est la prédisposition locale qui fait pencher la balance dans un sens ou dans un autre, et la preuve, c’est qu’en son absence le froid ne produit aucune maladie sur le même individu. Il en sera de même pour les crises ; nous nous attacherons à déterminer quelles sont les circonstances dans lesquelles elles se développent, et les causes à la suite desquelles elles éclatent. Nous insisterons surtout sur les conditions indispensables à leur existence, sur les phénomènes constants que l’on observe alors en dehors des causes si diverses, si variées, que l’on invoque selon le besoin du moment.

4Dans la vie des nations, au moindre accident, au moindre arrêt, on parle de crise. Tantôt ce sera une crise qu’on appellera financière, si ce sont les recettes ou les dépenses qui ne se balancent pas ; tantôt monétaire, si ce sont les espèces qui font défaut ou ont varié de prix.

5M. Dodge, aux États-Unis, a essayé de diviser les crises en trois catégories :
1o Panique de circulation, — 1857.
2o Panique de crédit, — 1866 (Overend Gurney).
3o Panique du capital, — 1847. (Immobilisation du capital).

  • 1 L’importation des céréales en 1879 et 1880 a dépassé 600 millions de francs.

6On veut toujours trouver une cause spéciale à chaque crise : pour la crise de 1825, de folles spéculations commerciales ; pour celle de 1847, une mauvaise récolte ; pour celle de 1864, de grandes importations de coton à payer en numéraire. Mais ces formes, ces dénominations, que l’on peut varier à l’infini, ne rentrent pas dans le cadre des crises commerciales ; ce sont des accidents qui peuvent troubler un des mécanismes sociaux, sans arrêter les mouvements généraux du commerce et des affaires, comme on l’observe dans les crises commerciales. D’ailleurs, une crise commerciale est toujours une crise monétaire, puisque c’est la réduction de la réserve métallique des Banques qui donne le signal de l’explosion. En dehors de cette diminution de l’encaisse on peut être en pleine crise monétaire, comme à l’époque actuelle, par suite de la dépréciation de l’argent, sans que la période de prospérité en ait souffert. Il en a été de même de la dernière disette et des hauts prix des céréales en 1878-1880 ; rien n’a pu néanmoins arrêter le mouvement des affaires jusqu’au krach de janvier 18821.

7On se préoccupe toujours de l’état local ; c’est l’état général qui est le plus grave. Ce n’est pas une importation de 67 millions de quintaux métriques ou de 315 millions de coton qui peut produire une crise, quand, en 1861, une importation de 390 millions de céréales n’avait apporté aucun trouble sérieux. L’encaisse de la Banque oscillait alors de 431 à 285 millions, le portefeuille de 430 à 433 ; il y a eu quelques embarras, mais il n’y a pas eu de crise.

8Le tableau ci-joint permettra de juger sur pièces l’influence des importations des céréales et du coton en France et en Angleterre en 1861 et en 1864, l’année de la crise.

  • 2 Il en a été de même en 1879 et en 1882, alors que l’on importait pour 600 millions de francs de cér (...)

9On constate combien ces chiffres ont joué un faible rôle dans la secousse qui, en 1864, a ébranlé le marché2.

10L’explosion des crises ne tient donc pas à un accident, si tout n’est pas préparé pour l’explosion et si la mine n’est pas chargée.

11Mécanisme des crises. — Observons-nous les faits, tout s’explique. Que voyons-nous après la liquidation des crises ? Les affaires à terme ont disparu, le portefeuille des Banques est vide, les affaires au comptant sont même très ralenties, les usines chôment. Les fonds de roulement, n’ayant plus d’emploi, viennent s’offrir à la Bourse ; de là une baisse sensible du taux de l’intérêt et l’apparence d’une grande aisance. Le capital s’offre à vil prix, comme les marchandises. En dehors des maisons qui ont été touchées par la crise, s’il n’y a plus de bénéfices par les plus-values, il y a encore des épargnes ; les grandes épargnes annuelles des nations civilisées continuent toujours et tendent à abaisser les profits. On cherche par de nouvelles combinaisons à les relever, et la masse de capitaux en quête de placements réveille l’esprit d’entreprise. Les faiseurs de projets apparaissent ; c’est à qui en signalera un nouveau, tout est bon pour la crédulité publique.

12La spéculation en profite, fonde des sociétés, émet des actions et, ajoutant une prime à la marchandise offerte, surexcite encore la demande des titres par la surenchère dont on les décore.

13Après chaque crise et quand la liquidation est faite, il y a donc une période de calme. Le pays panse ses plaies et le ralentissement du mouvement industriel et commercial, combiné avec la puissance de l’épargne, rend disponible une grande masse de capitaux qui ne tardent pas à redonner l’impulsion au corps social dont quelques parties étaient plus ou moins paralysées.

14C’est là le point de départ de la reprise des affaires ; dès que le capital est demandé, le crédit ne tarde pas à intervenir.

15Qu’est-ce que le crédit ? Le simple pouvoir d’acheter en échange d’une promesse de payer. Mais alors dans quelles limites pourra-t-on en user ? Tous ceux qui ont du crédit pourront acheter ; cette puissance d’achat contre une simple promesse augmentera la demande des produits et, par conséquent, il s’ensuivra une hausse des prix, qui, portant d’abord sur quelques produits, ne tardera pas à s’étendre et à se généraliser ; la prospérité régnera dans le pays, tout le monde sera plus riche. L’espoir de réaliser un profit par les achats à crédit, en précipitant de nouvelles couches d’acheteurs dans la même voie, accroîtra encore la rapidité de la hausse, d’autant plus que le crédit augmente avec l’élévation des prix.

16Avec un pareil moteur l’aisance est générale, et on ne veut pas croire qu’un mécanisme si perfectionné puisse jamais s’arrêter. Cependant, puisque la hausse des prix donne de nouveaux moyens de crédit et amène une nouvelle hausse, trouvera-t-on toujours de nouveaux acheteurs ? Pourra-t-on toujours se liquider par une simple circulation fiduciaire sans avoir recours au numéraire ? Car si la monnaie intervenait pour une large part, la hausse ne suivrait pas le même mouvement ascensionnel continu, par suite du déplacement du métal qui éveillerait l’attention.

17Pour ne pas frapper l’opinion publique, ce drainage n’en est pas moins sensible dès le début de la hausse des prix. Il suffit de jeter un regard sur le niveau des réserves métalliques des Banques pour s’apercevoir qu’aussitôt après le reflux des espèces, pendant la liquidation des crises, dès que le chiffre maximum de l’encaisse a été touché, aussitôt le mouvement décroissant commence ; faible, peu sensible à l’origine, il n’attire pas l’attention à côté du stock disponible, mais la proportion de la perte comparée à la réserve augmente chaque année, et enfin la persistance des changes défavorables montre clairement le danger qui menace la place. La hausse des prix a ralenti, arrêté même l’échange des produits ; ils sont offerts et ne trouvent pas de preneurs. Ne voulant pas livrer au-dessous des cours, on renouvelle son effet de commerce à l’échéance ; c’est ainsi qu’aux approches de la crise le portefeuille des Banques se gonfle, non seulement de tous les effets qu’on leur présente, mais encore de tous ceux dont on a demandé le renouvellement. S’il n’y avait que des engagements intérieurs, cela pourrait encore continuer, mais pour faire face à ceux de l’étranger, il faut livrer quelque chose en l’absence de la marchandise dont le prix est trop élevé pour être accepté au dehors.

18Quels produits livrer ? Ceux qui éprouvent les moindres variations de prix et qui sont acceptés sur tous les marchés : les métaux précieux. Où les prendre ? Dans la circulation ce serait trop long, trop difficile ; on trouve plus simple de puiser dans les encaisses des Banques, et on le reconnaît de suite à la baisse de leur niveau ; de là le trouble le plus profond dans l’équilibre de la circulation fiduciaire. Avant même que les directeurs aient pris aucune mesure pour défendre leurs réserves métalliques menacées, la hausse des prix est arrêtée ; immédiatement tout change d’aspect ; le public n’a plus qu’un seul désir, celui de réaliser. Dès que la marchandise est offerte au lieu d’être demandée, la baisse est déjà dans l’air ; les recours aux Banques se multiplient, jusqu’à ce que ces dernières y mettent obstacle par la hausse de l’escompte en élevant le prix des espèces métalliques, puisque ce sont elles que l’on demande, dans la même proportion que les prix des marchandises.

19N’ayant plus d’autre choix que de subir cette hausse, ou de livrer la marchandise aux cours du jour, la liquidation commence. La baisse, d’abord bornée aux produits sur lesquels s’était portée la spéculation, ne tarde pas à s’étendre à toutes les transactions et même aux opérations au comptant.

20D’après tout ce qui précède, c’est-à-dire d’après l’observation des faits, la puissance de l’épargne annuelle chez les nations civilisées, en augmentant sans cesse leur richesse, entretient toujours, selon l’importance de ces épargnes, une hausse des prix ; c’est l’état normal du marché, la période prospère. La crise approche quand le mouvement se ralentit, elle éclate quand il cesse.

21En un mot, la principale, on pourrait dire l’unique cause des crises, c’est l’arrêt de la hausse des prix.

22Des hauteurs auxquelles ils s’étaient élevés, nous les voyons descendre aux chiffres minima, quelquefois au-dessous du point de départ.

23Et cela est si vrai, que souvent la crise éclate assez longtemps après l’accident qui a causé le premier ébranlement, sans cependant enrayer la hausse des prix. Ainsi, pour ne pas remonter au-delà de l’époque moderne, la guerre de Crimée était finie, la paix signée, quand la crise de 1857 a éclaté. Il en a été de même de la disette des céréales en 1879 ; la crise éclate en 1882, quand tous les payements à l’étranger ont été terminés.

24De semblables oscillations de prix dans les grands pays d’affaires n’ont pas le temps de se répandre et de s’équilibrer dans le monde ; aussi un des premiers résultats des crises, c’est de mettre aux mains des étrangers des sommes considérables. De nombreux capitaux se déplacent, vont au dehors et suscitent des concurrences de la part des pays moins élevés dans l’échelle de la civilisation.

25Pendant la liquidation des crises et tant que la baisse continue, à la plus extrême confiance succède une défiance extrême. On n’a pas oublié dans quel état critique on se trouvait au moment des embarras ; quel contraste avec les années précédentes, alors que le capital s’offrait à vil prix, tandis que naguère chacun ayant recours à l’emprunt, personne ne pouvait s’en procurer ; on passe ainsi toujours d’un extrême à l’autre, d’une grande hausse à une grande baisse de prix. En hausse tout le monde se croyait riche, en baisse tout le monde se croit ruiné. Les plus-values ont fait place à des moins-values sans compter les pertes, un énorme capital circulant a été immobilisé en constructions, usines, maisons, machines, c’est un accroissement de richesses et de produits pour l’avenir, mais l’absence de revenus pour le moment cause un grand vide et, par suite, un grand trouble dans les affaires.

26En résumé, tout accroissement rapide et continu des affaires pendant un certain nombre d’années est le précurseur d’une crise.

27La crise éclate quand il y a plus de personnes qui souhaitent de vendre qu’il n’y en a souhaitant d’acheter.

28La crise résulte d’un manque d’acheteurs ; mais qui faut-il accuser ?

29La hausse des prix ou l’excès de production ?

30L’absence des acheteurs provient-elle de l’absence des besoins ou de la hausse des prix ?

31Sont-ce les acheteurs du commerce de détail ou du commerce de gros qui font défaut ?

32Quant à l’absence de besoins, nous ne pouvons admettre cette cause comme sérieuse en présence du développement continu des consommations. Ce qui les arrête, ce qui les limite, ce sont les prix, et quand ces derniers se sont élevés pendant une série d’années, vient un moment où, dans le commerce en gros, les échanges sont plus difficiles ; de là des offres en assez grand nombre pour renverser l’équilibre instable du crédit.

33Les marchandises circulent plus lentement, ou même ne circulent pas du tout ; le papier de commerce ne trouve pas de compensation facile, il s’accumule dans les portefeuilles des Banques, n’est même pas payé à l’échéance et a recours au ré-escompte, c’est-à-dire que lui aussi ne circule plus. Il faut cependant que quelque chose circule aux lieu et place des marchandises et du papier ; ce quelque chose, ce sont les espèces et les lingots que l’on puise dans les réserves métalliques des Banques.

34La baisse du niveau des encaisses sous l’influence des changes défavorables prouve déjà que le papier des institutions de crédit et de commerce ne circule plus comme d’habitude, et la hausse de l’escompte n’est qu’un moyen violent, en l’absence de moyens plus doux, pour lui faire reprendre son rôle accoutumé. Il y a un stock de marchandises représenté par un stock de papier, et ni l’un ni l’autre ne peuvent circuler. Il faut donc à tout prix écouler, avant de produire davantage, ce stock flottant, pour rétablir l’équilibre des prix. Afin d’arriver à ce but, il faut d’abord rétablir la circulation du papier, et pour cela, le mettre ainsi que les espèces à un prix en rapport avec celui des produits, pour qu’on n’ait pas recours au métal dont la valeur marchande n’a pas varié.

35On arrive à ce but par une élévation du taux de l’escompte en rapport avec la rapidité et l’intensité du drainage des espèces d’après l’état des changes étrangers qui indiquent le sens des courants d’exportation ; on relève ainsi le prix des billets ou du crédit qu’accordent les Banques par les comptes courants, au niveau du prix de l’or, et même un peu au-dessus, afin qu’on ne le recherche pas et qu’on ne lui donne pas la préférence sur les produits eux-mêmes pour le règlement des comptes avec l’étranger.

36Quand on lit les Enquêtes anglaises, on est toujours surpris qu’on n’ait pas eu plus tôt recours à ce moyen pour prévenir la suspension des payements et des affaires ; mais cette surprise doit disparaître quand on se rappelle qu’on ne comprenait pas alors le mécanisme des crises et que, de plus, les lois sur l’usure empêchaient qu’on y eût recours. Ces lois, si funestes dans les crises, n’ont été rapportées qu’à partir de 1834, et leurs derniers débris n’ont été renversés qu’en 1854.

 

37Faut-il donc s’étonner qu’on ait toujours recherché et que l’on recherche encore l’origine des crises ? La tâche est difficile.

38Il y a des causes générales et particulières.

39On a d’abord étudié les causes générales, conséquences de l’organisation et de la conduite des Banques ; c’est ainsi que tour à tour on a accusé le monopole et la liberté, les fausses appréciations, les exagérations du commerce, les fâcheux effets de l’accumulation des épargnes et la mauvaise direction donnée à leur emploi.

40Un mot sur chacune de ces causes.

41Le monopole et la mauvaise organisation des Banques privilégiées ont été deux des principales causes sur lesquelles on a le plus insisté.

42Il est vrai que les pays où règne la liberté n’ayant pas été à l’abri des mêmes accidents, l’argument a été retourné.

43Quoique, d’après le mécanisme qui précède, les crises soient toujours le résultat d’un ensemble de circonstances qui se rencontrent et agissent pendant une série d’années, néanmoins on a toujours cherché et on recherche encore des causes spéciales que l’opinion publique saisit bien plus facilement, sans même les discuter.

44Les attaques de Ch. Coquelin contre le monopole, quelque spécieuses qu’elles soient, ne résistent pas à l’examen des faits.

45Il accuse le privilège, en l’absence de la liberté d’émission, de saturer la circulation de papier, de rendre ainsi l’emploi des capitaux réels de plus en plus difficile en abaissant le taux de l’intérêt. Repoussés par cette concurrence artificielle, ils se réfugient à la Banque, où ils grossissent le chiffre des dépôts en comptes courants en attendant des temps meilleurs.

46Le chiffre de la réserve métallique augmente et la situation de la Banque, des plus prospères, lui permet d’étendre ses opérations, d’escompter à des conditions faciles. Le papier de commerce ne tarde pas à se présenter, et les transactions prennent une activité en rapport avec les secours qu’on leur accorde.

47Pour trouver un débouché à tous ces capitaux en quête de placement, paraissent bientôt les faiseurs de projets. Une prospérité apparente enlève tous les prix ; les souscriptions sont absorbées et dépassées avant même d’être ouvertes. On ne voit plus de limites à la hausse ; mais bientôt les appels de fonds commencent, il faut recourir aux dépôts en comptes courants, et c’est ainsi que peu à peu la Banque privilégiée voit tout son actif disponible disparaître et la baisse de la réserve métallique, qui en est la conséquence, l’oblige à se montrer plus difficile pour l’escompte. Toutes les combinaisons du commerce se trouvent détruites et la crise éclate, au moment où le public retire de la Banque les ressources qui jusque-là avaient permis à celle-ci de satisfaire à toutes les demandes qu’on lui adressait.

48Ainsi, accumulation de capitaux dans les caisses des Banques par suite de l’émission des billets, excitation artificielle donnée au commerce, augmentée encore par l’embarras de ces mêmes capitaux inactifs en quête d’un placement, par suite un trop grand nombre d’affaires engagées eu égard aux sommes disponibles, ce qui entraîne leur retrait et met la Banque dans l’impossibilité de remplir les engagements qu’elle a contractés : telle est la succession des événements qui, selon Ch. Coquelin, expliquent les retours périodiques des crises, dont le monopole des Banques est la principale cause.

49Le remède se trouve naturellement indiqué dans la liberté, c’est sa conclusion. Malheureusement, aucune de ces vues ingénieuses ne se trouve confirmée par les faits.

  • 3 Voir les tableaux de Bilans des Banques de France et d’Angleterre, et les tracés graphiques des Bil (...)

50Le retrait des dépôts en comptes courants en France et en Angleterre n’est pas sensiblement supérieur, pendant les années de crise, à ce que l’on observe en temps ordinaire. Puis, la diminution de l’encaisse des Banques, ce qui caractérise les crises, n’a aucun rapport avec celle des dépôts en comptes courants, comme nous le verrons en étudiant les articles du bilan. Que penser alors des influences auxquelles Ch. Coquelin attribue le développement et l’explosion des crises et du remède qu’il propose3 ?

51La critique jusqu’ici ne portait que sur l’organisation des Banques ; quand on se fut aperçu que la suppression du monopole et la pratique de la liberté ne rendaient pas les crises moins fréquentes, on rechercha si ce n’était pas plutôt la conduite des Banques, libres ou privilégiées, qu’il fallait accuser. L’expérience avait prouvé qu’en 1797, en 1810 et en 1825 il y avait eu excès d’émission des billets et, en présence de cet excès, écoulement et épuisement des réserves métalliques. Le colonel Torrens, sir Jones Loyd, les premiers, insistèrent sur l’heureuse et en même temps funeste influence de l’émission du papier par les Banques, même quand ce papier était remboursable à vue. Ils étendirent les conclusions du Bullion Report qui avaient été prises en vue de la suspension des remboursements et ils firent tous leurs efforts pour démontrer que les prix sont en rapport avec la masse des échanges à accomplir et la quantité des instruments de circulation, or ou papier. Sous ce dernier titre on ne comprenait que les bank-notes.

52Les Banques ne peuvent donc étendre leur circulation sans amener une hausse factice de tous les prix, hausse qui d’ailleurs ne peut se soutenir que par la continuation des mêmes moyens qui lui ont donné naissance ; avec les facilités de l’escompte, personne n’hésite à engager des affaires et l’entrain du commerce vient encore ajouter une nouvelle excitation à la hausse des produits. Les spéculations à la hausse possèdent en effet ce singulier privilège de donner du bénéfice à chaque nouveau détenteur ; rien ne peut donc l’arrêter tant qu’il trouve de nouveaux preneurs. Aussi longtemps que les Banques maintiendront un taux d’escompte peu élevé, ce roulement d’affaires doit continuer et continuera pour le commerce intérieur.

53En sera-t-il de même pour le commerce extérieur ? Si des conditions aussi favorables de crédit et des moyens de circulation aussi économiques se rencontraient partout, la réponse pourrait être affirmative. Les faits démontrent qu’il est loin d’en être ainsi. La hausse des prix sur un marché tend à produire le même effet sur les marchés avec lesquels il est en relations d’affaires, mais avant que ce résultat se produise, il faut du temps.

54Dans cet intervalle, les achats continuent d’autant plus activement que tout y est relativement moins cher. En présence de cette hausse des prix, les pays moins favorisés diminuent leurs achats ; il y aura donc dans le solde des comptes, à l’époque des payements, un défaut de balance qui se traduira par des changes défavorables, par le drainage des espèces métalliques et la suspension des payements, terme fatal auquel aboutiraient toutes les crises, si l’on ne prenait des mesures pour le prévenir et s’y opposer.

55Selon cette théorie, l’émission des bank-notes poussée jusqu’à l’abus étant la cause de toutes les crises, il suffirait, pensait-on, d’imposer des règles qui ne lui permettraient pas de dépasser une certaine limite, but qu’on s’efforça d’atteindre par l’Acte de 1844.

56Le célèbre Rapport de 1810 (Bullion Report) sur les causes de la dépréciation des bank-notes, avait déjà signalé les conséquences funestes d’un excès d’émission du papier. Voici en quels termes : « Si la monnaie d’or de ce pays devait un jour s’user beaucoup et perdre de son poids, ou si elle devait subir une altération dans son degré de fin, il est évident qu’il se produirait une élévation proportionnelle du prix de l’or en lingots sur le marché au-dessus de son prix à la Monnaie. La même élévation du prix de l’or sur le marché au-dessus de son prix à la Monnaie se fera sentir si le médium local de circulation propre à notre pays en particulier, cessant d’être à vue convertible en or, subit une émission excessive. Cet excédent ne peut être exporté dans les autres pays et, n’étant pas convertible en espèces, ne retourne pas nécessairement chez ceux qui l’ont émis ; il reste dans le canal de la circulation et il est graduellement absorbé par l’augmentation du prix de toutes les denrées ».

57Une augmentation dans le médium de circulation propre à une contrée donnée élève les prix dans cette contrée, exactement comme un accroissement dans l’approvisionnement général des métaux précieux en élève le prix dans le monde entier. Il n’est pas moins évident que, dans le cas où les prix des produits ont haussé dans un pays par suite d’une augmentation de son médium de circulation, tandis qu’en même temps il n’y a pas dans un pays voisin d’augmentation semblable dans ce médium ayant eu pour résultat une semblable augmentation dans les prix, les monnaies des deux pays ne continueront pas d’avoir l’une par rapport à l’autre la même valeur qu’auparavant ; la valeur intrinsèque d’une portion donnée de l’une des deux monnaies se trouvant amoindrie pendant que l’autre reste la même, le change entre les deux pays sera au désavantage du premier.

58Ainsi, une hausse générale de tous les prix, une hausse dans le prix de l’or sur le marché, et une dépréciation du taux des changes avec l’étranger, tels seront les effets d’une surabondance du médium de circulation dans un pays qui a adopté une monnaie non exportable dans les autres pays ou non convertible à volonté en espèces.

59Dès 1810 on comprenait très bien les dangers d’une émission de papier exagérée, son influence sur les prix des produits et sur les cours des changes. Dans les Enquêtes de 1832 et de 1840, Jones Loyd (lord Overstone) a développé cette doctrine avec une grande insistance et, prenant pour exemple les crises qui avaient précédé, celles de 1825 et de 1837 notamment, il s’est efforcé de démontrer que l’ébranlement du commerce à cette époque provenait de l’excès d’émission du papier par les Banques, et du trouble apporté ainsi dans son rapport avec les espèces métalliques.

60Aux États-Unis, les présidents Jackson et Buchanan lui ont adressé le même reproche. Tooke partage cette opinion et dans toutes ses dépositions insiste sur les dangers de l’émission par les banques de province ; mais il se refuse à voir dans les variations de la circulation des bank-notes la principale cause des variations de prix sans cependant pouvoir donner aucune preuve concluante à l’appui ; en parlant du crédit nous reviendrons sur son opinion.

61Ce qui ne peut faire l’objet d’un doute, c’est que l’Acte de 1844 qui régit la Banque d’Angleterre a été inspiré à Robert Peel, son principal promoteur, par les études de Torrens et de Jones Loyd. À leur point de vue, la mauvaise administration et surtout les excès d’émission de papier par les Banques avaient été la cause de toutes les crises. Le seul moyen était donc de régler cette émission, de telle sorte qu’au-delà d’un certain chiffre elle fût toujours représentée par une somme égale en espèces métalliques, renfermées dans les caisses de la Banque, c’est-à-dire d’en faire du comptant. Les crises de 1847, 1857, 1864, 1873, ont montré l’inefficacité de l’Acte de 1844. L’interprétation des faits n’avait pas été suffisamment étudiée et on se méprenait en ne voulant comprendre dans les excès d’émission du papier que la circulation des bank-notes, sans s’occuper du papier créé et mis en circulation pour les besoins des affaires en dehors de ces bank-notes.

62Après avoir cru trouver dans la liberté et dans la suppression du monopole le moyen de prévenir les crises, on est revenu à la réglementation de l’émission, à sa limitation, sans pouvoir la maintenir au moment critique. Toujours trompé dans ses prévisions, on a alors attribué l’origine des crises à l’over-trade, comme disent les Anglais, à l’exagération du commerce et à l’encombrement des fabriques.

63Jusqu’ici, on avait recherché dans la constitution ou dans l’administration des Banques la cause de tous les accidents qui ébranlaient le crédit et suspendaient les affaires, il était naturel que l’on tournât ses regards vers l’autre partie contractante, car les deux peuvent être coupables, bien qu’à des degrés divers, et il était bon de signaler dans quelle mesure.

64En voyant le développement rapide des transactions commerciales qui précède les crises, on s’est demandé si ces arrêts ne tenaient pas à un défaut de proportion entre la production et la consommation.

65Il y a, en effet, des moments dans la vie des peuples où tout paraît conspirer pour donner un essor sans pareil aux affaires. On travaille pour un débouché que l’on a cru sans limites et qui jusqu’ici avait absorbé tout ce qu’on lui offrait. La hausse des prix même n’avait pas ralenti le mouvement ; puis, malgré une impulsion donnée avec une vigueur qui ne paraissait pas devoir rencontrer d’obstacles, tout se ralentit tout à coup par suite du refus des Banques de continuer leurs avances au commerce, car on ne se contente plus de leurs billets et on s’attaque à leur encaisse.

66Au milieu de cette rapidité des échanges, les Banques, en même temps que leur portefeuille se gonflait des effets de commerce présentés à l’escompte, ont vu décroître leur réserve métallique. Ce n’était plus quelques billets qu’on leur demandait, mais des espèces ; ce changement de conduite les obligeait à prendre des mesures défensives ; aussitôt tout s’arrête, la crise éclate.

67Les produits ne pouvant plus s’échanger à terme par suite de la contraction du crédit, il faut livrer au comptant, et cette livraison en dehors des habitudes de commerce déprime tous les prix et entraîne souvent la ruine du dernier détenteur. Aussitôt cette liquidation commencée, le flux des espèces métalliques, sous l’influence des changes défavorables, cesse ; dès que le reflux se fait sentir, les Banques, se relâchant de leurs rigueurs, accordent de nouvelles facilités au commerce. La bourrasque passée, on ne songe plus qu’à réparer les pertes, et le mouvement des affaires reprend bientôt son cours jusqu’à la crise prochaine.

68L’encombrement des produits soit dans les fabriques, soit dans les entrepôts, n’est donc pas la seule cause des crises ; ce sont surtout les différences de prix qui, même en l’absence de tout excès, peuvent produire les mêmes effets. Un défaut de balance s’établit dans les soldes de compensation des divers pays ; en l’absence des produits qui circulent plus lentement, il faut faire intervenir les métaux précieux, et le mécanisme normal du commerce étant troublé, toute la machine s’arrête sous l’influence des changes défavorables, qui, par une de nos admirables lois économiques, tendent à rétablir l’équilibre entre les divers pays, à l’aide des produits qui ont le moins varié de prix, c’est-à-dire des métaux précieux.

69La suspension ou le ralentissement des échanges, quelle qu’en soit la cause, tels sont toujours le point de départ et l’origine des crises.

70En dehors de ces causes générales, on a accusé des accidents spéciaux, particuliers à certains peuples et à certaines années. Ainsi, les disettes, les emprunts, les traités de commerce, les modifications apportées à la législation douanière, les débouchés fermés au commerce, par suite de blocus ou de guerre ; mais quand on observe avec soin chacune de ces influences, on s’aperçoit bientôt que leur action, toute relative et occasionnelle, ne peut devenir prépondérante que quand tout est déjà disposé pour l’explosion.

71Dans la suite de cette étude, nous verrons souvent que chacune de ces causes peut se faire sentir isolément ou qu’elles peuvent se réunir sans déterminer les accidents que l’on redoutait.

72Pour les disettes, jusqu’ici on avait cru remarquer que, par suite de ce besoin nouveau dans une des principales branches du commerce, la source de la production déplacée, diminuée ou tarie, pouvait, en donnant une nouvelle direction aux capitaux, les soutirer là où ils étaient nécessaires et déterminer ainsi une crise commerciale. Les deux dernières disettes de coton et de céréales, en 1861 et 1879, nous ont permis de juger pièces en mains la valeur de l’objection.

73Il en sera de même des traités de commerce et des modifications du tarif douanier.

74Faut-il insister ici particulièrement sur les causes que l’on a toujours alléguées et que l’on allègue encore, causes sur lesquelles, dans le cours de cet ouvrage, nous insisterons d’une manière toute spéciale aux chapitres où il en sera question ? Nous voulons parler de la mauvaise administration de l’émission, soit que l’on accuse son excès ou sa rareté, soit que l’on critique l’insuffisance de quotité du capital des Banques, son immobilisation ou sa disponibilité.

75La variété des causes est assez grande pour qu’en y réfléchissant on ne tarde pas à s’apercevoir que, par leur action si différente, la plupart ne sont qu’occasionnelles, la cause première devant être cherchée ailleurs. S’il est difficile de préciser la cause déterminante des crises, il sera toujours possible d’observer dans quelles conditions elles se développent, éclatent et se liquident. Les crises commerciales ne s’observent pas dans tous les pays comme on pourrait le penser ; partout on peut éprouver des embarras, un ralentissement des affaires, mais on ne saurait confondre ces accidents avec ce qu’on appelle crises commerciales. Ainsi, les pays où la majorité des affaires se traitent au comptant n’y sont pas exposés ; s’ils ne recueillent pas le bénéfice de l’entrain commercial, ils n’en éprouvent pas non plus les revers. Il faut un grand développement d’opérations à terme pour y être exposé. C’est en Angleterre, aux États-Unis, en France, en Allemagne, dans les principales villes industrielles, qu’on les voit se produire et se renouveler depuis nombre d’années. Là où le mouvement industriel est plus faible et plus lent, on ne remarque pas ces commotions. Ainsi, une partie de l’Allemagne, la Russie, l’Espagne, si elles n’en sont pas à l’abri n’en reçoivent du moins qu’un contrecoup éloigné. On peut même ajouter, ce qui paraît paradoxal, que la richesse des nations peut se mesurer à la violence des crises qu’elles éprouvent. Sans parler de l’Angleterre et des États-Unis, pour ne citer qu’un fait que tout le monde a pu observer, jamais la fortune publique n’a fait en France de plus grands progrès que depuis 1848, et en même temps, à aucune autre époque, il n’a été plus question de crises commerciales. Si même on écoutait certaines voix, depuis 1854 nous irions de chute en chute nous relevant toujours, mais retombant bientôt d’une manière inévitable. On confondait de simples accidents n’ayant aucun des caractères des crises commerciales, et sans aucune influence sur le développement de la richesse publique, et ce fut pour les étudier que l’Enquête sur les Banques fut ouverte en 1865. Quels que fussent ces obstacles, ces arrêts, les pertes, les ruines même qui en furent la conséquence, le développement de la richesse publique qui éclate à tous les yeux n’a été, à aucune autre époque, ni plus rapide ni plus considérable.

76Depuis le commencement du siècle nous voyons ces crises se reproduire à des intervalles assez peu éloignés, mais qui n’ont rien de fixe et dépendent de la rapidité de l’accroissement des affaires et des conditions dans lesquelles il se produit. Si aux époques antérieures les crises ont été moins fréquentes, moins terribles et, par conséquent, moins remarquées, c’est que les rapports des nations entre elles étaient moins faciles, plus limités et, par suite, le mouvement commercial et le développement de la richesse plus lent, moins rapide et par là même moins exposé à ces soubresauts si pénibles, qui ne peuvent faire descendre que quand on a beaucoup monté. La réaction n’étant partout que la contrepartie de l’action, elles seront toujours dans un rapport assez étroit l’une avec l’autre ; il ne faut donc pas s’en effrayer, quand on réfléchit que la durée des crises est assez courte et que, avant d’y arriver, on a dû traverser une succession d’heureuses années pendant lesquelles l’épargne a pu se faire par les bénéfices réalisés sur d’heureuses opérations, tandis que la crise renverse et détruit toutes les combinaisons des dernières années. Quelque grand que soit le désastre, on ne peut admettre qu’il fasse disparaître tout le bénéfice des années prospères. Les crises peuvent se produire et se renouveler sans entraîner, comme on aime quelquefois à se le figurer, la ruine des nations. Sans doute ce sont des arrêts, des pertes dans le mouvement des affaires, mais le développement de la richesse n’en suit pas moins sa course ; c’est ce qui explique comment, malgré leur périodicité, un pays peut non seulement ne pas s’appauvrir, mais s’enrichir beaucoup plus rapidement que ceux qui en sont à l’abri, c’est-à-dire dans une atonie d’affaires qui, en préservant, il est vrai, de tout écart, ne laisse en réalité aucun espoir d’un large bénéfice ; quelques chances de perte en moins diminuent dans une toute autre proportion les chances de gain. Bien plus, à considérer le monde des affaires, on se demande si le développement des transactions à terme, qui caractérisent la période prospère, peut suivre une marche ascensionnelle, sans aucun temps d’arrêt, sans aucune liquidation partielle au moins, qui permettent de reprendre pied un instant avant de se lancer en avant.

77Envisagées à ce point de vue, les crises, malgré le malaise qu’elles occasionnent, malgré les pertes, les ruines même qui en sont la conséquence, ont au moins cet avantage de débarrasser le marché de tous les crédits douteux en diminuant le nombre des opérations à terme, en faisant passer la plupart des affaires par le comptant, soit qu’on liquide les anciennes, soit qu’on en entreprenne de nouvelles. À la suite d’un pareil ébranlement, tout ce qui avait déjà perdu l’équilibre a succombé, les crédits chancelants ont été signalés, remarqués, on connaît les maisons qui ont pu résister et celles qui ont fléchi, la place se trouve liquidée, la plupart des opérations prennent fin pour quelque temps. En l’absence du crédit, on ne fait plus que des opérations au comptant ; puis, quand les suspensions ont cessé, quand les crédits douteux ont disparu, on sait que toutes les opérations sont nouvelles, débarrassées de ces engagements souvent si difficiles à remplir ou à renouveler. On n’hésite donc pas à renouer des affaires à terme, et le mouvement reprend son cours, jusqu’au moment où, par suite du ralentissement de la marche des produits, les effets de commerce ne se trouvant pas compensés à l’échéance, une nouvelle crise se produit et éclate. La pratique seule du crédit amène ainsi, par l’abus qu’on est porté à en faire, aux crises commerciales ; alors il se resserre, mais la tourmente passée il se dilate de nouveau, reparaît bientôt, car il est de l’essence même des affaires d’opérer à terme pour laisser à l’acheteur le temps de placer la marchandise ; rien donc de moins surprenant que le retour périodique des crises commerciales. Il eût été difficile que les mêmes pratiques ne reproduisissent pas les mêmes accidents, le développement du commerce même ne saurait s’en passer. Ce qui le prouve, c’est la simultanéité de l’explosion des crises dans tous les pays où le mouvement d’affaires est considérable ; en Angleterre, aux États-Unis, en France, dans les principales villes industrielles de l’Allemagne, la prospérité et les embarras se font sentir au même moment et d’une manière de plus en plus intense au fur et à mesure que les relations des peuples deviennent plus importantes et plus fréquentes. Le fait d’une crise n’a jamais rien de particulier à une nation ; les mêmes causes agissent partout à la fois, produisent partout le même désordre, ce dernier pouvant se trouver encore à l’état latent, mais au moindre choc toute l’organisation de la machine fondée sur un crédit déjà épuisé s’arrête et, comme une traînée de poudre, les embarras se répercutent dans tous les pays entre lesquels il y a des relations d’affaires.

78L’étendue des rapports, la nature des opérations, le genre des produits déterminent l’intensité des crises dans chaque pays, elles se feront même sentir d’une manière d’autant plus pénible que l’on se rapprochera des principaux centres où se traitent les opérations de change, ce puissant moteur des métaux précieux, ce grand moyen économique destiné à rétablir l’équilibre et l’harmonie sur les divers marchés. Elles suivent donc pas à pas le développement de la richesse des nations et se mesurent à son importance et à la rapidité de la progression ; là où elle est lente, calme, mesurée, les crises seront peu sensibles et très courtes ; là où la progression est rapide, fiévreuse, les crises violentes et profondes bouleverseront en apparence pour un temps tout le monde des affaires. Il faut choisir de l’une ou de l’autre de ces conditions, et la dernière, malgré les risques qui l’accompagnent, paraît encore la plus favorable ; sur les marchés des peuples civilisés, c’est elle qu’on observe en Angleterre, aux États-Unis, en France.

79En présence de ces résultats, doit-on envier le sort des nations où les transactions ont ce calme qui les met à l’abri des tempêtes ?

80En parlant de la solidarité des marchés, nous constaterons clairement ce que nous venons d’indiquer.

81Nous n’insisterons donc pas sur la longue série des causes que l’on a invoquées pour expliquer l’explosion des crises commerciales. Qu’il nous suffise de dire que tout s’enchaîne et se tient dans le mouvement des affaires ; les documents officiels sous les yeux, on reconnaît l’enchaînement des périodes et on ne peut attribuer aux événements qu’une part relative, comme celle de la dernière goutte d’eau qui fait déborder, selon qu’elle tombe un peu plus tôt ou un peu plus tard, un bassin déjà plein.

82Souvenons-nous toujours que la prospérité d’une nation dépend du développement des affaires, et qu’il n’y a pas d’affaires sans crédit ; nous ne serons donc pas surpris de n’observer les crises que chez les peuples dont le commerce est très développé. Il ne saurait en être question dans les pays où il n’y a ni division de travail ni commerce extérieur ; plus le crédit est restreint, moins on doit les redouter. Ce seront donc les places où il se pratique sur la plus large échelle qui auront à profiter d’abord de tous ses avantages et en ressentiront de temps en temps les dangers, quand par un abus inévitable on lui demandera ce qu’il ne saurait donner. Aussi voyons nous les crises s’abattre et sévir au même moment sur les places et dans les pays qui en font aujourd’hui le plus grand usage ; pour l’Allemagne à Hambourg, Amsterdam et Francfort, pour l’Angleterre à Londres, pour les États-Unis à New York, pour la France à Paris, quoique partout le contrecoup se fasse sentir au loin. Si nous possédions les documents commerciaux des anciennes Républiques italiennes, nous pourrions constater à Gênes et à Venise, sous l’influence des banques de dépôt et des facilités accordées au commerce, le retour des mêmes abus et des mêmes accidents.

83Les crises commerciales n’ont donc rien de local ; elles s’étendent en même temps sur tous les pays qui opèrent avec l’aide du crédit, ce qui démontre assez que celui-ci fait partout défaut à la fois, et qu’espérer s’en procurer par des traites d’une place sur une autre ne serait qu’un moyen d’apporter un plus grand trouble en retardant la vente des produits.

Note

1 L’importation des céréales en 1879 et 1880 a dépassé 600 millions de francs.

2 Il en a été de même en 1879 et en 1882, alors que l’on importait pour 600 millions de francs de céréales.

3 Voir les tableaux de Bilans des Banques de France et d’Angleterre, et les tracés graphiques des Bilans de la Banque de France pour 1851-1886.

Indice delle illustrazioni

Titolo Importations
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1401/img-1.jpg
File image/jpeg, 105k
Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).

Acquista

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search