Version classiqueVersion mobile

Mussolini socialiste : littérature et religion

Mussolini socialiste : littérature et religion

Texte 47

Sa Sainteté Pilate XV

Texte intégral

Le 1er août 1917, le pape Benoît XV adresse une lettre aux puissances belligérantes, pour les exhorter à mettre fin au « massacre inutile » de la guerre. En France et en Italie en particulier, cet appel à la paix est très mal reçu par une grande partie de l’opinion et de la classe politique, qui accuse le pape de saper le moral des troupes et de proposer une « paix allemande ». Mussolini publie à cette occasion plusieurs articles contre le Vatican, dont celui-ci, paru dans Il Popolo d’Italia le 20 août 1917.

Sa Sainteté Pilate XV1

  • 1 D’après OO, vol. 9, p. 126-127.

1Benoît le pape a dit dans sa note que « la loi universelle de la charité et le suprême office spirituel confié par le Christ » lui ont dicté « une parfaite impartialité envers tous les belligérants ». Mais quelqu’un qui a lu les Évangiles, peut se demander, comme nous le faisons : cette parfaite impartialité pontificale est-elle vraiment conforme à la doctrine du Christ ou n’en est-elle pas, au contraire, la négation et l’antithèse ? De deux choses l’une : soit le pape considère que tous les belligérants sont coupables et responsables de la guerre au même degré, auquel cas son comportement peut s’expliquer ; soit il y a des provocateurs et des provoqués, des bourreaux et des victimes, et alors l’impartialité du pape, son refus tenace de s’engager dans la mêlée pour prononcer sur les protagonistes une sanction d’ordre morale est contraire à la prédication du Christ. Le prophète de Nazareth jugeait. Il choisissait. Il séparait le bon grain de l’ivraie. Il avait un mot doux pour les bons, une invective terrible pour les mauvais, un fouet pour les marchands profanateurs du temple. Dans le sermon du lac de Tibériade, il est dit :

  • 2 Matthieu, VI, 24. Pour les références bibliques, nous avons utilisé la traduction de Louis Segond (...)

« Nul ne peut servir deux maîtres. […] Vous ne pouvez servir Dieu et Mamon »2.

2Transposé dans les temps modernes, ce langage pourrait être traduit ainsi : on ne peut pas servir le Kaiser et Mercier, la Belgique et l’Allemagne. Le Christ avait des amis et des ennemis. Il ne traitait pas de la même manière les puissants et les faibles, les riches et les pauvres. Il avait pour les uns la récompense, pour les autres la punition.

  • 3 Luc, XVI, 24-25.

« Il s’écria : Père Abraham, aie pitié de moi, et envoie Lazare, pour qu’il trempe le bout de son doigt dans l’eau et me rafraîchisse la langue ; car je souffre cruellement dans cette flamme. Abraham répondit : Mon enfant, souviens-toi que tu as reçu tes biens pendant ta vie, et que Lazare a eu les maux pendant la sienne ; maintenant il est ici consolé, et toi, tu souffres. »3.

3Et ailleurs :

  • 4 Matthieu, XII, 30.

« Celui qui n’est pas avec moi est contre moi. »4

4Benoît XV est avec tout le monde et avec personne. Le Christ était-il donc impartial avec les pharisiens ? Non. Il les attaquait avec un langage extrêmement violent.

  • 5 Mussolini tire cette citation du texte d’Ernest Renan, La Vie de Jésus, qui lui-même l’avait compo (...)

« Aveugles, conducteurs d’aveugles – disait-il – prenez garde de tomber dans la fosse ! Race de vipères, ils ne parlent que du bien mais au dedans ils sont mauvais »5.

5Le Christ ne craint pas de déclencher des colères, d’accroître le nombre de ceux qui le détestent. Au-dessus de la paix Il met la Justice.

  • 6 Matthieu, X, 34 (traduction de L. Segond).

« Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée »6.

6Et la parabole du gentilhomme, une des dernières racontées aux disciples avant le martyre, ne démontre-t-elle pas que Jésus détestait ses ennemis et aimait ses amis ? C’est vrai : tous les hommes sont des frères, mais il y a, parmi eux, les bons et les pervers. Ceux qui agissent bien et ceux qui font du mal. Les cruels et les miséricordieux. Ceux qui blessent et qui tuent, et ceux qui, sur les plaies ouvertes, répandent les baumes de la charité. Le monde chrétien n’est pas uni : il est divisé. Le jugement, la sanction morale sur les actions des hommes est la colonne vertébrale du christianisme. Tous seront jugés en fonction de leurs actes. Lorsque viendra le jugement universel, les hommes seront jugés et répartis en deux grandes catégories : les élus et les réprouvés ; pour les premiers, le paradis, où ils siégeront, vêtus de lumière, au festin présidé par Abraham, par les Patriarches et par les Prophètes ; les autres tomberont dans la géhenne, où ils seront brûlés et rongés par les vers…. Or, ce Vicaire du Christ qui ne juge pas les actions de ses contemporains et qui s’isole dans la tour d’ivoire de son « impartialité », ce représentant de Dieu qui veut être l’ami de tous et qui n’a plus une droite ni même une gauche pour distinguer les loups des agneaux, d’où tire-t-il son inspiration ? De la loi humaine, de nous pauvres mortels, non. De la loi divine de l’Évangile, encore moins. Comme Ponce Pilate qui se refusa à juger les protagonistes de la tragédie chrétienne et qui ne sut pas choisir entre Jésus et Bar Abbas, Benoît XV lui aussi renonce à prendre position dans la plus grande tragédie de tous les temps et de tous les peuples, et s’abaisse au niveau du légat romain. Après autant de sang qui crie vengeance, Pilate XV demande lui aussi, vingt siècles plus tard, une bassine et un peu d’eau…

7M.

Notes

1 D’après OO, vol. 9, p. 126-127.

2 Matthieu, VI, 24. Pour les références bibliques, nous avons utilisé la traduction de Louis Segond de 1910.

3 Luc, XVI, 24-25.

4 Matthieu, XII, 30.

5 Mussolini tire cette citation du texte d’Ernest Renan, La Vie de Jésus, qui lui-même l’avait composée à partir de différents passages du Nouveau Testament. Voir E. Renan, La Vie de Jésus, chap. xiv, Paris, Michel Lévy Frères, 1863, p. 226.

6 Matthieu, X, 34 (traduction de L. Segond).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search