Version classiqueVersion mobile

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Première partie. Crises commerciales : définition, origine, causes

I — Définition. — Origine des crises

Texte intégral

[Différence entre les crises commerciales et monétaires. — Arrêt de la hausse des prix. — Trois périodes : Période prospère. Période de crise. Période de liquidation. — Solidarité des grands marchés, France, Angleterre, États-Unis. — Causes des crises : Abus de l’émission des billets. Monopoles des banques. Rareté du numéraire. Cherté du crédit. Diminution des moyens d’achat. — Excès de production. Excès de consommation. Suspension des échanges par suite des hauts prix. — Résumé des causes. Hausse des prix, période prospère. Drainage des espèces métalliques. Explosion de la crise. Baisse des prix, liquidation.]

1Dans une étude qui embrasse tout le mouvement social, la méthode est indispensable pour l’exposition des faits.

2Nous définirons donc d’abord ce que l’on doit entendre sous le nom de crise, nous rechercherons l’origine de ces accidents, les causes si variées que l’on invoque, afin d’indiquer s’il y aurait un procédé spécial pour en prévenir le retour et y mettre fin.

3L’universalité de la prospérité et des embarras éveillera de suite l’idée de solidarité entre les grands marchés du monde, tandis que la succession des mêmes secousses, faisant trembler jusque dans ses fondements l’économie sociale, nous montrera leur périodicité.

4Parmi ces causes, il y en a qui agissent particulièrement sur les prix, les achats au comptant et à terme ; ce qui nous amènera à parler du crédit, de la circulation fiduciaire, des effets de commerce et des billets de banque. Cette double circulation fiduciaire, nous la mettrons en présence de la circulation métallique, or et argent, et nous suivrons les conditions de la marche simultanée, ainsi que celles du maintien au pair de ces merveilleux moyens d’échange.

5Pénétrant dans le mécanisme des grandes Banques, en Angleterre, en France, aux États-Unis, de suite nous apparaît la solidarité qui unit ces trois pays par la simultanéité de l’explosion des crises dans chacun d’eux. Les périodes s’enchaînent, se suivent avec une régularité qui étonne toujours. La liste en est déjà longue, puisque les documents officiels en France nous permettent de remonter jusqu’à 1800, et même au-delà en Angleterre. Les chiffres que relève la statistique et qu’elle étale dans ses tableaux, non-seulement font passer sous nos yeux tous les phénomènes économiques et sociaux, mais de plus nous permettent de reconnaître des causes qui autrement nous échapperaient. Ainsi, nous constaterons la liaison des variations de prix de la plupart des produits avec les crises, sous l’influence du crédit que le commerce s’accorde et que les Banques font circuler en y ajoutant le leur.

6Un coup d’œil sur les tableaux officiels, quand ils embrassent l’ensemble d’un pays, nous montre de suite des séries qui se succèdent alternativement dans un sens et dans un autre ; il y a donc des points d’arrêt en hausse et en baisse ; ces points d’arrêt coïncidant avec les crises, la question de la périodicité se pose.

7Nous arrivons enfin au mécanisme des crises. Y a-t-il des accidents précurseurs ? Peut-on les reconnaître ? À quels signes ?

8De cet ensemble d’observations, il ressort qu’une nation se trouve toujours placée soit dans une période prospère, soit dans une période de crise, soit dans une période de liquidation, périodes toujours faciles à reconnaître.

9La succession de ces trois périodes prises pour exemple nous fera suivre dans tous ses détails l’évolution complète de ce que nous appelons une crise commerciale.

10Puis, faisant un résumé rapide des crises commerciales en Angleterre, en France, aux États-Unis, nous retrouverons la succession constante et toujours répétée des mêmes accidents.

11L’historique de chaque crise nous permettra enfin de grouper tous les documents que nous possédons pour l’Angleterre, la France et les États-Unis, de 1800 à 1887.

12On verra le même cercle toujours parcouru dans chaque période et dans chaque pays. Cette répétition et cette monotonie de la description donneront encore une nouvelle force à la démonstration.

  • 1 Voir les tableaux graphiques des bilans.

13De nombreux tableaux permettront de suivre tous les mouvements des bilans des Banques de France, d’Angleterre et des États-Unis depuis 1800. Recueillis sur les documents officiels, on aura sous les yeux une source d’informations qu’on ne saurait discuter, les chiffres ne pouvant donner lieu à diverses interprétations, ce qui arrive souvent quand on se trouve en face d’un relevé statistique. Partout on trouvera des situations et des séries de bilans, tantôt à une date déterminée, tantôt sur un chiffre maximum ; nous avons recherché dans les situations de chaque jour les chiffres extrêmes maxima et minima de chacun des principaux articles des bilans, et ainsi groupés sur des tableaux graphiques, on saisira de suite, par l’entrecroisement des lignes, les rapports que les divers articles ont entre eux, ceux qui marchent de pair dans les mouvements ascendants ou descendants et ceux qui marchent en sens contraire1.

14Pour chaque année de crise, un tableau spécial donne non seulement les principaux articles des bilans, mais encore les variations du taux de l’escompte et des cours du change sur Londres.

15On peut ainsi, pièces en mains, suivre le mécanisme des crises tel que nous le montrent les bilans des Banques, puisque c’est là que les troubles se manifestent tout d’abord. Ils ne tardent pas, il est vrai, à s’étendre, et bientôt tout le corps social en ressent les funestes effets. Ce sera la dernière partie de cette étude qui, par l’étendue même du cercle qu’elle embrasse, nous montrera l’importance de l’observation ; si elle peut nous indiquer dans quel moment on est placé à la veille de la crise ou à la veille de la reprise des affaires, notre but sera atteint. Selon que l’on sera proche d’un de ces deux états, la plupart des manifestations de la vie sociale en porteront la trace. À la veille de la crise, après un grand et persistant mouvement d’affaires pendant une série d’années, les prix ne montent plus. À la veille de la reprise après une longue stagnation d’affaires, les prix ne baissent plus.

16Et par suite de la baisse des prix, non seulement les industriels et les commerçants sont profondément touchés, mais tous les revenus sont atteints : recettes de ceux qui sont dans les affaires et de ceux qui n’y sont pas, recettes des cantons, des villes et des États, toutes dès lors en moins-value. De là des budgets en déficit, un ralentissement des affaires intérieures et extérieures, baisse des salaires, chômage pour les ouvriers et, par suite, diminution des consommations et des épargnes.

  • 2 Voir les tableaux des recettes du trésor.

17La baisse des prix se manifeste de suite dans les évaluations qui servent de base à la perception des taxes indirectes : douanes, timbre, enregistrement. Elle est surtout sensible sur les ventes de meubles et d’immeubles, sur les successions directes et collatérales, sur l’enregistrement, dont les taxes portent sur un capital déterminé ; il n’en est pas de même du timbre, qui n’est pas toujours proportionnel2.

18Ces diminutions des recettes n’ont pas seulement pour cause l’abaissement des prix, mais aussi le ralentissement du mouvement des échanges, de la consommation et de l’épargne, comme nous les montrent les relevés des Clearing-Houses, les recettes de l’octroi dans les grandes villes, à Paris en particulier, les versements aux caisses d’épargne, les achats et les ventes de rentes par l’entremise des trésoriers payeurs généraux dans les départements. À tous ces changements que nous constaterons dans la vie économique d’une nation, les mouvements de la population ne peuvent rester étrangers. Ils en recevront le contrecoup, et ce ne sera pas sans quelque surprise que l’on suivra, comme sur les produits les plus vulgaires, l’influence des périodes prospères et des périodes de liquidation sur les mariages, les naissances et les décès.

19Tout marche ainsi d’ensemble et, pour exposer un si vaste sujet, ce ne serait pas trop d’un autre volume. Nous ne donnerons que les principales lignes de ces nombreux tableaux, assez pour suivre la régularité et la succession des séries coïncidant avec les périodes de prospérité et les périodes de liquidation. Ainsi groupées, on constatera que l’ensemble du mécanisme social ne forme qu’un grand tout dont les moindres parties sont solidaires et obéissent à des lois comme le monde matériel, là même où l’élément moral joue le plus grand rôle.

20Définition. — Depuis longtemps déjà l’attention a été appelée par les troubles qu’elle entraîne sur ce qu’on est convenu de nommer crise commerciale, crise monétaire, sans trop se rendre compte de la différence que l’on semble attacher à ces deux dénominations. Qu’est-ce qu’une crise commerciale ? Est-ce un fait nouveau particulier à notre âge ? Pourrait-elle exister sans crise monétaire, ou réciproquement ? Dans quelles conditions les observe-t-on ?

  • 3 La circulation métallique peut elle-même être dépréciée comme à l’époque actuelle, l’argent ayant p (...)

21Y a-t-il une distinction à établir entre une crise commerciale et une crise monétaire ? Cette opinion n’a pu s’établir que sur une observation incomplète des faits, puisque chez tous les peuples, à toutes les époques, les crises commerciales ont toujours été accompagnées de crises monétaires. Il faut cependant remarquer qu’en dehors des crises il peut y avoir des embarras financiers, c’est-à-dire un trouble dans la circulation du papier fiduciaire, sans qu’il y ait cependant crise commerciale. Les métaux précieux disparaissent, mais l’encaisse des Banques protégée par la suspension des payements n’est pas menacée comme dans les crises commerciales3.

22Crise ; quand on prononce ce mot, est-on bien d’accord sur ce qu’il veut dire ou sur ce que l’on comprend sous ce terme très usité, trop usité ? Selon quelques personnes, on décore du nom de crise les moindres accidents. Pour d’autres, dès qu’il y a un peu de gêne, un ralentissement dans les affaires, on est en état de crise. Quel qu’il soit, le mot crise indique un état de malaise ou de souffrance. La crise peut atteindre une ou plusieurs industries ou l’ensemble des industries ; l’agriculture elle-même n’en est pas à l’abri. La crise peut être appelée industrielle, commerciale, monétaire ou financière, suivant qu’un de ces caractères domine aux yeux du public. Pour l’observateur, le terme de crise ne doit s’appliquer qu’à un ensemble bien défini d’accidents que l’on rencontre toujours quand elle éclate. Une crise ne survient jamais à l’improviste, elle a toujours été précédée d’une période de grande prospérité et d’un grand mouvement d’affaires qui n’a pu avoir lieu sans une progression, pour ainsi dire, continue de hausse.

23La crise serait donc l’arrêt de la hausse des prix, c’est-à-dire le moment où l’on ne trouve plus de nouveaux preneurs. Le mouvement des échanges, jusqu’ici très rapide, très avantageux, tout à coup arrêté, ceux qui espéraient vendre et surtout les derniers acheteurs ne savent plus que faire de leurs marchandises ; ni au dedans ni au dehors on ne peut les placer, et cependant il faut faire face aux échéances. On se précipite sur les Banques pour obtenir de nouveaux moyens de crédit, pour proroger les échéances par des renouvellements ; afin de répondre aux demandes, le portefeuille du banquier, déjà rempli pendant la période de hausse, prend des proportions de plus en plus considérables. Pour l’intérieur, on obtient ainsi un sursis, on maintient artificiellement les prix sans affaires nouvelles ; mais pour l’étranger, il n’en est pas de même.

24On est acheteur de matières premières qu’il faut payer, et comme les produits fabriqués ne sont plus acceptés aux prix où on les tient, après avoir mis en œuvre tous les moyens de crédit, il faut cependant remplacer ces produits, pour arriver à la compensation des affaires engagées. Or, il ne reste qu’une marchandise, qui, marchandise comme les autres, par la plus grande stabilité de sa valeur et la facilité de son transport, est toujours acceptée sur tous les marchés ; ce sont les métaux précieux, l’or et l’argent. On va donc les faire intervenir sur une grande échelle et changer ainsi le rôle qu’ils remplissent habituellement, alors qu’ils ne servent que de solde pour les grandes opérations commerciales ou pour le comptant. Ce ne sont plus des moyens de crédit que l’on demande aux Banques, des billets ou un compte ouvert pour opérer des virements ou des compensations, ce sont des espèces métalliques ou plutôt des lingots pour faire des remises à l’étranger.

25Les réserves métalliques des Banques qui, depuis le début de la période prospère, n’ont cessé de baisser, sont déjà tellement menacées et tellement réduites, que la suspension des payements est imminente et inévitable si l’on ne prend pas des mesures pour sauvegarder l’encaisse. Autrefois on ne savait que faire et la suspension était toujours inévitable ; depuis peu de temps on sait la prévenir par la hausse de l’escompte. C’est cette hausse qu’on accuse d’être la cause de tous les embarras, quand elle ne fait qu’indiquer la gravité de la situation, en présence de l’imminence de la suspension des payements. Afin de prévenir cette ruineuse extrémité à laquelle on n’échappait pas autrefois, on est souvent forcé de porter le taux de l’escompte à 7, 8, 9, 10 p. 100.

26Privée de crédit, ou ne pouvant encore en obtenir qu’à des conditions aussi dures, la spéculation mal engagée doit liquider et livrer en baisse les produits qu’elle a achetés en hausse. De là une situation des plus critiques ; tout est ébranlé et rien ne paraît plus tenir debout ; non seulement les imprudents sont renversés, mais les plus prudents ne savent même pas à quel prix ils sortiront de la bourrasque. Tout crédit, toute confiance a disparu, c’est un sauve-qui-peut général ; il ne s’agit plus d’affaires à terme, c’est du comptant que l’on réclame pour se liquider, et comme toutes les rentrées sont douteuses, on cherche partout à se créer des disponibilités, ce qui augmente encore le nombre des demandes dont les Banques sont assiégées. Aussi, pour maintenir leur encaisse, doivent-elles hausser le taux de l’escompte tant qu’on y puise, ce qui indique qu’on n’est pas liquidé. Cet état aigu qui décide du sort du plus grand nombre des spéculateurs ne saurait persister plus de dix ou quinze jours ; c’est l’état aigu de la crise, comme dans les maladies la période critique qu’on appelle du même nom, ce qui indique combien elle est éphémère. Cette liquidation inévitable de tous les engagements qui dépassaient les forces de la spéculation sitôt opérée, le calme se rétablit, le taux de l’escompte redescend presque aussi vite qu’il est monté, la période de liquidation s’ouvre et dure plusieurs années.

27Les crises sont donc précédées d’une période prospère et suivies d’une période de liquidation. Dans le langage vulgaire, la période prospère n’a pas de nom ; c’est ce que l’on regarde comme l’état normal, on n’en parle même pas ; il en est de la prospérité comme de la santé, rien ne paraît plus naturel. Au moindre trouble, au contraire, tout le monde s’émeut, on s’étonne, on s’inquiète, on se plaint. Qu’au moment de l’explosion on soit consterné, cela se comprend, mais que pendant toute la liquidation on conserve le même mot pour indiquer un état bien différent, c’est ce qu’il faut noter, afin d’appeler les choses par leur nom. Malgré les différences qui caractérisent chacune de ces situations, on n’est pas toujours d’accord pour les distinguer. On confond souvent la crise avec la liquidation, parce qu’il y a souffrance, arrêt des affaires ; mais la crise est caractérisée par l’impossibilité de se liquider sans faire intervenir les métaux précieux, ou sans payer un taux d’escompte qui correspond à la hausse des prix des produits cotés à leur cours maximum, pour des besoins qu’on ne peut satisfaire, parce que tout crédit a disparu. Pendant la liquidation, il n’en est plus de même ; les prix ont déjà baissé ; au lieu d’avoir recours au crédit, on livre la marchandise sans réclamer des espèces aux Banques, ce qui permet d’abaisser le taux de l’escompte ; reste la liquidation des maisons qui ont succombé, liquidation doublement pénible par la baisse des prix et le ralentissement des affaires. Il est important d’être fixé sur les mots, car si l’on n’est pas d’accord pour distinguer chacun de ces états, on le sera encore moins pour signaler, pendant la période prospère, l’éloignement ou l’approche de la crise et, pendant la liquidation, le moment de la reprise des affaires.

28Ainsi, trois états sont toujours à considérer pour une nation : la période prospère, la période de crise et la période de liquidation. Et ce qui prouve bien la solidarité qui unit les grands pays, c’est que dans le monde entier, en France, en Angleterre, aux États-Unis, on les observe partout au même moment ; rien ne prouve mieux la liaison et l’enchaînement des échanges sur les diverses places du globe.

29Les grandes crises se distinguent donc par des caractères qu’on ne peut méconnaître : grande prospérité, grand mouvement d’affaires, hausse des prix, arrêt brusque, interruption des échanges, baisse des prix, liquidation des maisons qui ont succombé et de celles qui étaient trop chargées ; voilà l’évolution complète. Le cycle est parcouru dans le monde entier sur toutes les places de commerce. L’universalité de la crise ne permet pas de la confondre avec de simples accidents, avec des paniques même qui peuvent se manifester dans de grands centres sous des influences particulières.

30Ici, nous ne signalons que les grands mouvements d’ensemble ; quand nous entrerons dans le détail, on verra comment chacun de ces états peut se reconnaître à des caractères particuliers. Tel est le tableau que l’on peut tracer d’après l’observation des faits ; recherchons quelles sont les opinions des principaux économistes pour les expliquer.

31Comme toujours, la théorie a marché plus vite que la pratique ; aussi ne faut-il pas être surpris si cette théorie, il y a vingt-cinq ans, était considérée comme une des plus obscures de l’économie politique. Chaque auteur, se plaçant à son point de vue, indiquait la cause qui cadrait le mieux avec le système qu’il avait conçu ou fondé sur une pratique dont on avait abusé, mais à laquelle on n’avait plus recours. Robert Peel accusait l’abus de l’émission des billets de banque dont il avait vu les funestes effets pendant le cours forcé ; Tooke, venu plus tard, était d’un avis contraire, mais le président des États-Unis Jackson, placé dans un milieu semblable à celui qui avait impressionné Robert Peel, partageait ses opinions. Ch. Coquelin, partisan de la liberté des Banques, accuse le monopole d’être la cause de tout le mal. Les capitaux s’accumulent et viennent se réfugier improductifs dans les comptes courants, l’encaisse s’accroît ; pour leur trouver un emploi, les Banques favorisent l’escompte en vue des dividendes, puis tout à coup on retire les dépôts et la crise éclate. Malheureusement, les bilans sous les yeux, on ne saisit aucune trace de cette théorie qui propose comme remède la liberté des Banques sans s’apercevoir qu’aux États-Unis ces accidents sont aussi fréquents et plus violents qu’ailleurs.

32Stuart Mill se préoccupe aussi de l’émission du papier, mais c’est sous la forme d’effets de commerce, de lettres de change, de chèques ; en un mot, c’est l’abus du crédit, l’achat conclu en échange d’une promesse de payer, qu’il rend seuls responsables.

33Pour M. de Laveleye, c’est la rareté du numéraire et du crédit, c’est-à-dire des moyens d’échange, qui détermine les crises.

34M. Bonamy Price explique les crises non par la surproduction, mais par la diminution des moyens d’achat ; l’argent n’étant qu’un simple instrument d’échange, ce n’est pas lui qui manque. D’où vient donc la dépression commerciale ? De ce qu’il y a peu de marchandises à échanger, ou plutôt de ce que les marchandises qui peuvent être acceptées en échange font défaut.

35Pour M. Leroy-Beaulieu, il faudrait appeler crise l’intervalle nécessaire pour opérer la transformation qui, par suite de la baisse des prix, doit appeler de nouveaux consommateurs. Il n’y a pas d’excès de production permanente. Les bas prix agissent comme stimulants pour former des couches nouvelles de consommateurs.

36Dans toutes ces explications des trois périodes de la crise, il n’est question que de la dernière, de la période de liquidation.

37On le voit, c’est toujours la théorie de l’excès de production comme cause première des crises. On a devancé la demande, un arrêt est nécessaire, on sent la nécessité d’une baisse de prix ; mais alors pourquoi ne pas signaler la hausse qui a précédé, car là est bien la cause première qui ressort de ces observations ?

38Comme cause nouvelle venue dans ces derniers temps s’ajouter à toutes les autres, M. Leroy-Beaulieu signale la dénonciation des traités de commerce. Les États, par le protectionnisme et par le socialisme, sont les artisans des crises. Conclure des traités de commerce à longue échéance en adoptant des droits ad valorem au lieu des droits spécifiques lui semble le meilleur remède pour prévenir ces terribles accidents.

39Max Wirth signale la rupture entre la production et la consommation et constate la difficulté de vendre. Sans doute, c’est la source de tous les embarras, mais d’où vient cette rupture, il ne l’indique pas.

40L’appréciation des causes varie beaucoup selon le milieu et le moment, ainsi, pendant la liquidation de la crise de 1873, M. Leroy-Beaulieu, se plaignant du ralentissement des affaires, attribue ce retard à la série des guerres qui ont troublé le monde, aux armées permanentes, à l’incertitude, à l’inquiétude générale, au retour du système protecteur depuis l’abandon des traités de commerce.

41Enfin les crises, selon M. Yves Guyot, viendraient non pas d’un excès de production, mais d’un excès de consommation ; comme preuve, il signale les disettes qui les ont accompagnées quelquefois, plus rarement de nos jours.

42Malgré la variété de ces opinions sur les causes des crises, dans tous les cas on signale la suspension des échanges ; c’est donc là le principal vice. Pourquoi les échanges sont-ils suspendus ? Par suite de l’abus de l’émission du papier qui chasse le numéraire, répondent Robert Peel, Jackson, Laveleye. D’une opinion contraire, Bonamy Price en accuse la diminution des moyens d’achat, s’empressant d’ajouter que l’argent n’étant qu’un simple instrument d’échange, ce n’est pas lui qui manque, mais les marchandises qui peuvent acheter ; or, ces dernières ne manquent-elles pas par suite des hauts prix auxquels on les maintient ?

43Malgré la réserve de Bonamy Price, on voit que ce qui manque dans les crises, quelle qu’en soit la cause, c’est le métal, l’or et l’argent acceptés au pair. Ce qui est menacé dans ces circonstances, c’est l’encaisse des Banques ; ce que l’on redoute, c’est la suspension des payements ; ce qui attire tous les regards, c’est la baisse chaque jour plus grande du niveau des réserves métalliques. Ce déplacement des espèces a lieu sous l’influence des changes défavorables dont autrefois on ne voulait pas tenir compte, l’attribuant à d’autres causes, fausse opinion remarquablement réfutée dans le Bullion Report de 1810, quoique les conclusions de ce célèbre Rapport aient été rejetées par le Parlement.

44De nos jours la même erreur se propageait encore, il y a vingt ans, et n’a pas complètement disparu. Méconnaissant l’importance de ce grave symptôme, Coquelin prétendait que les changes défavorables, bien loin d’être un signe de crise, étaient un indice de prospérité.

45Dans ces derniers temps, depuis 1857, on a compris toute la gravité de ce drainage des espèces et, après avoir cherché quel était le moyen le plus capable de s’y opposer, on a reconnu en Angleterre qu’il n’y en avait pas de plus rapidement efficace que la hausse de l’escompte ; n’a-t-on pas alors prétendu que cette hausse même était la principale cause des crises ?

46Dans cette revue rapide des théories émises, malgré leur diversité et souvent leur opposition, il y a trois accidents qui sont reconnus comme formant le cortège de toutes les crises : 1o la hausse des prix qui les précède ; 2o le drainage des espèces métalliques qui détermine l’explosion ; 3o la baisse des prix qui permet et facilite la liquidation.

47Les trois périodes de prospérité, de crise et de liquidation se succèdent donc toujours dans le même ordre, bien qu’avec des manifestations différentes, selon les époques. Plus la richesse augmente, plus l’amplitude des mouvements est grande, l’oscillation étant toujours dans le même sens.

48Ces trois périodes reconnues, il fallait chercher les rapports qu’elles pouvaient avoir entre elles et sous l’influence de quelles causes elles se succédaient.

  • 4 Voir le tableau des recettes du Trésor.

49La période prospère succède toujours à une période de malaise, de ralentissement d’affaires et de baisse de prix ; elle est signalée par la reprise des affaires sous l’influence de la hausse des prix. Cette hausse des prix tient elle-même à l’abondance du capital, fruit d’anciennes réserves et des épargnes annuelles qui, malgré les pertes qu’elles ont éprouvées, ont été à peine entamées. Ce capital, augmenté du capital de roulement de toutes les industries qui ont ralenti leur fabrication pendant la liquidation de la crise, s’offre déjà sur le marché peu de mois après l’explosion, cherchant un emploi dans des placements temporaires à la Bourse, relevant artificiellement les cours des fonds publics, tandis que tous les prix s’abaissent au dehors4.

50Pour s’employer de nouveau, ces capitaux attendent que la liquidation soit complète, c’est-à-dire que la baisse des prix soit arrêtée.

51Ce résultat obtenu, la période prospère va s’ouvrir ; impossible en effet de rencontrer de meilleures conditions. Chaque maison, n’ayant pas d’engagements, a non seulement tous ses fonds de roulement disponibles, mais encore tout son crédit ; dans ces conditions, les ressources du commerce et de l’épargne sont immenses. En présence d’un taux d’intérêt très réduit, le public en quête de placements cherche de nouveaux emplois ; les Banques, les banquiers qui ne vivent que des émissions, s’empressent à l’envi de créer de nouveaux projets réels ou fictifs, pour répondre à ses désirs. Autrefois on émettait les actions au pair, aujourd’hui on les émet avec prime, on forme des syndicats pour lancer et soutenir la valeur et alors, tout le monde étant engagé, tout le monde pousse dans le même sens. La hausse succède à la hausse, jusqu’à ce qu’on ait épuisé non seulement tout son capital, mais tout son crédit.

52C’est pour expliquer ce mouvement que les auteurs diffèrent d’opinion.

53Quelle est la cause de la fermeté et de la hausse des prix aux époques prospères ?

  • 5 Pendant la liquidation des crises, le capital sous forme de monnaie est très abondant et cependant (...)

54L’abondance du capital, dira-t-on, mais sous quelle forme ? Sous forme de monnaie, sous forme d’effets de commerce, sous forme de billets de banque, sous forme de chèques ? Car ce sont les trois moyens en usage pour faciliter l’échange des produits sans avoir recours au troc5.

55On a prétendu que les prix dépendaient de la quantité de monnaie en circulation ou des instruments de circulation qui la remplacent : billets de banque, effets de commerce, lettres de change, chèques.

56Pour la monnaie, nous voyons toujours reparaître l’ancienne doctrine qui admettait que si elle était doublée, tous les prix seraient doublés ; or, les services de la monnaie comme instrument d’échange ne dépendent pas de sa quantité, mais de la rapidité de sa circulation.

57La quantité des capitaux marchandises est complètement indépendante du numéraire. Cependant, dit-on, la monnaie, quoique marchandise, n’est pas une marchandise comme les autres ; sa rareté agit sur toutes les transactions, tandis qu’il n’en est pas de même du fer, du coton, etc. Si elle sert de moyen d’échange, est-ce à dire qu’il n’y en ait pas d’autres ? Les billets de banque, les billets d’État, les promesses de payer sous toutes les formes, effets de commerce, lettres de change, mandats, chèques, n’atteignent-ils pas le même but ? Si elle intervient sans cesse dans les échanges, cela n’est vrai que pour le commerce de détail, pour les petites quantités, car même dans ces opérations au comptant, dès que la somme à payer est importante, le billet de banque, le chèque, interviennent. D’ailleurs, dans ces échanges de chaque jour, la quantité de monnaie a peu d’importance, c’est surtout la rapidité de sa circulation qui indique les services qu’elle rend et nullement la quantité frappée, qui reste inactive dans les caisses des Banques ou des particuliers.

58Il est difficile de se rendre compte de la quantité de monnaie qui circule dans un pays ; les relevés de la Monnaie indiquent bien ce qui a été frappé, mais non ce qui est sorti pour l’exportation. Cette masse de pièces passant continuellement dans les mains du public entre aussi dans la caisse de la Banque centrale ; il y a là un grand réservoir en rapport avec les petits réservoirs des succursales dans tous les départements, qui reçoit et qui rend, selon les besoins du public, les espèces qu’on lui confie. Or, rien n’est plus variable que le niveau de l’encaisse ; les oscillations en plus ou en moins dépassent souvent plusieurs centaines de millions ; ces oscillations indiquent donc bien les besoins du public.

59Que nous montrent-elles ? Quand l’argent est abondant et à vil prix, c’est-à-dire quand on observe le maximum de l’encaisse, la liquidation de la crise précédente est à peine terminée et on se trouve encore dans la période de la baisse des prix. Au contraire, quand l’argent est rare et demandé, c’est-à-dire quand l’encaisse des Banques est au plus bas, les prix sont au plus haut.

60On objectera que nous ne jugeons ainsi de l’abondance ou de la rareté du numéraire que d’après l’encaisse des Banques et non pas d’après cet immense stock d’espèces d’or et d’argent répandu dans les mains du public. Quel que soit le lieu où elles reposent, ne sont-elles pas à la disposition de tous ? Et comme pour les liquides, l’équilibre ne doit-il pas s’établir ?

61Comment comprendre une baisse des réserves métalliques des Banques qui ne soit accompagnée d’une diminution de la quantité des espèces circulant dans les mains du public ? D’où vient cette diminution qui souvent dépasse deux ou trois cents millions ? De l’exportation des métaux précieux à l’étranger sous l’influence des changes défavorables. Ne faut-il pas s’étonner de la petitesse de la somme quand on constate les conséquences, se demander comment un si minime déplacement des capitaux peut apporter un pareil trouble dans les affaires, et repousser cette idée que la quantité d’unités monétaires nécessaires à un pays est parfaitement déterminée, qu’elle dépend de la quantité d’échanges à faire, comme le nombre des véhicules qui sont indispensables dépend de la masse des marchandises à transporter dans un temps donné ? On oublie qu’il n’y a pas seulement ici une question de quantité, mais aussi de rapidité de circulation. Un wagon faisant dix voyages rend autant de services que dix wagons n’en faisant qu’un. La baisse du numéraire dans les caisses des Banques, qu’elle soit de 200 millions et même de beaucoup plus, ne prouve qu’une chose, c’est que l’échange des produits contre des produits ne marchant plus, le solde en métal devient chaque jour de plus en plus considérable ; au lieu de livrer la marchandise, on livre du métal. Pourquoi cette opération détournée en dehors des habitudes du commerce ? Parce qu’on n’accepte pas le produit aux cours auxquels on le tient. Ce sont les hauts prix sur les grands marchés du monde, là où le capital s’offre sous toutes les formes qui, n’ayant pu se généraliser sur les marchés qui manquent de ces ressources, ralentissent et enfin arrêtent le mouvement des échanges. Des matières premières ont été achetées, il faut les payer, et quand on offre des produits fabriqués au cours des grands marchés, la compensation n’est pas possible. Comment se liquider ? En offrant des espèces ou des lingots ; de là le drainage des réserves métalliques des Banques, comme l’indiquent les changes défavorables ; c’est la crise. Dans ces moments de rareté du numéraire, que devient la théorie de la hausse des prix, reposant sur l’abondance du numéraire ? Fausse dans ce cas, elle n’est pas plus vraie dans le cas contraire ; car, au moment du reflux des espèces dans les caisses des Banques, pendant la liquidation des crises, alors que le chiffre maximum de l’encaisse est touché, les prix sont au plus bas ; c’est ce qu’on appelle la grève du milliard, pour indiquer la crainte que le public éprouve à se servir du capital, en dépit des conditions avantageuses auxquelles il s’offre.

62Malgré la liaison de ce grand mouvement de métaux avec les crises et leurs liquidations, on a cherché d’autres explications. Les crises ne tiennent pas à la rareté du numéraire, a-t-on dit, mais à la rareté du capital ; ce qui manque, c’est un acheteur ayant quelque moyen d’échange : argent, crédit ou marchandise.

63Comme le crédit, dans ce cas, a été épuisé, comme le numéraire ne suffirait pas, après avoir accusé le capital on accuse les marchandises, et malgré la variété de celles qui remplissent les entrepôts, on prétend que celles qui manquent sont les seules qui pourraient acheter.

64Puisqu’on demande de l’or, dit Pereire, bien loin de s’y opposer, il faut encourager sa sortie ; la hausse du taux de l’escompte n’a aucune influence sur la rareté ou l’abondance du numéraire. En fait, au moment des crises on ne s’occupe que du départ ou de l’arrivée de l’or, de telle sorte que les grandes oscillations de ce métal accompagnent les époques de misère et de prospérité. Pourquoi cette recherche dans le premier cas, ce dédain dans l’autre ? Quoique marchandises, les métaux précieux jouissent de certains privilèges qui les font rechercher à certains moments de préférence à toutes les autres marchandises, et ce privilège consiste dans leur rôle de monnaie légale, c’est-à-dire libératoire, permettant d’éteindre une dette. Sauf sous l’empire du cours forcé, il n’en est pas de même avec les billets de banque et les autres instruments de crédit.

65Outre ce grand avantage, ils en ont encore un autre qui les fait particulièrement rechercher au moment des crises ; c’est que la masse répandue dans le monde, sauf au moment de la découverte de nouvelles mines comme celles de Californie et d’Australie, n’éprouve pas de grandes variations par suite de la production annuelle, et malgré les procédés nouveaux employés pour l’extraction. De là une stabilité de prix beaucoup plus grande, de là des écarts sensiblement moindres que pour les autres marchandises.

66Quand tous les prix ont haussé sur les grands marchés du monde, à ce point que la vente devient de plus en plus difficile, il est donc tout naturel que l’on fasse intervenir les métaux précieux, marchandises dont le prix n’a pas varié dans la même proportion. On va les chercher dans les encaisses des Banques pour les livrer aux lieu et place des produits, non pas que ces derniers manquent, mais on ne peut plus les faire accepter au prix auquel on les tient dans les pays moins riches qui n’ont pas pris part au grand mouvement de prospérité, arrêté ainsi pour un temps. Cette supériorité de la monnaie éclate dans toutes les crises, alors que l’on voit de grandes maisons mises en faillite avec des millions de marchandises dans leurs magasins, marchandises que l’on voulait vendre au cours, mais qui à ce cours ne trouvaient pas d’acheteurs.

67L’effet de commerce, la lettre de change échue, ne peuvent pas attendre ; aucune marchandise ne saurait compenser une dette dont le prix est stipulé en monnaie légale. L’or et l’argent tarifés comme monnaie ont donc une valeur légale que rien ne peut remplacer dans les paniques ; vouloir généraliser et prétendre que cet avantage persiste dans les années de calme, c’est aller trop loin. Bien plus, on assure que quand la monnaie ne dépasse pas les besoins de la circulation, elle fait baisser le taux de l’intérêt sans hausser les prix, qu’au-delà elle ferait hausser les prix sans faire baisser le taux de l’intérêt ; impossible de rencontrer un produit d’un maniement plus facile et donnant toujours ce que l’on désire ; malheureusement, la pratique ne confirme pas ces vues théoriques.

68Pour appuyer ces idées, on prend toujours comme exemple les mines de Californie, faisant observer que l’or de ce pays, d’abord échangé contre des produits, a poussé à la hausse des prix sans faire baisser le taux de l’intérêt. Il s’est répandu aux États-Unis, puis sur les marchés d’Europe, mais il ne faudrait pas croire que la plus grande partie ait été monnayée pour accroître la circulation. En présence de l’abondance de l’or, l’argent a fait prime et a été exporté, remplacé par de l’or, puis il est resté un stock disponible, monnaie et lingots, toujours en mouvement, si l’on en juge par les importations, et se portant selon les besoins du commerce sur tous les points du globe où la compensation ne se faisait pas facilement en produits ; voilà le service immense rendu par les mines, qui ont mis entre les mains des négociants un merveilleux moyen d’échange sans accumuler l’or dans la circulation intérieure pour en déprécier la valeur.

Notes

1 Voir les tableaux graphiques des bilans.

2 Voir les tableaux des recettes du trésor.

3 La circulation métallique peut elle-même être dépréciée comme à l’époque actuelle, l’argent ayant perdu plus d’un cinquième de sa valeur sans que la dernière période prospère en ait souffert.

4 Voir le tableau des recettes du Trésor.

5 Pendant la liquidation des crises, le capital sous forme de monnaie est très abondant et cependant les prix sont au plus bas.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search