Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Première partie. Crises commerciales : définition, origine, causes

Introduction : Des crises commerciales

Texte intégral

1La théorie des crises monétaires et commerciales, une des plus importantes de l’économie politique, serait-elle en même temps une des plus obscures ?

2« Je suis loin de croire, disait à ce sujet M. Stuart Mill, que sur une matière si nouvelle, si difficile et qui n’a commencé à être bien comprise que par les débats de ces dernières années, l’expérience et la discussion n’aient plus rien à nous découvrir. Je suis convaincu qu’il en sortira des lumières nouvelles, lorsque la connaissance des faits et des principes nécessaires pour éclaircir la question sera répandue chez un plus grand nombre de personnes. »

3Ce sont ces faits qui, depuis 1856, ont servi de base à ce travail ; nous les avions déjà groupés et classés, après les avoir observés dans les trois grands pays d’affaires, en Angleterre, en France et aux États-Unis, dans un Mémoire qui a été couronné par l’Académie des sciences morales et politiques en 1860. Dès cette époque, nous n’hésitions pas à établir comme une loi la périodicité des crises et, malgré la critique dont cette affirmation a été l’objet, les crises se sont succédé dans la seconde moitié du siècle comme dans la première, parcourant les mêmes phases avec un ensemble d’accidents qui donnaient un aspect particulier à chacune d’elles, sans qu’aucun des grands caractères manquât au tableau ; c’est ainsi qu’on a vu se dérouler les crises de 1864, de 1873 et, enfin, celle de 1882, avec leur période prospère avant leur explosion, et leur période de liquidation, dernier terme de leur évolution.

4Dans les nombreux tableaux recueillis par les Statistiques officielles de divers pays, on est frappé des séries d’années pendant lesquelles les chiffres ont un mouvement toujours croissant, suivies d’autres pendant lesquelles le mouvement décroissant domine ; ces oscillations représentent fidèlement tous les accidents de la vie des peuples. Jusqu’ici, chaque administration les interprétait à sa guise. Une observation plus attentive et plus générale permet de rattacher la plupart de ces mouvements, sinon tous, aux crises commerciales ; un coup d’œil sur ces Relevés si divers suffira pour s’en convaincre ; la diversité même des articles donnera encore une nouvelle valeur à l’observation.

5L’histoire à la main, nous passons sans cesse d’une période prospère à une période de crise, et réciproquement. Y a-t-il une liaison dans cette succession des mêmes événements, ou bien sont-ils l’effet du hasard ou d’accidents n’ayant aucun rapport direct avec le mouvement des échanges ? En étudiant ces orages périodiques, leurs prodromes, l’explosion et le calme qui succède à toute cette activité fiévreuse, on ne tarde pas à reconnaître qu’aucune crise n’éclate comme un coup de tonnerre par un temps calme.

6Les symptômes qui précèdent les crises sont les signes d’une grande prospérité ; nous signalerons les entreprises et les spéculations de tous genres ; la hausse des prix de tous les produits, des terres, des maisons ; la demande des ouvriers, la hausse des salaires, la baisse de l’intérêt, la crédulité du public, qui, à la vue d’un premier succès, ne met plus rien en doute ; le goût du jeu, en présence d’une hausse continue, s’empare des imaginations avec le désir de devenir riche en peu de temps, comme dans une loterie. Un luxe croissant entraîne des dépenses excessives, réglées non sur les revenus, mais sur l’estimation nominale du capital d’après les cours cotés. Les crises ne paraissent que chez les peuples dont le commerce est très développé. Là où il n’y a pas de division du travail, pas de commerce extérieur, le commerce intérieur est plus sûr ; plus le crédit est petit, moins on doit les redouter.

7On accuse encore les guerres, les révolutions, les changements de tarifs, les emprunts, les variations de la mode, les nouvelles voies ouvertes au commerce. On a vu plus haut ce que nous pensions de ces causes dont nous ne méconnaissons pas l’importance, mais qui, souvent, produisent des effets différents.

8On cherche toujours l’origine des crises dans des accidents particuliers ; tantôt on accuse le commencement ou la fin d’une guerre, une disette des céréales ou d’un des principaux produits nécessaires à l’industrie, comme le coton, l’ouverture de nouveaux marchés, ou la fermeture d’anciens débouchés, l’abus de l’émission des billets par les Banques, l’exagération de la production, l’over-trade, selon l’expression anglaise ; on croit avoir trouvé le principe des crises en signalant une ou plusieurs de ces causes agissant isolément ou simultanément. Sans doute, chacune d’elles peut entraîner de graves embarras, suspendre même les affaires ; ce seront des crises, mais ce ne seront pas des crises commerciales.

9On se préoccupe sans cesse de l’état local ; c’est l’état général qui est le plus grave.

10Les banquiers peuvent toujours créer un développement excessif du commerce en faisant des avances trop considérables à l’aide des dépôts qui leur sont confiés. Dans tous les cas, les convulsions commerciales et les faillites de ceux qui émettent des billets sont les conséquences nécessaires d’un grand mouvement commercial où la plupart des opérations reposent sur le crédit.

11Ce sont surtout les convulsions de crédit provenant de l’extension exagérée qu’il avait prise antérieurement, qui arrêtent tout le mécanisme de la circulation.

12Le gouverneur de la Banque d’Angleterre, M. Neave, dans l’Enquête de 1858, affirme qu’il est impossible d’empêcher ces secousses périodiques de prospérité et d’embarras. Il pense que c’est une loi de la nature humaine.

13Une crise est-elle un désastre financier ou une liquidation partielle, utile, favorable, nécessaire même pour la reprise des affaires ?

14M. Jones Loyd n’hésite pas à dire que si elles ont des inconvénients sous quelques rapports, elles sont à d’autres points de vue extrêmement salutaires et avantageuses.

15À toutes les époques, chez tous les peuples, l’histoire nous montre des crises qui non seulement ont ébranlé le commerce, mais même les constitutions politiques. Ce qui est particulier à notre époque, ce sont les retours plus fréquents peut-être, quoique moins graves, de ces accidents, et l’étendue du rayon dans lequel, comme une trombe sur une contrée, ils exercent leurs ravages.

16Si depuis 1696 nous examinons en Angleterre, sur des documents officiels, les vicissitudes des affaires, nous constatons que tous les embarras sont liés à ceux de la Banque et qu’on se tourne toujours vers elle ; impuissante à soutenir l’impulsion qu’elle a donnée, tous les temps d’arrêt sont marqués par des crises commerciales. À peine fut-elle créée, l’heureuse influence du crédit qu’elle dispense s’était fait sentir, et en même temps les entraînements et les abus n’avaient pas tardé à en montrer le danger. L’ébranlement se communiquait aux places voisines, où les Banques avaient prêté leur concours au développement des opérations commerciales ; en dehors de ces centres et privées de cet appui, les affaires étaient beaucoup plus restreintes, se traitant plutôt au comptant qu’à terme. On n’observa pas les mêmes suspensions à chaque contraction de crédit. Les peuples autrefois gênés par les entraves douanières à la frontière et les barrières à l’intérieur, le défaut des moyens de communication, l’absence des correspondances, l’ignorance des besoins et des produits qui pouvaient servir de moyens d’échange à l’importation et à l’exportation, la difficulté de négocier les traites et les lettres de change, ne pouvaient nouer des relations et, par conséquent, les étendre. Un certain nombre de produits spéciaux à chaque localité formaient la base du commerce ; les échanges ainsi restreints, les embarras étaient en rapport avec l’étendue des engagements. On travaillait surtout en vue du marché intérieur ; sur le marché extérieur on ne plaçait que la quantité des produits nécessaires pour solder les achats des matières premières. Il était difficile qu’il y eût de nombreux mécomptes ; aussi les embarras passagers ne dépassaient guère la place du commerce où l’activité était la plus grande. L’isolement, qui préservait ainsi des perturbations, empêchait les diverses localités de prendre part à la prospérité résultant de la facilité des communications et des échanges.

17La situation est bien changée aujourd’hui ; non seulement le cercle des relations s’est accru, mais encore les facilités des communications, à l’aide du crédit, ont permis d’engager des affaires auxquelles, en l’absence de ces conditions nouvelles, il eût été impossible de songer jadis. On ne travaille plus pour le marché intérieur dont on pouvait plus ou moins connaître les besoins, mais bien plutôt pour le marché du monde dont les besoins sont infinis, il est vrai, mais dont les demandes, variables selon les régions, ne répondent pas toujours aux combinaisons du commerce. De là des méventes, les encombrements des entrepôts, ou même seulement un ralentissement des échanges par suite de la hausse des prix, résultat inévitable de ce concours heureux de circonstances et de l’étendue des demandes.

18Cet immense mouvement d’affaires que l’on n’observait jadis que dans quelques pays privilégiés, comme en Angleterre, en Hollande, à Hambourg, s’est étendu aujourd’hui à toutes les localités qui jouissent des mêmes avantages, c’est-à-dire des institutions de crédit et d’une liberté plus ou moins grande du commerce. Les distances ayant singulièrement diminué par suite des chemins de fer et des lignes de paquebots à vapeur, les relations des peuples se sont multipliées. Aussitôt que l’on a eu connaissance des produits pouvant servir de moyens d’échange, des affaires se sont engagées sur tous les points du globe, le rayon s’est étendu et, dans une sphère plus restreinte, l’intensité a augmenté, chaque nation trouvant chez ses voisins une plus grande variété de produits à échanger. Comment s’étonner que la secousse des perturbations commerciales, quand elle ébranle un marché, se fasse sentir de proche en proche, selon l’étendue des engagements commerciaux ? Si des embarras se manifestent en Angleterre ou aux États-Unis, on s’expliquerait difficilement comment le contrecoup, en suspendant la marche des affaires, ne produirait pas des troubles analogues dans les pays où s’opèrent la plus grande partie de ces transactions.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter