Version classiqueVersion mobile

Mussolini socialiste : littérature et religion

Mussolini socialiste : littérature et religion

Texte 39

Le devoir de l’Italie

Texte intégral

Après avoir démissionné de la direction de l’Avanti! en octobre 1914, Mussolini entame une véhémente campagne interventionniste dans son nouveau quotidien, Il Popolo d’Italia. Jour après jour, il y publie des articles réaffirmant la nécessité de l’engagement italien dans le conflit mondial, aux côtés des puissances alliées. Il tient également des conférences dans tout le pays, parfois retranscrites dans son journal. À l’invitation de la section génoise du Faisceau révolutionnaire d’action internationaliste – qui depuis la publication de son appel aux « travailleurs d’Italie » le 5 octobre 1914 mène une intense propagande en faveur de l’entrée en guerre – il tient le 28 décembre 1914 une longue conférence publique sur le sujet. Son discours est reproduit le 30 décembre 1914 dans le quotidien Il Lavoro de Gênes.

Le devoir de l’Italie1

  • 1 D’après OO, vol. 7, p. 97-110.

1Je déclare d’emblée que j’accepte le débat avec quiconque, et qu’il est donc dans l’intérêt de tous de m’écouter.

2Je comprends parfaitement l’agitation de cette assemblée ; d’autre part, je vous déclare que je suis habitué aux assemblées houleuses et c’est pourquoi j’admets les sifflets, j’admets les « à bas ! », mais après, si l’on ne veut pas devenir des inquisiteurs rouges, après, vous avez le devoir de me laisser parler.

3Et après, si au-delà des sifflets il y a des arguments et des idées, là est la libre tribune confiée au citoyen libre ; là, dans l’affrontement d’idées librement exprimées, on peut voir où est la vérité. Ce n’est pas par les sifflets que l’on combat les idées, tout comme il était stupide pour les inquisiteurs du Moyen-Âge de prétendre combattre les idées par la roue, par les poulies et par les tortures de l’inquisition.

4Je fais appel, pas pour moi, puisque je resterai ici jusqu’à demain matin, tant que je n’aurai pas dit le fond de ma pensée ; mais je fais appel à votre esprit de tolérance, ô adversaires, parce que vous devez après venir me contredire et me démontrer que les idées que je défends sont fausses.

5D’autre part, je vous dis que la haine de mes adversaires ne parviendra jamais à empêcher la libre manifestation de ma pensée. Vous pouvez en être sûrs. Puisque si à un certain moment de ma vie j’ai librement et délibérément fait fi de nombreuses choses qui peuvent flatter l’amour-propre et les ambitions légitimes des hommes plus ou moins politiciens, si à un certain moment de ma vie j’ai voulu défier l’impopularité des masses pour leur annoncer ce que je considérais comme la vérité nouvelle, la vérité sainte, c’est là un titre suffisant pour me garantir la tolérance de tous les citoyens qui ne veulent pas voler leur métier aux sectaires et aux intolérants de toutes les époques.

6D’ailleurs, je serai précis et violent.

7Je n’épargnerai personne. Il est révolu le temps des demi-mesures, des restrictions mentales, de tout ce qui est servilité, de tout ce qui est équivoque.

8Je me sens un peu embarrassé pour traiter le sujet qu’on m’a assigné : Le devoir de l’Italie.

9Le devoir de l’Italie ? Mais, avant tout, de quelle Italie ? De celle qui est encore favorable à la Triple Alliance, qui trouve, au Sénat et dans les Universités, les dernières ruines de cette politique ? À cette Italie, je ne sais pas quel devoir il faut assigner.

10Je parle en socialiste à des socialistes : en socialiste, parce que personne, en cette période historique dynamique et mouvementée, ne peut affirmer détenir la vérité absolue, ne peut déclarer être le défenseur de l’unique vrai.

11Nous sommes tous incertains, nous avançons à tâtons : justement parce que tout ce qui était solide, fixe, ce que nous croyions être le dogme, a volé en éclats.

12Dans un certain sens, on peut dire qu’il n’y a pas de partis.

13Il n’y en a plus, au sens où, comme je le disais en polémiquant il y a huit ou neuf mois, me semble-t-il, avec l’onorevole Graziadei, chaque parti a son programme, son drapeau, son inquisition, laquelle inquisition fait nécessairement fonctionner les bûchers. On ne chante plus aujourd’hui le Kyrie elèison, mais le bûcher moral existe encore et il ne manque que le bûcher matériel parce que nous vivons au xxe siècle et que quatre siècles se sont écoulés depuis le martyre de Giordano Bruno.

14Il y a des mentalités différentes et, de fait, il y a des réformistes pour la guerre et des réformistes contre la guerre, il y a des révolutionnaires pour la guerre et des révolutionnaires contre la guerre, des syndicalistes pro-guerre et des syndicalistes contre. Aucun parti n’a pu se soustraire à cette division qui trouve ses origines dans les différentes mentalités avec lesquelles les hommes affrontent les problèmes d’une époque historique déterminée.

15Et les mentalités les voilà, il y en a deux : la mentalité dogmatique, fixe, éternelle, immobile. On a dit en 1848 une vérité et c’est elle qui doit rester la vérité pour tous les siècles. Ces hommes, qui s’agrippent à ce rocher de la vérité et qui y restent attachés jusqu’au jour du naufrage, savent parfois se sauver par les voies équivoques de la retraite ; et ce seraient certainement des hommes admirables s’ils ressentaient cette vérité, s’ils ne préparaient pas déjà, dès maintenant, l’alibi prudent et les trahisons bien trop astucieuses.

16Et il y a, au contraire, les autres hommes qui ne peuvent pas se cacher la réalité parce que la réalité existe. On peut feindre de l’ignorer, on peut imiter l’autruche qui se cache la tête dans le sable pour éviter le danger ; cet habitant pacifique du désert ne voit plus le danger, mais le danger approche.

17Or nous, après avoir surmonté la crise causée par le fait que nous voulions rester fidèles à ce que nous croyions être des vérités absolues, à un moment donné nous avons vu que la réalité bouleversait ces vérités. Alors nous avons voulu voir, confronter, séparer, distinguer, voir en somme si l’évangile était bon pour tous les âges, pour tous les siècles, pour tous les hommes, ou si au contraire il n’est pas plus profondément vrai et humain que chaque génération doit créer en son sein les vérités, quand ces vérités sont invoquées pour les générations qui viennent. Et alors nous nous sommes trouvés, à un moment où personne n’y pensait, devant la guerre européenne.

18En rentrant, optimiste, de Bruxelles, le 30 juillet, Jean Jaurès pensait que la guerre n’aurait pas lieu. On avait écrit des volumes entiers pour démontrer l’impossibilité de la guerre européenne ; on avait dit que les hommes étaient devenus bons, et on négligeait le facteur psychologique.

  • 2 Une autre allusion à Achille Loria se trouve dans le texte 36, « De Guichardin à… Sorel ». Voir en (...)

19Pas plus tard qu’hier Achille Loria2, un homme devant lequel je m’incline, a voulu donner des explications purement économiques de ce phénomène.

20Ça ne suffit pas : il y a l’irrémédiable conflit entre les peuples [stirpe], mais aussi quelque chose de plus que nous ne pouvons cacher à nous-mêmes ; et c’est que l’homme est un animal belliqueux, peut-être l’animal le plus belliqueux de toute la zoologie.

21Il nous faut donc prendre en compte tous ces différents facteurs et ces différents éléments pour comprendre le phénomène complexe de la guerre, à laquelle nous opposions l’« Internationale ».

  • 3 Allemand naturalisé Italien, Robert Michels (1876-1936) est considéré comme l’un des pionniers de (...)

22Je n’ai jamais fait confiance au parti socialiste allemand. Quatre mois avant la conflagration européenne, lors d’une polémique dans le Giornale d’Italia, à l’adversaire qui me présentait, en la magnifiant, l’imposante Sozialdemocratie allemande, je rappelais une sentence de Robert Michels3 qui disait : « Le parti socialiste allemand est pareil au géant capable de porter un quintal, et impuissant à féconder une vierge. »

23Sa force était donc surtout physique, mais ce n’était pas une énergie physiologique ; c’est pourquoi ce parti qui avait 92 quotidiens, 111 députés, 5 millions d’électeurs, 3 millions de militants, a pu disparaître à un moment donné de la scène politique de l’empire comme un vieux décor de théâtre qui s’écroule, et Guillaume II, du haut de son balcon de Potsdam, a pu dire : « Citoyens (ou plutôt sujets), il n’y a plus de partis ; il n’y a que des Allemands ! »

24Que faisait la Sozialdemocratie ? Elle grossissait, et je voyais déjà dans sa croissance la raison de son immobilité.

25Ce parti grandissait. Eh bien, disais-je, viendra le jour où ce parti trouvera dans son propre poids de pachyderme la raison de son immobilité. Et c’est ce qui est arrivé. Les socialistes allemands qui devaient tenir haut le drapeau de l’« Internationale socialiste » ont été les premiers à le jeter dans la boue.

26Et lorsqu’à Bruxelles, Jouhaux, le secrétaire de la Confédération Générale de France, demanda à Legien, député socialiste au Reichstag, ce que feraient les socialistes allemands dans le cas d’une grève générale française, Legien répondit, ou plutôt ne répondit pas ; il fit comprendre que les Allemands ne pouvaient pas prendre de telles responsabilités.

27Et l’attitude des socialistes allemands a déterminé automatiquement l’attitude des socialistes des autres pays.

  • 4 Il est déjà question de Gustave Hervé dans le texte 21, « La teoria sindacalista » (voir en partic (...)
  • 5 August Bebel (1840-1913) fut dirigeant du SPD. Mussolini fait ici référence à la discussion très p (...)

28Hervé4 était presque un prophète quand, lors d’un des nombreux congrès internationaux au cours desquels faisait surface l’éternel conflit entre Latins et Allemands, qui fut la cause de la première chute de l’Internationale, il demandait à Bebel5 : « Que ferez-vous si nous répondons à la mobilisation par l’insurrection ? » Et Bebel répondait : « Avant d’être socialiste, je suis allemand. » Et Hervé répondait : « Eh bien, le jour où vous passerez le Rhin, sachez que vous trouverez les fusils des libres citoyens français prêts à vous repousser. »

29C’est pourquoi il est inutile de vouloir mettre sous oxygène un cadavre.

30Certains neutralistes émettent l’objection suivante : « Ah ! vous reprochez aux socialistes allemands d’avoir trahi l’Internationale ? Et vous, socialistes italiens, vous vous préparez à faire quelque chose qui ressemble beaucoup au geste des socialistes allemands. » Mais il y a une raison absolue qui démonte cette objection.

31Mes amis, l’amour se fait à deux ; l’Internationale se fait à plusieurs. Quand une partie, à tort ou à raison, déchire en premier le contrat, l’autre partie n’a plus le devoir de rester fidèle à ce pacte, et même ne peut plus le rester. Une Internationale unilatérale est une absurdité dans les termes.

32Si les socialistes allemands étaient restés fidèles à leur pacte, ils pourraient prétendre quelque chose de plus de notre part.

33Une nouvelle Internationale apparaîtra ; mais celle qui avait son bureau à Bruxelles – un bureau qui publiait un bulletin soporifique deux ou trois fois l’an en trois langues, mais pas en italien – cette Internationale-là est finie. J’irais jusqu’à dire que son secrétaire Camille Huysmans, quand il m’a envoyé son message de sympathie et de solidarité, m’envoyait avec ce vœu l’acte de décès de cette Internationale dont il était le secrétaire.

34Et alors nous autres, socialistes italiens, nous nous retrouvons projetés dans le cadre des problèmes des nations.

35Hier le Vorwaerts !, dans un article sur Noël, envisageait, même vaguement, la possibilité de la création d’un socialisme national, ou presque.

36Vous ne devez pas oublier que dans le parti socialiste allemand les impérialistes et les pangermanistes sont très nombreux ; vous ne devez pas oublier que le nombre d’expansionnistes qui disent « plus de terre » est infini, et que les ouvriers non plus ne sont pas étrangers à l’influence de cette doctrine.

  • 6 On remarquera que dans cette occurrence particulière du mot stirpe, qui est ici employé à un momen (...)

37Et, au reste, la nation n’a pas disparu. Nous croyions qu’elle était anéantie ; au contraire, nous la voyons apparaître, vivante et palpitante, devant nous ! Et c’est évident : la réalité nouvelle ne supprime pas la vérité ; la classe ne peut tuer la nation. La classe est une communauté d’intérêts, mais la nation est une histoire de sentiments, de traditions, de langue, de culture, de souche [stirpe]6. Vous pouvez greffer la classe sur la nation, mais l’une n’élimine pas l’autre.

38Et alors, si c’est vrai, bien d’autres vérités seront ensuite envisagées, quand ces événements auront suivi leur cours.

39Nous devons examiner la question d’un point de vue socialiste et national.

  • 7 Voir le texte 12, « La philosophie de la force ».

40Déjà Claudio Treves7, dans la Critica sociale d’août, disait : puisque le pacte international n’existe plus, chacun doit penser à son propre cas, chacun doit voir quelle valeur, quel sens, quelle portée il peut donner à la neutralité.

41Eh bien nous nous trouvons à la croisée des chemins.

42Cette neutralité doit-elle durer pour toujours ou doit-elle finir ? Et, si elle doit finir, doit-elle finir parce que nous serons forcés à le vouloir par des raisons extérieures ?

43Socialisme et guerre.

44On dit : « Mais la rupture de la neutralité nous expose aux périls des guerres ! »

45La guerre, c’est certain, est un phénomène horrible. On pense, dans un vif déchirement de l’âme, à ces millions d’hommes qui sont dans les tranchées, dans le froid, dans la glace, dans la neige, pendant que nous autres prolétaires italiens bavardons.

46Y aurait-il une antithèse entre socialisme et guerre ?

47Il est certain que si le socialisme veut la fraternité des peuples, il ne peut vouloir la guerre qui est la violation brutale, ouverte, décisive, absolue de cette fraternité.

48Mais il y a guerre et guerre.

  • 8 Voir le texte 36, « De Guichardin à… Sorel ». On remarquera que Mussolini reprend ici le rythme te (...)

49Georges Sorel disait que le socialisme est une chose terrible, grave, sublime8 et non pas un exercice de politiciens qui ne s’occupent que du répugnant confort de leurs affaires quotidiennes. Si le socialisme est force, sacrifice, tragédie, nous ne pouvons suivre ceux qui croient nous effrayer face à la guerre par l’idée des massacres, du sang, du sacrifice.

50Je m’incline devant la douleur des mères, je m’incline devant celui qui souffre ; mais il est des devoirs suprêmes et quand on est un socialiste révolutionnaire, on sait que la révolution sociale aussi sera faite de sacrifice, de sang, de larmes de nos mères.

51Même Mazzini, quand il poussait les générations italiennes à la guerre, savait bien qu’elle était faite de sacrifice, de sang, de ruine, de destruction. Mais il savait également que chaque génération a des devoirs inéluctables à accomplir.

52Or les générations qui nous ont précédés ont fait leur devoir ; elles nous en ont cependant légué un autre et nous devons l’accomplir parce que les générations qui viendront, nos enfants, nos petits-enfants, nous demanderont : « Et vous ? en 1914-15, quand l’Europe, ou plutôt quand le monde était à feu et à sang, qu’avez-vous fait ? »

  • 9 Le 18 octobre 1914, le président du Conseil Antonio Salandra (1853-1931) tient au ministère des Af (...)

53Il est bien commode de s’enfermer dans l’égoïsme de la neutralité, dans l’égoïsme sacré de Salandra9, qui est l’égoïsme des classes aisées, du Sénat tripliciste, de la papauté favorable au pouvoir temporel, de la bourgeoisie contrebandière.

54Non, cet égoïsme ne peut pas être le nôtre. Nous n’avons pas d’égoïsme national, nous ; mais des devoirs imprescriptibles à accomplir.

  • 10 « Gli scalzi figli sol di rabbia armati » : « les enfants nus-pieds, de leur seule rage armés » (G (...)

55Dites-moi donc, ô mes amis : c’est une question que je vous pose. En 1791, quand les ouvriers parisiens, au roulement des tambours, au son de la Marseillaise, se rendaient aux carrefours des rues, nus pieds, en haillons, de leur seule rage armés10, et qu’ils disaient « nous voulons nous battre » et qu’ils plantaient les drapeaux de la révolution sur les collines de Valmy, et que Goethe disait : « Aujourd’hui, depuis ce lieu, commence une nouvelle histoire » ; ces prolétaires voulaient la guerre, ils allaient tuer d’autres prolétaires. Mais nous, nous qui jouissons des bénéfices de ce sang, nous pensons que c’étaient eux les martyrs, les précurseurs de la Déclaration des droits de l’homme, document mémorable de la pensée et de la civilisation humaine.

56S’il y avait eu, en 1870, à Rome un Cercle socialiste plus ou moins neutre, aurait-il crié « à bas la guerre ! » quand, par la brèche, on abattait le pouvoir temporel des papes ?

  • 11 Carlo Pisacane (1818-1857) fut l’un des premiers théoriciens italiens du socialisme et un patriote (...)

57Oseriez-vous renier Pisacane11 ?

58Mais, mes amis, il y a son testament. Eh bien, Pisacane, accompagné de trois cents idéalistes – il y avait encore des idéalistes – débarqua à Sapri.

  • 12 Mussolini fait ici référence, sans citer l’œuvre, au chapitre xx des Misérables.

59Est-ce qu’il y avait les classes, est-ce qu’il y avait la grève, les questions de contrat, de salaires, de tarifs ? Non. Il y avait le gouvernement des Bourbons, et Pisacane irrédentiste, précurseur de Garibaldi, plus grand donc que Garibaldi, comme l’a dit Victor Hugo12, allait accomplir une œuvre de rédemption nationale.

60Et qui étaient les neutralistes de l’époque ? De pauvres paysans de la région de Naples embrigadés par des prêtres, qui aimaient beaucoup le gouvernement du Bourbon comme les prêtres d’aujourd’hui aiment beaucoup le gouvernement de François-Joseph.

61En 1897, j’étais encore jeune, mais je me souviens que nombre de socialistes italiens s’armèrent et coururent combattre en Grèce. Pensez-vous qu’il y avait en Grèce un conflit entre capital et travail ? Non, il y avait un conflit entre deux nations. Ils allaient aider les bourgeois grecs ! Mais qu’importe ? Ils voyaient deux nations en conflit : la Turquie qui supprimait les nationalités, la Grèce qui voulait récupérer Candia ; et ils ne distinguaient pas, et ils se battaient et mouraient.

  • 13 Le patriote italien Antonio Fratti (1845-1897) fut proche de Garibaldi et de Mazzini, au côté duqu (...)

62Quoi de plus ? Quand les cendres d’Antonio Fratti13 revinrent en Italie, je me souviens qu’une colonne imposante de socialistes de Romagne, quatre ou six mille, munis d’un œillet rouge, vinrent rendre hommage à ce martyr du droit des nationalités.

63Est-ce donc seulement maintenant que nous sommes devenus des égoïstes, des lâches, des poltrons ? Seulement maintenant ?

64Nous lançons un regard aux ruines de la Belgique et nous disons : pauvres Belges, leur calvaire est vraiment douloureux.

65Et pourtant, j’ai entendu un socialiste se demander : pourquoi, au bout du compte, ces Belges ont-ils résisté ? pourquoi n’ont-ils pas marchandé avec le Kaiser, par exemple, le prix du libre passage, pourquoi n’ont-ils pas proposé leur pain, leurs logements… peut-être même leurs femmes aux Uhlans ? Ils auraient été épargnés.

66Eh bien les Belges, au contraire, ont eu cette suprême naïveté : ils se sont défendus et ils se sont défendus brillamment en sauvant la France.

67La France qui n’avait à sa frontière que trente-mille hommes à opposer aux trois millions de baïonnettes prussiennes, la France qui a dû se constituer une armée de l’autre côté de la Marne, la France haïe de tous les empereurs parce que c’est une nation républicaine, parce qu’elle a coupé la tête à un roi.

  • 14 Mussolini fait ici référence, sans citer le texte, au chapitre xiv de Deutschland. Ein Wintermärch (...)

68Et si vous avez lu Heinrich Heine, vous vous souviendrez de l’épisode où le poète est entré dans la grotte où dort Barberousse qui a la barbe déjà abondante et poussant démesurément, Barberousse qui attend pour sortir de terre, ou mieux, pour entrer en guerre. Et le poète excommunié par l’Allemagne officielle, le poète Heine qui était trop parisien pour être allemand, s’amuse à plaisanter avec celui qui détruisit de nombreuses citadelles de l’Italie du Nord, et lui dit à un certain moment : « mais, mon cher empereur, si vous n’avez pas de chevaux, procurez-vous des ânes. » Et comme l’empereur n’avait pas lu les chroniques, il demande au poète : « Que s’est-il passé pendant ces derniers siècles ? »14

69Et le poète lui répond : « Il s’est passé des choses surprenantes : des guerres, des tremblements de terre, des épidémies de peste, des famines ; et puis en France, sachez-le, ô empereur, en France à un certain moment ils ont guillotiné Louis XVI ! »

70Et le vieux Kaiser : « Guillotiné ? Quel mot est-ce là ? De mon temps il n’était pas dans le dictionnaire. »

71Et le poète lui répond : « C’est un mot nouveau. Il s’agit d’un instrument inventé par un médecin, un instrument qui coupe la tête des rois, et même des empereurs. »

72Et alors le Kaiser tremble en pensant à cette époque où l’on n’a plus de respect pour les têtes couronnées.

73La France en a coupé une, mais deux siècles plus tôt l’Angleterre avait coupé la tête d’un autre roi.

  • 15 L’office des Affaires étrangères confia au membre influent du SPD, Albert Südekum (1871-1944), plu (...)

74Les monarchies sentent que lorsque le peuple s’avance, les rois, les papes, les empereurs doivent reculer. Il est évident que ces gens-là prient pour que l’Italie reste neutre ; et les socialistes allemands, qui ont à cœur le sort de leurs Kaisers et le sort de leur empire, envoient le messager Südekum15 en Italie et en Roumanie pour arrêter les prolétaires qui voudraient aider la Triple Entente.

75La guerre que nous voulons, nous, et nous voulons la guerre, ne fait peser aucun crime sur notre conscience.

76Va-t-en-guerre, nous ? En 1911, à Forlì, nous avons retenu les conscrits qui s’apprêtaient à partir pour la Libye. Si on avait procédé de la sorte partout, peut-être que l’on ne serait pas allé en Libye.

77Va-t-en guerre, moi ? Non. Homme qui lutte à un moment déterminé, dans un endroit déterminé ; qui lutte avec les armes qui sont à sa disposition.

78Vouloir abattre les canons 420 et démolir l’arrogance du militarisme prussien, ce serait donc, pour vous, venir avec le rameau d’olivier, venir avec les ordres du jour, les beaux discours et leur lot d’invocations pacifistes ?

  • 16 Theobald von Bethmann-Hollweg (1856-1921) fut chancelier impérial du Reich de 1909 à 1917.

79Bethmann-Hollweg16 a eu le courage de dire au Reichstag : « Nous avons violé la neutralité belge ? Soit, la nécessité ne connaît point de loi. Nous avons détruit les villes, nous avons semé la terreur ? Peu importe : nous leur donnerons des indemnités, ou bien nous annexerons la Belgique pour qu’elle profite des bienfaits de la civilisation allemande ».

80Et les socialistes neutres d’Italie, après cinq mois de neutralité, trouvent tout cela légitime, juste, humain !

81À ses débuts, la mentalité socialiste avait un sens clair. Nous avons dit : il y a le danger de deux guerres, une aux côtés de l’Autriche, l’autre aux côtés de la France. Nous avons déclaré que, pour la première, nous nous opposerions par la grève générale et par l’insurrection, mais que pour la seconde nous laisserions faire. Trois classes ont été appelées et les socialistes n’ont pas protesté. Si le Gouvernement avait voulu mobiliser, il aurait pu mobiliser sans protestation de la part des socialistes car ceux-ci comprenaient, et ce n’était pas bien compliqué, que lorsque toute l’Europe était à feu et à sang, et que tous s’armaient, de la Suisse des aubergistes (à surveiller, surtout la Suisse allemande) à la Hollande des fromages, au Danemark, il était ridicule, il était idiot, il était surtout criminel d’ouvrir les frontières et de dire : venez Autrichiens, les portes sont ouvertes.

  • 17 Voir le texte 36, « De Guichardin à… Sorel », note 15.

82C’est depuis ce moment que le socialisme italien a distingué trois guerres et que pour chacune de ces guerres, il a spécifié une certaine attitude pratique. Et pas plus tard qu’hier, le député Rigola17, qui est un personnage important parce que c’est un esprit très perçant et parce qu’il est secrétaire de la Confédération générale du travail, censée faire cette fameuse grève générale, a distingué trois guerres et trois hypothèses. Il a dit : « Pour la guerre aux côtés de l’Autriche, nous ferions la révolution ; une guerre aux finalités purement nationalistes, nous la subirions ; dans une guerre de défense, en cas d’invasion, pour l’indépendance nationale, nous serions en première ligne ».

83Or il est parfaitement absurde de subir une guerre, de se désintéresser d’une guerre. Moi je me désintéresse de ce qui ne me concerne pas, de ce qui se passe dans l’autre hémisphère, dans le monde de la lune ; mais une guerre faite avec moi, pour moi, avec ma propre peau, je ne peux la subir sans m’en préoccuper, il faut que je dise si je la veux ou si je ne la veux pas.

84Et vous, vous acceptez la guerre de défense. Mais dans ce cas je vous pose une question d’ordre pratique, pour trancher court. Il s’agit de comprendre si cette guerre, il faut la faire avant ou après ; aujourd’hui avec une moindre dépense de vies humaines et d’argent, demain dans des conditions très difficiles et dans la perspective du désastre national.

85Car la Triple Entente ne nous viendra pas en aide, surtout après les exemples scandaleux que nous avons donnés.

86Les Russes nous donnent les prisonniers et le Président du Conseil va à la bibliothèque éplucher les volumes du droit international et savoir s’il peut les accepter. Et encore : l’Angleterre nous donne du charbon et nous, nous en profitons pour faire de la contrebande en Allemagne ! Mais naturellement, lorsque demain nous nous retrouverons dans l’embarras, tous ces gens diront : « Messieurs les Italiens, faites ce que vous pouvez ».

87Vous me direz que l’Allemagne et l’Autriche ne nous agresseront pas tout de suite.

88Mais elles nous déshonoreront diplomatiquement et ne tarderont pas à nous punir.

89Car vous ne devez pas vous faire d’illusion quant à l’état d’esprit qui règne en Allemagne. En Allemagne, nous passons pour des traîtres, des lâches. Il y a une carte postale, très répandue dans toute l’Allemagne, sur laquelle est représenté un lapin avec un petit drapeau tricolore et un chapeau de bersaglier. Il y a une lettre de Sassenbach, un militant allemand – à qui Rigola a brillamment répondu – où il dit : « Italiens, ouvriers italiens ! Vous nous avez abandonnés vraiment au bon moment. Nous vous pardonnons ; mais gare à vous si, après avoir été neutres, vous osiez nous attaquer, parce que vous seriez haïs à jamais par toutes les générations allemandes et nous proclamerions contre vous la guerre d’extermination ».

90Il y a là de quoi méditer. Et maintenant, si vous voulez mener une politique d’isolement, vous devrez vous armer encore et encore car vous ne devrez compter que sur vos propres forces. Le socialisme ne pourra pas s’opposer quand le gouvernement demandera des milliards, parce que le gouvernement dira : « Mais, socialistes, vous n’avez pas voulu la guerre, à présent vous devez au moins tolérer que je me défende, que je prépare ma défense, surtout lorsque nous avons le Trentin qui est une enclave coincée entre la Lombardie et la Vénétie, le Trentin qui est à quatre heures de Vérone, Vérone qui est peut-être destinée à subir le même sort que Louvain si les Allemands parviennent à se précipiter à la cluse de l’Adige ».

91Voilà qui exige qu’on y médite un peu. On ne peut répondre à ces argumentations en criant « à bas la guerre ».

92À bas la guerre ! Oui, moi aussi je suis contre, de même que je crierais à bas le choléra, le crime, toutes les choses horribles, répugnantes.

93Mais à présent la guerre est bien là et nous ne pouvons ignorer cet incendie qui se trouve aux portes de l’Italie. Nous ne pouvons pas ne pas envisager s’il vaut mieux que la guerre soit faite par la monarchie dans le seul intérêt de la monarchie ou si le peuple ne doit pas plutôt asservir celle-ci à ses propres intérêts pour briser le militarisme prussien et briser également la monarchie des Habsbourg, de François-Joseph le bourreau qui, en soixante-six années de règne, a des dizaines et des dizaines de pendus à son actif.

94Nous devons envisager ce que doit être notre conduite, et notre conduite pratique est nettement déterminée.

95Dire que les bourgeois veulent la guerre c’est dire une ineptie. Plus la bourgeoisie est évoluée et plus elle pacifiste. Avant la guerre, le Vossische Zeitung et le Frankfurter Zeitung, deux organes capitalistes allemands, étaient plus va-t-en-paix que le Vorwaerts.

96Où sont-elles ces classes qui voudraient la guerre ? Je ne les trouve pas.

  • 18 Le philosophe et homme politique Giuseppe Ferrari (1811-1876), qui incarnait le courant démocratiq (...)
  • 19 Enotrio Romano est le pseudonyme de Carducci.
  • 20 L’historien de la philosophie Giacomo Barzellotti (1844-1917), devint sénateur en 1908. Lors des d (...)

97La bourgeoisie italienne, je l’ai dit, est salement pacifiste. Le Sénat ? C’est l’asile où se rassemblent toutes les vieilles cariatides. Giuseppe Ferrari18 a eu le tort de devenir sénateur, de même que Giosuè Carducci. Mais si Enotrio19 avait assisté au discours pro-autrichien de Barzellotti20, il lui aurait jeté un encrier sur la tête.

  • 21 En français et en italique dans le texte.

98Les sénateurs qui représentent l’élite21 réactionnaire sont tous intimement triplicistes et pro-autrichiens.

  • 22 Le député d’inspiration socialiste Giuffrida De Felice (1859-1920) était favorable à l’interventio (...)
  • 23 Le comte Vincenzo Ottorino Gentiloni (1865-1916) organisa, avec le soutien du Pape Pie X, la parti (...)

99Et les députés qui se sont exaltés pour le triomphe de De Felice22 à Trente et à Trieste, vous les croyez interventionnistes ? Il ne faut pas oublier que 253 d’entre eux sont des députés fidèles à Gentiloni23, autant dire des prêtres, donc pro-autrichiens.

100La bourgeoisie, enfin, fait d’excellentes affaires avec la neutralité : vous le savez bien, à Gênes. Et le paysan, avec son horizon mental si limité, ne peut pas non plus être va-t-en guerre.

101C’est le prolétariat des grandes villes, le prolétariat de Gênes, de Milan, de Rome, de Naples, qui peut être pour la guerre comme l’a été celui de 1791, comme l’a été celui de la glorieuse Commune qui demandait toujours plus d’armes pour abattre le Prussien.

102Comme le fut Blanqui dans son journal qui claironnait à tout-va – une vraie diane guerrière pour les socialistes de Paris – lui l’auteur de cette fameuse sommation au gouvernement dans laquelle il disait : « Vous, gouvernement, vous êtes allé au pouvoir en affirmant que pas un pouce du territoire ne tomberait dans les mains des Allemands. Il est désormais temps de tenir cette promesse, autrement nous ferons voler en éclats le pouvoir dans vos mains ».

103Ne connaissez-vous pas l’histoire de la Commune ? Ne savez-vous pas que ce fut un mouvement patriotique ? Vous feriez bien de la lire, l’histoire. Le peuple de Paris se réunissait en assemblées. Et de quoi discutait-il ? De la concentration du capital, peut-être ? Mais non ! Il discutait des mille façons d’abattre les Prussiens. Les communards parisiens voulaient la guerre parce qu’ils voulaient sauver Paris.

  • 24 Les socialistes Marcel Sembat (1862-1922) et Jules Guesde (1845-1922) étaient tous deux ministres (...)

104Et si Jaurès, l’apôtre, le martyr de la paix, tombé véritablement au moment critique, lui le Christ mort sur le calvaire avec tous ses rêves, toutes ses illusions, toutes ses bontés, si Jaurès était vivant, il serait aujourd’hui à la place de Guesde et de Sembat24, il serait au ministère de la défense nationale, parce que chaque nation a le droit de vivre dans ses frontières, parce que vous ne pouvez pas prétendre faire l’« Internationale » tant qu’il y aura des peuples opprimés et des peuples oppresseurs, vous ne pouvez pas revenir à l’exercice de la lutte des classes tant que la guerre entre les nations ne sera pas finie.

105On entend : « Pourquoi ne vous agitez-vous pas pour Nice, pour la Corse, pour la Savoie ? ».

106Mais c’est une objection cocasse. Je vais vous le démontrer tout de suite. Faites-moi les statistiques de tous les déserteurs niçois, corses et savoyards qui sont venus en Italie. Aucun d’eux n’est venu. Et cela vous démontre que ces populations restent volontiers en France, comme les tessinois en Suisse.

107En revanche, combien de milliers d’irrédents trentins et triestins sont venus en Italie !

108Qui ne se souvient pas de l’enthousiasme pour l’insurrection cubaine ? Et pour le Transvaal, qui ne s’est enthousiasmé ? Qui parmi nous ne s’est enthousiasmé pour l’insurrection des Candiotes ? Et pour les petits Japonais qui, faisant tomber le colosse russe, provoquèrent la révolution en Russie ? Et pour la Macédoine ! Et pour l’Arménie !

109Nous les socialistes italiens avons ce privilège singulier : nous nous enthousiasmons pour ceux qui sont loin et lorsqu’aux portes de l’Italie se trouve un Trentin qui souffre, qui saigne, nous nous enfermons dans notre égoïsme sacré !

110Pour nous, socialistes, ce ne serait pas une raison suffisante pour pousser les peuples à la guerre si l’enjeu se réduisait aux terres irrédentes.

111Nous pourrions dire aux bourgeois italiens : c’est là votre devoir, accomplissez-le ou bien nous vous destituerons, nous vous condamnerons. N’est-ce pas pour vous que les monarchies ont joué leur existence sur la trahison des nations ? Napoléon III est tombé parce que battu à Sedan.

112Mais il y a d’autres raisons plus profondes, plus socialistes. Nous nous trouvons devant deux groupes de puissances ; nous devons choisir.

113Nous devons faire trois hypothèses. Croyez-vous que de ce terrible choc sortira une Europe égale à celle d’hier ? Dans ce cas j’admets que vous soyez neutralistes. Mais cette hypothèse est absurde car il serait épouvantable que vingt millions d’hommes se soient entretués pendant des mois et des mois sans aucun résultat.

114Ainsi, ou bien l’Europe de demain sera meilleure ou bien elle sera pire, ou il y aura davantage de militarisme ou il y en aura moins, ou il y aura plus de liberté ou il y aura plus d’autorité.

115Des deux regroupements de Puissances, c’est sans aucun doute la Triple Entente qui offre le plus de garanties pour une meilleure organisation de l’Europe.

116La Stampa de Turin me fait rire lorsqu’elle dit que la France de demain sera cléricale, réactionnaire.

117Mais la France a deux ministres socialistes, la France a deux millions et demi de voix socialistes ; la France a la Confédération générale du travail ; la France est une république qui s’apprête à fêter son cinquantième anniversaire, et c’est déjà un prodige. Et la France de demain sera plus démocratique, et pour une raison très simple.

118Qu’ont dit les réactionnaires, monarchistes, royalistes de toutes les espèces ? Ils ont dit : « Vous voyez la désorganisation du régime français ? La démocratie ne sait pas combattre ; la démocratie conduira à la défaite ».

119Eh bien la démocratie sait combattre. Ce petit soldat français est vraiment merveilleux ! Imaginez un peuple qui s’est réveillé pour être peuple, qui a donné tout son sang pour tous les empires, partout, un peuple raffiné, qui est dans les tranchées depuis cinq mois et a brisé l’assaut de la barbarie prussienne.

120Eh bien, cette France démocratique, cette France républicaine vous prouve que lorsque la cause est juste, même la république sait combattre. Du reste, il y a une preuve encore plus évidente. En 1870, est-ce que la France était une république ? Non, c’était un empire, et il tomba.

  • 25 Mussolini fait vraisemblablement référence au discours à l’Assemblée nationale du 1er mars 1871 où (...)
  • 26 La didascalie entre parenthèses et en italiques est un ajout de la rédaction du journal : nous avo (...)

121Il y avait la prophétie de Victor Hugo, impressionnante. En 1871 à l’assemblée de Paris, Victor Hugo disait : « La Prusse nous a peut-être rendu un service : elle nous a transformés, mais elle nous a libérés de Napoléon »25. (À cet instant, un jeune homme dit « Parle-nous de la Russie ». Et Mussolini, aussitôt)26 :

122Je n’ai aucune difficulté à admettre que le régime tsariste est infâme. Mais savez-vous qui a été l’éminence grise de la réaction russe ? Guillaume II. Savez-vous qui étaient les ministres les plus réactionnaires de Russie, dont certains ont été punis par les bombes terroristes ? Ils étaient tous d’origine allemande. La Russie se libère aujourd’hui de l’influence prépondérante des Allemands qui avaient germanisé jusqu’à la capitale.

123Le tsarisme russe est détestable mais le caporalisme prussien ne l’est pas moins. À cette différence que la Russie est un vaste creuset d’énergies et de foi. Nous nous entendrons avec les Russes. Leur psychologie est la nôtre. Eux sont capables de faire la révolution ; en Allemagne, le prolétariat ne s’est jamais rebellé.

124C’est, du reste, dans l’intérêt même de la cause révolutionnaire que nous voulons la participation de l’Italie au conflit.

125Mais vous pensez sérieusement que la Russie pourra rester ne serait-ce qu’immunisée contre la contagion démocratique quand s’étendrait une république de la Vistule au Rhin ?

126Jamais plus. Demain la Russie sera renversée – j’entends la Russie dans sa structure féodale et tsariste – de l’intérieur comme de l’extérieur.

127Mais ceux qui agitent devant nous l’épouvantail russe pour nous faire oublier les potences de François-Joseph et le militarisme prussien, jouent un jeu polémique qui n’en vaut certainement pas la chandelle.

128Nous avons démontré qu’il est précisément dans l’intérêt des démocraties occidentales de faire en sorte que, au moment du règlement des comptes, les nations démocratiques soient nombreuses contre les nations féodales, car ce n’est qu’à cette condition que l’Europe de demain ne sera pas une réplique de celle d’hier.

129Je vous disais qu’il y a les raisons de classe, les raisons propres au prolétariat. Mais le prolétariat ne peut rester étranger à ce conflit ; il ne le peut pas parce que le prolétariat n’est pas une collectivité de misérables, de mendiants ; c’est une collectivité de soldats, de combattants, de gens qui, l’heure venue, acceptent le sacrifice.

130Mais comment ? Vous acceptez la révolution pour vous débarrasser d’une monarchie ou d’une aristocratie de l’intérieur, et vous refusez la guerre au seul motif que les aristocraties ou les monarchies à balayer se trouvent à l’extérieur ?

131Mais alors vous êtes des égoïstes !

132Il y a aussi une raison humaine. Il est désormais démontré qu’avec l’intervention de l’Italie et de la Roumanie, les Austro-Allemands seront brisés. Alors nous disons : Ô mères qui tremblez pour vos fils qui devront aller dans les tranchées, vous combattants de part et d’autre, c’est la fin. Nous venons donner le coup de grâce. Nous sacrifierons cent mille des nôtres mais nous sauverons un million des vôtres. Ce sera là la preuve suprême de l’Internationale prolétaire.

133Et c’est dans nos traditions. Je suis par mon tempérament, par mon expérience et mes études, un anti-traditionaliste car les traditions sont des ruines ; mais quelques fois, ce sont des ruines autour desquelles il faut aller pour trouver l’inspiration. Eh bien, nous récupérons les traditions italiennes.

134Oh ! Elle était belle l’époque où le socialisme idéaliste qui ne s’était pas encore corrompu, le socialisme italien avait dans ses cercles la vénérable figure de Garibaldi ! Le socialisme italien, donc, reconnaissait en Garibaldi un homme qui avait fait quelque chose pour nous tous, pour le prolétariat mondial.

135Ah ! Garibaldi était un va-t-en guerre ! Pour sûr ! Quarante batailles, dix guerres sur tous les continents ; mais qui parmi vous serait assez idiot, assez fou pour dire que Garibaldi était un va-t-en guerre ?

136Mais non : il faut parfois dégainer l’épée pour dénouer le nœud gordien de toutes les tyrannies ; il faut parfois savoir verser jusqu’à la dernière goutte de notre sang, car c’est le sang qui donne son mouvement à l’histoire, car le sang – il en est ainsi – est la nécessité tragique de cette espèce humaine qui depuis 254 000 ans est venue sur notre planète.

137Le destin veut que chaque création, que chaque pas en avant soit marqué de taches de sang. Vous ne comprendrez pas l’histoire si vous n’y introduisez pas l’élément de la violence.

138Parfois les choses se sont tant aggravées que les marchés diplomatiques, les négociations mercantiles, les compromis politiques ne suffisent pas à les résoudre. Alors, du peuple surgit un inconnu avec une bombe, avec de la dynamite, ou bien surgit le peuple avec ses fusils et ses épées. Voici le devoir de l’Italie au moment actuel.

139Qui êtes-vous, vous les petits, vous qui en levant le doigt du citoyen qui proteste prétendez arrêter les événements qui roulent avec le fracas de l’ouragan dans les lignes de l’histoire ? Mais non, vous serez renversés ; vous devez comprendre ce phénomène, vous devez y introduire votre volonté si vous êtes des socialistes et si vous êtes des révolutionnaires.

140Alors, de gré ou de force, avec la parole d’abord ou avec quelque geste de feu et de sang, nous pousserons l’Italie entière à briser le nœud qui la lie encore à l’empire de la potence et nous la pousserons là où notre destin nous appelle pour l’intérêt de la nation, pour l’intérêt de notre classe, pour l’intérêt de l’humanité.

141Et ceux qui, en ce moment tragique de l’histoire, se renferment dans leur carapace d’égoïsme qui n’est pas saine mais abjecte, qui ne veulent pas entendre le cri des peuples oppressés, qui restent froids devant le terrible spectacle de la Belgique, devant les catastrophes provoquées par le militarisme prussien, ceux-là seront encore socialistes si pour être socialiste il faut être encarté. Mais j’ai toujours conçu le socialisme comme une lutte durable, infatigable, violente, contre tous les tyrans, ceux de l’intérieur comme ceux de l’extérieur ; j’ai conçu le socialisme comme une aspiration à la justice, à l’humanité, à la fraternité.

142Une page de l’évangile socialiste sera celle où il est dit, en empruntant le vers de Térence : « Je suis un homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ». Eh bien, je suis un homme, un homme de cette Italie, et le sacrifice de la Belgique ne m’est pas étranger, le sacrifice de la France ne m’est pas étranger, le sacrifice de la Serbie ne m’est pas étranger, et je vois derrière les classes bourgeoises le prolétariat qui saigne, qui souffre, qui invoque, qui dit : Prolétaires d’Italie, en avant, encore un effort, c’est à vous de nous libérer !

Notes

1 D’après OO, vol. 7, p. 97-110.

2 Une autre allusion à Achille Loria se trouve dans le texte 36, « De Guichardin à… Sorel ». Voir en particulier la note 4.

3 Allemand naturalisé Italien, Robert Michels (1876-1936) est considéré comme l’un des pionniers de la sociologie politique. Dans un essai publié en 1912 en allemand et en 1914 en italien, il défend les aspirations territoriales italiennes, ce qui lui attire les foudres des journaux allemands. En 1928, grâce à l’intervention personnelle de Mussolini il obtient la chaire d’Économie générale et corporative de l’Université de Pérouse.

4 Il est déjà question de Gustave Hervé dans le texte 21, « La teoria sindacalista » (voir en particulier la note 5).

5 August Bebel (1840-1913) fut dirigeant du SPD. Mussolini fait ici référence à la discussion très polémique à l’occasion du congrès de Stuttgart de 1907 entre Hervé, qui prônait l’insurrection des socialistes en cas d’annonce de guerre, et Bebel pour qui la désertion n’était pas envisageable.

6 On remarquera que dans cette occurrence particulière du mot stirpe, qui est ici employé à un moment charnière de l’évolution idéologique de Mussolini, ce terme pourrait être rendu en français aussi bien par « souche » que par « peuple » (voir la « Note à la présente traduction » en ouverture de ce volume).

7 Voir le texte 12, « La philosophie de la force ».

8 Voir le texte 36, « De Guichardin à… Sorel ». On remarquera que Mussolini reprend ici le rythme ternaire de la formule sorélienne pour la développer et scander la suite du texte.

9 Le 18 octobre 1914, le président du Conseil Antonio Salandra (1853-1931) tient au ministère des Affaires étrangères, dont il assurait l’intérim, un discours dans lequel il évite de se prononcer en faveur de l’intervention ou de la neutralité, préférant en appeler à l’« égoïsme sacré » de l’Italie. D’abord favorable à la neutralité de l’Italie dans le conflit, il fut progressivement gagné à la cause interventionniste. Voir le texte 41, « Nécessité morale ».

10 « Gli scalzi figli sol di rabbia armati » : « les enfants nus-pieds, de leur seule rage armés » (G. Carducci, Rime nuove, sonnet LXXXVII, dans Poesie di Giosuè Carducci, p. 734).

11 Carlo Pisacane (1818-1857) fut l’un des premiers théoriciens italiens du socialisme et un patriote du Risorgimento. En 1857, il débarqua à Sapri, accompagné d’environ cent cinquante volontaires, pour tenter un soulèvement contre le pouvoir bourbon. Mais il fut arrêté et tué avec ses compagnons par les troupes du roi Ferdinand II.

12 Mussolini fait ici référence, sans citer l’œuvre, au chapitre xx des Misérables.

13 Le patriote italien Antonio Fratti (1845-1897) fut proche de Garibaldi et de Mazzini, au côté duquel il prit position contre l’Internationale. Il mourut au combat, lors de la guerre entre la Grèce et la Turquie.

14 Mussolini fait ici référence, sans citer le texte, au chapitre xiv de Deutschland. Ein Wintermärchen d’Heinrich Heine (1797-1856).

15 L’office des Affaires étrangères confia au membre influent du SPD, Albert Südekum (1871-1944), plusieurs missions en Italie, en Suède et en Roumanie pour favoriser les courants neutralistes auprès des socialistes de ces pays.

16 Theobald von Bethmann-Hollweg (1856-1921) fut chancelier impérial du Reich de 1909 à 1917.

17 Voir le texte 36, « De Guichardin à… Sorel », note 15.

18 Le philosophe et homme politique Giuseppe Ferrari (1811-1876), qui incarnait le courant démocratique du Risorgimento, devint sénateur le 15 mai 1876 et mourut quelques semaines après seulement.

19 Enotrio Romano est le pseudonyme de Carducci.

20 L’historien de la philosophie Giacomo Barzellotti (1844-1917), devint sénateur en 1908. Lors des discussions qui eurent lieu à ce sujet au Sénat les 14 et 15 décembre 1914, il prit la parole contre l’entrée en guerre de l’Italie.

21 En français et en italique dans le texte.

22 Le député d’inspiration socialiste Giuffrida De Felice (1859-1920) était favorable à l’intervention italienne.

23 Le comte Vincenzo Ottorino Gentiloni (1865-1916) organisa, avec le soutien du Pape Pie X, la participation des catholiques italiens à la vie politique du pays, dont ils avaient été éloignés par le non expedit de Pie IX. Le pacte que Gentiloni passa avec Giolitti en vue des élections de 1913 permit à ce dernier d’obtenir un large succès, notamment grâce à l’appui des catholiques, aux dépens du Parti socialiste italien.

24 Les socialistes Marcel Sembat (1862-1922) et Jules Guesde (1845-1922) étaient tous deux ministres (respectivement ministre des Travaux publics et ministre sans portefeuille) dans le second gouvernement Viviani, dit d’« union sacrée ».

25 Mussolini fait vraisemblablement référence au discours à l’Assemblée nationale du 1er mars 1871 où Victor Hugo prononce effectivement une prophétie : « On verra la France se redresser, on la verra ressaisir la Lorraine, ressaisir l’Alsace. […] Et maintenant serrons-nous la main, car nous nous sommes rendu service l’une à l’autre ; tu m’as délivrée de mon empereur, et je te délivre du tien ».

26 La didascalie entre parenthèses et en italiques est un ajout de la rédaction du journal : nous avons généralement omis de traduire tout ce qui n’était pas le texte de Mussolini, sauf quand ces didascalies s’avèrent indispensables pour sa compréhension.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search