Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux États-Unis

Introduction à la seconde édition

Texte intégral

1Que pourrions-nous ajouter à ce que nous écrivions en 1860 ? Bien peu de chose, le temps et les événements se sont chargés de confirmer tout ce que l’on pouvait prévoir alors d’après ce qui s’était passé dans la première moitié du siècle ; la seconde est bientôt écoulée et il n’y a rien de changé, les mêmes faits se déroulent chaque jour sous nos yeux.

2Sans faire intervenir aucune théorie, aucune hypothèse, l’observation seule des faits a suffi pour dégager la loi des crises et de leur périodicité. Il y a donc des époques d’activité, de prospérité et de hausse de prix qui se terminent toujours par une crise et sont suivies d’autres années de ralentissement des affaires, de baisse de prix, qui pèsent plus ou moins sur les industries et sur le commerce.

3On prétend que l’histoire ne se répète pas ; nous sommes cependant toujours en présence des mêmes faits et des mêmes manifestations, quoique les formes, l’objet lui-même puissent varier. Que la spéculation porte sur un produit ou sur un service rendu, elle pourra se transformer à l’infini, mais comme l’échange est le but de tous les efforts de l’homme, il y aura toujours un gain ou une perte.

4Le ralentissement qui succède à l’activité de la période prospère et dont on se plaint pendant la période de liquidation, c’est la réaction qui succède à l’action ; comme pour tout ce qui est vivant, c’est le moment nécessaire du repos. Dans l’entrain des affaires la mesure a été dépassée ; tant que les bénéfices l’ont permis, la hausse des prix a progressé, jusqu’à ce qu’en l’absence de nouveaux preneurs il ait fallu liquider, et la crise éclate parce qu’on ne peut se résoudre à faire volontairement cette liquidation.

5Depuis 1800 nous voyons les périodes prospères, les crises, les liquidations se succéder dans le même ordre, non seulement en France, mais dans le monde entier. Partout où les documents officiels nous permettent de suivre les mouvements des échanges, nous rencontrons des séries d’années plus ou moins brillantes, plus ou moins funestes, dans tous les cas le relèvement est rapide et étend encore le cercle des opérations.

6Si l’explosion de la crise a lieu sur un seul point, elle ne tarde pas à se propager et à ébranler toutes les places qui sont en rapport d’affaires. Si même, comme en 1882 aux États-Unis, la crise tarde à se manifester et n’éclate que dix-huit mois après, néanmoins, dès 1882, la hausse des prix est arrêtée, quoique le marché se maintienne encore péniblement en équilibre pendant un certain temps.

7Le même retard avait déjà été observé en France et en Angleterre pour les crises de 1837 et de 1864. Dans les deux pays elles paraissaient terminées en 1838 et en 1864, quand la première éclate de nouveau en France et en Angleterre en 1839, la seconde en Angleterre seulement en 1866. Le marché avait résisté, il n’y avait eu d’abord qu’une demi-liquidation, il fallait cependant liquider, et la chute inévitable se produisait un peu plus tard.

8Les grandes guerres, les révolutions ne jouent pas le rôle que l’on est porté à leur attribuer. Ainsi au milieu des guerres de l’empire, avec le blocus continental, la marche des affaires n’est pas interrompue ; elle se développe quand même, en France et en Angleterre, malgré la lutte de leurs armées. La hausse des prix pousse toujours en avant, jusqu’à l’explosion de la crise de 1810, c’est-à-dire jusqu’à la liquidation, sans qu’on puisse accuser aucun événement politique particulier. Une grande guerre, nous venons de le voir en 1810, nous le reverrons en 1855 pendant la guerre de Crimée, ne supprime même pas la période prospère.

9Les révolutions n’ont pas une influence plus directe sur les crises. Celle de 1830, en France, amène une crise qui en mérite à peine le nom ; elle arrête un mouvement qui, en Angleterre, se continue jusqu’en 1832.

10La Révolution de 1848 éclate après la crise de 1847 ; on était déjà entré dans la période de liquidation, période plus pénible pour l’ensemble de la nation que l’explosion même de la crise, qui touchait surtout les maisons engagées dans de grandes spéculations, tandis que le ralentissement des affaires, leur suspension, diminuait, enlevait tout travail aux ouvriers.

11La crise de 1847, le malaise général qui en est résulté a été une des causes de la Révolution de 1848 ; comment la Révolution aurait-elle pu influer sur la crise qui l’a précédée ?

12En 1870, la déclaration de guerre imprévue, en pleine paix, a imposé une liquidation instantanée des affaires, comme nous l’indique le chiffre auquel s’est élevé le portefeuille de la Banque à la fin août, au moment où, pour se créer une réserve disponible, les négociants lui avaient fait escompter toutes leurs valeurs. La France était soumise à une liquidation prématurée et forcée, tandis que, le mouvement se continuant chez les nations voisines, la crise n’éclatait qu’en 1873.

13La même liquidation anticipée, avant la crise de 1864, s’était produite aux États-Unis au début de la guerre de la sécession, comme nous le verrons dans l’historique des crises.

14Les années de disette n’ont plus l’influence funeste qu’elles avaient autrefois, comme le prouvent les derniers hauts cours des céréales en 1877.

15Ainsi, aucun des grands accidents qui se rencontrent dans la vie des peuples n’a une influence directe sur l’explosion des crises, même quand tout est préparé, quand le foyer existe et qu’il ne manque qu’une étincelle pour l’allumer. La mesure, il est vrai, peut quelquefois être pleine dans un pays, et alors la crise éclate un peu plus tôt sur un point, comme nous l’observons en Europe en 1882, tandis que l’explosion n’a lieu aux États-Unis qu’en 1884.

16Si les accidents fâcheux, guerre, disette, épidémie, ne peuvent pas déterminer l’explosion des crises, il en est de même des accidents heureux pour le retour de la période prospère.

17Ainsi le calme matériel rétabli par le coup d’État de 1851 a été le signal d’une vive reprise d’affaires, mais cette reprise était déjà manifeste après la liquidation de la crise de 1847, et avant le dénouement de la révolution de 1848.

18Les époques de prospérité, de crise, de liquidation, tout en ressentant l’influence des accidents heureux ou malheureux dont se compose la vie des peuples, ne sont pas le résultat d’un coup de dé livré au hasard, elles relèvent de la conduite, de l’activité et surtout de l’habitude d’épargne de la population et de l’emploi du capital et du crédit mis à sa disposition.

19Autant le côté théorique a préoccupé l’opinion publique en Angleterre, autant il a été négligé en France. La Banque a vécu d’expédients, étendant, restreignant la circulation des billets et l’escompte des effets de commerce, achetant à grands frais des espèces et des lingots d’une main pour les rendre gratis le jour même à ses guichets, et recommencer le même jeu singulièrement favorable aux banquiers et aux changeurs qui alimentaient ces échanges.

20Jusqu’en 1847, l’administration de la Banque ne paraît pas comprendre la cause du drainage de son encaisse ; pour s’y opposer elle refuse l’escompte et achète des lingots. Ce n’est qu’à cette époque que, à l’imitation de la Banque d’Angleterre, elle porte pour la première fois le taux de l’escompte de 4 à 5 p. 100. Depuis ce moment, elle suit, à 1 ou 2 p. 100 près, les variations du marché de Londres. On n’avait pas songé à imiter l’Acte de 1844 et, sauf au moment du renouvellement du privilège, on ne s’était pas occupé du fonctionnement et du mécanisme de ses opérations. Il fallut la concurrence de la Banque de Savoie, en 1865, pour provoquer une enquête sur les conditions de la circulation fiduciaire, tandis qu’en Angleterre, depuis le commencement du siècle, les enquêtes se sont succédé après chaque crise jusqu’en 1857, c’est-à-dire jusqu’au moment où l’on a reconnu la puissance des variations du taux de l’escompte pour maintenir le niveau des réserves métalliques.

21Dans la première moitié du siècle, l’observation portait sur des chiffres bien modestes, quelques millions de francs ; dans la seconde, en France et aux États-Unis, ces chiffres prennent des proportions gigantesques, ce sont des centaines de millions, des milliards même qui paraissent et disparaissent. Or ce n’est pas seulement le volume, mais l’amplitude des oscillations qui doit nous étonner, confirmant ainsi la loi du retour périodique des crises commerciales.

22Si les conclusions des observations faites jusqu’en 1857 ont toujours la même valeur, on voit le parti que l’on peut tirer de l’étude de la situation des banques, telle que nous la donne la publication de leurs bilans.

23Cette étude porte déjà sur une longue période, puisque depuis 1856 il suffira de jeter un coup d’œil sur les articles publiés dans le Journal des Économistes et dans l’Économiste français pour constater que l’on peut reconnaître et signaler l’approche des crises et la reprise des affaires, c’est-à-dire la fin de la période prospère et de la période de liquidation ; le moment de sortir des affaires dans les hauts prix et d’y entrer dans les bas prix ; quoi de plus utile pour un industriel ou un négociant ?

24Bien plus, puisque les mouvements des échanges dominent tout le mécanisme social, on peut prévoir que partout et toujours l’état économique des populations, subissant les mêmes influences, sera entraîné dans le même sens.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter