Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des crises commerciales et de leur retour périodique

 | 
Clément Juglar

Des crises commerciales et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux États-Unis

Introduction à la première édition

Texte intégral

1Les recherches qui suivent remontant déjà à une époque éloignée, nous devons peut-être indiquer dans quelles circonstances elles ont été entreprises et comment on a été amené à observer et signaler ces oscillations si remarquables, qui étonnent au premier abord, et paraîtraient fortuites, si, par leur retour périodique en France, en Angleterre, aux États-Unis, elles ne recevaient une éclatante confirmation.

  • 1 Journal des Économistes, octobre-décembre 1851, janvier-juin 1852.

2Dans une étude sur le développement de la population en France1, et surtout sur le mouvement des mariages, des naissances et des décès, notre attention avait été éveillée par les variations si considérables que l’on observe dans les diverses années heureuses ou malheureuses, d’abondance ou de disette. Nous avions bien reconnu, ce qui déjà avait été indiqué, l’influence fâcheuse de la disette, des guerres, des épidémies ; mais nous voulions nous assurer s’il n’y aurait pas dans le mouvement des affaires et dans les transactions commerciales une nouvelle cause, bienfaisante ou funeste, qui, s’enchaînant avec les précédentes, se combinerait avec elles pour les aggraver encore par une fatale coïncidence.

3Quelques réflexions suffirent pour nous convaincre que le développement des escomptes de la Banque de France, résultat de l’activité des échanges, nous donnerait le tableau le plus fidèle de l’état des sociétés. Le dépouillement des comptes rendus annuels depuis 1800 nous découvrit alors, dans toute son évidence, la succession des périodes de prospérité et de crise dont se compose la vie des peuples.

4Un premier travail parut en 1856 dans l’Annuaire de l’économie politique. À la veille de la crise (avril et mai 1857), six mois avant qu’elle n’éclatât, une étude plus étendue, dont M. Passy voulut bien entretenir l’Académie des sciences morales et politiques, fut publiée dans le Journal des Économistes alors que la conclusion de la paix à la suite de la guerre de Crimée faisait espérer une renaissance des affaires et promettait une activité commerciale et industrielle supérieure à tout ce qui avait précédé.

5La spéculation à la Bourse, escomptant cet avenir, avait porté le 3 pour 100 de 61 fr. 15 cent, à 75 fr. 75 cent. L’année n’était pas écoulée que toutes les prévisions déduites de ce qu’on avait observé aux époques antérieures se réalisaient : le 3 p. 100, en pleine crise à la veille du coupon, était retombé à 66 fr. 35 cent. (novembre 1857).

6La démonstration paraissait complète pour la France, il fallait généraliser. En novembre 1857 un article sur la situation comparée des banques de France et d’Angleterre, inséré dans le Journal des Économistes, établissait une concordance parfaite ; les dernières recherches permirent d’y joindre les États-Unis, c’est-à-dire les trois grands pays de commerce et d’industrie.

7Les travaux les plus considérables ont été entrepris sur les banques en France, en Angleterre et en Allemagne, par les hommes qui ont le plus d’autorité dans ces matières. Tous, en reconnaissant que les crises commerciales ne sont pas un fait nouveau, mais le résultat d’altérations profondes dans le mouvement du crédit et dans les fonctions productives de la société, trop préoccupés de l’époque où ils écrivaient, ont cherché à expliquer par des circonstances spéciales et particulières, non par des causes générales, l’origine et la nature des crises. À toutes les époques, on a pris l’événement dominant du moment pour la cause de tout le mal. Tantôt c’était une perturbation intérieure ou extérieure ; et puis il était si commode d’accuser la mauvaise constitution des banques de circulation et notamment la limite artificielle qu’elles imposent à leurs opérations en les faisant dépendre de l’encaisse métallique ! On aimait à oublier que la condition essentielle de la circulation, c’est la disponibilité monétaire, que rien ne peut remplacer. D’ailleurs les banques subissent les crises et ne les produisent pas ; supprimer l’obligation de rembourser les billets à présentation en numéraire métallique, c’est amener dans un temps très court leur inévitable dépréciation. L’expérience a été faite en France, en Angleterre, aux États-Unis ; partout elle a été concluante. Quant au crédit, il offrait jadis d’insuffisantes ressources et il amenait des perturbations sérieuses pour des causes peu graves. Aujourd’hui il a pris une extension considérable, aussi les transactions dont il est l’objet présentent-elles une surface plus vulnérable et, quand elles sont troublées, elles amènent une crise plus étendue.

8On a cherché, surtout en Angleterre, à rendre la circulation fixe, pour ainsi dire, ou ne variant que dans de très étroites limites, dans les mêmes proportions que la réserve métallique, et cette savante combinaison, à laquelle on a tout sacrifié, a produit l’Acte de 1844, le régulateur de la banque d’Angleterre. Malheureusement, loin de prévenir aucune des commotions commerciales en vue desquelles on l’avait institué, on a dû le suspendre chaque fois que les circonstances devenaient critiques, en sorte qu’il ne fonctionne que quand son action est nulle : semblable à un frein au repos dont la moindre pression, loin de modérer le mouvement, menace de tout faire éclater.

9On s’explique difficilement comment des hommes comme MM. John Francis, Mac Culloch, Newmark, Mac Leod, Tooke, négligeant les liens qui établissent leurs relations, n’ont pas insisté sur le retour périodique des crises commerciales dans des circonstances semblables aux diverses époques, au lieu de faire une étude isolée de chacune d’elles. Ces circonstances sont tellement caractérisées et si constantes, qu’on peut dire qu’elles sont fondamentales et que, sans elles, il n’y a pas de crise. Nous ne pouvons attribuer cette lacune qu’aux difficultés de se procurer les documents officiels des opérations des banques, car les auteurs anglais n’en citent qu’un petit nombre. Les documents sous leurs yeux, ils auraient reconnu de suite l’enchaînement des périodes et n’auraient attribué aux événements qu’une part relative, comme celle de la dernière goutte d’eau qui, selon qu’elle tombe un peu plus tôt ou un peu plus tard, fait déborder un bassin déjà plein.

10Les mêmes influences ont dû produire les mêmes résultats dans tous les temps, malgré le peu d’extension du crédit aux époques antérieures ; la prospérité et la détresse des nations dépendaient des mêmes oscillations du commerce intérieur et extérieur et de son développement plus ou moins rapide ; comme de nos jours, elles cherchaient un remède et un soulagement à leur malaise dans des révolutions intérieures, tout au moins une distraction et un écoulement du trop-plein de la population dans des guerres extérieures, avec toutes leurs dévorantes conséquences. La grande crise de 1789, après les belles années du commencement du règne de Louis XVI, en serait un des derniers exemples, si nous n’avions eu depuis : 1793, 1814, 1830, 1848, 1854, 1859, 1870.

11C’est surtout dans ces moments, attristé par la ruine de quelques-uns et la gêne de tous, que l’on s’efforce de chercher des remèdes pour prévenir le retour de pareils accidents, car, la liquidation terminée, on ne songe plus à un retour inévitable ; on ne le croit même pas possible. Sans se préoccuper de la situation générale et de la prospérité des années qui ont précédé, on croit pouvoir, par des mesures artificielles, lois, règlements, restrictions, monopole ou liberté, trouver le moyen de les supprimer. Tour à tour on a proposé, selon l’impression du moment, soit le doublement du capital de garantie, soit la libre émission des billets avec suspension des remboursements, soit la facilité, la fixité même du taux de l’escompte. Tout a été préconisé, essayé, sans pouvoir apporter aucun obstacle ; souvent même, loin de détourner le mal en contrariant ou en soutenant la marche des affaires, on retardait l’explosion pour la rendre plus terrible.

12À la suite de ces bouleversements périodiques, précédés d’une série de belles et heureuses années, on est toujours surpris du développement des sociétés, de leur activité et de leur puissance.

13Les époques de renaissance et de décadence nous offrent dans les arts quelque chose d’analogue. On les observe aussi à toutes les époques, chez tous les peuples et dans tous les styles, avec cette différence toutefois que si, par un procédé graphique usité en statistique, on veut les représenter par les ondulations d’une ligne, on observe que les sommets de l’art vont s’abaissant toujours, tandis que ceux du commerce et de l’industrie s’élèvent sans cesse dans des proportions telles qu’aujourd’hui le monde entier leur sert de base.

14Nous ne nous dissimulons pas, malgré notre confiance dans les principes de liberté qu’enseigne l’économie politique, leur impuissance pour prévenir complètement ces ébranlements intermittents suivis d’une espèce de léthargie, d’où doit sortir une nouvelle phase plus brillante que les précédentes.

15Les crises, comme les maladies, paraissent une des conditions de l’existence des sociétés où le commerce et l’industrie dominent. On peut les prévoir, les adoucir, s’en préserver jusqu’à un certain point, faciliter la reprise des affaires ; mais les supprimer, c’est ce qui jusqu’ici, malgré les combinaisons les plus diverses, n’a été donné à personne. Proposer un remède à notre tour, quand nous reconnaissions le peu d’efficacité de ceux des autres, n’était pas possible, d’autant que leur évolution naturelle rétablit l’équilibre et prépare un sol ferme sur lequel on peut s’appuyer sans crainte pour parcourir une nouvelle période.

  • 2 Mémoire couronné par l’Institut. Rapport de M. Wolowski, au nom de la section d’Économie politique. (...)

16Ce fut en mai 1860 que l’Académie mit au concours l’étude des causes des crises commerciales, en la généralisant et l’étendant à l’Europe et l’Amérique du Nord durant le dix-neuvième siècle2.

17Pour traiter et résoudre la question, il fallait se procurer les documents officiels, c’était la difficulté. Les rapports au parlement anglais ont fourni presque tout ce que l’on pouvait désirer comme chiffres, à un jour donné, sauf plusieurs relevés annuels et un compte rendu de l’année résumant les principales opérations, comme ceux publiés par la Banque de France. Malgré l’extrême obligeance de M. Michel Chevalier, qui a bien voulu écrire à un de ses amis, directeur de la Banque d’Angleterre, nous n’avons rien pu obtenir.

18Pour les États-Unis, nous devons à la complaisance bien connue de M. Legoyt, directeur de la statistique générale de France, la communication des documents les plus précieux, entre autres le rapport présenté au congrès sur la crise de 1857.

19Les autres publications officielles, mises à notre disposition par M. Wattemare et M. Bailly, à l’hôtel de ville, avec un empressement et une complaisance que notre reconnaissance nous oblige à signaler ici, nous ont permis de donner sur la situation des banques des documents épars, difficiles à réunir et encore inédits pour la plupart. Il est regrettable que les publications officielles se bornent à donner la situation des banques à la fin de décembre, sans aucun détail sur les opérations de l’année entière.

20Enfin, pour la France, outre les publications de la Banque, M. le comte de Germiny, M. Gauthier, M. Marsaud, ont bien voulu nous communiquer les résultats inédits qui nous paraissaient intéressants : qu’il nous soit permis de leur adresser tous nos remerciements et de leur témoigner toute notre gratitude. De même MM. Barbier, De Manne, Desmarets, Miller, Pilon, aux bibliothèques du Louvre, de la chambre du commerce, de la rue de Richelieu et du Corps législatif, ont singulièrement facilité nos recherches en nous permettant de consulter des collections qu’on ne pouvait se procurer ailleurs.

21Ces matériaux recueillis, nous les avons rapprochés, et notre attente n’a pas été trompée quand nous avons pu constater qu’ils concordaient parfaitement. L’Allemagne seule ne nous a rien offert sur une assez longue période ; nous n’avons pu utiliser que les publications les plus récentes sur Hambourg et la Banque de Prusse.

22Ainsi, ce qui d’abord ne paraissait que l’accessoire est devenu la partie principale et dominante. Les opérations des banques, l’extension et la contraction des escomptes, l’abondance et la rareté du numéraire, malgré une importation de trois milliards en or dans la dernière période, ont entraîné comme conséquence les modifications profondes que l’on observe dans les mouvements de la population, dans le commerce, importations et exportations, dans les revenus, impôts directs et indirects, enfin dans le crédit public, assez bien représenté par les cours des valeurs de l’État à la Bourse. De sorte que tout marche solidaire, soumis aux mêmes influences, et comme obéissant à la même puissance d’expansion et de retrait.

23Les mauvaises récoltes, la cherté des céréales, les disettes, par leur retour périodique, se rencontrent assez souvent dans notre pays avec l’engorgement du portefeuille des banques et apportent une nouvelle complication à une situation déjà mauvaise : leur présence n’est cependant pas indispensable pour produire une crise commerciale ; nous en avons la preuve en observant ce qui se passe en Amérique, où, malgré le bas prix des céréales, le développement des escomptes, l’abus du crédit porté à un certain degré, les fait éclater un peu plus tôt qu’en Europe, la situation des deux côtés étant aussi embarrassée.

24Si la disette se rencontre avec le trop-plein des portefeuilles, la crise sera plus grave sans doute, mais ce ne sera toujours qu’un accident, cause de troubles d’autant plus grands que, la pyramide du crédit se trouvant renversée, à la moindre nouvelle secousse tout s’affaisse et croule. La dépression du portefeuille indique bien si la liquidation a été radicale et profonde, et dans ce cas on peut promettre une reprise active et durable des affaires. Si, au contraire, il n’y a qu’un temps d’arrêt, une légère diminution des escomptes, une demi-liquidation, en un mot, on se relève un peu, mais pour retomber bientôt (1837-1839, 1864-1866).

25Une guerre à l’étranger (guerres de Crimée et d’Italie), un grand débouché fermé à l’importation et à l’exportation (guerre de Sécession), peuvent entraîner un malaise, une gêne dans un certain nombre d’industries, mais ne peuvent produire une crise commerciale ; elles y prédisposent ou donnent le dernier coup, et la preuve, c’est qu’en France et en Angleterre les années 1854 et 1855 furent les plus belles de la période. En France, en 1860, malgré le blocus des ports des États du Sud, le chiffre total en quintaux métriques des importations et des exportations a dépassé celui des années antérieures. En Angleterre, le total des exportations, qui s’élevait à 135 millions de livres sterling en 1860, est tombé à 125 millions en 1861, somme encore de 3 millions supérieure à tous les maxima antérieurs, baissant seulement de 10 millions, pendant que les embarras du marché américain leur faisaient perdre 12 millions.

26Les traités de commerce n’ont aussi qu’une action secondaire, car en Angleterre, malgré le débouché français, on se plaint autant que de ce côté du détroit.

27L’exagération du commerce intérieur et extérieur à des prix enflés par la spéculation et non aux prix naturels, voilà une des principales causes de tous les embarras pour la vente des produits. Le dernier détenteur ne pouvant les écouler à un prix supérieur, tous les échanges sont arrêtés, la marchandise offerte, la baisse rapide de 25 à 30 pour 100 en quelques mois, effaçant ainsi en un instant la hausse de plusieurs années.

  • 3 Malgré le soin qu’on a mis à recueillir les chiffres sur les documents officiels anciens et moderne (...)

28Nous réclamons l’indulgence du lecteur pour tous les chiffres qui se trouvent dans le texte. En nous appuyant non seulement sur des relevés statistiques, mais sur de grands nombres, sur de longues périodes, et dans trois grands pays, nous pensons avoir rempli beaucoup mieux que par des assertions toujours discutables les principales conditions d’une démonstration scientifique. Ce n’est que par une lecture attentive, et en consultant souvent les tableaux généraux, que l’on se pénétrera du mécanisme des crises, de leur développement, de leur explosion et de leur liquidation3.

29La répétition constante des mêmes accidents donne une monotonie réelle à notre historique : nous sommes forcés de passer successivement et toujours par les mêmes phases, non sans causer un certain ennui à l’esprit, toujours avide de variété et de nouveauté ; n’est-ce pas cependant la meilleure confirmation de ce que nous voulions démontrer ? Nous aurions pu ajouter quelques détails sur le rôle des principaux personnages, banquiers et financiers, pour animer notre récit, mais c’eût été nous distraire et nous détourner de notre but.

30Le renouvellement et la succession des mêmes faits, dans des circonstances différentes, dans tous les temps, dans tous les pays et sous tous les régimes, voilà ce qu’il fallait faire remarquer. On nous pardonnera de n’avoir pas répandu plus de charme dans notre récit, si les chiffres, malgré leur aridité, mais aussi avec leur précision et leur éloquence, ont été nos meilleurs interprètes.

Notes

1 Journal des Économistes, octobre-décembre 1851, janvier-juin 1852.

2 Mémoire couronné par l’Institut. Rapport de M. Wolowski, au nom de la section d’Économie politique. Comptes rendus de l’Académie des sciences morales et politiques.

3 Malgré le soin qu’on a mis à recueillir les chiffres sur les documents officiels anciens et modernes en France, en Angleterre et aux États-Unis, ces chiffres ont depuis été rectifiés et il n’y a pas toujours concordance parfaite entre eux. On ne sera donc pas surpris si les chiffres donnés ne correspondent pas toujours à la dernière publication officielle, quoique puisés antérieurement à la même source.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter