Version classiqueVersion mobile

Mussolini socialiste : littérature et religion

Mussolini socialiste : littérature et religion

Texte 33

Le pangermanisme théorique

Texte intégral

  • 1 Plusieurs parties de l’ouvrage ont été publiées antérieurement sous forme d’articles. Le chapitre (...)

À la fin des années 1900, la revue La Voce, dont Mussolini était un lecteur assidu, avait lancé un projet d’enquêtes sur les différentes régions d’Italie ou considérées comme devant lui appartenir. Dans une lettre à Prezzolini, Mussolini fait part de son enthousiasme et souhaite apporter sa contribution en rédigeant des « Lettres trentines ». En septembre 1909, il estime avoir recueilli tout le matériel nécessaire mais, expulsé de l’empire austro-hongrois le 26 septembre, il ne commence la rédaction qu’une fois en Italie. Dans les mois qui suivent, il corrige et complète longuement son essai en suivant les conseils de lectures et d’écriture de Prezzolini qui relit et commente au fur et à mesure le manuscrit. Le texte est finalement publié en avril 1911, dans la collection des « Quaderni della Voce », sous le titre « Le Trentin vu par un socialiste (Notes et informations) »1.

Dans le premier chapitre – traduit ici – Mussolini expose, pour les dénoncer, les thèses de plusieurs théoriciens du pangermanisme, de Gobineau à Reimer, en passant par Chamberlain, Lapouge et Woltmann. Dans la suite de l’ouvrage, il énumère les actions des associations pangermanistes dans le Trentin, auxquelles fait face la Ligue nationale de défense de l’italianité linguistique, puis il propose une analyse des trois principaux partis – libéral-national, populaire, socialiste – de la région. Enfin, il ajoute une annexe qui contient des réflexions sur la langue italienne et le dialecte dans le Trentin. Le livre est assez mal reçu, en particulier par les libéraux-nationaux qui le jugent diffamatoire envers les habitants italiens dont Mussolini dénonce en creux l’absence de sentiments patriotiques.

Le pangermanisme théorique2

  • 2 D’après Il Trentino veduto da un socialista. Note e notizie, coll. Quaderni della Voce (n. 8), Giu (...)
  • 3 Voir plus haut les sources détaillées par Mussolini.
  • 4 Original : « Padri » ; OO : « padri ».

1Le pangermanisme conscient des intellectuels n’est rien d’autre que l’explication, la justification et l’apologie du pangermanisme pratique qui conquiert les marchés du monde et dérobe à l’Angleterre sa clientèle coloniale. On remarquera toutefois que les précurseurs du pangermanisme « allemand », ainsi que les principaux doctrinaires de ce dernier, ont fleuri en premier lieu sur le sol français. Déjà chez Ernest Renan, on relève avant la « crise » de 1870 des marques de sympathie pour le pangermanisme aryen, que Seillère a diligemment relevées3. Mais Gobineau est le vrai doctrinaire du pangermanisme. Son Essai sur l’inégalité des races est l’évangile du germanisme. Le pangermanisme est, pour lui, « la manifestation de l’aryanisme impérialiste » et la race aryenne est celle qui porte en son sein les formes supérieures de la civilisation. Il y a aujourd’hui deux races sur le sol européen : la race indo-aryenne supérieure, demeurant au nord, et la race latine ou « chaotique », croisée avec la race sémite, grouillant au sud. Cette dernière est une menace continue, un danger permanent pour la première. Le germanisme doit donc purifier l’Europe, en réduisant en esclavage et en éliminant graduellement la race inférieure, la race chaotique ou méditerranéenne, incapable d’adopter un niveau de vie élevé. Naturellement, tout ce qui a été fait de noble, de grand, d’héroïque, est l’œuvre de la race aryenne ; tout ce qui est vil est, pour sûr, produit par la race « chaotique ». La prédominance accidentelle de cette seconde race nous donne les époques ténébreuses de l’histoire ; l’hégémonie aryenne, les époques lumineuses. La couleur de la peau est la couleur de l’âme. Ainsi, selon Gobineau, nous avons une psychologie noire, une jaune, une blanche. La psychologie noire est celle des peuples méditerranéens qui ont survécu à la corruption impériale, enfermés dans les anciennes frontières de l’empire. Ce sont les peuples qui durant la longue paix romaine se fondirent et se confondirent, en mélangeant le sang syriaque et le sang abyssin, le sang numide et celui des Baléares, sur les sols de France et d’Espagne. Ce mélange, retenu et contenu par les derniers représentants des anciennes lignées humaines aristocratiques jusqu’à l’époque des Césars, devint irrésistible avec Caracalla, qui élargit le droit de citoyenneté à tous les sujets de Rome dominés dans le bassin sud-européen. Ce n’est pas tant le changement des formes politiques, de républicaines à monarchiques, qui marque le début de la décadence de Rome, que la corruption des souches [stirpe] dominatrices au contact trop fréquent et prolongé avec les peuples inférieurs. Ceci est un motif nietzschéen. L’époque ténébreuse qui débute par le mélange des souches [stirpe] dans la Rome post-césarienne, n’est rompue que par les Pères4 de l’Église, devant lesquels Gobineau s’incline. Puis, le noir complet, jusqu’à la Réforme, œuvre du germanisme, lequel dès lors n’a pas interrompu sa marche vers des formes de vie supérieure et ne l’interrompra plus, s’il sait se préserver de la contagion du brachycéphale alpin.

  • 5 En français dans le texte, et sans italiques.

2Après le Français Gobineau, voici un autre Français, Lapouge, tout aussi pillé par les pangermanistes. Lapouge, professeur à l’Université de Montpellier, admet, comme Gobineau, l’existence de deux races dans tous les pays d’Europe : une race de conquérants et de maîtres de droit originel, les Aryens ou Européens (homo europaeus) et une race de vaincus et d’esclaves (les Celtes ou les Alpins). Les différences entre les deux races sont très profondes, tant du point de vue physique que moral. L’individu appartenant à la race aryenne est grand, blond, il a les yeux clairs, le teint blanc, ainsi que le crâne de forme allongée. L’Alpin est brachycéphale (la base du crâne est large et plate), petit de taille, il a les yeux et les cheveux bruns. De même pour son teint de peau. Les différences morales ne sont pas moins profondes. L’Aryen est audacieux, l’Alpin est timide ; le premier est protestant, le second est catholique ; l’Aryen a le concept de patrie, l’Alpin n’a que celui de famille ; l’Aryen est chercheur d’idées, l’Alpin est au contraire accumulateur ; l’Aryen est né pour commander, l’Alpin pour servir. Les Alpins autochtones vivaient, selon Lapouge, dans les montagnes et dans les forêts dans un état presque simiesque à l’Âge de pierre. Les Aryens s’en servirent comme bêtes de somme. Puis au cours des siècles le mélange entre les deux races confondit leurs différents caractères, si bien qu’aujourd’hui la race inférieure, la brachycéphale alpine ou race du chaos, menace sérieusement la pureté de la race blonde. Gare, si cette pureté menacée aujourd’hui venait à disparaître demain. L’avenir de la civilisation serait irrémédiablement compromis. C’est pourquoi Lapouge, inquiet des conséquences de ce croisement, propose, pour conserver la pureté de la race blonde, l’application, avec ténacité et courage, de principes de sélection radicaux. Il propose l’emploi de la sélection artificielle positive et négative : positive en favorisant la reproduction des individus aptes, avec des procréateurs « eugéniques », c’est-à-dire choisis ; négative en détruisant sans pitié les éléments parasites, en rétablissant partout la peine de mort et en facilitant pour les dégénérés, les avariés et débauchés5, la satisfaction effrénée de leur vice, parce que cela permettrait de les éliminer rapidement. Une ville, dit Lapouge, où l’on vendrait vin et liqueurs gratuitement, deviendrait tout de suite la Mecque de tous les alcooliques, lesquels libéreraient tous les lieux sains de leur présence nuisible, ne corrompraient pas d’autres individus par leur exemple et, tués par le vice, disparaîtraient en peu de temps. Ces principes, nous les retrouverons chez les auteurs du pangermanisme allemand. Pour résumer : Lapouge, comme Gobineau, déclare « élue » la race aryenne, aujourd’hui représentée en grande partie par le germanisme, bien qu’elle ne soit pas limitée aux frontières actuelles de l’Empire allemand. (Selon les pangermanistes, douze millions de Français appartiennent aussi à la race élue). La race inférieure est la race brachycéphale dispersée sur les terres de l’ancien Empire romain. La première est un facteur de civilisation, la seconde en est la négation. Cette dernière doit disparaître ou être réduite aux services les plus humbles et nécessaires, pour ne pas entraver la race aryenne dans son ascension. Pour faire disparaître la race chaotique et pour extraire de son sein tout ce qu’elle contient de germanique, les classes dirigeantes appliqueront la sélection artificielle. Celle-ci, au bout de quelques générations, nous donnera une humanité d’hommes élus, qui pourront réaliser ces formes de coexistence sociale que les différentes écoles socialistes défendent aujourd’hui avec force. Sans une purification des races, par l’élimination graduelle de la race inférieure, le socialisme ne sera jamais réalisable !

3Après les précurseurs français, le pangermaniste le plus convaincu, le plus enthousiaste et le plus discuté a été Houston Stewart Chamberlain. Son livre Die Grundlagen des neunzehnten Jahrhunderts constitue le véritable évangile du pangermanisme.

4Chamberlain naquit à Portsmouth en 1855, passa son enfance à Versailles et fit ses études en Angleterre, suivit les cours universitaires dans les universités allemandes de Suisse. Chamberlain commence comme botaniste puis, sa santé ne lui permettant pas de se dédier aux expériences de laboratoire, il se transforme en critique wagnérien, finit comme prédicateur de l’impérialisme germanique avec une œuvre qui se distingue plus par son volume que par la profondeur de sa doctrine.

5Le critère qu’il introduit pour distinguer les races n’est pas seulement physique, mais spirituel, et même principalement spirituel. La couleur des cheveux, la forme du visage, la forme et la capacité des crânes, ne sont pas des éléments nécessaires dans l’absolu pour distinguer une race de l’autre. Les cheveux blonds, les yeux clairs, la grande taille, la couleur blanche valent peu, s’il manque chez l’individu les qualités « germaniques » de l’âme. Les traits spirituels sont donc essentiels et ce sont eux que nous devons rechercher et fixer pour ne pas nous tromper et confondre Germains et Alpins. Pour trouver avec promptitude et certitude ces traits psychiques de différenciation, il faut avoir ce coup d’œil inné propre aux éleveurs professionnels. Ici l’influence de Darwin, de Gobineau et de Lapouge se fait sentir, puisque Chamberlain aussi veut la fabrication d’une race élue. But non inatteignable si on applique les principes de la sélection artificielle positive et négative, pourquoi pas en favorisant le croisement, qui ne doit en revanche pas se prolonger, ni mêler des sangs trop différents. Avec ce critère purement personnel, Chamberlain trouve que David, Goliath et peut-être Salomon étaient Germains, que Dante était Germain, que toute la Renaissance était œuvre du germanisme.

« Il suffit, dit Chamberlain, d’une seule promenade au musée de Berlin, dans la galerie des bustes de la Renaissance, pour se convaincre que le type des grands Italiens de cette époque-là a totalement disparu… »

6C’est un naufrage complet que le « germanisme italien » a subi depuis le xve siècle. Pour Chamberlain, Luther est le Germain, Loyola est le Latino-Méditerranéen ; Napoléon, toujours pour Chamberlain, est « le grand capitaine du chaos des peuples », alors que Goethe est le prototype parfait de l’Aryen, l’homme dans son excellence. Pour le disciple de Chamberlain, le docteur Woltmann, Napoléon et Goethe sont tous deux de merveilleuses productions du germanisme. Quoi qu’il en soit, le chaos des peuples existe et c’est une tare de la civilisation.

« Ceux qui, dit Chamberlain, voyagent de Londres à Rome, vont du brouillard au soleil, mais ils passent en même temps d’une civilisation raffinée et d’une culture élevée à la barbarie, la saleté, la brutalité, l’ignorance, la fausseté et la misère. Ce n’est pas un spectacle de décadence auquel on assiste au sud : c’est un arrêt pur et simple du développement ; ces populations-là sont restées à la civilisation impériale romaine pendant que le monde allait de l’avant. Aujourd’hui, c’est vrai, ils commencent à singer le nord, mais au lieu d’en assimiler la culture supérieure, ils finissent par perdre les restes pittoresques de leur originalité passée. Le “méditerranéen” est tellement bas sur l’échelle culturelle, que Séville et Athènes sont aujourd’hui des villes “moins européennes” que New York et Melbourne. Il y a, entre les germains et les “chaotiques”, un abyme au-dessus duquel il est impossible de jeter un pont. »

  • 6 En français dans le texte.
  • 7 En latin dans le texte (« sigillum »).

7Naturellement toutes les époques qui marquent un tournant6 de l’histoire sont dues à l’élément germanique. La Renaissance italienne ou latine en général est l’œuvre d’éléments germaniques. Raphaël était blond, Michel-Ange ne voulut pas apprendre les langues classiques (les langues du chaos), Giotto était allemand. La révolution française est un produit des Germains. En effet, tous les encyclopédistes ou presque étaient germains. Au reste, les révoltes des paysans « éclataient, dit Chamberlain, avec la fureur proverbiale du Germain qui a patienté trop longtemps ». Mais la race chaotique reprend le dessus avec cette Déclaration des droits de l’homme, négation de l’impérialisme, qui a besoin, pour s’affirmer, d’une stricte division des castes. Aujourd’hui, la grande Europe est l’Europe germanique. Là-bas, c’est l’équilibre. En Europe méditerranéenne, c’est le déséquilibre et la dissolution. La future unité européenne portera le sceau7 germanique.

  • 8 Mussolini forge ici en italien le néologisme « cristista », inconnu des dictionnaires italiens de (...)

8Chamberlain prépare déjà un nouveau verbe religieux pour cette Europe d’hommes élus. Sa religion n’a rien de commun avec ce qu’il nomme la « monolâtrie » judaïque, incapable d’élever les âmes jusqu’aux ravissements du mysticisme. Elle n’a pas davantage de points de contact avec le monothéisme méditerranéen, devenu une « idolâtrie ». Chamberlain est hostile à l’universalisme de l’Église de Rome. Il lui semble dangereux pour des hommes qui tendent à la conquête du monde et ont besoin d’une religion parfaite. Il propose au contraire un retour à l’Évangile, libéré de tous les masques contradictoires dont l’ont recouvert les prêtres de Rome. Une religion christiste8 qui ait le Christ comme point d’origine, voilà l’idéal de Chamberlain. Pour lui, le Christ est probablement un aryen ; à coup sûr son tempérament était germanique. Le Christ n’est pas, pour Chamberlain, le prophète de la résignation, mais le prophète de la conquête ; il ne s’adresse pas aux humbles mais aux guerriers. L’explosion de colère qui lui fit prendre les fouets en main pour chasser les marchands du temple est une révélation de la qualité germanique de son esprit : la négation évidente du pharisaïsme usurier des Juifs. Le Christ est un impérialiste.

9Son évangélisme, convenablement modernisé et purifié peut servir de base au christianisme germanique de Chamberlain. Kant et Schopenhauer ont préparé la nouvelle religion. À présent, son triomphe est une question de vie ou de mort pour le germanisme.

« Si, dit Chamberlain, une renaissance vigoureuse de l’idéalisme, créatrice et, en même temps, spécifiquement religieuse, ne se produit pas parmi nous, les Germains, si nous ne possédons plus la force plastique nécessaire pour tirer des paroles et de l’aspect du Fils de l’Homme crucifié une religion complète, vivante, adaptée à notre caractère, à nos dispositions, à l’état actuel de notre culture, une religion si instantanément convaincante, d’une beauté si fascinante, présente, plastiquement mobile, éternellement vraie et toutefois si neuve que nous devrions nous abandonner à elle sans résistance, comme l’aimée dans les bras de l’amant, sans paroles, sans hésitation, le cœur plein d’enthousiasme, une religion parfaitement modelée sur notre essence germanique particulière (qui est, nous le savons, pleine de qualités mais prompte à la chute) au point de nous rendre capables de nous emparer de nous-mêmes, de nous ennoblir et de nous fortifier jusqu’au fond de l’âme, si nous ne nous acquittons pas de cette tâche, nous échouerons aussi dans la conquête du monde. »

10Ces sensations de semi-extase sont donc des éléments essentiels du christisme germanique de Chamberlain. Comment les exciter ? Au moyen de l’art, ce fil d’or qui, selon Chamberlain, met en communication le monde de la nature avec le monde de l’esprit.

11Et quel art excitera plus rapidement et plus profondément l’esprit, le menant aux intuitions mystiques du christisme germanique ? La musique. Wagner est le chantre du nouveau verbe. Sans Wagner, Chamberlain n’aurait pas voulu vivre et à coup sûr il n’aurait pas pu produire. Pour Chamberlain, l’art de Wagner est religieux. C’est « une révélation instantanée et vivante de l’inconnaissable ». Sans la musique, donc, ou l’art en général, le christisme germanique de Chamberlain demeurerait lettre morte. Et sans l’aide de cette nouvelle religion il est impossible de vaincre en nous les restes du chaos, pour mener au triomphe les qualités germaniques qui attendent d’être réveillées.

12Comme toutes les œuvres paradoxales, celle de Chamberlain aussi est hérissée de contradictions. Parfois on en trouve dans une même page. Il flagelle et caresse, indifféremment, de la même main. Et tour à tour il est tyrannique et indulgent. Le critère de la reconnaissance psychologique ou des affinités électives qu’il introduit dans sa conception du germanisme fait tomber les exclusivismes qui condamnaient les non-aryens à végéter hors de l’orbite lumineuse de la civilisation. Quiconque se montre germain et le prouve par ses actes, est germain, quel que soit son arbre généalogique. Tous donc, même les Africains, dès lors qu’ils font profession de foi germanique, pourront faire partie de la future grande civitas germanique. Que cela console tous ceux qui perçoivent, derrière les théoriciens du pangermanisme, les dangers de la conquête guerrière et, par conséquent, de leur servitude personnelle.

  • 9 L’homme politique allemand et théoricien du socialisme Eduard Berstein (1850-1932) inaugura le cou (...)

13Ludwig Woltmann a repris le motif de Chamberlain, sans y apporter beaucoup de variations. D’ailleurs, il vécut trop brièvement pour nous donner un « système » complet, selon le goût des penseurs allemands. Il mourut noyé dans la mer tyrrhénienne au début de 1907. Woltmann commence par être socialiste, sous l’influence de Marx, et participe au mouvement. Lui aussi est révisionniste. Il tente, avec Berstein9, de rajeunir Marx. Il n’y parvient pas et abandonne la politique pour passer, grâce à l’influence de Nietzsche, sous l’étendard de l’impérialisme. Pour Woltmann aussi la Renaissance italienne est une étape intellectuelle de la race germanique soumise à certaines influences locales de l’environnement et de la tradition. Les grands hommes italiens et latins de l’époque furent Allemands. Leurs noms trahissent leurs origines germaines. Ainsi Donatello Bardi vient de Barth ; Giotto est l’allemand Jotte ; Alighieri est Aigler ; Bruno est Braun ; Ghiberti est Wilbert ; Santi est Sandt ; Vinci est Winke ; Vecellio est Wetzel ; Tasso est Tasse ; Buonarotti est Bohnrodt. Et les Espagnols Velásquez et Murillo étaient Velalrisch et Moerl. Le caractère artificiel de la déformation de ces noms est tellement évident qu’il n’est pas nécessaire de perdre du temps à la réfuter.

14Pour Seillère, « Woltmann fut un germaniste dans le sens purement philosophique du mot, un aryaniste, un prophète mystique des destins de la race blonde dispersée sur le globe entier et pas vraiment un pangermaniste dans le sens actuel et politique du mot ». Tellement peu pangermaniste en ce dernier sens qu’avant de finir aussi tragiquement sa vie il doutait de la mission civilisatrice de la race allemande.

15« Je doute, disait-il, que la forme de l’esprit allemand, comme de la politique prussienne, soit la plus caractéristique de l’âme germanique et la plus digne de la race blonde ».

16Un vrai pangermaniste, dans le sens politique et dangereux du mot, est l’Autrichien L. Reimer. Comme une grande partie des pangermanistes autrichiens, c’est un Germanique d’adoption et un sujet spirituel des Hohenzollern. Reimer est le fils légitime de Gobineau, de Chamberlain, de Lapouge, de Woltmann. Pour Reimer, à la différence de Gobineau et de Chamberlain, ni le sémitisme ni la latinité ne sont les ennemis du germanisme, le seul ennemi du Germain est le Germain et l’hégémonie du globe a été disputée depuis quinze siècles entre des puissances germaniques pas toujours conscientes de leur être ni de leur origine. Pour Reimer, lors de la première comme de la seconde épopée napoléonienne, c’est l’âme germanique qui, sous l’étiquette française, tente de réaliser son rêve : l’empire universel. La nation qui renferme en elle le plus d’éléments germaniques, la Prusse, est destinée à l’accomplir, malgré la résistance active et passive de l’alpin brachycéphale, race inférieure d’esclaves. En accord avec Woltmann, Reimer reconnaît aussi que le mouvement ouvrier actuel, considéré du point de vue anthropologique, n’est rien d’autre que l’effort d’ascension de la couche supérieure, ou germanique, de la classe ouvrière vers le pouvoir et vers la liberté. C’est une autre face de l’impérialisme. Le premier combat se déroule classe contre classe ; le second race contre race. Les révolutionnaires d’aujourd’hui, comme les révolutionnaires de 1789, appartiennent au germanisme. Saint-Just, Robespierre, Siéyès, n’étaient certainement pas des « brachycéphales mongoloïdes ». Ils n’auraient pas fait la révolution.

17Reimer estime que la révolution ouvrière ne sera pas possible si le prolétariat, en particulier le prolétariat allemand, ne renonce pas à l’internationalisme universel, dangereux héritage de l’idéal catholique qui embrasse aussi les races inférieures corruptrices des races supérieures. De même que les ouvriers blancs se défendent de la concurrence des jaunes ou des noirs, les Germains dolichocéphales doivent se garantir contre la concurrence des brachycéphales alpins. Au mot d’ordre marxiste, « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous » il faut substituer celui-ci : « Prolétaires germains de tous les pays, unissez-vous ! » La révolution ne sera possible qu’ainsi.

18Le concept d’élites que Pareto a introduit dans sa sociologie pour expliquer la succession des diverses classes au pouvoir économique et politique des sociétés, ce concept fait son apparition dans l’anthropologie pangermaniste de Reimer. L’élite germanique du prolétariat arrivera au plus haut degré de la pyramide sociale pourvu qu’elle sache se séparer de la masse chaotique et qu’elle sache la repousser. Que le prolétariat allemand soit en train de se libérer de l’internationalisme vieille manière est une vérité. Il ne nous semble pas que Reimer et Cie y soient pour beaucoup. Mais c’est un fait que l’internationalisme des socialistes allemands est bien différent de l’internationalisme des socialistes latins, en particulier français. Les socialistes allemands, comme tous les autres citoyens, veulent une Allemagne forte, aguerrie, capable de vaincre non seulement dans les luttes industrielles mais aussi dans une guerre. Le chauvinisme est une maladie plus diffuse en Allemagne qu’en France. Cette maladie connaît en Allemagne des explosions symptomatiques. La descente du Bavarois Mayer dans le Trentin pour s’emparer du château de Pergine en est un exemple très récent. Mayer et sa bande furent repoussés par des jets de pierres, mais le château de Pergine, situé dans un des lieux les plus délicieusement panoramiques de la Valsugana est aujourd’hui allemand parce que les pangermanistes l’ont acheté à l’évêque italien de Trente ; et le médiateur du contrat a été l’un des membres les plus influents de la Ligue nationale, qui comme chacun sait, a pour but de maintenir intacte l’italianité linguistique et territoriale des pays italiens soumis à l’Autriche.

19Selon Reimer, le programme du pangermanisme doit être la conquête pacifique ou violente des pays moins germaniques, en annexant à l’Allemagne les territoires de l’Italie septentrionale, de la France orientale, de l’Autriche allemande et de toutes les petites nations du Nord où l’élément germanique est prédominant. Ce rêve de conquête européenne (l’Allemagne est arrivée trop tard pour se créer un empire colonial) est le rêve qui échauffe la jeunesse allemande. Les comités pangermanistes qui recrutent tant de forces parmi la jeunesse universitaire ont déjà publié et abondamment diffusé une carte géographique représentant l’Europe vers 1950. Tout le centre de l’Europe est devenu allemand. Les petites nations qui aujourd’hui entourent l’Allemagne ont disparu, englouties par l’Empire. L’Italie a ramené ses frontières à Udine. Trieste est allemande. Cette carte n’est pas une anticipation à la Wells. Il sera fort difficile que Trieste devienne un jour politiquement italienne. C’est l’Allemagne qui tend vers Trieste. Si, demain, l’Allemagne possédait Trieste, l’Angleterre verrait son hégémonie méditerranéenne irrémédiablement minée et Malte deviendrait sans doute une forteresse allemande.

20Et les pangermanistes ne se contentent pas d’indiquer avec de tels plans les buts idéaux de la race blonde ; ils indiquent aussi les moyens pour la préserver des hybridations qui, en troublant sa pureté, compromettraient son destin.

21Et Reimer prend chez Lapouge la méthode de la sélection artificielle, aussi bien négative que positive. La civitas germanique aurait de rigides divisions de caste, comme dans les sociétés de l’Orient. En haut, il y aurait le groupe des purs Germains, qui dirigeraient politiquement et spirituellement la société ; au milieu, les semi-Germains, tolérés ; en bas du piédestal les non-Germains, poussés à la stérilité et à la mort. Le brachycéphale alpin serait destiné aux travaux les plus lourds et les plus malsains, vraie bête de somme, sans droits et sans avenir. Voici le tableau de la société germanique tel qu’il nous est présenté par le Bellamy du pangermanisme, le docteur Reimer.

Notes

1 Plusieurs parties de l’ouvrage ont été publiées antérieurement sous forme d’articles. Le chapitre « Il pangermanismo teorico » est publié sous le titre « Il pangermanismo » dans Pagine Libere pendant la deuxième quinzaine de septembre 1910 avec quelques légères variantes que l’historien Giorgio Fabre a mises en avant pour développer sa thèse d’un Mussolini raciste dès les premières années de sa carrière (G. Fabre, Mussolini razzista. Dal socialismo al fascismo : la formazione di un antisemita, Milan, Garzanti, 2005). À la fin de son texte, Mussolini liste ses sources : « Gobineau, Essai sur l’inégalité des races ; Lapouge, Les sélections sociales – L’Aryen et son rôle social ; Chamberlain, Les Assises du xixe siècle odver Die Grundlagen des XIX. Jahrhunderts [sic], Woltmann, Die Germanen und die Renaissance in Italien (1905), Die Germanen in Frankreich (1907), Politsch-Antropologische Revue ; Reimer, Ein pangermanisches Deutschland (1905), Grundzüge deutscher Wiedergeburt (1906), Ernest Seillère, Revue des deux-mondes (1er-15 décembre 1903, 1er janvier 1905, 15 novembre 1907, 1er mars 1909) et Ernesto Caffi, « Il pangermanismo intellettuale », Nuova Antologia, 1er avril 1910 ». L’annexe est publiée avec quelques très rares modifications dans La Voce du 6 janvier 1910 sous le titre « La lotta linguistica nel Trentino ».

2 D’après Il Trentino veduto da un socialista. Note e notizie, coll. Quaderni della Voce (n. 8), Giuseppe Prezzolini (éd.), Florence, 1911.

3 Voir plus haut les sources détaillées par Mussolini.

4 Original : « Padri » ; OO : « padri ».

5 En français dans le texte, et sans italiques.

6 En français dans le texte.

7 En latin dans le texte (« sigillum »).

8 Mussolini forge ici en italien le néologisme « cristista », inconnu des dictionnaires italiens de référence.

9 L’homme politique allemand et théoricien du socialisme Eduard Berstein (1850-1932) inaugura le courant réformiste.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search