Version classiqueVersion mobile

Mussolini socialiste : littérature et religion

Mussolini socialiste : littérature et religion

Texte 32

Nationalisme

Texte intégral

Le 10 décembre 1910, Mussolini publie dans La Lotta di classe, le journal de la section socialiste de Forlì dont il a pris la direction, un article sur le nationalisme auquel il s’oppose fermement au nom de ses positions internationalistes. L’article paraît au moment de la fondation à Florence par Enrico Corradini de l’ANI (Association nationaliste italienne). Celle-ci prend position en faveur de l’intervention italienne en Libye et participe ensuite à la campagne interventionniste de 1914-1915. En 1923, elle fusionne avec le Parti national fasciste.

Nationalisme1

  • 1 D’après OO, vol. 3, p. 280-281.

1Ô mes frères prolétaires, aujourd’hui il faut que je vous parle d’une nouveauté éclose il y a quelques mois sur le sol ubéreux d’Italie. Depuis quelques jours, ou plutôt depuis quelques semaines, on parle en tout lieu de nationalisme : pour le nationalisme ont déjà coulé quelques minces filets de sang ; au nom du nationalisme se sont réunis à Florence deux cents hommes de lettres, de ceux qui écrivent dans les journaux. Nationalisme ?! N’accordez pas d’importance aux désinences, mes amis. Aujourd’hui, tant de mots finissent en isme, comme socialisme. Quand ils auront tous eu droit de cité dans les dictionnaires, la masse de ces odieux missels n’en sera que plus lourde et, partant, plus académique.

  • 2 En français dans le texte.
  • 3 Parfum d’iris.

2Voici, déployés devant nous, telles des nappes un peu sales, les journaux de Florence. Nous les avons lus attentivement. Nous avons cherché entre les lignes, au-delà du compte rendu qui est, le plus souvent, une caricaturale contrefaçon du texte, nous avons cherché péniblement une idée qui ne soit pas vieille, un geste qui sorte de l’ordinaire (pensez donc ! il y a même eu un duel !), une épine dorsale qui ne nous rappelle pas celle des séminaristes, une couleur qui ne soit pas le pâle blasé2 des habitués des salons parfumés à l’iréos3… Eh bien, nous avons laissé l’huile de notre lampe se consumer en vain.

  • 4 Les batailles de Lissa et Custoza contre les Autrichiens, en juin et juillet 1866, se soldèrent pa (...)

3La monarchie, l’armée, la guerre ! Voilà les trois phares spirituels idéologiques autour desquels se sont pressés les papillons – un peu tardifs – du nationalisme italien. Trois mots, trois institutions, trois absurdités. Un nationalisme monarchique est un nationalisme goutteux, immobilisé avant même de commencer à bouger. La monarchie italienne ne peut pas être nationaliste ; en raison de ses alliances et de ses traditions elle doit être antinationale. L’armée ? Elle est minée par la vérole cléricale. Et puis jamais aucune armée italienne n’a vaincu. Triste constatation, déjà faite par Nicolas Machiavel. La guerre ? Avec une armée qui ne peut pas vaincre ? Y aurait-il en Italie les traditions militaires qu’ont la France et l’Allemagne ? La guerre contre l’Autriche ? Pour qu’on ait à nouveau Lissa et Custoza4 ? Non. Quand ces nationalistes parlent de guerre, il nous semble les voir souffler dans de criardes trompettes en fer-blanc, il nous semble les voir pointer avec sérieux un fusil en bois.

4Nous aurions compris et peut-être observé avec sympathie un nationalisme de l’intérieur, un mouvement démocratico-culturel d’amélioration, de rassemblement et de renouvellement du peuple italien. Nous aurions voulu que ces nationalistes qui rêvent de conduire les armées d’Italie à travers l’Europe ne se soient pas aussi fémininement abandonnés aux illusions du lyrisme nationaliste importé d’outre-monts. Ils devaient songer qu’avant de conquérir Trente et Trieste ou la Tripolitaine, il faut conquérir l’Italie, il faut apporter l’eau dans les Pouilles, la bonification dans la campagne romaine, la justice dans le Sud, l’alphabet partout ! Mais s’ils avaient pensé cela, s’ils avaient concentré leurs énergies à faire cela, ces hommes de lettres à la renommée douteuse se seraient reniés.

5Le nationalisme ? Une fleur exotique, éclose sous les serres italiennes. Une fois conduite au soleil, une fois exposée aux vents, elle perdra ses feuilles et son parfum.

6On n’arrête pas l’inévitable. Le monde va vers l’Internationale socialiste, vers la Fédération des patries, non plus ennemies, mais sœurs. Ces nationalismes ne sont que des tentatives, des diversions de la bourgeoisie pour retarder d’un an, d’un jour le grand événement qui marquera la fin de la préhistoire du genre humain.

Notes

1 D’après OO, vol. 3, p. 280-281.

2 En français dans le texte.

3 Parfum d’iris.

4 Les batailles de Lissa et Custoza contre les Autrichiens, en juin et juillet 1866, se soldèrent par deux défaites catastrophiques pour les troupes italiennes ; elles ont cependant contribué à la victoire de l’allié prussien à Sadowa ce qui permit ensuite à l’Italie de récupérer la Vénétie.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search