Version classiqueVersion mobile

Mussolini socialiste : littérature et religion

Mussolini socialiste : littérature et religion

Texte 28

Les villes tentaculaires

Texte intégral

  • 1 Voir M. Décaudin, « Images françaises de Verhaeren », Revue belge de philologie et d’histoire, vol (...)
  • 2 Voir la note 6 de l’introduction biographique.
  • 3 G. Lanson, Histoire illustrée de la littérature française, Paris, Hachette, 1923, p. 406.

En août 1909, Mussolini publie un compte rendu de deux recueils du poète belge Émile Verhaeren (1855-1916), Les Campagnes hallucinées et Les Villes tentaculaires. Verhaeren faisait partie des avant-gardes européennes : en contact avec Filippo Tommaso Marinetti, il participa à sa revue Poesia fondée en 19041. Mussolini a probablement découvert le poète belge alors qu’il se préparait à l’épreuve de littérature française pour entrer à l’académie littéraire et scientifique de Milan à la fin de 1906. L’anthologie de Gustave Lanson sur laquelle il travaillait2 contient un chapitre consacré à Verhaeren où il est défini comme « un grand poète français, le plus grand poète français de la Belgique »3.

Les villes tentaculaires4

  • 4 D’après Il Popolo, 12 août 1909, p. 1-2.

1Émile Verhaeren a donné une âme à la ville.

2Dans le chant de ce poète belge la ville est une pieuvre immense qui déploie ses tentacules, attrape et puis tue.

3Tandis que la civilisation antique n’eut qu’une seule ville tentaculaire, Rome (du temps d’Auguste, l’Urbs atteignait les quatre millions cent trente-sept mille habitants), toutes les nations modernes comptent plusieurs villes qui peuvent être comparées à cette bête monstrueuse qui vit au fond des océans.

4L’urbanisation, à savoir l’hégémonie de la vie citadine sur la vie rurale, et la tendance des hommes à prendre le chemin de la ville, est une conséquence du mode de production capitaliste. La ville abat les antiques et vénérables murailles qui étouffaient son cœur et limitaient son essor. En périphérie on bâtit les quartiers nouveaux, on dessine les routes au bout desquelles les réverbères à gaz brillent avec mélancolie et marquent la limite du faubourg. C’est une nouvelle ville qui se lève et entoure l’ancienne. Non plus les ruelles du centre, étroites, sales, effrayantes : mais de larges avenues bordées d’arbres, les routes qui s’élancent dans l’étendue verte de la campagne, comme pour inciter la plèbe rurale à prendre d’assaut la ville qui n’est plus défendue par châteaux ni douves, qui n’est plus entourée de murailles.

5Traduire en vers pleins de vie ce phénomène d’absorption, cet exode vers les villes avec toutes ses illusions, ses victoires, ses défaites, c’était faire œuvre de poète.

6Verhaeren est parvenu à faire vibrer l’âme de la ville, il est parvenu à personnifier cet amoncellement sans fin d’immeubles et de taudis. La réalité est devenue un symbole.

  • 5 Ces deux poètes faisaient partie des lectures de Mussolini : il cite Les Fleurs du mal de Baudelai (...)

7Dans les Campagnes hallucinées qui précèdent les Villes tentaculaires Verhaeren est macabre. Une chanson de fou nous rappelle le poète hongrois Sándor Petőfi et certains poèmes de Baudelaire5. Le cœur de Petőfi fut dévoré par une hyène, celui de Verhaeren a été jeté aux rats par une femme. Dans le Fléau, autre poème du groupe Les campagnes hallucinées, Verhaeren nous raconte que la mort a bu du sang au Café des Trois Cercueils et qu’elle est ivre. Après avoir repoussé les vieilles qui imploraient sa pitié et les soldats rescapés des batailles et la Vierge et Jésus, la Mort est entrée dans un grand hôtel et a vidé plusieurs tasses de sang frais, assise au coin du feu. Puis elle s’en est allée battre la campagne, et de tous les bourgs, de tous les villages, les gens venaient à elle en lui apportant du pain, de la viande, leurs meilleurs fruits et leur doux miel. Et la Mort, couverte d’une pèlerine militaire rouge à boutons, chevauchait sa blanche haridelle, tandis qu’un amas de vers blancs suçaient son cœur.

8Et du fond de l’horizon – carcasse solennelle, chimère suprême – est apparue la ville qui découpe le ciel avec la pointe de ses clochers. L’air est lourd, fuligineux, gras : la ville attire les hommes des plaines et des montagnes ; le jour elle est brûlée par le soleil, elle est illuminée la nuit – tous les chemins mènent à elle depuis l’infini.

9Quel creuset immense de haines, de passions, d’amours ! Dans un espace relativement restreint, que de batailles mondiales livre-t-on !

10Les hommes centuplent leurs énergies dans la lutte : grands dans le sacrifice, abjects dans le vice. Pleins d’artifices et de sincérité, ils vivent une vie multiple, brève, frénétique, empoisonnée, héroïque.

11Dans la ville est l’univers.

12À côté des casernes grises, les églises monumentales – les hommes qui tuent et ceux qui prient. Près des rues agitées par le tumulte de la foule exaspérée par cette course folle vers l’inaccessible, les allées solitaires des jardins mélancoliques, abandonnés, où les arbres tendent leurs branches au-dessus des maisons et abritent dans la verdure des nids de rossignols – après les cafés remplis du monde qui s’amuse et oublie, voici les hôpitaux où l’on souffre et l’on meurt. Un corbillard croise un cortège nuptial, à côté de la tragédie suprême on trouve l’idylle pleine de douceur – il y a les femmes qui renoncent à la joie de l’amour honnête, il y a les impudiques qui vendent leur corps au passant avec des œillades obscènes.

13À l’aube, ce ne sont que tintements de cloches, rugissements de sirènes – le jour, c’est le vertige de l’activité qui crée la richesse ou la dépense – à l’heure du crépuscule les jeunes enfants batifolent devant les vieillards qui ont le regard éteint de ceux qui sont arrivés au terme de leur vie. Dans la nuit, les grands hôtels dégagent les odeurs qui tenaillent le ventre des misérables, la nuit on entend le hurlement obsédant du vice juvénile, l’hymne de la volupté et de la destruction, l’éclat de rire sonore et bestial qui moque les larmes versées dans l’abandon, dans le silence et dans la misère. Les nuits de pleine lune, les vastes places sont aussi blanches que les cimetières où la ville oublie quotidiennement ses enfants par dizaines.

  • 6 Les vers de Verhaeren auxquels Mussolini fait ici référence sont tirés du poème « Le Péché » (quat (...)

14En haut, sur la colline, se trouve le vieux moulin qui broie les péchés du monde. C’est là que sont passés et que passent ceux qui sèment le mal sur terre. C’est là que, dans la nuit funèbre, lorsque le reflet de la lune sur la surface de l’eau ressemble à une hostie mordue, le travail de l’ombre et des ténèbres s’accomplit. Ce sont les avares, les serviteurs infidèles, les empoisonneurs, les conjurés, les sorcières, les assassins, les vagabonds qui dorment dans les fossés, les mendiants qui déterrent les morts, les pervertis qui passent par le vieux moulin et en descendent par groupes de pèlerins noirs. Le vieux moulin, quand l’hiver dénude les champs, apparaît sur son fond d’ouragan et de tempêtes comme une araignée colossale tissant jusqu’aux étoiles6.

15C’est ainsi que Verhaeren a personnifié la ville tentaculaire par excellence : Paris.

16Benito Mussolini

Notes

1 Voir M. Décaudin, « Images françaises de Verhaeren », Revue belge de philologie et d’histoire, vol. 77, 1999 ; et D. Gullentops, « Verhaeren and Marinetti », Forum for Modern Language Studies, vol. 32, no 2, , avril 1996. Dans le texte Le futurisme, publié en 1911, Marinetti reconnaît en Verhaeren l’un des précurseurs du futurisme.

2 Voir la note 6 de l’introduction biographique.

3 G. Lanson, Histoire illustrée de la littérature française, Paris, Hachette, 1923, p. 406.

4 D’après Il Popolo, 12 août 1909, p. 1-2.

5 Ces deux poètes faisaient partie des lectures de Mussolini : il cite Les Fleurs du mal de Baudelaire dans sa composition pour l’habilitation à l’enseignement du français et le poème « Le Fou » (dont il transforme le titre en « Le Rêve d’un fou ») de Petőfi dans un article de 1911 (« Hors ligne », 1er janvier 1911, Pagine libere, maintenant dans OO, vol. 3, p. 304-305).

6 Les vers de Verhaeren auxquels Mussolini fait ici référence sont tirés du poème « Le Péché » (quatrains 2 et 3) : « Il geint des pieds jusqu’à la tête/ Sur fond d’orage et de tempête,/ Lorsque l’automne et les nuages/ Frôlent son toit de leurs voyages// Sur la campagne abandonnée/ Il apparaît une araignée/ Colossale, tissant ses toiles/ Jusqu’aux étoiles » (Les Campagnes hallucinées [1893], dans Les Campagnes hallucinées-Les Villes tentaculaires, M. Piron éd., Paris, Gallimard (Poésie), 1982, p. 50).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search