Version classiqueVersion mobile

Mussolini socialiste : littérature et religion

Mussolini socialiste : littérature et religion

Texte 21

La teoria sindacalista

Texte intégral

  • 1 G. Prezzolini, La teoria sindacalista, Naples, Francesco Perrella, 1909.
  • 2 Mussolini séjourne en France, à Annemasse, tout près de la frontière suisse, entre février et mars (...)
  • 3 Voir OO, vol. 38, p. 6-7.

Le 27 mai 1909, Mussolini publie dans Il Popolo une recension d’un livre de Prezzolini intitulé La teoria sindacalista (La théorie syndicaliste)1. L’ouvrage lui a été envoyé par l’éditeur Perrella, probablement à la demande de l’auteur. Dans une lettre du 4 avril, Mussolini indique qu’il en fera le compte rendu et lui donne déjà son appréciation générale : « la première partie n’offre pas grand-chose de nouveau pour moi qui ai vécu quelque temps en France2, qui ai connu anarchistes et syndicalistes, qui ai suivi le mouvement théorique et participé aux agitations économiques et qui suis syndicaliste depuis la grève générale de 1904. La seconde est la meilleure partie du volume. La première sera utile pour les lecteurs qui ont des notions fragmentaires de syndicalisme, la dernière sera utile aux syndicalistes et à ceux qui étudient les problèmes sociaux »3.

La teoria sindacalista4

  • 4 D’après Il Popolo, 27 mai 1909, p. 1-2.

I

  • 5 Gustave Hervé (1871-1944) fut d’abord socialiste, fondateur en 1907 de la revue antimilitariste La (...)
  • 6 L’action du syndicaliste révolutionnaire français Émile Pataud (1869-1935) fut importante dans les (...)
  • 7 En français dans le texte.

1J’ai reçu il y a plus d’un mois ce tout nouveau livre de Giuseppe Prezzolini et c’est seulement aujourd’hui que j’en parle. Ce retard est dû à ma naïveté. J’ai attendu la fin de l’agitation des employés des Postes et Télégraphes et des ouvriers de France. Il y a eu un moment où, selon les journaux, la « tempête révolutionnaire » menaçait de renverser non seulement la république, mais aussi la société. Hervé parlait d’insurrection5, Pataud6 de révolution sociale. Les orateurs syndicalistes célébraient la ruine du parlementarisme, comme une première étape vers l’expropriation de la bourgeoisie. La tempête a fini en naufrage. Un naufrage misérable et pitoyable sans héroïsmes de marins. Un naufrage d’opérette, de pochade7 même. Les employés des Postes et Télégraphes sont retournés s’enfoncer dans leur siège en cuir ; la grève générale n’a eu aucune suite auprès de la masse ouvrière de Paris ; le Waterloo de la Confédération du Travail nous livrera immanquablement son lot de questions personnelles, chacun se renvoyant la balle des responsabilités : Clemenceau, le parlement et la bourgeoisie triomphent.

  • 8 En français dans le texte.

2L’aube dont nous parle Marx, aube où chantera le coq rouge de la révolution sociale, n’a pas encore point dans le ciel de France. Les syndicalistes de Paris ont cru trop facilement aux vertus révolutionnaires des ronds de cuir8. Les employés restent des employés.

3Tout comme la réalité dépasse la théorie, il arrive parfois que l’événement rende le livre inutile. Si le mouvement syndicaliste de Paris avait eu pour résultat une profonde transformation, alors il aurait été peut-être superflu de parler de théories syndicalistes.

4L’épilogue malheureux de la grève démontre en revanche que le syndicalisme n’a pas pénétré l’âme prolétaire. Le syndicalisme n’est pas d’hier ou d’aujourd’hui : il sera de demain.

II

5Le livre de Prezzolini est l’un des meilleurs de la récente littérature syndicaliste italienne. L’auteur n’est pas syndicaliste. Il a simplement exposé tout ce qui concerne le syndicalisme – il nous a donné en somme une représentation presque complète de l’idéologie syndicaliste. Le livre est impersonnel, sauf à trois endroits : dans la préface et dans les essais sur Bergson et Sorel. Le gros du volume n’est pas de Prezzolini mais est « tiré – comme il le déclare lui-même – de textes authentiques, livré dans son expression la plus rigide et structuré dans l’ordre le plus logique ». Pour donner sa juste valeur à l’œuvre de Prezzolini, demandons-nous : La teoria sindacalista, telle qu’elle nous est présentée par Prezzolini, est-elle vraiment la théorie syndicaliste ou s’agit-il plutôt d’une caricature, d’une déformation du syndicalisme ? En d’autres termes : les syndicalistes retrouvent-ils, ou non, dans le livre de Prezzolini, une exposition fidèle de leurs idées ? Moi, syndicaliste depuis maintenant cinq ans, je réponds par l’affirmative. Le livre de Prezzolini est une synthèse claire de tout ce qui a été écrit et dit sur le syndicalisme dans ce début de siècle, non seulement en Italie, mais en France.

  • 9 Original : « movimenti operai » ; OO : « movimenti sociali » (« mouvements sociaux »).

6Ceux qui ont vaguement entendu parler de syndicalisme, les camarades qui n’ont lu à propos du syndicalisme que les articles des feuilles hebdomadaires, les savants qui s’intéressent à la question sociale et aux mouvements ouvriers9 feront bien d’acheter le volume de Prezzolini.

  • 10 En français dans le texte.

7Et je pourrais terminer sur ce conseil si, à cause de cette mauvaise habitude bien ancrée dans le journalisme, compte rendu n’était pas désormais devenu synonyme d’abrégé10 introductif du livre dont on parle.

  • 11 Mussolini fait vraisemblablement référence ici au socialiste allemand Wilhelm Wolff (1809-1864), p (...)

8Qu’est-ce que le syndicalisme ? Et avant tout quel rapport entretiennent syndicalisme et socialisme ? Le syndicalisme est au socialisme ce que le fils est au père. Sans être passé par une période de socialisme, on ne peut pas comprendre le syndicalisme. Quelle est la différence ? Le socialisme est un problème « humain », le syndicalisme est un problème exclusivement « prolétaire ». Le socialisme entend mettre en acte sa réalité historique à travers la démocratisation progressive de l’État, le syndicalisme est anti-étatique et veut parvenir à l’émancipation de la classe ouvrière à travers le syndicat de métier, devenu organe spécifique d’éducation, de défense, de conquête – organe spécifique du prolétariat. Pour employer la terminologie volflienne11, les socialistes croient au passage par « voie idéologique », les syndicalistes par « voie économique ». Les premiers sont donc parlementaristes, les derniers antiparlementaires ou abstentionnistes. Les socialistes tendent à une législation sociale qui tempère l’âpreté du dualisme capitalistico-prolétaire, les syndicalistes accordent peu ou aucune importance à la législation sociale si elle n’est pas conquise par l’action directe. L’éthique socialiste évolue en grande partie dans l’orbite chrétienne et même évangélique (amour des pauvres, rédemption des opprimés) avec une touche d’utilitarisme positiviste ; la morale syndicaliste – tout du moins celle qui est en train de se dessiner – tend à la création de nouveaux caractères, de nouvelles valeurs, d’homines novi.

  • 12 La citation de Prezzolini n’est pas retranscrite de manière exacte. Notamment, là où Prezzolini pa (...)

9Par amour du déterminisme économique, le socialisme avait soumis l’homme à des lois inscrutables qu’on peut difficilement connaître et qu’on doit subir ; le syndicalisme replace dans l’histoire la volonté effective de l’homme tour à tour déterminé et déterminant, de l’homme qui peut laisser l’empreinte de sa force modificatrice sur les choses et sur les institutions qui l’entourent, de l’homme qui « peut vouloir » dans une direction donnée : le syndicalisme ne refuse pas la « nécessité économique » mais y ajoute la « conscience éthique ». Ainsi « comme les syndicalistes12 ou les ligues de résistance représentent, surtout lorsqu’elles se confédèrent en Chambres de Travail, l’organisme le plus élevé créé par la classe ouvrière, la théorie syndicaliste, nourrie de l’observation de ce qui advient au sein des syndicats, représente le moment le plus élevé de la conscience théorique socialiste » (op. cit., p. 52).

10Les causes psychologiques qui déterminent ce « moment » le plus élevé sont un désir « de clarté, de logique, de réalité », une haine des embrassades tendres, des réconciliations humanitaires, des confusions affaiblissantes. Loin d’atténuer l’antithèse de classe, le syndicalisme veut l’aiguiser, l’étendre, la rendre irréparable. Il refuse tous les compromis électoraux de la fraction réformiste et ne prend pas au sérieux la philanthropie des capitalistes. Il renonce aux petits avantages, aux miettes qui tombent de la table de l’Épulon bourgeois.

  • 13 Dans cette citation également, la transcription de Mussolini est inexacte. Mussolini écrit « assic (...)

« Pourquoi un centime de plus à l’heure, si cela doit signifier une sujétion plus longue ? Pourquoi faire mûrir dans les caisses sociales les intérêts, à la manière des bourgeois, si cela doit donner un attachement mesquin au confort momentané et lier plus encore, par le boulet de l’avarice, le prolétariat à la terre de l’asservissement ? Mieux vaut une conscience nouvelle qu’un porte-monnaie plus plein, une volonté plus tendue qu’une assurance vieillesse13 » (p. 58).

  • 14 Original : « ha per iscopo ideale » ; OO : « ha per oggetto » (« a pour objet »).
  • 15 Nous avons rajouté l’adjectif « humain » dans cette formulation, présent dans la version originale (...)

11Le syndicalisme, qui a pour objectif idéal14 la formation d’un nouveau caractère humain15, se différencie du socialisme traditionnel même dans sa tactique. Dans le socialisme traditionnel c’est le « parti » (ramassis d’intellectuels politicards et incompétents) qui se charge de la délicate mission de réaliser le socialisme pour le compte des ouvriers, en obtenant, sait-on jamais, la moitié des voix plus une d’un vote au parlement ; dans le syndicalisme les intellectuels, les professionnels de la pensée, les idéologues n’ont pas leur place. Le syndicat, en tant qu’embryon de la nouvelle société de producteurs, ne tolère pas de parasites en son sein. Le parti est possibiliste ; le syndicat est révolutionnaire ; le premier réforme pour conserver, le second « combat en construisant », le parti parvient à la « collaboration de classe et gouvernementale », le syndicalisme tend à « dissoudre les forces de l’État » et à transférer dans les organisations prolétaires tout ce qu’elles peuvent prendre en charge d’administration publique ; le parti donne une importance exagérée aux luttes électorales et au citoyen votant qui confie à un autre la mission de le défendre et de le représenter, le syndicalisme déclare que l’égalité politique est une parole vide de signification pour ceux qui souffrent d’inégalité économique.

12Le syndicalisme considère le prolétariat et la bourgeoisie comme deux armées ennemies qui se préparent au grand choc : l’action directe est la tactique de la guerre nouvelle, la grève générale en est la bataille principale (p. 129). Dans la théorie syndicaliste, la grève générale est le moment mystique de libération totale des hommes et d’ascension de la classe nouvelle à la position d’où elle pourra déployer complètement sa mission. C’est une grève éthique plutôt qu’économique, même si l’économie en est le prétexte (p. 131). S’appuyant exclusivement sur les forces propres de la classe ouvrière, la grève générale est, parmi tous les modes d’action directe, le plus simple et le plus parfait. Si le socialisme repose sur la notion de classe et de lutte de classe, il doit éminemment approuver ce qui est à même de donner, à un très haut degré, la conscience exacte de cette lutte. La grève générale apparaît alors non seulement comme un instrument efficace qui à un moment donné – encore imprévisible – pourra signifier que la classe prolétaire a atteint ses pleines capacités de gestion sociale, mais elle apparaît aussi comme un moyen d’éducation pour préparer le moment culminant de la lutte : elle aura pour but de conquérir les moyens de production, d’éliminer la bourgeoisie comme classe de la scène de l’histoire. Les tentatives faites jusqu’ici n’ont pas réussi justement parce que c’étaient des tentatives, mais l’idée de la grève générale est en train de conquérir la masse, qui s’éloigne de plus en plus de la politique parlementaire et des charlatans du « bulletin de vote ».

III

  • 16 En français dans le texte.
  • 17 En français dans le texte.
  • 18 Original : « esposizione abbreviata della realtà » ; OO : « esposizione abbreviata alla realtà [si (...)
  • 19 Le passage cité est une traduction du texte de Georges Sorel, La ruine du monde antique. Conceptio (...)

13Comme je l’ai dit, dans le volume de Prezzolini il y a deux études sur Bergson et sur Sorel. Il me semble que l’influence de Bergson sur la formation des théories syndicalistes n’est pas bien grande, alors que Sorel est vraiment notre maître16 et qu’il n’y a pas un syndicaliste un tant soit peu cultivé qui ne connaisse pas l’ancien ingénieur des ponts et chaussées17 qui, après avoir « construit » avec des pierres, a entrepris de construire avec des « mots ». La définition que donne Prezzolini de Sorel est exacte : Georges Sorel fait partie des « excitateurs », des « réveilleurs », des « révélateurs », des hommes qui ne laissent pas des « systèmes » à la postérité, mais donnent à voir des « problèmes » à leurs contemporains. Son « syndicalisme » apparaît comme une interprétation plus heureuse du marxisme – que Sorel appelle « une doctrine de vie, bonne pour les peuples forts ; une doctrine qui réduit l’idéologie au rôle d’artifice pour l’exposition abrégée de la réalité18, etc. ; qui estime que les progrès économiques sont la condition nécessaire pour la génération d’une nouvelle société ; qui enseigne aux hommes à vouloir acquérir les droits dont ils peuvent supporter la charge »19. Pour Sorel, l’œuvre de Marx est une « œuvre de conseil et pas de théorie, de pratique et pas de science ». Je ne suivrai pas Prezzolini dans son analyse fine des attitudes spirituelles de Georges Sorel ; je ne pourrais que gâcher l’effet. Je m’arrêterai plutôt sur la « notion » de violence que Sorel a remise en circulation.

14J’ai, quant à moi, une notion simpliste, naïve, primitive, traditionnelle, si vous voulez, de la violence. Pour moi la violence est une manifestation physique, matérielle, musculaire. Les idées, tant qu’elles restent dans les cerveaux ou sur les étagères des bibliothèques, sont parfaitement inoffensives. Elles ne deviennent dangereuses que s’il y a des hommes qui visent à les traduire en acte, à transformer l’idéal en réalité. Le choc entre conceptions opposées de la vie n’est jamais idyllique comme dans une discussion académique.

  • 20 En français dans le texte.

15Une classe qui domine le monde ne s’en va pas sur un simple ordre de licenciement, fût-il accompagné d’une attestation de bons et loyaux services. Elle se défend et se fait défendre. La bourgeoisie ne se fait pas seulement défendre aujourd’hui, mais elle se prépare à une « résistance personnelle ». Il faudra s’emparer des usines comme de forteresses. Expropriation rimera aussi avec « élimination » des défenseurs de l’ancien régime. Le prolétariat n’est pas jacobin et probablement son triomphe ne sera pas suivi d’une période de terreur rouge ; le prolétariat n’est cependant pas naïf et il sait que c’est en réduisant les adversaires à l’impuissance qu’on les vainc. La Révolution Sociale aura donc une période de violences, une période héroïque, insurrectionnelle. Il faut préparer les âmes. Les assaillants de la Bastille n’étaient pas armés… de guitare, ils ne récitèrent pas de prières et ils n’entonnèrent pas de refrain20 émouvant devant les défenseurs de la vieille prison d’État : ils massacrèrent les gardes, ils démolirent les murailles. Les grandes transformations sociales sont consacrées par le sang des hommes qui défendent le vieux monde et des hommes qui veulent l’abattre. Que les ouvriers ne croient pas qu’ils pourront briser les chaînes de leur servitude économique sans sacrifices ; qu’ils se préparent plutôt à des épreuves difficiles et qu’ils laissent les prévisions roses, l’optimisme évangélique aux quelques romantiques et aux femmelettes sentimentales. Toute libération est une tragédie. Gare aux ouvriers qui se laisseront « émouvoir » ! gare aux « compatissants » !

IV

  • 21 Le café Aragno est l’un des cafés romains les plus célèbres et les plus fréquentés par les intelle (...)

16Si, comme l’affirme Alfredo Oriani, dans son magnifique La Révolte idéale, toute époque n’a qu’un but : « développer un caractère humain », est-ce au syndicalisme ou pas que nous devrons la formation d’un homme nouveau, économique et moral ? Prezzolini déclare que l’erreur syndicaliste c’est de ne pas reconnaître que, pour l’instant, la masse ouvrière est absolument incapable du courage qu’il faut pour adopter la doctrine des syndicalistes. Mais ce n’est pas une erreur syndicaliste, mais plutôt des syndicalistes qui, jusqu’à présent, ont démontré qu’ils ignoraient presque complètement la psychologie des masses, et qu’ils étaient des agitateurs peu crédibles. Désormais le syndicalisme comme doctrine est accompli : il manque les hommes. Il faut les former. Ne convertissons pas le syndicalisme en une mode idéologique et littéraire de salon ou de café Aragno21 ; que l’action directe, la grève générale ne deviennent pas des lieux communs tels que le « laisser faire, laisser passer » des économistes libéraux de la première moitié du siècle dernier. Ce serait la mort du syndicalisme qui ne doit pas être « théorisé » par les philosophes mais « fait » par les ouvriers. Je crois que la masse ouvrière purifiée par la pratique syndicaliste développera le « nouveau caractère humain ».

17Trente

18Mussolini Benito

Notes

1 G. Prezzolini, La teoria sindacalista, Naples, Francesco Perrella, 1909.

2 Mussolini séjourne en France, à Annemasse, tout près de la frontière suisse, entre février et mars 1904. En revanche aucun élément ne vient étayer l’hypothèse d’un séjour à Marseille entre 1908 et 1909, avancée notamment par Beltramelli. Dans sa lettre du 4 avril 1909 à Prezzolini, Mussolini dit « avoir vécu quelque temps en France » mais fait vraisemblablement référence à Annemasse. La lettre est reproduite dans OO, vol. 38, p. 7.

3 Voir OO, vol. 38, p. 6-7.

4 D’après Il Popolo, 27 mai 1909, p. 1-2.

5 Gustave Hervé (1871-1944) fut d’abord socialiste, fondateur en 1907 de la revue antimilitariste La guerre sociale, avant de suivre une parabole comparable à celle de Mussolini, devenant également fasciste après la guerre.

6 L’action du syndicaliste révolutionnaire français Émile Pataud (1869-1935) fut importante dans les mouvements de grève de 1905-1910.

7 En français dans le texte.

8 En français dans le texte.

9 Original : « movimenti operai » ; OO : « movimenti sociali » (« mouvements sociaux »).

10 En français dans le texte.

11 Mussolini fait vraisemblablement référence ici au socialiste allemand Wilhelm Wolff (1809-1864), proche de Karl Marx et de Friedrich Engels.

12 La citation de Prezzolini n’est pas retranscrite de manière exacte. Notamment, là où Prezzolini parle des syndicats, Mussolini transcrit « syndicalistes ».

13 Dans cette citation également, la transcription de Mussolini est inexacte. Mussolini écrit « assicurazione contro la vecchiaia » alors que Prezzolini avait écrit « assicurazione sulla vecchiaia » (« assurance sur la vieillesse »).

14 Original : « ha per iscopo ideale » ; OO : « ha per oggetto » (« a pour objet »).

15 Nous avons rajouté l’adjectif « humain » dans cette formulation, présent dans la version originale de l’article mais absent dans celle de l’Opera Omnia.

16 En français dans le texte.

17 En français dans le texte.

18 Original : « esposizione abbreviata della realtà » ; OO : « esposizione abbreviata alla realtà [sic] » (« exposition raccourcie à la réalité »).

19 Le passage cité est une traduction du texte de Georges Sorel, La ruine du monde antique. Conception matérialiste de l’histoire, Paris, Librairie G. Jacques & Cie, 1902, p. 38.

20 En français dans le texte.

21 Le café Aragno est l’un des cafés romains les plus célèbres et les plus fréquentés par les intellectuels et les artistes italiens entre l’Unité italienne et la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search