Version classiqueVersion mobile

Mussolini socialiste : littérature et religion

Mussolini socialiste : littérature et religion

Texte 20

Variation sur un thème – L’amour

Texte intégral

L’article « Pour l’éducation prolétarienne. Variation sur un thème – L’amour » est publié le 8 avril 1909 à Trente dans L’Avvenire del lavoratore. Il entend contribuer à l’éducation des masses en présentant une conception de l’amour aussi étrangère au romantisme bourgeois qu’au dogmatisme religieux, et compatible avec l’idéologie socialiste. Il se réfère à un fait divers qui avait défrayé la chronique pendant l’été 1905 : le procès du sculpteur Filippo Cifariello, soupçonné d’avoir assassiné sa femme, la chanteuse Maria De Browne, et qui s’était conclu par l’absolution de l’inculpé, estimé pénalement irresponsable.

Variation sur un thème – L’amour1

  • 1 D’après L’Avvenire del lavoratore, 8 avril 1909, p. 1-2.

Pour l'éducation prolétarienne

1L’amour : éternel sujet, tout comme est éternelle l’espèce humaine qu’il conserve et perpétue !

2Savino Varazzani a écrit à son propos un bel article plein de bon sens dans l’Avanti!, en partant de la « trouvaille » de ce charlatan de Me Manfredi qui défendait Cifariello devant les jurés de Campobasso.

3L’avocat désinvolte de ce sculpteur uxoricide disait en conclusion que la mort de Maria De Browne n’était pas à imputer à son mari, mais à l’« amour » : l’amour, cette passion terrible et fatale qui donne la vie, et qui donne aussi la mort, cette force divine qui tue et qui crée.

4Vraiment, il faudrait demander à la femme de Cifariello si elle est contente d’avoir été assassinée par amour, ou si elle n’aurait pas préféré être laissée en vie… même par la force.

5Mais, si on l’interrogeait, elle ne répondrait pas, toujours à cause de ce cher « amour » qui l’a rendue muette à jamais.

***

6Le camarade Varazzani observait à juste titre que face à cette exaltation obscène et dégénérée de l’amour, créée artificiellement dans un tribunal par des avocats défendant les assassins des femmes, mais acceptée et écoutée par tant de personnes… et par ces fichues bêtes de jurés qui absolvent, il faut opposer une haute et sévère morale sociale.

7La glorification de l’« amour » comme passion individuelle, effrénée, qui a droit de vie et de mort et qui ne connaît ni limite ni loi est le retour, sous les apparences d’une théorie libre, rebelle et moderne, à des coutumes dangereusement barbares ; c’est « une affirmation individualiste », contre notre conception socialiste d’une morale dans laquelle les intérêts, les droits et les passions de chacun doivent être mis en rapport, coordonnés et harmonisés avec les intérêts et le droit les plus élevés de la société.

  • 2 Original : « areligiosa » ; OO : « religiosa » (« religieuse »).

8C’est là un des points les plus délicats et les plus compliqués de la formation d’une nouvelle morale, non seulement laïque et areligieuse2, mais aussi « socialiste ».

9Les jeunes partis se libèrent peu à peu de cette hypocrisie et de cette prédication catholique anti-humaine qui dépeint l’amour comme un crime, le plaisir comme une faute et la femme comme une incarnation du diable tentateur, qui recommande l’abstinence, le renoncement et la virginité comme état de perfection. Ils se libèrent peu à peu de cette chaîne absurde, mais ils risquent de tomber dans une autre erreur : celle de croire et de comprendre l’amour non comme une passion individuelle haute et forte qui doit aussi être subordonnée à une loi sociale, mais comme un défaut laissé au caprice et à l’initiative de chacun. Il n’en va pas ainsi. Nous ne voulons pas « militariser » l’amour, ni amoindrir sa sublime poésie et sa grande fonction dans la vie : au contraire, nous voulons ennoblir cette poésie et cette fonction, en la soustrayant à l’impulsion individuelle et en lui donnant une « conscience » sociale.

10En somme – pour parler clairement et nous faire comprendre par un exemple – de deux jeunes gens de sexe différent qui à 16 ou 18 ans s’aiment, insouciants, et qui procréent un enfant, nous ne disons plus, comme le font les prêtres, qu’ils « commettent un péché » parce qu’ils se sont laissés aller à la force sincère et toute-puissante de l’amour, mais nous disons toutefois qu’ils ont commis une « erreur » et même peut-être un « crime » envers la « société » et envers notre « espèce », puisqu’ils ont enfanté une progéniture sans être en mesure de subvenir à ses besoins, et qu’ils ont donné la vie à un être qui, à cause de l’immaturité de ses parents, grandira rachitique, faible et malheureux.

11Nous nous libérons d’une religion et d’une morale hypocrite, fausse et superstitieuse : mais nous devons nous donner à nous-mêmes, en la puisant dans la réalité et dans la vie, une nouvelle loi, une nouvelle morale, une nouvelle religion.

***

12L’amour est une très grande chose : mais il n’est pas seul, et il n’est pas tout, comme beaucoup le pensent. C’est un « moyen » de conserver notre espèce, alors que certains (en particulier parmi les poètes, les lettrés, etc.) en font une « fin » unique et exclusive de la vie. Non. L’amour (comme le remarquait très justement Varazzani) doit être mis à sa juste place, dépouillé de l’auréole artificielle de sublimité qu’une fausse littérature a créée tout autour de lui.

13C’est une grande chose, une énergie immense, mais, alors que s’accroît la conscience collective, lui aussi doit s’incliner devant une loi qui, en le soustrayant au caprice individuel, le dirige vers les fins et le bien de la société et de notre espèce.

14Deux très grands écrivains, si profondément différents, l’un croyant et catholique, l’autre laïc et païen, Manzoni et Carducci, ont cela en commun qu’ils considèrent – et c’est tout sauf du mépris – d’une manière sévère et positive l’amour.

15Manzoni, à ceux qui lui reprochaient de ne s’être pas attardé, dans son roman, à mettre en lumière comme il se doit l’amour de ses protagonistes, mais de l’avoir au contraire presque laissé dans l’ombre comme un sous-entendu, répondait avec esprit en disant que, dans notre monde et dans notre société, de l’amour il y en a et on en parle quatre fois plus que ce qui serait strictement nécessaire à la conservation de notre espèce.

  • 3 Original : « insegnò » ; OO : «insegna » (« enseigne »).
  • 4 Original : « nel bene che si procaccia agli uomini » ; OO : « nel bene che procaccia agli uomini » (...)

16Carducci, qui consacra peu de pages, mais des pages insignes et si nobles, à l’amour, en le chantant non comme un plaisir égoïste et comme un badinage vulgaire, mais comme une haute et austère énergie de la nature, enseigna3 ensuite, par toute son œuvre, à observer et à admirer d’autres passions moins individuelles et plus « sociales » comme l’amour de la patrie, l’amour de la vérité, de la justice, des idéaux humains les plus hauts, la saine ambition de la gloire quand elle consiste à faire le bien aux hommes4

17Nous ne voulons ni ne devons prêcher le mépris de l’amour, ni en faire un article dans les statuts du parti, mais nous voulons et devons habituer les jeunes gens à le considérer dans ses formes supérieures et dans ses conséquences générales, à la lumière non seulement de leur propre « plaisir », mais aussi du « devoir » envers les enfants, envers la société, envers l’espèce.

18Il y aura alors moins de folles passions, moins de déceptions, moins de repentir, moins de douleurs, moins de crimes.

19Quelqu’un

Notes

1 D’après L’Avvenire del lavoratore, 8 avril 1909, p. 1-2.

2 Original : « areligiosa » ; OO : « religiosa » (« religieuse »).

3 Original : « insegnò » ; OO : «insegna » (« enseigne »).

4 Original : « nel bene che si procaccia agli uomini » ; OO : « nel bene che procaccia agli uomini » (« dans ce qu’elle apporte de bien aux hommes »).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search