Version classiqueVersion mobile

Mussolini socialiste : littérature et religion

Mussolini socialiste : littérature et religion

Texte 19

La Pâque humaine

Texte intégral

  • 1 Texte 5.

Le 10 avril 1909, veille du dimanche de Pâques, Mussolini publie dans le quotidien socialiste de Cesare Battisti un article intitulé « La Pâque humaine ». Celui-ci rappelle fortement, autant par son titre que par son contenu et par les images qu’il emploie, « Le Noël humain »1 qu’il avait publié en Suisse en 1902.

La Pâque humaine2

  • 2 D’après Il Popolo, 10 avril 1909, p. 1.

« Eli, Eli, lamma sabachthani ? »

« Père, père, pourquoi m’abandonnes-tu ? »

1Et Jésus a baissé sa belle tête galiléenne ; a détendu, après la contraction du spasme, son fin visage à l’exquis profil sémite ; fermé ses yeux qui avaient illuminé les misérables foules d’esclaves et vaincu d’amour la douloureuse Madeleine : il attendait que s’accomplisse son destin mortel. Il n’y avait que quelques femmes au pied de la croix. Les fidèles qui l’avaient suivi depuis les pentes de la Palestine jusqu’à l’ascension du Calvaire. Les pécheresses qui avaient aimé Jésus et qui restèrent pour parfumer sa dépouille avec des onguents odorants du Liban, avant de la déposer dans la fosse.

2Aujourd’hui encore, la tragédie chrétienne suscite des harmonies qui résonnent dans nos âmes. La révolte qui se termine par le sacrifice, la prédication qui se conclut par le martyre, la divine utopie qui se dépasse elle-même par l’élimination de son apôtre, la persécution qui multiplie le nombre des rebelles et accélère le triomphe de l’idée.

3Ce qui représente la ruine et ce qui évoque la création d’un nouveau monde ; voilà les signes symboliques devant lesquels nous nous arrêtons tremblants, pleins d’admiration.

4La personnalité disparaît. – Homme ou Dieu – le symbole reste et résonne. De tout temps, en tout lieu les forts s’opposèrent par la violence aux propagateurs d’une nouvelle foi. En ce sens, Caïphe est cousin de Clément VII et le Christ frère de Giordano Bruno.

  • 3 « Ce peuple qui aime les ténèbres et qui fuit la lumière » (Minucius Felix, Octavius, traduction d (...)

5— Ô doux vagabond de Palestine, au milieu des brumes de l’histoire, tu nous es soudainement apparu dans la lumière rougeoyante du grand soleil qui décline ! Rome, la société des forts, la cité désormais rassasiée de ses conquêtes et lasse de sa puissance, Rome païenne qui appelait latebrosa et lucifuga natio3 les communautés secrètes des premiers chrétiens ; Rome impériale qui nourrissait un très grand mépris pour la vile plèbe des nazaréens ; Rome ne put dans le sang suffoquer l’universelle révolte et offrit, trois siècles plus tard, les autels de marbre de ses temples aux divinités de la religion méprisée, calomniée, réprimée, triomphante.

  • 4 Original : « le risa gioconde dell’Olimpo » ; OO : « le risa gioconde sull’Olimpo » (« les rires j (...)
  • 5 Voir la note 3 du texte 15, « Là où brûla le bûcher… 17 février 1600 ».

6Le jour où Constantin – homme aux nombreux crimes néfastes – avec le labarum orné de la croix fit battre en retraite Maxence sur les bords du Tibre, un souffle de mort éteignit les rires joyeux de l’Olympe4 antique, les dieux se cachèrent parmi les ruines de la métropole vaincue, ou fuirent loin dans les déserts, ou bien trouvèrent de l’ombre et de la mousse, de la solitude et des chants dans les impénétrables forêts, ou encore se déguisèrent, trompant les nouveaux comme les anciens croyants. Le galiléen « aux cheveux roux »5 entreprit son ascension du Campidoglio.

  • 6 Dans la version originale de l’article, le nom est orthographié ainsi : « Kuwcamitwa ». Nous l’avo (...)
  • 7 En italien : « sette dei terapeuti e dei Merseni », voir ibid., p. 132 et 174.
  • 8 Mussolini emploie ce même néologisme au cours du débat de 1904, L’homme et la divinité, également (...)

7Devant l’avènement d’une nouvelle époque de l’histoire du genre humain, la personnalité de Jésus devient secondaire, elle retourne à la pénombre, elle ne suffit pas à nous expliquer le christianisme dans sa philosophie, dans sa religion, dans sa politique. Le Jésus des Évangiles est une hypothèse ; hypothèse le Jésus d’Ernest Renan, ou le Jésus romantique d’Eugène Sue ; hypothèse le Jésus de Pierre Nahor – au tempérament mystique, initié durant son exil en Égypte par le sage indien Kouwçamithrâ6 aux mystères de la religion d’Orient et aux secrets des sectes des Therapeutae et des Esséniens7 établis en communautés sur les rives du Jourdain ; hypothèse le Jésus de Jean Lombard – le Kreistos ascète et suggestionneur, à la parole enflammée et éloquente, au regard pénétrant qui voit loin – le Kreistos à la tête de toutes les petites ecclesiæ cachées dans les sous-sols de Rome ; hypothèse le Christ interprété comme mythe solaire par Milesbo ; hypothèse le Christ déomane8 et assoiffé d’amour tel qu’il nous est présenté par Nietzsche dans Par-delà le bien et le mal. Mais l’hypothèse ne nous enlève pas la possibilité du « symbole » et surtout elle ne nous empêche pas de le « dépasser ».

8Puisque, ô mes amis, nous voulons « dépasser » le christianisme comme le christianisme a dépassé le paganisme. La Pâque juive (Pâque vient du grec paska, qui lui-même vient de l’hébreu pejach qui signifie « passage » – la Pâque était en effet la commémoration de la libération du peuple juif captif) a donné lieu à la Pâque chrétienne et à cette dernière succédera la pâque humaine.

9Christ a vaincu Jupiter. Et celui que nous attendons vaincra l’un et l’autre… Mais pour arriver à la création et à la compréhension de celui qui viendra, combien de luttes, ô mes amis, nous devrons affronter et dépasser !

  • 9 Original : « luccicore » ; OO : « luciore » (« lueur »). Remarquons également que l’adjectif « cre (...)

10Voilà le frêle esquif sur lequel nous nous embarquerons pour cette aventureuse conquête. Devant nous la mer infinie, la mer qui nous a chanté toutes ses chansons, qui nous a révélé tous ses secrets, qui nous a flagellés de ses colères et prodigué ses caresses : tout au fond un faible scintillement crépusculaire9. Et là-bas peut-être, l’île promise, l’Utopie que nous a racontée More, la Civitas Solis de Tommaso Campanella, l’île verte, intacte, silencieuse où nous célébrerons la pâque humaine ?

11Allons donc, ô mes amis, laissez à terre vos petites passions matérielles, étendez les blanches voiles au libeccio qui ride les vagues, telle une vibration incessante de joie ; les alcyons nous invitent du haut du ciel aux vastes solitudes et aux mystérieuses profondeurs. Enivrez-vous les yeux de lumière, l’âme d’idéal. N’ayez crainte des tempêtes ! Si nos volontés ne font pas plier les forces contraires des éléments et que nous devons périr, quelqu’un d’autre suivra notre exemple. Navigare necesse est.

12Notre superbe tentative de créer n’aura pas été vaine.

13Celui que nous attendons viendra !

14Mussolini Benito

Notes

1 Texte 5.

2 D’après Il Popolo, 10 avril 1909, p. 1.

3 « Ce peuple qui aime les ténèbres et qui fuit la lumière » (Minucius Felix, Octavius, traduction de F. Record, Paris, Bloud, 1911, p. 36).

4 Original : « le risa gioconde dell’Olimpo » ; OO : « le risa gioconde sull’Olimpo » (« les rires joyeux sur l’Olympe »).

5 Voir la note 3 du texte 15, « Là où brûla le bûcher… 17 février 1600 ».

6 Dans la version originale de l’article, le nom est orthographié ainsi : « Kuwcamitwa ». Nous l’avons transcrit tel qu’il est orthographié dans l’ouvrage auquel Mussolini fait référence : P. Nahor, Hiésous, Paris, Ollendorff, 1903.

7 En italien : « sette dei terapeuti e dei Merseni », voir ibid., p. 132 et 174.

8 Mussolini emploie ce même néologisme au cours du débat de 1904, L’homme et la divinité, également traduit dans ce volume (texte 8).

9 Original : « luccicore » ; OO : « luciore » (« lueur »). Remarquons également que l’adjectif « crepuscolare » est couramment utilisé dans le lexique de Mussolini et renvoie autant aux lumières du coucher qu’à celles précédant le lever du soleil. Ici, il est possible que Mussolini ait plutôt à l’esprit le matin que le soir.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search